• 8 clés pour vivre avec une grande sensibilité

     

     

     

     

     

     

     
    Ce qui nous rend spéciaux en tant qu'êtres humains sont les différents de traits que nous possédons, comme avoir une grande sensibilité. Ceux-ci définissent d'une certaine manière la façon dont nous vivons et la personnalité que nous adoptons dans certaines situations.

    8 clés pour vivre avec une grande sensibilité

     

    Les personnes ayant une sensibilité élevée, par exemple, aiment la présence de l’un d’entre eux. Si vous êtes ou vivez avec quelqu’un comme cela, nous vous laissons quelques recommandations pour rendre ce fait plus simple.

    PTS : Personnes très sensibles

    Les différents aspects d'une grande sensibilité

     

    Les personnes ayant une grande sensibilité sont spéciales à leur manière et leur perception de la vie est souvent très différente du reste de la population en général.

    Ils ont tendance à être très observateurs et ont la capacité d’analyser tout en interne, puis d’essayer de l’adapter à leur environnement social. En outre, ils sont prudents et restent vigilants.

    Transformez-le en don

    Certains classent ce type de personnes comme ayant une personnalité introvertie. Cependant, la vérité est que cette fonctionnalité ne représente qu’un petit pourcentage. La plupart d’entre eux sont, en eux-mêmes, extravertis et passionnés dans tout ce qu’ils font.

    Cette raison les fait vivre intensément, mais ils restent toujours vigilants. Ils sont de bons auditeurs, observateurs, empathiques et conscients de la vie.

    Ils ont également tendance à développer leur créativité à des niveaux élevés. Ainsi que leur perception, ce qui les rend très sensibles.

    Il n’y a aucune raison pour que les personnes extrêmement sensibles ne se sentent pas à leur place ou aient tort. Au contraire, ils doivent trouver un moyen de bien canaliser chacun de leurs traits. Afin de tirer le meilleur parti de leurs capacités.

    8 clés pour vivre avec une grande sensibilité

    1. Acceptez-le simplement

    Si vous considérez que vous avez une partie des traits que nous avons mentionnés, il est temps que vous commenciez à vous accepter.

    Rappelez-vous : vous n’êtes pas malade. Au contraire, vous avez un merveilleux don qui, si vous apprenez à le maîtriser, vous rendra plus fort chaque jour.

    2. Observez-vous attentivement

    Pour commencer à maîtriser vos incertitudes sur les traits que vous avez, effectuez une auto-évaluation.

    Nul mieux que vous savez comment vous vous sentez touchés en situation de stress ou d’euphorieassociée à la façon dont vous absorbez et gérez toutes ces émotions.

    3. Apprenez à dire « non »

    Essayez de ne pas submerger votre esprit avec beaucoup d’informations simplement en voulant en savoir plus que les autres. Dire « non » peut parfois vous aider à trouver du temps pour vous-même et pour vous détendre.

    Pour être heureux, il est essentiel que vous appreniez à dire « non ». Les gens qui ne savent pas comment le faire finissent par vivre les désirs des autres et faire des choses qu’ils ne veulent pas. C’est ce qui conduit au malheur.

    4. Mettre en place des astuces pour ne pas vous saturer

    Comment ne pas saturer quand vous avez une grande sensibilité

     

    Détendre votre corps, votre esprit et votre âme avec une bonne dose d’exercices à l’extérieur ou en contact avec la nature est toujours une bonne option.

    De cette façon, vous pouvez réduire les niveaux d’anxiété et réguler les puissants stimuli soudains que vous pouvez ressentir.

    5. Contacter les autres

    L’être humain cherche toujours à s’intégrer dans la société pour se sentir relativement « normal ».

    Il serait bon de rencontrer un groupe de personnes qui ont les mêmes qualités que vous. Ainsi, vous pouvez trouver quelqu’un qui vous servira de support ou de guide pour vous apprendre également ses techniques et modes de vie.

    6. Rechercher son modèle de sensibilité

    Beaucoup d’entre nous comptent sur les gens que nous admirons. Que ce soit des artistes reconnus ou quelqu’un pour qui nous ressentons beaucoup d’amour, car cela nous fait nous sentir bien identifiés. En bref, il s’agit de chercher une référence.

    Trouvez vos modèles ou appuyez-vous sur les personnes qui ont marqué la société en fournissant une aide humanitaire exceptionnelle grâce à leur talent.

    7. Créer votre espace sacré

    Les personnes ayant une grande sensibilité doivent avoir leur propre espace

     

    La personne très sensible peut vivre parfaitement bien entourée par beaucoup de personnes. Cependant, elle est seule et silencieuse quand elle a tendance à mieux se connaître et à tirer le meilleur parti de ses capacités.

    Par conséquent, n’oubliez pas de prendre le temps de vous explorer.

    8. L’art est une thérapie

    Croyez-le ou non, on dit que la plupart des artistes du monde sont très sensibles. L’art est un canal à travers lequel vous pouvez discuter de vos conflits, exprimer librement vos émotions en utilisant différentes langues.

    Vous pouvez même le faire sans avoir à vous révéler trop ou du moins pas directement. L’important est que vous vous sentiez à l’aise.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Quelle est la meilleure façon de trouver un partenaire stable ?

     

     

     

     

     

     

    Il est essentiel de se rappeler qu'aucune relation ne devrait affecter notre amour propre ni notre auto-estime. Quand quelqu'un rentre dans notre vie, cela doit être pour l'améliorer, et non pour la compliquer.

    Quelle est la meilleure façon de trouver un partenaire stable ?

    Tôt ou tard, nous souhaitons tous trouver un partenaire stable pour obtenir la compagnie idéale avec qui partager notre quotidien. Cela paraît difficile à notre époque ? Et bien, aujourd’hui nous vous offrons quelques conseils pratiques pour vous aider à trouver un partenaire stable.

    Surestimons-nous le besoin de trouver un partenaire stable ?

    Beaucoup de gens disent qu’il est impossible d’être heureux seul, car les êtres humains sont destinés à vivre ensemble. Mais est-ce vraiment important de trouver un partenaire stable ? La réponse est … Cela dépend ! Pour beaucoup de personnes, établir une relation heureuse et durable est le rêve de toute leur vie. Pour d’autres, un partenaire est plus comme un complément que comme un objectif principal.

    Plusieurs aspects peuvent influencer la façon de faire face à une relation stable : l’âge, la culture, l’éducation, les goûts, les expériences, etc. Mais si nous sommes sincères, nous aimerions tous profiter d’une bonne compagnie pour donner et recevoir de l’amour.

    Le risque est de surévaluer le couple et d’ignorer les autres besoins et responsabilités pour garder quelqu’un à nos côtés. Dans ces cas, les relations deviennent souvent néfastes et les deux parties finissent par en souffrir.

    7 conseils pour vous aider à trouver un partenaire stable

    Non, il n’y a pas de méthode unique et infaillible pour trouver un partenaire stable. Lorsqu’il s’agit de sentiments et d’émotions, chaque personne est un monde unique et propre. Par conséquent, nous vous proposons de suivre des conseils simples pour vous aider à vous sentir mieux quand l’amour se présentera à vous.

    1. Gardez l’esprit actif

    gardez l'esprit actif pour trouver un partenaire stable

    L’oisiveté mentale est un dangereux ennemi de la bonne estime de soi. Lorsque l’esprit est actif et s’amuse, son objectif est d’être productif et d’améliorer ses connaissances et ses capacités.

    N’oubliez pas que l’amour n’est pas seulement attiré par l’apparence. Les personnes sont séduites par l’esprit, le dialogue, la réflexion et la vision du monde. Ce sont ces caractéristiques émotionnelles et intellectuelles qui provoquent l’identification et l’amour.

    Trouver des activités qui stimulent l’apprentissage et le divertissement est essentiel pour garder votre esprit sain et actif. En outre, ils sont excellents pour améliorer l’estime de soi et élargir les horizons de la vie.

    2. Respectez votre temps

    Quel est le moment idéal pour trouver un partenaire stable et vivre un grand amour?  La vérité est qu’il n’y a pas de moment précis pour que vos sentiments soient éveillés par quelqu’un de spécial.

    Chaque personne a sa propre dynamique émotionnelle, ses goûts et ses préférences particulières. Se forcer à vivre certains sentiments n’a pas de sens et peut être très désagréable. Par conséquent, le respect de votre temps est essentiel pour investir dans une relation stable.

    3. Réservez un moment quotidien pour prendre soin de vous

    prenez soin de vous pour trouver un partenaire stable

     

    Il est de plus en plus difficile d’avoir le temps de prendre soin de soi. Mais avec de la planification et la bonne volonté, vous pouvez trouver environ 15 minutes par jour pour vous consacrer à vos soins corporels et à votre esprit.

    Les petites habitudes améliorent notre auto-estime et nous rendent plus beaux à l’intérieur et à l’extérieur. Écoutez votre musique préférée, regardez un film, hydratez votre peau ou détendez-vous simplement avec un peu de silence.

    4. Nourrissez votre capacité de socialisation

    Notre capacité à socialiser nous permet de vivre ensemble, de travailler et de tomber amoureux. Par conséquent, il est important de la nourrir pour maintenir des amitiés positives et trouver un partenaire stable.

    Il est important de vous motiver à connaître de nouveaux lieux, découvrir de nouvelles cultures et faire des amitiés différentes. La diversité fait du bien à notre esprit et augmente les chances de trouver quelqu’un d’intéressant.

    5. Soyez en paix avec vos émotions

    être en paix avec ses émotions pour trouver un partenaire

     

    Nos émotions doivent être en paix et prêtes à recevoir des bonnes choses et des sentiments. Si notre esprit est agité ou rancunier, nous serons incapables de faire confiance ou d’être réceptifs à un nouvel amour.

    Vous ne devriez pas avoir honte de demander de l’aide professionnelle pour faire face à vos émotions. L’esprit est très complexe et mérite une attention particulière pour maintenir son équilibre.

    6. Pourquoi ne pas utiliser les avantages d’Internet ?

    Le «phénomène Internet» raccourcit les distances et rapproche les gens, notamment grâce à l’expansion des relations sociales. Actuellement, il existe plusieurs sites et applications réservées aux personnes qui veulent trouver un nouvel amour. Pourquoi ne pas essayer ?

    Souvenez-vous que trouver un partenaire stable est l’une des nombreuses joies que la vie nous réserve. N’attendez pas qu’une autre personne arrive pour être heureux avec vous-même. Le premier amour doit être l’amour de soi.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Apprenez à différencier 7 types de douleurs

    provoquées par les émotions

     

     

     

     

     

     

    De nombreuses douleurs pourraient disparaître si nous commencions à écouter un peu plus attentivement notre monde intérieur et nos émotions en passant plus de temps à les gérer.

    Apprenez à différencier 7 types de douleurs provoquées par les émotions

    Les émotions ont un grand pouvoir dans notre organisme. D’ailleurs, si nous ne les exprimons pas au bon moment, elles se transforment en douleurs émotionnelles qui peuvent devenir chroniques.

     

    Les douleurs chroniques les plus fréquentes affectent les zones suivantes :

    • Le cou
    • Le dos
    • La tête

    En outre, nous pouvons souffrir de bruxisme, de tachycardies et d’ulcères ou autres problèmes associés à l’estomac.

    Il existe différentes études qui prouvent la relation entre les problèmes émotionnels et la santé physique. Ainsi, un lien a été trouvé entre la douleur chronique et le stress ou les traumatismes non résolus.

    Il est important de connaître notre intérieur, afin de pouvoir faire face à ces émotions et ne pas les dissimuler avec des médicaments.

    Vous devez savoir quels problèmes émotionnels provoquent les douleurs physiques.

    Vous y parviendrez en vous connectant à votre véritable identité et à votre moi profond.

    7 types de douleurs émotionnelles

    1. Les maux de dents

    Cela se produit quand vous ne vous sentez pas à l’aise avec une situation, ou que vous ne pouvez pas en trouver la solution.

    Vous ressentez une pression, un malaise et votre état émotionnel peut augmenter cette douleur.

    • Laissez l’énergie circuler et ne luttez pas contre la douleur. Tout passe, tout se transforme.

    2. Les maux de tête

     

    Pourquoi souffrons-nous de maux de tête ?

    Les maux de tête peuvent provenir du stress, mais aussi du fait de ne pas exprimer vos émotions.

    • Vous devriez prendre du temps pour faire le vide dans votre tête et lâcher prise pour que les choses évoluent. Se reposer un moment ou marcher peut être une bonne option.

    3. Les douleurs du cou et des cervicales

    Les douleurs du cou apparaissent lorsque vous gardez des rancunes, de la colère … C’est pourquoi vous ressentez de la raideur.

    • Il est important de rechercher le pardon, soit envers vous-même soit envers d’autres personnes.

    Il peut également apparaître lorsque vous avez du mal à communiquer ou à être écouté-e. Il est étroitement lié aux craintes et au manque de pardon et à l’acceptation de soi-même.

    4. Les douleurs dans les épaules

    Vous ressentez une lourde charge comme un sac à dos que vous portez sur vos épaules partout, vous portez vos problèmes et ceux des autres.

    Rappelez-vous que vous ne pouvez pas transporter le monde entier sur vos épaules. Laissez chacun-e prendre en charge ses propres problèmes.

    Il est essentiel que vous en pensiez un peu à vous car c’est la seule façon de minimiser ce fardeau.

    5. Les douleurs d’estomac

    Cela se produit lorsque vous êtes dans une situation inconfortable, vous avez du mal à digérer les événements qui se produisent dans votre vie.

    Il est possible que se produisent des événements que vous n’avez pas prévus et que vous n’êtes pas prêt-e à céder parce que vous n’acceptez pas bien les changements.

    • Il est essentiel d’accepter les autres et d’admettre qu’il existe différentes façons de concevoir la vie.
    • De cette façon, vous pouvez vous ouvrir, être plus tolérant-e et finalement plus heureux.

    6. Les douleurs dans le bas du dos

     

    Des douleurs lombaires peuvent apparaître si vous rencontrez des problèmes financiers qui vous provoquent beaucoup de stress.

    Elles peuvent aussi apparaître si vous sentez que vous êtes responsable d’autres personnes qui dépendent de vous.

    • Il se peut aussi que vous vous sentez seul, que vous n’êtes pas en mesure de déléguer vos obligations à d’autres personnes et c’est pourquoi vous ressentez davantage de poids.
    • Il est essentiel de savoir déléguer les responsabilités afin de ne pas tout porter soi-même et ainsi vivre plus libre d’obligations.

    7. Les douleurs dans les mains

    Les mains sont la façon dont nous devons nous connecter avec le monde.

    Si vous rencontrez des douleurs fréquentes, cela peut représenter quelque chose que vous voulez, mais vous avez du mal à atteindre.

    • Vous ne parvenez pas à atteindre ce but vous-même, ou vous pouvez vous sentir connecté à quelqu’un ou à quelque chose dont vous ne lâchez pas prise.
    • Il est important de lâcher prise et de laisser aller.

    Lecture recommandée pour guérir les douleurs émotionnelles

    1. Louise Hay

     

    Dans son livre, Vous pouvez guérir votre vie, elle parle de la façon dont les émotions mal gérées deviennent des maladies dont certaines peuvent être très sérieuses.

    Si vous écoutez votre corps et que vous apprenez à le comprendre, vous allez faire la paix avec vous-même.

    Ensuite, vous pourrez pardonner, aimer, remercier … Ainsi, toutes cesémotions négatives qui vous paralysent s’éloigneront de vous.

    2. Enric Corbera

    Dans ses livres, ses discussions et ses vidéos sur YouTube, il soutient que la clé de la guérison consiste à atteindre l’émotion cachée générée par le conflit et qui déclenche la maladie.

    L’auteur affirme que le moment où nous prenons conscience et réalisons quelle est l’émotion, survient la guérison.

    Il explique également qu’il est important de changer ses croyances irrationnelles et limitantes qui produisent une séparation entre le cerveau et le cœur : ce que je pense, ce que je ressens, ce que je fais.

    Ce type d’ouvrages peuvent être d’une grande aide pour ouvrir votre esprit et votre cœur à de nouveaux concepts.

    Rappelez-vous que l’important est d’être en bonne santé et heureux.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 caractéristiques des parents absents

     

     

     

     

     

     

    On pense qu'être présent à la maison ne fait pas de nous un parent absent. C'est faux. S'il n'y a pas de lien émotionnel avec vos enfants, même si vous êtes présent, vous êtes un parent absent.

    6 caractéristiques des parents absents

    Les parents absents sont ceux qui sont incapables de se connecter affectivement et émotionnellement avec leurs enfants. Les raisons sont nombreuses et il est psychologiquement complexe de les déterminer.

    Un parent peut fournir le soutien alimentaire nécessaire, les vêtements dont l’enfant a besoin, un foyer sécuritaire, payer les factures pour les soins médicaux ou l’école, donner tous les jouets demandés par son enfant et malgré tout être un parent absent. Le lien d’amour et de respect qui devrait vous unir à votre enfant n’a pas été créé ou est endommagé.

    Caractéristiques des parents absents

    Le parent absent est défini comme celui qui ne peut ou ne veut pas être impliqué avec son enfant. L’absence du rôle de parent laisse des blessures profondes et un vide émotionnel dans la vie des enfants. Bien qu’elle se réfère généralement au père, il est de plus en plus fréquent de trouver des mères absentes.

    Les parents absents peuvent répondre à une ou plusieurs des conditions que nous expliquerons ci-dessous. Si vous vous retrouvez dans l’une d’entre elles, il est temps de réfléchir. Trouvez l’aide que vous considérez pertinente pour rétablir le lien avec vos enfants. Faites-le avant que les conséquences ne soient irréversibles.

    1. Il impose son jugement

    Habituellement, cela concerne un père physiquement présent. Sa déconnexion émotionnelle s’exprime par l’imposition de sa volonté et de son point de vue à ses enfants. Sans écouter les avis de sa famille.

    Cela ne vous intéresse pas, vous ne savez pas ou vous n’appréciez pas ce que votre enfant pense, bien que vous ne puissiez le reconnaître. Vous exigez et imposez la réalisation de buts élevés, mais ne reconnaissez pas l’effort. De plus, vous ne savez pas comment renforcer les actions positives. Vous imposez des peines disproportionnées pour l’âge des enfants.

    Des pères autoritaires sont des parents absents.

    2. Il est indolent

    Bien que ce soit un fournisseur économique sûr, il n’est pas lié aux intérêts ou aux caractéristiques de ses enfants. Il ne s’implique pas dans les règles ou ne fixe pas de limites. De plus, il n’est pas disposé à générer des moments à partager avec les enfants.

    Il est incapable de faire un compliment ou une réprimande à temps. Généralement, il laisse tout le poids de l’éducation des enfants à la mère. Le père n’est pas très communicatif, il se limite à l’approvisionnement.

    3. Il est émotionnellement immature

    Il est le genre de père qui refuse de grandir, qui veut être un adolescent éternel. Les enfants impliquent un fardeau pour son style de vie. Ils n’ont pas la maturité nécessaire pour prendre des décisions et préciser les limites dont les enfants ont besoin.

    Avoir des enfants pour eux est facile, parce qu’ils ne s’engagent pas dans la responsabilité parentale. Ils passent plus de temps entre eux qu’avec leurs enfants. Ils sont incapables d’être un modèle positif pour leurs enfants, car ils exigent la satisfaction prioritaire de leurs propres besoins. Et, s’ils n’y parviennent pas, ils se mettent en colère.

    Les parents absents peuvent être immatures

     

    4. Il n’a pas le temps

    Il est le père qui, pour des raisons professionnelles, n’est pas à la maison. Peut-être ne voulez-vous pas être un père absent, peut-être êtes-vous un père positif et affectueux, et vous devez déléguer le rôle de père parce que vous devez respecter un calendrier de travail exigeant de fournir l’argent de la maison.

    Bien que la technologie offre des options pour « partager » davantage de proximité et d’intérêt dans la croissance des enfants, cela ne suffit pas. L’enfant a besoin de partager son temps avec son père. L’amour qui s’exprime via les réseaux sociaux ou les applications comme WhatsAppne suffit pas, il doit y avoir une manifestation physique, avec des câlins et de la présence.

    5. Il est irresponsable

    Il n’est impliqué ni dans le soutien émotionnel ou affectif, ni économique des enfants. Même si la mère insiste pour que le père assume le soutien des enfants, il n’y parvient pas.

    Derrière un parent irresponsable, il peut y avoir un enfant qui a été élevé par un parent absent. Mais cela ne justifie pas son comportement. C’est celui qui nie la paternité d’un enfant. Ou disparaît après une séparation ou un divorce.

    6. Une mère absorbante ou vindicative

    Nous devrions demander aux mères qui se plaignent que leurs partenaires sont des pères absents, si elles ont permis leur présence. Oui, en effet, derrière certains parents absents il y a des mères absorbantes.

    En plus de celles qui assument toutes les responsabilités de la parentalité et de l’éducation, il y a aussi celles qui empêchent les parents d’être présents.

    La dissolution du couple amène certaines femmes à attaquer le père des enfants. C’est une sorte de revanche pas toujours consciente, mais non moins négative pour les enfants. Bien que le père veuille être présent et s’impliquer d’une manière ou d’une autre avec ses enfants, la femme empêche parfois cette présence.

    Une mère trop présente peuut mener à des parents absents

     

    Quelles conséquences les parents absents génèrent-t-ils ?

    Etre élevé par un parent absent a de graves conséquences pour les enfants :

    • Problèmes relatifs aux autres.
    • Difficulté à se connecter avec ses émotions.
    • Incapacité à suivre les règles et aussi à respecter l’autorité.
    • Incapacité d’exercer des rôles d’autorité.
    • Manque de volonté ou incapacité à structurer et matérialiser ses rêves ou ses projets.

    Le rôle parental responsable, aimant et positif est essentiel non seulement pour aider les enfants à grandir en bonne santé, à avoir confiance en eux et jouir d’une bonne estime d’eux-mêmes, mais il fournit également la capacité de guérir vos propres blessures si vous avez été élevé par un parent absent.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Que nous arrive-t-il lorsque nous n’avons pas reçu

    d’amour pendant l’enfance ?

     

     

     

     

     

     

    Ne pas montrer son amour à ses enfants pendant l'enfance peut faire que plus tard ils souffrent de carences émotionnelles et soient incapables d'avoir de l'empathie. 

    Que nous arrive-t-il lorsque nous n’avons pas reçu d’amour pendant l’enfance ?

    L’amour est l’énergie vitale qui fait bouger le monde. Nous sommes tous nés pour aimer et recevoir de l’amour. Alors, que se passe-t-il si, pendant notre enfance, nous n’avons pas reçu d’amour ? Il semblerait que le manque d’amour pendant l’enfance soit l’origine de nombreux problèmes de comportements.

    Lorsque nous naissons, nous devrions tous bénéficier de la protection et de la sécurité que seul l’amour maternel peut apporter. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, ce qui peut entraîner de graves conséquences. Ces conséquences se manifesteront bien des années plus tard dans notre comportement et dans nos relations avec les autres.

    Les conséquences du manque d’amour pendant l’enfance

    femme n'ayant pas reçu d'amour pendant l'enfance

     

    Le manque d’amour pendant l’enfance peut avoir des conséquences inimaginables à l’âge adulte. Continuez de lire cet article, et découvrez quelles sont ces conséquences.

    1. L’indifférence envers la souffrance des autres et l’apathie 

    L’indifférence envers la souffrance des autres est l’une des conséquences du manque d’amour maternel pendant l’enfance.

    Généralement, les personnes qui ont souffert d’un manque d’amour pendant leurs premières années de vie se montrent souvent indifférentes face à la douleur des autres.

    Ces personnes ont un comportement apathique qui affecte toutes leurs relations. Sans l’ombre d’un doute, beaucoup de leurs problèmes sont la conséquence d’un profond désintérêt. Elles ont beaucoup de difficulté à avoir de l’empathie pour les gens.

    2. Une difficulté à exprimer leurs sentiments et à créer des relations 

    manque d'amour pendant l'enfance

     

    L’amour maternel est l’un des instincts les plus basiques de l’humanité. Cet instinct à caractère universel représente les garanties de paix et de fraternité dans nos relations avec nos prochains. Le manque d’amour pendant l’enfance est le premier maillon d’une chaîne de générations futures à problèmes.

    Les capacités altruistes que nous devons développer au fur et à mesure de notre croissance sont le résultat de la qualité de l’amour reçu lors de la première étape de notre vie. Une personne qui n’a pas connu l’amour maternel n’a pas pu développer correctement ses capacités altruistes telles que l’empathie, la fidélité, et l’authenticité.

    Les besoins non comblés pendant l’enfance influencent le comportement à l’âge adulte. Généralement, les personnes qui ont manqué d’amour pendant leur enfance, une fois à l’âge adulte, continuent d’attendre de façon inconsciente que quelqu’un couvre leurs besoins. Cette situation entraîne de graves conséquences dans leurs comportements, telles que l’incapacité d’aimer et de ressentir de l’amour. Ces personnes éprouvent des difficultés à exprimer leurs sentiments, et préfèrent alors les réprimer.

    L’importance de montrer son amour à ses enfants pendant leur enfance

    femme souffrant du manque d'amour pendant l'enfance

     

    Montrer son amour à ses enfants est très important pour différentes raisons.

    L’amour donné pendant les premières années de vie, dès la naissance, a un pouvoir inimaginable sur le développement des compétences altruistes et de la capacité d’aimer. L’humanisation des personnes est possible grâce à l’amour reçu pendant l’enfance. Une personne qui, pendant son enfance, n’a pas reçu d’amour, grandit avec un manque affectif, lequel donnera lieu à un comportement agressif, car elle aura vécu ses premiers moments dans un environnement dépourvu d’affection.

    Le manque d’amour lors de la première étape de vie n’affecte pas seulement l’enfant mais a des conséquences à l’échelle universelle : des générations avec un vide affectif vont s’enchaîner, ce qui constitue une arme mortelle pour le futur de l’humanité.

    Malheureusement, nombreux sont les enfants qui sont élevés dans un environnement dépourvu d’amour. Si nous voulons éviter que nos enfants souffrent d’un manque affectif et soient marqués à vie par ce manque, il faut leur donner l’amour qu’ils méritent et dont ils ont besoin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Parfois, les mères se sentent seules

     

     

     

     

     

     

    Concilier son rôle de mère avec sa vie de femme n'est pas toujours chose facile, notamment lorsque nous constatons que nous ne correspondons pas au modèle de mère idéale. Découvrez ici pourquoi certaines mères se sentent parfois seules. 

    Parfois, les mères se sentent seules

    La maternité est une étape qui implique de grands changements. L’arrivée d’un nouvel être dans la vie d’une femme implique beaucoup de dévouement et de responsabilités. Il arrive alors parfois que ces changements dépassent les nouvelles mamans, raison pour laquelle elles se sentent parfois seules.

    Concilier avec succès sa vie de femme avec son rôle de mère n’est pas simple. Les mères sont parfois en proie au doute, et ne bénéficient pas toujours d’un réseau familial soudé capable de les soutenir. De plus, les changements physiques et hormonaux et d’autres transformations qui sont sources de stress n’aident pas.

    À tout cela s’ajoutent les pressions sociales concernant la maternité qui s’opposent de façon presque radicale à la réalité. Conséquence de cela : il n’est pas rare que les mères ressentent de l’incompréhension, de la solitude et de la frustration.

    Le modèle de la mère idéale 

    Le modèle de mère idéale encourage le sentiment de solitude

     

    De façon générale, l’image véhiculée sur la maternité par les publicités, les programmes de télévision et les films est éloignée de la réalité. À la télé, nous voyons des mères très souriantes sur leur 31 en train de danser avec leur bébé. Ces nouvelles mamans ont toujours une silhouette fine, sont pleine d’énergie et changent les couches de leur bébé avec beaucoup de poésie. Ne parlons même pas de l’allaitement. Les mères des publicités sont des femmes qui semblent ne pas avoir subi les ravages de la fatigue et de la douleur.

    Dans la société dans laquelle nous vivons, la mère idéale est celle qui sait jongler facilement entre son rôle de mère et sa vie de femme tout en simplicité, comme s’il était facile de prendre soin d’un être qui dépend totalement de sa mère. L’image générale véhiculée est une image de pur bonheur, de plaisir, et de connexion spirituelle sans ombre au tableau.Or, la réalité est souvent tout autre, et c’est pourquoi les mères souvent se sentent seules : le décalage entre le modèle véhiculé par les médias et la réalité est source de frustration.

    La maternité réelle 

    Si vous avez un enfant, vous savez déjà que la maternité idéalisée des médias est pratiquement irréelle. Cela ne veut pas dire que la maternité est une expérience pleine de souffrance et d’amertume. C’est même le contraire, il s’agit d’une belle expérience remplie d’amour et de joie.

    La maternité est un exercice dans lequel il faudra faire face à des sentiments opposés qui cohabitent ensemble. Le moment de la grossesse est un bon exemple pour illustrer cette idée : l’idée de mettre au moment un enfant est source de joie, mais les nausées et autres gênes rendent l’expérience désagréable.

    Une mère devrait pouvoir s’autoriser à exprimer ses frustrations et son mal-être, mais la société les pousse à réprimer ce type de sentiments. C’est pourquoi les mères se sentent parfois seules.

    Les mères se sentent parfois seules 

    Les mères se sentent parfois seules

     

    Une mère peut se sentir seule pour différentes raisons.

    L’une de ces raisons concerne les informations qui ne circulent pas de génération en génération, comme s’il s’agissait de secrets. Par exemple, personne ne dit aux futures mères que parfois elles ne pourront pas dormir et seront alors fatiguées et de mauvaise humeur. Ou encore, qu’elles se sentiront parfois impuissantes et coupables.  De la même façon, on ne parle pas trop de la douleur de l’accouchement, ni du temps, de l’énergie et de l’argent qu’implique l’éducation d’un enfant.

    En somme, l’image générale de la maternité est celle d’une mère indépendante capable de tout faire en même temps. En cherchant à maintenir le même rythme de vie qu’avant la maternité, une mère se sentira probablement seule et impuissante. C’est pourquoi il est essentiel et précieux de vivre cette transition auprès de personnes que nous aimons, qui peuvent nous remonter le moral et nous conseiller face à un quelconque problème.

    Cherchez un soutien émotionnel

    Les humains sont des êtres sociables. Nous sommes faits pour vivre en communauté. C’est pourquoi nous devons créer un réseau capable de nous soutenir dans les moments difficiles. La maternité est le moment idéal pour recevoir ce type d’aide.

    Il est primordial de pouvoir vider son sac et de demander conseil auprès de personnes de confiance, afin de libérer la peur et le stress qui surviennent avec les responsabilités de la maternité.

    Il existe des associations au sein desquelles des mères se réunissent pour raconter leurs expériences, exprimer leurs doutes et leurs craintes. L’objectif de ces associations est d’éviter la solitude liée à la maternité, et ainsi de permettre aux nouvelles mères de créer un réseau de soutien, afin de remplir au mieux leur rôle.

    Vous n’êtes pas seule 

    Même si vous vous sentez seule, vous n’êtes pas seule. Ayez à l’esprit que votre fatigue influe sur votre humeur et sur votre engagement physique et mental.

    La mère parfaite n’existe pas . Les mères sont tout simplement des femmes avec leurs forces et leurs faiblesses.

    Le sentiment de solitude n’est pas non plus mauvais : cela vous rappelle ainsi que vous aussi vous avez besoin par moment que l’on s’occupe de vous.

    La maternité n’est pas un chemin facile, mais c’est un chemin qui apporte beaucoup de joie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment agir après une dispute avec son partenaire ?

     

     

     

     

     

     

    Parfois, nous ne pensons pas à ce que nous faisons ou disons et cela affecte notre relation en tant que couple. Nous nous sentons coupables, tristes et anxieux et ne savons pas comment agir. Voici quelques conseils à suivre après une discussion avec votre petit ami.

    Comment agir après une dispute avec son partenaire ?

     

    Se disputer avec son partenaire est une affaire de tous les jours et peut arriver pour n’importe quelle raison. Certaines sont plus compliquées que d’autres en raison du sujet auquel elles se réfèrent. Et il est très important de savoir quoi faire pendant et après la querelle. Ainsi, dans cet article, nous répondrons à toutes vos questions sur la façon d’agir après une dispute avec sont petit ami.

    J’ai eu une dispute avec mon petit ami : et maintenant ?

    Il est courant de se sentir coupable, triste et anxieux après une dispute avec son partenaire. Parfois, vous ne savez pas comment agir, quoi faire ou quoi dire. Voici les erreurs les plus courantes à ne pas commettre après une dispute :

    1. L’ignorer

    Il est vrai que si vous êtes en colère, vous n’avez pas envie de lui prêter attention ou de lui parler. Mais lorsque cela se produit, vous ne devez pas vous renfermer et garder toutes vos émotions et sentiments pour vous.La meilleure chose que vous pouvez faire dans ces cas est de parler et de faire ressortir ce que vous ressentez. Afin que ça ne devienne pas un fardeau pour votre esprit.

    2. Ruminer ses paroles

    Lorsque vous êtes en colère ou blessé, vous pouvez dire des choses que vous allez regretter plus tard. Si vous avez entendu une phrase trop blessante ou que vous n’avez n’avez pas aimée, dites-le lui. De cette façon, cela ne restera pas dans votre tête pendant des jours.

     

    dispute avec son partenaire

     

    3. Rester en colère pendant une semaine

    « Après une dispute avec mon petit ami, je m’assois les bras croisés et je boude pendant des heures, et même des jours. » Vous vous reconnaissez dans cette affirmation ? Gardez à l’esprit que si vous gardez cette position, il vous sera plus difficile de vous réconcilier ou de parvenir à une entente. En plus, dans de telles conditions, c’est vous qui souffrez, pas l’autre.

    4. L’auto-punition

    C’est aussi assez courant. Se sentir mal parce que vous avez provoqué une dispute ou parce qu’au lieu de réparer des choses, vous avez ajouté de l’huile sur le feu, ce qui est inutile. Il est nécessaire que vous puissiez tous les deux exprimer ce que vous ressentez et ce qui vous dérange.

    Si vous êtes déprimé à l’idée d’avoir eu une dispute, pensez que cela a peut-être pu résoudre certains problèmes que vous aviez. Et donc vous permettre de repartir sur une relation plus apaisée.

    5. Aller dormir en colère

    Même si le fait de dormir aide certaines personnes à se calmer et à se remettre d’une dispute, il est toujours préférable de trouver une solution au problème le plus tôt possible. Si vous laissez passer une nuit entière, vous ne serez peut-être plus en colère. Mais il y aura aussi certains sentiments, opinions ou émotions qui n’auront pas été exprimés. Et donc, il sera plus difficile de les exprimer plus tard.

    dispute avec son partenaire
    Que faire après une dispute avec mon petit ami ?

    Au-delà du changement de direction de vos actions et de vos attitudes à l’égard de certaines erreurs typiques après les disputes, il est également intéressant de savoir comment agir à ce moment-là. C’est-à-dire lorsque l’on est énervé et que les sentiments sont à fleur de peau. Portez attention à ces conseils :

    1. Regarder au-delà du sujet de la dispute

    Croyez-le ou non, mais on se dispute souvent pour quelque chose de totalement différent du sujet de la dispute. Il peut vous sembler que l’argent, la famille ou la nourriture ont pu être le déclencheur. Mais dessous, il y a peut-être quelque chose de plus profond.

    Peut-être une insatisfaction dans le couple, des problèmes au travail, trop de pression. Ou bien des traumatismes du passé qui vous amènent à une dispute pour des raisons plus terre-à-terre qui n’ont rien à voir.

    2. Se regarder les yeux dans les yeux

    Même au pire moment d’une dispute, ou lorsque celle-ci est terminée, le contact visuel est essentiel. On dit que les yeux sont le reflet de l’âme. Et peut-être que ce que la bouche dit n’est pas ce que le regard exprime. Pour mettre fin à une dispute, il suffit parfois de se regarder pendant quelques secondes.

    3. Se rapprocher l’un de l’autre

    Une autre façon de se réconcilier après une dispute de couple est de mettre de côté la distance physique. Un câlin, une caresse ou simplement un contact «peau contre peau» peut suffire à apaiser la situation et à apporter une solution au problème.

    Se rapprocher l’un de l’autre est sans aucun doute un répit dans la bagarre et une façon de montrer que, malgré tout, la relation passe d’abord et avant tout.

    dispute avec son partenaire

     

    4. S’excuser

    Souvent, il faut mettre de côté votre fierté et savoir que c’est le moment de dire : « Je suis désolé ». Cela suffit souvent à améliorer les choses. Les excuses doivent être sincères et non une tentative d’éteindre le feu avec une goutte d’eau.

    Parfois, l’humilité dans une discussion peut être très utile. Demandez-vous s’il est préférable de garder sa fierté ou d’arranger les choses avec votre partenaire. Il est vrai que les erreurs ne sont pas toujours de votre coté. Mais si la relation vous intéresse vraiment, faites le premier pas vers la réconciliation.

    5. Aller prendre l’air

    Une autre façon d’agir après une dispute de couple est d’aller se promener. On dit que c’est la meilleure façon de se vider la tête et de réduire sa colère. Peut-être que cela vous permettra d’éviter que les choses s’enveniment. Vous risqueriez de commencer à lui reprocher des choses qui se sont passées il y a des années.

    Et rappelez-vous la règle : « ne pas aller se coucher fâchés ». Parce que l’idée consiste à aller prendre l’air et à arriver à une réconciliation. Et non pas de se laisser emporter par l’irritation ou la colère. Au retour de la promenade, essayez de reprendre calmement la conversation. Vous verrez peut-être tous les deux les choses d’une autre manière.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’importance de la famille dans le développement des enfants

     

     

     

     

     

     

    La famille, quelle que soit sa typologie, est le pilier sur lequel repose le développement de l'individu. Sachez pourquoi la famille est si importante dans l'éducation des enfants.

    L’importance de la famille dans le développement des enfants

    La famille a un grand impact sur la croissance des enfants. Sur leur développement émotionnel et social. La famille modèle leur façon de penser, leur façon de prendre des décisions, la façon dont ils se comportent et même leur perspective sur la vie.

    L’environnement dans lequel un enfant grandit le définit comme une personne. Par conséquent, l’importance de la famille dans son développement est essentielle.

    Avoir une famille est un droit légitime et fondamental d’un enfant. C’est parce qu’à travers la famille, les enfants apprennent les principes de base de la vie en commun. Ainsi que les compétences nécessaires pour développer leur potentiel en tant qu’individus et pour faire face à la vie adulte dans la société.

    Qu’est-ce que la famille ?

    C’est le premier environnement où les êtres humains interagissent avec d’autres personnes, dans lequel ils apprennent des valeurs, des principes, des normes et des notions sur la vie. C’est aussi l’environnement social où les enfants gagnent la sécurité, le respect et l’amour. La famille contribue à la construction de l’identité et de la personnalité de l’enfant.

    L’objectif premier de la famille devrait être de préparer l’enfant à une vie adulte heureuse et réussie. Cet objectif est atteint grâce à une éducation intégrale qui leur permet de faire face aux problèmes futurs de la meilleure façon possible. D’atteindre la sécurité émotionnelle et économique. De respecter les autres et se respecter eux-mêmes. Et enfin de consolider leur estime de soi.

    Types de familles

    Il existe divers types de familles. La classification dépend du profil et du nombre de ses membres. Une famille peut être :

    1. Famille nucléaire ou biparentale

    développement des enfants

     

    Elle est composés des deux parents et d’un ou plusieurs enfants. C’est la famille que la société promeut pour construire. Il s’agit d’une famille typique.

    2. Famille élargie

    C’est la famille dans laquelle les enfants vivent avec d’autres parents par le sang ou apparentés, comme les grands-parents, les tantes, les oncles, les cousins et cousines. Cette famille peut inclure ou non les parents biologiques.

    3. Famille monoparentale

    Dans ce type de famille, l’enfant ou les enfants sont élevés par l’un de leurs parents seulement, généralement la mère. Mais il y a des cas où les enfants sont élevés par le père. Certaines causes courantes sont :

    • Mort de la père pendant l’accouchement
    • Séparation des parents
    • Manque d’intérêt à élever un enfant
    • Veuvage

    4.Famille adoptive

    développement des enfants

    Cela se produit lorsqu’un couple décide d’accueillir un enfant qui a perdu sa famille. L’adoption se produit lorsqu’un couple n’a pas réussi à avoir des enfants ou simplement par choix.

    5. Famille de parents séparés

    Contrairement aux familles monoparentales, les parents choisissent de vivre séparément mais continuent de s’occuper de leurs enfants, en s’impliquant dans leur développement et leur croissance.

    6. Famille recomposée

    développement des enfants

     

    Ce type de famille est celui où un ou les deux parents ont un ou plusieurs enfants issus de relations antérieures. Dans ce cas, les enfants doivent vivre avec leurs demi-frères ou demi-sœurs.

    7. Famille homoparentale

    Elle est composée de parents homosexuels qui adoptent un enfant. De même, une famille homoparentale peut être composée de deux femmes qui ont opté pour la fécondation in vitro pour avoir un ou plusieurs enfants.

    Quelle est l’importance de la famille dans le développement des enfants ?

    développement des enfants

     

    1. L’éducation commence à la maison

    Les enfants passent un grande partie de leur temps avec leurs parents, de la naissance jusqu’à l’âge de 4 ans environ. Durant ces années, les parents enseignent à leurs enfants des habitudes, de la discipline et des valeurs. Et pendant qu’ils sont à l’école, les enfants apprennent à développer des compétences et à acquérir des connaissances.

    2. Soutien inconditionnel

    La famille constitue un soutien sans pareil pour les enfants. La famille sera toujours présente dans les jours les plus heureux, mais aussi dans les moments les plus difficiles, comme la maladie et les décisions importantes. Peu importe le nombre d’amis d’un enfant, la famille sera toujours là pour lui apporter un soutien inconditionnel.

    3. Tolérance envers les autres

    Tous les membres de la famille sont des êtres uniques avec des personnalités différentes. Grâce à cela, l’enfant apprend à coexister avec des personnes différentes, à respecter et à accepter les autres. De cette façon, lorsqu’il doit sortir à l’extérieur, il n’a pas de difficulté à interagir avec des étrangers.

    Apprendre à partager

    développement des enfants

     

    Lorsque l’enfant grandit avec ses frères et sœurs, la famille lui apprend à partager, depuis les bonbons, ses objets les plus précieux jusqu’à l’amour de ses parents. De cette façon, l’enfant ne sera pas égoïste dans ses interactions futures avec la société.

    Bref, au-delà de sa typologie, l’importance de la famille réside dans l’affection et le lien qui existe entre ses membres. C’est la force de chaque membre, le lien qui les unit.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 7 conseils pour éduquer vos enfants

     

     

     

     

     

     

    Le guide des parents parfaits n'existe pas. Éduquer ses enfants est un art qui se cultive jour après jour, et à travers lequel parents et enfants grandissent ensemble. 

    7 conseils pour éduquer vos enfants

    Lorsque nous décidons d’être parent, nous entamons l’un des chemins les plus fascinants et les plus complexes de la vie d’un être humain. Éduquer ses enfants est une mission à laquelle personne n’est réellement préparé : c’est un processus complexe au cours duquel nous tirons les leçons de nos expériences à chaque instant.

    Les conseils de spécialistes et d’autres parents fonctionnent, mais seulement dans certaines circonstances. Même au sein d’une même famille, ce qui a marché pour l’un des enfants ne marchera pas forcément pour son frère ou sa soeur.

    Ainsi, en partant du principe que chaque enfant est un être unique et que la relation que nous créons avec lui l’est tout autant, nous vous proposons ici six recommandations pour éduquer vos enfants dans l’amour et le respect.

    1. Mettez-vous à leur place

    L'importance de l'empathie pour éduquer vos enfants

     

    Les enfants sont des enfants. Ils agissent donc comme des enfants. Chaque minute de leur vie est un jeu, une fantaisie, une découverte, une aventure. À l’inverse des adultes, ils n’ont pas la moindre notion des responsabilités et, par conséquent, leur comportement est différent de celui d’un adulte.

    Ainsi, si un enfant a un comportement que nous désapprouvons ou que nous jugeons mauvais, avant de le réprimander, essayons de comprendre pourquoi l’enfant a agit de la sorte, quels sentiments ont motivé ce comportement.

    2. Réfléchissez ensemble

    L’empathie pousse à la réflexion. Le fameux décompte jusqu’à 10 pour respirer et éviter de parler sur le ton de la colère pour réprimander son enfant est le temps nécessaire pour comprendre la situation face à laquelle nous nous trouvons.

    Cette réflexion n’est pas seulement utile pour les parents. Nous vous recommandons d’inviter vos enfants à analyser ce qui s’est passé et à se mettre à la place des personnes affectées par le mauvais comportement.

    3. Écoutez vos enfants et dialoguez avec eux

    L'importance du dialogue pour éduquer vos enfants

     

    Très souvent, les parents donnent des conseils à leurs enfants sur ce qu’ils doivent faire et ne pas faire. En revanche, plus rares sont les fois où les parents prennent vraiment le temps d’écouter ce que leurs enfants ont à dire. N’étant pas ouverts au dialogue, les parents ne cherchent alors pas à comprendre les motivations de leurs enfants.

    Il est essentiel d’écouter les arguments de ses enfants, afin d’avoir une meilleure vue d’ensemble et comprendre leurs motivations. Cela vous aidera, qui plus est, à savoir comment orienter ce comportement. Grâce au dialogue et à la réflexion commune, vous arriverez à la meilleure conclusion possible concernant la situation.

    4. Passez du temps avec eux 

    Entre les parents qui travaillent au moins huit heures par jour, et les enfants qui, après l’école, participent à des activités extrascolaires, il reste peu de temps pour les moments en famille.

    Éduquer ses enfants ne signifie pas imposer une règle et espérer que son enfant la comprenne et la respecte immédiatement. Il faut être présent pour eux et partager des moments avec eux. Promenez-vous avec vos enfants, allez voir un film en famille, dialoguez…

    5. Donnez l’exemple 

    L'importance de donner l'exemple pour éduquer vos enfants

     

    Vous aurez beau sermonner vos enfants, l’exemple que vous donnez aura beaucoup plus d’impact que des mots. Voici un parfait exemple pour illustrer cette affirmation : des parents fumeurs qui interdisent leurs enfants de fumer sur la base de l’argument selon lequel fumer nuit à la santé.

    Si nous souhaitons que nos enfants aient de l’empathie, nous devons nous-même faire preuve d’empathie. Si nous voulons que nos enfants résolvent les différends en dialoguant,  sans cris, il faut en faire de même, et ainsi de suite. L’exemple des parents est le guide des enfants.

    6. Laissez-les se tromper 

    Les enfants sont des explorateurs nés. Ils arrivent au monde avec une soif de découverte, et vous devez les laisser faire, même s’ils se trompent. Le rôle des parents est simplement de faire en sorte que cette soif ne dépasse pas certaines limites qui seraient une entrave à leur bien-être physique et émotionnel.

    Nombreux sont les parents qui surprotègent leurs enfants. Surprotéger ses enfants fait que ces derniers ne développent pas leur autonomie et grandissent avec les peurs et traumatismes de leurs parents. Inversement, laisser ses enfants s’aventurer et se tromper leur permet de cultiver leur confiance en eux-même et une bonne estime de soi.

    7. Demandez pardon

    L'importance de demander pardon pour éduquer vos enfants

     

    Nous exigeons de nos enfants qu’ils nous présentent des excuses lorsqu’ils se sont mal comportés. Mais il est rare de voir des parents demander pardon à leurs enfants pour s’être emportés rapidement, pour ne pas avoir tenu promesse, pour avoir levé le ton, ou encore pour ne pas avoir répondu présent à une invitation de l’école…

    Les parents ne sont pas parfaits. Cela arrive parfois qu’ils manquent de respect à leurs enfants. Les enfants aussi apprécient lorsque leurs parents sont capables d’admettre leurs erreurs et demandent pardon.

     

    Nous ne devenons pas parent avec l’arrivée d’un bébé : c’est un processus d’apprentissage complexe. C’est pourquoi il est essentiel de se préparer. Savoir comment nous souhaitons éduquer ses enfants implique de se renseigner sur le sujet et d’adopter une approche commune avec son conjoint.

    Le premier exemple que nous avons en tant que parent c’est notre propre éducation. Pour surmonter les blessures laissées par nos parents, il faut les analyser, et parfois même avoir recours à une aide professionnelle. Cette réflexion fait partie de l’apprentissage nécessaire pour offrir une éducation basée sur le respect et l’amour.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 troubles que peuvent provoquer les divorces

    dans la vie des enfants

     

     

     

     

     

     

    Le divorce est une situation imprévue pour n’importe quel enfant. Cependant, cela change complètement la vie des enfants. Les troubles émotionnels qui peuvent affecter les enfants dépendront de la façon dont les parents gèrent la séparation.

    6 troubles que peuvent provoquer les divorces dans la vie des enfants

    En général, les troubles que les divorces peuvent provoquer sont souvent irréversibles. Si nous comptons aussi les préjudices subis par les enfants, le résultat est presque toujours dévastateur. Chez les enfants, les principaux troubles se manifestent dans leur estime d’eux-mêmes et dans leur confiance.

     

    Cette situation peut aussi affecter d’autres aspects de leur vie tels que les études universitaires et, dans certains cas, leur santé. Le divorce est beaucoup plus que la dissolution d’un lien de mariage. Lorsque les parents se séparent, le monde des enfants s’effondre souvent.

    La séparation génère un état de deuil auquel chaque membre de la famille doit faire face. Bien que les experts affirment que les enfants parviennent à s’adapter et à l’assimiler, il est indéniable qu’un divorce ne laisse personne indemne.

    Causes de divorce

    conséquences des divorces pour les enfants

     

    Les causes les plus fréquentes de divorce sont souvent dues aux facteurs suivants :

    • L’infidélité
    • Les problèmes de toxicomanie
    • La violence domestique (physique ou psychologique)
    • L’intolérance et les différences au sein du couple
    • La déception accumulée ou l’insatisfaction personnelle
    • La routine et l’ennui

    Les procédures de divorce

    Les procédures de divorce peuvent se dérouler de différentes manières. Habituellement, il existe deux types de procédures dans une séparation conjugale.

    En résumé, les divorces s’organisent selon les cas, de la façon suivante :

    Divorce d’un commun accord

    C’est la procédure la plus pratique pour les couples qui ont des enfants, car elle affecte beaucoup moins ces derniers. Grâce à ce type de séparation, le couple gère ses désaccords d’une manière plus souple.

    De cette façon, les parents évitent les disputes constantes qui nuisent aux enfants.

    Divorce contentieux

    Dans ce cas, l’un des conjoints ouvre une procédure de divorce en expliquant et en justifiant les raisons de sa demande. Le conjoint n’est généralement pas d’accord avec cette décision et s’y oppose. C’est alors que les conflits commencent.

    C’est pourquoi ce type de divorce provoque plus de répercutions négatives pour les enfants.

    Les troubles que peuvent provoquer les divorces chez les enfants

    troubles que peuvent provoquer les divorces chez les enfants

     

    La capacité des enfants à surmonter les dégâts que les divorces peuvent provoquer est différente dans chaque cas. Cela dépendra dans une large mesure de la façon dont les parents gèrent leur séparation.

    Dans chaque divorce, les troubles causés aux enfants peuvent se manifester à court et à long terme.

    1. Faible estime de soi

    Selon l’âge et les capacités des enfants face à de nouvelles situations, les répercutions sur leur estime de soi peuvent être plus ou moins profondes. En cas de divorce, les enfants peuvent penser qu’ils ne sont pas importants ou que leurs parents ne se soucient pas d’eux.

    C’est parce qu’en général, les parents investissent beaucoup de temps dans le processus de divorce. Par conséquent, l’attention habituelle que tout enfant exige va diminuer automatiquement. Si la relation de l’enfant avec son père ou sa mère qui ne vit plus à la maison se réduit, l’enfant peut se sentir sous-estimé.

    2. Sentiments de culpabilité

    Il faut plusieurs années aux enfants pour surmonter la perte de la coexistence avec l’un de ses parents. Si la communication des parents n’est pas optimale, ils peuvent penser qu’ils sont coupables du divorce.

    Cela peut arriver si les parents n’ont pas la maturité nécessaire pour faire face au conflit et à leurs responsabilités. Par conséquent, les enfants pourront sentir un sentiment d’abandon total.

    Il convient de garder à l’esprit que la participation des enfants dans un divorce les rend également plus vulnérables. Les enfants ne devraient pas être placés dans la position de choisir entre l’un et l’autre parent. Cette décision ne provoquera que des dommages psychologiques aux enfants. Ainsi, ils pourront se sentir coupables de choisir l’un ou l’autre parent.

    3. Dépression

    Très fréquemment, le fait de perdre son style de vie et son pouvoir d’achat à cause d’un divorce provoque généralement de l’incertitude.

    D’une part, les enfants doivent souvent changer de domicile, d’école et quitter leurs amis. C’est alors que peut apparaître la dépression. De plus, ils perdent aussi la sécurité et la confiance qu’ils avaient avec leurs parents à travers les activités familiales.

    D’autre part, il se peut qu’ils soient obligés de vivre avec l’un des parents de manière forcée. Et s’ils passent peu de temps avec l’autre parent, leur comportement peut passer de la dépression à l’hostilité.

    En outre, les enfants auront probablement du mal à accepter la séparation et imagineront souvent des scénarios de réconciliation. Quand cela n’arrive pas, cela peut augmenter leur frustration et leur dépression.

    4. Difficultés à socialiser

    Un autre des troubles que les divorces peuvent provoquer chez les enfants comprend les difficultés sociales. Pendant la séparation, les enfants ne peuvent seulement penser qu’à ce qui se passe chez eux. Cela peut diminuer leur motivation à jouer et à partager avec leurs amis.

    De même, les résultats scolaires et d’autres aspects de leur vie sont souvent affectés. En effet, les enfants sont tellement concernés par la situation familiale qu’ils négligent souvent tout le reste. La difficulté réside à mettre une distance entre le divorce de leurs parents et leur propre vie.

    5. Peur du futur

    Le fait de passer d’un stade de bonheur familial à un stade de séparation peut déstabiliser qui que ce soit. Tout ce que les enfants peuvent imaginer, définitivement, ne comprend pas la perte de l’un de leurs parents. Un processus de divorce génère chez les enfants une grande incertitude sur les événements futurs.

    Cette expérience peut les marquer dans le futur et dans leurs relations personnelles. Ils peuvent avoir très probablement peur de s’engager et même de se marier plus tard. Ils seront certainement influencés par l’expérience vécue avec la séparation de leurs parents et s’en souviendront toujours.

    6. Maladies psychosomatiques

    Parmi les troubles que peuvent provoquer les divorces, il existe aussi le cas de maladies psychosomatiques. Celles-ci peuvent apparaître à la suite du niveau élevé de stress vécu pendant le processus de divorce et à l’anxiété générée par le nouveau mode de vie.

    Autres réflexions

    Les troubles que vivent les enfants dont les parents divorcent ne sont pas une invention, ils se sentent vraiment mal. Face à cela, il est recommandé de demander de l’aide à un professionnel pour gérer les dommages émotionnels provoqués par un divorce. Ce sera aussi un soutien supplémentaire pour aider les enfants à faire face aux changements à venir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Quand devriez-vous suivre une thérapie de couple ?

     

     

     

     

     

     

    Suivre une thérapie de couple est un acte d'amour véritable pour soi-même et pour la personne que l'on a choisie comme partenaire de vie.

    Quand devriez-vous suivre une thérapie de couple ?

    Lorsque vous commencez à avoir une relation avec quelqu’un, la dernière chose à laquelle vous pensez est d’avoir besoin de l’aide d’un professionnel. Mais le vivre ensemble, l’insécurité, le stress et des centaines d’autres facteurs peuvent causer des problèmes dans votre relation.

    Les disputes commencent, le désintérêt de l’un des membres ou des deux, et le retour à la maison devient une souffrance. En général, la première chose que les gens font est de rechercher un coupable des disputes. Mais le problème fondamental n’est pas abordé et il empire. Certains parviennent quand même à parler et à chercher des solutions de rechange pour aller de l’avant.

    Être honnête sur ce que vous ressentez est la première chose que vous devriez faire. Prenez le temps d’identifier ensemble les causes réelles de cette mauvaise passe du couple. Mettez de côté l’orgueil et l’égoïsme pour que l’amour ne soit pas impacté. Cela semble très simple et facile, mais la plupart du temps cela n’arrive pas vraiment.

    Dans le meilleur des cas, on essaie de demander conseil aux personnes qui sont les plus proches. Mais la plupart des couples finissent par divorcer. Les amis ou les membres de la famille n’ont pas assez d’objectivité ou d’outils pour vous guider. Donc, si vous ne voulez pas mettre fin à votre relation, la consultation d’un psychologue de couple est l’option la plus saine. Et ce qui se passera ensuite, ce sera avec la conscience et la satisfaction d’avoir essayé de faire pour le mieux.

    Quand est-il nécessaire de suivre une thérapie de couple

    1. Accord en commun

    accord mutuel pour la théeapoe de couple

     

    Vous êtes tous les deux décidés à chercher l’aide d’un professionnel.C’est peut-être l’un de vous deux qui l’a proposé. Mais vous devez en être tous les deux être convaincus. Le but commun est de sauver le couple et vous devez être prêts à vous écouter. Sûrement, il y aura des minutes de tension ou de douleur jusqu’à ce que vous trouviez le vrai motif. Mais vous savez aussi que vous êtes là pour retrouver l’ancienne relation. Ou, mieux encore, pour en créer une meilleure.

    2. Difficultés de communication

    La façon dont vous communiquez ou interprétez les messages de votre conjoint peut créer de sérieux problèmes. Et même arriver à un manque complet de dialogue. Le sentiment que l’autre personne n’écoute pas ou ne prend pas en compte les questions se termine dans une relation silencieuse. S’il n’y a pas de communication, il n’y a aucun moyen de savoir ce qu’on ressent ou ce dont on a besoin pour être heureux.

    3. Être seul tout en vivant en couple

    problème de communication pouvant mener à une thérapie de couple

     

    Beaucoup de gens se retrouvent dans une solitude extrême avec un partenaire à leurs côtés. Le manque d’affection ou de communication sont les principaux sentiments. Mais il y a là quelque chose qui ne fonctionne pas et qui ne permet pas le bonheur du couple.

    4. L’arrivée des enfants ajoute des problèmes

    Dans certains couples, lorsque leurs enfants arrivent, la relation change complètement. On dirait deux étrangers qui ne s’entendent pas. Parfois, l’un des membres se sent déplacé ou privé de pouvoir. D’autres mettent toute leur énergie dans les soins du nouveau membre de la famille et oublient leur intimité.

    5. Diminution du désir sexuel

    manque de désir sexuel pouvant mener à une thérapie de couple

     

    Le passage du temps fait souvent des rapports sexuels une procédure de routine accomplie comme une condition obligatoire. Les membres du couple tellement préoccupés par la recherche de développement. Ou bien par l’atteinte d’objectifs personnels que le sexe est relégué au second plan. Il y a l’amour et l’engagement de passer le reste de la vie ensemble, mais pas ce lien nécessaire au lit.

    6. La confiance est perdue

    La confiance est l’un des piliers des relations. Elle peut être perdue par infidélité ou par des mensonges découverts. Si elle disparait, le couple va se disputer probablement tout le temps. Le partenaire peut dire la vérité et même faire tout ce qui est possible pour être heureux. Même si vous arrivez à le croire, vous trouverez toujours une raison d’être méfiante.

    Avantages d’une visite chez un psychologue de couple

    les bénéfices de la thérapie de couple

     

    • Retrouver le désir de partager avec une autre personne.
    • Renforcer le dialogue et retrouver le bonheur de séduire.
    • Prévenir ou résoudre d’autres conflits potentiels qui pourraient survenir plus tard.
    • Empêcher la relation de devenir toxique et de générer des dommages psychologiques pour tous deux.

    Il est important de ne pas laisser passer trop de temps avant de consulter un psychologue de couple pour obtenir des résultats positifs plus rapidement. De plus, déterminez si l’effort en vaut vraiment la peine et s’il s’agit de la personne avec qui vous voulez faire votre vie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • J’ai été infidèle : comment le confesser ?

     

     

     

     

     

     

    Prendre la décision d'avouer que vous avez été infidèle à votre partenaire peut être libérateur, mais vous devez faire attention à la façon dont vous communiquez et aux détails que vous donnez.

    J’ai été infidèle : comment le confesser ?

    Il n’y a pas de définition exacte et unique de ce que signifie être infidèle. Chaque personne peut l’interpréter d’une manière très différente. De plus, la même situation peut être considérée pour certains comme une infidélité et pour d’autres pas du tout. Le sentiment est plein de subjectivité, de sorte que les réactions peuvent être très différentes selon la victime de l’infidélité.

    Pour cette raison, il est parfois très difficile pour quelqu’un de prendre l’initiative de dire à son partenaire qu’il a été infidèle. On est sûr de vouloir le faire, mais on craint les conséquences pour la relation. Et trouver le bon chemin et le bon moment est une responsabilité très forte. Mais on ne devrait pas laisser passer le temps, ou l’effet peut être bien pire.

    Être infidèle de temps en temps n’est pas la même chose que de maintenir une double vie. Donc, vous devez d’abord être clair sur le genre d’aventure que vous allez raconter. S’il s’agit d’un événement isolé qui a été commis à un moment de faiblesse mais que l’on ne peut plus cacher, certaines mesures doivent être prises pour obtenir l’effet le moins négatif possible. Pensez profondément au bien et au mal que cette nouvelle fera au couple trahi.

    Être infidèle : confession difficile

    Si la décision est sure de faire la confession, alors il y a certaines mesures à prendre pour le faire aussi soigneusement que possible. Ce n’est pas une garantie de pardon ou d’oubli, mais cela peut aider à atténuer le coup.

    1. En parler tout de suite

    vous avez été infidèle ? Parlez-en avec votre conjoint

     

    En parler le plus tôt possible est souvent une question clé. Le monde est petit, disent les grands-mères, et encore plus avec les réseaux sociaux. Par conséquent, vous devez avoir le courage de vous asseoir et dire la vérité même si cela fait mal. C’est mieux avant qu’il ne l’apprenne par quelqu’un d’autre ou par d’autres moyens.

    2. Faire preuve de patience et de soumission

    Armez-vous de toute la patience que vous avez en vous, car la réaction peut être terrible. Les plaintes, les insultes, les pleurs et des centaines d’autres expressions émotionnelles peuvent survenir. Une contre-réaction aggraverait les choses, et la confession vise à rétablir la paix. Vous devez presque en arriver au point d’agir avec soumission et d’accepter ce qui vient sans mettre d’obstacles.

    3. Opter pour la vérité totale

    dites la vérité si vous avez été infidèle

     

    Dire toute la vérité et ne pas essayer de détourner ou de déguiser les événements. Il y aura probablement des demandes de détails et s’il le faut, vous devrez y répondre. Dire encore plus de mensonges ou refuser de suivre de répondre causera plus de colère. Le fait est déjà avoué,  alors le mieux est d’être honnête. La confiance et la relation sont en jeu, il est temps d’ouvrir complètement votre cœur.

    5. Montrer des regrets

    Démontrez que vous reconnaissez votre erreur et faites une analyse des dommages que cela cause à l’un et à l’autre et aussi au couple. Demandez pardon avec l’engagement de ne pas faire un autre faux pas de ce genre à nouveau. Mais ne faites pas de la conversation votre propre drame ou ne vous montrez pas comme une victime. Cela ne fera qu’intensifier encore plus la colère.

    6. Prendre du temps

    besoin de temps après une infidélité

     

    Consacrez à cette discussion le temps et le respect qu’elle mérite vraiment. Ce n’est pas n’importe quelle formalité, mais l’avenir en commun qui est en jeu. Avant d’entamer le dialogue, assurez-vous qu’il n’y aura pas d’interruptions et que cela sera pris au sérieux. Éteignez votre téléphone portable et ne prêtez attention qu’à chaque regard, mot ou geste de votre partenaire.

    7. Prendre du recul

    Vous aurez sûrement besoin de quelques heures, quelques jours ou qui sait combien de temps, pour être seul. Cela vous permettra de digérer l’information, de tenir compte de vos émotions et de réfléchir à la façon de procéder. Cela mérite ce temps pour ne pas être empoisonné par quelque facteur que ce soit. L’infidèle cache alors son orgueil et attend simplement sans invasion ou pression privée.

    Il est clair qu’il est important, en cette ère de compréhension et d’acceptation de l’infidélité, que le coupable n’agisse pas comme un célibataire. Face à la colère de son partenaire ou à toute discussion qui peut survenir avec cette mauvaise nouvelle, l’infidèle devrait se limiter à attendre. Tant qu’il est parmi vos priorités de poursuivre la relation et de regagner la confiance.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Apprenez à être patient avec votre conjoint

     

     

     

     

     

     

    Il y a des situations qui vous font perdre votre patience. Identifier ce qui, chez votre partenaire, vous fait perdre votre tranquillité d'esprit est la meilleure façon de contrôler vos réactions. Voici quelques conseils pour vous aider à apprendre à être patient avec votre conjoint.

    Apprenez à être patient avec votre conjoint

    On dit que la patience est une vertu cultivée quotidiennement, mais parfois nous ne savons pas par où commencer. Aujourd’hui, nous sommes habitués à ce que tout soit instantané et express. Mais dans une relation, il faut parfois apprendre à tolérant. Dans cet article, nous vous disons comment être patient avec votre partenaire. Bien sûr que c’est possible !

    Clés pour être patient avec votre partenaire

    Être patient avec votre conjoint est un trait d’une personne mûre. D’une personne qui tient compte non seulement de ses besoins, mais aussi de ceux des autres. Et d’un être qui peut comprendre celui qu’il aime. En théorie, cela semble très bien, mais comment faire dans la pratique ? Ces clés peuvent vous aider :

    1. Identifiez ce qui vous fait perdre votre patience

    apprenez à être patient avec votre conjoint : identifiez ce qui vous fait perdre patience

     

    C’est le point de départ. Car s’il peut y avoir beaucoup de choses qui peuvent vous irriter, il n’y a probablement qu’une ou deux causes principales (qui ensuite déclenchent des causes moins importantes).

    Par exemple, laisser tout en désordre, ne pas vous écouter lorsque vous lui parlez, dépenser beaucoup d’argent, etc. peuvent être des raisons d’exaspération. Une fois que vous aurez identifié la cause de votre colère, il sera plus facile de trouver une solution en y travaillant.

    2. Reconnaissez-vous vous même en votre partenaire

    Cela signifie que – peut-être le fait que vous êtes irrité de voir tout le désordre – a à voir avec certains traumatismes de votre passé. Quand dans votre enfance, votre mère se fâchait contre vous si vous ne rangez pas vos jouets.

    Ou vous avez peut-être eu un partenaire qui exigeait toute votre attention ou qui vous faisait une scène à chaque fois que vous alliez faire du shopping. N’oubliez pas que nous transférons nos défauts et nos souffrances à celui qui nous accompagne.

    3. Tenez compte de ses sentiments

    pour apprendre à être patient avec votre conjoint, tenez compte de ses sentiments

     

    Il est temps de prêter un peu plus d’attention à ce que ressent la personne qui vous accompagne chaque jour. Pour être patient avec votre partenaire, vous devez vous mettre à sa place, même si parfois difficile.Pourquoi laisse-t-il traîner ses vêtements ? Qu’est-ce qui lui fait dépenser tout cet argent ? Pourquoi il ne fait pas attention à vous ?

    Comprendre l’autre est l’une des tâches les plus difficiles dans une relation, mais la bonne nouvelle est que lorsque vous franchissez le seuil du « je » et que vous faites attention à votre environnement, tout s’améliore.

    4. Adoucissez vos réactions

    En suivant l’exemple du désordre dans la chambre, une bonne façon d’être patient avec votre partenaire est de lui dire : « Tu veux que je t’aide à mettre de l’ordre dans tes affaires ? » Au lieu de dire toujours la même chose, « Je suis fatigué de toujours devoir tout ranger derrière toi ».

    La réaction de l’autre personne sera complètement différente selon le ton de la voix et les mots que vous utilisez. Dans le premier cas, vous l’invitez à « travailler en équipe » et dans le second, vous lui reprochez une attitude répétitive. Selon vous, lequel des deux vous donnera les meilleurs résultats ?

    5. Parlez ouvertement

    pour apprendre à être patient avec son conjoint, il faut communiquer

     

    Peut-être êtes-vous impatient avec votre partenaire parce que vous ne lui avez jamais dit ce qui ne va pas. L’autre personne n’a pas de boule de cristal ! Vous pouvez penser que se mettre en colère, crier ou répéter des reproches, apportera quelque chose. Mais la meilleure façon d’amener l’autre personne à y réfléchir ou à  » découvrir  » ce qui se passe est de parler avec sincérité.

    Dites-lui ce que vous ressentez quand vous rentrez à la maison et que la maison est en désordre. Ce que vous pensez s’il a dépensé trop d’argent. Ce qui se passe dans votre tête quand il ne fait pas attention à vous.

    Votre partenaire ne le fait probablement pas avec l’intention de vous déranger ou parce qu’il est une mauvaise personne. Souvent, nous avons tellement de problèmes que nous ne faisons pas attention à certaines choses.

    6. Comptez jusqu’à 10

    Cette règle peut vous aider dans n’importe quelle situation où vous croyez que vous êtes sur le point d’exploser et que vous avez besoin de vous calmer. Si vous vous trouvez dans une situation qui vous fait perdre la tête, commencez à compter lentement tout en  respirant profondément.

    Parfois, vous avez juste besoin de cette petite pause pour vous calmer et mettre les choses en perspective. Si vous entrez dans une pièce et que tout est en désordre, au lieu de crier et de vous mettre en colère, respirez, comptez jusqu’à 10, puis parlez à votre partenaire de la façon dont vous pouvez (tous les deux) ranger les vêtements. Cela évitera non seulement une dispute, mais aussi une crise stressante et dommageable pour votre santé.

    7. Soyez plus flexible

    être flexible pour apprendre à être patient avec votre conjoint

     

    Un ancien enseignement dit que « le bambou est plus fort en raison de sa capacité à osciller quand il y a du vent, mais l’arbre peut se fendre à cause de sa rigidité ». Cela signifie que nous devons parfois être un peu plus tolérants les uns avec les autres.

    Bien sûr, il ne s’agit pas de le laisser faire ce qu’il veut, mais de comprendre que vous êtes différent et que vos habitudes ou règles ne s’appliquent pas toujours dans son cas. La flexibilité, c’est aussi s’adapter à la situation et ne pas attendre que l’autre change du jour au lendemain.

    8. Évitez le service express

    Aujourd’hui, nous sommes habitués à ce que tout soit instantané, mais une relation n’est pas la même chose qu’un café ou un hamburger. Nous devons passer du temps de qualité avec ceux que nous aimons, apprendre à les connaître, savoir ce qui leur arrive, les écouter, leur prêter attention…

    Chacun a son propre temps pour changer certaines habitudes, et parfois un changement peut prendre des années. Nous ne sommes pas tous égaux, proactifs ou efficaces dans ce que nous faisons. Et pour être patient avec votre partenaire, vous devez vous en souvenir tous les jours.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 façons de combattre votre peur de la solitude

     

     

     

     

     

     

    Il est important d’analyser ce qui provoque cette peur de la solitude, car il est probable qu’il existe certains problèmes du passé que vous devez résoudre pour vous sentir à l'aise avec vous-même. De cette façon, vous n’aurez plus aussi peur de la solitude.

    5 façons de combattre votre peur de la solitude

    Il existe une nette différence entre être seul et se sentir seul. Les deux impliquent des sentiments très particuliers, qui sont liés avec la façon de traiter chaque situation.

     

    La peur de la solitude est une peur commune que l’on doit combattre le plus tôt possible, afin de ne pas tomber dans des états dépressifs. L’essentiel est de définir chaque état d’esprit et donc de planifier une stratégie pour l’atténuer.

    Être seul, c’est manquer de compagnie et cela peut être dû à une simple décision personnelle, mais peut aussi provenir d’un état involontaire qui engendre le sentiment de solitude. Un adulte seul peut se sentir bien dans sa peau s’il a choisi cette indépendance.

    La solitude se définie comme le manque de contact avec les autres. C’est une peur qui vient depuis le plus jeune âge chez les enfants, car leur survie dépend de soins externes. Cependant, il est important de se débarrasser de la peur de la solitude à mesure que vous grandissez.

    Cependant, dans de nombreux cas, la famille joue un rôle très influent avec le sentiment de solitude. Très souvent, la solitude peut augmenter lorsque le soutien de la famille n’est pas suffisant ou que les objectifs de libération ne sont pas renforcés.

    Dans ces cas, pendant l’enfance, vous pouvez vivre un sentiment d’abandon, de non-protection, et une sorte de vide existentiel.

    Puis, en tant qu’adulte, vous pouvez chercher inlassablement le soutien des autres ainsi que votre acceptation dans la société, croyant que cela vous rendra plus heureux.

    Pour y faire face, vous devez développer des outils qui vous aideront à surmonter ces lacunes et à corriger vos sentiments de solitude. Alors, n’attendez plus et suivez ces conseils pratiques qui vous aideront à surmonter votre peur de la solitude.

    Découvrez dans cet article toutes les clés pour combattre la peur de la solitude.

    1. Consacrez-vous plus du temps

    La meilleure façon de combattre le sentiment de solitude est en prenant plus de temps pour vous. À  partir de maintenant, déterminez une fois pour toutes, avec sécurité et confiance, que vous êtes la priorité. Cela vous aidera sans équivoque à combattre la solitude.

    Cherchez un moment de la journée où vous vous consacrerez exclusivement à vous-même. Vous pouvez prendre soin de vous et vous occupez de vous, de n’importe quelle manière que ce soit.

    Videz votre esprit, détendez-vous et passez quelques minutes à vous remplir de pensées positives et agréables.

    2. Découvrez pourquoi vous vous sentez seul

    Essayez de rationaliser à partir du plus profond de vous, afin de découvrir pourquoi vous vous sentez seul. Puis, faites face à chaque image et idée qui vous vient à l’esprit par rapport à la solitude.

    De cette façon, vous verrez que beaucoup de vos peurs n’ont aucun fondement. De là, imaginez des images agréables de vous-même en train d’apprécier la solitude, au lieu de la souffrir ou de la supporter.

    3. Laissez le passé derrière vous

    comment vaincre la peur de la solitude

     

    Faites vous une raison, une fois pour toutes, que le passé est quelque chose qui ne reviendra pas.

    Vous devez vous habituer à l’idée que ce qui a été vécu doit être laissé derrière soi. Ouvrez-vous à la sensation de guérir les blessures, à oubliez et à pardonnez du fond du cœur.

    Pensez que si ce que vous avez vécu a été agréable, ce souvenir deviendra également nostalgique. Et dans le cas d’un mauvais souvenir, ça ne vaut pas la peine d’y repenser et de le faire revivre.

    4. Vous n’avez pas besoin d’être accompagné

    Oubliez le besoin d’être accompagné pour être heureux. Lorsque vous êtes désespérément à la recherche de compagnie, vous pouvez attirer des gens toxiques et des déceptions, et rien de tout cela n’en vaut la peine.

    En renonçant à ce besoin, vous brisez les liens de la peur de la solitude.

    Lorsque vous prenez conscience que vous pouvez être heureux tout seul, vous verrez d’une manière tangible comment votre estime de soi augmentera.

    Découvrez votre valeur personnelle et profitez pleinement d’une vie sans peurs ni craintes. Vous vous sentirez beaucoup plus libre et, par conséquent, plus heureux.

    5. La nourriture et la solitude

    la solitude et l'alimentation

     

    L’âme à besoin d’une bonne nourriture mais aussi le corps !

    Même s’il existe un lien direct entre ce que vous mangez et le sentiment de satisfaction, ne cherchez pas la nourriture comme substitut à la compagnie.

    Les personnes avec des sentiments de solitude doivent manger des aliments chauds, comme des soupes et des aliments sucrés, mais elles ne doivent pas non plus en abuser.

    Grâce à toutes ces explications, vous comprendrez mieux que la solitude est un état que chaque être humain doit apprécier à sa manière.

    Il est sain d’être seul afin de pouvoir établir un contact profond avec soi-même, avec ses pensées et ses sentiments. En étant seul, vous établissez et évaluez vos propres buts et objectifs, et commencerez à vous accepter tel que vous êtes.

    Vous découvrirez aussi ce que vous voulez vraiment changer, et vous ne le ferez pas parce que les autres vous diront de le faire. Cela établira un dialogue intérieur qui vous aidera à découvrir votre force intérieure pour changer et commencer à profiter de la solitude.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Parents toxiques : découvrez si vous en faites partie

     

     

     

     

     

     

    L'éducation des enfants est tout un art et un défi. Une bonne éducation s’obtient avec le temps, les erreurs et l'apprentissage. Cependant, il est bon de reconnaître certaines fautes que vous pouvez parfois commettre et de savoir si parfois vous agissez comme des parents toxiques.

    Parents toxiques : découvrez si vous en faites partie

    Une déclaration que les parents font fréquemment au cours du processus d’éducation est : « Nous ne sommes pas des parents toxiques ». Il est certain que l’on ne nait pas comme de bon ou de mauvais parents. Devenir un bon père ou mère implique, comme tout le reste dans la vie, un processus d’apprentissage.

     

    Être de bons parents implique de l’autorité pour guider et aider les enfants à développer leur propre personnalité. Le défi consiste à y parvenir sans affecter votre individualité et votre santé émotionnelle.

    Par conséquent, il est important d’apprendre à identifier les principales caractéristiques des parents toxiques. De cette façon, vous pourrez découvrir si vous en faites partie ou pas.

    Caractéristiques des parents toxiques

    1. Affirmer négativement

    Les parents toxiques expriment souvent à leurs enfants des affirmations négatives telles que : «Ce n’est pas bien», «L’argent ne pousse pas sur les arbres» ou «Même si tu aimes cela, tu ne réussiras pas». Ces types d’affirmations deviennent des croyances négatives qui passent de génération en génération en provoquant des dommages émotionnels significatifs chez l’enfant.

    2. Projeter ses objectifs

    relation entre parents toxiques et enfants

     

    Les parents toxiques cherchent souvent à réaliser leurs propres buts ou rêves inachevés à travers leurs enfants.  Ils ont tendance à projeter leurs évolutions personnelles mais aussi les objectifs qu’ils n’ont pas atteints sur leurs enfants. D’une certaine manière, ils souhaitent inconsciemment que leurs enfants les réalisent à leur place.

    3. Avoir un comportement dévalorisant

    Lorsque les parents toxiques parlent à leurs enfants,  ils utilisent souvent des phrases négatives qui les dévalorisent. À long terme, ce sera l’image que les enfants auront d’eux-mêmes. Si vous blessez constamment vos enfants lorsque vous parlez avec eux, c’est un signe qui vous identifie à des parents toxiques.

    4. Avoir une attitude égoïste

    Les parents égoïstes font souvent souffrir leurs enfants, car ils ne pensent qu’à eux et se soucient peu de leurs besoins. La priorité des parents toxiques ne sont pas leurs enfants mais eux-mêmes. Cela peut affecter l’estime de soi des enfants et provoquer une dépression.

    5. Forcer à étudier une carrière

    Les parents toxiques forcent souvent leurs enfants à étudier une certaine carrière. Au fil du temps, les enfants se rendent compte qu’ils ont fait la carrière que leurs parents auraient voulu étudier et ne pouvaient pas. Il est fréquent de constater que beaucoup de personnes ont étudié une carrière qu’ils ne pratiquent pas. Chaque personne doit construire sa vie en fonction de ses propres rêves.

    6. Exercer l’autorité en excès

    le comportement des parents toxiques

     

    Parfois certains parents sont tellement inflexibles et intolérants qu’ils deviennent agressifs. Les parents qui exercent une autorité excessive provoquent que leurs enfants se sentent mal, quels que soient leurs sentiments. À cause de cette attitude, quand les enfants atteignent l’âge adulte, ils ne seront pas si heureux ni spontanés.

    7. Être excessivement critique

    Les parents critiques se réjouissent rarement des accomplissements de leurs enfants. Ils ne se rendent pas compte que la plupart du temps leurs reproches augmentent et renforcent le mauvais comportement des enfants. Ils critiquent, jugent, censurent et même condamnent toutes les actions de leurs enfants. De cette manière, les enfants se défendent constamment et répondent avec hostilité et méfiance.

    8. Surprotéger les enfants

    Il est juste de protéger ses enfants contre de possibles accidents ou de fréquentations que l’on considère comme de  mauvaises influences. Ce qui rend un parent toxique, c’est quand la protection devient excessive.

    Ne pas laisser sortir les enfants par peur d’un possible accident, n’est pas réaliste. Ne pas les laissez aller à une fête par peur de possibles mauvaises influences, n’est pas une solution.

    Il est normal que les parents veuillent le meilleur pour leurs enfants, maisils doivent leur permettre de commencer à prendre leurs propres décisions. De cette manière, les enfants apprendront aussi à gérer leurs erreurs.

    9. Avoir des mauvaises habitudes de vie

    Lorsque les parents n’ont pas un mode de vie sain, il est très probable que les enfants héritent des mêmes habitudes.  Par conséquent, de mauvaises habitudes auront des conséquences dans la vie future des enfants. Par exemple, si les parents ne les habituent pas à manger de manière équilibrée et variée, ils peuvent souffrir de surpoids.

    Conclusions

    On peut dire que les enfants sont le reflet de leurs parents, c’est leur projection la plus claire. Par conséquent, les parents doivent essayer d’élever leurs enfants avec beaucoup de respect, sans commettre aucun type d’abus. Ils doivent parvenir à être la meilleure version d’eux-mêmes en tant que parents.

    Si vous reconnaissez que vous limitez vos enfants d’une manière ou d’une autre et ne leur permettez pas de se développer complètement, c’est parce que vous agissez parfois comme des parents toxiques.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 7 habitudes qui détruisent la relation de couple

     

     

     

     

     

     

     

    7 habitudes qui détruisent la relation de couple

    Faire la rencontre de quelqu’un et commencer une relation est extrêmement satisfaisant et au début tout semble parfait. Mais au fur et à mesure que la relation progresse, certains détails commencent à apparaître. Il s’agit de certaines attitudes ou de gestes qui détruisent la relation de couple.

     

    Par conséquent, certaines difficultés peuvent survenir et détruire la relation si ces habitudes ne sont pas modifiées en profondeur. Dans ce but, il est important de clarifier dès le début nos goûts, nos préférences et tout ce qui nous dérange ou qui pourrait nous affecter.

    La plupart des couples commettent souvent l’erreur fatale de ne rien dire ce qui aggrave encore plus la situation. Le fait de garder le silence pour éviter une discussion ne va rien résoudre. Pour cette raison, il est important de connaitre quelles sont les habitudes les plus communes qui détruisent la relation de couple.

    S’il est vrai qu’il existe des centaines de facteurs pouvant mener le couple à une rupture, certaines habitudes sont plus courantes. En en prenant conscience vous pourrez éviter qu’elles vous affectent et détruisent votre relation de couple.

    7 habitudes qui détruisent la relation de couple

    1. Permettre aux autres d’exprimer leurs opinions

    les opinions des autres et la relation de couple

     

    Permettre à ses amis ou aux membres de sa famille d’exprimer leurs opinions sur notre relation de couple est une grave erreur. Vous pouvez cependant accepter au début quelques conseils par respect. Cependant, cette habitude peut provoquer des difficultés internes et avec le temps devenir un sérieux problème.

    D’un côté, votre partenaire a le sentiment d’avoir la place qu’il mérite dans la relation. Mais de l’autre côté, d’autres personnes estiment avoir le droit d’exprimer leurs opinions comme si elles faisaient partie du couple.

    2. Les critiques destructives

    Le fait de lancer des critiques agressives et destructrices, provoque des dommages à l’estime de soi. En utilisant plus d’amour et de délicatesse, à travers le dialogue, vous pourrez donner de meilleurs conseils. Mais si vous le faites sans qu’on vous le demande et que vous utilisez un ton péjoratif, vous ne résoudrez rien.

    C’est l’un des graves problèmes qui détruisent la relation de couple. Votre partenaire se sentira agressé et aura tendance à s’isoler ou à éviter le contact afin de ne pas se sentir pire.

     3. Un contrôle excessif

    un control excessif affecte les relations de couple

     

    Certaines personnes, hommes ou femmes, ont tendance à vouloir absolument tout contrôler dans leur vie, y compris leurs partenaires.

    La jalousie excessive, vérifier les téléphones portables, contrôler les horaires sont des actions qui nuisent à toute les relations. De plus, ces habitudes peuvent provoquer le besoin de mentir pour éviter ces excès de contrôle permanents. La confiance doit être présente et pas seulement avec les mots.

    4. Ignorer les situations problématiques

    Continuer sa vie quotidienne alors que le couple passe une mauvaise étape, est un facteur qui nuit aussi à la relation. Les problèmes liés à la maison, à l’économie, et aux enfants doivent se partager entre les deux membres du couple.

    Si l’un des deux ignore complètement l’existence de ces problèmes, l’autre sera débordé. Cette attitude pourra provoquer de la colère par manque d’engagement. À la fin, on ne souviendra plus de la raison principale de la dispute, mais le couple sera déjà brisé.

    5. Le manque de relations intimes

    Si l’un ou les deux partenaires montrent un désintérêt au moment d’avoir des rapports sexuels, cette attitude est également négative. On peut comprendre que cela puisse arriver de temps en temps. Cependant, avec le temps le manque de relations intimes peut entrainer des disputes.

    L’une des clés pour favoriser la relation de couple est l’intimité sexuelle. C’est le moment où le couple s’unit à travers les sens et oublie le monde qui les entoure. S’il n’y a pas de rapports sexuels, il existe un risque de rupture ou bien de rechercher une autre personne.

    6. L’insuffisance des attentions

    Au début de la relation chacun des membres du couple est attentif aux attentions et aux détails vis à vis de son partenaire. Les dates des anniversaires, ou autres événements sont des raisons d’être tendre et romantique. De même, le fait de s’inquiéter pour la santé de l’autre ou de s’aider dans les tâches quotidiennes, sont d’autres signes d’attention très appréciés.

    Néanmoins, il est fréquent qu’avec le temps, ces habitudes commencent à s’oublier. Les détails et les attentions ne sont plus aussi habituels et c’est alors que surgissent les reproches. Par conséquent, des sentiments de désintérêt, d’indifférence ou de manque d’amour peuvent apparaître.

    7. Négliger son aspect

    Certaines personnes, après avoir commencé une relation arrêtent de s’occuper de leur aspect et même de leur santé. Elles peuvent prendre beaucoup de poids, ne plus réaliser d’exercices et oublier complètement de prendre soin d’elles.

    Ces attitudes détruisent la relation de couple parce que les personnes changent complètement. La perte d’intérêt et de soins en vers soi même n’a rien de sensuel ni d’attirant.

    Il est tout à fait normal que les personnes changent au fur et à mesure que les années passent. Pour cette raison, les couples doivent aussi apprendre à mûrir. Aussi, le meilleur moyen de le faire est de ne pas arrêter des habitudes qui ont aidé à former la relation de couple.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment faire face au trouble de la personnalité limite

     

     

     

     

     

     

    Le comportement d’une personne atteinte de trouble de la personnalité limite peut paraitre capricieux et excentrique. Cependant, il est essentiel d'apprendre à reconnaître les symptômes caractéristiques de cette maladie.

    Comment faire face au trouble de la personnalité limite

    Le comportement des personnes atteintes du trouble de la personnalité limite ou borderline déroute souvent les personnes qui les entourent, qu’il s’agisse de leur famille ou de leurs amis.

     

    C’est parce que cette maladie incite les personnes affectées à agir d’une manière capricieuse et excentrique. Pour cette raison, cet état peut provoquer des inquiétudes et même déranger les membres de la famille.

    Les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite reflètent les symptômes caractéristiques de la maladie. Pour ces raisons, nous avons décidé aujourd’hui de vous parler en détail du trouble de la personnalité limite et de ses principales caractéristiques.

    Qu’est-ce que le trouble de la personnalité limite (TPL)

    Le trouble de la personnalité limite aussi appelé borderline apparaît dans le Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux (DSM-III, 1980). Il traite en particulier des structures de la personne, entre la névrose et la psychose.

    Pour les personnes caractérisées par une instabilité émotionnelle, ce trouble provoque des pensées extrémistes ou avec une dichotomie marquée. Cet état produit finalement des relations interpersonnelles chaotiques.

    Caractéristiques du trouble de la personnalité limite

    Le trouble de la personnalité limite se compose de deux caractéristiques principales. Ci-dessous, vous trouverez des informations sur chacune d’entre elles.

    1. Instabilité émotionnelle

    causes et symptomes du trouble de la personnalité limite

     

    La principale caractéristique des personnes atteintes d’un trouble de la personnalité limite est l’instabilité émotionnelle.

    Cela se traduit généralement par des changements d’humeurs constantes sans raison apparente. Cet état empêche habituellement d’établir des relations ou des liens avec d’autres personnes.

    L’instabilité émotionnelle implique que la personne affectée soit toujours impliquée dans des conflits. Cela s’explique par le fait qu’elle a toujours l’impression d’être rejetée. Cette caractéristique affecte son auto-évaluation et l’appréciation qu’elles font des autres personnes.

    Pour cette raison, les personnes souffrant du trouble de la personnalité limite ont souvent tendance à être dans des relations instables.

    2. Impulsivité

    La deuxième caractéristique qui se démarque chez les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite est l’impulsivité dans leurs actions.

    Cette impulsivité les incite à prendre des décisions ou à réaliser des actions néfastes et autodestructrices. Elles ont souvent tendance à faire l’abus de substances nocives ou à souffrir de troubles alimentaires.

    La présence de ces caractéristiques chez ces personnes a des conséquences importantes dans leurs relations interpersonnelles ainsi que dans la perception de soi-même. Le sentiment d’être instable affecte à la fois l’aspect sexuel et l’image de soi. Cet état conduit finalement à des relations chaotiques et toxiques.

    En général, les personnes atteintes de trouble de la personnalité limite créent une confusion autour d’elles. Les personnes qui les entourent, qu’ils soient proches, amis ou partenaires, sont affectés. En effet, ils ne comprennent pas ce comportement instable et extrême, ce qui aggrave encore plus les symptômes.

    Comment vivre avec une personne atteinte du trouble de personnalité limite ?

    comment vivre avec une personne atteinte du trouble de personnalité limite

     

    Le comportement de la famille et des amis est la clé. Ils permettent de créer un environnement adéquat pour pouvoir vivre avec une personne souffrant de trouble de la personnalité limite.

    La famille doit connaître le diagnostic et tenir compte du fait que l’instabilité émotionnelle de la personne souffrant ce trouble de la personnalité est élevée. De ce fait, ils doivent aussi comprendre ce qui la rend plus vulnérable.

    Par conséquent, il est important qu’ils créent un environnement propice à son développement, mais aussi qu’ils connaissent toutes ses limites.

    Rappelez-vous que l’une des caractéristiques de ce trouble est l’impulsivité. Cela peut provoquer un comportement extrême. Pour cela, il est important d’essayer de faire attention aux conseils que vous donnez.

    Par exemple, au lieu de dire « mais si, tu peux y arriver », vous devriez changer la phrase, pour ne pas montrer trop de fermeté. Dites plutôt : « la situation est difficile, mais tu n’es pas seul, alors nous allons tous essayer de le faire ensemble. Nous croyons tous en toi.  »

    En connaissant les symptômes de ce trouble, vous connaitrez aussi le contexte des actions que ces personnes utilisent. Vous devez agir en conséquence, mais ne pas tolérer un comportement inapproprié.

    Au lieu de cela, cherchez des alternatives pour que la personne puisse soulager ses sentiments avec des mots plutôt qu’avec des actions autodestructrices. Le sport peut aussi être d’une grande aide.

    Soutenir les personnes atteintes du trouble de la personnalité limite

    Il est important que vous exprimiez à cette personne votre opinion et ce que vous ressentez au sujet de son comportement. Le but est de connaître sa préoccupation, non pas à partir d’un jugement. La personne affectée doit savoir que vous vous souciez vraiment d’elle, et que vous êtes prêt à l’aider.

    Il est recommandé que la personne affectée par ce trouble consulte un spécialiste et suive toujours un traitement psychothérapeutique. C’est la seule manière de recevoir une aide professionnelle nécessaire. De plus, si on lui a prescrit un type de médicament, vous devez vous assurer qu’elle suive le traitement régulièrement.

    Enfin, il est également recommandé que le groupe familial participe à la consultation. De cette façon, vous pouvez apprendre du spécialiste les mesures à adopter dans l’environnement où la personne atteinte de trouble de la personnalité limite se développe.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 conseils pour réussir en couple

     

     

     

     

     

     

    Au début d'une relation, l'enthousiasme est intense, mais les difficultés commencent à apparaître plus tard. Pour pouvoir les surmonter, découvrez plusieurs conseils pour réussir pleinement votre relation en couple.

    6 conseils pour réussir en couple

    On parle beaucoup de réussir dans les affaires, mais pas autant de comment réussir en couple. Alors, existe-il un secret pour y parvenir ? Ce n’est certainement pas quelque chose de si simple, mais ça en vaut la peine. Découvrez dans cet article plusieurs conseils pour réussir en couple.

     

    Comment réussir en couple ?

    Quand vous venez à peine de commencer une relation, tout semble «rose». Cependant avec le temps, la routine, le fait de se connaître déjà et d’avoir eu plusieurs expériences ensemble peut compliquer les choses. Bien que ce ne soit pas facile, réussir en couple n’est pas seulement un mythe qui existe dans les romans ou les films. Pour y arriver, vous devez travailler en équipe et regarder les deux dans la même direction.

    Les conseils suivants peuvent vous être utiles. Que vous commenciez une relation ou que vous soyez ensemble depuis des années, ces recommandations vous aideront lorsque vous traversez des difficultés en couple.

    1. Conservez votre indépendance

    les bonnes relations en couple et l'indépendance

     

    Il est normal au début d’être très proche et de passer la plupart du temps en compagnie de l’autre. Mais, avec le temps, cela peut devenir une dépendance absolue qui nuit au bonheur au bien-être.

    Être indépendant ne signifie pas d’arrêter de ressentir de l’amour ou de l’affection pour l’autre. Il s’agit seulement de comprendre que chacun a ses activités, ses passe-temps, ses obligations et ses tâches.

    Il est sain de ne passer trop de temps ensemble. Beaucoup de personnes n’apprécient rien si leur partenaire n’est pas avec eux. C’est une grande erreur qu’il faut apprendre à corriger pour réussir en couple.

    2. Respectez toujours l’autre

    C’est l’une des clés du succès que les couples de longue date peuvent nous apprendre. Le respect de l’autre est l’une des bases nécessaires à tous types de relations, et bien sûr, celle du couple n’est pas une exception.

    Que signifie exactement respecter l’autre ? Il s’agit de se mettre à sa place, de le comprendre, de l’accepter etc. Mais aussi de ne pas imposez ses goûts ou ses idées, de le laissez s’exprimer et de ne pas le dominer.

    3. Considérez les besoins de l’autre

    Un couple doit penser à deux à tout moment et dans chaque situation, par conséquent, être égoïste n’est pas une bonne idée. Si nous voulons réussir dans la relation, vous devez prendre en compte les besoins de l’autre personne. Cela signifie de penser à l’autre et pas seulement à soi-même lorsqu’on doit prendre une décision, surtout si c’est très important ou décisif pour l’avenir.

    Il est certain que nous ne pouvons pas mettre de côté nos goûts et préférences. Cependant, dans une union, il s’agit toujours de parvenir à un consensus qui «convient» aux deux. C’est exactement la même chose avec n’importe quel contrat de travail ou entre deux parties impliquées. Les relations durables sont celles qui alimentent la relation au fil des années.

    Rappelez-vous que le monde ne tourne pas autour de vous et que les autres ont aussi des nécessités. Être plus altruiste dans la relation et pendre en compte les besoins de l’autre permet de conserver l’harmonie et le bonheur.

    4. Gardez une bonne communication

    Une autre technique qui fonctionne le mieux pour réussir en couple est la communication. Même s’il s’agit de sujets compliqués ou qui peuvent provoquer des disputes et des mauvais moments.

    Il est vraiment important de pouvoir exprimer ce que nous voulons, ce que nous ressentons et ce que nous aimerions de l’autre. De la même façon, vous devez savoir aborder des sujets difficiles qui génèrent des controverses et différents points de vue.

    La vie n’est pas toujours de couleur rose et les relations ont des hauts et des bas. Ce n’est pas une raison pour interrompre le dialogue. Il est inutile de «cacher» ce qui se passe, sinon la déception peut augmenter de plus en plus et à un moment donné cela deviendra encore plus difficile.

    La sincérité et l’authenticité sont deux ingrédients qui ne peuvent jamais manquer dans un couple. Dire la vérité quoi qui se passe et même en connaître les conséquences est vraiment important. N’ayez pas peur d’ouvrir votre cœur et de parler des sujets qui vous sont chers et dont vous n’avez jamais osé rien dire.

    5. Faites des choses ensemble

    les activités en couple pour une bonne relation

     

    Saviez-vous que le fait de partager un passe-temps avec votre partenaire est très bénéfique ? Cela permet de ne pas tomber dans la monotonie, de laisser l’ennui de côté, d’avoir un bon sujet de conversation.

    Pratiquer des activités ensemble permet aussi de se connecter davantage, de se regarder dans les yeux et de savoir ce que l’autre pense. Partager du temps ensemble permet aussi de trouver du soutient pour surmonter les obstacles et atteindre les objectifs communs.

    Vous pouvez pratiquer un sport, assister à des concerts de musique, cuisiner à la maison, suivre des cours de danse ou profiter du jardinage. Tout est permis ! Faites le test pendant quelques semaines et vous verrez les effets positifs.

    Notez bien les conseils suivants : les deux personnes doivent se sentir à l’aise avec l’activité réalisée. Vous ne devez pas d’imposer à l’autre de vous accompagner à un cours de danse ou de voir un film d’horreur si vous avez très peur.

    Cherchez ce qui vous a uni au début de la relation et que vous aimez tous les deux. Vous trouverez, sans aucun doute, plus d’une activité !

    6. Donnez de l’importance aux relations sociales

    Les relations sociales sont également nécessaires pour réussir en couple. Comme nous l’avons déjà dit, le fait d’être toujours «côte à côte» est préjudiciable à la relation.

    Par conséquent, organisez des sorties avec des amis, entretenez les liens avec la famille, nouez de nouvelles amitiés, etc.

    Être en contact avec d’autres personnes vous permettra d’améliorer la dynamique du couple, de sortir du quotidien et de vous enrichir de toutes les façons possibles. De plus, ce sera un autre sujet de conversation intéressant et un plan amusant pour le week-end ou une nuit entre amis.

    Donc, soyez proche des gens ayant les mêmes goûts ou les mêmes âges que vous et ouvrez votre cercle intime.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Aidez vos enfants à contrôler les émotions dès leur plus jeune âge

     

     

     

     

     

     

    Les émotions sont la substance qui adoucit ou ronge notre vie. Il est fondamental de les gérer et de les exprimer de manière saine. Enseigner cela à nos enfants, c'est l'un des plus grands héritages que nous pouvons leur laisser en tant que parents.

    Aidez vos enfants à contrôler les émotions dès leur plus jeune âge

    Dès l’âge de 2 ans, chaque enfant peut être initié au contrôle des émotions. Mais si nous, les adultes, nous avons du mal à gérer intelligemment les émotions que nous ressentons, comment pouvons-nous apprendre à nos enfants à contrôler les émotions qu’ils ressentent ?

    D’abord, posez-vous cette question : combien de fois votre enfant vous a-t-il vu perdre votre sang froid dans les embouteillages ? Combien de fois vous a-t-il vu interrompre quelqu’un qui parle ou qui ment ? Maintenant, dans l’autre sens : combien de fois avez-vous vu votre enfant se moquer de sa sœur ou mentir même s’il sait que c’est mal et que vous désapprouvez ?

    Chez les enfants comme chez les adultes, les réponses sont les mêmes : ils se laissent emporter par l’émotion qui les submerge. Bien sûr, cela nous est arrivé à tous à un moment donné de notre vie, quel que soit notre âge. Ce qui est pertinent, c’est de comprendre que la régulation des émotions est une composante fondamentale de l’équilibre mental et émotionnel.

    Connaître, reconnaître et contrôler les émotions

    apprendre aux enfants à contrôler les émotions

     

    Aujourd’hui, le processus éducatif que nous suivons avec nos enfants comprend l’aide à la gestion de leurs émotions. Un enfant qui parvient à réguler ses émotions améliore de nombreux aspects de sa vie :

    • Il est plus attentif
    • Il étudie davantage et obtient de meilleurs résultats à l’école
    • Il est mieux placé pour résoudre les conflits avec ses pairs
    • Il se comporte mieux
    • Il se soucie plus des autres

    Comment y parvenir ? Le secret consiste à connaître, reconnaître et contrôler les émotions. En psychologie, on reconnait 6 émotions de base : la peur, la surprise, le dégout, la joie, la tristesse et la colère. Cependant, il existe des études qui en reconnaissent beaucoup d’autres, jusqu’à plus de 300. Mais nous n’imposerons pas de telles exigences à nos enfants. Pour commencer, revenons à l’essentiel.

    Stratégies pour contrôler les émotions

    Certaines des stratégies que vous pouvez utiliser pour apprendre à vos enfants à contrôler leurs émotions consistent à :

    Identifier les émotions

    Dès l’âge de 5 ans, un enfant a besoin de savoir s’il est triste ou en colère, de l’exprimer et d’agir de façon constructive. À l’âge de 10-11 ans, les émotions sont plus complexes, mais il faut quand même apprendre à les identifier. Aidez vos enfants à exprimer et à reconnaître leurs émotions avec des expressions comme celles-ci :

    • « On s’est bien amusés chez grand-mère. Comme tu étais content ! »
    • « Je comprends que tu soit triste parce que ta sœur ne veut pas jouer avec toi. »

    Clarifier les attentes

    Évitez les surprises qui peuvent déclencher une réaction de colère, sachant ce qui va se produire même si c’est quelque chose que vous n’aimez pas ou que vous ne voulez pas faire. En même temps, soyez ferme avec la décision que vous avez prise. Par exemple :

    • « Allons chez tata parce que je dois lui parler. Prends des jouets pour t’amuser pendant que nous parlons. »
    • « Je veux que tu saches que dans quelques minutes nous quittons le parc, nous devons retourner à la maison. »

    Faire une pause

    le repos aide à contrôler les émotions

     

    Installez un endroit calme et confortable dans la maison avec des oreillers ou des coussins pour que votre enfant puisse penser et se détendre quand les choses ne vont pas comme prévu. Alors il saura que vous vous intéressez à ses sentiments.

    Jouer à la maîtrise de soi

    Pour contrôler les émotions, il est important d’apprendre à être patient et à attendre. Au cours d’une promenade, convenez que chaque fois que vous dites un certain mot, votre enfant s’arrêtera et attendra (sera paralysé) jusqu’à ce que vous disiez le mot qui lui permettra de bouger à nouveau.

    Développer l’empathie

    Invitez-le à se mettre à la place et dans la situation des autres : accepter que l’on puisse soi-même ressentir ce que l’autre ressent. Les questions sont un excellent outil pour le faire réfléchir sur ses sentiments et son comportement. Par exemple :

    • « Je sais que tu as faim et que tu veux manger. Je m’énerve aussi quand j’ai faim, mais on doit attendre maman. »
    • « Comment crois-tu que ta soeur se sent après que tu lui aies crié dessus comme ça ? »

    Faire des récompense et des éloges

    les récompenses aident à contrôler les émotions

     

    Renforcez les comportements positifs avec affection. Vous n’avez pas besoin de récompenser avec des objets ou des cadeaux, il suffit que l’enfant comprenne que lorsqu’elle se contrôle, vous vous en rendez compte et vous êtes heureux qu’il l’ait fait. Par exemple :

    • « Heureusement que tu ne m’as pas interrompu pendant que j’étais au téléphone. Je suis content que tu m’aies attendu. »
    • « Merci d’avoir aidé à mettre la table. Maintenant, vous pouvez choisir ce que vous voulez pour votre gouter. »

    Actions et conséquences

    Il vaut mieux dialoguer et faire des compromis que réagir avec agressivité ou violence. Si l’enfant se comporte mal envers quelqu’un, il doit apprendre à s’excuser. Il doit aussi apprendre à pardonner quand on se comporte mal avec lui. Les actions ont des conséquences, vous devez donc apprendre qu’il vaut mieux prendre de bonnes décisions. Par exemple, vous pouvez lui dire quelque chose comme :

    • « C’est toujours ton ami, même s’il ne t’a pas prêté le jouet. »
    • « Même s’il t’a frappé, tu peux toujours lui pardonner et rester ami avec lui. »

    Donner l’exemple

    Lorsque votre enfant est hors de contrôle, c’est à ce moment-là que vous devez montrer que vous êtes le plus capable de vous maîtriser. Rien de ce que vous dites n’aura plus d’impact que ce que vous montrez avec les faits. Si vous criez, il apprendra à répondre par des cris. Si vous vous élevez à son niveau et lui parlez calmement et tranquillement, il apprendra qu’il peut contrôler sa colère à tout moment.

    Pratiquer ensemble

    la pratique d'activités entre enfants et parents aide à contrôler les émotions

     

    Avec des situations qui le bouleversent (qu’on ne lui prête pas des jouets, par exemple), montrez-lui quelle est la meilleure façon d’agir. Ainsi, aidez-le à identifier le mauvais chemin. La pratique aidera votre enfant à mieux se contrôler lorsque les circonstances qui l’affectent se présentent.

    Parler calmement

    Lorsqu’il a un problème ou qu’une situation le submerge, vous devez apprendre à parler sans perdre votre sang froid. Pour lui apprendre à s’exprimer sans être submergé ou bouleversé par les émotions, votre exemple est fondamental. Vous pouvez lui dire quelque chose comme :

    • « Je suis contrarié aussi parce qu’on n’est pas d’accord, mais calme-toi, et dis-moi ce qui s’est passé. »
    • « Moi aussi, je suis fatigué, mais on peut se reposer un peu et reprendre cette conversation plus tard. »

    Le prendre dans vos bras

    Ne le laissez pas seul avec ses sentiments. Montrez-lui que vous vous souciez de ses déceptions et autres frustrations. Embrassez-le, qu’il comprenne que vous le comprenez et que vous l’aimez. Que la confiance et la sécurité de votre amour l’aidera à mieux se contrôler.

    Lui apprendre que tout passe

    apprendre à son enfant que tout passe l'aide à contrôler les émotions

     

    Les sentiments négatifs sont douloureux, mais ils passent. La colère, la tristesse, la déception, la frustration, tout ce qui vous fait vous sentir mal ne dure pas éternellement. devant ces émotions, vous pouvez dire quelque chose comme :

    • « En ce moment tu te sens mal, mais je te garantis que tu te sentiras mieux dans quelques minutes. »
    • « Je comprends que tu sois bouleversé, alors si tu as envie de pleurer, fais-le. Tout ira mieux après. »

    Leur consacrer un peu de temps

    Vos enfants doivent savoir qu’il y a un moment de la journée où vous écouterez leurs problèmes ou leurs préoccupations, même si vous êtes fatigué, débordé ou bouleversé. Vous devrez surmonter ces émotions et passer du temps avec eux. Vous pouvez leur dire :

    • « Parle-moi de ta journée à l’école aujourd’hui. »
    • « Comment ça s’est passé chez tes cousins ? »

    Réflexion

    Les émotions illuminent ou obscurcissent le chemin de la vie. Aider vos enfants à les reconnaître et à les contrôler est l’un des plus grands cadeaux que nous pouvons leur laisser pour leur bien-être général.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment établir une bonne relation mère-enfant ?

     

     

     

     

     

     

    Une bonne relation mère-enfant, c'est le rêve de toute mère. L'amour entre une mère et un enfant est vrai et inconditionnel, cela ne fait aucun doute. Cependant, la relation n'est pas toujours facile à entretenir. C'est pourquoi nous partagerons une série de conseils pour vous aider à comprendre et à mieux vous entendre avec votre enfant.

    Voulez-vous établir une bonne relation mère-enfant ?

    1. Prendre du temps et passer un moment ensemble

    passer du temps ensemble pour une bonne relation mère-enfant

     

    Prenez du temps dans votre planning et passez un moment de qualité avec votre enfant. Faites des activités que vous aimez tous les deux. Asseyez-vous avec lui et demandez-lui comment se passe sa vie personnelle, comment ça va à l’école, ou regardez un film ensemble. Les vacances sont d’excellentes opportunités pour passer un bon moment avec votre enfant.

    Même si vous travaillez à cette période de l’année, réservez vos fins de semaine et faites des choses amusantes avec lui. Mais respectez les moments où votre enfant est occupé et faites-le respecter les vôtres aussi. Vous devez tous les deux comprendre qu’il y a un temps pour tout, et que si aujourd’hui cela n’était pas possible, demain sera un autre jour.

    2. Connaître les goûts de votre enfant

    Sachez quelles activités votre enfant aime faire. De cette façon, vous pouvez facilement savoir ce que vous pouvez faire ensemble. Observez souvent votre enfant, mais n’en faites pas trop. Voyez ce qu’il fait régulièrement, ses passe-temps favoris, les couleurs qu’il aime, les types d’émissions qu’il regarde à la télévision et prêtez attention quand il vous parle.

    Assurez-vous que votre enfant n’a pas d’amitiés qui encouragent les pratiques négatives. Si vous le voyez lire, demandez-lui ce qu’il lit et pourquoi il aime ce livre. S’il regarde une vidéo, vous pouvez la regarder avec lui. Si vous le voyez jouer, demandez-lui à quoi il joue et pourquoi il l’aime tant.

    De cette façon, vous obtiendrez des indices sur ses goûts et il sera heureux de constater que vous vous intéressez aux choses qu’il aime. Il sera également heureux parce que vous l’accompagnerez dans ses activités préférées.

    3. L’aider à faire ses devoirs

    aider aux devoirs pour une bonne relation mère-enfant

     

    L’aider à apprendre ses leçons est essentiel pour que vous ayez une bonne relation mère-enfant. Le soutenir dans ses devoirs est un geste dont il se souviendra toute sa vie. Asseyez-vous avec lui et faites le travail ensemble. En tant que mère, vous devez participer à son éducation et lui apporter tout votre soutien. Ne lui donnez pas les réponses, aidez-le à les trouver.

    Félicitez-le lorsqu’il obtient de bonnes notes à l’école et faites lui sentir que vous êtes fière de lui. Et s’il n’a pas été dans un bonjour, faites lui savoir qu’il peut venir vous voir pour n’importe quel problème. Faites en sorte que l’apprentissage ne soit pas fastidieux. Aidez-le à étudier pour ses examens par le biais de quizz ou demandez-lui de vous expliquer la leçon.

    4. Parler avec son enfant et l’écouter

    La communication est la base de toute relation, et cela ne fait pas exception. Vous devez écouter votre enfant, lui faire savoir qu’il peut venir vous voir quand il en a besoin. Faites-lui comprendre que vous serez là pour l’écouter, le comprendre et le conseiller.

    Lorsque vous lui parlez, faites-le d’une manière amicale et abordez le point principal de la conversation. De cette façon, votre enfant ne s’ennuiera pas et ne pensera pas que c’est un sermon. Regardez-le dans les yeux et faites-lui faire la même chose.

    Intéressez-vous aux choses qui l’intéressent lui aussi. Par exemple, s’il veut aller au cinéma avec des amis, ne lui refusez pas ce moment agréable qu’il veut passer avec eux. Renseignez-vous sur les films sur les panneaux d’affichage et sur les personnes avec qui elle va.

    5. Le soutenir

    le soutien pour une bonne relation mère-enfant

     

    Le soutien est essentiel pour une bonne relation mère-enfant. Une fois que vous avez découvert ses talents, encouragez-le à s’inscrire à une activité: natation, danse, musique, etc. Elles doivent être choisies en fonction de ses préférences et vous devriez le soutenir à chacun des progrès ou échecs.

    Faites tous les efforts possibles pour assister à ses activités ou événements importants et donnez-lui quelques mots d’encouragement. Faites-lui savoir que, quelle que soit la tournure des événements, il sera toujours votre fierté. Que vous serez toujours là pour lui sourire et l’applaudir.

    Si vous ne pouvez pas assister à un événement important pour lui, dites-lui clairement qu’il s’agit d’une situation qui ne dépend pas de vous.Cependant, dites-lui qu’il peut compter sur vous pour tout ce dont il a besoin, que vous lui faites confiance pour faire de son mieux.

    6. Faire confiance à son enfant

    Les enfants ont tendance à mentir parfois. Cependant, si cela se produit, c’est parce que, peut-être, vous le faites aussi et qu’ils peuvent tenir ce comportement pour acquis. Soyez honnête avec vous-même et ceux qui vous entourent. Tenez vos promesses et apprenez à votre enfant à tenir parole. S’il dit qu’il va faire quelque chose, il faut qu’il le fasse  et que ce ne soit pas des mots dans l’air.

    Lorsque vous le voyez faire son travail de façon responsable, augmentez votre confiance en lui. De temps en temps, gâtez-le et récompensez-le pour ses bonnes attitudes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment surmonter une rupture émotionnelle

     

     

     

     

     

     

    Si nous nous sommes trop concentrés sur l'autre personne, il sera probablement plus difficile de surmonter une rupture émotionnelle. Nous devons veiller à ce que, au lieu de nous compléter nous-mêmes, d'autres nous complètent afin que nous ne restions pas incomplets.

    Comment surmonter une rupture émotionnelle

    Dans notre vie, nous avons tous déjà vécu une rupture. Cependant, c’est une période très difficile et difficile à vivre. Aujourd’hui, nous allons donc découvrir comment surmonter une rupture émotionnelle de la meilleure façon possible.

    Ce que nous devons garder à l’esprit, c’est que, que nous le voulions ou non, nous allons passer par une phase de deuil. Dans ces occasions, nous nous essayons parfois de d’outrepasser, d’ignorer ou de retarder cette étape essentielle.

    Cependant, passer par cette période est une condition préalable pour pouvoir surmonter une dépression émotionnelle.

    Accepter ce qui s’est passé

    l'acceptation pour surmonter une rupture émotionnelle

     

    Accepter ce qui s’est passé est la partie la plus difficile pour surmonter une rupture émotionnelle. Au début, vous allez refuser d’assumer ce qui s’est passé, vous allez sentir de l’énervement, vous allez vous mettre en colère, puis ressentir de la tristesse. Cependant, la réalité est ce qu’elle est.

    Parfois, si la rupture émotionnelle est le résultat de la fin d’une relation, vous pouvez avoir encore de l’espoir. Si vous négociez un retour possible à la relation et que cela se produit, vous faites un pas en avent et un pas en arrière.

    Il est normal de ressentir un certain nombre de sentiments et d’émotions désagréables.

    Cependant, cela ne signifie pas qu’il faut les fuir, les ignorer ou les dissimuler. Il faut les regarder et les accepter. Ce n’est qu’à partir de ce moment que vous pourrez aller de l’avant.

    Sortez ce qu’il y a à l’intérieur de vous

    Vous ne devriez pas réprimer vos émotions ou les cacher. Car cela pourrait être contre-productif. Idéalement, il faut les exprimer, bien que chaque personne le fasse d’une manière différente. Certains décident de parler à des amis, d’autres décident de pleurer, et d’autres décident de s’isoler pour une courte période de temps.

    • Si vous essayez de surmonter une rupture émotionnelle, cherchez la formule qui vous convient pour faire sortir les émotions qu’il y a en vous. Si vous êtes quelqu’un qui aime s’isoler, ne sortez pas avec des amis juste pour essayer d’oublier ce qui s’est passé. Cela ne fera qu’accentuer les émotions négatives lorsque vous serez seul.

    Dans la culture dans laquelle nous vivons de nos jours, on nous apprend à montrer des émotions agréables, mais à cacher des émotions désagréables, peut-être parce qu’elles mettent les autres mal à l’aise.

    Cependant, il est temps de procéder de cette manière et d’exprimer ce que vous ressentez au moment où vous le ressentez. Sans vous juger ni restreindre votre liberté.

    Concentrez-vous sur ce qui vous motive

    de la motivation pour surmonter une rupture émotionnelle

     

    Une fois les étapes précédentes franchies, il faut arrêter de se concentrer sur cette rupture émotionnelle. Il est temps de se concentrer sur tout ce qui vous entoure et vous faire vibrer. Il peut s’agir d’un projet personnel, du travail, des enfants ?

    Beaucoup de gens croient que leur vie tourne autour de leur relation de couple. Puis, quand tout s’effondre et se brise, ils ne savent plus où aller.Il est important de regarder autour de vous et de prêter attention à ce qui vous motive.

    Si vous n’y parvenez pas, aller chez un professionnel nous permettra de trouver et de redécouvrir ce qui donne un sens à votre existence. Parce que la relation de couple n’est qu’une partie de notre vie. Pas le centre du monde.

    La vie continue

    Il est naturel que lorsque nous traversons une crise émotionnelle, nous croyons que tout ce qui nous entoure s’effondre. Cependant, lorsque nous regardons des situations similaires du passé, ne nous rendons-nous pas compte que la vie continue ?

    Peu importe à quel point cette mauvaise passe est difficile, peu importe à quel point il est difficile de s’en sortir. En fin de compte, tout passe et tous les problèmes trouvent une solution.

    Avec le temps, vous apprenez de cette expérience, vous vous renforcez à travers elle et vous continuez notre vie. Parce que rien ne se termine avec une rupture émotionnelle. De plus, dans certains cas, cela signifie de nouveaux départs pleins d’opportunités.

    Gérer les émotions n’est jamais facile. Ce n’est pas non plus le cas de ce à quoi nous avons accordé une importance indue.

    Tout comme nous savez comment surmonter un licenciement, la mort d’un être cher ou un échec, vous devez savoir comment surmonter une dépression émotionnelle.

    • Si vous avez fait de vos relations le centre de notre vie, vous apprendrez de chaque rupture émotionnelle pour comprendre qu’en réalité, ce n’est pas le cas.
    • C’est vous qui êtes le centre et autour de vous il y a plusieurs centres d’intérêt qui donnent un sens à votre vie (travail, famille, loisirs….).

    Surestimer l’un d’entre eux ou tourner autour d’un seul de ces centres d’intérêt est un présage d’une douleur terrible et une récupération coûteuse quand ce centre d’intérêt unique s’effondre.

    Avez-vous déjà vécu une rupture émotionnelle ? Avez-vous déjà fait de votre relation le centre de toute votre vie ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment contrôler la rébellion de votre enfant ?

     

     

     

     

     

     

    La rébellion est un comportement normal chez les enfants de 2 à 6 ans, ainsi que chez les adolescents. Il est important de comprendre l'enfant, de l'écouter, de lui offrir de l'amour, mais aussi de le gronder avec la fermeté nécessaire.

    Comment contrôler la rébellion de votre enfant ?

    La rébellion des enfants se manifeste habituellement de différentes façons, selon leur âge. Au fur et à mesure de leur croissance, de nombreux changements surviennent, dont beaucoup sont motivés par la définition de leur identité.

    Il y a deux étapes classiques dans la rébellion chez les enfants, entre 2 et 6 ans et lorsqu’ils atteignent l’adolescence. À chacune de ces étapes, l’enfant ou l’adolescent veut exercer et imposer sa volonté.

    Il y a d’autres périodes de rébellion, par exemple, lorsque les enfants souffrent de changements dans leur environnement. Ce qui rend difficile pour eux d’établir des relations avec leurs parents. Cette souffrance peut se traduire par une rébellion.

    Ce comportement, la rébellion, est considéré comme normal. Et donc il ne faut pas trop s’alarmer. Ces étapes de la rébellion sont en quelque sorte nécessairescar c’est en elles que l’enfant forge sa personnalité, son identité, son individualité.

    Il est essentiel que vous acceptiez et compreniez la rébellion de votre enfant, mais aussi que vous sachiez quoi faire, selon le cas. Votre défi en tant que parent est de gérer la rébellion de votre enfant d’une manière qui forge son identité, sans avoir de conduites inappropriées.

    Stratégies pour contrôler la rébellion de votre enfant

    Vous avez peut-être entendu dire que pendant ces étapes, vous devez leur enseigner la discipline avec amour. Même s’ils sont petits, ils sont capables de faire le lien entre ce qu’ils font et ce qu’on leur a demandé de faire. Vous devez faire appel à toute votre patience, répondre aux crises de colère avec calme et contrôle.

    De plus, il est essentiel que vous réguliez leur comportement en appliquant certaines stratégies, telles que :

    1. Établir des règles et des sanctions claires

    rébellion des enfants, normes et sanctions

     

    Si dès votre plus jeune âge, votre enfant les règles familiales et les sanctions qu’il encourt s’il ne les respecte pas, il lui sera plus facile de se sentir en sécurité. Cela ne signifie pas qu'il ne les contestera jamais. Il est donc important que les sanctions soient appliquées, car c’est vous qui les avez établies.

    2. Ne pas soutenir un comportement inapproprié

    La rébellion de votre enfant est renforcée lorsque, en tant que parent, vous accompagnez son mauvais comportement par des rires. Aussi drôle que cela puisse paraître à ce moment là, vous allez envoyer message double et perturbateur à votre enfant. En conséquence, vous perdrez progressivement son respect.

    3. Renforcer les comportements positifs

    rébellion des enfants et conduite positive

     

    L’une des erreurs les plus courantes des parents est de mettre en évidence les comportements négatifs plutôt que les comportements positifs. En tant que parent, il se peut que vous renforciez indirectement ces comportements négatifs lorsque vous faites des commentaires permanents à leur sujet et que vous reconnaissez peu ce que votre enfant fait bien.

    Félicitez votre enfant pour les bonnes choses qu’il fait. C’est tout aussi important que de réprimander le mauvais comportement de manière adaptée.

    4. Manifester un amour inconditionnel

    Même si votre enfant échoue encore et encore, il être sûr qu’il pourra toujours compter sur votre amour. Expliquez-lui que votre inconfort est dû à la façon dont il agit. Mettez-vous à sa place, comprenez-le et écoutez-le. Évitez de lui crier dessus et essayez de rester calme.

    Si c’est déjà un adolescent, ne remettez pas en question son humeur et laissez-lui son propre espace.

    5. Reconnaître si on encourage l’attitude rebelle de son enfant

    rébellion des enfants

     

    Souvent, la rébellion de votre enfant peut être causée par une situation familiale que, en tant que parent, vous ne savez pas comment gérer. La séparation ou le détachement émotionnel de la mère et du père est l’une des causes les plus courantes.

    S’il y a une tension entre les parents, il est probable que les enfants la percevront et tenteront de détourner l’attention sur eux. De plus, la préférence pour l’un des enfants provoquent des attitudes rebelles chez les autres enfants de la fratrie.

    6. Offrir des alternatives

    Offrir des alternatives aux enfants les aide à s’affirmer positivement face aux événements. Elle contribue également au développement des compétences décisionnelles dans la vie adulte.

    Offrir des solutions de rechange à votre enfant peut inclure, entre autres, la négociation avec votre enfant. Par exemple, lui permettre de regarder la télévision pendant un certain temps s’il fait ses devoirs en premier.

    7. Utiliser un langage positif

    rébellion des enfants et langage positif

     

    Le langage affirmatif est beaucoup plus efficace que le langage négatif. Le langage positif ne favorise pas l’attitude de défi que produisent les interdictions. Ne vous concentrez pas sur ce que votre enfant ne devrait pas faire, faites le contraire.

    Quand vous communiquez avec lui, parlez-lui de ce qu’il est possible de faire. Par exemple, dites : « Tu peux aller faire du vélo dans le jardin » au lieu de « Tu ne peux faire du vélo à l’intérieur de la maison ». Un autre exemple est de dire : « Tu peux aller jouer de la guitare au sous-sol, » au lieu de dire : « Tu ne peux jouer de la guitare dans ta chambre ».

    Réflexion

    Aucun enfant ne naît avec un manuel sur la façon de les éduquer. Tant de parents font face à ce défi avec si peu d’outils à leur disposition. Nous ne pouvons pas simplement exercer notre autorité sans nous préoccuper de ce que vivent nos enfants.

    Chaque enfant est unique et spécial, et la façon dont il réagit aux situations dépendra en grande partie de la façon dont il voit les choses dans son foyer au fur et à mesure qu’il grandit.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Que faire quand un enfant se comporte mal ?

     

     

     

     

     

     

     

    Eduquer un enfant n'est pas une tâche facile, comprendre les causes d'un mauvais comportement et savoir quoi faire est un art. Apprenez dans ce post quoi faire quand votre enfant se comporte mal.

    Que faire quand un enfant se comporte mal ?

    Quand un enfant se comporte mal, nous avons tendance à perdre patience et à nous retrouver dans une bataille de pouvoirs. Nous pensons souvent que les enfants se comportent mal à cause d’un caprice. Notre tâche en tant que parents responsables consiste à identifier les raisons de la mauvaise conduite de nos enfants.

    Les comportements inappropriés peuvent se manifester sous forme de crises de colère, de pleurs prolongés ou de violence envers les jouets ou d’autres objets. Certains enfants urinent ou défèquent lorsqu’ils ne contrôlent pas leur sphincter. D’autres, tout simplement, ignorent les instructions des personnes âgées, crient ou font des pitreries qui font exploser les adultes.

    Pourquoi un enfant se comporte mal ?

    enfant ayant un mauvais comportement

     

    L’une des principales raisons des mauvais comportements est le désir d’attirer l’attention de leurs parents. Cela se produit lorsque l’enfant détermine qu’en se comportant bien, il ne reçoit pas l’attention qu’il estime mériter.

    Il se comporte mal pour une mobilisation disproportionnée de ses parents et des adultes dans son environnement. L’enfant veut que ses parents parlent de son comportement et fassent de lui le centre d’attention de la famille.

    D’autre part, ils peuvent aussi se sentir sans surveillance. Cela arrive généralement lorsque, par exemple, ils sortent faire des courses et que le petit se sent fatigué : s’il le communique à ses parents et que ceux-ci le prennent en compte seulement quand il fait une crise, il est possible que lors des prochaines fois, il n’indique pas son épuisement mais ait directement recours au mauvais comportement.

    Une autre raison pour laquelle un enfant se comporte peut être la jalousie. En effet, l’enfant peut être jaloux de l’un de ses frères, l’une de ses soeurs, l’un de ses amis et même l’un des parents. La vérité est que les enfants découvrent à un âge précoce que quand ils se comportent mal, ils peuvent gérer la situation comme ils le veulent.

    En outre, l’absence de limites de la part des parents ou les contradictions entre les normes qu’ils établissent peuvent être à l’origine du mauvais comportement d’un enfant. Par exemple, maman interdit une chose, mais papa l’autorise.

    Ce n’est que dans les cas extrêmes que le comportement est mauvais en raison de problèmes de comportement graves, tels qu’une faible tolérance à la frustration, l’hyperactivité, de faibles compétences sociales et un faible contrôle de leurs impulsions. Un environnement familial inapproprié, une surprotection, des problèmes scolaires et des abus intrafamiliaux sont aussi des causes de mauvais comportements.

    Que faire quand un enfant se comporte mal ?

    Après avoir analysé la mauvaise conduite et déterminé ce qui la produit, nous devons examiner notre comportement quand un enfant se comporte mal. Il y a des facteurs dans notre comportement qui, face à une crise, au lieu d’éradiquer le problème, le maintiennent, et dans le pire des cas, il sera exacerbé.

    1. Montrer de la patience et de la compréhension

    enfant calmé par sa mère

     

    Face au comportement inapproprié d’un enfant, les parents entrent en crise, désespèrent et finissent par imploser. Essayez de ne pas vous fâcher et soyez gentil, mais ferme en disant ce que devrait être le comportement le plus approprié. Perdre votre calme ne fera que générer une lutte pour connaître les limites de l’autre.

    2. Ne pas être influencé par ce qu’ils diront

    Une crise de colère devant des tiers génère généralement un sentiment d’inconfort chez les parents qui est très difficile à gérer. Les parents finissent par céder quand ils se conforment à ce que l’enfant demande afin qu’il se calme ou qu’il soit obligé d’échapper à la situation inconfortable.

    Ne laissez pas ce que les autres pensent vous affecter. Une technique très efficace consiste à serrer étroitement l’enfant dans ses bras. Selon l’âge, vous pouvez le regarder dans les yeux, tenir ses mains avec amour et lui expliquer qu’il ne se comporte pas bien.

    Ensuite, vous pouvez continuer ce que vous faisiez même s’il continue à pleurer. Ne plus accorder votre attention à des moments comme ceux-ci empêchera de futures crises de colère.

    3. Éviter de crier ou de vous énerver

    enfants qui se disputent et mère dépassée

     

    Quand un enfant se comporte mal, selon son âge, il essaie peut-être de communiquer, mais ne sait toujours pas comment définir ce qui lui arrive avec des mots. Les enfants apprennent par l’exemple.

    Si vous lui demandez de ne pas crier, si vous êtes exaspéré et si vous lui criez dessus, probablement générerez-vous plus de confusion encore. Ce n’est pas une bonne idée de lui dire qu’il est un mauvais garçon ou qu’un autre enfant se comporte mieux que lui.

    4. Féliciter le bon comportement

    La plupart des parents ne félicitent pas leurs enfants pour leur bon comportement. Des phrases telles que « Comme c’est gentil de partager tes jouets avec ta sœur » ou « Merci d’avoir ramassé tes jouets et tes vêtements, tu m’aides beaucoup », les feront se sentir très bien.

    Conclusion

    Discipliner un enfant n’implique pas de le contrôler, cela veut dire l’aider à garder le contrôle de lui-même. Il vaut mieux que vous fassiez la bonne chose parce que vous voulez le faire, et pas parce que « c’est à votre tour » de le faire. En le faisant de cette manière, vous obtenez seulement l’insatisfaction et l’insécurité de votre enfant. Les mauvais comportements doivent être corrigés avec dévouement, beaucoup de patience et surtout beaucoup d’amour.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 4 conseils pour repousser quelqu’un sans le blesser

     

     

     

     

     

    Être sincère et mature vous permettra d'éloigner de votre vie cette personne que vous n'aimez plus, et ce, sans la blesser. Dans cet article, vous découvrirez quelques précieux conseils. 

    4 conseils pour repousser quelqu’un sans le blesser

    Vous est-il déjà arrivé de plaire réellement à quelqu’un sans ressentir la même chose pour cette personne ? Ce genre de situations arrive très souvent, notamment dans les lieux de vie commune tels que le bureau par exemple. Ces situations sont désagréables et peuvent perturber votre tranquillité.

    Il est alors tout naturel de repousser cette personne si nous ne ressentons aucune attirance envers ses attributs physiques et intellectuels, ou si tout simplement, nous ne souhaitons pas être en couple. Quelle que soit la raison, vous serez amené à repousser ses avances… Mais comment s’y prendre sans blesser la personne ? Continuez de lire cet article, et vous découvrirez quelques astuces très précieuses !

    1. Restez calme

    couple qui se dispute

     

    Si quelqu’un souhaite s’engager avec vous et que ce n’est pas votre cas, ne la rejetez pas de façon méprisante avec des gestes déplacés. Cherchez l’équilibre. Nous souhaitons tous être traités affectueusement, être aimés. Pour cela, il faut respecter la règle universelle suivante : traitez les autres comme vous aimeriez être traité.

    Exprimez ce que vous ressentez réellement et ce que vous souhaitez pour vous, afin de ne pas créer de faux espoirs, et ainsi d’éviter de générer une frustration. Avant cela, assurez-vous de ne vouloir en aucun cas une relation avec cette personne, afin d’éviter d’éventuels regrets.

    Discutez du sujet avant que cette personne vous invite à sortir ou vous avoue ses sentiments. Autrement, vous vous sentirez pris au piège dans une situation désagréable et confuse qui pourrait nuire à votre amitié, résultat qui n’est dans l’intérêt de personne.

    Vos explications doivent être soutenues par des faits qui corroborent ces explications : vos actions doivent être cohérentes avec vos mots. Si, par exemple, vous faites savoir à la personne intéressée que vous ne souhaitez pas vivre une relation amoureuse, et que quelques jours plus tard, il s’aperçoit que vous sortez avec quelqu’un, vous risquez de susciter en lui de la colère et de la méfiance, voire même des commentaires désobligeants à votre égard qui peuvent porter atteinte à votre réputation.

    2. Communiquez 

    La meilleure façon de faire comprendre à la personne que vous ne souhaitez pas vivre une relation amoureuse est de citer un exemple arrivé à d’autres personnes. De cette façon, vous dévierez l’attention et ferez passer un message de façon indirecte.

    S’il s’agit d’un ami proche, évitez les expressions du type « pour le moment », car cela pourrait le maintenir dans l’attente, et nuire ensuite à votre amitié.

    Nous vous recommandons des phrases telles que « Je suis si heureuse que nous soyons seulement amis ! ». Comme ça, aucun doute possible, le message est clair.

    3. Optez pour le bon endroit au bon moment 

    couple qui discute à la maison

     

    Cherchez un endroit tranquille où cette personne se sente à l’aise. Si vous ne savez pas quel endroit choisir, demandez-le-lui directement.

    Faites en sorte qu’il s’agisse d’un espace où vous pourrez discuter tranquillement et sans interruption, car ce type de sujets méritent du temps, voire même du silence, afin d’éviter les malentendus et de résoudre la situation de façon positive pour les deux membres.

    Ne repoussez jamais quelqu’un par téléphone, par SMS, par e-mail ou via une salle de chat d’un réseau social ; cette attitude est lâche. De plus, parler en personne vous permettra de soutenir votre message par vos gestes, votre ton de voix et vos expressions, et ainsi de bien faire passer le message sans laisser d’espace au doute. Faites en sorte de paraître serein et de rester cordial, afin de ne pas heurter la personne.

    N’ajoutez aucun mot, aucune raison et aucune nouvelle information après avoir dit « non » : toute information ajoutée sera utilisée contre vous pour insister et prolonger la demande, une phase du rendez-vous que vous devez chercher à éviter.

    4. N’oubliez pas vos droits 

    couple fâché

     

    Repousser quelqu’un est, sans l’ombre d’un doute, une situation que vous devez aborder avec subtilité mais aussi avec fermeté. Vous pouvez être amené à ressentir une certaine obligation envers la personne, mais ce n’est pas le cas : si la réponse est non, c’est non. Pour vous aider dans cette tâche, prenez en compte les quelques considérations suivantes :

    • vous avez le droit de refuser de faire quelque chose que quelqu’un attend de vous
    • dire « non » n’est pas synonyme d’égoïsme, mais de stabilité
    • maintenez votre position face aux tentatives de manipulation
    • expliquez-vous et évitez les excuses ; vous n’avez pas à être désolé
    • soyez aimable, cela fera de vous une personne d’autant plus respectable

    Une fois que vous êtes sûr de vous, soyez complètement transparent dès le début sur vos intentions, et ainsi vous éviterez de vous retrouver dans des situations gênantes et de blesser l’autre.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 types de disputes que peuvent avoir tous les couples heureux

     

     

     

     

     

     

     

    Découvrez qu'il y a aussi des disputes dans les couples heureux. Vous découvrirez que le secret réside dans l'honnêteté et une communication ouverte.

    Quand nous parlons d’un couple heureux, nous n’imaginons pas un seul instant qu’il puisse y avoir des désaccords entre les conjoints. Nous supposons que, s’ils sont heureux, leur vie doit être rose, mais la réalité est qu’ils ont dû faire face à quelques disputes sérieuses.

    1. Comment agir lorsque l’un d’entre vous est de mauvaise humeur

    discussion de couple

     

    Le bonheur n’est pas un état d’esprit permanent. Il y a toujours, pour une raison quelconque, des facteurs qui affectent l’humeur et ont des conséquences sur le bonheur du couple, causant le ennuis.

    Quand on est de mauvaise humeur, il se passe plusieurs choses :

    • Cela change complètement notre attitude
    • On ne veut parler à personne
    • On oublie les détails importants
    • Momentanément, on oublie les besoins de notre partenaire
    • Nous sommes plus enclins à entamer des disputes

    Juste à cause de tous les problèmes que cela peut entraîner, l’un des échanges que tout couple heureux devrait avoir tient à la façon dont il faut agir dans cette situation.

    Il est important de comprendre comment le conjoint réagit et comment nous devons agir pour éviter que la situation ne devienne incontrôlable.

    Certaines lignes directrices de base peuvent être établies, telles que :

    • S’éloigner de la personne en colère jusqu’à ce que son humeur s’améliore.
    • Évitez les blagues ou les plaisanteries qui peuvent paraitre offensantes si la personne est très sensible.

    2. La répartition des tâches ménagères

    Lorsque la décision est prise de vivre ensemble ou de se marier, l’une des discussions qu’ont tous les couples heureux est la façon dont les tâches ménagères seront réparties.

    Il est de moins en moins courant de trouver des hommes avec des idées machos. Mais il est toujours préférable de répartir les tâches que chacun d’entre eux doit accomplir. En plus d’éviter les malentendus et les pertes de temps, vous pouvez tous les deux beaucoup mieux vous organiser.

    Si vous trouvez aussi que votre partenaire a des tendances macho, c’est le bon moment pour exposer vos attentes à ce sujet. Considérez que beaucoup d’enfants ont été éduqués de cette façon et qu’il n’est pas si facile d’adopter de nouvelles habitudes.

    3. « Maman va venir à la maison »

    problème de la belle-mère

     

    L’idée que les belles-mères créent des problèmes pour le couple est très répandue. Cependant, cela ne se produit que lorsqu’elles arrivent, et c’est valable pour les autres membres de la famille, avec des attitudes qui affectent l’harmonie du foyer.

    En plus des dissensions internes qui peuvent déjà exister, l’arrivée de la belle-mère peut compliquer le fait de vivre ensemble. Surtout lorsqu’elle souhaite intervenir plus qu’elle ne le devrait.

    Dans ce cas, nous pouvons rencontrer des tensions, des changements d’habitudes et des malaises. La bonne nouvelle, c’est qu’il s’agit d’une des discussions que tous les couples heureux ont.

    Il faut établir les attitudes et les limites que la belle-mère, ou toute autre personne, doit conserver lorsqu’elle entre dans votre domicile, afin de respecter votre vie privée et l’autonomie du couple.

    Le degré de stabilité et de compréhension du couple résoudra sans aucun doute le sort de la belle-mère bien-aimée qui, dans une tentative de s’imposer, cause des dommages à la relation, sans qu’il soit nécessaire d’avoir de solides arguments et de se battre.

    4. L’un des conjoints n’est pas ponctuel

    Une autre des disputes qu’ont couple heureux est combien de temps vous devez vous attendre l’un l’autre pour faire quelque chose. Même si vous avez convenu d’un horaire d’avance.

    Il y a une idée ancrée que les femmes ont tendance à faire attendre leur partenaire. Même si ce n’est pas tout à fait vrai. La réalité est que les hommes tombent également dans cette erreur et qu’il est important de parler de la façon d’agir dans ce cas pour éviter les disputes.

    Cela peut sembler un problème mineur. Mais c’est quelque chose qui affecte sérieusement certaines personnes. Si c’est votre cas ou celui de votre partenaire, déterminez s’il y a une période d’attente acceptable et ce qu’il faut faire si elle est dépassée.

    5. « Ton ex nous persécute »

    problème de l'ex-conjoint

     

    Un des problèmes qui peuvent affecter fortement et déclencher de fortes querelles dans le couple, c’est lorsqu’il y a un ex-partenaire qui n’a pas compris qu’il fait partie du passé.

    La présence de cette personne attirant l’attention peut déséquilibrer le couple et causer de la jalousie et des disputes. Si c’est votre cas, vous devriez savoir que vous ne pouvez pas contrôler les actions de cette personne. Mais vous pouvez contrôler la façon dont vous répondez :

    • Ignorez cette personne
    • Partez si vous la rencontrez
    • Essayez de la supporter
    • Prenez des mesures juridiques plus sérieuses

    6. L’attention portée aux réseaux sociaux

    Internet est là pour rester. Mais c’est l’un des déclencheurs de certains des disputes de beaucoup de couples heureux.

    Que partagez-vous en ligne ? Est-ce que toutes vos photos vont directement sur Facebook ? Où placez-vous la limite de votre vie privée que vous ne devez pas dépasser ?

    Lorsque l’utilisation des réseaux sociaux devient une dépendance, il est courant de rencontrer des problèmes. Si vous voulez avoir un couple qui dure, fixez les limites de l’utilisation de la technologie dès le début.

    Rappelez-vous que vous pouvez toujours faire des évolutions si vous le jugez nécessaire, mais vous devez avoir une base confortable pour vous.

    Avez-vous eu ce genre de conversations avec votre partenaire ? Pensez-vous que nous avons parlé de toutes les questions qui devraient être prises en compte pour une meilleure relation ?

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le sentiment de culpabilité exprime une peur de la punition

     

     

     

     

     

     

    Se sentir coupable peut être un comportement appris dans notre enfance qui nous empêche d'avancer dans la vie, nous devons donc savoir comment en identifier l'origine de la culpabilité et la résoudre.

    Le sentiment de culpabilité exprime une peur de la punition

    Se sentir coupable est un sentiment très désagréable. Chaque pas que nous faisons est rendu incertain et nous craignons cette culpabilité qui, irrémédiablement, revient toujours vers nous.

    Mais d’où vient cette culpabilité ?

    Il est important de se tourner vers notre enfance. Car c’est le moment où naissent la grande majorité de nos traumatismes et de nos peurs. Comment nos parents nous ont-ils traités ? Quel genre de soutien nous ont-ils donné ? Avons-nous reçu une éducation basée sur la peur ?

    Nous ne donnons pas d’importance à l’éducation que nos parents nous donnent. Mais sa façon d’entrer en relation avec nous peut faire de la culpabilité une partie essentielle de notre vie d’adulte. Voyons comment tout cela se passe.

    La peur intérieure de la punition

    chatiment

     

    Quand nous parlons de punition, nous ne parlons pas seulement des punitions qui sont les plus évidentes. Comme « tu ne quitte pas ta chambre » ou « tu seras privé de dessert ».

    Il existe d’autres types de punitions qui font encore plus mal et laissent des blessures émotionnelles profondes qui s’ouvrent à nouveau plus tard à l’âge adulte.

    Une autre sorte de punition est de priver les enfants de leur parole. Soudain, les enfants ne peuvent plus capables d’interagir avec leurs parents. Ils leur parlent, mais personne ne leur répond.

    • Ils se sentent seuls, abandonnés, très effrayés. Mais surtout, ils se sentent coupables.

    Un autre type de punition peut provenir d’une réaction disproportionnée des parents. Lorsqu’ils lancent des phrases comme « pourquoi tu m’as fait ça ? » ou « tu ne le mérites pas ». Tout cela génère un sentiment de culpabilité que l’enfant absorbe peu à peu.

    Chaque mot que nous disons en tant que parents, chaque attitude que nous avons envers les plus jeunes enfants, peut causer des sentiments tels que la culpabilité qui, plus tard, leur causera beaucoup de problèmes quand les enfants auront grandi.

    Cependant, une fois que nous avons détecté leur origine de ce sentiment, nous pouvons le combattre et cesser de le ressentir. Ce n’est pas facile, mais c’est possible.

    De quoi nous sentons-nous coupables ?

    femme triste

     

    Pour cesser de se sentir coupable, une fois que vous avons détecté l’origine de la culpabilité, il est important que vous vous demandiez ce que ressentez habituellement. Voici quelques exemples :

    • Vous vous sentez coupable si un ami se met en colère contre vous si ne vous faites pas ce qu’il veut.
    • Vous vous sentez coupable si, soudainement, un être cher ne répond pas à un message instantané. Peut-être avez-vous dit quelque chose qui l’a offensé ou qu’il est en colère contre vous (alors qu’il n’y a aucune raison de l’être).
    • Vous vous sentez coupable de vous sentir coupable. Vous pensez que vous ne valez rien, vous ne méritez rien et vous êtes une personne inférieure aux autres.

    Comme on peut le constater, se sentir coupable et avoir une faible estime de soi sont deux concepts qui vont de pair. Beaucoup de ces exemples montrent l’insécurité, la faible tolérance à la frustration, la peur de l’abandon…

    Ce dernier exemple est curieux : « je me sens coupable de me sentir coupable ». Cependant, il est plus courant qu’il n’y paraît. Les gens qui se sentent coupables de tout peuvent aller jusqu’à l’extrême.

    Arrêter de ressentir de la culpabilité

    culpabilté

     

    Pour cesser de se sentir coupable, il est important de commencer d’abord par un travail de développement de l’estime de soi. De cette façon, vous éliminerez les insécurités et les peurs qui peuvent vous aider à vivre avec ce sentiment au quotidien.

    Ensuite, vous devez enquêter sur les contextes dans lesquels cette culpabilité se manifeste le plus souvent. Est-ce la peur qu’on soit en colère contre nous ? Apparait-elle lorsque quelqu’un ne respecte pas vos opinions ?

    Cela peut vous donner une idée du point auquel ces situations ressemblent aux épisodes passés de votre enfance qui ont été à l’origine de cette culpabilité.

    La chose la plus importante que vous devez faire est d’en être conscients, de ne pas blâmer vos parents (si c’est le cas). D’assumer la responsabilité de cette culpabilité et de travailler pour gérer vos émotions.

    Chaque fois que la culpabilité arrive, demandez-vous pourquoi elle est là. La plupart du temps, vous vous rendez compte qu’il n’y a aucune raison de vous sentir coupable et que parfois même vous anticipez des choses qui ne se sont pas produites pour éviter ce sentiment de culpabilité.

    Allez-vous essayer d’arrêter de vous sentir coupable ?

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 raisons pour lesquelles on profite de vous

     

     

     

     

     

     

    Ceux qui profitent de vous jouent avec le fait qu'ils savent que vous ne refuserez pas de faire ce qu'ils demandent, ou que vous succomberez à leur chantage émotionnel.

    5 raisons pour lesquelles on profite de vous

    Vous savez bien qu’on profite de vous. Parfois, parce que les gens qui vous aiment le plus vous le disent. D’autres fois, vous vous en rendez compte par vous-même. Dans cet article, vous allez découvrir pourquoi on profite toujours de vous et comment vous pouvez y faire face.

    Souvent, les personnes de votre entourage essaient de profiter de vous. De cette façon, la vie est plus facile pour eux, tandis qu’ils compliquent la vôtre.

    Découvrons quelles en sont les raisons pour éviter que cela ne vous remplisse de tristesse et d’insatisfaction.

    1. Vous êtes incapable de dire ‘non’

    incapable de dire non

     

    C’est l’une des premières raisons pour lesquelles les autres profitent toujours de vous, c’est que vous n’arrivez pas à dire « non ». Si un collègue vous dit de l’aider à réaliser une partie d’un projet alors que vous êtes débordé, vous dites « oui » même si vous ne dormez pas pendant des jours.

    Vous devez vous demander quelles croyances agissent en vous qui vous empêchent de répondre à vos propres besoins et de dire « non ».

    • Peut-être vous sentez-vous obligé d’aider parce que vous pensez que les autres penseront que vous êtes une mauvaise personne ? Vous avez peur qu’ils se fâchent si vous dites ‘non’ ? Vous avez peur que personne ne vous aide si vous n’aidez pas les autres ?
    • Gardez à l’esprit que toujours dire « oui » peut amener les gens à venir à vous pour se décharger de certaines responsabilités qui ne sont pas les vôtres. Qui vont vous obliger à faire des heures supplémentaires et à moins dormir… Remettez en question vos croyances et pensez d’abord à vous.

    2. Vous cherchez à obtenir l’approbation des autres

    Une autre raison pour laquelle les autres profitent toujours de vous, c’est que vous cherchez toujours à obtenir leur approbation, de sorte que les gens jouent avec cela à leur avantage.

    Quand vous recherchez l’approbation des autres, vous essayez de leur plaire, de leur faire plaisir, que les autres soutiennent ce que vous dites ou que vous faites…

    • Une personne qui cherche à obtenir une approbation est rapidement remarquée par ceux qui sont les plus habiles à tirer profit des autres.
    • De plus, ils savent qu’ils n’ont pas besoin de faire grand-chose parce qu’un regard ou  » je  pense que ce n’est pas bien » changera votre manière de penser ou d’agir, uniquement pour être approuvé par les autres.

    3. Vous permettez que l’on vous utilise

    limites

     

    Nous avons tous eu cet « ami » qui n’appelait ou ne donnait des signes de vie que lorsqu’il avait besoin de quelque chose. Il a besoin de parler, de communiquer quelque chose d’important dans sa vie, de se défouler, de demander un service… Mais quand il n’a besoin de rien, il disparait.

    Vous ne pouvez pas compter sur cette sorte de personnes. Vous serez toujours là pour eux, mais ils ne seront jamais là pour vous.

    • C’est pourquoi, l’une des raisons pour lesquelles ils profitent toujours de vous, c’est que vous ne pouvez pas imposer de limites aux gens qui agissent de cette façon.
    • Il est nécessaire de mettre des limites dans les relations personnelles. Cela ne signifie pas que vous êtes une mauvaise personne ou que vous n’êtes pas un bon ami et partenaire.

    Mais cela signifie que vous appréciez vous-même suffisamment pour éviter d’être utilisé.

    4. Vous ne vous autorisez pas à dire ce que vous ressentez

    La quatrième raison pour laquelle on profite toujours de vous, c’est que vous ne vous autorisez pas à exprimer vos sentiments.

    C’est pourquoi les autres croient qu’ils ne vous submergent pas en vous faisant assumer des responsabilités qui ne vous incombent pas. Ou que cela ne vous dérange pas s’ils vous appellent simplement lorsqu’ils ont besoin de quelque chose.

    Il y a de nombreux avantages à dire ce que vous ressentez. Osez-vous déjà pratiquer cet art ?

    • Il est important que vous appreniez à exprimer vos sentiments d’une manière appropriée. Si vous vous sentez réprimé, utilisé, manipulé…dites-le !
    • Les autres n’en sont peut-être pas conscients et le simple fait de le dire peut tout changer.

    5. Vous vous sentez comme une victime des manipulateurs

    victime

     

    La manipulation ou le chantage émotionnel est une ressource très courante dans nos relations personnelles. Cependant, il y a des gens toxiques qui poussent la situation à l’extrême.

    C’est pourquoi il est important de fixer des limites, de savoir dire non et de répondre à nos besoins.

    Cependant, si vous avez l’impression qu’on vous exploite, c’est peut être que d’une certaine manière vous ne faites rien à cet égard.

    Vous sentez-vous comme une victime ? Lorsque nous nous victimisons nous-mêmes, nous croyons que nous ne pouvons rien faire, que les circonstances sont ce qu’elles sont et que nous devons vivre avec elles.

    Nous devons assumer la responsabilité de nos vies. Si vous êtes manipulé et que vous en êtes conscient, c’est que vous vous l’autorisez. Ce n’est pas une question de culpabilité. Pensez à ce que vous pouvez faire pour changer cela.

     

    A-t-on déjà profité de vous ? Avez-vous réussi à résoudre le problème ? Voici quelques raisons pour lesquelles on profite de vous. Réfléchissez-y pour en prendre conscience et mettez fin à ces situations qui vous minent la vie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Votre enfant est-il un enfant gâté ?

     

     

     

     

     

     

    Il y a des pratiques que, en tant que parents, nous devons éviter afin de ne pas gâter nos enfants. Apprenez à connaître les comportements d'un enfant gâté et comment corriger de telles attitudes pour leur développement futur.

    Votre enfant est-il un enfant gâté ?

    Élever un enfant sans lui donner de limites peut faire de lui un enfant gâté. Un enfant qui ne respecte pas les règles.Fait ce qu’il veut et n’assume pas ses propres responsabilités. Tout cela peut avoir de graves conséquences pour sa propre vie d’adulte.

    Pour cette raison, dans cet article, nous allons vous parler des comportements d’un enfant gâté, ce qui vous aidera à savoir si vous devez prendre des mesures avec vos enfants pour que cela n’arrive pas.

    Comportements d’un enfant gâté

    1. Le cercle vicieux des caprices

    enfant et glace

     

    Les crises de colère ou les caprices sont une ressource vers laquelle tout enfant gâté peut se tourner, sachant que dans la plupart des cas, il ou elle a tout à gagner. Surtout parce qu’ils jouent avec cette honte qu’ils font sentir à l’adulte, et aussi la culpabilité.

    Prenons un exemple :

    Un garçon est au supermarché avec son père et veut qu’il lui achète un chocolat. Le père dit « non ». L’enfant insiste et voit qu’il n’aura pas ce qu’il veut, il se jette à terre et commence à crier et à donner des coups de pied.

    Le père le gronde, remarque les regards des autres clients dans le supermarché et commence à se sentir coupable. Son visage devient rouge de honte et comme il ne peut plus le supporter, il dit à l’enfant : « Oui, prends ton chocolat, mais ne fais plus d’histoires.

    Que s’est-il passé dans ce cas ? Le garçon a réussi à manipuler son père en le rendant coupable et honteux. En même temps, le père a perdu son autorité parce qu’il a cédé au comportement du fils.

    Mais cela peut aussi déclencher un autre type d’attitude. Parce que le parent sait que lorsque l’enfant obtient ce qu’il veut, il ou elle se comporte bien. Dans certaines circonstances, où il veut que l’enfant se comporte bien ou qu’il fasse correctement son travail (par exemple, réussir un examen), il peut songer à l’acheter ».

    2. Absence de limites à la maison

    manque de limite

     

    Ce n’est pas parce qu’il y a des limites à la maison que les parents sont durs, qu’ils blessent émotionnellement leurs enfants ou qu’ils ne les aiment pas. Bien au contraire. Les limites sont absolument nécessaires.

    Mais pour qu’elles soient efficaces, il faut les mener jusqu’au bout. Il ne sert à rien de fixer une limite et de permettre qu’elle soit dépassée dans certaines circonstances.

    Les parents doivent être fermes dans les décisions qu’ils prennent. S’ils fléchissent à certains moments, tout s’écroule. C’est pourquoi, si nous fixons une limite, comme « aujourd’hui, nous n’achetons pas de chocolat« , alors aujourd’hui, nous n’achetons pas de chocolat, point final. Peu importe ce qui se passe, peu importe combien de pleurs, de crises de colère ou même d’embarras que nous pouvons ressentir.

    Un enfant gâté a besoin de savoir que les adultes parlent sérieusement. Il doit apprendre à accepter un « non » comme réponse, et qu’il n’aura pas d’autre choix que d’accepter.

    De plus, lorsqu’il existe des limites dès le départ, désobéir ou même faire preuve d’hostilité à l’égard des parents ne se produit pas généralement. C’est pourquoi nous devons imposer des limites le plus rapidement possible.

    3. Un enfant gâté n’est pas né comme ça, il le devient

    Un enfant gâté ne naît pas ainsi. C’est le comportement des parents, la permissivité de leur égoïsme et les défis qu’il lance à ses propres parents, qui font que l’enfant agit de plus en plus mal.

    Il finira par insulter ses parents, les contrôler et exercer un pouvoir qu’il ne devrait pas avoir. Mais surtout, il finira par ne pas savoir comment donner de la valeur à ce qu’il a. Il veut toujours satisfaire ses besoins et ses désirs, mais ne sait pas comment les apprécier vraiment.

    Un enfant gâté peut devenir un adulte très désagréable, nuisible pour les autres et, surtout, pour lui-même. Les enfants ont besoin de limites, les parents doivent agir en tant que parents et non en tant qu’amis, et ne jamais permettre le manque de respect ou la manipulation.

    Tout ce que nous faisons pour empêcher les enfants de devenir des enfants gâtés les aidera à devenir de meilleures personnes plus tard et à maintenir des relations interpersonnelles plus saines. Gardez toujours cela à l’esprit.

     

    Images : Nicoletta Ceccoli

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Découvrez les 5 symptômes d’une personne égocentrique

     

     

     

     

     

     

    Découvrez les caractéristiques qui définissent une personne égocentrique et quelles sont leurs réactions face à certaines situations. En général ces personnes ne se soucient que d’elles-mêmes, sans tenir compte des autres.

    Découvrez les 5 symptômes d’une personne égocentrique

    Vous connaissez peut-être une personne qui au premier abord semblait sympathique, mais qui au fil du temps à changée. Vous n’êtes plus tellement sûr de quoi penser. Il semble que tout tourne autour de cette personne 

    Dans ce cas, il est possible que cette personne soit égocentrique. Avez-vous déjà pensé à cela ?

    Il est important de commencer par comprendre que les personnes égocentriques croient que leurs propres opinions et intérêts sont plus importants que celles des autres.

    Bien sûr, il est naturel  qu’une personne ait des priorités dans la vie. Cependant, ce qui n’est pas bon ou sain, c’est d’essayer d’être la priorité dans la vie des autres. Cette attitude est le problème que vous pouvez rencontrer avec les personnes égocentriques.

    Découvrez quelles sont les principales caractéristiques qui définissent une personne égocentrique et quelles sont leurs réactions dans certaines situations.

    1. Réaffirmer leur importance et leurs qualités

    traits de caractère d'une personne égocentrique

     

    Les personnes égocentriques ont tout le temps besoin de réaffirmer leur importance et leurs qualités.

    Les personnes égocentriques sont capables de projeter une grande sécurité en eux-mêmes, mais la réalité est complètement différente.

    Ces personnes sont généralement très peu sûres d’elles-mêmes. Donc, si vous connaissez ou sortez avec une personne égocentrique, elle vous demandera toujours votre avis. De plus, elle aura besoin en permanence de votre approbation.

    Voici les questions que vous serez souvent à même de répondre tout le temps :

    • Comment est-ce que tu me trouves ?
    • Cela me va bien ?
    • Je te plais ?
    • Qu’est-ce que tu aimes chez moi ?

    Si vous avez des doutes quant à savoir si votre partenaire veut juste votre opinion ou est égocentrique, analysez si elle se comporte de la même manière avec tout le monde. De plus, il serait bon de vérifier comment elle agit lorsque vous lui donnez une réponse ou un commentaire négatif.

    Une personne stable est capable de comprendre lorsqu’on lui donne une critique constructive mais un égocentrique le prendra très mal. Il est fort possible que cela provoque une grosse dispute ou que cette personne se mette sur la défensive.

    2. Réactions face aux situations qui l’affectent

    Une personne égocentrique analysera chaque situation en considérant seulement comment celle-ci l’affecte.

    En effet, les personnes égocentriques ont souvent ce genre de réactions. Ces personnes analyseront uniquement les situations en utilisant  le seul filtre qu’elles connaissent : elles-mêmes.

    Par exemple, vous pouvez avoir eu une mauvaise journée et simplement désirer rester à la maison pour vous reposer ou bien pour parler.

    Un partenaire normal comprendrait que vous vous sentiez mal et accepterait de rester avec vous pour parler ou simplement pour vous tenir compagnie. Une personne égocentrique, en revanche, serait bouleversée si elle a déjà fait des plans et vous récriminerait ou partirait sans se soucier de ce que vous ressentez ou avez besoin.

    C’est parce que les personnes égocentriques ont peu ou pas d’empathie. Elles se soucient seulement d’elles-mêmes et de leurs besoins.

    3. Demande d’attention constante

    demande d’attention constante

     

    Par ailleurs, une personne égocentrique réclamera constamment toute votre attention et que vous soyez également toujours disponible quand elle a besoin de vous.

    Une autre situation courante lorsque vous sortez avec une personne égocentrique est de prétendre que vous soyez  disponible à tout moment pour elle. Ces personnes ont besoin qu’on les écoute ou de parler quand elles le désirent. Les personnes axées sur elles-mêmes chercheront à contrôle les autres autour d’elles.

    Vous sentez-vous épuisé et parfois vous préférez mettre un peu de distance avec cette personne ? Avez-vous dû arrêter des activités, de fréquentes d’autres personnes ou des situations qui étaient très importantes pour vous à cause de cette personne ?

    • Alors qu’au début, vous avez pu vous sentir flatté que quelqu’un ait besoin de vous de façon permanente, mais au fil du temps, cette personne finira par devenir un fardeau.
    • Si vous êtes dans cette situation, souvenez-vous que vous avez le droit de définir vos priorités comme bon vous semble. De plus, vous ne devez pas abandonner les choses qui vous intéressent à cause des autres.

    4. Ne pas se souvenir des choses importantes

    Un autre symptôme des personnes égocentrique est de ne jamais se souvenir des choses qui sont importantes pour vous.

    Avez-vous fréquenté une personne pendant des mois et elle ne se rappelle même pas si vous avez des frères et sœurs ? Vous lui avez dit plusieurs fois quelle nourriture vous aimez le moins et elle ne s’en souvient jamais.

    Bien sûr, il est possible que cette personne ait peu de mémoire. Nous commettons tous des erreurs, mais une personne égocentrique n’aura pas le moindre intérêt à vous écouter.

    Même si tout cela semble être de simples détails, ils ont néanmoins une grande importance. Ce sont ces détails qui parlent de l’intérêt qu’une personne à pour vous.

    Lorsque vous ne vous souvenez pas des intérêts ou des détails des autres, cela signifie que vous êtes une personne de plus qui fait semblant d’y prêter attention.

    5. Parler tout le temps et ne pas écouter

    parler et ne pas écouter

     

    Un autre signe que vous sortez avec une personne égocentrique est que vous devez toujours l’écouter pendant qu’elle parle tout le temps. Il est possible qu’elle vous laisse parfois parler, mais elle le fera seulement pour que vous lui donniez raison et continuera.

    Vous avez l’impression que ce que vous dites n’est pas intéressant pour cette personne ? Mais aussi que toute la conversation tourne autour d’elle ? C’est un symptôme clair.

    Que faire quand vous sortez avec une personne égocentrique ?

    • Définissez des limites. Il est important que vous définissiez et respectiez vos limites pour éviter de nuire à votre estime de soi. Si cette personne n’est pas capable de respecter vos limites, vous devriez vous éloigner un peu pour essayer d’éviter des problèmes majeurs.
    • Expliquez-lui ce que vous ressentez. Malheureusement, elle ne s’intéresse peut-être pas beaucoup à ce que vous avez à lui dire. Cependant, il est important de le faire pour clarifier la situation et vous donner l’occasion d’apporter des changements qui améliorent la relation.
    • Créez de la distance. Vous devez être réaliste et comprendre que certaines personnes ne sont tout simplement pas disposées à construire une relation saine.

    Heureusement, il existe des millions de personnes dans le monde et vous n’avez pas à vous attacher à une personne égocentrique.

    Il est fondamental d’apprendre à identifier ces comportements toxiques dès le début de la relation et ne pas les laisser passer car ils peuvent devenir une constante et nous détruire psychologiquement.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 différences entre l’amour et l’habitude

     

     

     

     

     

     

    Un couple qui débute sa relation amoureuse, avec le temps, peut présenter certains comportements qui montrent qu'ils ne sont plus ensemble par amour mais par habitude. Découvrez quelles sont les différences entre l'amour et l'habitude.

    6 différences entre l’amour et l’habitude

    Partager pendant si longtemps sa vie avec un partenaire implique de faire face à d’innombrables défis qui, dans certains cas, ne sont pas surmontés de la meilleure façon. Cela peut céder la place à la monotonie et nous amener à nous demander si ce que nous ressentons est de l’amour ou de l’habitude. Et il existe des différences entre l’amour et l’habitude.

    À ce stade de la relation du couple, il est fréquent que la magie et l’illusion que l’on ressentait au début disparaissent peu à peu. Ainsi, il se peut que l’un des deux, ou même les deux, commence à être avec l’autre par habitude.

    Différences entre l’amour et l’habitude

    Voici quelques questions qui vous aideront à différencier si vous êtes avec votre partenaire pour l’amour ou l’habitude.

    1. Est-ce que tout ce qu’il fait vous dérange ?

    couple en froid

     

    Une des stratégies pour savoir si c’est l’amour ou l’habitude que nous ressentons est de nous demander ce qui suit: pourquoi maintenant tant de choses me dérangent qui n’avaient d’abord pas d’importance ? S’il fait du bruit en mangeant, s’il oublie d’acheter quelque chose, ou même s’il ne porte pas cette chemise que vous aimez tant.

    C’est-à-dire, si quelque chose qu’il fait ou ne fait pas vous dérange, vous devriez repenser si vous voulez continuer votre relation avec cette personne. C’est le mieux que vous puissiez faire, parce que si vous ne le faites pas, vous vivrez dans un mécontentement constant. Tout simplement, vous resterez avec votre partenaire seulement par habitude.

    2. Vous n’êtes pas sûr d’avoir envie de planifier des choses avec votre partenaire ?

    Vous voulez faire un voyage dans quelques mois, mais vous vous demandez si vous voulez vraiment y aller avec votre partenaire ou commencez à trouver une excuse pour que le plan ne se produise pas. Si cela vous arrive ou des situations similaires, quelque chose ne va pas dans votre relation.

    Ce manque d’engagement envers votre relation et l’insécurité est juste un autre signe que vous êtes pour l’habitude avec votre partenaire et non par amour. Peut-être cette personne a cessé d’être votre partenaire idéal.

    3. Votre « je t’aime » est automatique ?

    couple qui s'aime

     

    Dire « Je t’aime » est un acte très spécial, et quand vous le ressentez vraiment, il devient deux fois plus spécial. Cependant, c’est une phrase qui perd sa vraie signification quand vous le dites sans désir ou engagement, parce que vous ne le ressentez pas comme vous le faisiez auparavant.

    Si vous le répétez automatiquement pour que l’autre ne se sente pas mal, quelque chose ne va pas dans votre relation. Ou, si vous vous sentez inquiet et craignez que l’absence de la phrase soit une raison pour encourager une dispute, certainement, vous ne ressentez plus de l’amour mais de l’habitude.

    4. Manque de sexe ?

    L’intimité est très importante pour n’importe quel couple. Lorsque les relations sexuelles s’améliorent avec le temps, c’est parce que les deux ont construit des liens très forts.

    Au contraire, si vous faites rarement l’amour ou si vous vous sentez proche sexuellement avec votre partenaire que par engagement ou par obligation, les chances sont que vous ne soyez plus avec cette personne par amour mais par habitude.

    5. Il n’y a plus de surprise dans votre couple ?

    couple en crise

     

    Les surprises font la différence. Ce sont de petites choses qui rendent la vie plus belle. Et si c’est un couple, encore plus. Il y a d’innombrables choses que vous pouvez faire pour surprendre cette personne spéciale : un dîner fait maison, un « Je t’aime » inattendu, un message motivant ou une sortie romantique.

    Cependant, lorsque votre partenaire ne vous fait plus autant de surprises ou qu’il ne les provoque pas, vous êtes probablement ensemble par habitude et non par amour.

    6. Vous ne parlez plus avec votre partenaire ?

    Une mauvaise ou une pauvre communication est une autre des six différences entre l’amour et l’habitude que vous devriez évaluer dans votre relation. Une bonne communication est la base de toute relation sentimentale, de cet équilibre que nous aspirons à vivre avec un couple. Sans aucun doute, deux personnes qui s’aiment vraiment surmontent les obstacles à la communication.

    Lorsque vous gardez vos problèmes et que vous ne parlez pas de vos projets avec votre partenaire, c’est parce que quelque chose ne va pas dans votre relation. Dans ce cas, vous ne pouvez plus ressentir la même confiance que lorsque votre histoire d’amour a commencé.

    Vous vous identifiez à l’une de ces 6 différences entre l’amour et l’habitudeIl est important que vous connaissiez ces différences, car si votre relation commence à présenter ces symptômes, il est probable que quelque chose ne va pas. Cependant, si vous sentez que vous aimez toujours votre partenaire, cherchez simplement une solution.

    Une fois qu’on est conscients que quelque chose ne va pas dans le couple, il est beaucoup plus facile d’attaquer et de surmonter le problème. Dans le cas où les deux veulent vraiment sauver la relation, ils doivent mettre tous leurs efforts pour récupérer cette magie qu’ils avaient au début de la relation.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique