• 5 façons de se mentir à soi-même

     

     

     

     

     

     

    Vous devez vous demander si vous vous mentez pour vous sentir mieux, ou si simplement vous ne vous rendez pas compte que vous vous voilez la face, car vous le faites de façon inconsciente. Dans tous les cas, il faut y mettre un terme. 

    5 façons de se mentir à soi-même

    Vous est-il déjà arrivé de vous rendre compte que vous étiez en train de vous mentir à vous-même ?

    Vous vous mentez à vous même plus que vous ne le croyez, c’est pourquoi nous parlerons ici des différentes façons de se mentir à soi-même afin que vous soyez plus conscient de votre attitude.

    Cela vous apportera de nombreux bienfaits, car se mentir à soi-même revient en quelque sorte à se limiter. Il est temps de faire tomber les barrières et de cesser de vous mentir.

    Découvrez quels sont les façons de se mentir à soi-même.

    1. Vous confondez besoin et amour

    Couple enlacé

     

    La première façon de se mentir à soi-même est simplement de confondre le besoin avec l’amour.

    Cela est le résultat des croyances autour de ce sentiment. Par moments, vous pensez éprouver de l’amour alors qu’en réalité il s’agit d’autre chose.

    De quoi peut-il s’agir si ce n’est pas de l’amour ? La peur de la solitude, la dépendance émotionnelle, la crainte de ne pas trouver un autre conjoint avec qui partager sa vie…

    Une relation basée sur le besoin se caractérise par la jalousie, la possession, les peurs, l’angoisse et le contrôle… En réalité, vous vous mentez à vous-même. Vous n’aimez pas votre conjoint ; vous avez besoin de quelqu’un à vos côtés.

    2. Vous remettez la faute sur les autres et vous les jugez

    Vous êtes-vous aperçu que vous avez tendance à blâmer et juger les autres, et qu’il y a certaines choses que vous ne supportez pas chez les autres ? Si quelque chose vous tape tant sur les nerfs, il est important que vous commenciez à vous regarder en face.

    Par exemple, si vous jugez la conduite « libertine » d’une personne, il se peut que vous vous réprimiez sexuellement, ce qui ne vous permet pas de profiter et montre que vous vivez soumis à ce que la société dicte comme étant une conduite correcte. Votre intérieur, lui, réclame une vie libre.

    Ou encore, si cela vous énerve que votre conjoint fume dans la maison et pourtant vous ne lui avez jamais rien dit à ce sujet, vous vous mentez à vous même en remettant la faute sur lui. Cela relève de votre responsabilité, car vous ne lui avez pas fait savoir dès le début que cela vous dérangeait.

    3. Vous ne pouvez pas le faire ou vous ne voulez pas ?

    Bonhommes jaunes en papier

     

    Par moments, il vous arrive de vous dire « si je pouvais, je le ferais », ou encore « si je n’avais pas autant de dépenses, je ferais des dons… ». Ces phrases qui expriment une impossibilité de réaliser quelque chose ne sont qu’une tentative de justifier ce que, en réalité, vous ne voulez pas faire.

    Vous vous mentez à vous-même lorsque vous regardez un mendiant dans la rue et vous vous dites que si vous aviez de l’argent vous lui en donneriez. C’est bien cela.

    Vous avez un foyer où vous réfugier, une voiture, un travail qui ne paie pas beaucoup mais vous permet de subvenir à vos besoins.

    Réfléchissez un instant : êtes vous certain de ne pas avoir d’argent, ou vous mentez-vous à vous même pour éviter de faire quelque chose que, dans le fond, vous ne voulez pas faire ?

    Être sincère, quelquefois, peut faire que l’on soit mal vu, ou considéré comme étant une « mauvaise personne ». Toutefois, vous n’avez pas besoin de vous mentir à vous-même.

    4. Les mots prennent le sens qui vous convient le mieux

    Jouer avec le sens des mots est une façon de se mentir à soi-même afin de soutenir des croyances qui n’ont aucun fondement.

    Par exemple, il se peut que vous disiez que l’homosexualité est contre nature, car un couple homosexuel ne peut pas avoir d’enfants.

    Quelqu’un contredit vos propos en disant que, dans ce cas-là, il est également contre nature qu’un couple hétérosexuel décide de ne pas avoir d’enfants.

    Face à cette confrontation mais convaincu de votre croyance, vous ajouterez que les couples hétérosexuels, eux, peuvent décider, ce qui n’est pas le cas des couples homosexuels, et que, par conséquent, l’homosexualité est contre nature, car elle ne répond pas au principe de reproduction.

    5. Vous évitez ce qui ne vous intéresse pas

    Une femme et un homme assis autour d'une table

     

    Voici une autre attitude qui révèle que vous vous mentez à vous-même : vous sortez des phrases telles que « Bon, passons à autre chose », ou encore « Vous avez raison… Saviez-vous que… » lorsqu’une conversation ne vous intéresse pas.

    De la sorte, vous évitez quelque chose contre lequel vous ne pouvez pas lutter et qui vous ouvrirait les yeux.

    Nous nous mentons tous à nous-mêmes à de nombreuses reprises, et la majorité d’entre nous ne s’en rend pas compte. Il est important que nous apprenions à faire preuve d’autocritique, car c’est la seule façon d’apprendre et d’avancer.

    Vivre dans son propre mensonge ne permet pas de s’améliorer en tant que personne.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 comportements qui prédisent l’échec d’une relation

     

     

     

     

     

    Vous ne pouvez pas espérer changer votre conjoint si vous ne lui avez jamais dit auparavant ce qui vous dérange dans son comportement. Cela conduit directement à l'échec de la relation. 

    5 comportements qui prédisent l’échec d’une relation

    Votre relation de couple est terminée, et vous vous demandez pourquoi, car « tout allait bien ». Toutefois, êtes-vous certain que tout allait bien ?

    Certains comportements prouvent qu’une relation est vouée à l’échec.

    Les relations de couple ne se terminent pas du jour au lendemain sans raison apparente. De façon inaperçue, certains comportements affectent la relation.

    Voyons quels sont ces comportements.

    1. Critiquer son conjoint

    Femme qui critique son mari

     

    Critiquer sont conjoint est l’un des premiers comportements qui prédisent l’échec d’une relation. Par exemple, critiquer sa façon de s’habiller, sa façon de se comporter, sa façon de parler, etc.

    Les critiques ont un objectif : changer l’autre. Cela ne marchera jamais. Il s’agit d’une tentative de manipulation de l’autre afin de le transformer en quelqu’un qu’il n’est pas.

    Pour qu’une relation de couple soit saine et solide, il doit y avoir une pleine acceptation de l’autre. Si certaines choses ne vous plaisent pas, vous avez deux options : les accepter ou terminer la relation.

    Critiquer son conjoint pour tenter de le changer n’est pas une option.

    2. L’autre nous méprise

    Votre conjoint se moque de vous ? Il vous humilie par moments ? Si c’est ce que vous ressentez, et vous ne dites rien, alors vous ne faites rien pour arranger la situation.

    Si le comportement de votre conjoint vous fait du mal, mais au nom de l’amour vous ne faites rien et restez dans cette relation, il est très probable que vous souffriez de dépendance émotionnelle, et c’est la raison pour laquelle vous n’êtes pas capable de dire « ceci je ne vais pas le tolérer, je m’en vais ».

    Il est important d’avoir à l’esprit qu’une relation de couple est basée sur le respect. Dans le cas contraire, la relation est vouée à l’échec.

    3. Le coupable est toujours l’autre

    Couple qui se dispute

     

    Remettre toujours la faute sur l’autre, c’est à dire ne jamais assumer sa responsabilité, est le troisième comportement qui conduit à l’échec d’une relation.

    Imaginons qu’une femme se fâche avec son mari car il met les pieds sur la table. Elle l’accuse de cela, alors qu’en réalité, elle ne lui a jamais dit avant ce jour-là que cela la dérangeait, et cela fait deux ans.

    À qui est-ce vraiment la faute ?

    Il est très facile de remettre la faute sur l’autre.

    La femme aurait dû faire savoir à son conjoint depuis le début de leur relation qu’elle n’aimait pas cela, plutôt que de faire en sorte qu’il le « devine ».

    Cette attitude n’est pas correcte. La femme devrait assumer sa responsabilité, et appliquer l’apprentissage dans d’autres occasions.

    4. Le silence et l’indifférence

    Les tentatives de manipuler l’autre au sein de la relation de couple est une attitude très nuisible. Nous parlons ici du silence et de l’indifférence.

    Revenons à l’exemple évoqué antérieurement où l’un des conjoints remet la faute sur l’autre. Cette situation va énerver l’autre qui peut alors décider d’opter pour le silence et l’indifférence pour « punir » son conjoint.

    Cette attitude tente de soumettre l’autre, en plus de le traiter sans aucune once de respect.

    Si votre conjoint tente de vous punir parce que vous avez exprimé votre pensée ou dit ce qui vous dérangeait, c’est le moment de terminer la relation.

    5. Votre conjoint vous oblige à faire certaines choses

    Femme qui ignore son conjoint

     

    Cela est étroitement lié à l’acceptation inconditionnelle dont nous parlions au début.

    Obliger l’autre et exiger certaines choses est un autre comportement qui prédit l’échec de la relation.

    Vous ne pouvez pas obliger votre conjoint à quoi que ce soit. C‘est une personne libre que vous devez respecter sans aucune tentative de manipulation comme bon vous semble.

    Si cela vous arrive, vous devez alors  ré-envisager la relation, car une relation de ce type est est vouée à l’échec. Les attitudes de manipulation sont très nuisibles.

    Avez-vous fait l’expérience de ces comportements qui prédisent l’échec d’une relation ? Les détecter à temps vous permettra d’y mettre un point final avant que la situation ne vous fasse encore plus de mal.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les différences entre l’abus sexuel et le viol

     

     

     

     

     

     

    L'abus sexuel et le viol ne soient pas synonymes, mais dans les deux cas, la victime est contrainte de subir des actes sexuels contre sa volonté.

    Les différences entre l’abus sexuel et le viol

    L’abus sexuel et le viol sont deux termes qui sont parfois utilisés comme s’ils étaient synonymes. Cependant, en nous attachant aux différences qu’ils contiennent, nous pourrons jeter un peu de lumière sur ces deux réalités qui, malheureusement, sont très présentes aujourd’hui.

    Tant dans les cas d’abus sexuels que de viol, la victime peut souffrir de troubles tels que le stress post-traumatique, une baisse de l’estime de soi et un sentiment d’impuissance pour toute sa vie.

    Examinons les abus sexuels et le viol séparément.

    Le viol, des rapports sexuels forcés

    viol

     

    Le viol suppose des rapports sexuels forcés, dans lesquels il y a pénétration. Par la force ou l’intimidation, la victime est soumise à des rapports sexuels contre son gré.

    • Le viol peut se produire de trois façons différentes: par voie orale, anale ou vaginale.
    • Il n’ y a pas nécessairement besoin d’une pénétration en utilisant seulement les parties génitales, mais aussi des objets ou d’autres parties du corps, comme les doigts.

    Bien que le viol ne soit pas un rapport sexuel consenti, le violeur ne cherche pas toujours à obtenir une satisfaction sexuelle.

    Dans certains cas, il cherche uniquement à exhiber son pouvoir, à soumettre une autre personne pour jouir du sentiment de pouvoir, ou il peut être attiré par l’idée de dominer quelqu’un contre sa volonté.

    L’important, c’est que le sexe tourne autour du viol et qu’il est utilisé comme outil pour parvenir à une fin. Il peut s’agir de rechercher le plaisir, de dominer ou de soumettre.

    Abus sexuels dans le couple

    abus sexuel

     

    Bien que cela puisse être choquant, l’abus sexuel existe aussi au sein du couple. Dans ce cas, il n’ y a pas de force physique ou d’agression, mais de la tromperie et de la manipulation.

    Le but est que l’autre personne fasse des choses qui permettent à l’agresseur de s’exciter. Par exemple, par coercition, vous pouvez lui demander de vous envoyer une photo sur votre téléphone portable.

    De plus, la personne qui abuse sexuellement d’une autre personne peut utiliser le toucher et le frottement pour rendre sa victime nerveuse. Bref, il la harcèle.

    Quelle est la relation entre l’agression sexuelle et le partenaire ? Par exemple, forcer le couple à faire une fellation quand ils ne veulent pas faire cette pratique.

    De plus, il y a une pratique appelée « stealthing » qui consiste à retirer le préservatif lors des rapports sexuels consentis sans que l’autre personne le sache.

    C’est considéré comme un abus sexuel.

    Les abus sexuels et le viol ne sont pas une paraphilie.

    On peut souvent penser que l’abus sexuel et le viol commis par certaines personnes contre d’autres est une sorte de paraphilie. Cependant, cela pourrait aller plus loin.

    Les traumatismes subis pendant l’enfance ou une forme quelconque de mauvais traitements qui ne sont pas pas reconnus peuvent amener certaines personnes à chercher la domination et la violence contre les autres.

    D’une façon ou d’une autre, ils mettent en lumière les problèmes qui les tourmentent, mais qu’ils ne savent pas comment traiter de façon plus saine. Par exemple, en consultant un psychologue.

    Cela arrive souvent parce que la plupart des gens ont tendance à nier les événements les plus douloureux et à les avoir profondément marqués. Quoi qu’il en soit, même si vous voulez les voir, ils sont toujours là.

    Actuellement, les viols sont souvent passibles de peines d’emprisonnement allant de 6 à 12 ans pour une personne qui en agresse sexuellement une autre.

    Cependant, l’abus sexuel n’est pas punissable de 4 à 10 ans, selon le type d’abus.

     

    Ce qui ne fait aucun doute, c’est que la victime est celle qui sort le plus mal.

    Les séquelles psychologiques, la peur et l’insécurité qui en résultent peuvent transformer la manière dont elles se rapportent aux autres.

    Il faut de nombreuses années pour qu’une victime d’agression sexuelle ou de viol se rétablisse, malgré le fait qu’elle consulte des psychologues et reçoive divers traitements.

    Certains ne s’en remettent jamais. Ce qui s’est produit laisse une empreinte si profonde qu’elle continuera à les affecter pour le reste de leur vie.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Que regrettons-nous généralement avant de mourir ?

     

     

     

     

     

    Avant de mourir, il ne sert à rien de regretter de ne pas avoir fait ce qu'on voulait, et cela peut être évité seulement si l'on y pense tant qu'on est vivant.

    Que regrettons-nous généralement avant de mourir ?

    Avoir des regrets avant de mourir est une chose que de nombreuses personnes ayant approché la mort ont expérimentée. Une sensation de vide, le désir de retourner en arrière pour pouvoir profiter davantage du temps passé.

    Cependant, il s’avère que c’est seulement lorsque nous sommes près de la mort que nous prenons conscience de la valeur de la vie. Malgré tout, ça ne vaut pas la peine d’attendre d’en arriver à une telle situation.

    Nous pouvons éviter d’avoir des regrets avant de mourir.

    Avoir des regrets avant de mourir ne sert à rien

    Avoir des regrets avant de mourir est une chose qui ne sert à rien. Cependant, pour que cela soit bien clair, nous allons parler des choses qui nous font le plus regretter.

    Les écrire sur une feuille pour ainsi ne pas les oublier nous évitera de vivre en mode pilote automatique sans prêter attention aux choses qui pourraient nous faire regretter dans le futur.

    Découvrons-les.

    1. Je n’ai pas eu la vie que je voulais

    C’est l’un des regrets les plus courants, qui provient du manque d’assurance dans la prise de décisions et le choix de vivre la vie que l’on souhaite.

    À cause de la recherche d’une approbation extérieure, à cause des « attention, c’est dangereux »« ça ne vaut pas la peine que tu dépenses autant d’argent pour ça »« es-tu sûr que cette idée va fonctionner ? », de nombreuses insécurités jaillissent, qui nous font faire des pas en arrière.

    De plus, combien de personnes ont suivi les études qu’attendaient leurs parents ? Combien ont travaillé dans le domaine où il y avait le plus de débouchés ? Pourtant, rien de cela ne les a rendus heureux.

    Peur du regard extérieur

     

    Nous accordons trop d’importance à ce que les autres pensent de nous et ainsi nous ratons des occasions de vivre la vie telle que nous la rêvons.

    2. J’ai trop travaillé

    Une autre des choses que les gens regrettent le plus est d’avoir vécu pour travailler au lieu d’avoir travaillé pour ainsi pouvoir vivre.

    Le travail peut rapidement devenir une priorité dans la vie de nombreuses personnes, qui laissent de côté leur famille ainsi que leurs amis.

    Avec le temps, elles se rendent compte qu’elles n’ont pas vu grandir leurs enfants, que leur relation de couple s’est estompée à cause de la grande quantité de temps passée séparément et que, comme elles n’ont pas pris soin de leurs amitiés, elles n’ont plus d’amis.

    Les relations personnelles sont quelque chose de très précieux pour tous les êtres humains. Il faut donc leur donner la priorité. Le travail est important, mais forger des relations solides l’est encore davantage.

    3. J’aurais dû faire plus de folies

    Regarder en arrière et découvrir combien de folies nous sont passées par la tête mais que nous n’avons pas faites par peur, par manque d’assurance, ou parce que nous nous donnions de fausses excuses pour nous auto-limiter esquisse sur notre bouche une grimace amère.

    Nous voulions faire du saut à l’élastique à l’époque ? Pourquoi n’avons-nous pas pris notre sac à dos pour aller parcourir le monde en solitaire comme nous le désirions ?

    Tous les désirs non accomplis constitueront un motif de regret lorsque nous serons sur notre lit de mort.

    Femme triste

     

    Les folies ne sont rien de plus que le fait d’oser sortir de notre zone de confort. Cette zone si confortable et sûre, mais qui en même temps nous limite tellement.

    Nous ne vivons qu’une seule fois, alors, pourquoi ne pas le faire de façon intense ?

    4. Si seulement j’avais exprimé mes sentiments

    Dès l’enfance, on nous apprend à réprimer ce qu’on ressent. Ne pas pleurer en public, ne pas trop lever la voix, garder son calme…

    Tout cela fait qu’une fois le moment venu, nous ne sommes plus capables de donner libre cours à nos émotions dans l’intimité de notre propre foyer.

    Il est important d’apprendre à exprimer ce que nous ressentons, de comprendre nos émotions et de savoir aussi les gérer de façon appropriée.

    « Pourquoi je ne lui ai pas dit que je l’aimais ? », « si seulement j’avais versé toutes ces larmes qui m’auraient libéré »… N’attendons pas que la fin arrive pour mener tout cela à bien.

     

    Maintenant que vous savez ce que nous regrettons généralement avant de mourir, il est temps de changer votre façon de vivre.

    C’est seulement ainsi que demain vous pourrez fermer les yeux avec le sourire aux lèvres, satisfait de la façon dont vous aurez vécu durant toutes ces années.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 3 erreurs fatales à ne pas commettre après une rupture

     

     

     

     

     

    Bien qu'il ait fait partie de notre vie, après la rupture nous ne pouvons pas prétendre maintenir la même relation avec notre ex-partenaire. Sinon il sera impossible de tourner la page.

    3 erreurs fatales à ne pas commettre après une rupture

    Nous faisons tous beaucoup d’erreurs desquelles il nous faut absolument apprendre. Malheureusement, il y en a certaines, très négatives, dont nous ne sommes même pas conscients à la fin d’une relation de couple.

    Certaines erreurs sont inévitables. Les émotions nous jouent toujours de mauvais tours. Mais cela dépend aussi beaucoup des circonstances dans lesquelles la relation s’est terminée.

    Parce que ce n’est pas la même chose de mettre fin à une relation où l’amour n’est plus là et où la passion s’est définitivement éteinte. Et une relation où si la décision a été prise à la suite d’une infidélité ou suite à une déception très douloureuse.

    Aujourd’hui nous allons découvrir 3 erreurs que nous faisons à la fin d’une relation. Se familiariser avec elles et y réfléchir nous permettra de ne pas les commettre à nouveau et de voir cette situation pénible sous un nouvel angle.

    Erreur 1 :  Vous n’êtes pas capable de tourner la page

    couple en rupture

     

    L’une des plus grandes erreurs que vous pouvez faire après une rupture est de considérer encore votre ex comme quelqu’un d’important et encore présent dans votre vie.

    Il est difficile de se détacher de quelqu’un avec qui on a partagé des expériences et peut-être même plusieurs années de sa vie. Vous vous êtes habitué à sa présence et vous avez tous deux adopté certaines routines. Maintenant qu’il-elle est parti-e, vous vous sentez comme sur une corde raide.

    Cependant, plus vite vous tournerez la page, mieux ce sera. Vous devez accepter que la relation soit terminée. Qu’il n’ y a pas de retour en arrière et que votre vie va continuer. Vous avez encore tant de choses à vivre!

    Rester ancré dans le passé va vous faire souffrir en vain et vous empêchera de continuer à profiter de la vie. Alors, sachant cela, comment pouvez-vous agir pour changer cette situation ?

    • Maintenant, vous avez du temps pour vous, alors profitez-en. Faites tout ce que vous n’avez pas pu faire avec votre partenaire. Cherchez de nouveaux passe-temps. Passez plus de temps avec vos amis et votre famille.
    • Adoptez de nouvelles habitudes comme faire une promenade ou un jogging tôt le matin. Prenez peut-être un café seul dans le bistrot que vous aimiez tant, en lisant le journal… Peu importe !
    • Pensez à vous, prenez-soin de vous, et tant pis pour le reste! C’est une erreur de croire que votre ex-partenaire veillera toujours sur vous. Pourquoi ne pas commencer à faire attention à vous ? On peut être sûr que vous vous êtes un peu oublié vous-même quand vous sortiez avec lui.

    Erreur 2 : Vous attendez toujours quelque chose de votre ex-partenaire

    femme en train de lire

     

    À la fin d’une relation, vous ne vous en rendez peut-être pas compte, mais vous continuez à attendre quelque chose de votre ex-partenaire.

    Une petite preuve que votre ex vous aimait vraiment quand il était avec vous. Qu’il a l’intention de garder le contact ou qu’il tient encore à vous.

    Ce n’est rien de plus que la grande peur que vous avez de casser définitivement ce lien qui  n’existe plus. La grosse erreur d’attendre quelque chose de l’autre, c’est que vous ne lui donnez pas le temps dont il a besoin pour vivre son deuil.

    Vous continuez à lui parler, vous partagez vos sentiments avec lui. Et, sans vous en rendre compte, vous le submergez, vous l’angoissez.

    Vous avez clairement besoin de vous confier à quelqu’un qui vous comprend. Cependant, vous avez tous les deux besoin d’être seuls, pour pouvoir avancer chacun de votre coté.

    Rappelez-vous que votre ex-partenaire n’ a peut-être aucune envie de vous écouter. Posez-vous la question: « Et s’il-elle faisait la même chose, est-ce que ça ne me dérangerait pas? »

    Gardez tout cela à l’esprit, parce que peut-être votre désir d’attendre quelque chose est le résultat de la tristesse que cette relation ait pris fin.

    Erreur 3. Votre ex est le sujet principal de vos conversations
    soutien

    Une autre grosse erreur à la fin d’une relation est de continuer à prendre votre ex comme sujet principal de toutes vos conversations.

    Bien sur, vous avez besoin  de vous défouler et d’en parler. Mais répéter mille et une fois ce que les autres savent déjà? Se plaindre encore et encore de ce qui ne peut être réparé ?

    Au contraire, cela vous empêche de surmonter la rupture, tout en gardant présent à l’esprit en permanence quelqu’un qui ne fait plus partie de votre vie. En tous cas, pas de votre vie de couple.

    Une autre façon de garder votre ancien partenaire présent est de vous accrocher à tout ce qui vous fait penser à lui. Une grave erreur qui ne peut que faire perdurer votre douleur.

     

    Avez-vous fait une de ces erreurs à la fin d’une relation ? Essayer de ne pas tomber dedans pour réduire le temps de de faire le deuil de la séparation.

    Arrêtez de vous accrocher à quelque chose qui est terminé. Cela ne fait que vous faire du mal.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Conseils pour passer une journée pleine de motivation et de joie

     

     

     

     

     

    Le bonheur est quelque chose de personnel, un concept subjectif qui dépend de chaque personne et de son contexte. Cependant, dans tous les cas, le bonheur est un choix.

    Conseils pour passer une journée pleine de motivation et de joie

    Quand nous étions petits, tout nous semblait beaucoup plus facile et amusant. Cependant, au fur et à mesure que nous grandissons, notre chemin à travers la vie nous fait oublier nos rêves.

     

    Au fil du temps, nous nous programmons et tombons dans le cercle vicieux du confort.

    De cette façon, nous devenons esclaves de la routine. Nous perdons de vue ce qui est important pour pouvoir réaliser une vie pleine de bonheur et de satisfaction.

    Cependant, chacun d’entre nous a le pouvoir de déterminer sa propre humeur et le cours de sa vie.

    L’humeur détermine la direction de votre vie. Vous décidez dans quel état d’esprit vous désirez être, par conséquent, vous êtes le capitaine de votre propre bonheur.

    -Alfredo Culebro-

    Bonheur, joie et motivation

    bonheur, joie et motivation

     

    Matthieu Ricard, l’homme le plus heureux du monde, définit le bonheur comme «la profonde sensation de sérénité et de plénitude».

    Ricard dit que n’importe qui peut trouver le vrai bonheur, que l’on atteint par la sagesse, l’altruisme, la compassion, laissant de côté les «toxines mentales», c’est-à-dire la haine, la cupidité et l’ignorance.

    De même, dans Le Livre de la Joie, le Dalaï Lama affirme que les êtres humains eux-mêmes créent des conditions qui détruisent la joie et le bonheur en raison des tendances négatives de l’esprit, de la réactivité émotionnelle ou de l’incapacité à apprécier et utiliser nos ressources internes.

    D’un autre côté, tout comme l’être humain a le pouvoir de nourrir sa propre souffrance, il a aussi la capacité de générer plus de joie.

    Selon le Dalaï Lama, la clé du bonheur réside dans la gestion interne, qui inclut les attitudes et les réactions que nous avons et appliquons dans la vie quotidienne.

    Aussi, un élément fondamental pour atteindre nos objectifs d’être heureux est la motivation.

    Ricard, mentionné antérieurement, soutient que l’être humain a la capacité de se suggérer à soi-même la sensation de joie, de plaisir et de bonheur quand il le veut.

    Cependant, si notre objectif est altruiste ou sincère, il sera beaucoup plus probable de profiter avec passion de ce que nous faisons tous les jours et de partager cette attitude auprès des autres.

    Que faire pour vivre plus heureux ?

    Michael Fordyce était l’un des pionniers de la psychologie positive, qui se base sur des méthodes et des activités qui visent à améliorer les sentiments, les comportements et les cognitions positives.

    Il a été le créateur d’un programme appelé « 14 principes de base du bonheur ».

    Ce programme vise à amener les personnes à appliquer chacun des principes caractéristiques des gens heureux, afin qu’ils puissent aussi être heureux.

    Ces 14 états sont les suivants :

    • Être plus actif et restez occupé
    • Se socialiser plus longtemps
    • Être productif dans un travail significatif
    • Savoir organiser et planifier
    • Éviter de s’inquiéter
    • Diminuer les aspirations et les attentes
    • Développer une pensée optimiste et positive
    • Vivre dans le présent
    • Travailler sur une personnalité saine
    • Promouvoir une personnalité extravertie et sociable
    • Être soi-même
    • Éliminer les sentiments et les problèmes négatifs
    • Les relations proches sont le nombre de ressources du bonheur
    • Valoriser le bonheur

    En plus des principes du programme Fordyce, d’autres aspects importants doivent être pris en compte. Dans cet article, nous en résumons les principaux éléments suivants :

    Prenez soin de votre santé physique et psychologique

    prendre soin de sa santé physique et psychologique pour être heureux

     

    Il faut considérer que les causes de l’apathie peuvent aussi être provoquées par des maladies, des problèmes thyroïdiens, le stress, des désordres chimiques et psychologiques, la consommation de médicaments ou même la ménopause.

    En outre, il est essentiel de consacrer du temps à l’activité physique, car les effets sur le corps sont innombrables. Par conséquent, prendre soin de notre corps est l’une des clés pour vivre avec motivation et joie.

    Évitez la jalousie

    La jalousie apparaît généralement quand on est trop concentré sur l’aspect matériel et, par conséquent, il est impossible de maintenir une tranquillité mentale. En fait, la jalousie a pour effet de corrompre tout type de relation, en détruisant l’esprit et la santé.

    Pour cette raison, il est important de cultiver des émotions qui produisent la joie et la tranquillité d’esprit telles que la connaissance ou l’expérience. De cette façon, notre concentration sera dirigée vers la prise en charge de nos valeurs authentiques.

    Profitez d’émotions positives

    Profitez d'émotions positives pour être heureux

     

    Toutes les émotions ont une fonction positive, car elles permettent la connaissance de soi.

    Cependant, les émotions positives comme le pardon, l’espoir, la générosité et la gratitude aident à neutraliser les émotions négatives. Elles provoquent non seulement du plaisir, mais améliorent aussi les capacités personnelles, intellectuelles, physiques, psychologiques et sociales.

    Accepter des expériences douloureuses

    Les émotions négatives seront toujours inévitables dans la vie puisque nous serons exposés à la perte, aux erreurs et aux échecs.

    Cependant, le bonheur n’est pas seulement l’absence de souffrance, mais dépend aussi de l’équilibre des émotions positives et négatives.

    Par conséquent, en acceptant les expériences douloureuses, la maîtrise de soi et la flexibilité psychologique seront renforcées et nous permettront de grandir malgré les difficultés.

     

    En conclusion, atteindre la motivation et la joie qui nous mènent au bonheur exige de la volonté, de l’effort et du travail. Cependant, vivre avec joie signifie vivre plus longtemps et, pour cette raison, cela vaut la peine d’essayer.

    Il existe 5 types de bonheur différents que vous pouvez éprouver dans diverses situations, auxquelles vous n’auriez peut-être pas pensé. Pensiez-vous qu’il n’existait qu’une sorte de bonheur ?

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Apprenez à fixer des limites dans vos relations personnelles

     

     

     

     

     

    Lorsque nos relations personnelles nous mettent mal à l'aise, il faut apprendre à fixer des limites, à nous affirmer par rapport aux autres et penser un peu plus à nous-mêmes.

    Apprenez à fixer des limites dans vos relations personnelles

    Vous vous demandez si vous avez tendance à établir des limites dans vos relations personnelles ? La réponse la plus probable sera « non ».

    Pourquoi est-ce ainsi ? Parce que vous considérez la plupart du temps qu’être dans une relation, cela consiste à tout donner aux autres, à prendre le risque que l’on vous fasse du mal, et parfois à vous mettre en réel danger.

    Imposer des limites dans vos relations personnelles ne vous empêchera pas d’avoir des relations saines comme vous l’avez fait jusqu’à présent. De plus, cela va même les encourager.

    Parce que à partir du moment où vous ne fixez pas de limites, vous ouvrez une porte à tous les manipulateurs, les gens toxiques et les vampires émotionnels. Ils entrent dans votre vie et vous la rendent impossible, et en plus, ils vous font souffrir.

    Etablir des limites dans vos relations personnelles, pourquoi est-ce si difficile ?

    S’il est difficile pour vous d’établir des limites dans vos relations personnelles, c’est parce qu’il y a en nous tous de nombreuses peurs et insécurités, favorisées par différentes idées que l’on vous a inculquées.

    Par exemple, une faible estime de soi peut vous faire vous sentir inférieur aux autres et, par conséquent, vous mener à subir des humiliations, des insultes et des manipulations.

    Vous ne mettez pas de limites à cela, parce que vous pensez que vous le méritez.

    femme triste dont les autres se moquent

     

    Vous avez peut-être aussi peur d’entrer en conflit avec les autres et vous craignez qu’ils vous désapprouvent ou cessent de vous aimer.

    De cette façon, vous ne prenez pas votre place et vous vous montrez toujours prêt à faire plaisir.

    Malgré tout cela, on peut être sûr que le plus gros problème n’est pas que vous ayez une faible estime de vous-même ou que vous ne vouliez pas entrer en conflit avec quelqu’un, mais que vous ne savez pas comment fixer des limites dans vos relations personnelles.

    On ne nous apprend pas à nous affirmer, ni à communiquer, ni à défendre nos propres besoins. C’est pourquoi nous devons apprendre par nous-mêmes. Mais comment ?

    • Commencez à dire « non » à tout ce que vous n’avez pas envie de faire ou à ce pour quoi vous n’avez pas le temps. Peu importe ce que les autres en diront, s’ils seront fâchés ou pas. Mettez en avant ce dont vous avez envie.
    • Utilisez le « je » pour exprimer ce que vous ressentez ou ce que vous voulez. Par exemple, »Je suis trop fatigué pour assister à cette réunion ». Ne trouvez pas d’excuses comme « Je dois me lever tôt le matin » ou « Ma voiture est en panne ». Soyez clair et direct.
    • Ne vous excusez pas à chaque fois que vous exprimez ce que vous voulez. Par exemple, remplacez la phrase : « Je suis désolé, mais je préfère être à la maison » par la phrase : « Je préfère être à la maison ».
    • Ne vous justifiez pas lorsque vous exprimez une opinion ou prenez une décision. Vous n’en avez pas besoin, même si les autres le prennent mal. Vous devez vous faire confiance.

    Apprenez à être vous-même

    Pour établir des limites dans vos relations personnelles, vous devez parfois réapprendre à redevenir vous-même. A vous faire confiance, à cesser de tout faire pour que les autres vous aiment et à oublier de toujours demander leur approbation.

    Bien sur, c’est très difficile, parce que depuis que nous sommes enfants, on nous apprend à plaire aux gens qui nous entourent.

    Cependant, de petits choses comme dire « non » et empêcher quelqu’un de vous manipuler en refusant de faire ce qu’il vous demande, peuvent vous aider.

    homme mettant des limites

     

    Cependant, quel est le bon moment pour fixer des limites dans vos relations personnelles ? La réponse est simple : « quand vous vous sentez mal ».

    Quand quelqu’un vous pompe votre énergie ou vous met mal à l’aise, voilà le moment précis où il être attentif parce que c’est peut-être là où il faut commencer à fixer des limites.

    Cela se produit dans tous les types de relations. Dans les relations avec la famille, les amis et les partenaires.

    Il est donc important de vous montrer tel que vous êtes

    Refuser de faire quelque chose quand on ne veut pas le faire, s’exprimer sans se sentir coupable ou honteux si les autres nous voient mal, cesser de se justifier constamment…

    Nous devons apprendre à rechercher notre bien-être et cela ne dépend pas des autres, mais de nous-mêmes.

    Commençons donc à voir ce que nous pouvons changer. Comment nous pouvons apprendre à être plus affirmatifs pour éviter d’être manipulés et comment exprimer ce que nous voulons sans nous sentir coupables ou avoir peur de la réaction des autres.

    Alors, quand allez-vous commencer à fixer des limites dans vos relations personnelles ? N’attendez plus !

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment font les couples qui surmontent une infidélité ?

     

     

     

     

     

    Les couples qui surmontent une infidélité sont capables d'en parler par la suite sans rancœur et se soutiennent pour que leur couple continue d'avancer.

    Comment font les couples qui surmontent une infidélité ?

    Les couples qui surmontent une infidélité sont fortement minoritaires, car la majorité des gens n’est pas capable de pardonner une telle situation.

    L’infidélité se situe à différents niveaux. On ne peut comparer une relation parallèle, même avec des enfants, avec une relation sexuelle ponctuelle. Toutefois, cela dépend également de la perception de chacun.

    La jalousie et l’insécurité surgissent face à ce fait, puis ces sentiments laissent place à la rancœur et à l’impossibilité de pardonner l’autre personne.

    Les couples qui surmontent une infidélité choisissent d’être heureux

    Les membres d’un couple qui surmontent une infidélité ont tendance à parfaitement se connaître eux-mêmes, mais également à connaître l’autre et à avoir confiance en lui.

    La communication est extrêmement importante. Nous parlons de communication sincère, dans laquelle il n’y a pas de reproches, mais l’expression des sentiments et des émotions qui nous abordent.

    Lorsqu’il est question d’infidélité, nous avons tendance à nous énerver, à reprocher à l’autre ce qu’il a fait et ne pas lui laisser l’opportunité de parler.

    Nous en souffrons, c’est certain, mais les couples qui surmontent une infidélité se sont parlés, ont communiqué et ont trouvé des solutions.

    Il est fort probable que de nombreuses personnes croient que ce type de couple se fourvoie, mais il n’y a rien de plus éloigné de la réalité. Les couples qui surmontent une infidélité sont honnêtes avec eux-mêmes.

    Une fois qu’ils entament une conversation avec l’autre et qu’ils ont exprimé leurs sentiments, c’est le moment de prendre une décision et les deux partenaires le font de manière consciente.

    Est-ce que j’ai envie de rester avec cette personne ? Suis-je capable de lui pardonner ? Est-ce que je pense être incapable de commettre une telle erreur ? Vais-je continuer à avoir confiance en mon partenaire ?

    Les couples qui surmontent une infidélité sont capables de répondre sincèrement à ces questions. Il n’existe pas une bonne et une mauvaise réponse. Nous ne pouvons pas toujours pardonner une infidélité et ce n’est pas grave.

    Ce qu’il faut, c’est être sincère et prendre une décision. Car bien souvent, par peur, manque d’assurance ou fourvoiement, nous poursuivons cette relation plein de rancœur. Et il n’y a que deux options : soit nous pardonnons réellement, soit nous ne le faisons pas.

    Ils accueillent l’infidélité comme une opportunité pour grandir

    couple face au coucher de soleil

    Les couples qui surmontent une infidélité, en plus d’être sûrs d’eux de pouvoir pardonner à l’autre, sont capables de voir cette situation comme une opportunité de grandir.

    Rappelons l’importance de communiquer ; les couples qui surmontent une infidélité communiquent, beaucoup. De plus, ils parlent de l’infidélité sans craintes et sans peurs pour ainsi pouvoir l’accueillir comme une opportunité de grandir.

    Ces couples arrivent à voir les problèmes, le précédent manque de communication et certaines actions qu’ils ont faites et qu’ils doivent améliorer.

    Par exemple, il est possible qu’il y ait eu de l’angoisse dans la relation, une crainte que l’autre soit infidèle (la peur excessive devient parfois réalité), le manque de sincérité sur le type de relation qu’ils voulaient avoir, etc.

    Peut-être que l’infidélité dérivera sur une relation autre que la monogamie. Peut-être qu’elle aidera à résoudre des petites incertitudes que ont provoqué l’explosion de tous ces problèmes.

    Or, il faut parler de tout cela, et si nous n’acceptons d’aucune manière une relation ouverte, par exemple, ou que nous pensons que l’autre personne essaie de nous faire culpabiliser de ce qu’elle a fait, alors il vaudra mieux mettre un terme à la relation.

    L’importance d’assister à une thérapie de couple

    L'importance d'assister à une thérapie de couple

    Les couples qui surmontent une infidélité, ont parfois besoin de l’aide d’un professionnel qui sache les guider sur le bon chemin pour ne pas se perdre dans le processus.

    Or, comme nous l’avons dit, il n’y a pas de rancœur dans ces couples, ni de récriminations, et encore moins un manque de respect.

    Savoir gérer les émotions de la bonne manière et savoir communiquer efficacement sont les éléments clés pour qu’un couple arrive à surmonter une infidélité.

    Tout le monde n’est pas capable de surmonter une infidélité.

    Les personnes qui sont capables de le faire, peuvent se sentir bien avec une personne avec qui elles ne peuvent reconstruire les piliers de leur relation à cause de certains facteurs.

    Le plus important, c’est de ne pas se mentir, d’être sincères et honnêtes avec nous-mêmes. Pouvons-nous et savons-nous pardonner quelque chose de ce type ?

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Restez-vous avec votre partenaire par chagrin,

    par culpabilité ou par peur ?

     

     

     

     

     

    Si vous restez avec votre partenaire par chagrin, vous devriez peut-être vous demander si c'est la meilleure chose faire pour les deux, ou si vous devriez mettre fin à la relation.

    Restez-vous avec votre partenaire par chagrin, par culpabilité ou par peur ?

    Si vous restez avec votre partenaire par chagrin, par culpabilité ou par peur, il est temps pour vous de vous demander ce que tout cela vous apporte

    Vous n’êtes très probablement pas heureux si votre relation n’est pas basée sur l’amour, quand cela devrait être le cas.

    Parfois, les relations de couple provoquent de la douleur et la culpabilité.

    Nous pouvons nous sentir coupables de nombreuses choses car si notre partenaire est une très bonne personne et nous aime beaucoup, il est difficile de mettre fin à la relation et de lui faire du mal.

    D’un autre côté, la peur est un autre facteur. Dans ce cas, il s’agit de situations d’abus ou même de certaines craintes qui nous incitent à poursuivre cette relation.

    Par exemple, si nous souffrons de dépendance émotionnelle.

    Rester avec son partenaire par chagrin et culpabilité

    rester avec son partenaire par chagrin et culpabilité

    Si vous restez avec votre partenaire parce que vous ressentez du chagrin et de la culpabilité à mettre fin à la relation, vous devez savoir que même si vous n’en êtes pas conscient, vous lui faites beaucoup plus de mal.

    Cette personne ne mérite pas d’être avec quelqu’un qui n’est pas totalement honnête avec elle. Parce que vous ne l’aimez plus, vous voulez la quitter, mais la culpabilité et le chagrin vous empêchent de le faire.

    Les êtres humains ont le grand pouvoir d’être empathique, ce qui peut jouer en notre faveur, mais aussi en notre défaveur. Si on veut rompre avec notre partenaire, il est possible que ses pleurs et sa tristesse nous rendent mal à l’aise.

    C’est quelque chose que tout le monde veut éviter, cependant, cela est normal et ne devrait pas être un obstacle pour prendre une décision qui, en réalité, sera bénéfique à tous les deux.

    • D’une part, vous arrêterez d’être avec quelqu’un par tristesse et vous cesserez de poursuivre une relation basée sur la culpabilité, et non sur l’amour.
    • D’un autre côté, vous permettrez à cette personne d’être libre de vivre un véritable amour.

    Bien que l’on puisse penser que dans les ruptures, on perd toujours, c’est souvent le contraire.

    Rester avec son partenaire par peur

    rester avec son partenaire par peur

    Il est très différent de poursuivre une relation avec son partenaire par tristesse plutôt que par peur.

    En effet, quelle est l’origine de cette peur ? Peut-être avez-vous annoncé votre intention de vous séparer et reçu des menaces ?  Vous avez peur d’être frappé car vous subissez cela habituellement ?

    Face à ces situations, la peur peut vous paralyser. Cependant, il est très important de réunir tout votre courage pour mettre fin à cette situation.

    Si ce n’est pas la peur qui vous pousse à rester avec votre conjoint, mais le fait de rester seul et de ne pas trouver d’autre partenaire, alors nous pouvons parler de dépendance affective.

    C’est un problème qui affecte une grande partie de cette société et pour lequel une aide professionnelle est nécessaire. Vous découvrirez comment, en réalité, vous n’avez besoin de personne pour être heureux et comment vous pouvez mettre fin à cette relation sans avoir peur de quoi que ce soit.

    Mettre fin à une relation

    mettre fin à une relation

    Si vous restez avec votre partenaire par chagrin, par culpabilité ou par peur, il est important que vous sachiez que vous devez mettre fin à la relation. En fait, c’est la seule issue qui peut être bénéfique.

    Ces 3 sentiments réunis provoqueront non seulement plus de problèmes avec votre partenaire, mais aussi que la relation devienne très toxique.

    Tout cela parce que nous évitons de mettre fin à une relation.

    Nous devons être clairs sur le fait qu’il est naturel de ressentir du chagrin, de la culpabilité ou de la peur, mais toutes ces émotions ne peuvent pas nous accompagner si nous ne le leur permettons pas.

    C’est notre devoir de les affronter, car c’est seulement de cette manière que nous cesserons d’être dans une relation qui n’a aucun sens. Nous ne permettons ni à notre partenaire, ni à nous-même d’être heureux.

    Si vous restez avec votre partenaire par chagrin, par culpabilité ou par peur, dites-vous que cette situation ne bénéficie à aucun des deux membres du couple et vous verrez qu’en réalité, cela vous fait beaucoup plus de mal.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Etre entouré mais se sentir seul malgré tout

     

     

     

     

     

    Si vous vous sentez seul, cela est probablement dû au fait que vous ne savez pas comment socialiser avec les gens qui vous entourent, ou alors on vous ignore, auquel cas il est préférable de s'éloigner. 

    Etre entouré mais se sentir seul malgré tout

    Nous, les êtres humains, sommes des êtres sociables. C’est pourquoi, l‘interaction avec d’autres personnes est très importante.

    Se sentir seul lorsque l’on se trouve dans un environnement rempli de monde peut s’avérer frustrant.

    Cela peut s’expliquer par un manque de compétences sociales de votre part, ou bien par le fait que vous ne savez pas vous entourer des bonnes personnes.

    Se sentir seul après une période d’isolement 

    homme seul

    Suite à certains événements survenus dans votre vie, il est possible que vous vous soyez senti obligé de vous isoler de manière volontaire ou involontaire.

    Par exemple, un accident grave qui vous a amené à rester des mois à la maison le temps de la guérison.

    La dépression ou l’anxiété sociale sont d’autres raisons qui conduisent à l’isolement.

    Le problème survient lorsque vous sortez de cette phase d’isolement.

    C’est alors que vous vous replongez à nouveau dans le monde, mais la panique s’empare de vous, car vous vous apercevez que vous vous sentez seul même en ayant de la compagnie.

    Vous vous rendez à des fêtes dans lesquelles vous avez l’impression de ne pas être à votre place, et vous ne parvenez pas à vous amuser. Vous avez beau être entouré, votre sentiment de solitude est toujours là.

    Vous devriez alors vous poser la question suivante : que faites-vous dans ces situations ? Vous devriez être en train de discuter avec les autres, de parler avec aisance… Qu’est-ce qui cloche alors ?

    Peut-être qu’il est arrivé quelque chose, et que vous avez perdu une partie de vos compétences sociales.

    Les compétences sociales, ça se travaille 

    Trois amies qui s'amusent

    Se sentir seul peut s’expliquer par le fait que vous avez perdu une partie de vos compétences sociales, lesquelles servent à interagir et à socialiser avec les autres.

    Par conséquent, un sentiment d’insécurité et de honte vous envahit.

    Nombreuses sont les personnes qui se sentent seules, car elles n’ont pas su développer correctement les compétences sociales nécessaires durant leur enfance pour interagir avec les autres.

    Pour d’autres, le problème réside dans une faible estime de soi qui renforce le sentiment d’insécurité et de honte, lequel devient alors une barrière infranchissable qui semble impossible à démolir.

    Cependant, il existe des solutions. Les compétences sociales s’acquièrent. Par conséquent, si vous les perdez, vous pouvez les récupérer.

    Bien que l’idée de s’intégrer à un environnement social peut vous désorienter, et vous faire ressentir un grand malaise ainsi qu’une envie de fuir, l’idéal est que vous affrontiez votre peur.

    Plus vous le ferez, moins vous aurez peur.

    Socialiser à nouveau avec les autres peut vous aider à récupérer vos compétences sociales perdues suite à une période d’isolement, et même à affronter vos peurs enfouies qui vous font vous sentir inférieur ou illégitime au moment de communiquer avec les autres.

    La solution consiste à forcer les situations d’interaction et d’y faire face avec courage.

    De quel type de personnes êtes-vous entouré ?

    Deux amis qui parlent avec une bière à la main

    Si vous n’êtes concerné par aucune des raisons évoquées précédemment, il est alors nécessaire que vous analysiez votre environnement.

    Peut-être que, sans vous rendre compte, ce sentiment de solitude est dû au fait que l’on vous ignore, que l’on tente de vous humilier, ou de vous manipuler d’une quelconque façon…

    Nombreuses sont les personnes toxiques qui se cachent sous des masques à peine perceptibles, et qui nous font tomber dans leurs filets facilement.

    Cependant, il est également possible que les personnes qui vous entourent n’aient rien en commun avec vous. Dans ce cas-là, il est normal de ressentir un sentiment de solitude, car les interactions ne sont pas fructueuses.

    Il est impératif de toujours choisir des personnes avec qui vous avez une affinité, une facilité à parler, et avec qui vous pouvez partager des expériences, des pensées et créer de la confiance.

    Se sentir seul est quelque chose que nous pouvons tous changer. Il suffit simplement d’observer et d’analyser ce qu’il se passe. Une fois le fond du problème identifié, il faut passer à l’action pour le résoudre.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Qu’est-ce que le syndrome de l’aliénation parentale

    et comment l’éviter ?

     

     

     

     

    Sous l'effet du syndrome de l'aliénation parentale, l'un des parents sera "mauvais" aux yeux de l'enfant, sans pour autant être en tort.

    Qu’est-ce que le syndrome de l’aliénation parentale et comment l’éviter ?

    Le concept du syndrome de l’aliénation parentale n’est accepté dans aucun manuel de psychiatrie. En revanche, on peut établir son existence.

    De nombreux couples restent ensemble en prenant l’excuse selon laquelle les enfants ont besoin d’une famille unie ou parce qu’ils dépendent tellement l’un de l’autre qu’ils essaient d’abord tout, avant d’affronter la décision finale.

    Mais lorsqu’il y a des enfants au milieu, la solution aux problèmes du couple devrait être rapide et la moins compliquée possible en essayant de couper court, sans blesser personne.

    En finir avec la relation de couple en cherchant ainsi la fin des problèmes entre les deux partenaires ne signifie pas jeter l’éponge, mais plutôt, qu’en tant que parents, nous pensons à ce qui sera le mieux pour nos enfants.

    « Ton père est très méchant »

    Maltraitance infantile

    « Ton père est méchant » est ce qu’un enfant peut finir par penser de l’un de ses parents en conséquence du syndrome de l’aliénation parentale, une fois qu’ils se sont séparés ou lorsqu’ils se trouvent en plein processus de séparation et qu’ils commencent à jeter des pierres à l’autre.

    De nombreux parents ne savent pas à quel point leur attitude peut être néfaste. C’est comme s’ils ne pensaient qu’à eux, à leur mal-être, en oubliant que leurs enfants traversent une période très sensible où ils absorbent tout et dont les expériences négatives peuvent laisser des traces capables de marquer leur avenir.

    Au moment où l’un des parents dit à l’enfant : « Ton père est très méchant », par exemple, il cultivera le syndrome de l’aliénation parentale. En conséquence, l’enfant n’aura plus confiance en son père, se comportera de manière injuste avec lui et pourra même arriver à le mépriser. Alors qu’en réalité, son père ne lui aura rien fait de mal.

    Si ce même parent parle également mal de son ex-partenaire, il est possible que l’enfant affronte un va-et-vient d’émotions qu’il ne saura pas gérer.

    Dans ce cas, il n’aura plus confiance en l’autre parent. Et ainsi, la confiance de l’enfant changera de bord à mesure que les parents le convaincront du contraire.

    Evitez le syndrome de l’aliénation parentale

    Evitez le syndrome de l'aliénation parentale

    Le syndrome de l’aliénation parentale peut provoquer un manque d’assurance chez l’enfant, une méfiance qui amènera surtout à ce qu’il perde tout respect pour ses parents.

    De plus, il peut devenir susceptible face aux opinions des autres et il aura tendance à se laisser influencer. Ceci est dû à la baisse d’estime de soi qu’aura provoqué une expérience aussi douloureuse que celle-ci, en pleine enfance.

    C’est pourquoi, il est nécessaire d’éviter les comportements qui amènent à ce syndrome. En évitant ces comportements, vous éviterez également des blessures qui pourraient marquer l’avenir de l’enfant. Voici certains de ces comportements :

    • Parler mal de l’autre parent en présence des enfants.
    • Essayer de manipuler l’enfant afin qu’il se sente mal de vouloir voir son autre parent.
    • Accepter et applaudir tous les mots ou attitudes allant contre l’autre parent.
    • Parler de séparation sans entrer dans les détails.

    Dans ces cas-là, il est fondamental de ne pas utiliser les enfants pour se sentir soutenu ou pour être cruel avec l’autre parent. Les enfants ne sont responsables de rien, d’autant plus que la personne qui fait cela doit également avoir des choses à se reprocher.

    Etre honnêtes et sincères avec les plus petits

    Etre honnêtes et sincères avec les plus petits

    Il est nécessaire de parler de la séparation avec les plus petits. De nombreux parents croient, faussement, que leurs enfants ne comprendront pas la gravité de la situation parce qu’ils sont petits.

    C’est la raison pour laquelle il faut utiliser un langage simple et répondre clairement à toutes leurs questions. Le plus important c’est que l’enfant sache ce qu’il s’est passé et pourquoi, sinon il se sentira perdu et ne comprendra rien.

    Et l’enfant doit comprendre qu’une séparation est quelque chose de naturel, que rien ne change parce que ses parents se sont séparés, car ils l’aimeront toujours autant.

    Tout cela aidera beaucoup l’enfant et évitera qu’il ne se sente triste ou pas à sa place par rapport à la séparation de ses parents. De cette manière, l’enfant comprendra qu’un entourage négatif n’est pas quelque chose qui rend les personnes heureuses et que lorsque cela arrive, il vaut mieux se séparer.

    L’une des choses les plus importantes que l’enfant doit comprendre c’est que malgré la séparation, ses parents ne cesseront jamais de l’aimer ni de passer du temps avec lui.

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Nous sommes beaucoup plus que nos cicatrices

     

     

     

     

    Nos cicatrices sont les marques que l'apprentissage nous a laissé, mais nous sommes bien plus que cela. Elles ne nous définissent pas, puisque nous avons appris de nos erreurs.

    Nous sommes beaucoup plus que nos cicatrices

    Beaucoup d’entre nous portent leurs cicatrices comme si elles étaient une lourde charge. Un poids qui rend notre passé trop présent, qui nous accable, qui nous épuise, et qui rend l’anxiété présente.

    Nous oublions que nous ne sommes pas nos cicatrices ou les erreurs du passé ni la culpabilité que nous avons pu ressentir à ce moment-là.

    Nous sommes beaucoup plus que cela, mais nous ne voulons pas l’admettre. Pour cette raison, dans notre négation nous souffrons alors que nous portons une culpabilité qui a déjà cessé de nous appartenir.

    Que sont les erreurs ?

    les erreurs et nos cicatrices

    Derrière le mot « erreur » se cachent de nombreuses croyances qui nous font sentir mal quand nous les commettons. Certaines d’entre elles sont « échec », « vous ne valez rien » ou « personne ne va vous aimer ».

    En fait, les erreurs que nous faisons peuvent faire apparaître des blessures qui deviendront plus tard nos cicatrices.

    Des cicatrices que nous ne devrions pas ouvrir, mais qui devraient être un signe que nous avons appris des erreurs commises.

    Cependant, nous revenons sans cesse sur notre passé pour ouvrir de vieilles blessures que nous n’avons jamais cessé de guérir.

    Nous nous sentons mal pour ce qui s’est passé il y a longtemps, alors que ce qui compte vraiment maintenant est le moment présent, et pas ce nous aurions dû surmonter.

    Mais comment surmonter une situation qui nous marque autant ? En en tirant des leçons, en ne la niant pas, en ne gardant pas cette blessure ouverte.

    Nous devons laisser cette expérience faire partie de nos cicatrices, celles qui ne seront jamais ouvertes parce que nous avons déjà appris la leçon.

    Pourtant, parfois ce n’est pas le cas. Le problème principal réside donc dans le fait que nous nous sentons coupables.

    La culpabilité qui ouvre nos cicatrices

    la culpabilité qui ouvre nos cicatrices

    La culpabilité est un grand mal, parce que les personnes manipulatrices utilisent notre grande fragilité face à la culpabilité pour nous manipuler à leur guise.

    En fait, nous ne devons pas nous sentir coupable de quoi que ce soit. Tout ce que nous avons fait à un certain moment est dû à ce que nous sentions, voulions ou parce que c’était comme ça.

    Donc, si quelque chose ne va pas, que devons-nous faire ? Revenir en arrière, apprendre. Nous pouvons toujours apprendre quelque chose de ce que nous avons vécu.

    Même si l’expérience a été négative et peu importe à quel point nous avons trébuché.

    La culpabilité ne nous laisse pas tourner la page et continuer à aller de l’avant. Elle nous empêche de voir ce qui s’est passé comme une expérience. Au lieu de cela, elle la ramène au présent pour la rendre vivante à un moment auquel elle n’a pas lieu d’exister.

    De cette façon, nous nous identifions avec ce que nous ne sommes pas. Avec quelque chose qui est déjà passé. Y a-t-il un moyen d’éradiquer cela ?

    1. D’où vient cette culpabilité ?

    Pour que nos cicatrices cessent de nous définir, nous devons analyser d’où vient la culpabilité que nous ressentons.

    • Elle peut venir très probablement de croyances multiples qui entourent la situation et nous font tout voir d’un point de vue très négatif.
    • Vous pouvez écrire la réponse à cette question sur une feuille de papier, en laissant libre cours à votre esprit pour tout écrire sans prêter attention au format, à la lisibilité et ainsi de suite.

    Laissez vos sentiments parler à travers vos mots.

    2. Différence entre la culpabilité et la responsabilité

    différence entre la culpabilité et la responsabilité
    • La culpabilité est le fait d’être responsable de quelque chose de négatif. Par exemple, l’infidélité dans un couple.

    Cependant, cette culpabilité nous incite à avoir des pensées ruminantes, à nous faire du mal et à nous lamenter, à souhaiter pouvoir revenir en arrière pour changer ce qui s’est passé.

    • Au lieu de cela, la responsabilité de ce qui est arrivé est différente. Oubliez la culpabilité et essayez de modifier ce qui a été fait.

    Par exemple, accepter l’erreur et les conséquences qui peuvent en découler (que votre compagnon veuille mettre fin à votre relation de couple).

    Grâce à la responsabilité, nous apprenons de nos erreurs, mais à cause de la culpabilité nous stagnons sans pouvoir nous en sortir. Ainsi, nous regrettons pendant des années quelque chose que nous aurions dû libérer.

    Nous savons maintenant que ce ne sont pas nos cicatrices qui nous définissent, mais plutôt notre façon d’agir et de nous comporter dans les différentes situations que nous vivons.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le véritable amour respecte votre passé

     

     

     

     

     

     

    Le véritable amour respecte votre passé

    Le véritable amour nous accepte tel que nous sommes et ne cherche pas à nous changer. Il ne nous rappelle pas non plus les erreurs du passé et ne nous juge pas, mais nous permet de nous sentir entiers.

    Lorsque nous sommes face au véritable amour, nous savons que rien de ce qui a pu se passer avant ne peut venir entacher le présent. Si cela venait à arriver, nous pourrions nuire à notre relation de couple.

    De nombreux couples gardent un œil sur ce qui s’est passé avant. Sur un passé où ils n’étaient peut-être pas encore ensemble.

    Le problème c’est que cela dérive sur une série d’actions qui finissent par détériorer la relation. Ci-dessous nous allons en observer quelques unes et nous découvrirons en quoi cela n’est pas un véritable amour.

    Vous n’êtes pas votre passé, vous êtes votre présent

    Vous n'êtes pas votre passé, vous êtes votre présent

    S’il y a bien quelque chose à prendre en compte dans toute relation, c’est que les erreurs que l’un des conjoints a pu commettre restent dans le passé.

    Nous avons tous failli à un moment et il est naturel que nous en ayons tiré une leçon. C’est pourquoi de nos jours il n’y a pas de place pour quelque chose qui n’existe plus, qui appartient à un passé révolu.

    Mais lorsque nous gardons le passé bien en vue dans notre relation, il peut se passer l’une des choses qui font le plus souffrir dans une relation de couple : utiliser le passé pour reprocher des choses à l’autre.

    Combien de fois dans une dispute n’avons-nous pas pensé à dire des choses du type « tu ne te rappelles pas que tu l’as fait aussi ? » ou « tu as oublié que tu m’as fait du mal à ce moment-là ? »

    Nous utilisons ce que nous savons sur l’autre ou ce que nous avons vécu avec cette personne comme une manière de nous défendre ou de nous justifier dans une dispute.

    Toutefois, cela nuit à la relation, c’est un jeu pervers !

    N’est-il pas vrai que sur le moment nous pardonnons et nous nous efforçons de continuer notre relation sans rancœur ? Mais alors pourquoi ramener le passé au présent maintenant.

    Le véritable amour ne critique pas ce qui a été

    Le véritable amour ne critique pas ce qui a été

    Le véritable amour ne critiquera et ne jugera jamais votre passé, car s’il le fait, s’il te le rappelle sans cesse, peut-être qu’il essaie de vous manipuler et de vous humilier.

    De nombreuses personnes disent des phrases du type « c’est pour ton bien », « si tu m’écoutais », « tu devrais changer », « tu n’iras nulle part comme ça« , et prouvent qu’elles n’acceptent pas pleinement leur partenaire.

    Lorsqu’il existe un véritable amour, il y a également une acceptation totale. Car nous ne pouvons vouloir changer l’autre et encore moins lui rappeler ce qu’il a fait par le passé.

    Parfois, souffrir de dépendance émotionnelle peut nous empêcher de voir tout cela. Il en est de même si nous sommes face à un expert manipulateur et dominateur.

    Certaines personnes portent un masque qui est tellement bien travaillé que l’amour peut nous empêcher de le voir clairement.

    Pour résoudre cela il est nécessaire de répondre à quelques questions : « ai-je honte de moi ?, ai-je envie d’être comme mon conjoint le souhaite ?, est-ce que je me sens mal à cause de ce qu’il me dit ? »

    Si la réponse est oui, ce n’est pas un véritable amour, c’est autre chose.

    Le véritable amour ne fait pas souffrir

    Le véritable amour ne fait pas souffrir 

    La seule manière de savoir si nous sommes face au véritable amour est de voir s’il nous fait souffrir ou non. Nous faisons référence au fait de savoir s’il vous préoccupe, vous stresse, vous rend malheureux, nerveux…

    Le véritable amour demande un certain effort pour le cultiver, l’arroser et le maintenir. Mais cet effet ne doit pas devenir une torture qui nous fait souffrir.

    Au moment où cela arrivera nous devrons analyser la situation. Peut-être que l’on nous maltraite psychologiquement et que nous ne nous en sommes pas rendu compte. Peut-être que notre partenaire nous manipule.

    Il est parfois difficile que la personne que nous aimons le plus ne nous accepte pas, juge notre passé, nous critique pour cela et nous demande de changer pour devenir ce qu’il souhaite.

    Ouvrir les yeux, ne pas ignorer cette sensation de mal-être présente et observer la situation comme si nous étions un spectateur nous aidera.

    Car le véritable amour nous remplit de bonheur et de joie, non pas de douleur et de mal-être.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 conseils pour cesser d’être trop orgueilleux

     

     

     

     

     

     

    Se mettre à la place de l'autre peut être l'un des meilleurs moyens de voir les choses différemment et d'arrêter d'être trop orgueilleux 

    5 conseils pour cesser d’être trop orgueilleux

    Cesser d’être orgueilleux n’est pas simple pour une personne qui n’a pas l’habitude de demander pardon. A tort, elle peut croire que cela signifie être humilié, vous prosterner aux pieds de l’autre et perdre votre dignité.

    Par conséquent, même si s’excuser et demander pardon peut sembler être une simple étape, c’est en fait assez complexe et difficile pour tous ceux qui sont trop orgueilleux.

    Si vous souhaitez arrêter d’être fier, aujourd’hui, nous vous donnerons quelques astuces qui amélioreront vos relations. Elles vous permettront de vous sentir mieux dans votre peau.

    1. Vous n’avez pas échoué

    Peur de l'échec

    Bien souvent, les personnes orgueilleuses ont une image d’elles très idéalisée qui leur fait croire que demander pardon montre aux autres personnes qu’ils ont échoué.

    De cette façon, ils refusent de le faire parce qu’ils considèrent qu’ils cesseraient d’être parfaits. Cependant, nous sommes tous des êtres humains, nous faisons des erreurs et nous avons tort.

    Pour cesser d’être orgueilleux, vous devez embrasser l’imperfection, vous permettant d’être plus flexible et aimant avec vous-même. Il n’est pas nécessaire que vous exigiez autant. Nous sommes tous imparfaits.

    2. Faites preuve d’empathie

    Parfois, la fierté peut vous rendre moins empathique, c’est-à-dire poser un voile épais sur la compréhension de ce que les autres ressentent.

    Cependant, si vous déplacez ce voile fait de la peur d’échouer et de ne pas être parfait, vous réaliserez combien les autres ont besoin de votre pardon. Ainsi, vous vous mettrez à leur place.

    Quand quelqu’un fait une erreur, nous apprécions qu’il le reconnaisse et s’excuse sincèrement. Vous vous sentirez bien. Qu’attendez-vous pour essayer ?

    3. Ecrivez vos excuses

    Ecrire ses excuses

    Peut être que par manque d’habitude, vous ne saurez pas par où commencer pour vous excuser auprès de quelqu’un. Par conséquent, si vous vous sentez plus en sécurité, vous pouvez écrire vos excuses.

    Vous n’avez pas à vous angoisser outre mesure. Vous verrez que si vous laissez votre main écrire, elle seule vous guidera vers les mots corrects et sincères et cela aura l’effet désiré.

    Il n’est pas nécessaire que vous vous étendiez trop. Un simple « je regrette ce que j’ai dit, j’étais en colère, je suis désolé » suffit.

    De plus, ayant écrit et réfléchi sur vos excuses vous permettra de vous familiariser avec elles et de vous sentir beaucoup plus en sécurité au moment de les exprimer.

    4. Libérez-vous de la honte

    Souvent, même après les étapes précédentes, on peut trouver une nouvelle barrière qui nous empêche de dire « je suis désolé » avec liberté et sans avoir le sentiment que nous allons souffrir de le faire.

    La honte est l’un des sentiments les plus limitants qui vous empêche, vous bloque et vous évite de faire ce que vous voulez.

    Par conséquent, pour cesser d’être orgueilleux, il faut arrêter ces réflexions sur la honte. C’est peut-être un outil qui vous rend orgueilleux et que vous trainez derrière vous depuis trop longtemps.

    5. Observez ce que vous ressentez et votre manière d’agir

    Ne plus être orgueilleux

    Pour cesser d’être orgueilleux, la dernière étape que vous devez franchir est de pouvoir vous voir comme si vous étiez témoin de la situation dans laquelle vous vous trouvez.

    Demandez-vous si vous aviez un ami qui agisse de cette manière. Que diriez-vous ? Que conseilleriez-vous ? Verriez-vous le fait de s’excuser auprès de quelqu’un comme quelque chose d’impossible ?

    Quand nous adoptons une nouvelle perspective, beaucoup de choses changent. Alors observez ce que vous ressentez et comment vous agissez pour réaliser quelles sont les croyances et les motifs qui vous empêchent de demander pardon pour de vrai.

    Peut-être que vous vous rendrez compte que ces limites que vous vous imposées sont le résultat d’expériences négatives qui ont été mises de côté. Il est maintenant temps d’apprendre.

    Etes-vous de quelqu’un de très fier? L’êtes-vous vous même? En être conscient et faire face à vos peurs qui approchent chaque fois que vous devez vous excuser vous fera sortir de cette sensation d’insécurité.

    Tout le monde, à un moment donné, a été trop fier. Cependant, la clé est de savoir comment admettre ses erreurs et donner aux autres les excuses qu’ils méritent.

    Mettez-vous à leur place, rappelez-vous que cette personne s’excuse sans problème et faites de même. Vous verrez à quel point vous vous sentirez bien et combien vous apprendrez.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment améliorer son estime de soi après une séparation ?

     

     

     

     

     

     

    Comment améliorer son estime de soi après une séparation ?

    Chaque rupture, qu’elle soit traumatique ou non, engendre une série de conséquences, et l’une d’entre elles est la détérioration de l’estime de soi. Mais est-il possible d’améliorer cette estime personnelle après une séparation ?

    La réponse est « oui », bien que pour cela nous devons prendre conscience du fait qu’elle a été affectée.

    Après une séparation de couple, notre vie prend une nouvelle direction. Nous restons seuls, nous n’allons plus nous promener main dans la main avec l’autre et tout l’avenir que nous visualisions n’existe plus.

    Il est normal que, face à cela, l’insécurité devienne présente. Soudainement, il nous est difficile de prendre des décisions, de regarder l’avenir de manière positive… Cependant, il est très facile de se sentir coupable de ce qui est arrivé.

    Améliorer son estime de soi après une séparation commence en prenant soin de soi

    homme triste à cause d'une séparation

    Afin d’améliorer notre estime de soi après une séparation, il est nécessaire de faire un premier pas important, celui de commencer à prendre soin de soi-même.

    Après une rupture de couple, notre estime de nous-même décline, nous tombons dans la tristesse et nous nous oublions nous-mêmes.

    Nous cessons de prendre soin de nous. Nous oublions l’idée de faire de l’exercice et de bien manger. Au lieu de nous remettre de cette expérience douloureuse, nous préférons nous sentir si possible encore plus mal.

    Ce n’est pas non plus une bonne idée de s’éloigner ou de s’isoler de ses amis. Ces gens avec qui nous pouvons nous exprimer, qui ont peut-être vécu la même chose et nous ont donné les meilleurs conseils.

    Il est naturel de ressentir de la douleur, de vouloir être seul pour en faire l’expérience dans toute son essence. Nous devons garder à l’esprit que, tant que cet état ne prolonge pas sur une longue période, cela est salutaire.

    On peut mal manger, arrêter de faire de l’exercice, s’abandonner complètement… Mais cela ne doit pas dépasser, au maximum, environ deux semaines.

    Sinon, il serait souhaitable de demander de l’aide car nous pourrions peut-être couver une dépression.

    Ne vous réfugiez pas dans les réseaux sociaux

    Pour améliorer son estime de soi après une séparation, il est essentiel de surmonter la tentation de commencer à « chatter » avec d’éventuels futurs compagnons à travers les réseaux sociaux.

    Parfois, on nous recommande de rencontrer d’autres personnes quand on vient de rompre avec son partenaire et que l’on a perdu l’envie de retrouver quelqu’un.

    Cependant, ce n’est pas une bonne idée. Ce n’est pas parce que vous ne trouvez personne qui répond à vos attentes, mais parce qu’il est nécessaire de passer par un deuil.

    Se réfugier dans les réseaux sociaux parce que nous voulons nous sentir à nouveau désirés, réaliser que nous ne serons pas seuls ou éviter de ressentir la douleur n’est pas positif.

    Il est naturel de ressentir de la douleur, de se sentir brisé, d’être déçu. Notre estime personnelle s’est effondrée, et nous devons la surmonter non pas en l’esquivant, mais en le regardant droit dans les yeux.

    Nous devons accepter ce qui s’est passé, passer plus de temps dans le monde réel et pas tant sur Internet, et nous donner le temps de guérir cette douleur qui est apparue après la rupture.

    Il est naturel de se sentir triste, mais être pessimiste est un choix

    le pessimisme est un choix

    Pour améliorer son estime de soi, la première chose est de comprendre que la tristesse est un sentiment naturel.

    Nous avons tendance à la rejeter parce que nous l’étiquetons comme une émotion négative. Cependant, elle est très nécessaire.

    Quand nous sommes tristes après une séparation nous devons passer par un deuil pour réfléchir, accepter, vaincre et sortir revigoré de cette étape dès que possible.

    C’est un passage nécessaire, mais qu’arrive t-il si nous ne voulons pas le franchir ?  Nous entrerons dans cet état, même si nous ne voulons pas voir la réalité en face.

    Plus nous essayerons d’éviter cette tristesse, plus nous resterons longtemps dans cet état, ce qui nous rendra pessimiste, simplement parce que nous avons fait un mauvais choix.

    Nous choisissons de l’ignorer, de nous distraire, au lieu d’y faire face. Au lieu de considérer cette expérience comme une opportunité, de prendre soin de nous et de mûrir.

    Oui, je peux améliorer mon estime de moi-même après une séparation, tant que je regarde la tristesse en face, la ressens, la comprends et, surtout, accepte ce qui s’est passé.

    Bien que la situation ne me permette pas d’entrevoir un quelconque espoir, je sais qu’il en existe toujours un. Je dois juste regarder en arrière pour revivre d’autres situations dans lesquelles la même chose s’est produite.

    Est-ce que tout se termine là ?

    Non, parce que tout passe.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Je veux connaître une relation sans faux-semblants ni trahisons

     

     

     

     

     

    Dans une relation de couple, les deux partenaires doivent être impliqués au même niveau. Si un équilibre n'est pas trouvé,  l'un va tout donner sans rien avoir en retour.  

    Je veux connaître une relation sans faux-semblants ni trahisons

    Vous avez surement envie d’une relation de couple sans faux-semblants ni trahisons. D’une relation sans crainte de l’autre, avec des preuves d’amour. Qui démontre ce que c’est que d’aimer vraiment.

    L’intimité que vous établissez avec votre partenaire est essentielle. C’est une une union qui doit nous rendre heureux, comme si nous flottions sur un nuage.

    Cependant, les idées que nous avons à ce sujet font que, lorsque la phase de la passion disparaît, nous nous demandons : Est-ce vraiment ça, l’amour ? Pourquoi ça fait mal, alors ?

    Aujourd’hui, nous allons vous faire découvrir comment vivre une intimité sans stratégies ni traîtrises. Une intimité vraie, pure, honnête et libre de toute soupçon.

    Se sacrifier pour le partenaire

    femme en pleurs à cause de sa relation de couple

    Vous sacrifier pour le couple ou vous sacrifier au nom de l’amour, c’est la même chose. Vous pensez qu’il faut vous soumettre, laisser passer certaines choses parce que l’amour peut tout supporter.

    Cependant, derrière ce sacrifice, il n’ y a rien de réaliste, rien que de la douleur.

    « C’était un petit faux-pas, ce n’est pas grave », dites-vous en essuyant une larme, la tête baissée et en adoptant une attitude de soumission absolue.

    « Il-elle me dit qu’il-elle va changer et je l’aime tellement que je vais lui donner une autre chance » (c’est déjà la huitième fois que ça arrive), vous dites-vous, en vous persuadant qu’il y a encore l’espoir « de vivre heureux et d’avoir beaucoup d’enfants ».

    Dit de cette manière, cela semble ironique et même absurde. Cependant, les exemples de ces mêmes phrases qu’on entend ici ou là sont plus fréquents qu’on ne le croit.

    Que se serait-il passé si vous n’aviez pas tout sacrifié pour le couple ? Si à la première incartade, vous aviez mis un terme à la relation ? Peut-être un de vos parents vous aurait dit : « Aujourd’hui, vous les jeunes, vous ne savez plus comment vivre ensemble ».

    Bien sûr qu’on ne peut plus rien accepter. Qu’on ne peut plus supporter une intimité fausse, pleine de tromperies, d’amour factice et de douleur.

    Nous refusons d’admettre que nous devons rester avec quelqu’un tout simplement parce que nous l’aimons, même s’il nous fait souffrir.

    Cependant, ces phrases qui sont dites comme des vérités absolues nous incitent à faire à toujours la même erreur : nous rabaisser et nous sacrifier au nom de l’amour.

    Penser qu’on ne mérite pas

    amies devant la télé

    Votre intimité de  couple a été influencée par les contes de fées, où tout est parfait. Vous l’avez cru et vous avez pensé que c’était ainsi la vraie vie.

    Cependant, vous n’avez pas réalisé que c’était juste des histoires, des films, de la fiction.

    Les phrases mentionnées ci-dessus vous poussent à vous soumettre, à baisser la tête. Cette attitude diminue votre estime et vous fait croire que vous ne valez rien.

    En effet, vous ne méritez pas autre chose que des insultes, puisque vous croyez que vous les méritez. Vous pensez que, en plus, vous devrez être reconnaissant envers votre partenaire parce qu’il veut bien rester avec vous.

    Vous pensez que si la relation ne fonctionne pas, c’est uniquement de votre faute, puisque vous ne vous êtes pas donné à 200%. Et, parce que c’est vous seul qui en êtes responsable.

    Cela en vaut-il la peine de se faire autant de mal ? Pleurer, souffrir, lutter contre quelque chose qui ne marche pas ? Ce genre d’intimité avec quelqu’un n’est pas souhaitable.

    Alors pourquoi le permettons-nous ?

    Découvrir la vraie intimité

    intimité

    Découvrir l’intimité véritable est possible si vous suivez quelques conseils et abandonnez les vieux modèles de comportement, nuisibles dans les relations :

    • L’intimité avec quelqu’un, l’amour, ce n’est pas une bataille que vous devez absolument gagner. C’est quelque chose qui se construit.
    • Si votre partenaire vous fait du mal, ne croyez pas ses promesses de changement. Changez de partenaire.
    • N’assumez pas la responsabilité de toute la relation. Dans une relation de couple en bonne santé, les deux membres s’investissent à parts égales.
    • Une rupture n’est pas la fin du monde. C’est encore une autre idée qui vous pousse à ne pas casser les relations toxiques.

    Il est important que vous cessiez de percevoir les relations de couple comme la seule chose qui donne un sens à votre vie et que vous tolériez toutes les choses qui vous détruisent.

    Si quelqu’un vous fait souffrir, pourquoi êtes-vous encore avec lui ? Vous perdez votre temps.

    Un temps précieux que vous pourriez pourtant utiliser pour devenir plus fort, plutôt que de laisser quelqu’un vous considérer comme une petite personne sans aune valeur.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 conseils pour cesser d’être trop orgueilleux

     

     

     

     

     

    Se mettre à la place de l'autre peut être l'un des meilleurs moyens de voir les choses différemment et d'arrêter d'être trop orgueilleux. 

    5 conseils pour cesser d’être trop orgueilleux

    Cesser d’être orgueilleux n’est pas simple pour une personne qui n’a pas l’habitude de demander pardon. A tort, elle peut croire que cela signifie être humilié, vous prosterner aux pieds de l’autre et perdre votre dignité.

    Par conséquent, même si s’excuser et demander pardon peut sembler être une simple étape, c’est en fait assez complexe et difficile pour tous ceux qui sont trop orgueilleux.

    Si vous souhaitez arrêter d’être fier, aujourd’hui, nous vous donnerons quelques astuces qui amélioreront vos relations. Elles vous permettront de vous sentir mieux dans votre peau.

    1. Vous n’avez pas échoué

    Peur de l'échec

    Bien souvent, les personnes orgueilleuses ont une image d’elles très idéalisée qui leur fait croire que demander pardon montre aux autres personnes qu’ils ont échoué.

    De cette façon, ils refusent de le faire parce qu’ils considèrent qu’ils cesseraient d’être parfaits. Cependant, nous sommes tous des êtres humains, nous faisons des erreurs et nous avons tort.

    Pour cesser d’être orgueilleux, vous devez embrasser l’imperfection, vous permettant d’être plus flexible et aimant avec vous-même. Il n’est pas nécessaire que vous exigiez autant. Nous sommes tous imparfaits.

    2. Faites preuve d’empathie

    Parfois, la fierté peut vous rendre moins empathique, c’est-à-dire poser un voile épais sur la compréhension de ce que les autres ressentent.

    Cependant, si vous déplacez ce voile fait de la peur d’échouer et de ne pas être parfait, vous réaliserez combien les autres ont besoin de votre pardon. Ainsi, vous vous mettrez à leur place.

    Quand quelqu’un fait une erreur, nous apprécions qu’il le reconnaisse et s’excuse sincèrement. Vous vous sentirez bien. Qu’attendez-vous pour essayer ?

    3. Ecrivez vos excuses

    Ecrire ses excuses

    Peut être que par manque d’habitude, vous ne saurez pas par où commencer pour vous excuser auprès de quelqu’un. Par conséquent, si vous vous sentez plus en sécurité, vous pouvez écrire vos excuses.

    Vous n’avez pas à vous angoisser outre mesure. Vous verrez que si vous laissez votre main écrire, elle seule vous guidera vers les mots corrects et sincères et cela aura l’effet désiré.

    Il n’est pas nécessaire que vous vous étendiez trop. Un simple « je regrette ce que j’ai dit, j’étais en colère, je suis désolé » suffit.

    De plus, ayant écrit et réfléchi sur vos excuses vous permettra de vous familiariser avec elles et de vous sentir beaucoup plus en sécurité au moment de les exprimer.

    4. Libérez-vous de la honte

    Souvent, même après les étapes précédentes, on peut trouver une nouvelle barrière qui nous empêche de dire « je suis désolé » avec liberté et sans avoir le sentiment que nous allons souffrir de le faire.

    La honte est l’un des sentiments les plus limitants qui vous empêche, vous bloque et vous évite de faire ce que vous voulez.

    Par conséquent, pour cesser d’être orgueilleux, il faut arrêter ces réflexions sur la honte. C’est peut-être un outil qui vous rend orgueilleux et que vous trainez derrière vous depuis trop longtemps.

    5. Observez ce que vous ressentez et votre manière d’agir

    Ne plus être orgueilleux

    Pour cesser d’être orgueilleux, la dernière étape que vous devez franchir est de pouvoir vous voir comme si vous étiez témoin de la situation dans laquelle vous vous trouvez.

    Demandez-vous si vous aviez un ami qui agisse de cette manière. Que diriez-vous ? Que conseilleriez-vous ? Verriez-vous le fait de s’excuser auprès de quelqu’un comme quelque chose d’impossible ?

    Quand nous adoptons une nouvelle perspective, beaucoup de choses changent. Alors observez ce que vous ressentez et comment vous agissez pour réaliser quelles sont les croyances et les motifs qui vous empêchent de demander pardon pour de vrai.

    Peut-être que vous vous rendrez compte que ces limites que vous vous imposées sont le résultat d’expériences négatives qui ont été mises de côté. Il est maintenant temps d’apprendre.

    Etes-vous de quelqu’un de très fier? L’êtes-vous vous même? En être conscient et faire face à vos peurs qui approchent chaque fois que vous devez vous excuser vous fera sortir de cette sensation d’insécurité.

    Tout le monde, à un moment donné, a été trop fier. Cependant, la clé est de savoir comment admettre ses erreurs et donner aux autres les excuses qu’ils méritent.

    Mettez-vous à leur place, rappelez-vous que cette personne s’excuse sans problème et faites de même. Vous verrez à quel point vous vous sentirez bien et combien vous apprendrez.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Découvrez ce que votre signature dit de votre personnalité

     

     

     

     

     

    La façon d'écrire d'une personne peut nous donner de nombreux indices sur les différents aspects de son caractère et de sa personnalité, vis à vis d’elle-même mais aussi des autres.

    Découvrez ce que votre signature dit de votre personnalité

    La signature est quelque chose d’unique et d’exclusif à chaque personne. Comme les empreintes digitales, elles sont toutes différentes.

    Pour cette raison, les signatures en disent long sur la personnalité d’un individu, sa façon de penser, d’agir et même ses défauts et ses vertus.

    Cela a été découvert depuis longtemps et a donné lieu à la graphologiela science responsable de l’analyse des signatures et de leurs structures.

    On dit que selon la forme, la taille et même les détails qu’une signature contient, il est possible de définir les caractéristiques d’une personne.

    Grâce à l’étude de la signature, vous pouvez différencier certains aspects curieux dont, bien souvent, la personne elle-même n’a pas conscience.

    La signature est lisible ?

    La plupart des signatures sont basées sur le prénom et le nom de la personne. Cependant, il peut exister des variations infinies.

    Dans le cas de la lisibilité, nous prenons en compte la facilité avec laquelle il est possible de distinguer les noms contenus dans cette signature.

    • On dit qu’une signature lisible est le symbole d’une personne sincère et franche.
    • Au contraire, les petites signatures intelligibles s’associent aux personnes méfiantes et qui présentent une résistance à l’autorité.
    • Si on ne distingue que les initiales, cela signifie que c’est une personne qui prend beaucoup de temps avant de faire confiance.

    L’inclinaison de la signature

    l'’inclinaison de la signature parle de notre personnalité

    Bien que cela puisse paraître invraisemblable, l’inclination avec laquelle est réalisée une signature peut nous donner des caractéristiques clés de la personnalité.

    • Quand la signature présente une inclinaison vers le haut, cela signifie que la personne est ambitieuse, combattante et avec des aspirations de succès.

    Si elle est exagérément inclinée vers le haut, c’est peut-être parce que la personne est extrêmement ambitieuse personnellement.

    • Par contre si l’inclinaison descend, elle peut représenter le symbole d’une personne apathique et dépressive.

    Le pessimisme et le manque d’estime de soi sont également des facteurs déterminants.

    Une signature horizontale peut indiquer une personne stable à la fois émotionnellement et mentalement.

    La taille des lettres

    On dit que plus les lettres sont grandes, plus la personne est extravertie et vis versa.

    De la même manière, il peut s’agir de la représentation d’une personne timide en quête d’attention. La taille normale devrait être comprise entre 1 cm et 2 cm.

    Le contenu de la signature

    ce que dit le contenu de la signature sur notre personnalité

    Lorsque nous prenons en compte le contenu de la signature il s’agit de la présence des noms. La signature est une présentation de votre nom et prénom vis à vis de la société.

    Cependant, si  l’un des deux noms prédomine l’autre cela peut indiquer son importance.

    • Si une personne signe son prénom et son nom, mais que son prénom est plus visible par rapport à son nom, c’est un signe d’indépendance et elle n’a pas besoin d’être représentée autrement que par elle-même.

    Les lettres courbés ou droites

    • Les signatures qui sont réalisées avec des lettres très courbées sont représentatives d’une personne aimable, de bonne humeur et avec un bon sens de l’esthétique.
    • Au contraire, les signatures complètement droites peuvent signifier que cette personne est extrêmement ferme, correcte et disciplinée.

    La présence de lettres majuscules

    les lettres majuscules dans la signature et leur signification
    • Une personne dont les majuscules sont trois fois plus grandes que les lettres normales peut être considérée comme égocentrique.
    • Si la lettre majuscule est deux fois plus grande, c’est parce que cette personne se valorise avec les pieds sur terre et qu’elle a une estime d’elle-même vraiment stable.
    • L’absence de majuscule symbolise l’humilité et la valorisation des  autres personnes.

    La pression

    • Plus la ligne est ferme, plus l’autorité et la fermeté sont grandes. C’est le signe d’une personne autoritaire et capricieuse.
    • Au contraire, une signature subtile et douce est synonyme d’adaptation et de tranquillité.

    Les ornements et détails

    les ornements et les détails d'une signature

    Les détails contenus dans une signature peuvent montrer une grande partie de la façon dont la personne aime apparaître face au monde.

    Une écriture libre d’ornements peut être synonyme d’authenticité et de transparence. Au contraire, certains détails caractéristiques peuvent être présentés tels que:

    • Tourbillons : signe qu’une personne qui a beaucoup d’idées en tête. Elle en quête d’authenticité.
    • Souligné : cela indique beaucoup de sécurité et de fermeté lors de la prise de décisions. C’est assez typique des personnes qui assument de nouveaux défis et qui ne craignent pas les challenges.
    • Point final : symbole d’une personne très disciplinée, stricte et organisée.
    • Signature régressive : propre des personnes à la recherche de sécurité pour atteindre leurs objectifs.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 4 raisons pour lesquelles votre couple est en crise constante

     

     

     

     

     

    4 raisons pour lesquelles votre couple est en crise constante

    Saviez-vous que votre insécurité peut être l’un des facteurs à l’origine de la crise constante dans votre couple ? Cessez de dépendre émotionnellement de l’autre et tout ira beaucoup mieux.

    Votre relation est dans une crise constante ? Vous ne cessez de les enchaîner ? Alors il est important de vous remettre en cause et de voir ce que vous faites dans le mauvais sens.

    Nombre de vos actes ne vous étonneront pas, mais vous n’en êtes peut-être pas pleinement conscient. Pourquoi cela arrive-t-il ?

    En effet, la majorité des raisons pour lesquelles votre couple est en crise constante sont le fruit de croyances fortement enracinées dans notre société actuelle.

    1. Ce n’est pas grave, il/elle changera

    femme qui se dispute avec son conjoint

    Vous avez déjà entendu cette phrase ? Si votre relation traverse des crises constantes, c’est principalement parce que vous avez commencé cette même relation en vous disant que vous pourrez changer la personne.

    C’est une grave erreur que nous commettons inconsciemment. Car pendant la phase où nous sommes amoureux, tout est beau et nous pensons que tout est possible.

    Il/elle fume, mais je n’aime pas ça ? Ce n’est pas grave, il/elle changera. Il/elle s’habille d’une manière qui ne me plaît pas trop ? Ce n’est pas grave, j’arriverai à lui faire changer sa manière de s’habiller.

    Tout ceci est une grave erreur. Les gens ne changent pas. Au contraire, s’ils le font, il est possible qu’ils nous déçoivent ensuite, car nous nous dirons, « quel manque de personnalité » !

    Nous ne pouvons commencer une relation en voulant changer l’autre personne. Nous devons l’aimer telle qu’elle est et si, par exemple, nous n’aimons pas qu’elle fume, nous devons l’accepter ou alors ne pas commencer de relation avec cette personne.

    2. Sans toi je ne suis rien

    dépendance émotionnelle

    L’une des autres raisons pour lesquelles votre relation peut être en crise est celle de votre dépendance émotionnelle envers votre partenaire.

    La société dans laquelle nous vivons accorde une extrême importance au couple. De plus, les princes charmants et les relations amoureuses que nous voyons dans les films sont toujours d’actualité.

    Tout ceci nous influence et si nous y ajoutons la peur d’être seuls, la dépendance émotionnelle a trouvé la combinaison parfaite.

    Nous ne pouvons laisser notre bonheur dépendre du fait d’avoir quelqu’un à nos côtés. Si cette personne s’en va, nous ne sommes plus rien ? Alors qui étions-nous avant ?

    Nous ne le savons pas, car à cause de la dépendance, une fois que nous sommes avec quelqu’un, nous oublions qui nous sommes. C’est pourquoi quand cette personne part, c’est un drame et nous sommes perdus !

    Lorsque nous souffrons de dépendance émotionnelle il y a de la manipulation, nous harcelons l’autre personne, nous doutons de sa fidélité et nous lui demandons des preuves constantes de son amour.

    Tout cela amène à d’innombrables crises.

    3. C’est ta faute et tu le sais !

    dispute dans un couple

    S’avouer responsable des erreurs que nous commettons est un fait terrible. A un tel point que lorsqu’il se passe quelque chose dans un couple, nous avons tendance à rejeter la faute sur l’autre.

    Ceci génère, sans aucun doute, de nombreuses disputes au sein du couple. Nous voulons toujours avoir raison !

    Cependant, une relation de couple signifie former une équipe et une équipe ne peut mettre des buts dans son propre camp.

    Essayez de parler, de faire preuve d’empathie envers l’autre, d’écouter les différents points de vue et tout cela, tranquillement, sans être faussement pressé, cela évitera de nombreuses crises au sein de la relation.

    Malheureusement, la communication au sein des couples n’est pas toujours la meilleure et finit par causer des problèmes.

    4. Nous ne faisons plus l’amour comme avant

    couple amoureux

    C’est sans aucun doute l’une des plus grandes craintes de tous les couples : que les relations sexuelles diminuent.

    Le manque ou la diminution du désir sexuel peut supposer une crise dans le couple. Car à un moment quelqu’un nous aura dit que c’était quelque chose de terrible ! Que cela signifiait qu’il y avait des problèmes dans la relation.

    Il est normal que les relations sexuelles diminuent si cela fait plusieurs années que nous sommes avec notre partenaire. Les responsabilités, les enfants et d’autres sortes d’obligations peuvent provoquer que nous n’ayons pas assez de temps pour nous.

    Toutefois, il ne faut pas s’en exaspérer. Dès que nous pourrons prendre un peu de temps pour notre couple, nous continuerons de profiter des relations sexuelles, en innovant et en apprenant ensemble, il n’y a pas de quoi s’en faire.

    Une relation change, elle ne sera jamais pareille que lorsque nous étions amoureux. Plus que tout car l’amour se transforme en un amour mûr.

     

    La crise du couple ne doit pas tant nous alerter, sauf si nous n’en sortons pas et que nous plongeons dans une nouvelle.

    Le plus important est de voir où se situe le problème et de le résoudre de la meilleure manière. Toute crise a une solution, tant que les deux personnes regardent dans la même direction.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les clés d’un couple heureux

     

     

     

     

     

    Les couples heureux connaissent eux aussi leur lot de conflits et de divergences. La différence réside dans le fait que ces couples affrontent et résolvent ces turbulences dans le respect mutuel et l'empathie.

    Les clés d’un couple heureux

    Etre dans une relation de couple n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a toujours des discussions, des différends et des problèmes qui peuvent porter atteinte à la relation. Mais alors, quels sont les clés d’un couple heureux et épanoui ?

    Les couples heureux suivent une série de lignes directrices s’éloignant quelque peu des croyances que nous pouvons entretenir sur la bonne conduite des relations. Des mythes et des soi-disant vérités absolues dont nous devrions toujours questionner la pertinence.

    Il reste que la question demeure : quels sont les clés pour un couple heureux ? Que font-ils que nous ne faisons pas ? Nous allons le découvrir ensemble dans cet article…

    Les couples heureux se montrent affectueux et respectueux

    Un couple se montrant de l'affection

    Si, dans un couple, il n’y a pas de respect des deux partenaires l’un pour l’autre, alors la relation est condamnée à la rupture. Car en effet, le respect est un pilier fondamental qui va de pair avec l’affection.

    Un des secrets des couples heureux est que les partenaires sont conscients que, passée la phase que l’on nomme « Lune de miel », le couple se relâche légèrement. Nous ne ressentons plus ces papillons dans le ventre qui nous rendaient si nerveux ou nerveuse, car nous sommes passé dans la phase d’un amour plus mature.

    Cependant, que l’amour soit plus mûr n’implique pas qu’il chute et s’éteigne dans une suite d’erreurs prédéterminées que commettent de nombreux couples, comme par exemple, cesser de se démontrer de l’affection

    Se démontrer de l’affection, c’est se faire des caresses, des baisers sur la joue, se prendre par la main, se sourire ou se dire simplement « merci ». Toutes ces petites choses qui, à l’occasion, se perdent au fur et à mesure que l’on connaît l’autre, que l’on s’habitue à lui et à la relation.

    • Les couples heureux savent que le contact est essentiel. Parce que, en absence de ce contact, le couple se transforme en compagnonnage passif.
    • Les démonstrations d’affection sont nécessaires pour se rapprocher l’un de l’autre, pour se connecter l’un à l’autre et ne pas laisser la relation sombrer dans la monotonie.
    • Sans connexion et sans caresses, le sexe, avec le temps, peut lui aussi sombrer dans l’oubli.

    La gestion intelligente des conflits

    Un couple qui se parle et qui gère les conflits

    Une autre clé du bonheur dans le couple est que les partenaires agissent avec intelligence face à des problèmes déterminés qui peuvent surgir dans la relation. Un facteur d’échec définitif pourrait être l’émergence de conflits issus de différences de points de vue.

    Cependant, les couples heureux savent que leur respect mutuel passe avant toute chose. Ainsi, les partenaires seront capables de communiquer ce qu’ils pensent sans attaquer l’autre ni imposer leur avis.

    Ce qu’ils font alors c’est s’écouter mutuellement, entendre la position de l’un et de l’autre et, à partir de cela, essayer de trouver une solution qui satisfasse les deux partenaires. C’est-à-dire qu’ils essayent de trouver un terrain d’entente.

    Beaucoup de couple font l’erreur de cacher la poussière sous le tapis, de faire des tentatives de manipulation, de réprimander le partenaire et d’agir d’une façon qui porte atteinte à la relation.

    Il existe pourtant d’autres manières de résoudre les conflits. Cependant, pour ce faire, il nous faut impérativement respecter l’autre, l’écouter et être capable de montrer de l’empathie pour son partenaire.

    Ils créent ce que nous appelons un « Atlas de l’Amour »

    Un couple heureux qui s'embrasse

    L’ultime clé du bonheur dans le couple est la création d’un Atlas de l’Amour, qui n’est autre que le schéma que le couple va créer lors de la relation.

    Au sein de ce schéma, les réponses aux questions suivantes sont données : Quelles sont les choses qui intéressent mon partenaire ? Qu’est-ce qui rend mon partenaire heureux ? Qu’est-ce qui le motive ?

    Les réponses à toutes ces questions vont créer un schéma relationnel que tout couple heureux prendra perpétuellement en compte.

    Grâce à ce schéma, chaque membre du couple construit sa vie quotidienne en tenant compte des rêves de l’autre, de ses aspirations et objectifs, des événements les plus importants, de ce qui le motive, de ce qui le rend heureux…

    Tout ceci fait au final que les membres du couple se complémentent, se connaissent bien mieux et possèdent les clés pour vivre une vie quotidienne bien plus riche.

     

    Les couples heureux ne font rien d’extraordinaire pour l’être. Simplement, ils essayent d’assurer le bien-être non seulement individuel mais aussi mutuel et relationnel.

    La communication, l’empathie et les autres éléments mentionnés ci-dessus seront les clés importantes pour permettre une relation de couple véritablement fructueuse.

    Chaque problème se résolvant en communiquant et en s’écoutant l’un l’autre, et chaque difficulté se résolvant main dans la main. Un couple est une équipe.

    Maintenant que vous connaissez les clés d’un couple heureux, les mettrez-vous en pratique ?

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 manières de réussir vos conversations

     

     

     

     

     

    Pour réaliser des bonnes conversations, en plus d'un sujet intéressant, nous devons prendre en compte d'autres aspects, tels que l'interaction avec notre interlocuteur et le respect des tours de parole.

    5 manières de réussir vos conversations

    Parfois, nous avons besoin que nos conversations connaissent un succès total.

    Cependant, nous pensons souvent que ce succès est lié à notre public ou aux personnes qui nous entourent. Est-ce vraiment le cas ?

    Ce qui est certain, c’est que pour avoir des conversations enrichissantes et intéressantes, nous devons suivre certaines recommandations auxquelles nous ne prêtons généralement pas attention.

    Soit parce que nous les considérons comme évidentes, soit parce que nous n’y avons jamais vraiment réfléchi.

    Aujourd’hui, nous allons vous donner quelques conseils pour enrichir vos conversations ou les améliorer. Prenez-en bonne note !

    Comment améliorer vos conversations avec les autres

    améliorer ses conversations avec les autres

    Pour améliorer vos conversations avec les autres à partir de maintenant, vous devez garder à l’esprit que plus vous vous enrichissez et augmentez vos connaissances, meilleur sera le résultat.

    La richesse commence avec l’esprit et ensuite vous pouvez l’extérioriser avec les autres.

    Cependant, ce n’est pas tout. Nous allons vous donner quelques petites lignes directrices qui ne demandent pas beaucoup de temps et que vous pouvez commencer à mettre en pratique dès aujourd’hui.

    Allons-y !

    1. Entourez-vous de personnes avec lesquelles vous pouvez apprendre

    Si vous voulez que vos conversations soient intéressantes, vous devez vous entourer de personnes enrichissantes, avec lesquelles vous pouvez apprendre et qui peuvent vous stimuler.

    Nous savons bien que toutes les personnes ne sont pas comme cela, mais nous savons aussi que nous avons le pouvoir de choisir les personnes qui nous entourent.

    Alors… Pourquoi ne commencez-vous pas à mieux choisir vos relations ?Vous verrez combien vous pouvez apprendre de ces personnes et, à partir de là, les autres pourront apprendre aussi de vous.

    2. Écoutez les autres

    savoir écouter pour améliorer ses conversations

    Si vous n’écoutez pas vraiment, vous pouvez difficilement avoir des conversations intéressantes, parce que vous parlerez toujours de vous, vous voudrez être le centre d’attention et les autres penseront que rien de ce qu’ils disent n’est important pour vous.

    Dans chaque conversation, il doit y avoir de la réciprocité. Il doit y avoir un intérêt dans le discours de l’autre. Sinon, le dialogue n’a aucun sens.

    En outre, si vous voulez réaliser le premier conseil dont nous avons parlé, savoir écouter sera très utile pour apprendre des autres.

    3. Suivez les rythmes de la conversation

    Suivre les rythmes des conversations peut sembler simple, mais ce n’est pas du tout le cas.

    Une personne peut croire qu’elle a participé à un débat, alors qu’en fait elle a gardé le silence la plupart du temps.

    Vous ne savez pas quand intervenir ? Accaparez-vous le temps de conversation des autres ? Parlez-vous trop quand c’est votre tour ? Tout ceci doit être pris en compte lorsque vous intervenez dans une conversation.

    Prendre conscience de quels sont vos défauts et de ce que vous pouvez améliorer vous aidera à apprendre et avoir de meilleures conversations. Il doit toujours y avoir un équilibre !

    4. L’importance de s’adapter aux autres

    s'adapter aux autres pour améliorer ses conversations

    Vous parlez peut-être de quelque chose de très technique et que les autres ne comprennent rien de ce que vous dites. Vous êtes-vous mis à leur place ? Avez-vous détecté ce qui se passe ?

    Cela vous aidera à améliorer vos conversations.

    Tout comme vous ne pouvez pas avoir une conversation pleine de mots techniques avec un enfant de 6 ans, il en va de même pour le niveau de connaissances des personnes qui nous entourent et de nos sujets de conversation.

    Pouvoir se concentrer sur cela, se mettre à la place des autres et adapter notre discours aux autres, nous permettra d’être plus accessibles et d’enrichir nos conversations.

    5. Parlez de vous si nécessaire

    Parfois, nous avons peur de parler de nous-mêmes, soit parce que nous sommes très discrets sur notre vie privée, soit parce que nous croyons que les autres ne vont pas s’intéresser à ce que nous avons à leur dire.

    Cependant, ce n’est pas le cas.

    • Si vous pensez qu’une anecdote sur un moment de votre vie peut donner une touche spéciale à cette conversation, ne vous retenez pas.
    • Les gens autour de vous l’apprécieront et, sans s’en rendre compte, vous améliorerez la conversation que vous entretenez.

    Soyez naturels, écoutez, adaptez-vous au niveau de connaissance des autres et apprenez à respecter les temps de conversation. Avec ces conseils, vos conversations s’amélioreront, même si vous devez toujours faire attention.

    Gardez les yeux ouverts pour percevoir les signaux que les autres peuvent vous envoyer sur la façon dont vous vous exprimez ou sur ce que vous dites.

    De plus, il est également positif de toujours être disposés à rencontrer de nouvelles personnes intéressantes qui peuvent enrichir vos conversations.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 techniques pour vous désintoxiquer émotionnellement

     

     

     

     

     

    Le fait de ne pas être en mesure de vous désintoxiquer émotionnellement et de sauver tout ce que vous ressentez peut vous amener, à un moment donné, à exploser et à laisser tomber toute cette frustration de la pire façon

    5 techniques pour vous désintoxiquer émotionnellement

    Vous vous sentez souvent fatigué ? Anxieux ? Peut être devez-vous apprendre certaines techniques afin de vous désintoxiquer émotionnellement.

    Parfois, nous ne traitons pas bien nos émotions et au lieu de les laisser aller, nous les retenons.

    Les émotions fonctionnent selon un processus de chargement et de déchargement. Cependant, le plus souvent, nous les gardons en nous, ce qui génère alors du stress et de l’anxiété.

    Aujourd’hui, nous vous proposons 5 techniques pour vous désintoxiquer émotionnellement qui vous aideront à vous libérer de ce poids que vous portez depuis si longtemps et qui vous rend malheureux.

    1. La respiration consciente

    La respiration

    Cela peut sembler stupide, mais prenez-vous souvent le temps de vous concentrer sur votre respiration ? Accordez-vous quelques instants pour l’observer ; cela vous aidera à nettoyer et guérir vos émotions.

    • Choisissez un moment de la journée où personne ne vous dérange.
    • Fermez les yeux et sentez votre souffle. Vous pouvez vous concentrer sur le mouvement de votre ventre ou de votre poitrine.
    • Ensuite, prêtez attention à l’air qui entre et sort de vos narines.

    Sentez l’air frais qui entre et l’air chaud qui en sort. Notez comme cela vous détend, et vous permet de prendre conscience de cet automatisme qui vous accompagne à chaque instant et auquel vous ne prêtez pas attention.

    2. Rechargez-vous avec de l’énergie positive

    Trouvez un temps pour vous afin qu’après avoir nettoyé vos émotions par la respiration, vous puissiez vous recharger d’énergie positive.

    Une promenade dans la nature, la lecture d’un livre ou un documentaire plein de positivisme vous aideront à vous ressourcer, à vous motiver et à vous donner la force nécessaire pour aller de l’avant.

    Savez-vous comment vous pouvez vous recharger en énergie positive ? En vous parlant à vous-même, à haute voix et en vous disant des choses comme « allez, je peux le faire », « maintenant je vais le faire », « cette idée est géniale ».

    3. Ne vous retenez pas

    Parler pour vous désintoxiquer émotionnellement

    Nous avons tendance à apprendre certains comportements qui ne favorisent pas la désintoxication émotionnelle.

    • Par exemple, contenir le désir de pleurer, ne pas dire ce que vous pensez de peur d’être rejeté, ne pas discuter d’une décision de votre patron parce qu’il est votre supérieur.
    • Tout cela ne vous permet pas de libérer ce que vous ressentez. Vous pouvez toujours dire ce que vos émotions veulent exprimer, de la bonne manière et avec respect.

    Alors ne vous retenez pas, car ce n’est pas nécessaire. Mettez en pratique ces techniques pour vous désintoxiquer émotionnellement.

    4. Ecrivez ce que vous ressentez

    Si vous pensez que vous ne pouvez pas évacuer ce que vous pensez en le disant face à face et d’une manière respectueuse, alors vous pouvez écrire ce que vous ressentez.

    • L’écriture est une excellente thérapie qui vous permettra de revenir sur vos notes pour voir vos progrès, vos revers et même observer les circonstances sous un nouvel angle.
    • Ne pas vous réprimer ou penser ce que vous écrivez est un non-sens.
    • Laissez votre main glisser sur le papier pour exprimer tout ce que vous avez à l’intérieur.
    • Ce sera certainement libérateur, et cela vous permettra de vous désintoxiquer émotionnellement.

    5. Pratiquer la pleine conscience pour vous désintoxiquer émotionnellement

    Méditer

    Bien que vous puissiez penser que le premier point est étroitement lié à ce dernier, la vérité est que la pleine conscience inclut davantage de choses que l’attention portée à sa respiration.

    C’est une pratique que vous pouvez effectuer même en faisant la vaisselle et qui vous permet d’être conscient du moment présent. De plus, elle vous aide aussi à observer vos pensées.

    Ces pensées qui ont un grand impact sur vos émotions et qui, peut-être, vous affectent plus qu’elles ne le devraient. Auxquelles vous-accrochez-vous ? De quoi avez-vous peur ? Les inquiétudes qui vous tourmentent sont-elles sensées ?

    Ainsi, vous serez en mesure de mettre en pratique la dernière des techniques pour vous désintoxiquer émotionnellement et vous sentir plus libre.

    Toutes ces techniques sont très importantes. Si on ne les applique pas, on peut en arriver à se laisser déborder par la colère, ce qui pourrait nuire nos relations avec les autres.

    De cette façon, vous profiterez d’une meilleure gestion de vos émotions. C’est quelque chose d’extrêmement important pour se sentir plus heureux et maintenir une relation plus saine avec les gens autour de vous.

    Pratiquez la pleine conscience, donnez-vous le temps de réfléchir avec vous-même. Mettez en pratique le reste des techniques présentées dans cet article pour vous désintoxiquer émotionnellement. Cela vous aidera à vous libérer d’un poids que vous avez porté pendant trop longtemps.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 3 réflexions sur l’importance de sortir de sa zone de confort

     

     

     

     

     

    Au lieu de se conformer à nos conditions et de rester dans notre zone de confort, nous devons rechercher le bien-être et oser la quitter pour le trouver.

    3 réflexions sur l’importance de sortir de sa zone de confort

    Il est temps d’aller de l’avant. Ne soyez pas prisonnier de la conformité. Sortez de votre confort. Des expériences vous attendent, et, tant que vous ne retirez pas les verrous, vous ne pourrez pas en profiter.

    Qu’est-ce qui vous fait peur ? Les êtres humains recherchent le moment où ils se sentent en sécurité, nous voulons un emploi stable, une maison, et voir notre famille se développer de la meilleure façon.

    Mais qu’en est-il de nos objectifs ? Où est le défi de vivre ? Si vous voulez réussir, vous devez passer des tests, peu importe si vos genoux tremblent.

    La vie est un champ d’apprentissage, où nous sommes tous de petites éponges qui absorbent ce qui nous entoure. Peu importe notre niveau d’éducation nous avons tous quelque chose à enseigner.

    Nous réagissons aussi par instinct, en évitant les menaces possibles, nous voulons ce qui nous cause de l’adrénaline et du bonheur et, pourtant, nous fuyons l’incertitude et les échecs.

    Le problème est que nous avançons avec beaucoup d’excuses de peur de faire face au risque. Vous êtes devenu-e-s si fort-e-s dans les mensongesque vous y croyez vous-même.

    Vous êtes la souris qui vit dans le trou en regardant tout de l’intérieur et vous voulez être ailleurs, mais vous ne voulez pas que le chat vous mange.

    La raison? Vous ne vous faites pas confiance, vous n’êtes pas conscient de vos capacités parce que vous ne les connaissez pas, si vous courrez sans regarder en arrière, vous ne pourrez pas les atteindre.

    Pourquoi vivez-vous à travers votre imagination ? Dans laquelle vous voyagez à l’endroit qui vous fait rêver, vous abandonnez le travail qui vous submerge, vous vous battez pour faire ce que vous aimez vraiment, vous appréciez chaque moment, la bonne compagnie et même la solitude.

    Vous avez tout fait pour garder une « vie parfaite » avant tout le reste, en accédant à ce que les autres veulent et vous vous perdez en route.

    Réveillez-vous ! Vous n’êtes pas une machine, brisez la routine et quittez votre zone de confort.

    1. C’est la vie qui m’est destinée

    Choisir sa propre vie

    Pourquoi êtes-vous toujours là si tout a mal tourné ? Nous sommes tellement immergés dans la routine que nous nous contentons de penser « c’est ce qui doit se passer ».

    Le rôle de la victime est quelque chose qui ressort parfaitement et, en fait, nous cherchons ce qui correspond au drame et à la déception. Nous rejetons ce qui nous fait nous tourner d’un autre côté, même si nous savons que c’est mieux.

    La question est, est-ce vraiment vivre ?

    Lorsque vous arrêtez de rencontrer de nouvelles personnes, d’essayer de nouvelles recettes, de mettre à fin à une relation qui ne vous rend pas heureux et que vous travaillez seulement pour travailler, la seule chose que vous faites est mourir. Même si votre coeur vous rappelle le contraire.

    Laissez ces clichés qui sont devenus des croix dans votre dos. Ne faites pas d’erreurs, ce n’est pas la vie qui vous est tombée dessus, c’est la vie que vous avez décidé d’avoir.

    Vous êtes l’auteur de votre histoire : vous pouvez modifier le script quand vous le souhaitez, supprimer des personnages et faire une révolution si vous le souhaitez, mais n’ayez pas peur de trouver une fin heureuse.

    2. Faites-le maintenant !

    Changer de vie

    Sommes-nous éternels ? Qui nous a donné la sécurité de croire qu’il y aura toujours un lendemain ? L’ordre de nos journées est la preuve que nous ne prenons pas de risques.

    Nous planifions en détail ce qui nous attend dans le futur et étudions ce que nous n’avons pas fait pour le mettre en avant. « Quand j’aurai ma maison », » le jour de mon mariage », » au fur et à mesure que mes enfants grandiront ».

    Et si ce moment ne vient jamais? La vie est aujourd’hui, pas demain.Faites-le même si vous sentez que votre coeur vous sort de la poitrine et que votre sang rempli votre tête. Parce que, dans l’attente, vous pourrez rester à mi-chemin et ne rien faire du tout.

    Vous pouvez avoir des journées confortables et un toit sur la tête en toute sécurité, mais si vous n’avez pas de sourire sur votre visage, à quoi bon ?

    3. Brisez vos limites et sortez de votre zone de confort

    Etre heureux-se

    Le temps est venu de vous transcender, de transformer vos faiblesses en une impulsion à améliorer.

    Personne ne doit prendre vos décisions, cessez de vous blâmer de ne pas répondre aux attentes des autres. Chaque personne est différente, jusqu’où pouvez-vous aller ?

    La seule personne qui peut vous motiver, c’est vous. Si vous vous bloquez, vous ne pouvez pas avancer.

    Dépassez vos propres objectifs, sortez de cette zone de confort. Si vous êtes capables de le dessiner dans votre esprit, vous pouvez le faire !

    Commencez par vous accepter, en prenant le temps de vous connaître et ensuite, demandez-vous : suis-je heureux ? Attendez la réponse.

    Si c’est un non, il est temps de traverser le pont même si cela vous donne le vertige.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Nous sommes ceux que nous permettons

    de nous connaître vraiment

     

     

     

     

    Quand nous laissons quelqu'un nous connaître véritablement, bien que nous ayons déjà été trahis, nous ne devrions pas avoir honte, puisque l'erreur n'est pas la notre

    Nous sommes celleux que nous permettons de nous connaître vraiment

    Nous sommes celui/celle qui nous connait pour de vrai, cette personne avec qui nous pouvons nous déshabiller émotionnellement, sans peur, sans préjugés, sans crainte d’être jugé ou trahi, cette personne qui peut nous connaître vraiment.

    Cette harmonisation des caractères forme une complicité exceptionnelle qui établit les piliers de l’engagement et de l’intimité. Où, finalement, nous nous sentons en sécurité avec quelqu’un de spécial, avec une personne importante dans notre cycle de vie.

    Il est important de dire que nous ne nous référons pas seulement aux relations de couple.

    Aussi les meilleurs amis partent-ils de ce principe fondamental, pour pouvoir nous montrer avec authenticité devant quelqu’un, en leur laissant parfois voir la partie la plus sombre ou la plus négative de nous-mêmes.

    Pour y parvenir, aspirer à un type de lien avec une telle qualité émotionnelle constitue un tendon psychologique de grande force qui revient à notre santé.

    Cela profite également à notre bien-être personnel, ainsi qu’à notre capacité à faire face aux difficultés avec davantage d’intégrité.

    Celui/celle qui vous connaît vraiment doit respecter vos lumières et vos ombres

    Lumières et ombres

    Connaitre quelqu’un n’est vraiment pas quelque chose qui se réalise du jour au lendemain. Et, parfois, même pas dans une vie.

    Il y a des couples et il y a des familles de plusieurs membres qui vivent pendant des années sous un même toit et qui, cependant, ne se connaissent pas toujours.

    • Il ne suffit pas d’avoir une personne à côté de nous pour savoir comment c’est, une telle connaissance demande de la patience, de l’observation. Et surtout une ouverture d’esprit de part et d’autre.
    • Pour qu’il y ait une ouverture, il faut de la confiance entre les deux personnes.
    • La confiance se gagne, tel un don qu’on atteint en sachant que nous sommes valorisés, en percevant que cette personne ne va pas nous punir ou nous critiquer pour ce que nous sommes, ce que nous aimons, ce qui nous définit…
    • La personne qui nous connait vraiment aura vu à un moment donné nos démons. Ces points sombres, faibles et désagréables qui effraient certains et que d’autres au contraire, savent accepter pour nous aider à devenir meilleurs.

    Vous êtes cette personne qui se veut libre mais qui marche à vos côtés

    Un couple

    Les personnes ne nous appartiennent pas, mais nous créons des liens basés sur la réciprocité et l’engagement avec celleux que nous aimons, avec des êtres qui ont du sens pour nous.

    • Cela signifie que, bien que nous partagions des espaces, des moments, des complicités, des idées et des valeurs, chacun de nous a, à son tour, ses propres ailes pour grandir personnellement. D’un espace, d’un coin privé où nous pouvons nous réaliser.
    • Cette dimension intime doit être respectée par les autres. Par conséquent, les personnes à qui nous nous donnons émotionnellement ne devraient pas violer cette frontière.
    • Elles doivent savoir créer un « nous » mais aussi laisser la place à un « moi » privé.

    Si tu veux vraiment me connaître, montre-moi que tu me mérites

    Parfois, nous faisons des erreurs. De ce fait, nous l’avons tous vécu une fois: le regret d’avoir fait confiance à quelqu’un, se repentir de nous avoir fait connaître à une personne qui ne nous a jamais mérités. Qui nous a trahis.

    • Loin de rester coincé dans cette mauvaise expérience, il est bon d’en tirer des leçons. De tirer des conclusions utiles et d’être toujours plus prudent.
    • Il ne s’agit pas de nous enfermer dans une relation, là où nous développons une méfiance chronique, une apathie relationnelle où toute illusion est perdue pour trouver de nouvelles amours ou des amitiés plus solides, plus authentiques.

    Les personnes sont des êtres sociaux, et par conséquent, nous devons nous connecter. Pour nous connecter et créer des liens de qualité, il faut d’abord investir dans de l’amour propre.

    • Si je ne m’aime pas comme je le mérite, je ne saurais pas comment mettre en place les filtres adéquats, ceux qui me font savoir quand c’est possible et quand ça ne l’est pas, ceux qui me font savoir que je peux avoir confiance en quelqu’un.

    Cette habilité, cette compétence émotionnelle, vient avec le temps.

    Ainsi, il n’y a aucune raison de regretter ces erreurs d’hier. Nous avons tous ouvert les portes à ceux qui, à un moment donné, semblaient dignes de confiance. Quelqu’un qui nous éblouissait de fausses promesses et de fausses qualités.

    Prenez soin de celleux qui vous connaissent vraiment, c’est un trésor unique

    Faire confiance

    Si on prend soin de ce qu’on aime, ce dont on prend soin dure toujours.

    • Par conséquent, si vous avez cette personne à vos côtés ou des personnes spéciales qui connaissent vos lumières et vos ombres, celles avec qui vous partagez vos joies, vos rêves. Vos désirs et vos espoirs, n’oubliez pas qu’elles méritent aussi le même échange.
    • Ces personnes nous ont aussi choisies à un moment, elles sont aussi les nôtres et nous sommes les leurs.

    Parce que nous partageons le même tissu émotionnel, d’où nous pouvons continuer à grandir, changer nos préoccupations, apaiser nos peurs, nous connaître, combler les lacunes et façonner une vie en harmonie où nous gagnons tous et où personne ne perd.

    N’hésitez pas à trouver ces êtres spéciaux. Ces âmes soeurs, amis de voyage ou amoureux inoxydables avec qui vous pourrez construire un bonheur authentique.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Quand vous aimez il est difficile de dire «non»,

    mais c’est parfois nécessaire

     

     

     

     

    La première personne que vous devriez aimer avant de commencer une relation est vous-même. C'est seulement de cette façon que vous serez en mesure de fixer des limites et vous saurez jusqu'où vous êtes prêts à aller.

    Quand vous aimez il est difficile de dire « non », mais c’est parfois nécessaire

    Quelles sont vos limites Quand vous aimez, vous ne vous êtes certainement jamais posé cette question. Cependant, il serait très important que vous commenciez à y réfléchir.

    Parce que quand vous aimez, vous savez combien il est difficile de dire « non ». Il y a des choses que vous n’aimez pas, mais vous trouvez qu’il est très difficile de refuser de les supporter ou même de les mener à bien.

    La raison est que l’amour envers votre partenaire vous soumet. Tellement que vous pouvez devenir totalement dépendant-e de l’autre personne.

    Quand vous aimez, dire « non », est nécessaire

    savoir dire non quand on aime

    Quand vous aimez, il est nécessaire de dire «non» dans les moments où vos valeurs sont dépassées. Parce que, comme dans toute relation, il est vrai que parfois vous devez céder et établir un accord.

    Par exemple, si un jour vous n’avez pas envie de regarder ce film, mais que vous cédez. Vous pouvez faire l’effort si lors d’une autre occasion, cela se passe à l’inverse, et que votre décision soit respectée.

    Cependant, que se passe-t-il lorsque notre partenaire essaie de nous manipuler ? Ou que s’installe la jalousie parce que nous restons avec nos amis ?

    Dans ce cas, il faut rester ferme et dire « non ». Donnez-vous la place que vous méritez et arrêtez de vous soumettre. Parce que cela, sans aucun doute, vous mènera sur un chemin très difficile.

    Notre dignité doit toujours rester au premier plan. Cependant, parfois, l’amour nous rend si aveugles que nous nous abandonnons à l’autre, en lui donnant le droit de nous faire du mal.

    Des expressions telles que «qui aime bien châtie bien» ou « Je ne suis rien sans toi » ont souvent provoqué dans les relations beaucoup  d’humiliations, un manque de respect et une infinité de situations où nous aurions dû dire « non » à temps.

    Nous devons refuser de continuer de supporter quelque chose qui, sans aucun doute, n’est pas de l’amour, mais ressemble plutôt à un abus, un contrôle, une manipulation, de la douleur…

    Donc, si vous aimez, même si c’est dur pour vous, vous devez savoir dire « non », chaque fois que vous en ressentez  le besoin et quand l’autre personne transgresse vos limites.

    Quelles sont vos limites ?

    connaître vos limites pour pouvoir dire non

    Pour savoir quelles sont les limites que vous devez garder à l’esprit lorsque vous aimez, avant vous devez réfléchir à vos valeurs.

    Pour cela, vous pouvez faire une liste et reprendre toutes les valeurs qui sont importantes pour vous. Peut-être que c’est le respect, la gentillesse, la générosité, la liberté… Pensez-y ! Mais surtout, écrivez-les noir sur blanc.

    Une fois que vous avez fait cette liste de valeurs, réalisez une colonne juste à côté et notez tout ce qui, si cela arrive dans la relation, serait une raison pour la terminer.

    Autrement dit, ce seront vos limites. Tout ce que vous ne toléreriez pas, tout ce qui pourrait arriver juste une fois et provoquerait un « non », une barrière et la fin de la relation.

    Penser aux limites est quelque chose de beaucoup plus difficile. Parce qu’il semble que quand on aime, on n’as pas de limites. En fait, c’est incroyable ce que nous sommes parfois disposé-e-s à supporter dans une relation, ce que nous endurons.

    Une limite peut être pour vous une infidélité, un abus, un mensonge ou tout juste de l’indifférence. Écrivez-les et gardez-les à l’esprit. Comme pour les valeurs, vous devez leur être fidèle et ne pas tolérer que quelqu’un les franchisse.

    Notre concept de l’amour

    notre concept de l'amour et savoir dire non

    Le fait que lorsque nous aimons, nous ne savons pas dire « non » ni fixer de limites ou nous donner la valeur que nous méritons, s’explique parce que nous avons un concept très néfaste de l’amour, mais qui existe encore actuellement dans la société.

    L’amour est considéré comme l’acte de tout donner à l’autre, se donner corps et âme, jusqu’à donner la responsabilité à l’autre de notre propre bonheur.

    Nous croyons qu’avoir quelqu’un à nos côtés est très important, car être célibataire est une honte !

    Donc, quand nous sommes en couple, nous faisons beaucoup de choses pour ne pas perdre l’autre. Une d’entre elles est de permettre à notre partenaire de dépasser nos limites.

    Quand vous voyez à la télévision que beaucoup de femmes sont maltraitées et ne dénoncent pas leurs partenaires, mais qu’elles reviennent avec eux, que pensez-vous qu’il se passe ?

    Elles les ont laissés piétiner leur dignité et permis de leur faire croire qu’elles méritent tout ce qui leur arrive.

    Cela  n’est pas de l’amour. Si vous aimez, vous devez d’abord vous aimez vous-même. Priorisez-vous, sachez quelles valeurs vous avez et quelles limites personne ne peut dépasser.

    Seulement alors vous pourrez aimer et permettre aux autres de vous aimer vraiment.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Langage corporel :

    7 clés pour améliorer votre sécurité et convaincre les autres

     

     

     

     

     

    Langage corporel : 7 clés pour améliorer votre sécurité et convaincre les autres

    En plus de transmettre une certaine attitude aux autres, notre langage corporel peut aussi influencer positivement ce que nous ressentons et nous aider à nous sentir plus en sécurité.

    Notre langage corporel est comme un orchestre silencieux dont nous ne sommes pas toujours conscients et qui a néanmoins un impact direct sur notre environnement et sur les personnes qui en font partie.

    Réussir à maîtriser, connaître et comprendre les secrets du langage corporel facilitera, par exemple, l’amélioration de nos premières impressions, notre attraction envers les autres ou d’avoir également de meilleures ressources pour convaincre les autres de certaines choses.

    Cependant, il ne s’agit pas du tout de nous former à ces stratégies que les vendeur-se-s ou même les politiciens utilisent avec leur public.

    Nous voulons parler de la capacité d’améliorer notre sécurité un peu plus pour avoir un meilleur contrôle dans nos conversations, dans nos entretiens d’embauche et même, pourquoi pas, dans notre façon de séduire.

    Aujourd’hui dans cet article nous vous proposons de connaître 7 clés pour améliorer votre langage corporel dans ce type de contextes. Nous sommes sûr-e-s qu’ils vous seront d’une grande aide.

    1. Le langage corporel et votre langage visuel

    Le langage corporel et votre langage visuel

    Le cerveau télégraphie nos intentions et si nous voulons quelque chose, notre regard est le premier à chercher cet objectif, le premier qui reflète nos intentions.

    Nos yeux sont donc le premier canal et le premier outil du langage corporel, alors pourquoi ne pas en tirer le meilleur parti ?

    • Ne regardez jamais en bas lors d’une conversation.
    • Regardez directement dans les yeux de la personne lorsque vous vous adressez à elle.
    • Rappelez-vous que vos émotions se reflètent dans vos yeux, par conséquent, essayez de transmettre du calme, de la décision et de la sécurité personnelle.

    2. Gardez le dos droit et votre espace personnel

    Tout en parlant à la personne en face de vous, il est important que vous preniez soin de votre position.

    Le dos devrait rester droit, vos épaules reposées, votre cou droit et sans pencher.

    • La position est le reflet de votre attitude et pour améliorer votre sécurité et convaincre les autres de vos paroles, vous ne devez pas tomber dans les extrêmes, c’est-à-dire, vous n’avez pas à assumer une position militaire ou être très laxiste ou insaisissable.
    • L’idéal est de combiner le naturel avec la sécurité et, pour cela, il est également essentiel que vous preniez soin de votre espace personnel.
    • Placez-vous à une distance sûre où vous ne «submergez» pas l’autre personne mais où, en même temps, va se créer une certaine intimité, dans laquelle le dialogue sera naturel et les opinions équiparables.

    3. Les mains sont toujours visibles

    Langage corporel et les mains toujours visibles 

    Si vous êtes dans un entretien d’embauche, dans un dîner spécial ou dans une conversation sérieuse devant une autre personne, ne cachez jamais vos mains. Ne les placez pas dans vos poches ou sous la table ou faites l’erreur de croiser les bras.

    Laissez-les être le témoin de vos paroles, l’expression de vos émotions. Permettez-leurs de se déplacer avec vous naturellement. Libérez-les !

    4. Le silence et le calme peuvent être une bonne stratégie

    Continuons avec la métaphore selon laquelle notre langage corporel est comme un orchestre, comme un groupe de musiciens qui jouent une partition pour satisfaire le public.

    • Comme nous le savons déjà, la musique ne serait pas la même s’il n’y avait pas de silence. Par conséquent, pour avoir un impact direct sur qui nous devance, nous devons également en faire usage de temps en temps.
    • Lorsque l’autre personne, par exemple, exprime quelque chose avec lequel vous n’êtes pas d’accord, au lieu de tomber dans les reproches ou de répondre immédiatement, utilisez le silence et souriez. Détendez-vous.

    Parfois, le silence est l’expression de la sagesse. Faisons-en bon usage.

    5. Tenez un objet pendant que vous parlez

    Pour créer un impact direct sur quelqu’un ou même sur un groupe de personnes, il est toujours utile de prendre un stylo, un crayon et même des lunettes pendant que nous parlons.

    • Avoir ces objets ou accessoires avec une connotation « intellectuelle » crée une image de sécurité devant un public.
    • De même, avoir quelque chose dans les mains nous aide aussi à canaliser un peu l’anxiété.

    6. Le hochement de tête

    Hochement de tête

    Le hochement de tête est une stratégie essentielle dans notre langage corporel. C’est une façon de se connecter avec la personne qui est en face de nous, de valider ce qu’elle nous dit, de montrer de l’ouverture d’esprit et de l’intérêt.

    Cela ne signifie pas nécessairement que nous sommes d’accord avec tout ce qui est dit : cela fait partie d’un rituel de respect et de confiance où nous pouvons créer un climat positif pour parvenir à des accords, pour donner une image de personne sûre, respectueuse et intelligente.

    7. Ne tombez pas dans les excès. Trouvez un point intermédiaire où vous vous sentez à l’aise

    Pour convaincre les autres de quelque chose, vous n’avez pas besoin d’être un acteur. Ne réalisez pas des gestes exagérés, ni des discours excessifs au cours desquels vous ne laissez pas intervenir les autres.

    L’entraînement au langage corporel est l’art d’être soi-même mais d’en contrôler les clés pour créer un impact positif sans tomber dans la théâtralité.

    Il faut dire, bien sûr, que ce n’est pas facile. Pour ce faire, nous devons travailler en particulier sur notre estime de nous-mêmes, notre confiance personnelle et même ces tics ou gestes nerveux que nous utilisons parfois pour cacher ou canaliser nos nerfs ou notre insécurité.

    L'entraînement au langage corporel est l'art d'être soi-même

    Pour conclure, puisque nous aimons tous nous sentir plus à l’aise dans nos relations quotidiennes et ainsi augmenter notre capacité d’attraction et de sécurité envers les autres, osons utiliser ces simples directives du langage corporel.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ne renoncez pas à l’amour,

    renoncez aux personnes qui n’ont pas su vous aimer

     

     

     

     

     

    Au lieu de renoncer à l'amour, apprenez d'abord à vous aimer vous-même pour ne pas devoir mendier l'affection des autres et finir par faire de mauvais choix.

    Ne renoncez pas à l’amour, renoncez aux personnes qui n’ont pas su vous aimer

    L’amour est un très beau sentiment que tout le monde mérite de connaître. Cependant, durant ces expériences, vous avez surement souffert, et on vous a fait du mal.

    Toutefois, ne renoncez pas à l’amour, ce serait une grave erreur.

    Mieux vaut renoncer à tous ceux qui n’ont pas su vous aimer comme vous le méritez ou, peut-être, renoncer à faire les mêmes erreurs en vous laissant dominer par des attentes et des idéaux qui finissent par s’écrouler au fil du temps.

    L’amour peut faire beaucoup de mal quand on le nourrit de dépendance, de jalousie, de maltraitance ou de possession et d’insécurité.

    Par conséquent, il est important que vous ne renonciez pas à l’amour, mais plutôt à ce que vous pensiez qu’il était jusqu’à maintenant.

    Ne confondez pas l’amour avec les relations toxiques

    femme

    Parfois, les personnes qui nous conviennent le moins sont celles auxquelles nous tenons le plus.

    Nous les idéalisons dès le début de la relation : mais qu’arrive-t-il avec le temps ? Tout change, rien ne semble plus pareil ou peut-être est-ce parce avant voyions pas de la même manière ?

    Parfois, quand on ressent quelque chose de très fort pour quelqu’un, c’est comme si on était devenu aveugle. Tout d’un coup, notre entourage nous dit que ce n’est pas bon pour nous, mais nous persistons à croire que tout le monde a tort.

    Nous nous mettons un bandeau sur les yeux en croyant que « ils vécurent heureux d’amour et d’eau fraîche » va devenir une réalité. Mais trouver le Prince Charmant ou la Princesse des Mille et une Nuits reste toujours aujourd’hui un véritable défi.

    En fait, même si nous rencontrons souvent des gens avec qui nous finissons par tisser des liens toxiques, qui recouvrent le mot « amour » par de la douleur, cela ne veut pas dire que c’est toujours le cas.

    Nous devons apprendre à renoncer aux espoirs et aux rêves qui ne deviennent réalité que dans les films.

    Dans la vraie vie, il n’ y a ni princes ni princesses. Ce que nous allons plutôt rencontrer,  ce sont des gens qui peuvent nous faire beaucoup de mal si, dès le début, nous fermons les yeux au lieu les ouvrir.

    Qu’est-ce que l’amour, pour vous ? 

    deux femmes enlacées

    Nous vous parlions précédemment de princes et de princesses, mais que dire de « l’âme sœur » ? Ou de « rencontrer son autre moitié » ? Ce sont des concepts plus modernes, mais ils sont encore extrêmement nocifs.

    La société nous inculque le besoin de trouver un partenaire, parce que c’est synonyme de succès dans les relations. Cependant, appeler l’autre personne « son autre moitié » peut nous faire voir l’amour comme il ne l’est pas vraiment.

    Beaucoup de personnes qui font face à la dépendance émotionnelle tous les jours de leur vie. Un problématique très facile à rencontrer, mais très difficile à régler.

    Vous vous abandonnez à l’autre personne, vous pensez que vous n’êtes rien sans elle. Pardon ? Mais qui étiez-vous avant de la rencontrer pour la première fois ?

    S’attacher à quelqu’un, ce n’est pas de l’amour, dépendre de quelqu’un encore moins. L’amour est libre et il doit vous permettre de grandir. Quand cela fatigue, épuise, fait souffrir, désespère… Ce n’est pas de l’amour, croyez-nous, c’est tout autre chose.

    Ce sont vos peurs qui ressortent, vos insécurités, votre frayeur de la solitude.

    Parfois, vous ne commencez pas une relation parce que vous êtes attiré par l’autre personne, mais parce vous êtes soulagé-e de trouver quelqu’un qui vous a remarqué, qui vous aime et qui veut bien être avec vous.

    Faites attention. Tôt ou tard, vous allez souffrir et si vous ne vous en rendez pas compte, vous aller finir par multiplier les rencontres les unes derrière les autres…

    Chacune d’entre elles sera deux fois plus douloureuse que la précédente. Nous ne sommes pas sur cette Terre pour souffrir. Allons-nous commencer à nous libérer de la douleur causée une conception erronée de l’amour ?

    L’amour n’est pas synonyme de lutte et encore moins de souffrance

    ne renoncez pas à l'amour

    Ne renoncez pas à l’amour véritable, renoncez à celui qui vous fait souffrir, et cessez de pleurer tous les soirs pour quelqu’un qui n’en vaut pas vraiment la peine.

    Vous pensez que c’est ainsi parce que vous avez fait de cette personne le centre de votre monde.

    Cependant, quand vous ouvrez les yeux et que vous regardez la situation avec du recul, vous vous rendez compte que ce n’en valait pas la peine, que l’autre personne ne méritait pas tant de souffrance et de don de soi.

    Alors, ne rejetez pas l’amour, rejetez uniquement les personnes avec qui vous ne pouvez pas forger une relation saine, soit parce que dans votre propre personne il y a des choses à guérir, soit parce qu’elles ne peuvent rien vous apporter.

    Il y a des gens dont l’idée erronée de l’amour fait qu’ils ne savent pas aimer et vous en avez peut-être déjà rencontré beaucoup.

    Quelle que soit votre situation, ne renoncez jamais à l’amour.

     

    Illustrations d’Elodie Nadreau.

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 7 mots toxiques que vous devriez arrêter d’utiliser

     

     

     

     

    Bien que nous ayons du mal à le croire, les mots toxiques affectent non seulement les personnes à qui nous les dirigeons, mais également notre intérieur et nous rendent moins capables.

    7 mots toxiques que vous devriez arrêter d’utiliser

    Dans notre vie quotidienne, nous utilisons fréquemment différents mots toxiques que nous devrions éliminer définitivement de notre vocabulaire.

    Ce que nous disons, ce que nous prononçons, même si nous ne le croyons pas, a une grande importance. Chaque mot qui sort de notre bouche est le reflet de ce que nous pensons.

    Pour cette raison, aujourd’hui nous allons faire une compilation de quelques mots toxiques que nous devrions arrêter de dire. Ils influencent ce que nous faisons, comment nous nous comportons avec les autres et, aussi, envers nous-mêmes.

    1. Bizarre

    bizarre est un mot toxique que vous devriez arrêter d'utiliser

    « Comme c’est étrange », « c’est tellement bizarre … » sont plusieurs exemples de phrases qui en disent plus qu’elles ne le devraient. Ce mot révèle quelque chose que nous ne prenons généralement pas en compte : nos préjugés.

    Chaque fois que nous disons que quelqu’un est bizarre, nous affirmons que nous sommes normaux-ales. Quand nous affirmons que ce que fait une personne est bizarre, nous voulons dire que ce que nous faisons provient des standards habituels.

    Mais qui détermine cela ? Nous sommes tous différents, mais nous sommes plus influencés par la société que nous le pensons.

    Arrêtons d’utiliser ce mot et ouvrons plus nos esprits. Nous avons tous des qualités !

    2. J’ai besoin de toi

    Comment ? Ce verbe est utilisé plus que nous ne le devrions entre les couples pour tenter de faire savoir à l’autre à quel point il est spécial pour nous.

    Cependant, derrière ce mot se cachent beaucoup d’affirmations que nous devrions connaître : « sans toi je ne suis rien », « tu es tout pour moi », « que ferais-je sans toi », « je t’aime plus que ma vie » …

    Dans ce cas, le besoin pour une autre personne d’être heureuse est la dépendance, et pas l’amour. Néanmoins, nous continuons à confondre le besoin avec ce sentiment pur.

    3. La culpabilité

    la cuplabilité est un mot toxique

    « C’est de ta faute » est une phrase que nous utilisons beaucoup et qui reflète la peur que de devoir à assumer la responsabilité de nos propres actes.

    C’est l’un des mots toxiques les plus enracinés, mais auquel nous accordons le moins d’importance. Et nous avons tendance à vouloir échapper à l’autocritique, nous voulons être parfait-e-s !

    Si nous faisons une erreur, acceptons-le. Il n’y a rien de mal, tout le monde a tort. Ne blâmons pas qui ne l’a pas vraiment.

    4. Moche

    Comme avec le mot « bizarre », qui détermine ce qui est moche ou pas ? Ah bien sûr, les canons de la beauté et la publicité trompeuse pleine de retouches numériques qui montrent des corps et des visages libres de toutes imperfections.

    Si nous ouvrons nos esprits et que nous le libérons de toutes ces croyances, nous réaliserons que rien n’est moche. Tout possède sa part de beauté, des traits qui peuvent nous faire tomber amoureux ou nous être indifférents.

    Cependant, même si quelque chose ou quelqu’un ne nous attire pas, cela n’implique pas qu’il est moche. Parce que, comme vous l’avez certainement déjà remarqué, les goûts sont variés, n’est-ce pas ?

    5. Je ne peux pas

    Je ne peux pas est un mot toxique

    Êtes-vous sûr que vous ne pouvez pas ? C’est l’un des mots toxiques les plus limitants et, malheureusement, que l’on prononce et que l’on croit souvent.

    Tout est possible dans la mesure de nos capacités. Seulement, parfois, si nous ne sommes pas dans une position entre le marteau et l’enclume, nous croyons que nous ne pouvons pas réaliser, faire ou surmonter quelque chose.

    Nous sommes plus forts que nous le pensons. L’expression « je ne peux pas » est une négation qui vous limite. Changez-le en « je peux », même si cela est difficile. Vous verrez comment les choses changent, et votre vision du monde aussi.

    6. Je déteste

    La haine elle-même est un sentiment qui provoque beaucoup de tort, non seulement aux autres, mais aussi à ceux qui le ressentent. C’est comme un ulcère qui grandit et qui nous fait du mal à l’intérieur.

    Cependant, ce sentiment est présent dans des phrases telles que « Je déteste mon travail », « Je déteste mon partenaire », « Je déteste ma situation »…

    Nous pouvons détester tout cela, mais faisons-nous quelque chose pour changer cette situation ?  Non. Par conséquent, nous nourrissons une rancune que nous acceptons nous-mêmes.

    La haine nous mine et nous remplit de mauvais sentiments. Nous pouvons nous libérer d’elle en ce moment. Cela ne vaut pas la peine de continuer à la garder.

    7. L’échec

    L’échec est un mot toxique à banir

    L’échec nous a toujours fait peur et la prononciation de ce mot nous terrifie. Cependant, parfois nous disons « J’ai échoué ».

    Nous avons la fausse croyance que l’échec est une chose terrible. Cependant, c’est l’occasion de s’améliorer, de prendre de meilleures décisions et, surtout, d’apprendre de ce que nous avons fait.

    Il n’y a rien de mal à l’échec, c’est juste le contraire ! Changez ce « J’ai échoué » en « Je suis une personne qui apprend de chaque erreur commise ».

    Utilisez-vous ces mots toxiques dans votre vie quotidienne ? Prendre conscience de ces mots vous permettra de ne plus les employer mais de les remplacer par des mots plus positifs qui feront que votre vie change sensiblement.

    Même si cela semble contradictoire, les permissions qui doivent avoir le plus de valeur dans notre conscience sont celles que nous nous donnons à nous-mêmes. Ce que les autres pensent doit être secondaire.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Prophétie auto-réalisatrice,

    quand ce que vous prédisez devient une réalité

     

     

     

     

     

    Au lieu de l'identifier uniquement avec des faits négatifs, pourquoi n'utilisons-nous pas la prophétie auto-réalisatrice à notre faveur pour assurer le succès et le bien-être dans notre vie de tous les jours ?

    Prophétie auto-réalisatrice, quand ce que vous prédisez devient une réalité

    Elle est connue comme l’effet Pygmalion ou la prophétie auto-réalisatrice. Son origine remonte aux anciens Grecs, qui ont fait connaître cette réalité si présente dans nos vies à travers la légende d’Ovide.

    Cette légende raconte qu’un sculpteur nommé Pygmalion tomba amoureux d’une de ses créations, qu’il nomma Galatée. Son amour était si grand et si aveugle qu’il prenait la sculpture pour une vraie femme.

    La déesse Aphrodite réalisant le grand amour que Pygmalion éprouvait pour sa création, fit qu’elle devienne vivante. Ainsi, ce qu’il désirait, à la fin, s’est accompli.

    Qu’arrive-t-il à une personne ayant un problème de jalousie ? Elle surveille constamment son/sa partenaire, cherche des preuves d’éventuelles infidélités et finit par trouver ce qu’elle craint tant.

    La prophétie auto-réalisatrice présente dans notre vie quotidienne

    La prophétie auto-réalisatrice présente dans notre vie quotidienne

    Il semble ironique de penser que ce dont nous avons si peur peut devenir une réalité. Cependant, nos actions fonctionnent comme si elles étaient un appel.

    Sans le vouloir, une personne jalouse cherche des preuves qui n’existent pas. Cependant, comme elle continue dans cette dynamique, elle finit par trouver ce qu’elle attendait tellement.

    La même chose arrive dans d’autres domaines, comme celui de l’école par exemple.

    Quand un enseignant pense qu’un étudiant va échouer à son examen et qu’il le fait savoir à l’élève, ce dernier le croit inconsciemment et agit de telle manière que ce qui a été affirmé devient une réalité.

    Comme nous pouvons le voir, la prophétie auto-réalisatrice est très présente dans les situations négatives. Cependant, l’effet Pygmalion peut être utilisé dans son côté positif.

    Comme pour Ovide, croire que nous pouvons réussir dans un projet ou que nous pouvons réaliser un rêve auquel personne ne croit peut nous conduire à le réaliser.

    croire à un projet peut nous conduire à le réaliser

    Il n’y a rien d’impossible. Cependant, notre vie est plus régie par le négatif que par le positif. Les gens nous tirent souvent en arrière. Par conséquent, l’effet Pygmalion a beaucoup plus d’exemples négatifs que positifs.

    L’effet Pygmalion et la loi d’attraction

    Nous pourrions comparer cette prophétie auto-réalisatrice avec la loi de l’attraction. En fait, quand nous croyons quelque chose, nous l’attirons irréfutablement jusqu’au jour où, sans l’attendre, cela devient une réalité.

    Il n’y a pas de magie impliquée. Cela n’est pas non plus lié avec le destin. La réponse réside dans notre attitude changeante.

    Par exemple, nous n’agirons pas de la même manière si nous faisons confiance à notre partenaire que si nous pensons continuellement qu’il va nous tromper avec une autre personne.

    Nos actions vont tracer une route dont nous ne pouvons pas éviter l’achèvement.

    Cependant, nous ne faisons pas attention et, pour cette raison, nous finissons par nous surprendre de ce que nous avons nous-mêmes décidé d’une manière ou d’une autre.

    Vous êtes-vous déjà trouvé dans la situation d’attirer le même type de personnes ? Peut-être des menteurs ou des infidèles.

    Vous pensez que vous n’avez pas de chance ou que les autres ne sont pas de bonnes personnes.

    Cependant, vous n’avez peut-être pas regardé à l’intérieur de vous-même et vous n’avez pas réalisé que vous avez une croyance fortement installée dans la partie inconsciente de votre cerveau qui vous fait penser que tout le monde ment ou est un infidèle.

    Nos pensées et nos croyances sont très puissantes. Être conscient de cela peut être utilisé en notre faveur.

    Ayez la vie que vous désirez

    Vous pouvez avoir la vie que vous voulez grâce à la prophétie auto-réalisatrice. En fait, cela arrive très souvent, seulement quand vos pensées attirent des choses qui ne vous bénéficient pas et qui vous blessent.

    Pourquoi ne pas essayer de faire l’inverse ? Parce que cela nécessite beaucoup d’efforts de votre part. Se libérer des pensées négatives et des fausses croyances peut être un travail très fatiguant.

    Cependant, cela en vaudra la peine. Imaginez tout ce que vous avez attiré de négatif et pensez que, si vous le vouliez, vous auriez pu l’inverser.

    si je change tout change

    Nous devons changer de croyances, adopter de nouvelles perspectives et, par-dessus tout, croire en ce que nous voulons. La confiance en soi sera fondamentale pour que la prophétie s’accomplisse.

    Nous sommes les créateurs de notre vie.

    Pour que la vie nous offre tout ce qu’elle a de bon, nous devons reprogrammer notre cerveau pour être capables de percevoir le bon côté de toutes les choses qui nous arrivent.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Nous recevons toujours ce que nous donnons

     

     

     

     

     

    Si ce que nous donnons est bon pour les autres, la vie nous retournera ce geste positif. Au contraire, si nous faisons du mal, nous l'expérimenterons aussi dans le futur, même si nous ne savons pas quand nous recevons ce que nous donnons.

    Nous recevons toujours ce que nous donnons

    Même si nous n’en sommes pas conscients, nous recevons toujours ce que nous donnons.

    Pourquoi maintenant tout le monde nous laisse seul-e-s ? Qu’est ce qui a provoqué que soudainement, nous ayons rencontré de nombreuses déceptions ?

    Les résultats de nos actions ne se perçoivent pas immédiatement. Il faut du temps pour récolter tout ce que nous avons semé.

    C’est pourquoi, quand nous les réalisons, nous avons oublié ce que nous avons fait avant.

    Certains l’appellent la justice, d’autres l’appellent le karma. Quel que soit le nom que nous voulons lui donner, la vérité est qu’il est essentiel de se concentrer sur ce que nous donnons et comment nous le donnons.

    Il est temps de se tourner vers le présent pour semer des fruits sains que nous récolterons dans le futur, que nous ne connaissons pas.

    Quelle est votre attitude envers la vie ?

    notre attitude envers la vie

    Croyez-le ou non, l’attitude que vous affrontez dans la vie, ainsi que les décisions que vous prenez, façonnent votre destin.

    Par conséquent, il est important que vous vous concentriez à tout faire de la meilleure façon, puisque nous recevons toujours ce que nous donnons.

    Si vous fuyez vos peurs, qu’attendez-vous de recevoir à l’avenir ? Plus de peurs… Si vous prenez des décisions au hasard, sans réfléchir car vous croyez que tout a une solution, pensez-vous vraiment que dans le futur cela ne vous sera pas renvoyé dans son intégralité ?

    La meilleure chose dans la vie est qu’à chaque étape, elle vous dit ce que vous devez guérir, ce que vous devez réorienter et ce que vous devez résoudre.

    Cependant, dans la plupart des cas, il est plus facile de surmonter ces obstacles parfois très douloureux.

    Ne croyez pas que tout s’arrangera si vous ne mettez pas votre part dans le moment présent. Chaque heure qui passe, vous exprimez une attitude et des décisions qui affecteront votre destin.

    Par conséquent, il est important de faire les choses, même avec de la peur, de ressentir ce vertige qui entraîne tout changement et d’être courageux-se pour faire ce que vous n’aviez jamais pensé faire.

    C’est le moment présent qui compte vraiment. Vous n’aurez pas d’autre opportunité.

    Nous partageons avec vous une vidéo pour que vous puissiez réfléchir et rediriger le cours de votre vie.

    Êtes-vous prêts à vous concentrer sur ce que vous donnez, à changer votre attitude face à la vie et à prendre des décisions consciemment ?

    Nous recevons ce que nous donnons, alors soucions-nous uniquement de donner

    Bien que nous ayons à l’esprit l’expression «donner sans attendre de recevoir quoi que ce soit en retour», la vérité est que lorsque cela n’arrive pas, nous nous sentons très mal, déçus, peu valorisés.

    Donner du sens à cette phrase dans notre quotidien sera nécessaire pour ne pas rencontrer les fruits que nous ne voulons pas recollecter dans le futur.

    Parce que nous devons nous concentrer sur donner et oublier complètement ce que nous allons recevoir.

    Il est possible, qu’à plusieurs reprises, nous soyons généreux et que cela ne soit pas récompensé, ou que nous fassions les choses correctement et que la vie nous donne l’un des coups les plus durs que nous ayons jamais vécus.

    donner sans attendre une attitude face à la vie

    Cependant, ce sont des épreuves. Nous soucions-nous plus de recevoir que de donner ?

    Si, face à l’adversité, nous doutons de nos convictions, en clamant : « La vie est injuste ! » et que nous revenons à nos attitudes passées, nous allons à nouveau façonner un chemin que nous n’aimerons pas plus tard.

    • S’accrocher obsessionnellement aux choses mais aussi aux gens.
    • L’ immense peur de perdre, de lâcher prise et de laisser-aller.
    • Le fait de valoriser l’indépendance, tout en voulant posséder les autres.

    Une vie incohérente sera quelque chose qui nous sera restitué dans son intégralité.

    Arrêtons de résister et commençons à lâcher-prise

    lâcher-prise et donner sans attendre

    Il est impératif que nous apprenions à accepter ce qui arrive, à ne pas nous accrocher à quoi que ce soit et à être libre. Permettre à tout de fluer et de ne pas résister aux changements.

    Il existe quelques leçons que nous pouvons apprendre pour les appliquer au jour le jour, puisqu’elles synthétisent très bien tout ce qui a été mentionné jusqu’à présent :

    • Si vous semez des vents, vous récolterez des tempêtes.
    • Tout ce que vous refusez d’accepter continuera de vous arriver.
    • Arrêtez de vous soucier de vouloir changer les autres et commencez par changer vous-même.
    • Tout ce qui vous arrive de mauvais est le reflet de ce que vous avez fait ou pensé.
    • Chaque étape, même insignifiante, peut vous mener dans une direction différente.

     

    Faites attention, appliquez tout cela à votre vie et commencez à fluer avec elle. Ouvrez bien les yeux, car la vie vous indique toujours ce qui est le mieux pour vous, et quelle direction prendre.

    Vous avez juste besoin de faire confiance et de vous laisser aller, sans effort ni résistance. Nous recevons toujours ce que nous donnons, ne l’oublions pas.

     

    Photographie de Katharina Jung

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique