• Le sexe peut guérir une grande partie de nos « maux »

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Le sexe nous aide à nous sentir mieux avec nous-même puisque pendant l'acte, nous libérons des endorphines et d'autres substances qui favorisent notre bien-être aussi bien physique que psychologique.
     

    Le sexe, cette pratique naturelle qui a été réprimée et ignorée pendant des siècles, peut pourtant guérir une grande partie de nos « maux ».

     

    De fait, aujourd’hui, la société a toujours cette idée du sexe comme de quelque chose qu’il faudrait cacher et dont il faudrait avoir honte.

    Pourtant, grâce aux recherches scientifiques, nous savons de source sûre qu‘avoir des relations sexuelles nous fait du bien à tous les niveaux.

    • Il atténue l’anxiété et les autres états de moral négatifs.
    • Il diminue les insomnies.
    • Il améliore notre auto-estime.
    • Il renforce notre système immunitaire et cardiovasculaire.
    • Il accélère notre métabolisme.
    • Il augmente notre espérance de vie.

    Les constellations chimiques du bien-être, question de sexe

    13-raisons-de-faire-su-sexe-matinal-500x419

    La cascade de substances chimiques qui se précipitent dans notre corps quand nous avons des relations sexuelles régulières nous apporte de multiples bienfaits qui sont autant de raisons de pratiquer le sexe.

    Voyons-en quelques uns :

    • Le sexe est un reconstituant esthétique qui favorise la libération d’hormones qui nous aide à être plus beaux/belles.

    Nos cheveux, notre peau et notre regard sont plus brillants grâce aux œstrogènes, à la testostérone et à la synthèse du collagène produit en conséquence de l’activité sexuelle.

    • Il est plus efficace que les crèmes anti-âge : la sécrétion d’hormones comme la déhydroépiandrostérone (DHEA) favorise la longévité.
    • La prolactine est un relaxant naturel qui explose après l’orgasme provoqué par le contact sexuel. Cette substance, de plus, nous permet de mieux sentir.
    • Le cœur aussi adore le sexe, car son effet protecteur est similaire à celui des exercices réguliers. Au moment du coït, les battements de cœur augmentent leur fréquence.
    • Cela favorise aussi le bon travail métabolique de notre corps ainsi que la tonification des zones impliquées, notamment la zone pelvienne

    Les contractions du vagin et les spasmes du sphincter anal et urétral renforcent nos muscles et notre contrôle sur eux.

    • Le sexe fonctionne aussi comme un puissant analgésique, car il soulage les gênes physiques grâce à la libération d’endorphines et de corticostéroïdes. Ces substances ont un effet sédatif sur les terminaisons nerveuses.
    • L’ocytocine a des effets anti-stress et réduit la tension artérielle et le rythme cardiaque.

    En plus des bienfaits déjà mentionnées, il faut savoir que le sexe a de nombreux bienfaits au niveau mental sans aucun effets secondaires.

    Ainsi, le conseil que donnait Platon, à savoir « éviter le sexe avant une compétition », ne serait pas valable.

    Sexe-shutterstock_197883350

    Faire l’amour améliore sérieusement la santé

    Les bienfaits d’une sexualité saine sont illimités. Cela, bien sûr, transcende le domaine du génital, puisque cela concerne la manière dont nous écoutons notre potentiel sexuel à tous les niveaux de la vie.

    C’est pour cela que lorsque nous parlons de prendre soin de notre relation en ayant des relations sexuelles, nous ne nous référons pas seulement au coït mais également à l’exploration totale de nos désirs, de nos volontés et de nos sensations.

    Il ne faut pas l’oublier et le limiter, car nous mettrions de grosses barrières à notre identité.

    Soyez conscient, donc, que le sexe vous aidera à maintenir un équilibre psychologique, physique et émotionnel, et empêchera que la frustration dérivée de l’incompréhension ne précipite l’apparition d’états de moral négatifs et nocifs.

    Amoureux

    L’exploration, la clé pour profiter du contact sexuel

    Pour profiter des relations sexuels, il est nécessaire de laisser de côté les réticences qui nous empêchent d’explorer notre corps, nos sensations et nos désirs. 

    Cela est essentiel, même lorsque nous partageons activement notre vie sexuelle.

    Il est indispensable d’explorer intimement chaque recoin de notre corps car savoir ce qui nous plaît et ce qui nous emmène sur le chemin de la satisfaction sexuelle est la clé.

    Ainsi, comme nous l’avons dit à de nombreuses reprises, nous ne pouvons pas conduire notre conjoint vers quelque chose qui nous plaît si nous-même ne connaissons pas le chemin pour y parvenir.

    Le désir pour le corps se présente comme une pétition urgente de déclaration d’amour propre, de satisfaction personnelle et de communication intime. Nous devons développer nos sens pour qu’ils captent nos désirs intérieurs, physiques et émotionnels.

    Si nous nous permettons de cohabiter avec cette partie naturelle de notre être, nous observerons rapidement les bienfaits et le bien-être que cela nous apporte. 

    C’est pour cela qu’il est bon de laver notre esprit de préjugés et d’avoir des relations sexuelles, qu’il fasse beau ou mauvais temps.

    Amour-propre-21

     

     

     

     

     

     

     

    Sources bibliographiques :

    Loewenstein, G., Krishnamurti, T., Kopsic, J., & McDonald, D. (2015). Does Increased Sexual Frequency Enhance Happiness? Journal of economic behavior & Organization, 116, 206-218.

    Cheng, Z. & Russel, S. (2015). Sex and happiness. Journal of economic behavior & Organization, 112, 26-32.

    Brody, S., & Costa, R. M. (2012). Sexual Satisfaction and Health Are Positively Associated With Penile-Vaginal Intercourse but Not Other Sexual Activities. American Journal of Public Health102(1), 6–7. http://doi.org/10.2105/AJPH.2011.300428

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 3 conseils pour sortir grandi d’une déception

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
    A partir du moment où nous concevons les déceptions comme une partie de la vie, nous leur retirons le pouvoir négatif qu'elles peuvent avoir sur nous et qui peut nous faire tant de mal.
     

    Vous sentez ce nœud dans la gorge et à l’estomac qui vous empêche de respirer normalement. Vous êtes au cœur d’une déception et vous ne savez pas comment vous en sortir. N’en doutez pas, vous pouvez y arriver.

     

    Les déceptions ont quelque chose de fondamentalement positif : elles nous permettent d’apprendre, de prendre conscience que nous nous sommes trompés et de trouver des solutions afin que cela ne se reproduise plus.

    Pour cela, il est important de travailler sur les mauvaises habitudes que nous avons pu acquérir et qui peuvent être tout à fait malsaines. Par exemple, nos attentes, ces illusions qui nous voilent la face et qui nous donnent l’impression que les autres sont des êtres supérieurs, presque irréels.

    Toute attente finit un jour par se fracasser, car elle ne peut correspondre à la réalité. C’est à ce moment précis que le sentiment de déception apparaît.

    1. Parlez de ce que vous ressentez

    La meilleure manière de sortir grandi d’une déception est d’exprimer ce que vous ressentez. Il ne s’agit pas seulement de partager vos sentiments avec les autres mais, par ce processus, de vous en défaire.

    Même si cela peut vous paraître exagéré, le fait de parler à voix haute va vous permettre de vous rendre compte de certaines choses qui, si vous étiez resté silencieux, ne seraient peut-être pas remontées à la surface.

    Par exemple, vous pouvez prendre conscience que vous vous êtes créé une fausse image d’une personne déterminée, qui vous amène à penser des choses sur elle qui n’ont aucune prise avec la réalité

    De plus, parler de ce que vous ressentez va vous permettre de réguler vos émotions. Vous êtes actuellement à fleur de peau et vous avez besoin de libérer vos sentiments pour adopter une attitude normale face à votre déception.

    Il est important de les reconnaître, de les identifier et, surtout, de les libérer. De cette manière, elles ne formeront pas un kyste au fond de vous-même et s’évacueront d’elles-mêmes.

    Vous allez vous sentir bien mieux une fois que vous serez parvenu-e à totalement vous détacher de vos émotions.

    2. Qu’avez-vous appris ?

    Toute expérience, qu’elle soit bonne ou mauvaise, porte en elle un apprentissage qui doit nous permettre de mûrir et d’être de meilleures personnes. La déception fait partie de ce processus. Vous ne devez donc pas vous sentir comme une victime, mais plutôt comme une personne privilégiée.

    Plus nous vivons des choses différentes, plus nous allons apprendre sur nous-mêmes et sur les autres.

    Nous allons nous rendre compte de nos erreurs au moment de rencontrer de nouvelles personnes. Nous allons nous apercevoir de quelle manière nous les idéalisons pour qu’elles correspondent à ce que nous aimerions qu’elles soient.

    Nous allons prendre conscience que nous en attendons trop des autres et que nous avons autant de chances de gagner à ce jeu qu’à la loterie.

    Les personnes qui nous entourent peuvent avoir de multiples facettes, qui ne sont pas toujours agréables. Ne rien attendre d’elles nous permet d’éviter beaucoup de souffrance.

    3. Faites confiance aux autres

    Cela peut vous paraître contradictoire avec l’idée précédente et il s’agit certainement de l’étape la plus difficile, mais aussi de la plus importante. Faire à nouveau confiance à des personnes qui peuvent à nouveau vous décevoir.

    Toutes les personnes ne sont pas les mêmes, mais il est aussi vrai que nous ne devons pas nous laisser aveugler. Toute personne peut devenir quelqu’un d’autre en un claquement de doigts.

    C’est la vie. Notre problème est que nous attendons que les choses se passent exactement comme nous aimerions qu’elles se passent.

    Il est important d’apprendre à faire confiance aux autres, mais avec ce que nous venons d’apprendre précédemment. Laissez vos attentes et vos idéalisations de côté. Ouvrez bien les yeux et affrontez la réalité.

    C’est indéniablement difficile mais, avec un peu de patience, vous pouvez y arriver.

    Profitez du présent, de vos relations du moment, voilà ce à quoi vous devez parvenir. Bien évidemment, ce n’est pas simple.

    Nous nous faisons des illusions, sans même nous en rendre compte, et nous rêvons d’une vie fabuleuse, d’un avenir prometteur, aux côtés des personnes qui nous rendent heureuses actuellement.

    Mais si vous gardez la tête froide, les autres ne pourront plus vous aveugler et vous ne pourrez plus vivre les mêmes déceptions qu’autrefois.

    Vous avez été aveugle trop longtemps, c’est le moment pour vous de prendre conscience du monde qui vous entoure. Il ne peut y avoir de déception si vous ouvrez les yeux depuis le début. Si vous compensez vos illusions avec des réalités, vos attentes avec des certitudes.

    Le moment est venu d’assumer la déception comme quelque chose de naturel, qui fait partie d’une forme d’apprentissage. Vous serez alors incapable de reproduire les mêmes erreurs, et pourrez sortir grandi de la plus complexe des situations.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment arrêter de penser que vous n’êtes pas capable

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Vous devez être conscient que la seule personne avec qui vous pouvez et vous devez vous comparer c’est vous-même. La vie n’est pas une compétition avec les autres.

    Avez-vous déjà ressenti, peu importe ce que vous faisiez, que vous n’étiez pas capable ? Peu importe ce qui arrive, vous ne remplissez pas les objectifs ? Si vous passez par cette phase, sachez que vous n’êtes pas le seul.

    Nous sommes nombreux à ressentir cela à de nombreuses reprises au cours de notre vie.

    Bien souvent nous nous laissons emporter par les objectifs que l’on nous a fait croire que l’on devait accomplir. Nous essayons aussi de remplir les objectifs que l’on nous a imposés avec plaisir, même s’ils ne nous motivent pas.

    Si vous travaillez pour les atteindre, il est possible que vous finissiez par en satisfaire certains, mais vous vous sentirez vide, inutile et épuisé.

    Vous pouvez vous sentir incapable dans n’importe quel domaine. Depuis votre physique, avec tous ces modèles aux corps parfaits, jusqu’à la partie plus académique et professionnelle.

    Même en ce qui concerne votre famille lorsque l’on attend que vous correspondiez à un stéréotype impossible à atteindre ou qui ne vous correspond pas.

    Comme cela n’est absolument pas sain pour vous, nous allons vous donner quelques conseils pour sortir de cette zone grisâtre dans laquelle vous vous trouvez.

    1. Rappelez-vous que personne ne se ressemble

    C’est déjà une grande étape pour commencer. Lorsque vous reconnaîtrez que personne ne se ressemble, vous comprendrez que rien ne sert de travailler pour imiter les autres.

    Vous êtes un être unique. Si vous avez des défauts, vous avez également plein de qualités qui font de vous une personne unique.

    Lorsque vous comprendrez que personne n’est comme vous, alors vous commencerez à voir vos qualités et vous vous rendrez compte que vous comparer aux autres est inutile.

    Cela vous aidera également à valoriser les autres sans critiquer les différences. Avec un peu de chance, votre visions du monde changera profondément.

    Mettez-vous en valeur, cessez de vous sentir incapable et commencez à valoriser l’être unique que vous êtes.

    2. Vous choisissez vos propres objectifs

    Bien souvent nous nous laissons emporter par les objectifs dictés par la société :

    • Si vous êtes en surpoids, il vaut mieux être mince, comme un modèle.
    • Si vous n’avez pas le visage de telle actrice, vous n’êtes pas jolie.
    • Si vous n’avez pas de maison ou d’argent comme le patron de Facebook vous n’avez pas réussi.

    Les choses ne doivent pas être ainsi. Le succès se mesure de différentes manières pour chaque type de personne et vous ne devriez pas mesurer votre succès en fonction de ce que les autres attendent.

    Si vous êtes en surpoids, votre objectif ne devrait pas être de ressembler à un mannequin de défilé, mais arriver à un poids plus sain pour vous.

    Vous n’avez pas non plus besoin d’avoir des tonnes d’argent pour être une personne qui a réussi. Vous découvrirez peut-être qu’en apprenant et en essayant d’être meilleur chaque jour, cela est suffisant pour vous sentir bien avec vous-même.

    Rappelez-vous que chaque objectif est unique tout autant que la personne qui se l’impose, aussi ne laissez pas les autres décider à votre place.

    3. L’effort est différent de la souffrance

    Souvent, lorsque l’on se donne un objectif et que nous travaillons pour l’atteindre, nous pensons qu’il est normal de souffrir, bien qu’en réalité ce ne soit pas le cas.

    Si ce sur quoi vous travaillez vous fait souffrir et vous sentir incapable, il vaudrait mieux savoir si c’est le chemin que vous désirez réellement.

    Si tous les chemins mènent à Rome, vous devez décider de votre Rome. C’est-à-dire que si vous vous sentez bloqué sur ce chemin ou que cet objectif n’est pas celui que vous attendiez, il vaut mieux vous arrêter.

    Analysez vos émotions et regardez si elles ne sont que désespoir ou si l’objectif n’est pas celui que vous attendiez.

    Si ce n’est pas ce que vous attendiez, simplement, ne vous sentez pas mal : il n’est jamais trop tard pour commencer quelque chose de nouveau.

    Si le chemin que vous avez pris n’est pas le bon, changez de route. Le maître de votre vie c’est vous et la seule personne qui doit apprécier ce que vous vivez, c’est vous.

    4. Vous êtes parfait

    Bien souvent lorsque l’on ressent que l’on est incapable, cela s’accompagne de l’idée que si vous ne faites pas quelque chose de la manière la plus parfaite, vous avez échoué.

    Vous devez vous rappeler que vous êtes parfait par le simple fait d’être vous. Lorsque vous souhaitez atteindre la perfection, vous essayez d’être quelqu’un que vous n’êtes pas et ce sera un long voyage tumultueux.

    Etre parfait dans tout n’est pas quelque chose de naturel et cela ne vous apportera pas le bonheur. Vous devez être fier de ce que vous avez fait, même des erreurs que vous avez commises.

    Grâce à elles, vous avez cette connaissance qui vous permet d’être une meilleure personne chaque jour de votre vie.

    5. Cessez de penser que vous n’êtes pas capable

    Voici l’étape la plus importante et la plus complète, car vous devez comprendre que cesser de penser que vous êtes incapable est quelque chose que vous êtes le seul à pouvoir faire.

    Le bonheur et l’acceptation sont des sentiments qui viennent de l’intérieur et non de l’extérieur.

    Lorsque vous commencez à accorder de la valeur à tout le chemin parcouru pour arriver là où vous êtes maintenant, vous verrez tout ce que vous avez accompli et surmonté.

    Vous découvrirez non seulement que vous êtes capable de n’importe quoi, mais en plus, que vous êtes un gagnant.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 4 conseils pour communiquer avec votre enfant adolescent

     

     

     

     

     

     

     
    Pendant l'adolescence, les enfants peuvent connaître de nombreux changements hormonaux, sociaux, physiques et psychologiques qui influencent leur personnalité et peuvent rendre difficile la communication avec leurs parents.

    4 conseils pour communiquer avec votre enfant adolescent

    Communiquer avec un adolescent n’est pas une tâche facile. Nous les parents avons habituellement de la difficulté à communiquer avec eux dans cette étape. Simplement parce que nous parlons des langues différentes. Cependant, vous devez être patient et les guider le plus longtemps possible.

    Lorsque votre enfant est confronté à un problème, vous devez l’aider, mais le laisser résoudre  seul la difficulté. Sa capacité de raisonner doit être mise en pratique. Discutez du problème ensemble, mais laissez votre enfant trouver la solution lui-même.

    Dites-lui une phrase encourageante du genre : « Réfléchis un peu à ce qu’on a dit, et prends ensuite la décision que tu considères la meilleure. Mais n’oublie que tu devras assumer les conséquences de façon responsable ».

    Conseils pour parler à votre ado

    À l’adolescence, les enfants vivent de grands changements physiques, psychologiques, hormonaux et sociaux. Par conséquent, la communication avec les parents est très complexe. Ces changements les amènent à vouloir parler plutôt davantage avec les amis de leur âge. Et malheureusement à écouter aussi souvent des mauvais conseils qui peuvent les conduire à l’échec.

    communiquer avec un adolescent et rester ferme

     

    Voici donc quelques conseils à mettre en pratique lorsque vous parlez à votre enfant adolescent.

    1. Soyez raisonnable mais restez ferme

    Les adolescents savent comment convaincre leurs parents pour atteindre leurs buts. Il est vrai que lorsque les parents cèdent à une punition, le problème est résolu temporairement. Mais au contraire, avec cette attitude, ils montrent à leur enfant que, s’il insiste, les parents feront tout ce qu’il veut. Il faut donc vous montrer ferme.

    Toutefois, soyez raisonnable et laissez votre enfant expliquer les raisons pour lesquelles il a enfreint une règle. Par exemple, suggérez lui de demander la permission d’arriver à la maison plus tard que l’heure fixée d’habitude. Dans ce cas, si vous êtes d’accord et que vous dites oui, vous serez raisonnable et ne céderez pas à une insistance.

    Pour renforcer cette principe, il est souhaitable de réunir la famille pour discuter des règles, en particulier de l’horaire de retour à la maison. Vous devez également évaluer tous les facteurs avant de prendre une décision. Cela montre à l’adolescent que ses parents sont prêts à accepter s’il n’enfreint aucune règle.

    2. Soyez assertif

    Être un parent assertif est d’une grande aide parce que vous aurez la capacité de défendre vos droits et d’exprimer votre opinion, sans offenser vos enfants ou leur permettre de vous offenser. Cela permet de réaliser par la médiation de la parole une négociation où les deux parties sont satisfaites des résultats.

    communiquer avec un adolescent et pratiquer l'assertivité

    En assumant une attitude assertive vis à vis de votre enfant, vous augmenterez vos chances d’atteindre l’objectif que vous désirez. Et l’adolescent se sentira plus calme et plus en sécurité parce qu’il sait que ses parents l’écoutent et que ses opinions et ses sentiments comptent pour eux.

    3. Parlez-lui en étant un bon exemple

    Il n’y a pas de règle, de manuel ou de secret pour parler aux adolescents. Pour cette raison, vous devez avoir beaucoup de patience, de compréhension et donner l’exemple par vos paroles. La meilleure façon est de se comporter comme un modèle exemplaire lorsque vous devez parler à votre enfant d’une question qui vous préoccupe.

    Les enfants à ce stade commencent à mûrir à tous les sens du terme, et à vivre dans une lutte continue pour devenir indépendants de leurs parents. Ils préfèrent passer plus de temps avec leurs amis, laisser la famille à l’arrière-plan.

    Par conséquent, il est souhaitable que les parents mettent l’accent sur la participation des jeunes de la famille à la prise de décisions. Qu’il s’agisse d’un voyage, d’un achat pour la maison, d’un changement d’école, de la planification d’un déménagement, etc. Il est important de tenir compte de son opinion afin que chacun puisse choisir ensemble la meilleure option.

    4. Choisir le bon endroit et le bon moment

    Si vous pensez que votre enfant a un problème de comportement, il est impératif que vous choisissiez un moment et un endroit où vous pouvez parler tranquillement. Où il n’y aura pas d’interruptions. Si vous êtes détendus, surtout votre enfant, vous pourrez entamer une conversation assertive.

    communiquer avec un adolescent et choisir le bon moment

     

    Commencez la discussion en décrivant le problème de façon simple et directe. Dites ce que vous pensez du comportement qu’il a eu, mais sans juger directement sa personnalité. Il lui suffit de corriger son comportement. Il doit être clair que ce qui vous a dérangé, c’est ce qu’il a fait et non sa personnalité.

    L’important est de corriger les erreurs dès le début, pour que ce comportement ne se répète pas. De cette façon, vous éviterez de punir votre enfant et de le mettre sur la défensive et qu’il ne comprenne pas qu’il ne doit pas recommencer.

     

    Enfin, nous savons qu’il n’est pas facile de parler à votre enfant adolescent. Par conséquent, vous ne pouvez pas vous empêcher de vous disputer. Si votre enfant s’énerve et commence à élever la voix, il est essentiel que vous restiez calme. Vous devez le rassurer et lui dire que lorsqu’il sera plus calme, vous pourrez continuer à parler.

    Rappelez-vous que c’est nous, les adultes, qui devons donner l’exemple. De cette façon, la conversation ne perdra pas son sens et les deux parties seront gagnantes.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Je te pardonne car je t’aime, mais je m’éloigne car je m’aime

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Avant d’émettre un « je t’aime » sincère et émouvant, nous devrions chaque jour nous offrir un « je m’aime et je sais que je mérite d’être heureux ».

     

    Il est n’est pas simple de séparer ces deux sphères si intimes et complexes, que sont les besoins de soi-même et ceux de son partenaire. Cependant, il est vital d’écouter notre auto-estime et notre identité.

    Si vous avez vécu ce moment où vous avez dû quitter la personne que vous aimiez car vous étiez conscient que maintenir cette relation était aussi douloureux qu’auto-destructeur, vous savez sans aucun doute à quel point il est difficile de prendre une telle décision.

    Ce que chacun doit savoir, et notamment les adolescents qui débutent leurs premières histoires affectives, c’est que le vrai amour ne fait pas mal.

    L’amour doit être beau, réconfortant et sage, pour que le « je t’aime » et le « je m’aime » ne soient pas antagonistes.

    Nous vous invitons ici à réfléchir à cela.

     

     

    Je m’aime suffisamment pour t’aimer avec tout mon âme

    Qui ne s’aime pas soi-même pourra difficilement établir une relation sincère et durable. Il est clair qu’aucun d’entre nous sommes de sages artisans de l’affection, de la correspondance et de cette complicité qui comprend, respect et construit un véritable bonheur.

    L’amour se construit chaque jour à partir du moment où la volonté provient des deux parties et que personne ne cherche exclusivement à satisfaire ses propres besoins. 

    Main-et-coeur

    Qui ne s’aime pas…

    • Qui ne s’aime pas cherche chez les autres qu’ils satisfassent ses carences et ses besoins émotionnels. 
    • Il est impossible d’écouter notre auto-estime et notre identité lorsque nous avons une relation affective avec quelqu’un qui ne s’aime pas soi-même. Nous concentrons toutes nos énergies sur l’écoute, sur le fait de rendre l’autre heureux.
    • Parfois, quand nous tombons amoureux de quelqu’un qui ne s’aime pas, nous pensons que nous allons agir comme des « sauveurs », que nous serons la réponse à ses problèmes et la lumière de ses tourments.
    • Pourtant, ce qui finit par arriver, c’est que nous sommes épuisés émotionnellement, au point de nous oublier nous-même.

     

     

    Je m’aime suffisamment pour t’aimer comme tu le mérites

    Une relation mature est une relation consciente où aucun des membres du couple ne fait du chantage, où le « ce qui est à toi et ce qui est à moi », et encore moins le « parce que je te le dis ».

    • Dans une relation mature, je peux dire « je m’aime » car je sais que c’est uniquement lorsque je me sens être une personne complète, sans peur de la solitude et qui sait comment se construit le bonheur que je pourrai donner le meilleur de moi à l’autre.
    • Si je m’aime, je ne t’obligerai pas à éteindre mes peurs, à couvrir mes carences, à être mon sauveur ou à me donner de l’oxygène à chaque fois que j’ai besoin de respirer.

    Femme-avec-un-ballon-coeur-1-500x373

    Je te pardonne, mais je te quitte

    Comme nous l’avons expliqué au début, la plupart d’entre nous avons dû quitter quelqu’un que nous aimions une fois dans notre vie. La raison de cette distance peut être une trahison, la fatigue ou le fait que nous rendre compte que nous ne sommes pas aimé comme nous le méritons.

    • Quelle que soit la cause de cette rupture, il est nécessaire de la réaliser via le pardon. Cela peut être difficile, notre cœur peut se briser face à tant de douleur, mais c’est la seule manière de fermer cette étape de notre vie.
    • L’amour propre et la dignité sont les authentiques nutriments du cœur, ceux qui permettent de toujours agir en maturité même dans les moments les plus compliqués. 
    • Sans auto-estime, nous pourrions continuer à entretenir une relation toxique uniquement par peur d’être seul, par peur de quitter la personne que nous aimons et même si cela nous rend malheureux, nous préférons car nous avons peur d’être sans l’autre.

     

    Nous ne devons pas tomber dans ce type de situations. L’amour propre est celui qui nous donne ce courage personnel capable de quitter quelque chose quand il n’y a plus d’avenir possible, quand la seule chose qu’elle nous apporte c’est larmes au lieu de joies.

    N’oubliez pas : vous ne serez jamais égoïste en vous rappelant chaque jour que vous vous aimez et que vous méritez d’être heureux.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Nous naissons tous avec des ailes mais parfois,

    la vie nous les arrache

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Bien que nous ayons perdu l'innocence et l'illusion de l'enfance, à chaque nouveau projet que nous entreprenons, nos ailes peuvent se re-déployer et nous aider à être libre à nouveau !
     
     
     

    Nous naissons tous avec des ailes. Notre regard d’enfant et notre cœur chargé d’illusions tracent dans notre esprit mille rêves, mille aspirations que nous souhaitons atteindre à l’âge adulte.

     

    Réussir ou non va dépendre de nombreuses choses : de notre attitude, de notre force, de notre motivation, d’une pointe de chance et d’un contexte social et personnel facilité.

    Nous savons que ce n’est pas simple. Naître avec des ailes et les conserver en bon état toute la vie n’est pas quelque chose de facile, car chaque déception, chaque pierre sur le chemin et chaque trahison nous enlève des plumes jusqu’à ce que pour finir, nous perdions ce souffle qui, précédemment, donnait de la force à nos rêves.

    Il est bon de se souvenir que ceux qui ne doivent jamais perdre leurs ailes sont les enfants.

    L’enfance est une période merveilleuse où un enfant doit croire que tout est possible s’il le veut. Nous vous invitons à réfléchir à cela.

    Naître avec des ailes pour atteindre ses buts

    Le cerveau d’un enfant a un don exceptionnel que nous devons savoir stimuler tout au long de son enfance et de son adolescence.

    C’est le pouvoir de l’apprentissage, la neuroplasticité, une période où nous devons stimuler au maximum ses capacités pour lui donner des racines et des ailes pour voler.

    On dit souvent que ceux qui agissent comme des authentiques coupeurs d’ailes, ce sont les proches de la famille et le propre système éducatif.

    Voyons tout cela en détail.

     

    Familles facilitatrices et familles qui entravent

    petite-fille-regardant-une-fleur-pousser-500x334

    Nous sommes sûrs que vous avez déjà entendu parler de l’éducation démocratique versus l’éducation dictatoriale.

    Ce sont deux styles différents où les enfants intériorisent une série de valeurs qui peuvent affecter leur développement adulte.

    • Les familles facilitatrices sont celles qui respectent les rêves et les besoins affectifs de l’enfant.
    • Elles leur offrent des racines, une sécurité basée sur la reconnaissance et le respect où on leur ouvre des portes pour qu’ils puissent atteindre ce qu’ils souhaitent. Toujours avec un adulte en tant que guide.
    • La famille qui entrave et paralyse, de son côté, est celle qui a prévu à l’avance un plan de vie pour ses enfants. 
      Les enfants doivent rentrer de force dans les schémas de l’adulte.

    Cette famille ne tient pas compte des pensées de l’enfant, de sa personnalité, ni de son besoin de profiter de l’enfance.

    Ses rêves sont perçus comme des « bêtises » et on les oriente vers des objectifs concrets.

    Avoir reçu ce type d’éducation dans son enfance et sa jeunesse limite souvent le développement et les enfants se voient comme des personnes qui ne sont pas capables ni méritantes de leurs objectifs ou de leurs succès.

     

     

    Retrouver ses ailes une fois qu’elles sont perdues

    Les ailes ne se perdent pas d’un coup. Après une enfance ou une adolescence compliquées, il existe toujours de nouvelles opportunités pour ceux qui continuent à avoir confiance en eux et dans le désir d’être heureux.

    • Les ailes repoussent à chaque rêve créé, à chaque étape que nous franchissons avec assurance et aplomb en pensant que nous méritons quelque chose de bien mieux.
    • Pour guérir ces ailes blessées et vides de plumes avec lesquelles nous atteignons nos vols quotidiens, il est nécessaire tout d’abord de savoir si les personnes qui nous entourent nous donnent du souffle ou nous l’enlève.
    • Une relation affective compliquée, une famille qui continue à nous contrôler ou des amis qui cherchent plus leur intérêt propre que le bien commun sont des aspects qui entravent énormément notre auto-estime.
    • Établissez des priorités. Convainquez-vous chaque jour que cela vaut la peine de s’efforcer pour ce qui peut nous rendre heureux. 
    • Si les personnes qui sont à vos côtés vous enlèvent une plume après l’autre dans votre épanouissement personnel, évaluez si cette situation vaut la peine d’être vécue. Peut-être qu’il vous faudra prendre une décision.

    femme-et-ailes-500x402

    Il est nécessaire de rappeler quelque chose d’important. Parfois, pour récupérer ses ailes, nous n’avons pas d’autre choix que d’oser voler de ses propres ailes, et c’est quelque chose que nous devons faire seul.

    • Voler de ses propres ailes signifie changer. Changer de décor, de personnes et même d’attitude.
    • Une fois que nous avons franchi l’étape et que le changement est arrivé, nous nous sentons beaucoup plus libre, sans pierres dans nos chaussures.
    • Ce bien-être intérieur est si agréable et réconfortant que, sans même vous en rendre compte, vous les aurez récupérées à nouveau.

    Ces ailes prêtes à voler et à atteindre vos rêves !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ne pas prendre de décisions est pire

    que de commettre des erreurs

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Si nous ne prenons pas de décisions, il y aura des gens pour les prendre à notre place et nous perdrons le contrôle de notre propre vie. Nous devons être le gouvernail de notre bonheur.
     
     
     

    Nous passons la journée à prendre des décisions : nous choisissons ce que nous allons porter, nous décidons ce que nous allons petit-déjeuner, quelle marque de cosmétiques nous allons acheter et quel film nous allons aller voir au cinéma.

     

    Toutes ces petites actions quotidiennes définissent une partie de notre personnalité.

    Cependant, ce qui caractérise vraiment ce que nous sommes, ce sont ces grandes décisions qui nous permettent de cheminer vers une direction ou une autre. 

    Il faut savoir que qui ne décide pas pour lui-même laisse son destin dans les mains des autres ou de ce hasard où l’on perd complètement le contrôle de notre vie.

    S’il est évident que n’importe quelle décision est accompagnée d’un composant de peur et d’incertitude, il sera toujours mieux de commettre des erreurs desquelles apprendre plutôt que de ne rien faire et d’attendre.

    Aujourd’hui, dans cet article, nous vous invitons à réfléchir à cet aspect afin d’apprendre les stratégies basiques d’une prise de décision efficace et sûre.

    Les décisions qui nous permettent de vivre avec plus d’harmonie

    Aujourd’hui, plus qu’aspirer à ce bonheur idéal grâce auquel pouvoir atteindre tous nos rêves, ce que nous désirons le plus, c’est être en harmonie.

    • Être en harmonie signifie agir en accord à nos valeurs en trouvant le respect des autres.
    • C’est avoir des relations personnelles basées sur la réciprocité et la reconnaissance.
    • L’harmonie, c’est aussi calmer son intérieur, sans peurs, insécurités ou anxiétés.

    Voyons à présent quelles sont les règles que nous devons suivre pour atteindre ce courage personnel grâce auquel nous serons capable de prendre des décisions.

    femme-robe-fleurs-500x361

    Apprendre à discerner

    Discerner est une capacité psychologique que nous possédons tous et que nous devrions apprendre à mettre en pratique.

    • Nous nous laissons souvent porter par la routine, par ce quotidien où nous tombons dans une monotonie psychologique et où nous cessons d’agir.
    • Ce laisser-aller fait que nos pensées sont un peu plus rigides, au point de considérer n’importe quelle altération ou changement comme un danger.
      Aller au-delà de notre zone de confort est quelque chose qui produit de la peur et de l’insécurité.
    • Quand nous sommes dans ces situations, le mieux est d’apprendre à discerner.
    • Ce terme signifie “se rendre compte de quelque chose, découvrir une vérité ». C’est précisément ce que nous devons faire : découvrir cette réalité si peu satisfaisante dans laquelle nous sommes.
    • Avant de prendre une bonne décision, il est conseillé de savoir discerner à quel moment de notre vie nous nous trouvons et pour cela, il faut se poser quelques questions qui nous révéleront une réalité.
    • Voici quelques exemples de questions :
      • Est-ce que je sens que j’ai le contrôle de mes décisions ? 
      • Quand je me lève le matin, est-ce que je sens que je vais faire ce que je veux vraiment ?
      • Est-ce que ce que je désire pour l’avenir est ce que j’ai aujourd’hui ?
      • Les personnes qui m’entourent s’inquiètent-elles de mon bonheur ?

    avion-500x297

    Pour prendre des décisions, il faut savoir où nous voulons aller

    Quand nous prenons complètement conscience que nous avons besoin d’un changement, il faut savoir vers où nous nous dirigeons et ce que nous souhaitons obtenir.

    • Changer pour changer, sans objectif clair, n’a pas de sens.
    • Nous devons être responsable de chacun de nos actes et pour cela, il faut se fixer des buts.
    • Avant de prendre une grande décision, le mieux est de commencer à prendre de « petites décisions » qui reflètent de simples buts que nous pouvons atteindre petit à petit.
    • Voici un exemple : se fixer comme objectif le fait qu’à partir d’aujourd’hui, nous allons être plus assertifs et dire « non » quand nous le ressentons vraiment, et « oui » quand nous en avons vraiment envie.

    Les petits changements apportent avec eux une amélioration de l’auto-estime.

    De cette manière, nous accumulons des forces et du courage pour mettre en marche de plus grandes décisions : chercher un autre travail, changer de lieu de vie…

    Il ne faut pas avoir peur des erreurs

    Il ne faut pas avoir peur des erreurs, mais d’une vie non vécue. C’est pour cela qu’il est nécessaire de tenir compte des aspects suivants :

    • Parfois, nous cherchons des coupables au malheur qui nous asphyxie alors qu’en réalité, c’est nous qui rallongeons ces situations qui, en elles-mêmes, devraient déjà avoir été résolues.
    • Nous sommes créateurs de ce qui arrive dans notre esprit. Si nous pensons qu’une erreur est un échec dont il faut se lamenter, nous ne nous permettrons jamais d’avancer.
    • Une erreur est une opportunité pour apprendre, et qui se limite à rester sans bouger par simple peur de se tromper à nouveau, dressera des murs devant son bonheur.

    coeurs-de-pierre-representant-la-difficulte-des-disputes-de-couple-500x336

    Nous devons être capable de suivre notre intuition naturelle. Nous disposons tous de cette boussole interne qui nous dit quand quelque chose doit se terminer ou quand nous devons recommencer quelque chose.

    Osez vivre la vie que votre cœur vous susurre à l’oreille, rationalisez vos peurs, donnez de la force à votre auto-estime et apprenez de chaque pierre que vous trouvez sur votre chemin.

    Car décider, c’est vivre.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Si vous vous rendez aujourd’hui,

    vos efforts d’hier ne serviront à rien

     

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Il n'est pas mal de se rendre si c'est pour recommencer avec encore plus de force. Le problème surgit dès lors qu'on se rend car on ne trouve rien qui nous motive et nous encourage à aller de l'avant.
     
     
     

    Si vous vous rendez, vous boitez.

    Si vous vous dites à vous-même que vous n’en pouvez plus et que vous permettez que vos espoirs se transforment en larmes, tout ce que vous avez fait hier, chaque barrière détruite et chaque réussite atteinte en silence ne vous serviront à rien.

     

    Nous avons sur les épaules des batailles dont nous seuls sommes conscients.

    Vous avez tout donné pour votre famille, pour vos enfants, vous avez lutté chaque jour pour donner forme à ce rêve que vous aviez en tête et que personne ne comprenait. 

    Alors… Pourquoi nous rendons-nous ? Pourquoi tombons-nous, plions-nous les genoux et laissons-nous échapper un long soupir de découragement ?

    À cause du manque de soutien des déceptions et de l’épuisement émotionnel.

    Il se peut que beaucoup vous voient comme un lion, comme un être qui est capable de tout et qui ne se rend jamais.

    Pourtant, parfois, ce lion se transforme en un chat fatigué qui ne souhaite que se blottir dans un coin et dormir.

    Si cela vous est arrivé un jour, nous vous proposons de puiser le courage en vous.

    Nous vous recommandons de ne pas vous rendre et de ne pas vous laisser abattre pas le découragement. Nous allons vous expliquer comment y parvenir.

    Si vous vous rendez, rien ne change

    Se rendre est un mot qui sonne mal, qui manque de prestige et qui est associé à la lâcheté. Nous ne devons pas le voir ainsi.

    Se rendre de temps en temps est normal et même conseillé, surtout lorsqu’il s’agit d’accepter une évidence face à laquelle on ne peut rien faire.

    “ Je me rends, je sais que cette personne ne m’aime pas et que je ne dois plus perdre de temps avec ça ». « Je dois me rendre à l’évidence : je ne suis pas fait pour ce travail et je dois orienter mes capacités vers d’autres champs professionnels“.

    lion-et-papillon-500x342

    • Se rendre sera toujours acceptable si nous acceptons une réalité pour être plus compétents dans notre vie, pour prendre conscience que quelque chose n’était pas fait pour nous.
    • De l’autre côté, se trouve sans aucun doute, cette reddition qui vient du cœur brisé, de l’esprit fragmenté qui n’a plus de force ni d’espoir pour affronter un fait concret.

    Si nous nous rendons, si nous nous voyons nous-même comme des personnes incapables de maintenir cette bataille personnelle, nous devons prendre conscience que rien ne va changer.

    • Nous restons toujours exactement au même endroit, sans pouvoir avancer dans notre bien-être ou dans ce projet qui représente tant pour nous.

    Si vous vous rendez à un moment donné, évaluez quelles sont les conséquences de cela. Abandonner votre objectif, est-ce une bonne solution ?

    Une reddition momentanée pour préparer la bataille

    Prenons un cas où nous nous sommes rendus. Nous nous sentons saturés dans notre travail et nous nous disons à nous-même : « Je ne serai jamais promu ».

    • Nous nous rendons avec nos enfants, nous pensons qu’ils ne passeront jamais au niveau supérieur car ils sont incapables de se concentrer, d’être plus responsables et de tirer profit de leurs heures d’étude.
    • Parfois, une reddition momentanée nous permet de prendre du recul et de voir les choses avec plus de calme et moins de pression.
    • Quand vous vous rendez, vous passez par une période de calme intérieur et tout d’un coup, sans savoir comment, vous réunissez vos forces à nouveau.
      De nouvelles idées, de meilleures stratégies et des rêves renouvelés apparaissent.

    Gardez le calme et vous verrez comment le lien revient petit à petit en vous. 

     

    La victoire finale s’obtient avec de petits triomphes quotidiens

    Le gagnant est un rêveur qui ne se rend jamais. Ainsi, pour atteindre un but, il est nécessaire d’y rêver, de l’imaginer, de dessiner des plans, de concevoir des stratégies et avant tout, d’envelopper chaque désir du souffle de la motivation.

    • Il faut également tenir compte de la chose suivante : le triomphe final s’atteint en obtenant de nombreux triomphes quotidiens.
    • Parfois, nous ne les voyons pas, car nous nous concentrons uniquement sur un objectif à long terme, sans obtenir les changements quotidiens que nous provoquons.

    Pour ne pas se rendre, nous avons besoin d’une bonne attitude, de confiance, d’auto-estime, et avant tout d’être capable de voir que cette lutte personnelle a un sens et un objectif dans lesquels cela vaut la peine d’investir du temps et des émotions.

    Ainsi, au moment où vous livrez une bataille personnelle, souvenez-vous que parfois ceux qui nous entourent peuvent être d’une aide inestimable ou cette pierre du chemin capable de nous décourager.

    Écoutez ceux qui sont au plus près de votre cœur et avant tout, suivez vos instincts, votre voix intérieure.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • S’éloigner des personnes qui ne nous méritent pas est sain

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Souvent, nous nous attachons à des personnes qui ne méritent pas notre affection et qui ne cherchent que leur propre bénéfice à notre contact. Mieux vaut s'en éloigner pour que notre auto-estime n'en soit pas compromise.
     

    Il y a des personnes qui ne nous méritent pas. Nous rendre compte de cela, aussi curieux soit-il, est aussi un exercice de santé et de bien-être.

    Il y a quelque chose dans lequel nous investissons toujours du temps et des efforts : c’est le fait d’être accepté par les personnes qui nous entourent. C’est-à-dire que nous cherchons à être méritants de l’admiration d’autrui, de l’amitié, de l’affection et de la tendresse.

    Envisager notre existence à travers ce prisme psychologique est pourtant une erreur.

    Les relations doivent être des dynamiques parfaites concernant les investissements et les profits de chacun. Le « Je t’offre tant et tu me donnes tant » n’est pas un acte égoïste mais un acte de réciprocité.

    Si je t’offre du respect et de la tendresse, je mérite la même chose. Se rendre compte de cela nous aidera beaucoup dans nos relations.

    Nous vous proposons d’y réfléchir dans cet article.

    Les personnes qui ne vous consacrent pas de temps ne vous méritent pas

    Nous savons que s’il y a bien quelque chose qui nous manque à la fin de la journée, c’est du temps. Mais quand nous en avons, nous savons comment le dépenser : avec ceux qui comptent pour nous.

    • Si quelqu’un de proche ne pratique pas ce « bon sens » avec vous, c’est qu’il ne vous estime pas comme vous le méritez.
    • D’autre part, il faut savoir que le principe de réciprocité ne nous exclut pas nous-même : Si vous aimez quelqu’un, démontrez-le-lui en lui offrant du temps et du temps de qualité.

    Si vous ne le faites pas, il est possible que la personne commence à s’éloigner de vous.

    Quiconque vous regarde mais ne vous voit pas, quiconque vous écoute mais ne vous entend pas ne vous mérite pas non plus

    Il y a une différence entre regarder et voir, et entre écouter et entendre.

    Nous devons être capable de développer une profondeur plus proche lorsque nous établissons des relations saines. Nous devons apprendre à « voir et à écouter » avec le cœur.

    • Il y a des couples qui s’habituent à la simple présence de l’autre comme qui a un meuble à ses côtés.
    • Ils entendent des voix et voient leurs silhouettes mais ne remarquent pas leurs tristesses et ne participent pas à leur univers personnel.
    • La communication saine et enrichissante est celle où l’on parle et où l’on écoute, où existent l’empathie et un intérêt réel. On met de l’ardeur à décrypter tout ce qui se trouve, parfois, au-delà des simples mots.

    Si votre conjoint ne vous voit pas, alors qu’il se trouve tous les jours à vos côtés, peut-être que vous devriez reconsidérer votre relation.

    Quiconque ne vous laisse pas d’espace, ne vous laisse ni respirer ni parler ne vous mérite pas

    Quiconque occupe vos espaces en vous laissant de côté, qui fragilise vos valeurs, qui ridiculise vos actes et vos mots ne vous mérite pas.

    • N’oubliez pas qu’il y a des personnes qui gribouillent des personnalités et qui annulent des identités.
    • Nous parlons, par exemple, de ces parents qui s’évertuent à contrôler leurs enfants à l’extrême, de ces conjoints toxiques qui dominent l’être aimé, ou même de ces chefs d’entreprise qui confondent leadership et oppression.

    Évitez ce type de dynamiques et mettez des limites. Faites attention à ce que rien ni personne ne brise le joli tissu de votre estime de vous-même.

    Quiconque vous offre de l’égoïsme en échange de l’altruisme ne vous mérite pas

    Personne ne nous oblige à avoir des attentions envers les autres, à leur faire des faveurs, à leur consacrer du temps et à réaliser ces actes altruistes qui, simplement, viennent du cœur et n’attendent rien en échange.

    Mais, il y a des personnes qui prennent ces marques d’attention comme des droits. Qui pensent que cette noblesse est un cap auquel s’accrocher pour tisser leurs intérêts propres et n’hésitent pas à devenir exigeants, à demander des choses qui finissent par nous rendre mal à l’aise.

    Si vous vous sentez dans une telle situation, si vous remarquez que quelqu’un pratique l’égoïsme avec vous et profite de votre bonté, mettez de la distance.

    Quiconque vous ment un jour ainsi que le lendemain ne vous mérite pas

    Les mensonges qui font le plus souffrir viennent de ceux que nous aimons le plus. Nous sommes conscients que les mensonges ou les demi-vérités sont très courants dans le quotidien.

    • Mais, il y a un seuil de tolérance. Nous acceptons ces demi-vérités qui consistent à éviter d’être sincère par peur du qu’en dira-t-on ou par simple peur ou honte.
    • Cependant, ce que peu tolèrent, c’est le mensonge impertinent, celui qui cache des dimensions souterraines qui affectent directement l’autre.
    • Si vous êtes sûr que quelqu’un vous ment en ce moment même, n’hésitez pas à parler avec cette personne et à lui demander la raison de ce comportement.
      Selon la manière dont elle réagira, et son attitude suite au premier avertissement, agissez.

     

    Pour conclure, retenez que l’intégrité personnelle et émotionnelle est notre priorité du quotidien.

    Souvenez-vous que nous méritons tous quelque chose. Ce qui vous entoure doit être joli, significatif et enrichissant.

    Car vous le méritez.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    amelioretasante.com 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Qu’est-ce que la loi du miroir ? Tout ce que vous devriez savoir

     

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
    La loi du miroir est celle qui nous montre chez ceux qui nous entourent ce que nous n'aimons pas chez nous, pour ainsi nous rendre compte de notre être intérieur.
     
     
     

    Vous avez peut-être déjà entendu parler de la loi du miroir, ou peut-être qu’elle vous est complètement inconnue.

     

    Quel que soit votre cas, aujourd’hui nous allons vous expliquer tout ce que vous devez savoir sur celle-ci et ce qui la définit.

    Dans un premier temps, la loi du miroir affirme ce que l’on a vu chez d’autres personnes comme un reflet réel de ce que vous avez en vous ; c’est-à-dire que si vous voyez des choses chez une personne, ce que vous êtes en train d’observer est un reflet de ce que vous renfermez.

    Le passé se trouve là tel un enseignement.

    Son but est de solutionner des problèmes, qu’ils soient simples ou graves, avec des personnes proches et appartenant à notre cercle social.

    Il peut s’agir de connaissances, de copains, de personnes de la famille ou des amis, entre autres.

    Cependant, cette loi est quelque chose qui doit se réaliser en son for intérieur.

    Qu’est-ce que la loi du miroir ?

    expliquant-la-loi-du-miroir

    Le principe de la loi du miroir suggère que le cœur est à l’origine de tout.

    C’est là où se trouvent les raisons pour lesquelles nous réagissons d’une certaine manière face aux opinions ou actions des autres envers nous.

    Un argument assez fort se présente comme un exemple simple :

    Nous devons nous concentrer sur les réactions de ceux qui nous entourent face aux commentaires ou actions reçus. Des tonnes de sentiments différents surgissent en chaque personne.

    Ce qui précède suggère que la réaction dépend de ce qui demeure dans le cœur de chacun.

    Pour cela, à travers cette loi, on peut comprendre ce genre de choses et, en même temps, commencer à transformer le négatif.

    Nous devons avancer pas à pas jusqu’à réagir face aux situations, de manière plus tranquille et libre de pensées nocives pour l’esprit.

    Analyser le comportement des autres

    En sachant ce qu’est la loi du miroir, on doit entrer peu à peu dans la pratique.

    Les personnes que nous trouvons dans notre entourage sont une part essentielle de notre vie et de ce que nous sommes en tant qu’être humain.

    On a souvent une infinité de choses qui nous gênent chez elle, ce qui est totalement normal.

    Des manières d’agir, des réactions, des mensonges, le contrôle externe de notre famille sur notre vie… Toutes ces choses sont inespérées, gênantes voire tortueuses.

    Nous devons analyser dans cet ordre d’idées, sans commencer à réagir d’aucune manière.

    Analyser son propre comportement

    analyser-le-comportement-propre

    Les choses positives ou négatives de la vie ne se trouvent pas seulement chez les autres. Nous avons aussi une série de caractéristiques très remarquables, qui peuvent plaire ou gêner ceux qui nous entourent.

    Pour s’analyser soi-même on doit se laisser aller et être à fleur de peau. L’autocritique est l’une des pratiques les plus recommandées, tant qu’elle est bien utilisée.

    En tant qu’être humain, l’erreur n’est pas étrangère à notre manière de se comporter. Cependant, cela ne doit pas être une excuse pour tout justifier.

    C’est pour cela que nous devons étudier notre manière de traiter les personnes qui nous entourent et localiser les erreurs dans notre propre comportement.

    Mettre en pratique la loi du miroir

    Assez de théorie. L’idéal face à cette loi, c’est de la mettre en pratique le plus rapidement possible.

    Comme base à ce que nous avons précédemment mentionné, nous savons déjà analyser les autres et nous-mêmes ou, du moins, nous l’avons déjà mis en pratique.

    Maintenant, nous allons avancer sur ce chemin pour tirer profit de la loi du miroir :

    • Pour cela, il suffit de choisir une personne. Celle-ci ne doit pas nous plaire beaucoup, de cette manière l’exercice sera beaucoup plus pertinent.
    • En gardant la personne en tête (quelqu’un pour qui nous n’avons pas d’empathie et dont on pense qu’elle nous a fait beaucoup de mal), nous élaborons une liste de toutes les choses positives pour lesquelles nous devons la remercier.
    • Pour la réaliser nous devons prendre le temps qu’il faudra. Patience et zéro anxiété sont les ingrédients pour la réaliser telle qu’elle doit être.
    • Une fois terminée nous la lirons à voix haute, comme si nous le faisions face à cette personne.

    Contacter la personne

    contacter-le-sujet

    En allant plus loin, la loi du miroir suggère de prendre soin des liens avec ceux qui nous entourent.

    De cette manière, notre corps laissera peu à peu de côté les pensées destructrices et l’empathie apparaitra progressivement.

    Une fois face à cette personne, nous mentionnerons la liste des choses positives et, si nécessaire, nous demanderons pardon.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • J’ai traversé de nombreuses tempêtes pour atteindre le calme

     

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Le calme arrive dans notre vie quand nous apprenons à placer en priorité ce qui est important et que nous laissons de côté le bruit et tout ce qui ne fait que nous ôter du bonheur.
     
     
     

    Le Dalaï Lama nous dit souvent qu’il est impossible d’obtenir la paix dans le monde si, tout d’abord, nous n’obtenons pas le calme en nous, dans notre propre esprit et notre cœur.
     

    En réalité, dans le quotidien, nous ne prétendons pas apporter de réponse à tous les problèmes du monde, loin de là.

    Tout simplement, ce bien-être et cette tranquillité ont un lien très fort avec le concept de « calme ».

    Être dans le calme signifie savoir dire stop aux inquiétudes et aux pensées obsessionnelles. 

    Il s’agit de laisser de côté ce que le malheur, les gênes ou le mal-être produisent, pour atteindre une harmonie intérieure qui a un lien avec ce qui nous entoure également.

    Il n’est pas facile d’atteindre cet état car dans de nombreux cas, cela suppose, tout d’abord, de faire face à de nombreuses tempêtes personnelles auxquelles nous ne sommes pas toujours préparés.

    Nous allons vous expliquer comment l’obtenir.

    Le calme qui arrive après la tempête

    Nous sommes sûrs qu’à plus d’une reprise, vous avez vécu la chose suivante : vous rendre compte que vous ne pouviez pas continuer une relation avec cette personne, et finalement devoir lui dire la vérité sur la manière dont vous vous sentez.

    Ces situations sont des processus normaux dans nos cycles de vie. À présent, le problème survient lorsque, loin d’y faire face, nous lui permettons de se prolonger et même, de s’entremêler à d’autres problèmes.

    Si l’on ne peut pas ou que l’on ne sait pas mettre certains besoins en priorité, notre vie se transforme petit à petit en une toile d’araignée dans laquelle nous sommes coincés.

    Le bruit mental et les tempêtes de notre entourage nous empêchent d’atteindre le bonheur.

    Prenez note des étapes qu’il faut suivre pour atteindre un calme intérieur et extérieur.

    Femme-lune-500x354

    Apprendre à réfléchir

    Nous pourrions appeler cela réfléchir, méditer ou tout simplement penser.

    Que vous le croyez ou non, disposer d’au moins une heure par jour pour soi-même, où nous pouvons être dans le silence et nous connecter avec nous-même est quelque chose de très thérapeutique.

    • L’idéal est de pouvoir disposer d’une heure le matin pour pouvoir analyser dans quelle situation nous sommes, quels besoins nous avons, ce qui nous gêne, ce qui nous inquiète et ce que nous pourrions faire.
    • Dans la journée, il est déjà plus compliqué de pouvoir penser dans le silence et dans le calme, et il serait donc très adapté d’établir un rendez-vous quotidien avec soi-même où l’on peut méditer et s’y tenir chaque jour.

    Apprendre à simplifier sa vie

    Que signifie réellement simplifier sa vie ? Quand une personne commence à méditer, à réfléchir ou à penser à ses propres priorités, elle se rend compte qu’il y a beaucoup de choses dont elle peut se passer.

    • Simplifier signifie savoir ce qui est important pour nous et le placer en priorité.
    • S’il y a des personnes qui vous apportent des conflits, du mal-être, des inquiétudes ou des peurs, peut-être qu’il est temps de mettre de la distance.
    • S’il y a quelque chose de vous-même qui ne vous plaît pas, peut-être que c’est le moment de changer ou au moins, de débuter le processus en question.
    • Pensez qu’une vie simple est parfois la plus agréable, où chacun d’entre nous est capable d’être heureux avec ce qui nous entoure, sans artifices ni complications.

    Femme-et-papillons-500x274

    Non à la critique, pratiquez l’acceptation

    Une fois que nous avons été capable de laisser de côté ce qui nous fait du mal, il est temps d’avancer sans chercher de coupables à tout ce que nous vivons.

    • Si vous êtes obligé de quitter votre conjoint ou un ami, n’alimentez pas ce moment compliqué en cherchant des coupables ou en accumulant de la colère ou du ressentiment.
    • Les émotions négatives sont le côté opposé du calme intérieur. Vous n’atteindrez jamais le calme tant qu’existeront vos peurs ou vos haines. Il faut apprendre à accepter et à éviter les critiques.

    Pratiquez la gratitude

    Nous savons qu’il n’est jamais facile de pratiquer la gratitude quand on nous a déçu, quand on nous a trahi, ou tout simplement quand nous avons vécu plus de tristesses que de joies.

    • Cependant, quelque chose de très simple comme envisager les choses depuis une perspective plus respectueuse, calme et reconnaissance nous offre, sans aucun doute, un grand équilibre intérieur.
    • Pratiquer la gratitude est également un mode de libération et une manière d’éteindre de nombreuses tempêtes.
    • Cela suppose de reconnaître le bien que les autres nous font et de comprendre que la vie a aussi des choses magnifiques dont on peut profiter.
    • Un esprit qui est calme est un esprit reconnaissant, qui sait établir des priorités, qui respecte et qui sait avoir une existence simple et humble.

    Femme-et-ailes-1-500x338

    Être calme n’a rien à voir avec le fait de réduire au minimum notre activité quotidienne.

    Il s’agit seulement de trouver ce merveilleux point d’équilibre où rien ne nous manque et rien n’est en trop.

    C’est arriver à ce moment de notre vie où, enfin, nous pouvons dire : « je suis bien, je n’ai besoin de rien de plus ».

    C’est quelque chose de merveilleux qu’il faut atteindre à un moment. Nous vous proposons de débuter ce voyage intérieur vers le calme dès aujourd’hui.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Quand être fort est la seule option !

     

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Même s'il y a des moments où tour semble aller mal, il ne faut pas se rendre, il faut lutter et être persévérant. Rien n'est perdu d'avance et peut-être d'ailleurs que le meilleur est à venir.
     
     
     

    Il y a des moments dans la vie où rien ne fonctionne. Tout commence à aller à votre encontre et vous ne pouvez rien faire pour l’éviter.

    Mais, face tout cela, il y a quelque chose dont vous n’êtes sûrement pas conscient : vous découvrirez qu’être fort est votre seule option.

     

    Souvent, la vie présente des difficultés qui nous permettent d’apprendre à nous rendre.

    Il est vrai que votre intérieur criera d’impuissance et vous demandera pourquoi tout cela vous arrive à vous.

    Mais, malgré tout, vous découvrirez que vous pouvez y arriver et même plus encore.

    L’histoire des deux grenouilles

    Pour illustrer ce concept de force et de résistance, nous allons vous raconter un conte de Jorge Bucay, l’histoire de deux grenouilles qui sont dans une situation difficile de laquelle elles doivent sortir.

    Lunes-pleurant-vide-de-l'ame

    “Un jour, deux grenouilles tombèrent dans une jatte de crème. Aussitôt, elles s’aperçurent qu’elles s’enfonçaient : impossible de nager ou de flotter longtemps dans cette pâte molle aussi épaisse que des sables mouvants. Au début, les deux grenouilles agitèrent violemment leurs pattes dans la crème pour atteindre le bord de la jatte. En vain, elles ne parvenaient qu’à barboter au même endroit en s’enlisant. Elles avaient de plus en plus de mal à remonter à la surface et à reprendre leur souffle.

    L’une d’elles dit tout haut :
    14709772_s
    « Je n’en peux plus, on ne peut pas se sortir de là. impossible de nager dans cette substance. je vais mourir et je ne vois pas pourquoi je prolongerais cette souffrance. Où est l’intérêt de mourir épuisée par un effort stérile ? »

    Ayant dit cela, elle cessa de s’agiter et s’enfonça rapidement et littéralement engloutie par le liquide blanc et épais.

    L’autre grenouille, plus persévérante, ou peut-être plus obstinée, se dit :

    « Rien à faire ! Pas moyen d’avancer là-dedans ! Pourtant, même si la mort est proche, je lutterai jusqu’à mon dernier souffle. Je refuse de mourir une seconde même avant que mon heure ait sonné ! »

    Elle continua à s’agiter et à barboter toujours au même endroit, sans avancer d’un pouce, pendant des heures et des heures.

    Et soudain, à force de trépigner et de battre des cuisses, de s’agiter et de patauger, la crème se transforma en beurre ! Surprise, la grenouille fit un bond et, patinant, arriva au bord de la jatte. De là, elle rentra chez elle en croassant joyeusement.”.

    Femme-vertige-500x340

    À quoi sert-il de se rendre ? Nous avons tous un instinct de survie qui nous incite à persévérer, même si beaucoup de personnes s’abandonnent à la chance comme l’a fait la première grenouille.

    Dans la persévérance et la résistance, on trouve la possibilité de sortir de n’importe quelle situation, aussi compliquée soit-elle.

    Ne vous rendez jamais, être fort est votre unique option

    Il est évident que parfois, nous nous rendons avant l’heure car nous n’avons pas de pression suffisante.

    Mais imaginez l’une des pires situations par lesquelles vous êtes passé ou que vous auriez pu vivre.

    Lors de ces moments, vous n’aurez que deux options : vous laisser aller ou être fort.

    La vérité, c’est que parfois nous n’avons pas d’autre choix que d’être fort.

    Cela arrive à de nombreuses personnes qui pensent à leurs proches, surtout les parents qui ont des enfants à leur charge.

    Ils savent que leur unique option est d’être fort car s’ils s’écroulent, ils ne seront pas les seuls.

    force-shutterstock_261901316-500x336

    Vous passerez par de nombreuses situations compliquées tout au long de votre vie.

    Il y a des personnes qui se laissent tomber jusqu’au fond pour ensuite ne plus avoir d’autre choix que de se relever, alors que d’autres luttent dès le premier moment de difficultés ou d’autres encore s’abandonnent à l’adversité.

     

    Ne vous abandonnez jamais car le meilleur est toujours à venir et vous n’allez pas passer à côté ! 

    Aujourd’hui, les choses vont mal, vous souffrez d’une situation qui semble n’avoir aucun solution.

    Mais ce n’est pas un trou sans fin, même si cela y ressemble. Tôt ou tard, avec patience et persévérance, une lumière apparaitra et vous pourrez la suivre. C’est alors que tout ira mieux.

    Pensez que tout passe et que rien n’est permanent. Vous devez être fort, même si cela est dur, car vous devez savoir que cela passera.

    Persévérez, luttez, attendez… Tout a une solution, rien ne dure pour toujours.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Aujourd’hui, lâchez prise et ne laissez rien vous influencer

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Lorsque vous vous laissez porter par les choses et que vous ne vous accrochez pas à l'impossible, vous vous rendez compte que la vie est bien plus simple qu'elle n'y paraît. Profitez du moment !
     
     
     

    Pendant une journée seulement, laissez-vous porter, laissez les mauvaises choses couler et soyez uniquement réceptif aux bonnes choses.

     

    Si vous n’avez pas encore mis en marche cette stratégie d’épanouissement personnelle, nous vous proposons de commencer dès que possible.

    Le « flow » est un état mental qui peut améliorer notre qualité de vie et qui nous permet de mieux canaliser notre énergie pour être plus productifs.

    Il est possible que vous ayez déjà entendu le mot « lâcher-prise » et ses dérivés.

    Beaucoup de gens lui attribuent des caractéristiques spirituelles et abstraites mais il comprend pourtant une base psychologique et scientifique bien établie.

    À tel point que le concept de « ‘lâcher-prise » a été inventé en 1975 par le psychologue Mihály Csíkszentmihályi, et s’est diffusé largement dans les secteurs du développement personnel et professionnel.

    Il est intéressant, relaxant et très utile dans notre quotidien. Dans cet article, nous allons vous apprendre à lâcher prise, une manière de vous laisser porter par l’ici et le maintenant pour élargir votre confiance.

    Que tout coule de source et que rien ne vous distraie

    Mihály Csíkszentmihályi a défini le « lâcher-prise » comme un état d’harmonie où la personne est capable de se concentrer uniquement sur ce qu’elle est en train de faire.

    Nous pouvons nous laisser porter par les choses lorsque nous marchons, lorsque nous lisons, lorsque nous nous reposons et même lorsque nous travaillons.

    Il s’agit d’être conscient de ce que nous faisons et d’en profiter.

    main-et-papillons-500x375

    • Les psychologues nous expliquent que beaucoup d’entre nous mettons en pratique ce que l’on appelle « l’esprit erratique ». Nous allons d’une pensée à une autre, nous sautons d’une inquiétude à une autre jusqu’à créer une pelote dans laquelle nous sommes attrapés.
    • Petit à petit, la frustration apparaît, ainsi que le malheur, car notre pensée tombe dans les abîmes complexes du « si j’avais », « si les autres faisaient », « si je pouvais »…
    • Ce type de pensées empêchent le lâcher-prise. Elles nous affairent, elles nous stoppent dans la frustration et le mal être. Ce que nous générons, c’est de l’énergie négative.

    Lâcher-prise, ce n’est pas fuir, c’est être présent

    Pour que tout coule de source, nous devons être conscient que qui fuit ne résout rien.

    Lâcher-prise, c’est laisser partir ce qui ne nous sert pas pour avancer mais, il faut aussi être courageux pour affronter ce qui nous fait du mal lors de ces moments.

    • Il est également nécessaire d’accepter qu’il y a des choses qui ne peuvent pas être modifiées. Vous ne pouvez pas changer la personnalité de quelqu’un. Vous ne pouvez pas non plus faire que quelqu’un vous aime.
    • Il y a des aspects qu’il faut accepter et cette acceptation fait aussi partie du lâcher-prise.

     

    Vous êtes mouvement, faites-en partie

    Vous vous êtes sûrement déjà senti attrapé, dans l’échec existentiel. Cet état est tout à fait normal pour un être et il est primordial de savoir le gérer.

    femme-dansant-500x324

    • Comprenez que le lâcher-prise est avant tout du mouvement. L’idée de bonheur entretient un lien très fort avec le fait que tout coule de source, et que rien ni personne ne nous entrave ou nous stoppe.
    • Pour mieux comprendre cette idée, nous vous donnons un exemple.

    Aujourd’hui, vous n’avez pas de travail et vous vivez une relation affective très compliquée.

    Vous savez que dans la ville dans laquelle vous êtes, il n’y a pas d’opportunités professionnelles, alors vous vous décidez à tourner la page. Vous vous permettez de lâcher prise.

    Vous devenez plus réceptif et vous commencez à écouter les options possibles. Vous vous informez, vous élargissez vos champs et un beau jour, vous vous décidez : vous vous engagez dans le changement.

    Vous choisissez de quitter votre ville, de quitter votre conjoint qui vous rend malheureux et d’essayer de construire autre chose ailleurs. Ce changement vous mène à de nouveaux mouvements.

    Vous trouvez du travail et dans ce travail, vous rencontrez quelqu’un d’unique: une personne qui vous estime et vous aime vraiment.

    Lorsque vous lâchez prise et que rien de mal n’a d’influence sur vous, vous êtes libre de créer vos propres chemins.

    Essayez de mettre cela en marche et vous verrez que vous aurez d’excellents résultats.

    Cherchez les expériences « optimales »

    Si vous n’avez jamais entendu parler des expériences optimales, sachez qu’elles sont simples à identifier, même si nous les mettons malheureusement rarement en pratique.

    • Une expérience optimale c’est le plaisir que vous obtenez en faisant quelque chose que vous aimez : un câlin, la cuisine, une promenade, un bain, une conversation, un voyage…
    • Sachez que les expériences optimales ne se programment pas. Beaucoup d’entre nous ont tendance à le faire : “quand je serai en vacances, je me reposerai », « je serai heureux lorsque le week-end arrivera », « je saurai ce qu’est la joie quand j’aurai un conjoint”.
    • Souvenez-vous que le meilleur moment de votre vie est toujours maintenant. Alors, lâchez prise et ne laissez rien vous entraver. Ne tombez pas dans l’inquiétude ou dans le “aujourd’hui, je ne peux pas » ou le “tu ne vaux rien« .

     

     

    Il s’agit, tout simplement, d’être présent et d’avancer d’une manière harmonieuse en accord avec notre conscience, en toute liberté, en intégrité et dans une paix intérieure qui nous permette de profiter de l’ « ici et maintenant ».

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Mon copain est macho

     

     

     

     

     

     

     
    Un petit ami est macho quand il ne comprend pas que la vie de sa femme a la même valeur que la sienne. Par conséquent, vous ne vous voyez dans le regard de votre partenaire que comme étant une personne soumise et qui doit le rester.

    Mon copain est macho

    Lorsque votre petit ami est macho, la femme qui est en vous doit commencer à se transformer pour céder à ses envies. Si vous continuez la vie à ses côtés, c’est vous qui devez renoncer à tout pour maintenir une relation stable. Tout ce qui ne respecte pas les normes de cet homme aboutit à une discussion sérieuse dans laquelle il vous fait des reproches.

    Penser que les croyances que ces hommes portent enracinées en profondeur dans leur être changeront avec l’amour est un rêve. Ils peuvent déguiser leur côté sombre pendant un moment, mais à tout instant, il peut émerger. Et s’ils atteignent le mariage, ces mêmes conceptions sont transformées en lois régnant à la maison.

    Si vous voulez avoir une vie heureuse et libre, vous devez apprendre à identifier ces messieurs. Dans cet article, nous vous présentons les signaux qui vous permettront de détecter les hommes qui ont une mentalité machiste.

    Signes que votre copain est macho

    1. « Tes amis veulent quelque chose de plus avec toi »

    Dès le début, ils commencent à semer le doute pour éloigner leur copine de ses amis masculins. Un appel, un message ou un simple commentaire suffit à les faire douter. Ils se fâchent, ils font des scènes de jalousie et ils les tiennent à distance.

    Selon eux, les filles ayant des petits amis n’ont pas à entretenir d’autres relations avec le sexe opposé. Ils trouvent que c’est de très mauvais goût.

    Une relation avec un homme macho

    2. Leur mère est le meilleur exemple des femmes

    Dans chaque conversation, ils trouvent les mots pour invoquer leur mère et la placer dans la position de femme idéale. Elle sait comment se comporter dans la société et comment prendre soin de son partenaire. S’il s’agit de cuisine, vous devez lui demander des recettes, bien qu’elles ne seront sûrement pas aussi bonnes que quand elle les prépare.

    Si vos vêtements se salissent, sa mère a toutes les astuces pour le meilleur lavage, puisqu’elle a consacré sa vie à prendre soin de ses enfants. D’un autre côté, si la belle-mère donne son opinion sur quelque chose, elle aura toujours raison. Ils les considèrent comme des femmes parfaites qui vous permettront d’avoir un mariage harmonieux.

    3. Travailler à l’extérieur de la maison ? C’est une folie !

    Pour les hommes machos, l’idée que les femmes obtiennent un bon travail en dehors de la maison est souvent absurde. En effet, c’est quelque chose d’impossible dans leur conception de la vie. Les femmes ont tout leur travail à la maison, et encore plus quand les enfants arrivent. Pour les hommes machos, les femmes qui décident de travailler ignorent les responsabilités de la maison.

    4. Vêtements sensuels… pour la vie privée

    Toutes les filles aiment être belles, et la mode leur sert à le montrer. Mais, si leur petit ami est macho, elles doivent avoir deux garde-robes : les vêtements sexy à garder pour l’intimité du couple, et les autres.

    Pour sortir, elles devront en effet porter de belles blouses fermées et « décentes ». Dans leur esprit, les femmes qui portent des décolletés ou des jupes veulent provoquer les hommes.

    5. « Il y a des amitiés qu’il vaut mieux perdre »

    Ces amis d’enfance qui étaient toujours avec leur copine sont une menace ; s’ils sont célibataires ou ont des relations occasionnelles, ils ont vraiment une mauvaise influence. La première chose qui leur vient à l’esprit est qu’ils veulent emmener leur petite amie sur le mauvais chemin.

    Au-delà de cela, même s’ils ne les considèrent pas comme des rivaux, ils savent que ce sont eux qui pourraient aider leur copine à ouvrir les yeux sur leur matchisme. Pour ces raisons, il vaut mieux qu’ils n’aient plus autant de contacts.

    6. « Les réseaux sociaux créent des problèmes au sein des couples »

    Ils convainquent leurs épouses de fermer tous leurs profils dans les différents réseaux sociauxL’excuse est que les réseaux détruisent les couples, et qu’il n’en veut pas. Par exemple, des centaines de personnes interfèrent dans leur vie privée et font des commentaires inappropriés. D’autres hommes s’insinuent ou tentent de les séduire avec des messages romantiques et osent même parler en mal de lui.

    Lorsque votre petit ami est macho, il vous pousse à changer et à vous priver. Cependant, il est très clair que lui gardera ses comptes actifs, puisqu’ils sont très importants pour maintenir son mode de vie.

    Les problèmes du téléphone avec un copain macho

     

    Conseils pour les femmes qui ont des copains macho

    Si vous parvenez à identifier certains de ces signaux chez votre partenaire, il est temps de mettre un terme à la relation et de partir en courant. Quand votre petit ami est macho, l’avenir de la relation peut être très triste. Une des conséquences possibles est que la femme tombe dans un état dépressif.

    Si votre copain est sexiste, la violence psychologique apparaît dans la relation et devient une habitude. Dans le pire des cas, avec le temps, cela se transforme en agression physique. Avant que cela ne se produise, demandez d’urgence une aide professionnelle.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Je ne me mets plus en colère. J’écoute et j’évite

    que ce qui ne me correspond pas m’affecte

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Nous ne pouvons pas laisser le comportement d'une autre personne conditionner notre vie. Nous sommes responsables de nos émotions et nous devons apprendre à les rationaliser pour que la colère ne nous détruise pas.
     
     
     
     

    La colère est une émotion humaine aussi normale que fréquente. Elle est commune chez les adultes, mais surtout chez les petits enfants quand, par exemple, ils ne savent pas gérer le report des récompenses.

    Nous ne devons pas voir cette sensation comme quelque chose de purement négatif. Nous nous énervons tous, nous nous remplissons tous de colère face à des situations que nous considérons injustes, et cela est aussi quelque chose de sain qui nous permet de pouvoir réagir face à ce qui n’est pas permis, face à ce qui fait du mal.

    La colère doit cependant être quelque chose de ponctuel et de limité dans le temps. Nous devons la voir comme un interrupteur, quelque chose qui s’allume dans notre cerveau pour nous informer que quelque chose dans notre entourage nous inquiète, et que nous devons prendre une décision.

    Si nous laissons cette émotion nous contrôler, nous tomberons dans l’irrationalité de la colère, des cris et d’une réaction que, possiblement, nous regretterons. La colère s’écoute et plus tard, se contrôle pour apporter une réponse adaptée à la situation.

    Aujourd’hui, dans cet article, nous vous invitons à plonger dans les méandres de cette émotion aussi commune que méconnue.

    Connaître la colère pour y répondre le mieux possible

    L’un des meilleurs spécialistes de la colère, de l’énervement et de la résistance est sans aucun doute Eckhart Tolle. Ce psychologue positiviste et représentant de ce versant le plus spirituel de la science du comportement nous apporte une vision très claire de cette construction psychologique.

    • La colère est une émotion négative puissante et torturante. Cet énervement qui ne se contrôle pas et qui débouche tout d’un coup inonde notre esprit de pensées négatives.
    • Celui qui raisonne à ce moment-là, ce n’est pas nous, ce n’est pas notre partie équilibrée et logique, mais l’émotion négative les plus crue.
    • Il faut savoir que ce que signale Eckhart Tolle, c’est que parfois, nous sommes énervés contre quelque chose, mais nous ne nous en rendons pas compte.

    Au bout d’un moment, cette sensation de négativité envahit les champs de notre vie, au point qu’ils sont saturés par le pessimisme .

    • La colère, de plus, se transmet comme une énergie asphyxiante qui crée des distances et de l’inconfort entre les personnes. Ce n’est pas bon.

    Nous allons vous expliquer comment résoudre ce mal être, ce manque d’harmonie avec nous-même et avec notre entourage.

    elephant-de-couleurs

    Comment être conscient de ce que l’on génère ?

    Nous allons vous donner un exemple. Imaginez que vous passez une mauvaise journée au travail. Un collègue génère un environnement toxique en lançant des critiques méchantes et des rumeurs infondées. Cela vous dérange.

    • Vous accumulez une grand dose d’énervement, de fatigue et de négativité qui finit par se projeter chez vous et sur vos proches. N’importe quel fait ponctuel provoque une réaction démesurée de votre part.
    • La première chose à voir est de savoir percevoir cette émotion intérieure, ce mal être et ce que cette sensation crée dans votre entourage.
    • Une émotion négative ne crée pas uniquement des pensées négatives mais également des comportements inappropriés. Il est nécessaire de savoir les voir, de savoir percevoir cette bataille qui se livre en nous.

     

    Comment agir ?

    Nous ne sommes plus conscient de ce qui arrive et ce que nous provoquons dans notre entourage. La source du problème ne se trouve pas à la maison. De fait, elle n’est pas non plus au travail. Elle se trouve dans notre esprit.

    • Parfois, il nous est impossible de changer le comportement d’une personne ou d’un groupe de personnes. Dans ce cas précis, ce collègue de travail ne va pas changer : sa personnalité est ainsi et il utilisera toujours les critiques et les rumeurs.
    • Quand il nous est impossible de changer quelque chose de négatif dans notre entourage, ce que nous devons faire, c’est varier la manière dont les émotions nous affectent.
    • Il ne s’agit pas du tout de ne pas lui donner l’importance qu’il mérite ou de faire comme si rien ne nous affectait. Il s’agit d’exercer un « contrôle ». De dominer les émotions négatives pour qu’elles ne nous dominent pas et n’affectent pas notre vie, la transformant en un enfer.
    • Ce qui nous contrôle nous rend prisonniers et appauvrit notre qualité de vie. Ce n’est pas bon, nous ne devons pas le permettre.

    femme-eteignant-des-lumieres-copy

    Nous devons calmer notre colère et avec assertion, calme et équilibre, faire savoir à cette personne que son comportement n’est pas adapté. Réguler ses émotions ne signifie pas que l’on ne peut pas agir.

    Une fois que la source du problème qui nous altère et nous énerve est claire, il est alors possible de rationaliser les émotions négatives qui peuvent subsister en nous.

    • Ces critiques ne me correspondent pas car elles ne me définissent pas. Les offenses ne me font pas mal : je sais qui je suis, je protège mon auto-estime.
    • Ce qu’une personne pense concrètement de moi est son opinion, son univers, sa sphère particulière et limitée, mais ce n’est pas mon monde et cela ne me définit pas. Je me mets alors à « désactiver toute colère et toute émotion négative ». Je me libère.

     

    La colère se calme en étant conscient de cette émotion négative, en la contrôlant et en la gérant. N’oubliez pas non plus que ces stratégies sont également très adaptées avec les enfants.

    Plus on comprend ses propres émotions, mieux c’est.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 affirmations qui vous permettront de vous pardonner

     

     

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
    Souvent, la seule personne qui puisse vous pardonnez et vous permettre d'aller de l'avant, c'est vous. Apprenez de vos erreurs, assumez-les et avancez pour obtenir tout ce que vous souhaitez atteindre.
     

    Nous entendons beaucoup parler du besoin de pardonner. Nous avons appris que pardonner quelqu’un qui nous a fait du mal nous permet de nous libérer.

     

    Mais, avez-vous déjà entendu parler de la nécessité de nous pardonner nous-mêmes ?

    Nous pardonner nous-mêmes est plus important que de pardonner les autres, et nous ne le faisons que trop rarement.

    Avez-vous déjà analysé la quantité de choses que vous vous reprochez ? A combien de reprises vous êtes-vous rendu-e coupable des événements de votre vie ou de vos problèmes ?

    Le mal que nous nous faisons à nous-mêmes est plus important que celui qui nous est causé par les autres. Voilà pourquoi nous voulons vous aider à vous libérer de toute cette souffrance.

    Vous pardonner ne sera pas facile, ce n’est pas quelque chose que vous pourrez réussir en quelques jours. Il s’agit d’un processus long, mais dans lequel les phrases que nous allons vous révéler vont pouvoir vous aider.

    1. Je me libère du poids du doute, de la honte et de la culpabilité

    240742_235484779911334_99631353_o-500x248

    Ces trois émotions sont celles qui nous posent certainement le plus de problèmes. Vous pardonner pour les actions que vous avez menées ou les paroles que vous avez prononcées et qui provoquent en vous de la honte, de la culpabilité et des doutes, est vital pour avancer.

    Cependant, même si prononcer cette phrase dans votre esprit peut vous aider, vous devez réellement affronter ces émotions. C’est la partie la plus difficile, celle devant laquelle nous reculons tous.

    Vous forcer à analyser les situations qui provoquent en vous ces émotions vous oblige à reconnaître vos faiblesses.

    Passer par ce processus de manière honnête et sincère vous apprendra beaucoup de choses sur vous-même et vous rendra imperméable à des situations futures similaires.

    Il est possible que vous découvriez que la source de votre honte, de votre culpabilité et de vos doutes, n’est en réalité qu’une chose insignifiante.

    2. Je laisse partir le passé pour vivre pleinement le futur

    Parfois, tous les plans et les objectifs que nous avons sont étouffés par notre passé. Toutes ces choses et ces personnes qui vous ont fait du mal peuvent vous empêcher d’aller là où vous souhaitez vous rendre.

    Vous pardonner implique de cesser de penser à tout ce qui vous a manqué dans le passé. Nous croyons souvent que nous ne pouvons nous pardonner que pour quelque chose que nous avons mal fait, mais la réalité est différente.

    Nous sommes souvent plongés dans nos propres carences ou coincés dans des situations qui ne dépendent pas de nous.

    Certaines personnes ne parviennent pas à se pardonner de ne pas avoir été le-a compagnon/compagne parfait-e de la personne qu’ils ont aimée. Vous ne pouvez pas être parfait-e en toutes circonstances et si quelqu’un n’a pas trouvé en vous ce qu’il cherchait, ce n’est pas de votre faute.

    3. Je suis capable d’avancer malgré mes erreurs

    Dans notre culture, on nous enseigne depuis notre plus jeune âge que nous devons éviter de nous tromper. Voilà pourquoi lorsque nous pensons avoir mal agi, nous devenons obsédés par nos erreurs. Nous pouvons rester des années à analyser ce qui s’est mal passé pour essayer d’en décortiquer les moindres détails.

    Vous pardonner vos erreurs est vital pour que vous puissiez avancer dans la vie. N’oubliez pas que nous faisons tous des erreurs chaque jour et que c’est tout à fait normal. Les échecs sont les véritables professeurs de notre existence.

    Si vous réussissiez tout du premier coup, vous n’auriez très vite plus rien à apprendre. Sans parler des expériences et des enseignements que chacune des erreurs que vous avez commises vous a permis d’engranger.

    Certaines erreurs ont un prix élevé, bien évidemment, mais elles ont toutes des choses à nous apprendre.

    A l’avenir, essayez de voir chaque échec comme une nouvelle source de connaissance. Pardonnez-vous le plus rapidement possible et essayez d’aller de l’avant.

    4. Je suis reconnaissant-e pour toutes les bonnes choses que la vie m’apporte

    sourire-500x333

    Si nous vous demandons de rédiger immédiatement une liste des personnes et des choses qui rendent votre vie meilleure, vous trouveriez bien plus de choses que vous ne pouvez l’imaginer.

    Vous pardonner implique d’apprendre à voir et à accepter que vous n’êtes pas seul.

    Lorsque vous vous pardonnez pour toutes ces choses pour lesquelles vous culpabilisez, voir leur côté positif n’est pas si difficile.

    Mais avec cette phrase, vous vous engagez à changer votre regard sur votre existence, à vous focaliser sur le positif. Si cela vous paraît difficile à atteindre, il est probable que vous ayez passé trop de temps à voir votre vie d’un œil négatif.

    5. J’accepte que j’ai fait tout ce que j’ai pu avec ce que j’avais sous la main

    Parfois, nous prenons des décisions un peu trop rapidement. Lorsque nous sommes en mesure d’avoir une vision plus complète de la situation, nous découvrons souvent que nous nous sommes trompés et que nous sommes allés trop vite.

    Il est donc fort possible que ces situations génèrent en vous un sentiment de culpabilité. Cependant, remplacez cette sensation par une prise de conscience de votre responsabilité : vous avez agi alors que vous disposiez d’un minimum d’informations.

    Si vous prenez vos responsabilités, vous allez pouvoir vous pardonner plus facilement et agir pour remédier à la situation. Si ne vous vous concentrez que sur les erreurs que vous avez pu commettre, vous ne changerez jamais.

    Gardez à l’esprit qu’il vaut mieux être proactif que de vivre dans une complainte constante.

    La seule personne qui puisse vous pardonner est celle que vous voyez dans le miroir

    Nous connaissons tous des personnes qui ne parviennent pas à avancer dans la vie car elles attendent toujours le pardon. C’est votre cas ? Depuis combien de temps espérez-vous être pardonné-e ? Pensez-vous qu’un jour vous l’obtiendrez ?

    En réalité, il y a des situations dans lesquelles vous êtes la seule personne à pouvoir retirer ce fardeau de vos épaules.

    Vous pouvez vous retrouver dans une posture où l’autre personne est loin et peu disposée à vous pardonner.

    Vous ne pouvez pas vivre une vie pleine si vous ne commencez pas à avancer dès aujourd’hui.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 choses que la peur ne veut pas que vous sachiez

     

     

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    La peur peut être l’excuse parfaite pour ne pas faire quelque chose ou, à défaut, ce coup de pouce qu’il vous manque pour vous décider et tenter votre chance. Si vous trébuchez sans cesse vous pourrez vous relever.

    N’êtes-vous pas fatigué de lutter contre la peur et d’avoir l’impression de ne jamais la vaincre ?

    La réalité c’est que vous ne pourrez jamais gagner la bataille contre la peur, mais on peut la dresser.

    Vous savez la douleur que provoque le fait d’avoir peur, ce que cela a engendré dans le passé et ce qu’elle entraînera dans le futur si vous ne l’arrêtez pas.

    Vous connaissez sûrement plusieurs « méthodes » pour vaincre ce sentiment mais peu importe le nombre de fois que vous l’aurez vaincu, il reviendra toujours plus fort.

    Cela n’arrive pas qu’à vous. La peur fait partie de nous tous et nous permet d’être plus en sécurité dans des situations de danger.

    Le problème c’est qu’avec le temps, ce sentiment peut s’installer dans votre vie et s’emparer de votre volonté.

    Identifiez les choses que la peur ne veut pas que vous sachiez. Puis, travaillez dessus pour en réduire les effets.

    1. La peur vous ment

    La première des choses que la peur ne veut pas que vous sachiez c’est qu’elle nous ment constamment et nous fait nous sentir misérable à chacune de nos pensées :

    • Avoir une promotion ? Seuls les meilleurs en ont.
    • Lutter pour vos droits ? Si on vous traite mal, c’est parce que vous le méritez.
    • Expliquer une nouvelle idée ? Vous n’obtiendrez que des moqueries.

    La peur est une émotion très dangereuse. Physiologiquement, c’est l’un des mécanismes de défense les plus utiles que possède l’être humain. Cependant, vous devez éviter qu’elle ne transforme votre réalité.

    Bien que nous puissions nous en séparer, il est fondamental d’apprendre à la garder sous contrôle pour éviter qu’elle ne détermine votre manière d’agir.

    2. Vous êtes capable d’atteindre ce à quoi vous aspirez

    Autre chose que la peur ne veut pas que vous sachiez c’est que, peu importe votre situation actuelle ou les difficultés que vous pensez rencontrer, vous pourrez faire ce que vous souhaitez.

    Beaucoup de gens se laissent emporter par la peur et écoutent les messages négatifs de leur esprit.

    Il est certain qu’atteindre de grands objectifs est compliqué et prend beaucoup de temps et d’efforts. Et si ce n’était pas le cas, vous ne seriez pas motivé par le résultat et vous n’apprendriez pas pendant le processus.

    3. Il n’est jamais trop tard pour changer

    Combien de temps avez-vous supporté cette relation de couple ou cette amitié toxique ? Depuis combien de temps pensez-vous à faire ce voyage qui vous fait tellement envie ?  Depuis combien de temps supportez-vous ces choses par peur ?

    Autre chose que la peur ne veut pas que vous sachiez, c’est que ni l’âge ni aucune autre circonstance est un obstacle au changement. Pour qu’un changement passe de l’imagination à la réalité, il suffit de le produire.

    Si quelque chose va réellement mal dans votre vie ou s’il y a quelque chose que vous voulez vraiment faire, réalisez un plan d’action. Vous avez déjà l’objectif. Procédez aux étapes nécessaires pour le rendre réel.

    4. Personne n’est plus qualifié que vous pour décider de votre vie

    Un facteur qui provoque souvent la peur est l’avis d’autrui et tout le monde fait des commentaires sur la vie des autres, que ce soit pour critiquer ou pour aider.

    Toutefois, vous êtes le seul à posséder le droit de décider des changements de votre vie.

    La peur de la critique peut parfois provoquer que vous vous sentiez enlisé dans des situations que vous n’aimez pas ou que vous ayez une profession qui ne vous passionne pas.

    Peut-être pensez-vous que de cette manière, au moins, vous aurez la reconnaissance des autres, mais cela n’est pas tellement certain.

    Finalement, il y aura toujours quelqu’un pour parler de vous, car c’est la nature humaine. Et c’est bien ainsi. Vous ne pouvez pas toujours plaire à tout le monde.

    Ce que vous pouvez faire en revanche c’est vivre en accord avec vos espoirs et vos rêves. Il est fort probable que l’on continue de vous critiquer mais vous serez sans aucun doute plus heureux.

    5. Vos erreurs passées ne définissent pas votre avenir

    La cinquième chose que la peur ne veut pas que vous sachiez c’est que les erreurs que vous avez commises n’ont aucune raison de définir votre avenir. Nous commettons tous des erreurs et nous portons tous le poids des choses que nous n’aurions pas du faire.

    C’est naturel, car la vie consiste à essayer des nouvelles choses et à prendre des décisions. Lorsque vous faites ces deux choses, il est impossible de ne pas commettre d’erreurs.

    Mais ces erreurs peuvent être d’une grande aide pour trouver le meilleur chemin vers vos objectifs. Ne soyez pas de ces personnes qui, à cause d’une erreur, cessent d’essayer et restent plantées là.

    Au lieu de cela, utilisez vos erreurs pour voir quel chemin ne pas prendre ou pour en tirer une leçon.

    6. La seule chose qui s’interpose sur votre chemin n’est pas la peur, mais vous

    Vous pensez que c’est la peur qui vous paralyse ? La vérité c’est que ce n’est pas le cas. Il est certain que la peur peut engendrer de l’incertitude et des doutes, mais celui qui décide de rester bloqué, c’est vous.

    Quand la peur arrive vous avez deux options :

    • Lui faire face et rester bloqué.
    • Voir l’avertissement que la peur veut vous donner, prendre vos précautions et agir.

    Lorsque vous cesserez de voir la peur comme le grand obstacle de votre vie, vous serez entièrement responsable de vous. Essayez-le dès aujourd’hui.

    Vous verrez que, malgré l‘incertitudeêtre responsable de vos actes est très gratifiant.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ne cessez pas d’être vous-même pour plaire à quelqu’un

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Bien que l’idée d’être différent puisse vous tenter pour intéresser la personne qui vous plaît, tout ce que vous obtiendrez sera passager si vous cessez d’être vous-même.

    Ne perdez pas votre identité, ne vous trompez pas. Ne cessez pas d’être vous-même pour plaire à quelqu’un. Si vous le faites, vous vous démolirez inévitablement.

    Lorsque nous rencontrons quelqu’un et que nous voulons la connaître plus en profondeur, nous voulons lui faire bonne impression. Cela nous amène parfois à ne pas agir naturellement.

    Cependant, en adoptant cette attitude vous vous mentez à vous-même et à la personne en face de vous. Vous comblerez ses attentes avec des mensonges, et les choses qui lui plairont en vous, ne seront en réalité qu’une comédie…

    Ne cessez jamais d’être vous-même ou vous finirez dans un amour faux.

    La magie de tout commencement

    Les débuts de relation sont magiques. Tout paraît couler de source d’une manière mystique, sans trop d’efforts. Mais avec le temps, tout cela s’évanouit. Soudain, il faut faire des efforts pour des choses pour lesquelles nous n’avions pas à le faire avant.

    Peut-être que vous en arrivez là car vous êtes devenu l’idéal de l’autre personne. Vous avez voulu affirmer les attentes que l’autre avait de vous. Cela, tôt ou tard, devait se terminer.

    Non seulement vous tombez amoureux-se de quelqu’un qui attend de vous que vous vous adaptiez à ses goûts, mais en plus vous essayez de plaire à l’autre en devenant ce qu’il désire.

    Où est passée votre authenticité ? Qu’est-il arrivé à votre « moi » ? Vous avez essayé de le camoufler, tout ce que vous avez pu, pour vous submerger dans un amour faux.

    Toutes ces connexions que vous avez créées avec l’autre personne étaient fausses. Votre peur de ne pas lui plaire, que vos défauts le fasse fuir, ont provoqué que vous agissiez ainsi, tel que vous n’êtes pas.

    Cette magie du commencement ne partira pas car votre manière de commencer votre relation n’a pas été la plus sincère ni la plus juste.

    L’importance d’être assertifs

    Dès le premier instant passé avec la personne qui nous plaît il faut manifester nos goûts, nos intérêts et montrer notre vrai caractère.

    Nous n’avons aucune raison de cacher ce qui nous déplaît, car avec le temps nous cesserons de le faire et notre partenaire ne comprend pas. Il ne le savait pas !

    Donnons un exemple simple. Imaginez que la personne avec qui vous êtes fume. Elle l’a toujours fait et vous n’avez jamais exprimé votre désaccord avec le fait qu’elle le fasse dans la voiture ou chez vous.

    Mais un jour, cela vous dérange beaucoup. Vous vous mettez en colère, lui hurlez dessus et lui reprochez de ne pas voir que vous n’aimez pas cela. Sa réponse sera sans aucun doute « je ne pensais pas que ça te dérangerait, tu ne t’en es jamais plaint ».

    Nous pourrions donner de nombreux autres exemples similaires qui ne feront qu’accentuer le fait que nous sommes trop peu assertifs.

    Nous ne nous rendons pas compte que dans notre désir de plaire, nous trompons.

    Les problèmes qui surgissent lorsque vous commencez à être vous-même

    Tout va bien, tout roule jusqu’à ce que vous commenciez à être vous. Car le masque que vous portiez ne peut tenir très longtemps.

    C’est alors que les conflits surgissent. La connexion qui existe entre vous et votre partenaire est désormais altérée. Vous est maintenant assertif, mais c’est trop tard.

    Certains côtés de notre partenaire ne nous plaisent pas, mais la même chose arrive de son côté. Nous commençons à nous plaindre de choses qui ne nous dérangeaient pas avant, ou c’est ce que l’on pensait.

    Disputes, colères et conflits qui ne nous amènent à aucune compréhension font acte de présence et il n’y a pas de retour en arrière possible.

    Tout cela vous use. Vous pensez ne plus aimer votre partenaire, que l’amour s’est estompé. Mais vous ne vous rendez pas compte que tout cela est le fruit d’un amour faux que vous avez tous les deux créé.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 8 clés pour vivre avec une grande sensibilité

     

     

     

     

     

     

     
    Ce qui nous rend spéciaux en tant qu'êtres humains sont les différents de traits que nous possédons, comme avoir une grande sensibilité. Ceux-ci définissent d'une certaine manière la façon dont nous vivons et la personnalité que nous adoptons dans certaines situations.

    8 clés pour vivre avec une grande sensibilité

     

    Les personnes ayant une sensibilité élevée, par exemple, aiment la présence de l’un d’entre eux. Si vous êtes ou vivez avec quelqu’un comme cela, nous vous laissons quelques recommandations pour rendre ce fait plus simple.

    PTS : Personnes très sensibles

    Les différents aspects d'une grande sensibilité

     

    Les personnes ayant une grande sensibilité sont spéciales à leur manière et leur perception de la vie est souvent très différente du reste de la population en général.

    Ils ont tendance à être très observateurs et ont la capacité d’analyser tout en interne, puis d’essayer de l’adapter à leur environnement social. En outre, ils sont prudents et restent vigilants.

    Transformez-le en don

    Certains classent ce type de personnes comme ayant une personnalité introvertie. Cependant, la vérité est que cette fonctionnalité ne représente qu’un petit pourcentage. La plupart d’entre eux sont, en eux-mêmes, extravertis et passionnés dans tout ce qu’ils font.

    Cette raison les fait vivre intensément, mais ils restent toujours vigilants. Ils sont de bons auditeurs, observateurs, empathiques et conscients de la vie.

    Ils ont également tendance à développer leur créativité à des niveaux élevés. Ainsi que leur perception, ce qui les rend très sensibles.

    Il n’y a aucune raison pour que les personnes extrêmement sensibles ne se sentent pas à leur place ou aient tort. Au contraire, ils doivent trouver un moyen de bien canaliser chacun de leurs traits. Afin de tirer le meilleur parti de leurs capacités.

    8 clés pour vivre avec une grande sensibilité

    1. Acceptez-le simplement

    Si vous considérez que vous avez une partie des traits que nous avons mentionnés, il est temps que vous commenciez à vous accepter.

    Rappelez-vous : vous n’êtes pas malade. Au contraire, vous avez un merveilleux don qui, si vous apprenez à le maîtriser, vous rendra plus fort chaque jour.

    2. Observez-vous attentivement

    Pour commencer à maîtriser vos incertitudes sur les traits que vous avez, effectuez une auto-évaluation.

    Nul mieux que vous savez comment vous vous sentez touchés en situation de stress ou d’euphorieassociée à la façon dont vous absorbez et gérez toutes ces émotions.

    3. Apprenez à dire « non »

    Essayez de ne pas submerger votre esprit avec beaucoup d’informations simplement en voulant en savoir plus que les autres. Dire « non » peut parfois vous aider à trouver du temps pour vous-même et pour vous détendre.

    Pour être heureux, il est essentiel que vous appreniez à dire « non ». Les gens qui ne savent pas comment le faire finissent par vivre les désirs des autres et faire des choses qu’ils ne veulent pas. C’est ce qui conduit au malheur.

    4. Mettre en place des astuces pour ne pas vous saturer

    Comment ne pas saturer quand vous avez une grande sensibilité

     

    Détendre votre corps, votre esprit et votre âme avec une bonne dose d’exercices à l’extérieur ou en contact avec la nature est toujours une bonne option.

    De cette façon, vous pouvez réduire les niveaux d’anxiété et réguler les puissants stimuli soudains que vous pouvez ressentir.

    5. Contacter les autres

    L’être humain cherche toujours à s’intégrer dans la société pour se sentir relativement « normal ».

    Il serait bon de rencontrer un groupe de personnes qui ont les mêmes qualités que vous. Ainsi, vous pouvez trouver quelqu’un qui vous servira de support ou de guide pour vous apprendre également ses techniques et modes de vie.

    6. Rechercher son modèle de sensibilité

    Beaucoup d’entre nous comptent sur les gens que nous admirons. Que ce soit des artistes reconnus ou quelqu’un pour qui nous ressentons beaucoup d’amour, car cela nous fait nous sentir bien identifiés. En bref, il s’agit de chercher une référence.

    Trouvez vos modèles ou appuyez-vous sur les personnes qui ont marqué la société en fournissant une aide humanitaire exceptionnelle grâce à leur talent.

    7. Créer votre espace sacré

    Les personnes ayant une grande sensibilité doivent avoir leur propre espace

     

    La personne très sensible peut vivre parfaitement bien entourée par beaucoup de personnes. Cependant, elle est seule et silencieuse quand elle a tendance à mieux se connaître et à tirer le meilleur parti de ses capacités.

    Par conséquent, n’oubliez pas de prendre le temps de vous explorer.

    8. L’art est une thérapie

    Croyez-le ou non, on dit que la plupart des artistes du monde sont très sensibles. L’art est un canal à travers lequel vous pouvez discuter de vos conflits, exprimer librement vos émotions en utilisant différentes langues.

    Vous pouvez même le faire sans avoir à vous révéler trop ou du moins pas directement. L’important est que vous vous sentiez à l’aise.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Quelle est la meilleure façon de trouver un partenaire stable ?

     

     

     

     

     

     

    Il est essentiel de se rappeler qu'aucune relation ne devrait affecter notre amour propre ni notre auto-estime. Quand quelqu'un rentre dans notre vie, cela doit être pour l'améliorer, et non pour la compliquer.

    Quelle est la meilleure façon de trouver un partenaire stable ?

    Tôt ou tard, nous souhaitons tous trouver un partenaire stable pour obtenir la compagnie idéale avec qui partager notre quotidien. Cela paraît difficile à notre époque ? Et bien, aujourd’hui nous vous offrons quelques conseils pratiques pour vous aider à trouver un partenaire stable.

    Surestimons-nous le besoin de trouver un partenaire stable ?

    Beaucoup de gens disent qu’il est impossible d’être heureux seul, car les êtres humains sont destinés à vivre ensemble. Mais est-ce vraiment important de trouver un partenaire stable ? La réponse est … Cela dépend ! Pour beaucoup de personnes, établir une relation heureuse et durable est le rêve de toute leur vie. Pour d’autres, un partenaire est plus comme un complément que comme un objectif principal.

    Plusieurs aspects peuvent influencer la façon de faire face à une relation stable : l’âge, la culture, l’éducation, les goûts, les expériences, etc. Mais si nous sommes sincères, nous aimerions tous profiter d’une bonne compagnie pour donner et recevoir de l’amour.

    Le risque est de surévaluer le couple et d’ignorer les autres besoins et responsabilités pour garder quelqu’un à nos côtés. Dans ces cas, les relations deviennent souvent néfastes et les deux parties finissent par en souffrir.

    7 conseils pour vous aider à trouver un partenaire stable

    Non, il n’y a pas de méthode unique et infaillible pour trouver un partenaire stable. Lorsqu’il s’agit de sentiments et d’émotions, chaque personne est un monde unique et propre. Par conséquent, nous vous proposons de suivre des conseils simples pour vous aider à vous sentir mieux quand l’amour se présentera à vous.

    1. Gardez l’esprit actif

    gardez l'esprit actif pour trouver un partenaire stable

    L’oisiveté mentale est un dangereux ennemi de la bonne estime de soi. Lorsque l’esprit est actif et s’amuse, son objectif est d’être productif et d’améliorer ses connaissances et ses capacités.

    N’oubliez pas que l’amour n’est pas seulement attiré par l’apparence. Les personnes sont séduites par l’esprit, le dialogue, la réflexion et la vision du monde. Ce sont ces caractéristiques émotionnelles et intellectuelles qui provoquent l’identification et l’amour.

    Trouver des activités qui stimulent l’apprentissage et le divertissement est essentiel pour garder votre esprit sain et actif. En outre, ils sont excellents pour améliorer l’estime de soi et élargir les horizons de la vie.

    2. Respectez votre temps

    Quel est le moment idéal pour trouver un partenaire stable et vivre un grand amour?  La vérité est qu’il n’y a pas de moment précis pour que vos sentiments soient éveillés par quelqu’un de spécial.

    Chaque personne a sa propre dynamique émotionnelle, ses goûts et ses préférences particulières. Se forcer à vivre certains sentiments n’a pas de sens et peut être très désagréable. Par conséquent, le respect de votre temps est essentiel pour investir dans une relation stable.

    3. Réservez un moment quotidien pour prendre soin de vous

    prenez soin de vous pour trouver un partenaire stable

     

    Il est de plus en plus difficile d’avoir le temps de prendre soin de soi. Mais avec de la planification et la bonne volonté, vous pouvez trouver environ 15 minutes par jour pour vous consacrer à vos soins corporels et à votre esprit.

    Les petites habitudes améliorent notre auto-estime et nous rendent plus beaux à l’intérieur et à l’extérieur. Écoutez votre musique préférée, regardez un film, hydratez votre peau ou détendez-vous simplement avec un peu de silence.

    4. Nourrissez votre capacité de socialisation

    Notre capacité à socialiser nous permet de vivre ensemble, de travailler et de tomber amoureux. Par conséquent, il est important de la nourrir pour maintenir des amitiés positives et trouver un partenaire stable.

    Il est important de vous motiver à connaître de nouveaux lieux, découvrir de nouvelles cultures et faire des amitiés différentes. La diversité fait du bien à notre esprit et augmente les chances de trouver quelqu’un d’intéressant.

    5. Soyez en paix avec vos émotions

    être en paix avec ses émotions pour trouver un partenaire

     

    Nos émotions doivent être en paix et prêtes à recevoir des bonnes choses et des sentiments. Si notre esprit est agité ou rancunier, nous serons incapables de faire confiance ou d’être réceptifs à un nouvel amour.

    Vous ne devriez pas avoir honte de demander de l’aide professionnelle pour faire face à vos émotions. L’esprit est très complexe et mérite une attention particulière pour maintenir son équilibre.

    6. Pourquoi ne pas utiliser les avantages d’Internet ?

    Le «phénomène Internet» raccourcit les distances et rapproche les gens, notamment grâce à l’expansion des relations sociales. Actuellement, il existe plusieurs sites et applications réservées aux personnes qui veulent trouver un nouvel amour. Pourquoi ne pas essayer ?

    Souvenez-vous que trouver un partenaire stable est l’une des nombreuses joies que la vie nous réserve. N’attendez pas qu’une autre personne arrive pour être heureux avec vous-même. Le premier amour doit être l’amour de soi.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Apprenez à différencier 7 types de douleurs

    provoquées par les émotions

     

     

     

     

     

     

    De nombreuses douleurs pourraient disparaître si nous commencions à écouter un peu plus attentivement notre monde intérieur et nos émotions en passant plus de temps à les gérer.

    Apprenez à différencier 7 types de douleurs provoquées par les émotions

    Les émotions ont un grand pouvoir dans notre organisme. D’ailleurs, si nous ne les exprimons pas au bon moment, elles se transforment en douleurs émotionnelles qui peuvent devenir chroniques.

     

    Les douleurs chroniques les plus fréquentes affectent les zones suivantes :

    • Le cou
    • Le dos
    • La tête

    En outre, nous pouvons souffrir de bruxisme, de tachycardies et d’ulcères ou autres problèmes associés à l’estomac.

    Il existe différentes études qui prouvent la relation entre les problèmes émotionnels et la santé physique. Ainsi, un lien a été trouvé entre la douleur chronique et le stress ou les traumatismes non résolus.

    Il est important de connaître notre intérieur, afin de pouvoir faire face à ces émotions et ne pas les dissimuler avec des médicaments.

    Vous devez savoir quels problèmes émotionnels provoquent les douleurs physiques.

    Vous y parviendrez en vous connectant à votre véritable identité et à votre moi profond.

    7 types de douleurs émotionnelles

    1. Les maux de dents

    Cela se produit quand vous ne vous sentez pas à l’aise avec une situation, ou que vous ne pouvez pas en trouver la solution.

    Vous ressentez une pression, un malaise et votre état émotionnel peut augmenter cette douleur.

    • Laissez l’énergie circuler et ne luttez pas contre la douleur. Tout passe, tout se transforme.

    2. Les maux de tête

     

    Pourquoi souffrons-nous de maux de tête ?

    Les maux de tête peuvent provenir du stress, mais aussi du fait de ne pas exprimer vos émotions.

    • Vous devriez prendre du temps pour faire le vide dans votre tête et lâcher prise pour que les choses évoluent. Se reposer un moment ou marcher peut être une bonne option.

    3. Les douleurs du cou et des cervicales

    Les douleurs du cou apparaissent lorsque vous gardez des rancunes, de la colère … C’est pourquoi vous ressentez de la raideur.

    • Il est important de rechercher le pardon, soit envers vous-même soit envers d’autres personnes.

    Il peut également apparaître lorsque vous avez du mal à communiquer ou à être écouté-e. Il est étroitement lié aux craintes et au manque de pardon et à l’acceptation de soi-même.

    4. Les douleurs dans les épaules

    Vous ressentez une lourde charge comme un sac à dos que vous portez sur vos épaules partout, vous portez vos problèmes et ceux des autres.

    Rappelez-vous que vous ne pouvez pas transporter le monde entier sur vos épaules. Laissez chacun-e prendre en charge ses propres problèmes.

    Il est essentiel que vous en pensiez un peu à vous car c’est la seule façon de minimiser ce fardeau.

    5. Les douleurs d’estomac

    Cela se produit lorsque vous êtes dans une situation inconfortable, vous avez du mal à digérer les événements qui se produisent dans votre vie.

    Il est possible que se produisent des événements que vous n’avez pas prévus et que vous n’êtes pas prêt-e à céder parce que vous n’acceptez pas bien les changements.

    • Il est essentiel d’accepter les autres et d’admettre qu’il existe différentes façons de concevoir la vie.
    • De cette façon, vous pouvez vous ouvrir, être plus tolérant-e et finalement plus heureux.

    6. Les douleurs dans le bas du dos

     

    Des douleurs lombaires peuvent apparaître si vous rencontrez des problèmes financiers qui vous provoquent beaucoup de stress.

    Elles peuvent aussi apparaître si vous sentez que vous êtes responsable d’autres personnes qui dépendent de vous.

    • Il se peut aussi que vous vous sentez seul, que vous n’êtes pas en mesure de déléguer vos obligations à d’autres personnes et c’est pourquoi vous ressentez davantage de poids.
    • Il est essentiel de savoir déléguer les responsabilités afin de ne pas tout porter soi-même et ainsi vivre plus libre d’obligations.

    7. Les douleurs dans les mains

    Les mains sont la façon dont nous devons nous connecter avec le monde.

    Si vous rencontrez des douleurs fréquentes, cela peut représenter quelque chose que vous voulez, mais vous avez du mal à atteindre.

    • Vous ne parvenez pas à atteindre ce but vous-même, ou vous pouvez vous sentir connecté à quelqu’un ou à quelque chose dont vous ne lâchez pas prise.
    • Il est important de lâcher prise et de laisser aller.

    Lecture recommandée pour guérir les douleurs émotionnelles

    1. Louise Hay

     

    Dans son livre, Vous pouvez guérir votre vie, elle parle de la façon dont les émotions mal gérées deviennent des maladies dont certaines peuvent être très sérieuses.

    Si vous écoutez votre corps et que vous apprenez à le comprendre, vous allez faire la paix avec vous-même.

    Ensuite, vous pourrez pardonner, aimer, remercier … Ainsi, toutes cesémotions négatives qui vous paralysent s’éloigneront de vous.

    2. Enric Corbera

    Dans ses livres, ses discussions et ses vidéos sur YouTube, il soutient que la clé de la guérison consiste à atteindre l’émotion cachée générée par le conflit et qui déclenche la maladie.

    L’auteur affirme que le moment où nous prenons conscience et réalisons quelle est l’émotion, survient la guérison.

    Il explique également qu’il est important de changer ses croyances irrationnelles et limitantes qui produisent une séparation entre le cerveau et le cœur : ce que je pense, ce que je ressens, ce que je fais.

    Ce type d’ouvrages peuvent être d’une grande aide pour ouvrir votre esprit et votre cœur à de nouveaux concepts.

    Rappelez-vous que l’important est d’être en bonne santé et heureux.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 caractéristiques des parents absents

     

     

     

     

     

     

    On pense qu'être présent à la maison ne fait pas de nous un parent absent. C'est faux. S'il n'y a pas de lien émotionnel avec vos enfants, même si vous êtes présent, vous êtes un parent absent.

    6 caractéristiques des parents absents

    Les parents absents sont ceux qui sont incapables de se connecter affectivement et émotionnellement avec leurs enfants. Les raisons sont nombreuses et il est psychologiquement complexe de les déterminer.

    Un parent peut fournir le soutien alimentaire nécessaire, les vêtements dont l’enfant a besoin, un foyer sécuritaire, payer les factures pour les soins médicaux ou l’école, donner tous les jouets demandés par son enfant et malgré tout être un parent absent. Le lien d’amour et de respect qui devrait vous unir à votre enfant n’a pas été créé ou est endommagé.

    Caractéristiques des parents absents

    Le parent absent est défini comme celui qui ne peut ou ne veut pas être impliqué avec son enfant. L’absence du rôle de parent laisse des blessures profondes et un vide émotionnel dans la vie des enfants. Bien qu’elle se réfère généralement au père, il est de plus en plus fréquent de trouver des mères absentes.

    Les parents absents peuvent répondre à une ou plusieurs des conditions que nous expliquerons ci-dessous. Si vous vous retrouvez dans l’une d’entre elles, il est temps de réfléchir. Trouvez l’aide que vous considérez pertinente pour rétablir le lien avec vos enfants. Faites-le avant que les conséquences ne soient irréversibles.

    1. Il impose son jugement

    Habituellement, cela concerne un père physiquement présent. Sa déconnexion émotionnelle s’exprime par l’imposition de sa volonté et de son point de vue à ses enfants. Sans écouter les avis de sa famille.

    Cela ne vous intéresse pas, vous ne savez pas ou vous n’appréciez pas ce que votre enfant pense, bien que vous ne puissiez le reconnaître. Vous exigez et imposez la réalisation de buts élevés, mais ne reconnaissez pas l’effort. De plus, vous ne savez pas comment renforcer les actions positives. Vous imposez des peines disproportionnées pour l’âge des enfants.

    Des pères autoritaires sont des parents absents.

    2. Il est indolent

    Bien que ce soit un fournisseur économique sûr, il n’est pas lié aux intérêts ou aux caractéristiques de ses enfants. Il ne s’implique pas dans les règles ou ne fixe pas de limites. De plus, il n’est pas disposé à générer des moments à partager avec les enfants.

    Il est incapable de faire un compliment ou une réprimande à temps. Généralement, il laisse tout le poids de l’éducation des enfants à la mère. Le père n’est pas très communicatif, il se limite à l’approvisionnement.

    3. Il est émotionnellement immature

    Il est le genre de père qui refuse de grandir, qui veut être un adolescent éternel. Les enfants impliquent un fardeau pour son style de vie. Ils n’ont pas la maturité nécessaire pour prendre des décisions et préciser les limites dont les enfants ont besoin.

    Avoir des enfants pour eux est facile, parce qu’ils ne s’engagent pas dans la responsabilité parentale. Ils passent plus de temps entre eux qu’avec leurs enfants. Ils sont incapables d’être un modèle positif pour leurs enfants, car ils exigent la satisfaction prioritaire de leurs propres besoins. Et, s’ils n’y parviennent pas, ils se mettent en colère.

    Les parents absents peuvent être immatures

     

    4. Il n’a pas le temps

    Il est le père qui, pour des raisons professionnelles, n’est pas à la maison. Peut-être ne voulez-vous pas être un père absent, peut-être êtes-vous un père positif et affectueux, et vous devez déléguer le rôle de père parce que vous devez respecter un calendrier de travail exigeant de fournir l’argent de la maison.

    Bien que la technologie offre des options pour « partager » davantage de proximité et d’intérêt dans la croissance des enfants, cela ne suffit pas. L’enfant a besoin de partager son temps avec son père. L’amour qui s’exprime via les réseaux sociaux ou les applications comme WhatsAppne suffit pas, il doit y avoir une manifestation physique, avec des câlins et de la présence.

    5. Il est irresponsable

    Il n’est impliqué ni dans le soutien émotionnel ou affectif, ni économique des enfants. Même si la mère insiste pour que le père assume le soutien des enfants, il n’y parvient pas.

    Derrière un parent irresponsable, il peut y avoir un enfant qui a été élevé par un parent absent. Mais cela ne justifie pas son comportement. C’est celui qui nie la paternité d’un enfant. Ou disparaît après une séparation ou un divorce.

    6. Une mère absorbante ou vindicative

    Nous devrions demander aux mères qui se plaignent que leurs partenaires sont des pères absents, si elles ont permis leur présence. Oui, en effet, derrière certains parents absents il y a des mères absorbantes.

    En plus de celles qui assument toutes les responsabilités de la parentalité et de l’éducation, il y a aussi celles qui empêchent les parents d’être présents.

    La dissolution du couple amène certaines femmes à attaquer le père des enfants. C’est une sorte de revanche pas toujours consciente, mais non moins négative pour les enfants. Bien que le père veuille être présent et s’impliquer d’une manière ou d’une autre avec ses enfants, la femme empêche parfois cette présence.

    Une mère trop présente peuut mener à des parents absents

     

    Quelles conséquences les parents absents génèrent-t-ils ?

    Etre élevé par un parent absent a de graves conséquences pour les enfants :

    • Problèmes relatifs aux autres.
    • Difficulté à se connecter avec ses émotions.
    • Incapacité à suivre les règles et aussi à respecter l’autorité.
    • Incapacité d’exercer des rôles d’autorité.
    • Manque de volonté ou incapacité à structurer et matérialiser ses rêves ou ses projets.

    Le rôle parental responsable, aimant et positif est essentiel non seulement pour aider les enfants à grandir en bonne santé, à avoir confiance en eux et jouir d’une bonne estime d’eux-mêmes, mais il fournit également la capacité de guérir vos propres blessures si vous avez été élevé par un parent absent.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Que nous arrive-t-il lorsque nous n’avons pas reçu

    d’amour pendant l’enfance ?

     

     

     

     

     

     

    Ne pas montrer son amour à ses enfants pendant l'enfance peut faire que plus tard ils souffrent de carences émotionnelles et soient incapables d'avoir de l'empathie. 

    Que nous arrive-t-il lorsque nous n’avons pas reçu d’amour pendant l’enfance ?

    L’amour est l’énergie vitale qui fait bouger le monde. Nous sommes tous nés pour aimer et recevoir de l’amour. Alors, que se passe-t-il si, pendant notre enfance, nous n’avons pas reçu d’amour ? Il semblerait que le manque d’amour pendant l’enfance soit l’origine de nombreux problèmes de comportements.

    Lorsque nous naissons, nous devrions tous bénéficier de la protection et de la sécurité que seul l’amour maternel peut apporter. Malheureusement, ce n’est pas toujours le cas, ce qui peut entraîner de graves conséquences. Ces conséquences se manifesteront bien des années plus tard dans notre comportement et dans nos relations avec les autres.

    Les conséquences du manque d’amour pendant l’enfance

    femme n'ayant pas reçu d'amour pendant l'enfance

     

    Le manque d’amour pendant l’enfance peut avoir des conséquences inimaginables à l’âge adulte. Continuez de lire cet article, et découvrez quelles sont ces conséquences.

    1. L’indifférence envers la souffrance des autres et l’apathie 

    L’indifférence envers la souffrance des autres est l’une des conséquences du manque d’amour maternel pendant l’enfance.

    Généralement, les personnes qui ont souffert d’un manque d’amour pendant leurs premières années de vie se montrent souvent indifférentes face à la douleur des autres.

    Ces personnes ont un comportement apathique qui affecte toutes leurs relations. Sans l’ombre d’un doute, beaucoup de leurs problèmes sont la conséquence d’un profond désintérêt. Elles ont beaucoup de difficulté à avoir de l’empathie pour les gens.

    2. Une difficulté à exprimer leurs sentiments et à créer des relations 

    manque d'amour pendant l'enfance

     

    L’amour maternel est l’un des instincts les plus basiques de l’humanité. Cet instinct à caractère universel représente les garanties de paix et de fraternité dans nos relations avec nos prochains. Le manque d’amour pendant l’enfance est le premier maillon d’une chaîne de générations futures à problèmes.

    Les capacités altruistes que nous devons développer au fur et à mesure de notre croissance sont le résultat de la qualité de l’amour reçu lors de la première étape de notre vie. Une personne qui n’a pas connu l’amour maternel n’a pas pu développer correctement ses capacités altruistes telles que l’empathie, la fidélité, et l’authenticité.

    Les besoins non comblés pendant l’enfance influencent le comportement à l’âge adulte. Généralement, les personnes qui ont manqué d’amour pendant leur enfance, une fois à l’âge adulte, continuent d’attendre de façon inconsciente que quelqu’un couvre leurs besoins. Cette situation entraîne de graves conséquences dans leurs comportements, telles que l’incapacité d’aimer et de ressentir de l’amour. Ces personnes éprouvent des difficultés à exprimer leurs sentiments, et préfèrent alors les réprimer.

    L’importance de montrer son amour à ses enfants pendant leur enfance

    femme souffrant du manque d'amour pendant l'enfance

     

    Montrer son amour à ses enfants est très important pour différentes raisons.

    L’amour donné pendant les premières années de vie, dès la naissance, a un pouvoir inimaginable sur le développement des compétences altruistes et de la capacité d’aimer. L’humanisation des personnes est possible grâce à l’amour reçu pendant l’enfance. Une personne qui, pendant son enfance, n’a pas reçu d’amour, grandit avec un manque affectif, lequel donnera lieu à un comportement agressif, car elle aura vécu ses premiers moments dans un environnement dépourvu d’affection.

    Le manque d’amour lors de la première étape de vie n’affecte pas seulement l’enfant mais a des conséquences à l’échelle universelle : des générations avec un vide affectif vont s’enchaîner, ce qui constitue une arme mortelle pour le futur de l’humanité.

    Malheureusement, nombreux sont les enfants qui sont élevés dans un environnement dépourvu d’amour. Si nous voulons éviter que nos enfants souffrent d’un manque affectif et soient marqués à vie par ce manque, il faut leur donner l’amour qu’ils méritent et dont ils ont besoin.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Parfois, les mères se sentent seules

     

     

     

     

     

     

    Concilier son rôle de mère avec sa vie de femme n'est pas toujours chose facile, notamment lorsque nous constatons que nous ne correspondons pas au modèle de mère idéale. Découvrez ici pourquoi certaines mères se sentent parfois seules. 

    Parfois, les mères se sentent seules

    La maternité est une étape qui implique de grands changements. L’arrivée d’un nouvel être dans la vie d’une femme implique beaucoup de dévouement et de responsabilités. Il arrive alors parfois que ces changements dépassent les nouvelles mamans, raison pour laquelle elles se sentent parfois seules.

    Concilier avec succès sa vie de femme avec son rôle de mère n’est pas simple. Les mères sont parfois en proie au doute, et ne bénéficient pas toujours d’un réseau familial soudé capable de les soutenir. De plus, les changements physiques et hormonaux et d’autres transformations qui sont sources de stress n’aident pas.

    À tout cela s’ajoutent les pressions sociales concernant la maternité qui s’opposent de façon presque radicale à la réalité. Conséquence de cela : il n’est pas rare que les mères ressentent de l’incompréhension, de la solitude et de la frustration.

    Le modèle de la mère idéale 

    Le modèle de mère idéale encourage le sentiment de solitude

     

    De façon générale, l’image véhiculée sur la maternité par les publicités, les programmes de télévision et les films est éloignée de la réalité. À la télé, nous voyons des mères très souriantes sur leur 31 en train de danser avec leur bébé. Ces nouvelles mamans ont toujours une silhouette fine, sont pleine d’énergie et changent les couches de leur bébé avec beaucoup de poésie. Ne parlons même pas de l’allaitement. Les mères des publicités sont des femmes qui semblent ne pas avoir subi les ravages de la fatigue et de la douleur.

    Dans la société dans laquelle nous vivons, la mère idéale est celle qui sait jongler facilement entre son rôle de mère et sa vie de femme tout en simplicité, comme s’il était facile de prendre soin d’un être qui dépend totalement de sa mère. L’image générale véhiculée est une image de pur bonheur, de plaisir, et de connexion spirituelle sans ombre au tableau.Or, la réalité est souvent tout autre, et c’est pourquoi les mères souvent se sentent seules : le décalage entre le modèle véhiculé par les médias et la réalité est source de frustration.

    La maternité réelle 

    Si vous avez un enfant, vous savez déjà que la maternité idéalisée des médias est pratiquement irréelle. Cela ne veut pas dire que la maternité est une expérience pleine de souffrance et d’amertume. C’est même le contraire, il s’agit d’une belle expérience remplie d’amour et de joie.

    La maternité est un exercice dans lequel il faudra faire face à des sentiments opposés qui cohabitent ensemble. Le moment de la grossesse est un bon exemple pour illustrer cette idée : l’idée de mettre au moment un enfant est source de joie, mais les nausées et autres gênes rendent l’expérience désagréable.

    Une mère devrait pouvoir s’autoriser à exprimer ses frustrations et son mal-être, mais la société les pousse à réprimer ce type de sentiments. C’est pourquoi les mères se sentent parfois seules.

    Les mères se sentent parfois seules 

    Les mères se sentent parfois seules

     

    Une mère peut se sentir seule pour différentes raisons.

    L’une de ces raisons concerne les informations qui ne circulent pas de génération en génération, comme s’il s’agissait de secrets. Par exemple, personne ne dit aux futures mères que parfois elles ne pourront pas dormir et seront alors fatiguées et de mauvaise humeur. Ou encore, qu’elles se sentiront parfois impuissantes et coupables.  De la même façon, on ne parle pas trop de la douleur de l’accouchement, ni du temps, de l’énergie et de l’argent qu’implique l’éducation d’un enfant.

    En somme, l’image générale de la maternité est celle d’une mère indépendante capable de tout faire en même temps. En cherchant à maintenir le même rythme de vie qu’avant la maternité, une mère se sentira probablement seule et impuissante. C’est pourquoi il est essentiel et précieux de vivre cette transition auprès de personnes que nous aimons, qui peuvent nous remonter le moral et nous conseiller face à un quelconque problème.

    Cherchez un soutien émotionnel

    Les humains sont des êtres sociables. Nous sommes faits pour vivre en communauté. C’est pourquoi nous devons créer un réseau capable de nous soutenir dans les moments difficiles. La maternité est le moment idéal pour recevoir ce type d’aide.

    Il est primordial de pouvoir vider son sac et de demander conseil auprès de personnes de confiance, afin de libérer la peur et le stress qui surviennent avec les responsabilités de la maternité.

    Il existe des associations au sein desquelles des mères se réunissent pour raconter leurs expériences, exprimer leurs doutes et leurs craintes. L’objectif de ces associations est d’éviter la solitude liée à la maternité, et ainsi de permettre aux nouvelles mères de créer un réseau de soutien, afin de remplir au mieux leur rôle.

    Vous n’êtes pas seule 

    Même si vous vous sentez seule, vous n’êtes pas seule. Ayez à l’esprit que votre fatigue influe sur votre humeur et sur votre engagement physique et mental.

    La mère parfaite n’existe pas . Les mères sont tout simplement des femmes avec leurs forces et leurs faiblesses.

    Le sentiment de solitude n’est pas non plus mauvais : cela vous rappelle ainsi que vous aussi vous avez besoin par moment que l’on s’occupe de vous.

    La maternité n’est pas un chemin facile, mais c’est un chemin qui apporte beaucoup de joie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment agir après une dispute avec son partenaire ?

     

     

     

     

     

     

    Parfois, nous ne pensons pas à ce que nous faisons ou disons et cela affecte notre relation en tant que couple. Nous nous sentons coupables, tristes et anxieux et ne savons pas comment agir. Voici quelques conseils à suivre après une discussion avec votre petit ami.

    Comment agir après une dispute avec son partenaire ?

     

    Se disputer avec son partenaire est une affaire de tous les jours et peut arriver pour n’importe quelle raison. Certaines sont plus compliquées que d’autres en raison du sujet auquel elles se réfèrent. Et il est très important de savoir quoi faire pendant et après la querelle. Ainsi, dans cet article, nous répondrons à toutes vos questions sur la façon d’agir après une dispute avec sont petit ami.

    J’ai eu une dispute avec mon petit ami : et maintenant ?

    Il est courant de se sentir coupable, triste et anxieux après une dispute avec son partenaire. Parfois, vous ne savez pas comment agir, quoi faire ou quoi dire. Voici les erreurs les plus courantes à ne pas commettre après une dispute :

    1. L’ignorer

    Il est vrai que si vous êtes en colère, vous n’avez pas envie de lui prêter attention ou de lui parler. Mais lorsque cela se produit, vous ne devez pas vous renfermer et garder toutes vos émotions et sentiments pour vous.La meilleure chose que vous pouvez faire dans ces cas est de parler et de faire ressortir ce que vous ressentez. Afin que ça ne devienne pas un fardeau pour votre esprit.

    2. Ruminer ses paroles

    Lorsque vous êtes en colère ou blessé, vous pouvez dire des choses que vous allez regretter plus tard. Si vous avez entendu une phrase trop blessante ou que vous n’avez n’avez pas aimée, dites-le lui. De cette façon, cela ne restera pas dans votre tête pendant des jours.

     

    dispute avec son partenaire

     

    3. Rester en colère pendant une semaine

    « Après une dispute avec mon petit ami, je m’assois les bras croisés et je boude pendant des heures, et même des jours. » Vous vous reconnaissez dans cette affirmation ? Gardez à l’esprit que si vous gardez cette position, il vous sera plus difficile de vous réconcilier ou de parvenir à une entente. En plus, dans de telles conditions, c’est vous qui souffrez, pas l’autre.

    4. L’auto-punition

    C’est aussi assez courant. Se sentir mal parce que vous avez provoqué une dispute ou parce qu’au lieu de réparer des choses, vous avez ajouté de l’huile sur le feu, ce qui est inutile. Il est nécessaire que vous puissiez tous les deux exprimer ce que vous ressentez et ce qui vous dérange.

    Si vous êtes déprimé à l’idée d’avoir eu une dispute, pensez que cela a peut-être pu résoudre certains problèmes que vous aviez. Et donc vous permettre de repartir sur une relation plus apaisée.

    5. Aller dormir en colère

    Même si le fait de dormir aide certaines personnes à se calmer et à se remettre d’une dispute, il est toujours préférable de trouver une solution au problème le plus tôt possible. Si vous laissez passer une nuit entière, vous ne serez peut-être plus en colère. Mais il y aura aussi certains sentiments, opinions ou émotions qui n’auront pas été exprimés. Et donc, il sera plus difficile de les exprimer plus tard.

    dispute avec son partenaire
    Que faire après une dispute avec mon petit ami ?

    Au-delà du changement de direction de vos actions et de vos attitudes à l’égard de certaines erreurs typiques après les disputes, il est également intéressant de savoir comment agir à ce moment-là. C’est-à-dire lorsque l’on est énervé et que les sentiments sont à fleur de peau. Portez attention à ces conseils :

    1. Regarder au-delà du sujet de la dispute

    Croyez-le ou non, mais on se dispute souvent pour quelque chose de totalement différent du sujet de la dispute. Il peut vous sembler que l’argent, la famille ou la nourriture ont pu être le déclencheur. Mais dessous, il y a peut-être quelque chose de plus profond.

    Peut-être une insatisfaction dans le couple, des problèmes au travail, trop de pression. Ou bien des traumatismes du passé qui vous amènent à une dispute pour des raisons plus terre-à-terre qui n’ont rien à voir.

    2. Se regarder les yeux dans les yeux

    Même au pire moment d’une dispute, ou lorsque celle-ci est terminée, le contact visuel est essentiel. On dit que les yeux sont le reflet de l’âme. Et peut-être que ce que la bouche dit n’est pas ce que le regard exprime. Pour mettre fin à une dispute, il suffit parfois de se regarder pendant quelques secondes.

    3. Se rapprocher l’un de l’autre

    Une autre façon de se réconcilier après une dispute de couple est de mettre de côté la distance physique. Un câlin, une caresse ou simplement un contact «peau contre peau» peut suffire à apaiser la situation et à apporter une solution au problème.

    Se rapprocher l’un de l’autre est sans aucun doute un répit dans la bagarre et une façon de montrer que, malgré tout, la relation passe d’abord et avant tout.

    dispute avec son partenaire

     

    4. S’excuser

    Souvent, il faut mettre de côté votre fierté et savoir que c’est le moment de dire : « Je suis désolé ». Cela suffit souvent à améliorer les choses. Les excuses doivent être sincères et non une tentative d’éteindre le feu avec une goutte d’eau.

    Parfois, l’humilité dans une discussion peut être très utile. Demandez-vous s’il est préférable de garder sa fierté ou d’arranger les choses avec votre partenaire. Il est vrai que les erreurs ne sont pas toujours de votre coté. Mais si la relation vous intéresse vraiment, faites le premier pas vers la réconciliation.

    5. Aller prendre l’air

    Une autre façon d’agir après une dispute de couple est d’aller se promener. On dit que c’est la meilleure façon de se vider la tête et de réduire sa colère. Peut-être que cela vous permettra d’éviter que les choses s’enveniment. Vous risqueriez de commencer à lui reprocher des choses qui se sont passées il y a des années.

    Et rappelez-vous la règle : « ne pas aller se coucher fâchés ». Parce que l’idée consiste à aller prendre l’air et à arriver à une réconciliation. Et non pas de se laisser emporter par l’irritation ou la colère. Au retour de la promenade, essayez de reprendre calmement la conversation. Vous verrez peut-être tous les deux les choses d’une autre manière.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’importance de la famille dans le développement des enfants

     

     

     

     

     

     

    La famille, quelle que soit sa typologie, est le pilier sur lequel repose le développement de l'individu. Sachez pourquoi la famille est si importante dans l'éducation des enfants.

    L’importance de la famille dans le développement des enfants

    La famille a un grand impact sur la croissance des enfants. Sur leur développement émotionnel et social. La famille modèle leur façon de penser, leur façon de prendre des décisions, la façon dont ils se comportent et même leur perspective sur la vie.

    L’environnement dans lequel un enfant grandit le définit comme une personne. Par conséquent, l’importance de la famille dans son développement est essentielle.

    Avoir une famille est un droit légitime et fondamental d’un enfant. C’est parce qu’à travers la famille, les enfants apprennent les principes de base de la vie en commun. Ainsi que les compétences nécessaires pour développer leur potentiel en tant qu’individus et pour faire face à la vie adulte dans la société.

    Qu’est-ce que la famille ?

    C’est le premier environnement où les êtres humains interagissent avec d’autres personnes, dans lequel ils apprennent des valeurs, des principes, des normes et des notions sur la vie. C’est aussi l’environnement social où les enfants gagnent la sécurité, le respect et l’amour. La famille contribue à la construction de l’identité et de la personnalité de l’enfant.

    L’objectif premier de la famille devrait être de préparer l’enfant à une vie adulte heureuse et réussie. Cet objectif est atteint grâce à une éducation intégrale qui leur permet de faire face aux problèmes futurs de la meilleure façon possible. D’atteindre la sécurité émotionnelle et économique. De respecter les autres et se respecter eux-mêmes. Et enfin de consolider leur estime de soi.

    Types de familles

    Il existe divers types de familles. La classification dépend du profil et du nombre de ses membres. Une famille peut être :

    1. Famille nucléaire ou biparentale

    développement des enfants

     

    Elle est composés des deux parents et d’un ou plusieurs enfants. C’est la famille que la société promeut pour construire. Il s’agit d’une famille typique.

    2. Famille élargie

    C’est la famille dans laquelle les enfants vivent avec d’autres parents par le sang ou apparentés, comme les grands-parents, les tantes, les oncles, les cousins et cousines. Cette famille peut inclure ou non les parents biologiques.

    3. Famille monoparentale

    Dans ce type de famille, l’enfant ou les enfants sont élevés par l’un de leurs parents seulement, généralement la mère. Mais il y a des cas où les enfants sont élevés par le père. Certaines causes courantes sont :

    • Mort de la père pendant l’accouchement
    • Séparation des parents
    • Manque d’intérêt à élever un enfant
    • Veuvage

    4.Famille adoptive

    développement des enfants

    Cela se produit lorsqu’un couple décide d’accueillir un enfant qui a perdu sa famille. L’adoption se produit lorsqu’un couple n’a pas réussi à avoir des enfants ou simplement par choix.

    5. Famille de parents séparés

    Contrairement aux familles monoparentales, les parents choisissent de vivre séparément mais continuent de s’occuper de leurs enfants, en s’impliquant dans leur développement et leur croissance.

    6. Famille recomposée

    développement des enfants

     

    Ce type de famille est celui où un ou les deux parents ont un ou plusieurs enfants issus de relations antérieures. Dans ce cas, les enfants doivent vivre avec leurs demi-frères ou demi-sœurs.

    7. Famille homoparentale

    Elle est composée de parents homosexuels qui adoptent un enfant. De même, une famille homoparentale peut être composée de deux femmes qui ont opté pour la fécondation in vitro pour avoir un ou plusieurs enfants.

    Quelle est l’importance de la famille dans le développement des enfants ?

    développement des enfants

     

    1. L’éducation commence à la maison

    Les enfants passent un grande partie de leur temps avec leurs parents, de la naissance jusqu’à l’âge de 4 ans environ. Durant ces années, les parents enseignent à leurs enfants des habitudes, de la discipline et des valeurs. Et pendant qu’ils sont à l’école, les enfants apprennent à développer des compétences et à acquérir des connaissances.

    2. Soutien inconditionnel

    La famille constitue un soutien sans pareil pour les enfants. La famille sera toujours présente dans les jours les plus heureux, mais aussi dans les moments les plus difficiles, comme la maladie et les décisions importantes. Peu importe le nombre d’amis d’un enfant, la famille sera toujours là pour lui apporter un soutien inconditionnel.

    3. Tolérance envers les autres

    Tous les membres de la famille sont des êtres uniques avec des personnalités différentes. Grâce à cela, l’enfant apprend à coexister avec des personnes différentes, à respecter et à accepter les autres. De cette façon, lorsqu’il doit sortir à l’extérieur, il n’a pas de difficulté à interagir avec des étrangers.

    Apprendre à partager

    développement des enfants

     

    Lorsque l’enfant grandit avec ses frères et sœurs, la famille lui apprend à partager, depuis les bonbons, ses objets les plus précieux jusqu’à l’amour de ses parents. De cette façon, l’enfant ne sera pas égoïste dans ses interactions futures avec la société.

    Bref, au-delà de sa typologie, l’importance de la famille réside dans l’affection et le lien qui existe entre ses membres. C’est la force de chaque membre, le lien qui les unit.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 7 conseils pour éduquer vos enfants

     

     

     

     

     

     

    Le guide des parents parfaits n'existe pas. Éduquer ses enfants est un art qui se cultive jour après jour, et à travers lequel parents et enfants grandissent ensemble. 

    7 conseils pour éduquer vos enfants

    Lorsque nous décidons d’être parent, nous entamons l’un des chemins les plus fascinants et les plus complexes de la vie d’un être humain. Éduquer ses enfants est une mission à laquelle personne n’est réellement préparé : c’est un processus complexe au cours duquel nous tirons les leçons de nos expériences à chaque instant.

    Les conseils de spécialistes et d’autres parents fonctionnent, mais seulement dans certaines circonstances. Même au sein d’une même famille, ce qui a marché pour l’un des enfants ne marchera pas forcément pour son frère ou sa soeur.

    Ainsi, en partant du principe que chaque enfant est un être unique et que la relation que nous créons avec lui l’est tout autant, nous vous proposons ici six recommandations pour éduquer vos enfants dans l’amour et le respect.

    1. Mettez-vous à leur place

    L'importance de l'empathie pour éduquer vos enfants

     

    Les enfants sont des enfants. Ils agissent donc comme des enfants. Chaque minute de leur vie est un jeu, une fantaisie, une découverte, une aventure. À l’inverse des adultes, ils n’ont pas la moindre notion des responsabilités et, par conséquent, leur comportement est différent de celui d’un adulte.

    Ainsi, si un enfant a un comportement que nous désapprouvons ou que nous jugeons mauvais, avant de le réprimander, essayons de comprendre pourquoi l’enfant a agit de la sorte, quels sentiments ont motivé ce comportement.

    2. Réfléchissez ensemble

    L’empathie pousse à la réflexion. Le fameux décompte jusqu’à 10 pour respirer et éviter de parler sur le ton de la colère pour réprimander son enfant est le temps nécessaire pour comprendre la situation face à laquelle nous nous trouvons.

    Cette réflexion n’est pas seulement utile pour les parents. Nous vous recommandons d’inviter vos enfants à analyser ce qui s’est passé et à se mettre à la place des personnes affectées par le mauvais comportement.

    3. Écoutez vos enfants et dialoguez avec eux

    L'importance du dialogue pour éduquer vos enfants

     

    Très souvent, les parents donnent des conseils à leurs enfants sur ce qu’ils doivent faire et ne pas faire. En revanche, plus rares sont les fois où les parents prennent vraiment le temps d’écouter ce que leurs enfants ont à dire. N’étant pas ouverts au dialogue, les parents ne cherchent alors pas à comprendre les motivations de leurs enfants.

    Il est essentiel d’écouter les arguments de ses enfants, afin d’avoir une meilleure vue d’ensemble et comprendre leurs motivations. Cela vous aidera, qui plus est, à savoir comment orienter ce comportement. Grâce au dialogue et à la réflexion commune, vous arriverez à la meilleure conclusion possible concernant la situation.

    4. Passez du temps avec eux 

    Entre les parents qui travaillent au moins huit heures par jour, et les enfants qui, après l’école, participent à des activités extrascolaires, il reste peu de temps pour les moments en famille.

    Éduquer ses enfants ne signifie pas imposer une règle et espérer que son enfant la comprenne et la respecte immédiatement. Il faut être présent pour eux et partager des moments avec eux. Promenez-vous avec vos enfants, allez voir un film en famille, dialoguez…

    5. Donnez l’exemple 

    L'importance de donner l'exemple pour éduquer vos enfants

     

    Vous aurez beau sermonner vos enfants, l’exemple que vous donnez aura beaucoup plus d’impact que des mots. Voici un parfait exemple pour illustrer cette affirmation : des parents fumeurs qui interdisent leurs enfants de fumer sur la base de l’argument selon lequel fumer nuit à la santé.

    Si nous souhaitons que nos enfants aient de l’empathie, nous devons nous-même faire preuve d’empathie. Si nous voulons que nos enfants résolvent les différends en dialoguant,  sans cris, il faut en faire de même, et ainsi de suite. L’exemple des parents est le guide des enfants.

    6. Laissez-les se tromper 

    Les enfants sont des explorateurs nés. Ils arrivent au monde avec une soif de découverte, et vous devez les laisser faire, même s’ils se trompent. Le rôle des parents est simplement de faire en sorte que cette soif ne dépasse pas certaines limites qui seraient une entrave à leur bien-être physique et émotionnel.

    Nombreux sont les parents qui surprotègent leurs enfants. Surprotéger ses enfants fait que ces derniers ne développent pas leur autonomie et grandissent avec les peurs et traumatismes de leurs parents. Inversement, laisser ses enfants s’aventurer et se tromper leur permet de cultiver leur confiance en eux-même et une bonne estime de soi.

    7. Demandez pardon

    L'importance de demander pardon pour éduquer vos enfants

     

    Nous exigeons de nos enfants qu’ils nous présentent des excuses lorsqu’ils se sont mal comportés. Mais il est rare de voir des parents demander pardon à leurs enfants pour s’être emportés rapidement, pour ne pas avoir tenu promesse, pour avoir levé le ton, ou encore pour ne pas avoir répondu présent à une invitation de l’école…

    Les parents ne sont pas parfaits. Cela arrive parfois qu’ils manquent de respect à leurs enfants. Les enfants aussi apprécient lorsque leurs parents sont capables d’admettre leurs erreurs et demandent pardon.

     

    Nous ne devenons pas parent avec l’arrivée d’un bébé : c’est un processus d’apprentissage complexe. C’est pourquoi il est essentiel de se préparer. Savoir comment nous souhaitons éduquer ses enfants implique de se renseigner sur le sujet et d’adopter une approche commune avec son conjoint.

    Le premier exemple que nous avons en tant que parent c’est notre propre éducation. Pour surmonter les blessures laissées par nos parents, il faut les analyser, et parfois même avoir recours à une aide professionnelle. Cette réflexion fait partie de l’apprentissage nécessaire pour offrir une éducation basée sur le respect et l’amour.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 6 troubles que peuvent provoquer les divorces

    dans la vie des enfants

     

     

     

     

     

     

    Le divorce est une situation imprévue pour n’importe quel enfant. Cependant, cela change complètement la vie des enfants. Les troubles émotionnels qui peuvent affecter les enfants dépendront de la façon dont les parents gèrent la séparation.

    6 troubles que peuvent provoquer les divorces dans la vie des enfants

    En général, les troubles que les divorces peuvent provoquer sont souvent irréversibles. Si nous comptons aussi les préjudices subis par les enfants, le résultat est presque toujours dévastateur. Chez les enfants, les principaux troubles se manifestent dans leur estime d’eux-mêmes et dans leur confiance.

     

    Cette situation peut aussi affecter d’autres aspects de leur vie tels que les études universitaires et, dans certains cas, leur santé. Le divorce est beaucoup plus que la dissolution d’un lien de mariage. Lorsque les parents se séparent, le monde des enfants s’effondre souvent.

    La séparation génère un état de deuil auquel chaque membre de la famille doit faire face. Bien que les experts affirment que les enfants parviennent à s’adapter et à l’assimiler, il est indéniable qu’un divorce ne laisse personne indemne.

    Causes de divorce

    conséquences des divorces pour les enfants

     

    Les causes les plus fréquentes de divorce sont souvent dues aux facteurs suivants :

    • L’infidélité
    • Les problèmes de toxicomanie
    • La violence domestique (physique ou psychologique)
    • L’intolérance et les différences au sein du couple
    • La déception accumulée ou l’insatisfaction personnelle
    • La routine et l’ennui

    Les procédures de divorce

    Les procédures de divorce peuvent se dérouler de différentes manières. Habituellement, il existe deux types de procédures dans une séparation conjugale.

    En résumé, les divorces s’organisent selon les cas, de la façon suivante :

    Divorce d’un commun accord

    C’est la procédure la plus pratique pour les couples qui ont des enfants, car elle affecte beaucoup moins ces derniers. Grâce à ce type de séparation, le couple gère ses désaccords d’une manière plus souple.

    De cette façon, les parents évitent les disputes constantes qui nuisent aux enfants.

    Divorce contentieux

    Dans ce cas, l’un des conjoints ouvre une procédure de divorce en expliquant et en justifiant les raisons de sa demande. Le conjoint n’est généralement pas d’accord avec cette décision et s’y oppose. C’est alors que les conflits commencent.

    C’est pourquoi ce type de divorce provoque plus de répercutions négatives pour les enfants.

    Les troubles que peuvent provoquer les divorces chez les enfants

    troubles que peuvent provoquer les divorces chez les enfants

     

    La capacité des enfants à surmonter les dégâts que les divorces peuvent provoquer est différente dans chaque cas. Cela dépendra dans une large mesure de la façon dont les parents gèrent leur séparation.

    Dans chaque divorce, les troubles causés aux enfants peuvent se manifester à court et à long terme.

    1. Faible estime de soi

    Selon l’âge et les capacités des enfants face à de nouvelles situations, les répercutions sur leur estime de soi peuvent être plus ou moins profondes. En cas de divorce, les enfants peuvent penser qu’ils ne sont pas importants ou que leurs parents ne se soucient pas d’eux.

    C’est parce qu’en général, les parents investissent beaucoup de temps dans le processus de divorce. Par conséquent, l’attention habituelle que tout enfant exige va diminuer automatiquement. Si la relation de l’enfant avec son père ou sa mère qui ne vit plus à la maison se réduit, l’enfant peut se sentir sous-estimé.

    2. Sentiments de culpabilité

    Il faut plusieurs années aux enfants pour surmonter la perte de la coexistence avec l’un de ses parents. Si la communication des parents n’est pas optimale, ils peuvent penser qu’ils sont coupables du divorce.

    Cela peut arriver si les parents n’ont pas la maturité nécessaire pour faire face au conflit et à leurs responsabilités. Par conséquent, les enfants pourront sentir un sentiment d’abandon total.

    Il convient de garder à l’esprit que la participation des enfants dans un divorce les rend également plus vulnérables. Les enfants ne devraient pas être placés dans la position de choisir entre l’un et l’autre parent. Cette décision ne provoquera que des dommages psychologiques aux enfants. Ainsi, ils pourront se sentir coupables de choisir l’un ou l’autre parent.

    3. Dépression

    Très fréquemment, le fait de perdre son style de vie et son pouvoir d’achat à cause d’un divorce provoque généralement de l’incertitude.

    D’une part, les enfants doivent souvent changer de domicile, d’école et quitter leurs amis. C’est alors que peut apparaître la dépression. De plus, ils perdent aussi la sécurité et la confiance qu’ils avaient avec leurs parents à travers les activités familiales.

    D’autre part, il se peut qu’ils soient obligés de vivre avec l’un des parents de manière forcée. Et s’ils passent peu de temps avec l’autre parent, leur comportement peut passer de la dépression à l’hostilité.

    En outre, les enfants auront probablement du mal à accepter la séparation et imagineront souvent des scénarios de réconciliation. Quand cela n’arrive pas, cela peut augmenter leur frustration et leur dépression.

    4. Difficultés à socialiser

    Un autre des troubles que les divorces peuvent provoquer chez les enfants comprend les difficultés sociales. Pendant la séparation, les enfants ne peuvent seulement penser qu’à ce qui se passe chez eux. Cela peut diminuer leur motivation à jouer et à partager avec leurs amis.

    De même, les résultats scolaires et d’autres aspects de leur vie sont souvent affectés. En effet, les enfants sont tellement concernés par la situation familiale qu’ils négligent souvent tout le reste. La difficulté réside à mettre une distance entre le divorce de leurs parents et leur propre vie.

    5. Peur du futur

    Le fait de passer d’un stade de bonheur familial à un stade de séparation peut déstabiliser qui que ce soit. Tout ce que les enfants peuvent imaginer, définitivement, ne comprend pas la perte de l’un de leurs parents. Un processus de divorce génère chez les enfants une grande incertitude sur les événements futurs.

    Cette expérience peut les marquer dans le futur et dans leurs relations personnelles. Ils peuvent avoir très probablement peur de s’engager et même de se marier plus tard. Ils seront certainement influencés par l’expérience vécue avec la séparation de leurs parents et s’en souviendront toujours.

    6. Maladies psychosomatiques

    Parmi les troubles que peuvent provoquer les divorces, il existe aussi le cas de maladies psychosomatiques. Celles-ci peuvent apparaître à la suite du niveau élevé de stress vécu pendant le processus de divorce et à l’anxiété générée par le nouveau mode de vie.

    Autres réflexions

    Les troubles que vivent les enfants dont les parents divorcent ne sont pas une invention, ils se sentent vraiment mal. Face à cela, il est recommandé de demander de l’aide à un professionnel pour gérer les dommages émotionnels provoqués par un divorce. Ce sera aussi un soutien supplémentaire pour aider les enfants à faire face aux changements à venir.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Quand devriez-vous suivre une thérapie de couple ?

     

     

     

     

     

     

    Suivre une thérapie de couple est un acte d'amour véritable pour soi-même et pour la personne que l'on a choisie comme partenaire de vie.

    Quand devriez-vous suivre une thérapie de couple ?

    Lorsque vous commencez à avoir une relation avec quelqu’un, la dernière chose à laquelle vous pensez est d’avoir besoin de l’aide d’un professionnel. Mais le vivre ensemble, l’insécurité, le stress et des centaines d’autres facteurs peuvent causer des problèmes dans votre relation.

    Les disputes commencent, le désintérêt de l’un des membres ou des deux, et le retour à la maison devient une souffrance. En général, la première chose que les gens font est de rechercher un coupable des disputes. Mais le problème fondamental n’est pas abordé et il empire. Certains parviennent quand même à parler et à chercher des solutions de rechange pour aller de l’avant.

    Être honnête sur ce que vous ressentez est la première chose que vous devriez faire. Prenez le temps d’identifier ensemble les causes réelles de cette mauvaise passe du couple. Mettez de côté l’orgueil et l’égoïsme pour que l’amour ne soit pas impacté. Cela semble très simple et facile, mais la plupart du temps cela n’arrive pas vraiment.

    Dans le meilleur des cas, on essaie de demander conseil aux personnes qui sont les plus proches. Mais la plupart des couples finissent par divorcer. Les amis ou les membres de la famille n’ont pas assez d’objectivité ou d’outils pour vous guider. Donc, si vous ne voulez pas mettre fin à votre relation, la consultation d’un psychologue de couple est l’option la plus saine. Et ce qui se passera ensuite, ce sera avec la conscience et la satisfaction d’avoir essayé de faire pour le mieux.

    Quand est-il nécessaire de suivre une thérapie de couple

    1. Accord en commun

    accord mutuel pour la théeapoe de couple

     

    Vous êtes tous les deux décidés à chercher l’aide d’un professionnel.C’est peut-être l’un de vous deux qui l’a proposé. Mais vous devez en être tous les deux être convaincus. Le but commun est de sauver le couple et vous devez être prêts à vous écouter. Sûrement, il y aura des minutes de tension ou de douleur jusqu’à ce que vous trouviez le vrai motif. Mais vous savez aussi que vous êtes là pour retrouver l’ancienne relation. Ou, mieux encore, pour en créer une meilleure.

    2. Difficultés de communication

    La façon dont vous communiquez ou interprétez les messages de votre conjoint peut créer de sérieux problèmes. Et même arriver à un manque complet de dialogue. Le sentiment que l’autre personne n’écoute pas ou ne prend pas en compte les questions se termine dans une relation silencieuse. S’il n’y a pas de communication, il n’y a aucun moyen de savoir ce qu’on ressent ou ce dont on a besoin pour être heureux.

    3. Être seul tout en vivant en couple

    problème de communication pouvant mener à une thérapie de couple

     

    Beaucoup de gens se retrouvent dans une solitude extrême avec un partenaire à leurs côtés. Le manque d’affection ou de communication sont les principaux sentiments. Mais il y a là quelque chose qui ne fonctionne pas et qui ne permet pas le bonheur du couple.

    4. L’arrivée des enfants ajoute des problèmes

    Dans certains couples, lorsque leurs enfants arrivent, la relation change complètement. On dirait deux étrangers qui ne s’entendent pas. Parfois, l’un des membres se sent déplacé ou privé de pouvoir. D’autres mettent toute leur énergie dans les soins du nouveau membre de la famille et oublient leur intimité.

    5. Diminution du désir sexuel

    manque de désir sexuel pouvant mener à une thérapie de couple

     

    Le passage du temps fait souvent des rapports sexuels une procédure de routine accomplie comme une condition obligatoire. Les membres du couple tellement préoccupés par la recherche de développement. Ou bien par l’atteinte d’objectifs personnels que le sexe est relégué au second plan. Il y a l’amour et l’engagement de passer le reste de la vie ensemble, mais pas ce lien nécessaire au lit.

    6. La confiance est perdue

    La confiance est l’un des piliers des relations. Elle peut être perdue par infidélité ou par des mensonges découverts. Si elle disparait, le couple va se disputer probablement tout le temps. Le partenaire peut dire la vérité et même faire tout ce qui est possible pour être heureux. Même si vous arrivez à le croire, vous trouverez toujours une raison d’être méfiante.

    Avantages d’une visite chez un psychologue de couple

    les bénéfices de la thérapie de couple

     

    • Retrouver le désir de partager avec une autre personne.
    • Renforcer le dialogue et retrouver le bonheur de séduire.
    • Prévenir ou résoudre d’autres conflits potentiels qui pourraient survenir plus tard.
    • Empêcher la relation de devenir toxique et de générer des dommages psychologiques pour tous deux.

    Il est important de ne pas laisser passer trop de temps avant de consulter un psychologue de couple pour obtenir des résultats positifs plus rapidement. De plus, déterminez si l’effort en vaut vraiment la peine et s’il s’agit de la personne avec qui vous voulez faire votre vie.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • J’ai été infidèle : comment le confesser ?

     

     

     

     

     

     

    Prendre la décision d'avouer que vous avez été infidèle à votre partenaire peut être libérateur, mais vous devez faire attention à la façon dont vous communiquez et aux détails que vous donnez.

    J’ai été infidèle : comment le confesser ?

    Il n’y a pas de définition exacte et unique de ce que signifie être infidèle. Chaque personne peut l’interpréter d’une manière très différente. De plus, la même situation peut être considérée pour certains comme une infidélité et pour d’autres pas du tout. Le sentiment est plein de subjectivité, de sorte que les réactions peuvent être très différentes selon la victime de l’infidélité.

    Pour cette raison, il est parfois très difficile pour quelqu’un de prendre l’initiative de dire à son partenaire qu’il a été infidèle. On est sûr de vouloir le faire, mais on craint les conséquences pour la relation. Et trouver le bon chemin et le bon moment est une responsabilité très forte. Mais on ne devrait pas laisser passer le temps, ou l’effet peut être bien pire.

    Être infidèle de temps en temps n’est pas la même chose que de maintenir une double vie. Donc, vous devez d’abord être clair sur le genre d’aventure que vous allez raconter. S’il s’agit d’un événement isolé qui a été commis à un moment de faiblesse mais que l’on ne peut plus cacher, certaines mesures doivent être prises pour obtenir l’effet le moins négatif possible. Pensez profondément au bien et au mal que cette nouvelle fera au couple trahi.

    Être infidèle : confession difficile

    Si la décision est sure de faire la confession, alors il y a certaines mesures à prendre pour le faire aussi soigneusement que possible. Ce n’est pas une garantie de pardon ou d’oubli, mais cela peut aider à atténuer le coup.

    1. En parler tout de suite

    vous avez été infidèle ? Parlez-en avec votre conjoint

     

    En parler le plus tôt possible est souvent une question clé. Le monde est petit, disent les grands-mères, et encore plus avec les réseaux sociaux. Par conséquent, vous devez avoir le courage de vous asseoir et dire la vérité même si cela fait mal. C’est mieux avant qu’il ne l’apprenne par quelqu’un d’autre ou par d’autres moyens.

    2. Faire preuve de patience et de soumission

    Armez-vous de toute la patience que vous avez en vous, car la réaction peut être terrible. Les plaintes, les insultes, les pleurs et des centaines d’autres expressions émotionnelles peuvent survenir. Une contre-réaction aggraverait les choses, et la confession vise à rétablir la paix. Vous devez presque en arriver au point d’agir avec soumission et d’accepter ce qui vient sans mettre d’obstacles.

    3. Opter pour la vérité totale

    dites la vérité si vous avez été infidèle

     

    Dire toute la vérité et ne pas essayer de détourner ou de déguiser les événements. Il y aura probablement des demandes de détails et s’il le faut, vous devrez y répondre. Dire encore plus de mensonges ou refuser de suivre de répondre causera plus de colère. Le fait est déjà avoué,  alors le mieux est d’être honnête. La confiance et la relation sont en jeu, il est temps d’ouvrir complètement votre cœur.

    5. Montrer des regrets

    Démontrez que vous reconnaissez votre erreur et faites une analyse des dommages que cela cause à l’un et à l’autre et aussi au couple. Demandez pardon avec l’engagement de ne pas faire un autre faux pas de ce genre à nouveau. Mais ne faites pas de la conversation votre propre drame ou ne vous montrez pas comme une victime. Cela ne fera qu’intensifier encore plus la colère.

    6. Prendre du temps

    besoin de temps après une infidélité

     

    Consacrez à cette discussion le temps et le respect qu’elle mérite vraiment. Ce n’est pas n’importe quelle formalité, mais l’avenir en commun qui est en jeu. Avant d’entamer le dialogue, assurez-vous qu’il n’y aura pas d’interruptions et que cela sera pris au sérieux. Éteignez votre téléphone portable et ne prêtez attention qu’à chaque regard, mot ou geste de votre partenaire.

    7. Prendre du recul

    Vous aurez sûrement besoin de quelques heures, quelques jours ou qui sait combien de temps, pour être seul. Cela vous permettra de digérer l’information, de tenir compte de vos émotions et de réfléchir à la façon de procéder. Cela mérite ce temps pour ne pas être empoisonné par quelque facteur que ce soit. L’infidèle cache alors son orgueil et attend simplement sans invasion ou pression privée.

    Il est clair qu’il est important, en cette ère de compréhension et d’acceptation de l’infidélité, que le coupable n’agisse pas comme un célibataire. Face à la colère de son partenaire ou à toute discussion qui peut survenir avec cette mauvaise nouvelle, l’infidèle devrait se limiter à attendre. Tant qu’il est parmi vos priorités de poursuivre la relation et de regagner la confiance.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique