• Les personnes complaisantes cachent de nombreuses blessures, mais ne se rendent jamais

     

     

     

     

     

    Nous ne devons pas confondre être complaisants et laisser les autres nous utiliser. Si vous notez un abus, apprenez à mettre des distances et à protéger votre intégrité.

    Les personnes complaisantes cachent de nombreuses blessures, mais ne se rendent jamais

    Les personnes complaisantes sont plus qu’un pilier dans la famille, ou qu’un allié éternel dans un groupe d’amis ou un phare de lumière dans nos sociétés complexes.

    Elles sont un défi pour elles-mêmes car, par dessus tout, elles doivent affronter des déceptions, quelques trahissions et l’idée que tous ne voient pas le monde depuis leur propre perspective.

    Ce n’est pas simple. Cependant, et nous devons souligner ceci, il ne s’agit pas du tout de croire que les personnes se divisent en deux catégories : les bonnes et les mauvaises. Ce n’est pas ça.

    Il faut seulement comprendre qu’il existe un type de personnalité où se tissent différents aspects, d’autres qualités qui rendent uniques certaines personnes.

    Ce sont celles qui voient le monde depuis le cœur. En même temps, iels se dressent comme les plus sensibles, mais ce sont celles qui accumulent le plus de courage.

    Elles sont fidèles à leur essence et parfois, on les traite d’ingénu-e-s car elles font trop confiance, de faibles pour tout donner sans rien demander en retour.

    Il est certain qu’elles dissimulent beaucoup de blessures, des marques qui sont des cicatrices. Cependant, les personnes complaisantes ne lâchent pas ni ne désirent changer d’attitude. Elles ne le font pas car elles ne peuvent pas être autrement, personne ne peut leur arracher leurs racines si facilement.

    Dans cet article, nous vous expliquerons de quelle façon affronter le quotidien  si vous vous identifiez avec ce profil.

    Les personnes complaisantes doivent protéger leur intégrité émotionnelle

    femme dans une barque

    Un aspect très curieux qu’expérimentent les personnes complaisantes lorsqu’elles souffrent une déception est de s’attribuer la faute.

    • Petite à petit, chaque minuscule épine, chaque douleur et  déception subie dans le propre cœur, dans ce coffre personnel que représente l’estime de soi.
    • Dans le cas de s’attribuer à soi-même tout affront ou tout échec, à la fin se crée une image de soi très négative quand, en réalité, celui qui offre de l’affection, du soutien ne devrait jamais arriver à cette conclusion.
    • Nous devons gérer parfaitement chacune de nos réalités, les positives et les négatives pour garder toujours un équilibre intérieur.

    Car, dans le cas contraire, plutôt que des héros nous serons victimes, et quand ceux qui nous entourent nous perçoivent de cette façon, il se peut qu’ils profitent de cette situation dans leur propre intérêt.

    L’art de cultiver l’amour propre

    homme arrosant un arbre en forme de coeur

    L’amour propre est un tendon psychique et émotionnel qui nous  confère force et dignité. Pensez à lui comme à votre propre squelette. Grâce à lui vous maintenez l’équilibre, vous bougez dans le monde avec force et harmonie.

    •  Si un os se rompt, non seulement vous sentez la douleur, mais en plus, vous arrêtez d’avancer et vous courez aussi le risque de commencer à dépendre des autres.
    • Les personnes complaisantes doivent protéger leur amour propre. Pour y parvenir il faut apprendre à dire non quand nous ne désirons pas quelque chose, lorsque nous ne pouvons pas aller jusqu’à ce que l’on nous exige.
    • En même temps, la gentillesse n’est pas exclue de la dignité. Si nous savons que nous sommes victimes de manipulation ou d’égoïsme, nous avons le droit et le devoir de nous protéger. De dressez des barrières.

    Les cicatrices que vous cachez façonnent qui vous êtes aujourd’hui

    femme et oiseaux

    On vous a souvent fait du mal. Il est possible que vous n’ayez jamais partagé toutes ces déceptions vécues avec d’autres personnes.

    • Nous devons apprendre à gérer ces situations, ces blessures émotionnelles.
    • Si quelqu’un nous déçoit, ne vous attribuez pas la faute. Comprenez que tout le monde ne peut pas être comme nous le désirerions ou le souhaiterions.
    • Il est clair que nous sentirons de la peine, que la déception marque. Néanmoins, plus vite nous tournerons la page, mieux cela sera.
    • Grâce aux cicatrices on append à voir les choses de façon clair. En étant plus prudents, à ne pas tout donner sans rien recevoir en retour, à ne pas ouvrir notre cœur sans plus à ceux qui ne nous ont rien encore prouvé avec authenticité.

    Ne vous rendez jamais, ne perdez jamais vos racines.

    • Les personnes complaisantes ne peuvent pas être plus que ce qu’elles sont : des cœurs attentifs à ceux qui les entourent, préparées à aider, à donner du bonheur.
    • C’est comme cela qu’elles se sentent bien, qu’elles comprennent la vie. Peut-être est-ce pour cela qu’elles sentent autant de douleur lorsqu’elles sont mises en quarantaine, quand on n’apprécie plus leur présence, leurs efforts, leur dévouement.
    • Cependant, il ne faut jamais perdre ses propres racines. Il faut comprendre que la bonté et la dignité peuvent aller de pair.
    • Que donner un avertissement pour dire: « pourquoi tu me laisses tomber » ou « tu me fais sentir incapable » n’est pas un acte égoïste, c’est se défendre, c’est prendre soin de notre amour propre.

    En résumé, n’arrêtez jamais d’être ce que vous sentez, ce qui vous défini depuis toujours. Et n’oubliez pas qu’il n’est jamais trop tard pour imposer des limites, pour se protéger.

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Apprenez à identifier un pédophile

     

     

     

     

     

     

    Être capable d'identifier un pédophile est une question fondamentale à notre époque.

    Apprenez à identifier un-e pédophile

    Cependant, il est certain qu’identifier un pédophile peut être une tâche difficile, car ce sont des personnes qui gagnent d’abord la confiance des enfants avant de les agresser.

    La première chose à faire est de connaître le profil d’un possible agresseur.

    Ils n’ont aucune caractéristique physique particulière et peuvent être de toute race, religion ou de sexe.

    Profil d’un possible pédophile

    1. Proximité avec la famille

    Un pédophile essaiera de se rapprocher de la famille, de se faire apprécier, d’être très sociable, de prendre soin des enfants, de les promener, ou de faire les magasins avec eux… Il essaiera d’être très proche, de se lier d’amitié avec l’enfant et de gagner sa confiance.

    2. La grande majorité des pédophiles sont connus des enfants

    La grande majorité des pédophiles sont connu-e-s des enfants

    D’après les études menées par l’American Psychological Association, 30% des enfants victimes d’abus sexuels ont été victimes d’un membre de la famille, 60% ont été victimes d’un adulte qui était connu et 10% des enfants maltraités ont été attaqués par un étranger.

    3. Caractéristiques des pédophiles

    En général, ils ont une histoire d’abus dans le passé, que ce soit physique ou sexuelle. Certains souffrent de troubles mentaux ou de la personnalité.

    4. Les pédophiles ont des emplois qui les rapprochent des enfants

    identifier un-e pédophile parmi les professions proches des enfants

    Ils partagent beaucoup d’heures en compagnie des enfants, comme entraîneurs, gardiens d’enfants, enseignants. Ils disent aimer les enfants, qu’ils sont toute leur vie.

    5. Ce sont des personnes très intelligentes et ingénieux

    Ils utiliseront des astuces, des activités, des jeux, pour gagner la confiance des enfants et sauront garder les secrets pour les utiliser comme source de pouvoir. Les jeux auront un contenu sexuel, avec de la tendresse, des baisers, des attouchements.

    L’enfant sera ainsi soumis à la pornographie, à l’extorsion, et à la corruption, mais ces pratiques seront faites avec de l’affection et de l’amour pour confondre et isoler l’enfant par ces tactiques.

    Certaines caractéristiques d’un-e pédophile

    Il conserve des souvenirs des enfants, des habits, des livres, des jouets

    Un pédophile ne se concentre pas sur un seul enfant, mais peut avoir plusieurs cibles et peut agresser plusieurs enfants en même temps.

    Il ne se sent pas coupable de ses actes

    enfant victime d'abus sexuels

    Il est défini comme un sociopathe qui ne ressent pas d’empathie envers les autres ni de remords de ses actes.

    Très souvent, la victime est considérée comme un objet

    Certains affirment que c’est un moyen d’éviter les souffrances vécues pendant leur propre enfance.

    Les pédophiles ont été généralement été victimes d’abus ou maltraités durant leur enfance

    Les expériences sexuelles et de violence anormale sont les origines habituelles de ces troubles de la personnalité.

    Conseils pour prévenir une possible attaque de pédophile

    Ne laissez pas les enfants seuls

    prévenir une possible attaque de pédophile, ne pas laisser les enfants seuls

    Que ce soit dans la rue, dans les parcs, les courts de récréation, à la piscine, dans les ateliers, en classe, dans les gymnases. Soyez conscients de qui sont les enseignants, de l’heure d’entrée et de sortie et accompagnez-les.

    Parlez des dangers aux enfants

    Expliquez les limites qu’ils doivent savoir imposer, que personne même de la famille ne doit toucher leurs parties intimes, qu’aucun adulte ne devrait demander de faire quelque chose sans en parler à ses parents, car dans ce cas quelque chose ne va pas.

    Identifier les changements d’humeur des enfants

    pédophilie et détection, Identifier les changements d'humeur des enfants

    S’ils sont silencieux, déprimés, renfermés, tristes, cela peut signifier qu’ils sont maltraités.

    Avoir le contrôle sur les réseaux sociaux qu’ils fréquentent

    Vérifiez qu’ils ne publient pas de photos qui attirent l’attention des pédophiles. Qu’ils ne publient pas non plus d’informations personnelles sur eux ni leur famille comme l’adresse de la maison, le collège et les lieux fréquentés.

    Les parents doivent avoir les clés d’accès

    détecter les pédophiles, les parents doivent contrôler les réseaux sociaux

    Surveiller les messages privés et les demandes d’amitiés qui contactent les enfants. Les agresseurs sexuels peuvent être des hommes ou des femmes, soyez alertes.

    L’enfant doit se sentir émotionnellement soutenu

    Les enfants qui n’ont pas de soutien sont des proies faciles pour les agresseursParlez à vos enfants, créez une relation d’amitié et de confiance, ouverte pour qu’ils vous racontent leurs problèmes ou leurs humeurs.

    Il est très important de demander de l’aide si vous pensez qu’il y a une situation d’alerte avec quelqu’un de particulier. Dans tous les pays, il existe des institutions ou des fondations qui soutiennent les familles qui ont été confrontées au problème d’abus d’enfants.

    Il est fondamental de demander de l’aide, de briser le cycle de la violence et de rompre le silence, de les dénoncer, parce que, souvenons-nous, les victimes sont généralement plusieurs.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Éloignez-vous des personnes qui ne vous apportent rien

     

     

     

     

     

    Si vous sentez que l'on vous vole de l'énergie et du bien-être, éloignez-vous des personnes qui ne vous apportent rien. Même si cela est difficile, apprenez à regarder en vous avant de satisfaire les besoins des autres.

    Éloignez-vous des personnes qui ne vous apportent rien

    Éloignez-vous des personnes qui ont cessé d’apporter des choses à votre vie et qui, aujourd’hui, ne vous apportent rien.

    Il y a des personnes qui ont commencé par vous donner de l’énergie mais qui ensuite, ont voulu vous absorber.

    Certains disent que ce sont des personnes toxiques, d’autres, des vampires émotionnels. Ce qui est sûr, c’est qu’elles ne vous font pas de bien, que vous ressentez que vous devez vous éloigner, mais que quelque chose vous empêche de le faire.

    Qu’est-ce que c’est ?

    Éloignez-vous des personnes qui essaient de vous manipuler

    femme et drapeau enflammé

    Il y a des personnes qui, une fois que vous essayez de vous en éloigner, commencent à vous dire des choses qui vous font beaucoup de mal. Par exemple, « Tu es ingrat », « C’est comme ça que tu me remercies pour tout ce que j’ai fait pour toi ? », « Sans moi, aujourd’hui tu ne serais rien. »

    Tous ces mots vous font du mal et vous font douter, mais vous devez savoir que qui vous les dit essaie de vous manipuler.

    Quelqu’un qui vous aime, qui vous apprécie ne s’adresserait jamais à vous en ces termes. Il respecterait votre décision.

    Vous avez tous les droits de vous éloigner de qui ne vous convient plus. Les relations changent, les personne aussi et cela n’est pas forcément quelque chose de mal, car cela peut dévoiler au grand jour la manière dont les individus qui vous entourent fonctionnent.

    Éloignez-vous des personnes qui vous pompent de l’énergie et qui, quand elles n’ont plus rien à absorber, disparaissent. Éloignez-vous des personnes qui vous sourient en face, mais qui vous critiquent par derrière.

    Même si elles essaient de vous faire croire le contraire, même si vous doutez de votre comportement, ne laissez personne vous faire culpabiliser.

    Quand il existe plus de mauvais que de bons moments dans une relation, dès l’instant où l’on ressent du mal être, il est nécessaire de mettre une distance.

    Fermer des chapitres fait mal, mais c’est parfois nécessaire

    Il existe des relations de couple que nous aimerions voir transformées en relations amicales. Parfois, cela arrive et c’est très satisfaisant. Mais si vous essayez et que vous voyez que cela ne vous apporte rien ?

    En tant que conjoint, l’autre vous a apporté quelque chose mais aujourd’hui, plus rien. Une personne doit vous motiver, vous donner envie de rester avec elle. Elle doit sentir qu’elle vous enrichit.

    Si quand vous êtes avec quelqu’un, vous ne ressentez rien de tout cela et pire encore, vous sentez que vous seriez mieux s’il n’était pas là, pourquoi continuer à ses côtés ?

    Vous ne vivez pas une relation d’amitié honnête. Il est difficile de fermer des chapitres car cela fait du mal. La personne a été importante et reste importante pour nous.

    Cependant, même si vous le voyez comme quelque chose de négatif, ce n’est pas tout à fait. Fermer des chapitres en ouvre d’autres et ceux-ci seront encore plus enrichissants pour vous.

    Ne soyez pas paralysé par la peur, par le mal être ou par les croyances que vous avez sur les relations. Si vous remarquez que vous devez vous éloigner, faites-le.

    Parfois, mieux vaut s’éloigner pour pouvoir grandir

    femme porte et feuilles volantes

    Parfois, nous ne nous sentons pas bien dans une relation, et il n’y a que des conflits, qui ne nous apportent rien… Mais nous continuons ensemble malgré tout.

    Nous ne nous rendons pas compte que parfois, nous devons nous éloigner pour grandir. Peut-être que nous ne nous apportons rien mutuellement car nous cherchons en l’autre ce que nous n’avons pas en nous.

    Il s’agit des relations de dépendance, dans lesquelles sans l’autre, nous nous sentons vides. Nous ne sommes pas capables de nous sentir heureux si l’autre ne se trouve pas à nos côtés.

    Dans ce cas, il y a des reproches si l’autre ne satisfait pas nos besoins.

    S’éloigner est essentiel pour grandir de manière individuelle et dans le futur, si c’est faisable, essayer à nouveau de manière beaucoup plus enrichissante.

    mendiant dans un drap blanc dans l'eau

    Éloignez-vous des personnes qui ont cessé de vous apporter ou qui ne vous apportent de que des conflits et de mauvais moments. Parfois, cela peut être une opportunité de grandir ou de prendre le chemin que vous auriez dû choisir dès le début.

    N’ayez pas de peur de vous éloigner des gens.

     

    Photographies  : Norvz Austria, Aliza Razell

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment faire face aux problèmes et à la perte d’êtres chers

     

     

     

     

     

     

     

     

    Comment faire face aux problèmes et à la perte d’êtres chers

    Bien que vous en doutiez il existe de nombreuses façons de faire face à la perte d’un être cher et surmonter le traumatisme et la douleur sans avoir besoin de recourir aux médicaments.

    Malheureusement, la douleur et la perte font inévitablement partie de la vie et vous y serez confrontez de différentes manières. C’est pour cela qu’avoir des stratégies pour survivre aux périodes de tristesse est fondamental pour votre bien-être.

    Il existe une infinité d’options et, si vous cherchez bien, vous en trouverez surement une qui s’adapte à votre personnalité et qui vous aide à lutter contre ce que vous ressentez. Cependant, il est possible qu’en utilisant nombre de ces techniques, il vous soit toujours difficile de faire face à la perte et aux problèmes.

    Aussi est-il important que vous compreniez comment l’appliquer correctement pour surmonter la douleur de la meilleure manière. Vous ne devez pas vous attendre à ce qu’elle disparaisse au bout de quelques minutes ou quelques jours.

    C’est un processus qui prend du temps et pour lequel vous devez apprendre à ce qu’il passe petit à petit.

    Comment se manifeste la douleur et la perte en général 

    femme en dépression

    Ce sont deux mots qui font échos dans votre tête lorsqu’une personne importante s’en va ou que vous souffrez d’une perte. Le vide qui vous envahit après une tragédie peut avoir des effets secondaires différents suivant les personnes.

    Les effets les plus fréquents sont :

    • Dépression
    • Isolation sociale
    • Perturbation
    • Troubles du sommeil
    • Manque de concentration
    • Perte d’intérêt pour des activités que vous aimiez avant

    Chaque personne a des manières différentes de faire face aux problèmes et à la perte.

    Vous devez vous rappelez que la méthode que vous choisirez pour y faire face le moment venu est importante et peut avoir un impact à long terme sur votre santé ou votre bonheur.

    Voici quelques façons de surmonter la douleur et la perte de la meilleur manière.

    Rapprochez-vous des autres

    Faire face à la perte et aux problèmes peut-être plus facile si, au lieu de vous concentrer sur vous-mêmes et ne pas montrer vos sentiments, vous ouvrez votre cœur aux autres.

    Ceci pourra vous donner une vision externe de la situation et vous montrer que vous avez tout un cercle de soutien. Il est probable que certaines personnes de votre entourage soient en train de vivre la même chose et comprennent ce que vous ressentez.

    Il peuvent avoir une perspective précieuse à partager avec vous.

    Evitez les produits chimiques qui endommagent votre cerveau

    femme faisant un footing

    Prendre des médicaments pour dormir lorsque vous devez faire face à la perte de quelqu’un et aux problèmes est une solution facile qui peut engendrer davantage de complications.

    Boire des bières jusqu’à tout oublier ou consommer des drogues pour s’éloigner de la réalité sont seulement des manières de s’autodétruire qui ne vous permettront pas de surmonter le mauvais moment à passer.

    Vous devez chercher la manière la plus saine de canaliser ce que vous ressentez. Dans le cas contraire il vous sera très difficile de le contrôler lorsque vous devrez à nouveau faire face à des situations douloureuses.

    Essayez les remèdes maison

    Il existe de nombreux remèdes à base d’herbes qui peuvent vous aider à trouver la paix même si votre esprit est perturbé et ils sont une meilleure option que les antidépresseurs.

    Parmi les alternatives à votre portée vous pouvez choisir entre :

    • L’infusion de camomille
    • La racine de valériane
    • Le passiflore
    • La lavande

    Vous pouvez l’utiliser de différentes manières. Depuis l’aromathérapie ou les infusions jusqu’aux huiles essentielles sur votre oreiller.

    Pratiquer la méditation

    Vivre une tragédie et devoir faire face à la perte de quelqu’un et aux problèmes peut provoquer un renfermement sur vous-même et il ne se fera pas de la manière la plus productive et la plus saine. C’est là où la méditation peut vous aider.

    Il ne s’agit pas d’oublier le rester du monde. Il s’agit d’identifier le véritable sens qu’il y a en vous.

    La méditation peut être difficile lorsque votre esprit est plongé dans la douleur et la peine. Bien que ce soit difficile, cela signifie seulement que vous avez besoin de la travailler un peu plus.

    Cherchez un cours d’expression créative

    Le fait d’être frustré ou confus par ce qui est arrivé peut provoquer une explosion d’émotions. Pour canaliser cette énergie de manière créatrice est une option très saine qui protégera vos relations.

    De plus ces cours vous permettront de prévenir l’accumulation des sentiments négatifs, avant qu’ils ne débordent. Laissez votre créativité s’exprimer comme jamais vous ne l’auriez imaginé.

    Voyagez

    Certaines personnes pensent que voyager signifie davantage « partir en courant » que faire face à la perte de quelqu’un et aux problèmes. Un changement de décor peut vous aider à entrer dans une étape de récupération pour pouvoir mettre votre vie à nouveau sur le bon chemin.

    Les voyages ont la capacité unique de vous inspirer et de vous rappeler qu’il y a encore de bonnes choses dans la vie pour lesquelles se relever quand on tombe. Ceci est essentiel lorsque vous êtes en situation de deuil.

    bougies

    Lorsqu’un être cher s’en va, cela ne signifie pas que sa mémoire doit être oubliée. Il est important de trouver la manière personnelle et spéciale avec laquelle vous pouvez l’honorer.

    Il peut s’agir de n’importe quoi :

    • Une petite cérémonie
    • Un autel à son honneur chez vous
    • Un rituel quotidien que vous pouvez facilement inclure dans votre vie

    Ceci vous permettra d’être connecté à la personne, mais ce sera également un moyen pour lui dire au revoir peu à peu.

    De cette manière vous pourrez évoluez plus loin que la douleur et la peine de la perte pour passer au chapitre suivant de votre vie sans laisser pour compte la mémoire de cette personne.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Vivre pour faire plaisir aux autres est un sacrifice inutile

     

     

     

     

     

    Vivre pour faire plaisir aux autres est un sacrifice inutile

    Le problème auquel nous devons faire face en essayant de faire plaisir à tout le monde c’est qu’en plus de nous oublier, tout ce que nous ferons ne sera jamais du goût de tous.

    Faire plaisir aux autres peut être très bien vu, mais cela suppose une grande usure pour la personne si bonne et si complaisante qui pense à tout le monde sauf à elle.

    Depuis tout petit on nous enseigne cette attitude, en nous éduquant à faire des choses que nous n’aimons pas mais qui plaisent aux autres.

    C’est ainsi que nous commençons à toujours regarder vers l’extérieur, tandis que nous nous oublions.

    Mais il arrive un jour où la fatigue est si grande que nous nous arrêtons et nous nous demandons « qui suis-je ? », « qu’est-ce que je souhaite? ».Malheureusement, nous ne le savons pas.

    Toutefois, en prendre conscience peut être un début sur la voie vers la découverte de nous-même.

    Faire plaisir aux autres peut nous faire souffrir

    femme triste souffrance

    Faire plaisir aux autres peut nous faire beaucoup de mal. Car nous allons faire des choses que nous ne voulons pas et qui, bien souvent, vont à l’encontre de nos valeurs.

    Par exemple, si nous sommes en couple et que nous ne tolérons pas l’odeur de tabac chez nous, il se peut que pour faire plaisir à l’autre nous le laissions fumer à l’intérieur sans rien dire.

    Ceci provoquera une grande frustration en nous, de la colère et du mal-être qui augmentera avec le temps et qui, tôt ou tard, ressurgira.

    De la même manière, il est possible que nos parents veuillent que nous agissions d’une certaine manière qui n’est pas cohérente avec notre manière d’être ou de procéder. Toutefois, si nous faisons le contraire, ils en seront contrariés.

    Face à cette situation, l’anxiété devient l’écho de notre intérieur pour activer le bouton de « faire plaisir aux autres ». Ainsi, nous arrivons à y palier en permettant aux autres de se sentir bien.

    Mais, à quel prix ?

    Au prix de ne pas nous donner la priorité, de nous reléguer au second plant et d’être à la rechercher constante de l’approbation des autres.

    Les autres sont-ils votre source de bonheur ?

    femme triste pensive

    Il semble paradoxal de se dire que faire plaisir aux autres peut nous faire souffrir. Toutefois, il y a une explication à cela : nous laissons notre propre bonheur dans les mains des autres.

    Au moment où nous faisons plaisir pour nous sentir bien, à l’instant où nous essayons que la colère ou la déception de l’autre envers quelque chose que nous n’avons pas voulu faire comme elle le souhaitait, nous angoissons d’inverser la situation.

    Nous nous trouvons dans une impasse.

    Nous essaierons d’éviter les conflits, nous donnerons notre opinion quand nous saurons ce que les autres veulent entendre et nous nous laisserons guider par ce que veulent les autres, pas parc ce que nous souhaitons.

    Au final, quelle vie vivons-nous ? La nôtre ou celle que les autres désirent ? Si nous ne prenons pas le contrôle, il se peut que la vie n’ait plus aucun sens.

    • Nous ne pouvons pas ne pas dormir parce qu’un-e ami-e s’est mis-e en colère parce que nous lui avons dit « non » pour se voir, parce que l’on n’en avait pas envie ou parce qu’on avait mal à la tête.
    • Nous ne pouvons pas non plus nous inquiéter de ne pas avoir répondu aux attentes des autres.
    • Nous devons apprendre à accepter la colère, le refus, les mauvaises têtes des autres face à nos propres opinions, actes ou décisions. Cela finira par leur passer !

    Commencez à vous faire plaisir

    femme tranquille

    Pour commencer à cesser de faire plaisir aux autres il faut faire un grand travail pour augmenter l’estime de soi, car c’est sans doute cela, ajouté à votre manque d’assurance, qui vous pousse à agir ainsi.

    Une fois que votre estime de vous-même se trouve à l’endroit où elle doit se trouver, il faut commencer à changer les vieilles habitudes.

    Commencez à dire « non » lorsque vous voudrez dire « non ». Si quelqu’un se met en colère, ne soyez pas désespéré car tôt ou tard cela lui passera (ce n’est pas la fin du monde) et donnez-vous la priorité.

    Donnez la priorité à vos décisions, à ce que vous souhaitez, à vos opinions et à vos rêves. Mais surtout, donnez la priorité à votre bien-être.

    Vous n’avez pas à faire quoi que ce soit qui vous empêche de vous sentir bien. Vous vous usez pour rien. Vous souffrez et cela se paie en anxiété voire en dépressions.

    Pourquoi ne pas commencer à vivre pour vous-même ?

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 traits psychologiques des personnes soumises

     

     

     

     

     

    Les personnes soumises portent souvent le fardeau d'un passé douloureux qui dicte aujourd'hui leur comportement, leur attitude entièrement dirigée vers un objectif : ne plus jamais souffrir.

    5 traits psychologiques des personnes soumises

     
    Les personnes soumises n’élèvent jamais la voix, elles restent souvent en arrière-plan et sont sous la coupe de personnes plus autoritaires, qui dirigent leur existence.

    Dans certains cas, cette attitude peut entraîner les personnes qui l’adoptent à se retrouver dans des relations extrêmement nocives, qui vont les condamner à vivre un malheur permanent. Sortir de cette situation peut être quelque chose de très compliqué.

    Ce n’est pas que ces personnes refusent de sortir de leur soumission. Mais le poids qu’elles portent sur les épaules les a amené à acquérir des traits psychologiques dont elles ne peuvent pas se défaire du jour au lendemain.

    Analysons, dans la suite de cet article, la psychologie des personnes soumises.

    1. Les personnes soumises ne sont pas assertives 

    couple en peignoir buvant un café

    Les personnes soumises ne font jamais passer leurs propres besoins en priorité, elles ne le désirent même pas. Elles pensent d’abord au bonheur des autres avant même de se demander ce qu’elles désirent véritablement.

    Leur manque d’assertivité les pousse à adopter un rôle totalement secondaire dans les groupes sociaux dans lesquels elles peuvent se trouver. Elles ne parviennent pas à exprimer leurs points de vue ou leurs opinions.

    Même si elles ont envie de le faire, elles s’autocensurent et se mettent elles-mêmes en arrière-plan. Elles croient elles-mêmes que ce qu’elles pensent ne mérite pas d’être pris en compte. Elles doutent de leurs propres opinions en les considérant comme des bêtises sans nom.

    2. Leur passé est douloureux

    Les personnes soumises ne sont pas nées de cette manière, bien évidemment. Ce sont les expériences traumatiques de leur vie qui ont fait d’elles des personnes fermées et craintives.

    Une enfance faite de relations malsaines avec leurs parents ou une adolescence marquée par le harcèlement sont des exemples de situations qui peuvent plonger une personne dans une soumission des plus totales.

    Une faible estime d’elles-mêmes et une grande insécurité les poussent à se sentir inutiles lorsqu’elles ne sont pas à la disposition des autres.

    C’est un comportement qui n’est absolument pas sain et qui fait d’elles des personnes vulnérables, qui peuvent être abusées par les autres.

    3. Elles évitent toujours le conflit 

    relation conflictuelle

    Il est rare de voir une personne soumise rechercher le conflit avec les autres. C’est même tout le contraire, elles tentent de l’éviter coûte que coûte.

    Les conflits sont des types de relations qui les mettent extrêmement mal à l’aise, car ils les replongent dans des expériences traumatiques de leur passé.

    Le problème réside dans le fait que, pour éviter les conflits, elles ont parfois besoin de baisser la tête, d’accepter des choses dont elles n’ont pas envie et de ne pas se battre pour leurs convictions.

    Cette préoccupation constante qui les pousse à éviter le conflit est extrêmement usante au quotidien.

    4. Elles ne veulent pas attirer l’attention

    On pourrait aisément confondre cette attitude avec de la timidité, mais c’est surtout une manière pour les personnes soumises de passer totalement inaperçues, de ne pas sortir du lot.

    Les personnes soumises sont extrêmement préoccupée par ce que les autres peuvent penser d’elles. Voilà pourquoi elles ont tendance à s’habiller et à se comporter d’une manière extrêmement discrète.

    Cela leur permet d’éviter de se retrouver dans une situation qui peut être humiliante pour elle, ou dans une discussion qui pourrait dégénérer en conflit.

    5. Elles tendent à la dépendance émotionnelle

    Les personnes soumises pensent tellement aux autres et sont si vulnérables qu’elles ont besoin d’une personne pour les protéger.

    Voilà pourquoi il est parfaitement logique qu’elles se plongent dans des relations dépendantes, dans lesquelles leur partenaire va donner un sens à leur vie, tout en les protégeant.

    Malheureusement, cela peut parfois dégénérer et aboutir à des situations de maltraitance. Et même si l’autre personne ne les traite pas bien, elles s’accrochent au fait d’avoir quelqu’un à leurs côtés.

    Un point de vue qui les expose à énormément de souffrance.

     

    Vous connaissez une personne soumise ? Elle fait partie de votre groupe d’amis ou de votre famille ? Vous devez savoir que sortir de cet état extrême de soumission est possible, mais que cela exige un effort de conscientisation et de travail sur soi très important.

    Être plus assertif et avoir une meilleure estime de soi sont des comportements qui peuvent s’apprendre, de la même manière qu’il est possible de se débarrasser d’une insécurité permanente.

    Les personnes soumises, à cause des traits psychologiques dont nous venons de parler, souffrent énormément.

    Leur attitude attire généralement des personnes violentes, agressives ou qui tentent de leur faire du mal pour qu’elles se rendent compte qu’elles doivent commencer à prendre soin d’elles-mêmes.

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Toutes ces fois où j’ai pensé tout abandonner

     

     

     

     

     

    Toutes ces fois où j’ai pensé tout abandonner

    Parfois, tout abandonner n’est pas un acte de lâcheté, mais tout le contraire. Lorsque tout ce qui vous entoure devient hostile, c’est le moment de changer pour mieux.

    Tout abandonner ne signifie pas mettre fin à tout ce que nous possédons maintenant. Loin d’attribuer cette phrase à une connotation négative ou fataliste, parfois nous la laissons s’échapper au milieu d’un soupir, comme le désir de commencer quelque chose de nouveau.

    Tout abandonner suppose souvent « recommencer à zéro « . A son tour, cette expression implique des dimensions intéressantes qu’il convient de prendre en compte.

    Un « recommencement » c’est commencer à nouveau, en gardant notre essence mais en nous permettant de faire un pas vers quelque chose de différent. Ceci est par dessus tout, un acte de courage et même de nécessité personnelle.

    Or il ne faut pas prendre un instant de colère ou de fatigue ponctuelle comme motif pour « tout abandonner ». Ce n’est pas adapté.

    Dans notre article nous voulons vous orienter vers ces moments vitaux. Vers ces moments de crise personnelle où le changement est la meilleure solution devant une tristesse profonde et irréparable.

    Notre seul but à chaque instant doit toujours être le même : nous améliorer en tant qu’être humain, prendre soin de nos émotions, nous sentir bien avec nous mêmes et construire un bien-être adapté.

    Nous vous donnons une série d’idées auxquelles réfléchir.

    Quand tout abandonner est la seule option

    A certains moments nous nous sentons comme des bateaux à la dérive. Comme si le tumulte de la vie nous emportait à contre-courant et que nous n’étions plus au contrôle de rien.

    Lisez égalementCourrez vers vos peurs

    • Avoir un travail qui porte atteinte à nos droits en tant que personne.
    • Vivre une relation affective douloureuse et toxique dans laquelle nous finissons par perdre notre estime de nous-même.
    • Vivre au sein d’une famille où nous sommes vulnérables, où l’on ne nous respecte pas.

    Tous ces exemples profilent à la perfection ces instants complexes. Ces moments vitaux marqués par la frustration et le découragement.

    Quand notre environnement proche ne facilite pas les choses il est nécessaire de réagir. Nous devons dire « non » à devoir renoncer chaque jour à ce que notre dignité s’effiloche jusqu’à se retrouver nus.

    A certains moments sur notre ligne de vie il faut le faire. Tout abandonner se révèle la seule option.

    sirène seulel pensant à tout abandonner

    Comment savoir si nous devons franchir le pas

    Comme nous l’avons signalé auparavant, nous ne devons pas prendre un moment difficile précis comme excuse pour mettre en route une réponse permanente.

    Nous avons tous nos différences avec les personnes qui nous entourent. Aussi est-il fréquent que nous ayons des périodes plus compliquées que d’autres, avec des heurts au travail, et même avec les classiques hauts et bas de notre couple.

    Les moments compliqués sont parfois des défis personnels que nous devons apprendre à surmonter.

    Toutefois, il existe une série de concepts qui nous aideront à décider s’il est nécessaire de continuer à lutter ou au contraire, laisser derrière certaines relations.

    • Puisez dans vos racines, dans votre essence. Malgré la complexité de la vie que vous avez maintenant, votre voix intérieure est celle qui vous dira si cela vaut la peine de continuer à lutter ou non.
    • Au niveau du couple nous devons analyser certains aspects. Regardez si la personne fait les mêmes efforts, a les mêmes illusions et émotions que vous.
    • Observez votre balance émotionnelle. Si elle tombe toujours du même côté, celui du renoncement, des larmes et des attaques, alors il n’y a pas d’autre option.

    Car sans le respect l’amour n’est pas sincère. Si l’amour n’est pas sincère, il faudra recommencer à nouveau.

    femme et fumée rouge

    Tout abandonner : un acte de bravoure

    Si l’on ne vous aime pas, ne mendiez pas l’amour. Lorsque vous percevrez que le lien construit avec votre famille est basé sur le chantage, mettez de la distance.

    Si dans votre contexte professionnel vous remarquez que vous perdez votre santé, vous devriez prendre des mesures.

    Cependant, parfois toutes ces dimensions arrivent à se combiner les unes avec les autres.

    Un mauvais travail, une mauvaise relation personne et le manque de soutien de nos proches nous obligent à « recommencer à zéro ». Le faire sera un acte de bravoure qui nous rendra digne.

    Astuces pour favoriser le changement

    • Informez votre entourage proche de votre situation. Soyez assertif et parlez de vos besoins, de ce que vous ressentez, de ce que vous traversez.
    • Si vous ne voyez pas de changements, si la situation est toujours la même bien que vous ayez été clair-e sur vos sentiments, c’est le moment d’avancer.
    • Pleurez si vous en avez besoin, soulagez votre charge émotionnelle et tentez de visualisez quelque chose en même temps. Imaginez vous comment vous voudriez vous voir dans les prochains mois. Pensez à vous heureux, tranquille et équilibré.
    • C’est ce que vous méritez : le calme. Mettre fin à vos tourments. Pour l’obtenir, il n’y aura pas d’autre option : tout abandonner et construire un nouvel horizon à votre vie.
    dessin de femme pensive songeant à tout abandonner

    Aussi est-il nécessaire que vous soyez réaliste. Prenez conscience que ce ne sera pas un chemin facile, mais que vous allez le trouver et qu’il vaudra la peine.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’art de ne pas perdre son calme pendant une dispute :

    5 astuces pour y arriver

     

     

     

     

     

    L’art de ne pas perdre son calme pendant une dispute : 5 astuces pour y arriver

    Pour qu’une dispute ne nous fasse pas sortir de nos gonds, il est important de bien se connaître et d’être capable de contrôler nos émotions.

    Nous avons tous à des degrés divers gardé en notre mémoire une dispute pendant laquelle nous avons perdu le contrôle, où les émotions ont pris le dessus et où nous n’avons pas pu défendre nos arguments d’une manière efficace et constructive.

    Savoir se disputer – s’il n’y a pas d’autre solution – n’est pas quelque chose de facile ni une pratique que tout le monde sait faire.

    On entend souvent dire que deux personnes ne se disputent pas si l’une d’entre elles ne le veut pas.

    Toutefois, à certains moments de notre vie personnelle ou professionnelle il n’y a pas d’autre issue que celle de commencer ce dialogue complexe où abondent les reproches, les confrontations et les petites tensions.

    « Il est impossible de réfuter l’ignorant dans un débat. »

    – Emmanuel Kant –

    Toutefois, il est nécessaire de savoir bien le faire, avec intelligence et modération, sans perdre son calme afin de pouvoir ainsi disposer d’un esprit ouvert grâce auquel nous pourrons trouver les bons arguments et les stratégies adaptées avec lesquelles nous gagnerons.

    Ci-dessous nous vous proposons d’appliquer ces 5 stratégies grâce auxquelles vous pourrez contrôler vos émotions au maximum.

    1. Apprenez à connaître la personne que vous avez devant vous mais, avant tout, connaissez-vous vous-même 

    homme funambule tenant un coeur et un cerveau

    La connaissance des autres est un savoir, mais se connaître soi-même est une illumination. Mais pourquoi est-il nécessaire de se connaître soi-même pour débattre efficacement ?

    • Pour ne pas perdre notre calme nous devons travailler nos forces intérieures, notre sécurité et notre estime de nous-mêmes.
    • Si quelqu’un vous dénigre en vous disant des choses comme « vous êtes incompétent ou même que vous avez un trop gros ego« , rien de cela ne doit vous affecter parce que vous savez comme vous êtes. C’est pourquoi, ce qui n’est pas vrai n’a pas à vous affecter.
    • Pour sortir victorieux d’une dispute, il est préférable de connaître les points faibles de l’autre personne.
    • Le fait de savoir, par exemple, que la personne en face a une faible estime de soi ou que c’est quelqu’un qui transforme son insécurité en agressivité, nous permettra d’être plus détendus, plus sûrs de nous-mêmes.

    La connaissance et le fait de savoir se connecter avec nous-mêmes et avec la personne que nous avons devant nous, nous permet de mieux contrôler la situation.

    2. Dans toute dispute, éteignez vos émotions négatives

    Si vous souhaitez garder votre calme dans une dispute vous devez apprendre à contrôler vos émotions négatives.

    La rage, l’orgueil, le dépit, la colère, la nervosité… Ce sont des dimensions qui nous mettent sur la défensive et les « griffes » sorties.

    Il arrive un moment où nous sommes en « mode attaque », et c’est de cette manière que l’on perd le contrôle, que l’on cesse d’argumenter de manière logique pour ne se diriger que vers des reproches et des dialogues rigides où l’on n’arrive à rien.

    Pour prendre les reines de cette situation, faites ceci :

    • Visualisez-vous de l’extérieur. Vous regardez une dispute depuis l’extérieur, dans le calme et la tranquillité.
    • Rien ne peut vous blesser de là, vous êtes bien avec vous-même, enlacé dans votre estime de vous-même.
    • Maintenant pensez à un argument qui pourrait permettre à cette situation de bien finir.

    3. Ne contestez pas immédiatement, donnez-vous du temps

    donnez-vous du temps pour ne pas perdre votre calme pendant une dispute

    Dans les disputes où l’on arrive à rien, les interlocuteurs ne s’écoutent pas, les questions s’imposent sur les réponses et en peu de temps apparaissent les commentaires empoisonnés, les critiques non-constructives et les phrases que l’on regrettera plus tard.

    En quoi ce type de conduite nous est-il utile ? Apparemment à rien.

    • Aussi, et pour donner forme à un débat productif où nous pourrons toujours garder notre calme, il est fortement recommandé de prendre notre temps pour répondre. Rien ne presse.
    • Ecoutez attentivement ce que l’autre personne vous dit. Analysez-le.
    • Régulez l’impact que cela peut avoir sur vous puis, pensez à une réponse.

    Mais, rappelez-vous que cette réponse ne peut augmenter davantage la tension.

    D’autre part, si nous voyons que cette dispute ne nous amène nulle part et qu’elle ne sert qu’à faire usage de reproches et d’émotions négatives, résolvez-la.

    N’oubliez pas qu’il y a des disputes qui ne valent pas la peine.

    4. Respirez profondément

    Lorsque nous sommes alertes, lorsque nous maintenons un débat, notre cerveau l’interprète presque comme une menace.

    C’est alors que toute une série de réactions apparaissent : palpitations, tremblements, respiration entrecoupée, bouche sèche, douleur d’estomac…

    C’est dans ces moments-là, et pour conserver son calme au milieu d’une dispute, qu’il n’y a rien de mieux que contrôler notre respiration.

    Pour cela il nous sera très utile d’inspirer profondément et d’expirer calmement.

    Un corps plus détendu raisonne mieux.

    5. Entraînez votre calme intérieur : préparez-vous pour les défis quotidiens de la vie

    l'art de ne pas perdre son calme

    Notre quotidien nous demande beaucoup : débattre efficacement, faire face à la frustration, aux critiques et essentiellement à ces petites choses de la vie.

    Etre préparés « de l’intérieur » nous aidera à mieux affronter les défis extérieurs.

    C’est pourquoi il vous sera très utile de mettre en pratique les activités suivantes :

    • Pratiquez le mindfulness.
    • Pratiquez un sport.
    • Canalisez vos émotions par un exercice artistique : l’écriture, la peinture…
    • Cultivez votre intérieur : améliorez votre sécurité, l’estime de vous, travaillez sur vos valeurs.
    • Pratiquez le dialogue actif et assertif, augmentez votre vocabulaire, travaillez sur vos heuristiques, sur ces stratégies que vous pouvez utilisez dans tout dialogue et qui vous permettront de vous sentir mieux, détendu.

    Pour conclure, n’hésitez pas à mettre en pratique ces conseils simples. Nous sommes certains que la prochaine fois où vous n’aurez pas le choix que de commencer un débat, vous l’affronterez avec plus d’efficacité et de compétences.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Courageux sont ceux qui, malgré tout, se lèvent tous les jours

     

     

     

     

     

    Vous avez combattu mille et une batailles et, malgré vos cicatrices, vous continuez de sourire à la vie et de savourer chaque minute pour être heureux. C'est là que réside le vrai courage.

    Courageux-ses sont celleux qui, malgré tout, se lèvent tous les jours

    Le courage n’est pas seulement le fait de sauver la vie des autres ni de tout risquer pour protéger les autres, au-delà même de sa propre intégrité.

    Que nous y croyons ou pas, notre monde est habité par des milliers, des millions de braves anonymes, des personnes qui, malgré leurs combats internes, leurs problèmes, leurs douleurs et leurs labyrinthes intérieurs, réussissent à se lever tous les jours pour donner le meilleur d’eux-mêmes.

    Parce que nous devons l’admettre, parfois nous en faisons partie : ne nous sous-estimons pas.

    Nous nous percevons souvent comme des êtres fragiles seulement parce que nous échouons de temps en temps.

    Parce que les choses ne vont pas toujours comme nous le souhaitons, ou pire, parce que nous pensons que nous devrions faire plus, travailler plus, prendre soin davantage de nos proches, obtenir plus de choses, plus d’argent, plus de biens matériels…

    Nous ne réalisons pas qu’en fait, nous faisons tout ce que nous pouvons et plus, nous sommes de vrais héros.

    Nous sommes les personnes qui avons surmonté des milliers de difficultés et, malgré certains vides, deux peines et cinq ou six échecs, nous continuons à regarder l’horizon avec espoir.

    Aujourd’hui dans cet espace, nous vous proposons de réfléchir, de mettre la lumière sur cet être courageux qui est en vous et que nous ne voyons pas toujours…

    Courageux  sont ceux qui savent reconnaître leur vulnérabilité

    personne courageuse

    Courageux sont ceux qui connaissent leurs limites, qui savent qu’ils peuvent se tromper et qui, de temps à autre, ont besoin de se rapprocher de leur vulnérabilité pour ressurgir et mieux se connaître.

    Rudyard Kipling a déclaré que «si vous pouvez reconnaître votre vulnérabilité dans la défaite, apprendre de l’enseignement et ne pas voir que l’échec, la terre et tout ce qu’elle comporte est à vous».

    Cette phrase contient une vérité universelle, un principe fondamental de croissance personnelle qui n’est pas si facile à intégrer au quotidien.

    • Ce n’est pas le cas pour une raison très simple: beaucoup d’entre nous sont éduqués pour ne pas échouer. À l’école, par exemple, l’échec représentait un point de moins à l’examen ou un redoublement.
    • L’échec était de décevoir nos parents, de faire une erreur, de prendre le mauvais chemin ou de s’éloigner de ce que les autres prévoyaient pour nous en provoquant une profonde déception ou même un reproche.

    Par conséquent, il est nécessaire d’adopter une perspective plus logique et saine pour comprendre que d’être vulnérable ne signifie pas spécialement  être faible, que se tromper ou ne pas réussir n’est pas particulièrement un échec.

    Le vrai sage est celui qui apprend de ses erreurs et qui est capable de reconnaître sa vulnérabilité pour être plus humble, se connaître soi-même, avoir de meilleures ressources émotionnelles et cognitives pour résoudre ses problèmes.

    Vous êtes nés pour être courageux, pour surmonter l’adversit 

    être courageux-se

    Bien que personne ne nous ait jamais expliqué comment faire preuve de couragenous sommes génétiquement prêts à surmonter toute adversité, toute difficulté.

    Le courage consiste à se lever chaque matin et à continuer à regarder le futur avec espoir

    soleil qui se couche en forme de coeur

    Vous êtes courageux, personne ne vous le dit assez souvent, mais une voix intérieure vous le  chuchote tous les jours.

    C’est pourquoi, même si notre corps nous fait mal et que les peurs pèsent sur notre esprit, nous ne nous rendons jamais.

    Donc, n’hésitez pas tous les matins à mettre un pied devant l’autre, à respirer profondément, puis à apprécier votre visage dans le miroir pendant quelques secondes, sans vous presser…

    Vous êtes bien cette personne qui se reflète maintenant dans votre miroir, et bien qu’elle n’ait plus l’innocence d’antan, elle garde cependant cette belle maturité, celle d’une personne qui malgré ses blessures, mais aussi des milliers de joies vécues et futurespossède un nombre infini de promesses à toucher du bout de ses doigts.

    Lesquelles allez-vous entreprendre aujourd’hui ?

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Découvrez vos forces intérieures

    et rien ni personne ne pourra vous arrêter

     

     

     

     

    Même si nous pensons le contraire et croyons que nous sommes fragiles et faibles, nos forces intérieures sont bien présentes. Elles nous définissent vraiment et ont façonné nos manières d'être forts.

    Découvrez vos forces intérieures et rien ni personne ne pourra vous arrêter

    Les vraies forces ne se mesurent pas avec  la résistance d’un muscle, notre capacité à résister aux inclémences de la vie ou aux mauvais actes de ceux qui sont autour de nous.

    En fait, c’est tout le contraire. La personne forte est celle qui, loin de résister, agit, celle qui, au lieu de supporter, ose changer, celle qui dit «NON» aux peines, ne reste pas dans les silences, ni ne cache ses frustrations.

    Ce n’est que lorsque l’on est pleinement conscient-e de sa capacité à changer sa propre réalité que l’on écarte les craintes et les insécurités pour sortir de son malheur, pour atteindre son équilibre, sa paix intérieure, son bien-être psychologique.

    Aujourd’hui, dans notre espace, nous voulons vous rappeler toutes les forces intérieures qui sont en vous et que vous devez exercer et intégrer à 100% pour être en harmonie avec ce que vous voulez, ce que vous avez et ce que vous faites.

    Le voyage pour y parvenir n’est pas facile, mais il vaut la peine.

    Toutes les forces qui sont en vous et que vous devez consolider

    les forces intérieures que vous devez consolider

    Peut-être que lorsque vous vous regardez dans un miroir, vous ne percevez rien d’autre qu’une apparence assez fragile, quelqu’un qui accumule plus de fatigue que d’énergie, qui a laissé la joie d’antan pour un monde trop routinier, trop flou.

    Ouvrez vos yeux et regardez-vous d’une autre manière.

    Au-delà de la peau, au-delà de vos froncements de sourcils, de vos jours gris et de cette bouche qui n’est plus habituée à autant de fous rires, il existe un merveilleux monde intérieur que vous devez choyer, combler, réaffirmer.

    Votre univers intérieur a besoin de soins pour refleurir à nouveau. Si vous êtes bien à l’intérieur, vous serez bien de l’extérieur, votre vitalité reviendra, ainsi que votre désir, vos rêves et cette beauté incroyable des êtres qui ressentent  à nouveau de la force.

    Pour ce faire, réfléchissez maintenant aux dimensions suivantes, qui doivent être renforcées l’une après l’autre.

    La force de votre caractère

    Les forces du caractère définissent notre façon particulière de penser, de ressentir, de désirer et de se comporter.

    • Elles reflètent, à leur tour, ce qui est le mieux et prouvent votre identité positive.
    • La psychologie elle-même nous rappelle que ces forces de caractère sont sans aucun doute ce qui définit notre identité, nos décisions et que nous avons tous acquis au fil du temps.

    Elles sont les suivantes : la bonté, l’honnêteté, la créativité, le jugement, l’humilité, la prudence, l’humour, la spiritualité, l’égalité, l’espoir, le respect, l’autorité…

    Vos talents

    vos talents font partie de vos forces intérieures

    Vous êtes doués dans plus d’un domaine, vos talents parlent de vous et, en même temps, ils vous définissent et vous rendent uniques parmi les autres.

    • Les talents sont innés et ont, en général, un composant biologique.
    • Certaines personnes dès leur plus jeune âge, sont attirées par la musique, le dessin, le sport, la nature, les mathématiques …
    • Rappelez-vous quels sont vos talents et vos potentiels : ils vous font vous démarquer par rapport aux autres.

    Vos capacités

    • Contrairement au talent, les capacités sont les points forts que nous avons développés grâce à la pratique, à la formation ou à l’auto-apprentissage grâce auquel nous avons développé certaines aptitudes.
    • Une chose très fréquente est que souvent, pendant une étape de notre vie, nous assumons certaines capacités qui, plus tard, pour de multiples raisons, nous cessons de pratiquer.
    • Peut-être parce que nous commençons de nouveaux projets, parce que nous changeons de vie ou parce que d’autres choses et personnes apparaissent… il est assez courant de laisser de côté les activités qui nous ont jadis donné tant de bonheur.

    Il est peut-être temps de s’en souvenir, de les remettre en pratique pour les apprécier ou vivre de ces capacités à travers un travail, un mode de vie. Ce serait une bonne idée de réfléchir à ce sujet.

    Vos valeurs

    vos valeurs et vos forces intérieures

    Les valeurs sont nos croyances, nos principes ou nos idéaux les plus durables selon lesquels rien ni personne ne peut vénérer.

    Les valeurs, à leur tour, résident dans nos pensées et nos sentiments, ainsi que dans la façon dont nous nous comportons et nous interagissons avec les autres.

    Si nous nous éloignons de nos valeurs, ou que les autres nous font nous éloigner d’elles, nous cesserons d’être nous-mêmes. L’inconfort apparaîtra, la perte d’estime de soi et le malheur.

    La résilience

    La résilience est, sans aucuns doutes, votre meilleure force intérieure.

    C’est elle qui vous a aidé à sortir des moments les plus difficiles et à apprendre d’eux, à vous transformer en une personne différente : une personne plus forte, plus courageuse et digne …

    Par conséquent, n’oubliez jamais que cette flamme, celle de la résilience, est toujours en vie en même temps que les points forts mentionnés ci-dessus : vos valeurs, vos capacités, vos talents et votre caractère.

    Tous composent ce que vous êtes, un être exceptionnel qui doit se battre quotidiennement pour son bien-être.

     

    Nous sommes tous beaucoup plus forts que nous le pensons. Seulement, parfois, nous l’oublions, nous nous laissons emporter par l’âpreté de la routine et par le scénario que les autres tracent pour nous, jusqu’à ce que nous nous rappelions soudain que nous sommes faits d’un matériel spécial, unique et irremplaçable.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Éloignez-vous des personnes qui ne vous apportent rien

     

     

     

     

     

    Si vous sentez que la personne avec qui vous êtes vous vole de l'énergie et du bien-être, éloignez-vous. Et même si cela vous coûte, apprenez à regarder en vous avant de satisfaire les besoins des autres.

    Éloignez-vous des personnes qui ne vous apportent rien

    Éloignez-vous des personnes qui ont cessé d’apporter quelque chose à votre vie et qui aujourd’hui, ne font que vous enlever des choses.

    Il y a des gens qui ont commencé à vous apporter de l’énergie, mais vous avez ensuite découvert qu’ils voulaient vous l’absorber.

    Certains disent que ce sont des personnes toxiques ou des vampires émotionnels. Ce qui est sûr qu’elles ne vous font pas de bien. Vous sentez que vous devez vous éloigner mais il y a quelque chose qui vous empêche de le faire.

    Qu’est-ce que c’est ?

    Éloignez-vous des personnes qui essaient de vous manipuler

    s'éloigner des mauvaises personnes

    Il y a des gens qui, quand vous vous voulez vous en éloigner, commencent à vous dire des choses qui vous font culpabiliser. Par exemple : « Tu es ingrat », « Regarde comment tu me remercies de tout ce que j’ai fait pour toi », « Sans moi, tu ne serais rien ».

    Tous ces mots vous font du mal mais vous devez vous rendre compte que quiconque vous dit cela essaie de vous manipuler.

    Quelqu’un qui vous aime, qui vous apprécie ne s’adresserait pas à vous en ces termes. Il respecterait votre décision.

    Vous avez le droit de vous éloigner des personnes qui ne vous conviennent pas. Les relations changent, les personnes aussi et ce n’est pas forcément une mauvaise chose, car cela peut mettre en lumière la nature de vos relations.

    Éloignez-vous des personnes dont vous savez qu’elles vous pompent de l’énergie et qui, quand elles n’ont plus rien à absorber, disparaissent. Éloignez-vous des personnes qui vous sourient en face mais qui vous critiquent par derrière.

    Même si elles essaient de vous faire croire le contraire, et même si vous doutez souvent de vos spéculations, ne leur permettez pas de vous faire du mal.

    Quand dans une relation, il y a plus de mauvais moments que de bons, dès lors que cela vous apporte du mal être, il est nécessaire de mettre de la distance.

    Il est difficile de tourner la page, mais c’est parfois nécessaire

    Il existe des relations de couples dans lesquels nous aimerions avoir une relation d’amitié. Parfois, cela arrive et c’est très agréable. Mais si vous essayez et que cela ne vous apporte rien ?

    En tant que conjoint, cette personne vous a sûrement apporté quelque chose mais à présent, ce n’est plus le cas. Une personne doit vous motiver, vous donner envie de rester avec elle. Sachez ce qui vous enrichit.

    Si, quand vous êtes avec quelqu’un, vous ne ressentez rien de tout cela, et que vous êtes conscient-e que sans sa présence, vous pourriez être plus tranquille, pourquoi rester à ses côtés ?

    Vous ne vivez pas de relation d’amitié honnête. Il est difficile de tourner la page car cela nous fait du mal de nous défaire de quelqu’un qui a été important pour nous.

    Cependant, même si vous voyez cela comme quelque chose de négatif, ce n’est pas le cas. Tourner la page vous permettra d’en écrire de nouvelles qui seront beaucoup plus enrichissantes pour vous.

    Ne restez pas par peur, car vous culpabilisez ou à cause de croyances qui vous paralysent. Si, en vous, vous savez que vous devez vous éloigner, faites-le.

    Parfois, mieux vaut s’éloigner pour pouvoir grandir

    s'éloigner des mauvaises personnes

    Parfois, nous ne sommes pas bien dans une relation et il n’y a que des conflits, qui ne nous apportent rien… Mais nous continuons quand même.

    Nous ne nous rendons pas compte que parfois, nous devons nous éloigner pour pouvoir grandir. Peut-être que nous stagnons car nous cherchons chez l’autre ce que nous n’avons pas en nous.

    Il s’agit ici de relation de dépendance dans lesquelles sans l’autre, nous nous sentons vides. Nous ne sommes pas capables de nous sentir bien et heureux-ses si l’autre personne ne se trouve pas à nos côtés.

    Dans ce cas, il y a des reproches si l’autre ne satisfait pas nos besoins.

    S’éloigner est essentiel pour grandir de manière individuelle et dans le futur, si c’est possible, essayer à nouveau de manière beaucoup plus enrichissante.

    s'éloigner des mauvaises personnes

    Éloignez-vous des personnes qui cessent de vous apporter des choses positives, qui ne génèrent que des conflits ou de mauvais moments. Parfois, cette situation peut être une opportunité pour grandir ou pour prendre le chemin que l’on aurait dû choisir dès le début.

    N’ayons pas peur de nous éloigner des gens.

     

    Photographies : Norvz Austria, Aliza Razell.

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Saviez-vous qu’écouter les gens qui se plaignent épuise ?

     

     

     

     

     

    Être entouré de gens qui se plaignent en permanence épuise, peut altérer le moral et nous nuire même quand le problème n'a rien à voir avec nous.

    Saviez-vous qu’écouter les gens qui se plaignent épuise ?

    Le style de vie moderne est si exigeant, et ce dans tous les domaines, qu’inévitablement, nous finissons tous par nous plaindre face à ce que nous devons affronter.

    Même s’il s’agit d’une réaction naturelle qui permet de libérer la tension dans des situations complexes ou douloureuses, c’est également un sentiment qui vole de l’énergie.

    S’il n’est pas mauvais de ressentir de l’empathie quand nos proches traversent une mauvaise passe, écouter ceux qui se plaignent de tout est plus nocif que ce que l’on croit.

    Le plus inquiétant est lorsque que leur attitude devient si toxique et manipulatrice qu’elle nous fait penser que nous sommes insensibles ou égoïstes uniquement car nous n’avons pas envie d’être là où nous sommes.

    C’est pour cela qu’il est important de savoir les identifier, de connaître les effets de leur négativité dans notre vie et quoi faire pour y remédier.

    Le profil des personnes plaintives

    femme qui en marre d'entendre l'autre se plaindre

    Elles vivent en refusant la vie qu’elles mènent, elles veulent toujours être les victimes, elles se plaignent d’un rien et surtout, elles ne font jamais rien pour changer ce qui les tracasse tant.

    Même si au début, cela nous semble normal, avec le temps, nous nous rendons compte que, loin de provenir d’une situation difficile, la plainte est avant tout une habitude puisqu’elle fait partie du style de vie de la personne en question.

    Elle devient un acte conscient ou inconscient de manipulation, avec lequel le plaintif essaie de générer de la culpabilité, de la compassion ou de la solidarité, presque toujours pour ne pas assumer ses propres responsabilités.

    Soudain, nous sentons que nous sommes obligé de l’aider à résoudre ses problèmes ou du moins, d’être le soutien de tous les moments.

    Les conséquences des personnes plaintives sur le moral de leur entourage

    Les attitudes de ceux qui se plaignent de tout sont si négatives que soudain, on commence à se sentir plus fatigué que la normale.

    Même si l’on a la capacité de conseiller ou d’aider ce type de personnes, être exposé-e à leur manière d’être nous enlève une grosse partie de notre énergie.

    Et même si cela est difficile de le remarquer, notre cerveau souffre de changements à cause des émotions qui sont entraînées par la condition de l’autre.

    Des sentiments tels que la frustration, la culpabilité et la tristesse modifient des processus qui libèrent des hormones dans le cerveau et augmentent le risque d’avoir :

    Que peut-on faire pour faire face à l’attitude du plaintif ?

    Dans la vie, tout n’arrive pas comme nous le souhaiterions, et souvent, nous devons affronter des défis que nous ne voulons pas et que nous n’attendons pas.

    Mais cela ne sert à rien de s’enfermer dans la frustration et l’amertume, puisque ce sont des attitudes qui empêchent d’aller de l’avant.

    L’énergie que nous utilisons pour nous plaindre est celle dont nous avons besoin pour dépasser ces situations qui semblent être des obstacles.

    C’est pour cela qu’en plus d’éviter de faire partie de ce type de personnes, il est primordial de comprendre que nous ne sommes pas obligé d’écouter ou de conseiller ceux qui se plaignent.

    Nous ne pouvons pas vouloir résoudre la vie des autres quand nous avons besoin d’énergie pour résoudre nos propres problèmes.

    Alors, comment faire ?

    1. Prenez de la distance

    stop aux gens qui se plaignent

    Dans la mesure du possible, éloignez-vous au maximum de ces personnes, car avec leur attitude, elles essaieront de vous manipuler.

    Moins vous leur prêtez attention, plus elle comprendront rapidement que vous ne souhaitez pas investir votre énergie dans l’écoute de leurs pensées négatives.

    2. Faites-leur comprendre que le problème leur appartient

    Même si vous prenez le temps d’écouter ses plaintes, faites savoir à cette personne que les problèmes qu’elle a viennent de leur manière de penser.

    Faites-en sorte que la situation vous affecte peu et conseillez-lui de prendre des mesures pour résoudre ses problèmes par ses propres moyens.

    3. Ne montrez pas de fragilité

    femme qui pleure consolée par une autre

    Puisque ces personnes ont la capacité de manipuler avec leurs attitudes, il est essentiel d’avoir un bouclier pour ne pas montrer que l’on est disposé à les aider coûte que coûte face à tous les problèmes possibles et imaginables.

    S’il est parfois inévitable de ressentir de l’empathie, il est important de contrôler la situation pour ne pas ressentir le besoin urgent d’aider quand le problème ne nous concerne pas.

    4. Établissez des limites

    Vous avez le droit de demander à cette personne de ne pas partager ses tragédies et ses plaintes avec vous.

    Si vous êtes fatigué d’écouter sans cesse des pensées négatives, dites-lui que cela ne vous plaît pas et que vous préféreriez ne pas être cette épaule sur laquelle elle pleure systématiquement.

    Vous avez un ami ou un proche qui se plaint toute la journée ? Il est temps d’agir !

    Évitez de rentrer dans son jeu car, à un moment donné, vous commencerez à sentir que sa négativité aura un impact sur votre propre vie.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Mieux vaut être seul que mal accompagné

     

     

     

     

     

    Mieux vaut être seul-e que mal accompagné-e

    Si cette compagnie vous apporte plus de peines et de préoccupations que de joies, peut-être devriez-vous vous demander si vous ne devriez pas vous éloigner. Car parfois il vaut mieux être seul-e que mal accompagné.

    Il est certain que vous connaissez l’adage « mieux vaut être seul-e que mal accompagné « . Et il n’existe pas de meilleur choix que celui de la solitude face à la compagnie de personnes toxiques.

    Parfois il nous est très difficile de nous débarrasser de situations, de relations et d’individus qui font de notre vie un véritable enfer.

    Pourquoi les gardons nous ? La réponse est simple : par peur.

    Il vaut mieux être seul que vivre une vie pleine de chagrins

    mieux vaut être seul que mal accompagné chagrins

    Parfois, il vaut mieux être seul que laisser notre vie se transformer en une existence pleine de tristesse et d’amertume. Nous le comprendrons mieux avec quelques exemples.

    Imaginons que Cristina, une femme de 32 ans, est avec son partenaire depuis 5 ans. Mais que depuis un certain temps la relation n’est plus la même.

    Désormais Cristina doit faire face à des disputes quasi quotidiennes.

    Elle n’est pas heureuse, elle ne ressent plus la même chose pour son partenaire, mais elle a très peur de rompre une relation qui a tant duré. De plus, que diraient ses parents ?

    Tout comme cela arrive dans de nombreuses relations, Cristina s’est tellement concentrée sur son partenaire qu’elle n’a que peu d’amis sur qui s’appuyer, et c’est pourquoi la situation est compliquée. Mais elle n’a que deux décisions à prendre.

    L’une d’entre elles consiste à suivre la dynamique habituelle, en continuant d’être malheureux-se et de subir. L’autre est d’en finir avec cette relation, malgré toutes les peurs qui peuvent survenir, car cela lui garantit un nouveau chemin à prendre, sans aucun doute beaucoup mieux.

    Même si vous êtes seul-e et que vous avez la sensation d’être abandonné-e, vous serez peut-être plus tranquille, plus serein et beaucoup plus heureux.

    Les relations toxiques que nous permettons dans notre quotidien

    mieux vaut être seul que mal accompagné femme qui se touche le coeur

    Il existe des relations toxiques que nous maintenons avec certains individus qui ne sont pas forcément des mauvaises personnes.

    Toutefois, la relation que nous établissons avec elles n’est pas saine. Il se peut qu’il y ait des manipulations au milieu, des mensonges, de la jalousie voire de la maltraitance.

    Le plus important est de se demander : que gagnons-nous à rester là, à permettre cette situation ?

    Il est clair que nous n’allons pas bien, que nous sommes mal accompagnés. Le problème c’est que nous avons peur et que cela empêche que nous prenions une décision et que nous nous éloignions.

    Comme nous pouvons le voir, la peur nous accompagne toujours dans ces situations et parfois, cette peur est renforcée par celle que nous inspire ces personnes que nous avons dans notre entourage.

    Parfois les relations toxiques s’établissent avec les amis, la famille ou le/la partenaire. L’importance que nous leur donnons déterminera également la difficulté à pouvoir sortir de ce genre de problème.

    L’importance de ne pas craindre la solitude

    mieux vaut être seul que mal accompagné tristesse

    Etre mieux seul n’est pas une option pour bon nombre de personnes, car depuis tout petit on nous inculque quelque chose de très important et si nous n’avons pas d’amis ou de partenaire, nous avons littéralement échoué.

    La solitude n’est pas bien vue. C’est pourquoi il nous est très difficile de nous débarrasser de certaines relations, même si elles sont toxiques.

    Toutefois, il y a quelque chose que nous omettons et c’est que nous perdons notre temps précieux. Un temps dont nous pourrions profiter pour nous retrouver, nous connaître davantage et prendre du bon temps.

    Pourquoi nous laissons-nous manipuler ? Pourquoi supportons-nous même les humiliations et la maltraitance des autres ?

    Réfléchissons au fait de savoir si nous souhaitons réellement passer le reste de notre vie ainsi, impassibles, sans prendre de décision bonne pour nous à cause de cette peur d’être seule que l’on nous a inculquée et qui ne nous appartient même pas.

    Oui, vous lisez bien. La peur de la solitude est une peur apprise. Car si quelqu’un de votre entourage vivait une situation similaire à la vôtre, vous lui diriez sûrement de partir, de s’éloigner.

    Vous sauriez ce qu’elle devrait faire.

    Mais lorsque quelqu’un le vit, cela devient un autre problème.

     

    Il vaut mieux être seul que mal accompagné, car il est beaucoup plus intelligent de choisir d’être heureux que de vivre dans la tristesse entouré de personnes qui, au lieu de s’ajouter, se soustraient.

    Nous avons le choix, alors faisons le bon. Car notre bonheur est important et nous n’avons pas de temps à perdre en chagrins, en mauvais moments et pour des personnes qui nous font du mal.

    N’hésitez plus. Mieux vaut être seul que mal accompagné.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 erreurs commises par les personnes jalouses

     

     

     

     

     

    Même si l’on nous a fait croire que c’était synonyme d’amour romantique, ce qui est sûr c’est que les personnes jalouses ne profitent pas de leur relation car elles doutent continuellement et sont toujours sur la défensive.

    De nombreuses personnes considèrent qu’en étant jalouses elles prouvent leur amour à leur partenaire. Toutefois, certains types de jalousie sont très négatifs.

    Nous avons tous été des personnes jalouses à un moment donné.

    Si nous avons eu des frères et sœurs, depuis tout petit nous avons pu ressentir cet étrange sentiment lorsque nos parents prêtaient plus d’attention à notre frère ou lui faisaient un certain compliment.

    Cependant, la jalousie a toujours été reliée à l’amour dans les relations de couple. Nous avons cru des phrases du type « s’iel est jaloux-se c’est qu’iel t’aime ».

    Mais bien que la jalousie peut être normale, les personnes jalouses commettent beaucoup d’erreurs car elles sont aveuglées par ce sentiment qui peut nuire à leurs relations.

    Vous souhaitez les connaître ?

    1. Elles absorbent leur partenaire

    les erreurs commises par les personnes jalouses couple

    Les personnes jalouses manquent énormément de confiance en elles et c’est pourquoi elles essaient à chaque instant de contrôler leur partenaire. Elles le veulent seulement pour elles. Elles ne supportent pas l’idée qu’il puisse s’intéresser à une autre personne.

    Cela peut provoquer que l’autre personne ressente une forte pression et désire un peu d’espace dans leur relation. Ceci affecte, sans aucun doute, beaucoup la personne jalouse.

    Etouffer son partenaire peut provoquer ce que l’on ne souhaitait pas : la rupture. Toutefois, les personnes jalouses ne se rendent pas compte de ce que peut ressentir leur partenaire.

    Leur jalousie annule l’empathie.

    2. Elles cherchent des preuves en permanence

    L’on connaît bien « l’effet pygmalion » : lorsqu’une personne pense que quelque chose va se passer ou agit comme si c’était déjà arrivé, cela finit par arriver.

    C’est ce qui arrive aux personnes jalouses qui sont sans cesse à la recherche d’un signe qui leur prouve que leur partenaire est infidèle.

    N’importe quel message ou contact avec quelqu’un peut provoquer une dispute pleine de reproches et de phrases du type « tu ne m’aimes plus ! ».

    Ce type d’attitude peut provoquer qu’au final, elles trouvent ce qu’elles cherchaient. C’est comme s’il s’agissait d’un appel à ce que cela arrive.

    3. Elles refusent de demander de l’aide

    les erreurs commises par les personnes jalouses mauvaises réponses dispute

    Le côté négatif de la jalousie et de croire que c’est un sentiment normal ou qui prouve son amour pour l’autre, est que les personnes qui en ressentent se refusent à croire qu’elles représentent un problème pour leur relation.

    Ceci provoque une nuisance énorme pour le couple et provoque qu’avec le temps, la relation finisse par devenir très toxique pour les deux.

    Demander de l’aide représenterait quelque chose de très positif. Ainsi, la communication dans le couple s’améliorerait et la jalousie deviendrait une croyance infondée et le fruit de peurs qui n’ont pas de raisons d’être.

    4. La jalousie ne s’arrête pas du jour au lendemain

    Un partenaire jaloux aura beau dire « je vais changer », ce qui est sûr c’est qu’il s’agit de tout un processus et qu’il sera toujours bon de compter sur l’aide d’un professionnel.

    Les personnes jalouses peuvent faire plusieurs promesses lorsque leur partenaire, épuisé-e, les menace de les quitter. Toutefois, il faut savoir que le processus va être long.

    Il faut en finir avec ces croyances qui ont permis à la jalousie de devenir quelque chose de « normal » dans les relations, et se pencher sur toutes ces peurs ce manque de confiance qu’elle provoque.

    5. Elles explosent soudainement

    les erreurs commises par les personnes jalouses dispute

    Les personnes jalouses, à cause de leur manque de confiance en elles, sont toujours de mauvaise humeur et face à la moindre petite preuve qui pourrait effleurer leur jalousie, elles explosent de colère, qu’elles gardent parfois en elles.

    Ainsi, lorsqu’elles ont accumulé plusieurs moments de jalousie, à la moindre petite occasion elles finiront par exploser. Leur partenaire ne comprend pas ce qu’il se passe et la situation empire.

     

    Il serait bon que les personnes jalouses se rendent compte que la solution ne se trouve pas dans le fait que leur partenaire agisse comme elles le souhaitent, mais que ce sont elles qui doivent changer leur vision de la relation et de la jalousie.

    C’est seulement de cette manière qu’elles pourront amener la relation vers quelque chose de plus sain.

    Dans le cas contraire, dans la majorité des cas l’excès de jalousie amènera à la rupture, car la situation sera insoutenable.

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’exemple du Petit Chaperon rouge :

    affronter ses peurs, pour revêtir la peau du loup

     

     

     

     

    Sans aucun doute, nos pires peurs et craintes sont celles que nous créons nous-mêmes dans notre esprit. Cessez de vous empoisonner avec le passé, concentrez-vous sur le positif et continuez à aller de l'avant.

    Les peurs sont comme ces prédateurs qui se cachent dans le bois de notre environnement quotidien ; elles nous observent, nous épient et nous attaquent quand nous nous y attendons le moins, comme un loup solitaire affamé.

    Nous nous sentons souvent très vulnérables, comme le Petit Chaperon rouge. Comme un rite de passage, nous devons souvent nous plonger dans des environnements inconnus pour pouvoir franchir de nouvelles étapes dans notre existence.

    Vivre c’est explorer, c’est devoir se battre au quotidien contre nos propres insécurités et contre nos peurs, qui tentent d’essayer de nous empêcher d’avancer.

    C’est uniquement de cette manière que nous allons pouvoir devenir des personnes indépendantes, qui ne se font pas avoir par les autres, qui ont confiance en leur intuition et en leur propre expérience.

    Dans la suite de cet article, nous allons vous proposer d’apprendre à devenir cette personne, de laisser le chaperon de vos peurs et d’embrasser votre loup intérieur pour vous libérer totalement, pour devenir si fort-e que personne ne pourra plus vous vaincre.

    Vos peurs sont vos prédateurs

    petit chaperon rouge peurs

    Les peurs ont une finalité bien précise pour notre survie. Elles nous permettent d’être en alerte, elles sont nos mécanismes de détection des dangers qui peuvent se trouver dans notre entourage immédiat.

    • Une fois que notre cerveau détecte une menace qui pèse sur nous, il ordonne une montée de notre taux d’adrénaline. Ce neurotransmetteur accélère notre rythme cardiaque et tend nos muscles, pour permettre de nous échapper plus rapidement.
    • Il y a longtemps, ces mécanismes avaient pour objectif de nous protéger contre les multiples prédateurs bien réels qui composaient notre environnement immédiat.
    • Cependant, de nos jours, ces menaces et ces prédateurs ont presque tous disparu. Les dangers auxquels nous devons faire face désormais sont davantage liés à notre vie intérieure.

    Le XXIème siècle est marqué par la prédominance de ces prédateurs intérieurs qui s’immiscent dans notre tête, ou dans les relations que nous entretenons avec notre partenaire et nos amis.

    Il est indispensable de savoir les identifier et les reconnaître, qu’ils soient internes ou externes, car ils peuvent littéralement voler notre bonheur, notre dignité, notre courage, notre équilibre et l’harmonie dont nous avons besoin pour vivre en paix dans notre environnement.

    Le prédateur caché dans votre insécurité

    Nous avons tous des droits, nous avons tous voix au chapitre, nous avons tous des vertus et des forces.

    Cependant, parfois, nous mettons de côté nos qualités, nous baissons la tête et nous trébuchons sur ce que les autres disent de nous, ou tout simplement sur ce qu’ils attendent de nous.

    • Devenir les marionnettes des besoins que nous imposent les autres peut faire extrêmement mal à notre dignité, qui disparaîtra petit à petit.
    • Nous ne devons pas culpabiliser les autres de notre malheur : le prédateur que nous devons combattre se trouve en notre for intérieur, pas chez les autres.

    Nous devons être capables de revêtir une peau de loup pour récupérer tout notre courage, pour courir à nouveau en toute liberté et pour mettre en œuvre une assertivité seule à même de nous assurer le respect des autres.

    Le prédateur extérieur qui vous murmure : « Tu ne peux pas, tu ne sais pas, tu ne le mérites pas« 

    petit chaperon rouge loup

    Dans notre vie quotidienne, dans les cartes personnelles dans lesquelles nous nous déplaçons au quotidien, se cachent, presque stratégiquement, différents prédateurs qui peuvent nous faire extrêmement mal.

    • Parfois, il s’agit de notre propre famille. Elle nous empêche de grandir, elle met des barrières à notre droit d’être les maîtres de notre destinée et de nos propres choix.
    • A d’autres occasions, c’est notre couple qui nous empêche d’avancer. Il est fait davantage de domination que d’amour, de plus de manipulation que de tendresse.
    • D’autres contextes peuvent aussi nous mettre en danger : notre travail, nos enfants ou les contextes scolaires. Ils diminuent souvent notre droit à être uniques et différents, à faire les choses comme nous le désirons et à démontrer l’étendue de nos capacités.

    Il y a des prédateurs de toutes les sortes. Pour autant, les plus présents et les plus répandus, sont ceux qui tentent de nous couper les ailes et de mettre à mal nos libertés.

    Le prédateur qui vous attache au passé et vous empêche d’avancer

    Nous sommes tous faits de nos propres histoires, de l’intégralité de notre passé. Cependant, si tout ce qui est arrivé hier nous définit, cela ne nous détermine pas.

    • L’un des pires prédateurs intérieurs est celui qui s’accroche à notre passé et qui nous empêche d’avancer, de nous transformer en des personnes plus fortes.
    • Continuer à aller de l’avant implique de laisser une bonne partie des pierres de notre passé derrière nous, de ne pas continuer à les porter dans notre sac à dos émotionnel.
    • Il est nécessaire de nous libérer de cette charge à travers l’acceptation, le pardon et cette confrontation personnelle qui nous amène à ne garder que le meilleur de ce qu’il y a en nous et à abandonner nos mauvais souvenirs.

    Nous devons être résilients, accepter notre passé et devenir des loups plus sages, qui regardent leur avenir avec espoir et sans aucune peur.

    Les prédateurs qui nous privent d’oxygène, de tranquillité et de bonheur

    petit chaperon rouge loup

    Certains prédateurs nous attrapent dans leurs griffes pessimistes, détruisent totalement notre motivation et nous remplissent de préoccupations constantes.

    • Ces prédateurs volent notre calme. Ils sont des artisans de notre mauvaise humeur et nous plongent dans des tempêtes si terribles qu’elles sont capables de totalement ruiner notre bonheur.
    • Sachez les identifier, reconnaissez leurs manifestations et apprenez à gérer l’impact qu’ils peuvent avoir sur votre vie, pour pouvoir mieux gérer cette négativité qui parfois vous envahit. Apprenez à vous sentir en paix et à vous éloigner de tout ce qui est toxique.

     

    Nous vous proposons de mettre en œuvre tous ces conseils, qui vous permettront de ne plus être ce Petit Chaperon rouge timide et ingénu. Devenez une personne plus sage, plus énergique, plus vivante et capable de transformer sa réalité pour être heureuse.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • S’attacher à quelqu’un est beaucoup plus douloureux

    que de laisser partir

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Au lieu de s'attacher à quelqu'un, il faut apprendre à lâcher prise même pour être seul-e. Nous devons comprendre que nous n'avons besoin que de nous-mêmes pour être bien.
     

    S’attacher à quelqu’un par peur de la solitude, de perdre ce pour lequel vous avez lutté si fort ou parce que vous êtes déterminés à continuer d’essayer, peut vous causer beaucoup plus de douleur que si vous laissez partir la personne avec qui vous êtes.

     

    On vous a certainement appris à lutter pour garder vos relations, et votre esprit s’est forgé par des phrases telles que « vous ne donnez pas tout » ou « vous devez donner 200% de vous si vous voulez raviver l’étincelle ».

    Mais à quoi bon supporter tant de souffrance ? De quoi avez-vous peur ? Le fait de vous imaginer loin de cette personne vous fait paniquer. Cependant, vous ne savez pas à quel point cela peut être extrêmement libérateur.

    Résister aux changements provoque toujours de la douleur

    s'attacher à la personne que l'on aime

    Les changements impliquent de mettre un pied en dehors de notre zone de confort, pour modifier notre vie et quelle suive un nouveau cours. C’est très effrayant et, pour cette raison, nous croyons toujours qu’il est préférable de rester dans la même situation.

    Cependant, s’attacher à quelqu’un par peur indique que nous restons avec cette personne pour ne pas faire face à nos peurs et non par amour.

    Ce n’est pas juste, ni pour nous ni pour l’autre personne. Nous vivrons dans un mensonge, dans une relation hypocrite où, au lieu d’avancer, nous allons faire de grands pas en arrière.

    L’anxiété, le stress, les récriminations et les conflits deviendront de plus en plus présents, ce qui est tout à fait normal ! Car nous ne sommes pas où nous voulons être, même si nous y croyons.

    Très fréquemment, cette peur de l’incertitude du changement est le résultat de certaines croyances qui nous bloquent. Car quand une relation change, qu’est ce qui nous vient à l’esprit ?

    Que l’étincelle a disparu, que nous devons nous battre pour récupérer l’amour d’avant qui maintenant est assez flou … Nous ne voulons pas être seuls, c’est la vraie réalité.

    Car les échecs d’amour ne sont pas bien vus.

    L’éternel conte de fée résumé dans cette phrase « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants »

    S’attacher à quelqu’un indique que ces histoires racontées dans notre enfance nous ont laissé une empreinte profonde.

    Nous continuons de rêver de cette fin heureuse, c’est pourquoi nous évitons de changer, de libérer et de modifier quoi que ce soit dans nos relations. Nous voulons que cela dure toute la vie …

    Cependant, cela ne se produit que dans les relations de couples. Dans les relations amicales, par exemple, nous savons que les amis vont et viennent.

    Même si cela nous fait mal, nous ne ressentons pas cet attachement que nous avons tissé avec notre partenaire.

    « Tu es ma moitié », « sans toi je ne suis rien », « Je ne sais pas ce que je ferais si je ne t’avais pas rencontré », « tu me rends très heureux » …

    Toutes ces phrases se réfèrent à la peur de laisser partir et au besoin de rester attachés à notre partenaire pour pouvoir vivre cette histoire irréelle de princes et de princesses.

    Nous nous faisons mal, nous souffrons en nous attachant et en restant aux côtés de l’autre uniquement par peur.

    Parfois, notre peur est si grande que nous pouvons vivre des relations pour ne pas nous sentir seuls ni sentir que l’on a échoué dans notre tentative de trouver cette personne qui nous complète.

    N’ayez pas peur de laisser partir mais apprenez à ne dépendre de personne

    laisser partir femme seule avec oiseaux qui s'envolent

    N’ayez pas peur de laisser partir, d’être avec vous-même. Avant de commencer cette relation, vous étiez seul et ce n’était pas la fin du monde, n’est-ce pas ?

    Cependant, une fois que vous entrez dans ce monde d’émotions, de couple, de rêves, il semble qu’être seul ne soit plus une possibilité. Parce que le temps passe et, peut-être que vous ne retrouverez personne qui vous aime.

    Toutes ces pensées sont le résultat de l’immense peur que nous avons des changements qui nous fait croire que « tout est fini ».

    Même s’il est facile de dire que, si vous vous sentez mal, vous ne devez pas rester dans cette situation, bien que vous rêviez que tout aille bien, cela ne sera pas le cas et vous devez passer par cet apprentissage.

    Vivre dans votre chair la souffrance de chaque déceptionlutter à contre sens une fois de plus pour sauver des relations déjà brisées.

    femme seule pleure relation brisée

    Vous passerez par cette épreuve, cela vous fera mal, mais vous apprendrez que lâcher prise et laisser partir est la chose la plus libératrice qui existe, et que s’attacher à quelqu’un est le résultat d’une peur que vous pouvez vaincre.

    À la fin, vous pourrez vous détacher et être heureux-se sans dépendre de rien ni de personne. Je vous souhaite une expérience réussie.

     

    Images de Katharina Jung

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • S’éloigner peut être une grande preuve d’amour

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    S’éloigner ne signifie pas toujours un manque d’intérêt. En fait, cela veut parfois dire que nous appréciions tellement l’autre personne que nous voulons qu'il réalise sa propre évolution personnelle.
     

    S’éloigner de quelqu’un peut être un grand acte d’amour. Parce que parfois notre présence n’aide en rien, sinon tout le contraire.

    Nous croyons qu’il est important d’être aux côtés d’une personne que l’on aime, mais si le fait de s’éloigner était encore plus important ?

    On ne doit pas nécessairement se sentir mal, se faire insulter ou devenir la cible d’une sorte de préjudice. Parfois, prendre de la distance avec la personne que nous aimons le plus et au bon moment peut être un excellent cadeau.

    S’éloigner permet aux autres de mener leurs propres combats

    main ciel

    Que se passe-t-il quand on aime quelqu’un ? Nous ne voulons qu’il ne lui arrive rien de mal et nous nous occupons de son bien-être à tel point que si nous pouvions nous mettre à sa place, nous le ferions.

    Cependant, nous savons que ce n’est pas positif. Imaginez que nous traversons un très mauvaise période et que nous n’arrivons pas à nous en sortir.

    On peut recevoir des encouragements de notre entourage, mais c’est tout : ils ne peuvent rien faire d’autre.

    Dans le cas où on essaierait de nous diriger, de nous conseiller et de nous guider en maintenant une vision extérieure, ou même en faisant des choses que nous devrions faire nous-mêmes, nous perdrions la grande opportunité d’apprendre de l’une des nombreuses expériences que la vie nous donne.

    Nous aurons tendance à fuir de tout ce qui est négatif. Si d’autres veulent prendre la relève, nous le leur permettons. Cependant, cela nous empêchera de prendre la responsabilité de notre vie.

    Personne n’aime souffrir, mais souffrir permet de grandir, mûrir et d’apprendreSans le négatif, nous ne valoriserions jamais le positif; sans les mauvais passages, nous ne pourrions pas nous diriger vers ce qui est le mieux pour nous.

    Vouloir prendre la place de cette personne que nous aimons tant, vouloir combattre ses propres batailles est une énorme erreur.

    Lorsque l’amour nous aveugle tant qu’il nous empêche de penser clairement et d’observer que les circonstances peuvent être une excellente opportunité, s’éloigner est parfois le mieux que nous puissions faire.

    Prendre ses distances ne signifie pas un manque d’intérêt

    tête qui explose en poudre colorée

    Certaines croyances peuvent nous influencer lorsque nous pensons à nous éloigner de quelqu’un, afin de lui donner de l’espace et ne pas être un frein dans sa propre évolution.

    Sans s’en rendre compte, parfois nous manipulons ou obligeons car nous voyons la réalité d’une manière différente. C’est normal ! Chacun à une manière de réagir.

    Mais ce qui est important, c’est de permettre à chacun d’agir comme il le souhaite, même si cela ne nous semble pas la meilleure façon d’agir.

    C’est pourquoi il est si important de s’éloigner, malgré de nombreuses idées reçues qui nous incitent à rester à côté de cette personne que nous aimons. Voici quelques-unes d’entre elles :

    • Je ne peux pas le quitter parce que, sans moi, qu’est-ce qu’il va faire ? Cela empêche l’autre personne de prendre en charge la situation, et en plus, vous le-la sous-estimez, comme s’il n’était pas capable de résoudre les choses sans vous. Vous n’êtes pas son sauveur.
    • Si je m’éloigne, il pensera que je ne l’aime pas. Peut-être que l’autre personne ne le pense pas. En fait, vous avez peut être peur que les autres vous jugent pour ne pas faire ce qui est considéré comme « correct ».
    • Il a besoin de moi, il me dit toujours que je suis très important. Peut-être que la personne que vous aimez tant, dépend tellement de vous que cela l’empêche d’être bien et de faire face à la situation sans vous.

    Vous ne savez pas combien vous allez l’aider à grandir si vous vous éloignez.

    Les actes d’amour ont des perspectives différentes

    femme paysage

    Nous pensons que tout ce que nous avons accompli jusqu’ici est la seule chose possible. Cependant, nous devons parfois nous interroger sur les moyens d’agir et de penser, en prenant de nouvelles perspectives.

    Pendant longtemps, nous avons cru que l’échec était terrible, jusqu’à ce que nous commencions à comprendre que c’est un apprentissage.

    Nous considérons la dépendance comme synonyme d’amour, alors que l’amour véritable se cultive de manière individuelle.

    S’éloigner de quelqu’un peut permettre à cette personne de grandir, de mûrir et de devenir forteParce que personne à part nous ne peut prendre le contrôle de nos vies.

    Donnez aux autres l’opportunité de s’émanciper. S’ils ont peur, s’ils ont été attachés et s’ils ont besoin de nous parce qu’ils croient qu’ils ne peuvent pas par eux-mêmes, il est temps de s’éloigner.

     

    Photographies de Hussam Eissa

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Vide émotionnel : l’espace que j’ai du mal à combler

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Et si vous n’aviez besoin de personne pour remplir ce vide intérieur ressenti ? Cessez de cherchez chez les autres cette personne qui comblera ce vide émotionnel et remplissez-le vous-même.
     

    Le vide émotionnel est étroitement lié au sentiment de solitude.

    Cet état d’« être seul » auquel nous essayons tous si souvent d’échapper vu que la plupart des personnes le refusent, se moquent des solitaires ou critiquent ceux qui aiment passer du temps avec eux-mêmes.

    Comme nous sommes des êtres sociables, même si nous avons une forte estime de nous-mêmes, au bout du compte nous finissons par chercher à ressembler aux autres, à nous guider par ces croyances qui affirment que la solitude est réservée à ceux qui échouent…

    Et si nous n’étions pas comme les autres ? Quel mal cela aurait-il ?

    L’interminable recherche de remplir le vide émotionnel

    couple

    Face à tout cela, nous essayons sans cesse de remplir ce vide intérieur qui résonne dans notre estomac en nous faisant croire qu’il nous manque quelque chose, que nous sommes incomplets.

    Cela a très probablement un lien avec l’état émotionnel de notre enfance.

    La relation dysfonctionnelle de vos parents, ajoutée aux idées reçues du prince charmant, vous a fait sentir incomplets, une personne qui, pour être entière, a besoin de quelqu’un d’autre.

    Quelle solution nous apporte cette croyance ? Aucune. Nous alimentons uniquement la dépendance affective, notre terrible mal-être et une recherche incessante de « cette autre personne » qui ne remplira jamais ce vide qui nous fait souffrir.

    Nous cherchons toujours en dehors ce que nous pensons  nous manque en nous-mêmes.

    C’est assez ironique, car dépendre des autres pour combler nos vides, provoque le fait de se donner, d’avoir besoin des autres pour se sentir bien et heureux.

    vide émotionnel

    Cependant, même si on cherche beaucoup, malgré nos efforts et les excuses que nous nous racontons, nous nous retrouverons dans la même situation de douleur et de déception.

    Comment éviter que les autres remplissent notre vide émotionnel ?

    Tout ce que les autres pensent qui est correct n’est pas toujours le cas

    Lorsque vous vous sentez dépassé parce que vous vous sentez différents, que l’on se moque de vous parce que vous ne trouvez personne et que la solitude vous guète, cessez de vouloir vous intégrer.

    Arrêtez de vouloir que votre vie soit comme les autres pensent qu’elle devrait être.

    Parfois, nous devons commencer à questionner certaines croyances que nous tenons pour vraies car en réalité il existe beaucoup d’autres façons de voir les choses et de les vivre.

    vide émotionnel

    Essayer de tous vivre de la même manière peut devenir vraiment épuisant et frustrant.

    Nous ne sommes pas obligés d’être en couple ou d’avoir des enfants pour se sentir satisfaits et épanouis.

    Cette croyance visant à « suivre ce chemin tracé » cherche à rendre les gens qui préfèrent en emprunter d’autres, malheureux.

    Aimez-vous et prenez soin de vous

    Le fait de croire que nous sommes une âme sœur en peine favorise l’idée de ne pas se considérer en première position et de prioriser une autre personne qui sera celle qui fera de nous un être complet.

    Cela ne fera sinon qu’alimenter ce vide que nous essayons de remplir avec d’autres, avec des mots d’affection, des touches de sentiments et avec un amour que nous ne nous donnons pas à nous-mêmes.

    Nous ne sommes pas conscients que si nous désirons que ce vide émotionnel disparaisse, nous devons nous aimer, prendre soin de nous et penser à nous en premier avant de commencer une relation et de proclamer un amour que nous ne nous donnons pas à nous-mêmes.

    Dès l’instant où nous prenons conscience de cela nous ne dépendrons plus de personne.

    Ainsi, si une relation ne fonctionne pas, ce vide dont nous souffrons tant ne réapparaitra pas car nous savons dorénavant que nous n’avons besoin de personne pour le combler.

    Il suffisait simplement de centrer notre attention sur nous-mêmes.

    danseuse et oiseaux

    Cessez de penser que vous avez besoin de quelqu’un, arrêtez d’alimenter ce vide qui a été crée par des croyances erronées sur ce que nous sommes et ce que nous devrions être pour être complets.

    C’est le moment de nous aimer, de nous prioriser, même si cela, de nos jours, est encore mal perçu, considéré comme une attitude d’« égoïste ».

    Ne vous permettez pas de continuer à penser que tout ce que vous écoutez autour de vous est la seule vérité.

    Apprenez à tout questionner, car beaucoup de croyances font plus de mal que de bien, et certaines alimentent votre vide émotionnel sans que vous vous en rendiez compte.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Accordez-vous trop d’importance aux opinions des autres ?

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Si vous donnez plus d'importance à ce que les autres pensent qu’à votre propre opinion, vous laisserez votre bonheur entre leurs mains et leur donnerez le pouvoir de décider de votre bien-être.
     

    Les opinions des autres vous affectent-t-elles ? Jusqu’à quel point ?

     Vouloir toujours plaire aux autres ou prendre des décisions pour obtenir leur approbation peut vous annuler et même mettre fin à votre bonheur.

    Vous rentrerez dans un cycle de tristesse et de désolation, car les autres ont des opinions très différentes. Parfois, vous vous sentirez perdus. Qui devriez-vous écouter ou pas ?

    La bonne nouvelle est que vous pouvez changer les choses. Parfois, certains des actes que vous réalisez inconsciemment trahissent votre inquiétude de ce que les autres pensent.

    Arrêtez de vous regarder dans les yeux des autres

    femme ayant besoin de l'opinion des autres pour choisir ses lunettes

    Se laissez juger à travers les yeux des autres montre à quel point vous avez un vrai problème d’estime de soi.

    Si l’on vous dit aujourd’hui que vous êtes charmant, alors vous vous sentirez ainsi ; cependant, si demain on vous dit le contraire, vous allez le croire et vous verrez ainsi.

    Cela vous empêche de vous percevoir tel que vous êtes. Vous donnerez trop d’importance à la façon dont les autres vous perçoivent et vous vous inquiéterez de votre apparence.

    Commencez à vous regarder dans le miroir et à prendre en compte votre propre opinion, tout en laissant celles des autres en arrière-plan.

    Votre point de vu doit toujours être au premier plan, car c’est le plus important.

    Vous ne devez pas être une personne parfaite

    femme disant non

    Lorsque vous vous inquiétez de ce que les autres pensent de vous, vous commencez à adopter différentes habitudes pour donner l’image d’une personne parfaite.

    Tout cela, bien sûr, est impossible et vous nuira énormément.

    Vous commencerez à vous excuser alors que vous n’êtes coupable de rien, car vous prendrez pour vous des responsabilités qui ne vous appartiennent pas.

    Votre obsession d’être une personne parfaite vous conduira à vous sentir coupable de presque n’importe quoi parce que, bien sûr, vous ne tolérerez pas une seule erreur.

    Vous changerez d’intentions pour plaire uniquement autres.

    Par exemple, si un jour vous êtes à la maison et que vous n’avez pas envie de sortir, mais que vos ami-e-s vous le demandent, alors vous vous forcerez à le faire pour leur faire plaisir et ne pas devoir vous inventer une excuse.

    Dire « Je n’ai pas envie » n’est pas une solution, car souvenez-vous, vous voulez avant tout être une personne parfaite. Par conséquent, vous donnerez toujours la priorité aux autres et ferez les choses que vous ne souhaitez pas faire.

    Vous souffrez par dessus tout de beaucoup de stress continucar vous essayez de plaire à toutes les personnes qui vous entourent et chaque fois qu’il semble que vous ne plaisez pas à quelqu’un, cela vous provoque énormément d’anxiété.

    Vous ne devez pas être parfait-e, vous ne pouvez pas prétendre plaire à tout le monde. C’est une grande erreur de ne pas faire ce que vous voulez sous prétexte de plaire aux autres.

    Commencez à penser davantage à vous-même, faites ce que vous ressentez réellement. Vous ne perdez rien à essayer cette nouvelle façon d’agir.

    Commencez à prendre des décisions en toute sécurité

    femme ayant besoin de l'opinion des autres pour choisir sa direction

    Tout ce qui précède vous fait subir une terrible insécurité pour toutes les décisions que vous devez prendre.

    Ces décisions ne doivent pas nécessairement être très importantes. Vous aurez des doutes en ce qui concerne les les choses  les plus petites et les plus simples.

    Pourquoi cela vous arrive-t-il ? Parce que vous avez toujours donné lus d’importance à ce que pensent les autres, vous attendez de voir comment ils réagissent par rapport à la décision que vous prenez.

    Vous craignez qu’ils n’approuvent pas ce que vous avez choisi et de devoir changer d’opinion. Cependant, vous devez penser que ce que vous décidez est pour vous et pas pour les autres.

    Alors n’hésitez pas à vous concentrez davantage sur vous-même. Beaucoup de personnes qui ont réussi n’ont pas bénéficié du soutien de leur entourage à l’époque et, finalement, ont vu que la décision qu’ils avaient prise était la meilleure qui soit.

    Vous vous rendrez compte que ce que les autres pensent n’est pas si important : votre opinion est beaucoup plus importante que vous ne le pensez.

    Donnez-vous la priorité, et arrêtez de placer les autres en premier, pour que vos décisions ne dépendent pas des visages que les autres vous renvoient.

    Vous avez la responsabilité de votre propre vie qui n’est que la vôtre, en fin de compte, le chemin que vous suivez est uniquement le votre et c’est vos pieds qui vous guident.

    Ne donnez pas d’importance à ce que les autres pensent. Faites-le à l’inverse, donnez-vous plus d’importance à vous-même.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le besoin de pleurer quand on est trop fort

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Parfois, il est fondamental de satisfaire ce besoin de pleurer pour nous remplir de force à nouveau et pouvoir affronter tout ce que nous impose la vie.
     
    Mon besoin de pleurer ne naît pas ni de la fragilité, ni du manque de forces de résistance, ni de l’envie de jeter à la poubelle tout ce qui a été obtenu jusqu’à présent.

    Ce besoin pressant provient de la force qu’on a engagée et de la nécessité de se libérer.

    Nous continuons à considérer quelqu’un qui pleure comme quelqu’un de fragile. Et nous nous retenons même quand les larmes arrivent à cause de circonstances difficiles.

    Supporter une situation difficile après une autre, être la colonne vertébrale de la famille, être toujours debout alors qu’on n’a qu’une envie : se laisser tomber… Vous vous obligez à être fort alors que tout chancelle autour de vous.

    Même l’arbre le plus résistant cède face à un tsunami

    femme qui pleure

    Vous pleurez, vous vous déchargez, et c’est normal. Même l’arbre le plus fort cède devant la force d’un tsunami. Vous n’êtes pas en pierre, vous avez supporté des coups de plusieurs fronts à la fois. 

    La pire chose que vous pourriez faire serait retenir ces larmes. Les ravaler et faire semblant que vous n’en avec pas besoin.

    Vous savez pourtant que tôt ou tard, elles finiront en pleurs. Même si vous regardez le moment, elles arriveront. Personne ne peut être fort tous les jours de sa vie. 

    Et encore moins quand tout autour de lui va à son encontre.

    Alors, pleurez. Sortez toute cette colère, cette frustration et cette fatigue que vous avez à l’intérieur. Vous vous sentirez bien mieux après. Nous finissons tous par exploser un jour.

    Être résistant-e est toute une responsabilité. Cependant, il faut à un moment donné faire sortir toute cette pression à laquelle nous sommes soumis.

    Acceptez cela et permettez-vous de ne pas essayer d’être si parfait.

    Le besoin de pleurer, fruit du stress

    femme qui pleure

    Notre besoin de pleurer après des périodes où nous nous sommes énormément retenus est le fruit du stress accumulé.

    Que nous le voulions ou non, cet état nous accompagne dans de nombreux moments et situations. Et il apparaît quand nous nous y attendons le moins.

    Parfois, il nous encourage à freiner les choses, à stopper et à cesser de porter trop d’obligations sur nous.

    Mais le stress comporte trois phases bien différentes qu’il faut savoir identifier. Dans le but de mieux gérer tout ce qui survient dans notre entourage.

    La phase d’alarme

    C’est lorsque la réponse de fuite s’active, celle qui nous rend prêt à affronter un danger. À ce moment, nous ne pensons pas, nous agissons seulement.

    La période de résistance

    Si la situation précédente se prolonge, nous passons à cette étape où nous nous disposons à affronter ce qui arrive, quoi que ce soit. 

    Nous y mettons toutes nos forces pour rester fermes, mais nous finissons complètement épuisés.

    L’étape de l’épuisement

    La situation qui nous a stressée ne disparaît pas, mais notre niveau d’alerte s’essouffle.

    C’est alors que nous nous tournons vers les pleurs, à la recherche de cette libération qui nous permette de tout relâcher, car nous avons trop résisté.

    Posez des limites

    chevelure en nuage gris qui pleut

    Si l’on n’a pas vécu cette situation, il est difficile de pouvoir agir pour l’empêcher.

    C’est pourquoi il est très important de poser des limites, de penser à soi et de ne pas donner quand nous n’avons plus rien à offrir. 

    • Parfois, que ce soit car nous sommes parents, figures d’autorité ou parce qu’on nous a imposé une responsabilité déterminée, nous nous infligeons une infinité de charges qui finissent par nous faire couler.
    • Nous sommes forts, mais comme nous l’avons vu, cela ne dure pas longtemps. Au final, le stress auquel nous sommes soumis-es nous anéantit.

    Nous sommes des humains, pas des machines. Nous avons une limite.

    • C’est pour cela qu’il est important d’être alerte face à ces phases pour pouvoir mettre un frein à tout ce que nous faisons et qui nous affecte.

    Freiner à temps sera bienfaisant pour savoir jusqu’où nous pouvons arriver. 

    femme et fleurs

    Mais il y a quelque chose plus important que vous devez apprendre à faire. Accepter que vous ne pouvez pas toujours être ce mur sur lequel les autres s’appuient, cette poutre qui porte tout.

    Permettez-vous d’être fragile, de pleurer, de vous écrouler. Il n’y a qu’en acceptant cela que vous pourrez revenir et adopter des mesures qui vous protègent, qui ne vous mènent pas aux extrêmes.

    Vous seul savez jusqu’où vous pouvez arriver. Ne vous videz pas complètement. Si vous n’en êtes pas capable, ce n’est pas grave. Votre besoin de pleurer est positif, il vous aidera.

     

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 raisons pour lesquelles avoir un

    « bocal du bonheur » : vos enfants vont adorer !

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Même si nous ne nous disons pas à quel point nous nous aimons dans ce bocal du bonheur, nous pouvons mettre tous les jours des petits messages positifs afin que nos proches sachent à quel point ils sont importants pour nous.
     

    On dit souvent que le bonheur est aussi fragile que le verre.

    Toutefois, le verre bien entretenu brille et étincelle tous les jours, et si en plus nous le couvrons de tendresse et d’attentions, il peut devenir aussi fort que le graphène.

    Or, pour prendre soin de ce matériau si précieux qu’est le bien-être et celui de nos proches, nous avons besoin d’actes plein de volonté, de bonnes attentions et de ce savoir-faire qui ne vient pas des actes spontanés, mais qui a déjà tout prévu.

    Une manière d’y arriver c’est par la proposition que nous allons vous faire ci-dessous.

    Il s’agit d’un « bocal du bonheur » : une technique motivante qui obtient en général de bons résultats sur des petits groupes de personnes, comme dans une salle de classe, un département professionnel et, avant tout, au sein du noyau d’une famille.

    L’objectif est simple : le remplir au quotidien de pensées positives à propos des autres.

    Elles doivent représenter des pensées et des phrases authentiques, ressenties, pleines de motivation, de tendresse et d’encouragement pour les nôtres.

    Nous vous expliquons ci-dessous comment y parvenir et quels sont les bienfaits que vous pouvez obtenir.

    1. Travaillons l’Intelligence Emotionnelle

    bocal du bonheur

    Au quotidien, nous ne trouvons pas toujours le bon moment pour dire à nos proches quel point nous les aimons.

    C’est toujours un peu difficile, c’est toujours compliqué de « mettre des mots » sur ces émotions intérieures.

    Si nous avons chez nous ce bocal du bonheur, ce sera plus simple et nous travaillerons en plus au quotidien cette « Intelligence Emotionnelle » grâce à laquelle nous pourrons apprendre à gérer un peu mieux le monde des émotions.

    Voici quelques exemples simples des phrases que nous pouvons mettre dans le bocal :

    • « Je suis fier-ère de toi, de la manière dont tu as affronté le problème que tu avais ».
    • « J’aime quand tu souris, tu es quelqu’un de très spécial ».
    • « Merci pour l’attention que tu as eu envers moi hier, tu es très important-e dans ma vie ».
    • « Aujourd’hui j’ai beaucoup pensé à toi au travail, j’avais très envie de rentrer à la maison pour te voir ».
    • « Excuse-moi de t’avoir mis en colère hier, parfois je parle sans réfléchir puis je le regrette. Je veux seulement que tu saches que tu es ce qu’il m’est arrivé de mieux dans ma vie ».

    2. Le bocal du bonheur, une aide pour éduquer nos enfants

    fillette avec une fleur

    Le bocal du bonheur est une très bonne stratégie dans l’éducation des enfants. Il va les aider pour les choses suivantes :

    • Il recevra tous les jours un encouragement positif de notre part qui l’aidera à grandir, à mûrir :

    Je suis fier de tes efforts à l’école », « j’aime la manière dont tu es responsable de tes affaires », « ne t’inquiète pas pour l’erreur que tu as faite, papa et maman ont confiance en toi et savent que la prochaine fois tu feras mieux »…

    • A leur tour, ils doivent également laisser leurs petits papiers avec des phrases nous étant destinées. De cette manière ils sont obligés de faire des exercices de réflexion, d’expression émotionnelle et d’analyse.

    Ainsi, le fait que le bocal du bonheur mette l’accent sur le « positif » est quelque chose de très bon, cela leur donnera de la motivation et de la sécurité quand ils en auront le plus besoin.

    3. Redonnons de l’importance aux petits détails du quotidien

    Les petits détails sont ceux qui construisent le bonheur, ce sont des actes remplis d’attention où l’on apprécie l’amour, l’authentique tendresse et le dévouement de ce regard qui s’occupe de nous et qui sait ce dont on a besoin, ce que l’on aime.

    Le bocal du bonheur est le foyer où habiteront les petits détails quotidiens, là où nous recevrons un « merci d’être qui tu es » ou « j’aime ta façon d’être » ou « j’aime être à tes côtés »…

    Ce sont des phrases simples, courtes et élémentaires qui égayeront notre journée, qui feront briller notre journée, une motivation pour notre cœur…

    bocal du bonheur

    4. Cultivons la gratitude

    Lorsque nous vivons en famille, nous pensons très souvent que les choses sont établies. Nous pensons que ce que fait ou ne fait pas notre partenaire est normal, que c’est ce qu’il faut attendre.

    • Nous nous disons que notre mère, nos grands-parents ou nos frères nous font une faveur parce que c’est habituel au sein d’une famille…
    • Toutefois, au moment où nous considérons les choses comme acquises, nous perdons la magie, et même la personne qui agit peut être déçue voire peu mise en valeur.
    • C’est pourquoi un « merci », leur écrire un « je t’aime », un « que ferais-je sans toi… », n’est jamais inutile.

    C’est une stratégie simple grâce à laquelle nous pouvons obtenir beaucoup.

    5. Focalisons-nous sur le positif

    bocal du bonheur

    Notre quotidien est rempli de critiques, de fatigue, de stress qui nous oblige à aller vite sans nous concentrer sur la personne que nous avons devant nous, sur ce qui est essentiel au cœur et que nous négligeons parfois.

    • L’objectif des messages que nous écrirons tous les jours dans le bocal du bonheur, c’est de nous focaliser sur le positif.
    • En le faisant, nous changerons de puce, nous cesserons de donner trop d’importance à ce qui nous dérange ou nous préoccupe pour percevoir le bon chez nos proches pour nous rappeler de ceux que nous aimons réellement, et ce qui nous rend heureux.

     

    Pour conclure, nous vous recommandons de le faire, nous vous invitons chez vous, avec l’aide des plus petits, à choisir un joli bocal en verre, à le décorer et à commencer dès aujourd’hui à écrire vos messages positifs.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 3 secrets de la sagesse ancienne pour être heureux

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Malgré toutes les avancées actuelles, pour être heureux, mieux vaut se référer à la sagesse ancienne, car elle a des enseignements plus que précieux.
     
    Sagesse ancienne pour être heureux.se

    Nombre des conseils que l’on nous prodigue aujourd’hui pour être heureux-se ne sont pas nouveaux, mais viennent de la sagesse ancienne. 

    Une sagesse qui semble avoir été reléguée à des temps anciens mais que nous continuons à utiliser aujourd’hui, car nous n’avons pas su intérioriser tout ce qu’elle a voulu nous transmettre. 

    Dans cet article, nous allons vous faire découvrir 3 secrets de la sagesse ancienne qui vous seront très utiles dès aujourd’hui même.

    Si les sages les mettent en œuvre, il y a bien une raison, non ?

    Secrets de la sagesse ancienne à mettre en pratique

    1. Contrôlez ce que vous pouvez contrôler et ignorez le reste

    homme cerné d'oiseaux

    Le premier des secrets de la sagesse ancienne est très important car combien de fois voulons-nous contrôler des choses qui ne sont pas de notre ressort ?

    Face à un problème qui nous ravage, une inquiétude qui nous tient en haleine, il est nécessaire de se demander si nous pouvons faire quelque chose.

    Les stoïques le disaient déjà : « Puis-je faire quelque chose face à ce problème ? Si je peux, alors je me mets en action. Si je ne peux rien faire, alors je l’accepte ».

    Mais, nous n’agissons pas toujours de manière aussi sage. Nous nous cognons encore et encore contre le même mur, en nous usant, en minant notre auto-estime et en accentuant notre anxiété.

    Nous ne pouvons pas toujours tout contrôler car il y a des choses qui arrivent car elles arrivent, un point c’est tout. Accepter cela nous libère d’une charge lourde car parfois, nous portons la responsabilité de choses que nous ne devrions pas.

    Cela est parfois le fruit d’une peur, d’une insécurité ou de n’importe quel autre problème qui nous empêche de « laisser faire ».

    Laissons couler les choses et ne nous obstinons pas tant pour quelque chose que nous ne savons pas contrôler. Le meilleur surgit quand nous apprenons à lâcher prise.

    2. Acceptez et cessez de refuser les choses

    homme sur un vélo tenant un parapluie entouré de poissons

    Accepter est l’une des choses les plus difficiles de notre vie car cela implique de cesser d’adopter un rôle de victime.

    Quand nous n’acceptons pas une maladie, une situation ou une période négative de notre vie, nous commençons à refuser ce qui arrive et à nous rebeller contre.

    Cette situation est aussi absurde que voir qu’il pleut et le refuser ou se rebeller contre ce fait. Y gagnons-nous quelque chose ? Pouvons-nous changer la situation ? La réponse est « non », car la seule option que nous avons, c’est d’accepter ce qui est en train de se passer.

    Pourquoi ce refus face à la réalité ? À cause de nos attentes, de ce que l’on considère comme étant de la chance et la malchance…

    Tout cela nous mène à la souffrance et à mettre en pratique une résistance totalement inutile. Nous ne sommes pas des victimes, le monde ne marche pas contre nous. Les choses arrivent car elles arrivent.

    Acceptons que nous n’avons pas le pouvoir de changer ces faits. Sinon, selon les stoïques, nous gaspillons une grande partie de notre énergie pour rien.

    3. Le responsable de votre vie, c’est vous

    femme regardant une feuille

    Le troisième secret de la sagesse ancienne est très important pour éliminer la culpabilité de sa vie.

    Nous avons tendance à culpabiliser nos parents de la manière dont ils se sont comportés avec nous, mais nous sommes des adultes !

    Comme disait Sénèque : « Nous disons que nous ne choisissons pas nos parents, qu’ils nous ont été donnés par hasard, mais nous pouvons choisir quels enfants nous voulons être. »

    Regarder derrière soi et se plaindre de tout ce qui s’est passé ne nous apportera rien de bon. C’est une manière d’excuser notre passivité pour faire quelque chose face à toutes les difficultés qui ne nous assaillent pas en ce moment.

    Nous sommes des adultes, nous avons le pouvoir de prendre un sentier différent de celui tracé par nos progéniteurs. À présent, c’est nous qui sommes responsables de notre vie, personne d’autre.

    Que pouvons-nous faire ?

     

    Aujourd’hui, il est temps de commencer à lâcher prise face à ce que nous ne pouvons pas changer, d’accepter les situations telles qu’elles se présentent et de commencer à prendre le gouvernail de notre vie.

    Tomber dans l’obsession, dans le refus et dans la culpabilité, ne nous apportera que du malheur.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • L’attachement dans l’enfance et son importance pour la vie adulte

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Un attachement sain dans l'enfance est fondamental pour que la personne devienne un adulte sain sur le plan psychologique. Sinon, il risque de souffrir de carences dans ses futures relations.
     

    L’attachement dans l’enfance est le lien émotionnel et comportemental qui s’établit lors des premières étapes de la vie d’un être humain et qui détermine ses relations futures. 

    Il doit toujours y avoir un équilibre et cet aspect de la vie ne déroge pas à la règle.

    L’excès d’attachement, les enfants trop gâtés ou une protection excessive sont aussi négatifs qu’une absence de câlins, de preuves de tendresse et d’attention.

    L’attachement dans l’enfance est un besoin de base

    l'attachement dans l'enfance

    Un bon attachement dans l’enfance au cerveau des enfants de se développer naturellement et sainement.

    Grâce à l’attachement, on peut établir des dynamiques, telles que créer du lien et se socialiser avec les autres.

    Si les parents ne pensent pas aux enfants, qu’ils s’éloignent d’eux ou qu’il y a une relation dysfonctionnelle de couple, il est probable que les enfants se sentent en insécurité dans leurs relations futures.

    La sécurité dans les premières années de vie est très importante pour pouvoir avoir relations saines et pour ne pas souffrir de dépendance émotionnelle, un fait qui peut être grave.

    Quand, par exemple, les enfants souffrent de la séparation de leurs parents lors du développement de l’attachement dans l’enfance, ils se concentrent là-dessus.

    Dans la plupart des cas, les parents ignorent leurs enfants car ils croient « qu’ils ne s’aperçoivent de rien », que les plus petits ne peuvent pas développer de problèmes d’anxiété concernant leurs relations.

    Les types d’attachement dans l’enfance

    1. L’attachement sûr

    l'attachement dans l'enfance

    Dans ce type d’attachement, les parents sont proches de leurs enfants et répondent à leurs demandes émotionnelles. Ils ne les ignorent pas, ils leur démontrent leur affection et cherchent systématiquement leur contact.

    Le fait de toujours chercher le contact avec ses enfants ne consiste pas à leur demander : « fais-moi un bisou » ou « fais-moi un câlin ».

    C’est une demande à laquelle les plus petit-e-s ne veulent peut-être pas répondre car ils n’en ont pas envie à ce moment-là.

    2. L’attachement anxieux-ambivalent

    Dans ce type d’attachement dans l’enfance, les parents sont tendres mais ils ne savent pas comment le montrer. Ainsi, le contact est moindre, ils ne font pas preuve d’empathie envers leurs enfants et il existe une certaine distance.

    De plus, dans ce type d’attachement, il y a une motivation toujours négative envers l’enfant, c’est-à-dire que les parents vont toujours pointer du doigt ce qu’il fait de mal, mais jamais ce qu’il fait de bien.

    Cela peut alors entraîner un manque d’auto-estime.

    3. L’attachement anxieux-évitant

    l'attachement dans l'enfance

    Dans ce cas, il y a un rejet clair envers les plus petit. Les parents montrent des comportements très désagréables.

    Par exemple, dans le cas où ils sont infidèles, alcooliques, maltraitants et quand l’enfant n’occupe même pas le second plan, qu’il est invisible, voire même qu’il représente une charge.

    Les comportements de rejet sont habituels, tout comme les punitions. L’enfant comprend qu’il dérange et qu’on ne l’aime pas. Cela aura un impact sur ses relations futures, dans lesquelles il sera souvent déçu.

    4. L’attachement anxieux-désorganisé

    petite fille seule avec son nounours

    Dans ce dernier cas d’attachement dans l’enfance, on trouve la maltraitance et la manipulation dans la famille, surtout dans la relation entre les parents.

    L’enfant se sent désorienté car il veut se rapprocher de la figure à laquelle il s’identifie mais en réalité, ce parent le manipule. Il le craint donc et s’en suit une grande incohérence intérieure.

    Cela se manifestera dans ses relations car il ne saura pas ce qu’il veut. Il ne saura pas aimer. La manipulation et le contrôle seront présents dans chacune d’entre elles.

     

    Comme vous l’avez vu, l’attachement dans l’enfance est très important et il est à l’origine des problèmes que l’on rencontre dans les relations adultes.

    Il est indispensable de développer un attachement sain car c’est avec les parents que nous commençons notre première socialisation et que nous formons les premiers liens.

    L’équilibre, comme nous l’avons dit, joue aussi un rôle clé. L’excès comme le manque de contact et de tendresse sont négatifs.

    La conséquence la plus significative est la dépendance des autres, non seulement de leur affection mais également de leur approbation.

    Nous n’avons pas tou-te-s bénéficié d’un attachement sain dans l’enfance, mais sachez qu’il est possible de changer.

    Ainsi, on peut apprendre à améliorer ses relations pleines de frustration et de douleur, produits de l’enfance quand l’attachement ne s’est pas bien développé.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le prix de la solitude

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    On nous a toujours fait croire que la solitude n’allait de pair qu’avec ceux qui échouent, quand c'est vraiment quelque chose qui nous aide à grandir et nous permet de découvrir le meilleur de nous-mêmes.
     

    Tout a un coût, une conséquence qui nous affectera.

    Parce que chaque décision mène à un changement, un nouveau tournant que prendra notre vie et à travers lequel nous connaîtrons le prix de la solitude.

    La société dans laquelle nous avons grandi donne beaucoup d’importance au couple. Si vous n’êtes pas en couple ou que vous ne pouvez pas l’être à long terme, vous êtes rapidement considéré comme un perdant.

    Tout cela peut entraîner de sérieux problèmes. Nous pouvons finir par dépendre de l’autre personne pour être heureux-se ou vivre dans une angoisse continue à la recherche de cette personne avec qui nous pourrons nous adapter à ce que la société entend comme norme.

    Le prix de la solitude peut être effrayant et très enrichissant en même temps

    la solitude d'une femme à Paris

    Le prix de la solitude peut vous effrayer au début. Les conséquences de choisir de rester seul-e sont exactement cela, rester sans personne, faire face à l’abandon.

    Vous devez certainement savoir que de nombreuses personnes s’humilient pour ne pas perdre l’être aimé. Comment elles se rabaissent pour que ceux qui donnent un sens à leur existence ne les abandonnent pas, car sinon elles ressentiront un grand vide et ne sauront pas quoi faire.

    Bien que l’être humain soit un être sociable, cela ne signifie pas qu’il doit dépendre des autres pour être heureux et, finalement, vivre.

    Certaines personnes sont tellement dépendantes qu’elles se sentent perdues, elles n’ont aucune opinion et tiennent tellement à leur partenaire qu’elles n’arrivent même pas à être elles-mêmes.

    « Qui suis-je? » « Qu’est-ce que je veux? » « Qu’est-ce que j’aime? »… Sont des questions qui, même si cela semble incroyable, sont difficiles à répondre pour de nombreuses personnes et, dans le cas d’y arriver, il est fort possible que leur réponse ressemble à ce que leur partenaire aime, fait ou veut.

    Grâce à la solitude, vous pourrez vous redécouvrir à nouveau, redevenir qui vous êtes vraiment ! Vous vous êtes camouflé et vous avez cessé d’être vous par peur, rien de plus, une peur sans fondement.

    Parce que vous n’avez besoin de personne pour vivre, vous avez juste besoin de vous.

    Personne ne comprend ceux qui choisissent d’être seuls

    solitude dans un champ

    Le prix de la solitude est très difficile à vaincre, car vous ne rencontrez pas autour de vous les gens qui vous soutiennent, mais tout le contraire. Ils croiront que vous êtes une personne bizarre, que vous êtes devenu fou ou que vous avez des traumatismes.

    Ne vous attendez pas à ce que les autres vous comprennent et soyez prêt à ce que beaucoup de personnes que vous considériez comme «amis» s’éloigneront de vous.

    De plus, il se peut que vous découvriez qu’en prenant de la distance, ils ne viendront pas vous cherchez, ce qui confirme qu’ils n’étaient pas vraiment de vrais amis. Vous pourrez de cette manière le confirmer.

    Lorsque nous sommes seuls et que nous nous éloignons de toutes ces personnes que nous aimons ou croyons aimer, nous réalisons combien nous avons donné aux autres et le peu nous avons été récompensés.

    Nous prenons conscience d’avoir été les promoteurs de ces relations et que, dès que nous avons cessé de les suivre, le navire s’est effondré.

    Pourquoi assumons-nous cette grande responsabilité ? Pourquoi commençons-nous des relations qui ne sont pas vraiment réelles ou sincères ?

    La réponse réside dans notre grande peur d’être seul, ce qui a terni notre vision et nous a incités à donner 100% de nous à tous ceux qui ne nous ont même pas donné 15%.

    L’importance de consacrer du temps à se connaître soi-même

    solitude d'une femme dans un champ

    Ce qui précède est une excellente découverte, mais elle sera encore plus grande quand nous découvrirons qui nous sommes vraiment. Pourtant, même si nous pensons nous connaître, ce n’est pas toujours le cas.

    Nous vivons dans un monde plein de bruit, où les conversations banales et les amitiés hypocrites abondent et nous entourent. Nous appuyons sur le bouton « Pilote automatique » et nous voilà transformés en zombies, à exister sans vivre, sans savourer ni profiter réellement de la vie dans toute son essence.

    Le prix de la solitude n’est pas aussi négatif qu’il ne peut le paraître au début, car elle vous fera ouvrir les yeux à vos relations et à vous-même.

    Vous vous rendez compte de tout ce que vous ne saviez pas sur vous-même et du temps que vous devez vous donner pour mieux vous connaître.

    De plus, vous prendrez conscience que personne n’a le devoir de satisfaire vos besoins d’affection, de tendresse ou d’amour, parce que vous pourrez vous les procurer vous-même!

    Avant vous ne le saviez pas, mais maintenant vous en avez pris conscience. Le prix de la solitude est un chemin merveilleux à travers lequel vous comprendrez que dépendre des autres à un prix : votre bonheur.

     

    Images de Luca Hollestelle, Maria Tudela, Austin Tott, Laura Williams.

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Il est magique de rencontrer la bonne personne au bon moment

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Même si nous n’y croyons pas, c'est l’inconscient qui, à partir d'expériences antérieures, provoque cette intuition qui nous envoie des signaux que cette personne que nous venons de rencontrer est spéciale.
     

    La sociabilité et ce désir constant et profond de rencontrer des gens pour apprécier leur connexion, est quelque chose qui a toujours existé au cœur de l’existence humaine.

    Aristote aborda déjà le sujet à son époque. Plus tard, les médecins autrichiens Alfred Adler et Rudolf Dreikurs ont été les premiers à se pencher sur la question de la sociabilité d’une manière théorique et véritablement empirique.

    Par ailleurs, nous ne pouvons pas non plus omettre la pyramide classique des besoins humains d’Abraham Maslow.

    C’est la question de la recherche de l’acceptation, de l’affection, de l’amitié, de l’amour et de l’appartenance qui définit sans aucun doute cette valeur, ce principe génétique qui nous donne forme et qui, à son tour, garantit notre survie.

    De plus, s’il y a une chose que nous savons tous, c’est qu’il n’est pas facile de rencontrer cette ou ces personne(s) qui s’harmonisent pleinement avec notre être, nos valeurs, notre identité, nos passe-temps et nos passions.

    Il faut aussi garder à l’esprit que, pour consolider une grande amitié ou une bonne relation, il n’est pas nécessaire de coïncider à 100% avec chacun des aspects qui définissent notre personnalité.

    C’est quelque chose de plus intangible, que nous ne pouvons pas facilement définir ou expliquer mais qui implique des liens vraiment magiques qui persistent avec le temps.

    De temps en temps, et presque sans savoir comment, nous avons tous fait l’expérience de nous «connecter» avec quelqu’un. Une personne idéale arrive au bon moment, parfois pendant une période où nous en avons le plus besoin…

    Si cela vous est déjà arrivé, nous proposons d’approfondir le sujet pour comprendre ce qui peut expliquer ce phénomène merveilleux.

    Connaître la personne parfaite : le pouvoir de la connexion

    mains arc en ciel, la magie de rencontrer la bonne personne

    Louise Hawkley, une scientifique de l’Université de Chicago (USA) s’est spécialisée dans l’investigation des phénomènes psychosociaux.

    Selon cette chercheuse, beaucoup de ces liens spéciaux que nous ne savons pas définir, mais qui consolident des amitiés très fortes ou des relations de couples stables et heureuses, se caractérisent par le fait d’avoir en commun ces dimensions qui construisent ce que l’on appelle la « connectivité » et qui, en grandes lignes, concerne plusieurs dimensions:

    • La connectivité intime est la première d’entre elles, et fait référence à cet aspect plus privé de la dimension du «moi».

    Quand nous rencontrons quelqu’un, nous ressentons presque immédiatement si cette personne s’harmonise ou se connecte avec notre être, s’il y a de la compréhension, de la connivence, de la complicité …

    C’est comme un instinct naturel qui est étroitement lié avec l’intuition.

    • La deuxième dimension est définie comme une connectivité relationnelle et correspond à la fréquence avec laquelle nous sommes en contact avec cette personne.

    Souvent, lorsque nous connaissons quelqu’un, nous ne ressentons pas le besoin ou l’intérêt particulier de leur envoyer des messages, de commenter certains aspects, de les fréquenter…

    Cependant, dans la connectivité réelle, il y a cette complicité quotidienne du « bonjour, comment allez vous », ou « j’ai pensé à ça », ou du, « si nous faisions ceci ou cela » …

    • Enfin, nous avons une connectivité collective qui fair référence à la facilité avec laquelle cette personne est également intégrée dans notre réseau personnel le plus proche (famille, amis …).

    Le pouvoir de l’intuition ou le sixième sens qui nous guide vers les bonnes personnes

    la clé c'est de rencontrer la bonne personne

    Comme nous l’avons souligné auparavant, trouver cette ou ces personnes n’est pas facile.

    La plupart d’entre nous avons déjà souffert de déceptions, nous avons tous eu des espoirs et des illusions envers des personnes qui, à un moment donné, nous ont déçus ou, simplement, n’étaient pas comme nous l’avions pensé.

    Nous avons aussi nous-mêmes certainement déjà fait défaut à quelqu’un, ou bien, à un moment donné, nous avons décidé qu’il était préférable d’établir des distances, pour un motif ou un autre.

    Toutes ces dynamiques sont normales dans notre cycle de vie, surtout pendant cette période où l’on acquiert de l’expérience et de la sagesse, ce lien magique qui, après tout, rend notre sixième sens toujours plus habile, plus éveillé.

    De plus, nous ne devons jamais oublier ni sous-valoriser le pouvoir de l’intuition.

    Car c’est elle qui – presque toujours – fait des lectures précises et judicieuses de qui est bon pour nous et de ce qui ne l’est pas.

    Comment l’intuition fonctionne-t-elle quand il s’agit de rencontrer une personne ?

    rencontrer la bonne personne

    Notre intuition n’a pas de pouvoir surnaturel, magique ou extrasensoriel.

    • En fait, c’est la capacité de notre cerveau de nous donner des avis ou une information rapide en fonction de ce qui est dans notre inconscient.
    • Ce coffre intime et exceptionnel qu’est notre inconscient dissimule l’essence de tout notre être: expériences passées, nos émotions, notre identité, désirs cachés, besoins, valeurs, souvenirs …
    • L’intuition voyage rapidement dans ce coffre, vers ce jardin spectaculaire qui est notre inconscient, afin de le consulter et de trouver une réponse rapide à un doute, une image, un visage …

    Lorsque nous rencontrons quelqu’un, notre inconscient fait une évaluation rapide selon ce que nous sommes et ce qui nous définit.

    Puis, il nous envoie une sensation, un pincement ou un picotement étrange apparaît alors dans notre esprit comme une intuition ou un coup de cœur.

    Ce sera cela qui nous indiquera si cette personne est fiable ou pas, s’il vaudra la peine de la revoir, de lui donner son téléphone…

    Pour conclure, cela ne fait jamais de mal d’écouter cette voix intérieure et de l’apprécier.

    Des liens magiques avec d’autres personnes se produisent tous les jours. Cependant, rappelez-vous : vous devez être réceptif, laisser aller et être attentif à ce qui vous entoure pour les percevoir…

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 5 formes d’abus émotionnel

    que nous ne détectons pas toujours à temps

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    La pire partie de l'abus émotionnel est que la personne affectée peut mettre beaucoup de temps à en percevoir les signes et à remarquer que son auto-estime est en train de se déliter, sans recours possible.
     

    L’abus émotionnel, sans laisser de marques sur la peau, impacte notre esprit de manière discrète, lente et corrosive.

    Les personnes qui ont été soumises à ce type de maltraitance pendant une longue période de leur vie mettent plus de temps à récupérer, à pouvoir affronter le traumatisme qui amène à ce type de situations.

    C’est très compliqué, avant tout, car quand une personne reçoit un coup, elle sait instinctivement qu’elle doit reculer, qu’elle doit défendre son intégrité physique.

    Mais avec la maltraitance physique, ce n’est pas pareil.

    L’abus émotionnel surgit avec cette ironie constante, avec le mépris subtil, avec le vide et l’indifférence…

    Et la victime ressent alors un profond sentiment de culpabilité s’immiscer en elle.

    Il est habituel de penser que si on se comporte ainsi avec nous, c’est que « l’on a fait quelque chose de mal ».

    Finalement, les victimes de la maltraitance émotionnelle laissent passer beaucoup de petits « riens » jusqu’à ce que ces petites blessures, charges et mépris se transforment en un « beaucoup », en un grand trou qui les invalide complètement.

    Il n’est pas facile de sortir du cercle vicieux de l’abus émotionnel et dans cet espace, nous vous proposons de découvrir 5 comportements face auxquels il est impératif de réagir.

    1. Ils sont parfaits et enchanteurs, et vous ne serez jamais à leur hauteur

    Les personnes habituées à exercer un abus émotionnel sur les autres sont trop préoccupées par leur image publique.

    Elles amusent la galerie, ce sont les être les plus enchanteurs que l’on peut trouver.

    • En eux, il n’existe pas de fissures. Ils sont accessibles, aimables, drôles, sympathiques et attentifs. À tel point que personne ne vous croira ou ne sera d’accord avec vous si vous dites quelque chose de négatif sur cette personne.
    • Généralement, on ne les voit pas arriver. On ne peut pas reconnaître, à première vue, un abuseur émotionnel, mais au bout d’un moment de quotidien partagé, vous percevrez de petites ironies et mépris envers vous, qui lui servent à « briller ».
    • Ils n’hésitent pas non plus à faire de petites blagues sur vous en public. Ainsi, ils fixent l’attention des autres sur leur propre personne.
      La victime, pendant ce temps, reste au second plan où petit à petit, elle plonge dans l’abîme profond de l’agression psychologique.

    2. Une empathie déformée

    Nous commettons souvent l’erreur de dire ce les abuseur-se-s manquent d’empathie.

    • Ce type de manipulateurs et d’abuseurs sont tout à fait conscients des émotions des autres, ils peuvent faire une rapide lecture émotionnelle sur ce qu’ils ressentent pour ensuite, l’utiliser en leur faveur.

    Prenons un exemple. Vous avez eu une mauvaise journée au travail, et en arrivant chez vous, votre conjoint capte votre mal être, votre abattement et votre tristesse dans la seconde.

    Au lieu de vous aider, d’être cet appui émotionnel proche et aimable, l’abuseur émotionnel vous fait culpabiliser et fragilise davantage votre estime de vous-même pour avoir un plus grand contrôle sur vous.

    « Bien sûr que tu as passé une mauvaise journée, parce que tu ne sais pas te défendre. Tout le monde te marche dessus et c’est pour cela que tu dépends de moi pour tout, pour que je résolve les choses à ta place. »

    Il faut savoir que l’empathie est une faculté qui n’est utile et significative que si l’autre personne est capable de nous aider, de nous accompagner et pas de nous faire plonger encore plus.

    3. La comparaison : quoi que vous fassiez, vous lui rappellerez quelqu’un

    « La voiture est arrêtée au milieu de l’autoroute ? Tu es comme ta sœur, maladroit et nul au volant ». « Si j’aime ce jean que tu as acheté ? Je ne sais pas, il ressemble à celui d’un collègue à moi dont tout le monde se moque. »

    • Quoi que vous fassiez, l’abuseur émotionnel vous comparera toujours à quelqu’un et généralement pas en bien.
    • Son immaturité psychologique l’empêche de pouvoir faire des jugements de valeur cohérents, utiles et respectueux.

    De plus, l’une de ses activités préférées est de comparer ses partenaires avec les précédents et ainsi faire davantage souffrir son conjoint.

    4. Quiconque exerce l’abus émotionnel ne se met jamais à votre place

    Ni dans les petites choses, ni dans les grandes. Il ne sera jamais capable de comprendre votre point de vue, d’enfiler vos lunettes ou vos chaussures, de voir comme vous voyez les choses.

    Il peut savoir ce que vous ressentez car il fait preuve d’empathie, mais il ne se « connecte » pas à vous, c’est-à-dire qu’il se fiche de savoir si telle ou telle chose vous fait du mal ou vous fragilise.

    5. Vos objectifs, vos goûts et vos habitudes sont des bêtises à ses yeux

    Ridiculiser ou ironiser sur vos objectifs ou vos buts est une manière de vous garder sous son contrôle.

    • En utilisant la critique et la moquerie sur ce qui vous plaît, ce dont vous rêvez ou ce que vous projetez, il parvient à détruire votre estime de vous-même.
    • N’oubliez pas qu’une personne qui a une faible estime d’elle-même est plus facilement contrôlable. Et c’est ce qu’il recherche.
      C’est ce que veut l’abuseur émotionnel : vous annuler pour s’envoyer des fleurs.

     

    Tenez compte de chacune de ces dynamiques et essayez de les gérer et de les freiner pour sauvegarder votre identité, votre bien-être et votre santé émotionnelle.

     

    Image principale de © wikiHow.com

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Le coût psychologique qu’il y a à payer

    lorsque l’on donne tout dans une relation

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Tout donner lorsque l’autre personne ne se trouve pas au même niveau d’engagement peut être destructeur pour notre bien-être psychologique, c’est pourquoi nous devons y faire attention.

    Tout donner pour une relation peut avoir un coût psychologique brutal pour nous.

    Toutefois, c’est quelque chose que nous faisons bien plus que ce que nous pensons, que ce soit parce que la société nous y pousse ou parce qu’on nous l’a enseigné ainsi.

    Parfois, tout donner pour une relation est presque une obligation que nous nous imposons car si nous ne le faisons pas, de nombreuses personnes nous reprocheront de ne pas aimer cette personne et d’être la cause de son échec.

    Tout donner pour une relation par pression sociale

    L’une des croyances qui nous poussent à tout donner pour une relation lorsqu’en réalité nous ne devrions pas avoir à supporter cette responsabilité  consiste à penser que nous devons donner 100 % de nous-mêmes pour montrer à l’autre que nous l’aimons de tout notre cœur.

    Le problème c’est que dans la grande majorité des cas nous donnons 100 % de nous mais l’autre ? Parfois elle ne donne même pas 20 %.

    Cela suppose une grande fatigue pour nous, car nous essayons de maintenir les ciments qui, tôt ou tard, finiront par se briser.

    Nous avons une limite que nous pouvons supporter. Nous ne pouvons faire fonctionner une relation seul. Au final, nous irons droit dans le mur et dans la majorité des cas, nous nous sentirons même coupable.

    Toute cette pression sociale qui nous pousse à nous épuiser autant pour notre couple provoque en nous un aveuglement et nous ne voyons pas que l’autre ne fait rien et qu’il vaudrait peut-être mieux rompre le lien.

    Nous portons sur notre dos un poids énorme, sans pouvoir ouvrir les yeux sur la relation idéale, dans laquelle chaque personne donne 50 % de soi. Un lien sain pour les deux grâce auquel nous pourrions construire une relation satisfaisante.

    Aimer quelqu’un n’implique pas de sacrifice, ni se donner jusqu’à ne plus rien avoir.

    Aimer quelqu’un n’est pas synonyme de lutte, de devoir démontrer en permanence notre amour afin que personne ne pense le contraire. L’amour, le vrai, ne génère jamais du mal-être.

    Les attentes qui nous submergent dans un cycle de douleur

    En plus de toutes les croyances que nous pouvons avoir par rapport aux relations amoureuses, il existe également des attentes.

    Nombre d’entre elles sont influencées par notre entourage, mais d’autres sont dérivées de cette phase où nous sommes amoureux pendant laquelle nous avons un bandeau sur les yeux.

    Par exemple, l’attente selon laquelle une relation peut surmonter n’importe quelle crise qui se présente et que tout ira bien malgré tous les problèmes, peut nous transformer en esclaves de notre propre relation de couple.

    Nous n’ouvrons pas les yeux face à tous ces problèmes, nous ne les différencions pas, cela nous est égal de la même manière. Nous traitons tous les obstacles de la même manière, sans discrimination.

    Nous rêvons que nous irons de l’avant quoiqu’il arrive car l’amour peut tout faire.

    Mais ce n’est pas que l’amour puisse tout faire ou non, l’amour existe ou pas. Ce n’est pas une lutte, ni une bataille ni une source constante de douleur.

    Au moment où une relation épuise, fatigue et suppose une grande responsabilité, il est important d’ouvrir les yeux pour observer précisément si nous sommes sur le bon chemin.

    Car l’amour devrait être quelque chose de beau, non ?

    Dans l’amour, les choses claires

    Nous devons nous débarrasser des multiples croyances et attentes installées dans nos esprits qui nous font concevoir l’amour comme quelque chose de beau mais également destructeur.

    L’amour n’implique ni lutte ni sacrifice. Dans ce cas nous ne sommes pas face à ce sentiment et la conséquence peut-être une baisse de l’estime de soi, une dévalorisation et parfois tout ceci causera la dépression.

    Aimer quelqu’un ne signifie pas donner 100 % de nous-mêmes tandis que l’autre n’apporte rien.

    Car, tôt ou tard, ou nous lui exigerons de donner un pourcentage similaire (qu’il change) ou nous nous fatiguerons jusqu’à ce que le lien se fragilise et finisse par se briser.

    Il est important de réfléchir à propos de cela : « tout donner pour la relation ». Cette idée semble fabuleuse dans les films, mais dans la vie réelle tout est très différent.

    Apprenons à voir l’amour sans attentes ni croyances qui nous apportent tellement de souffrance. Ôtons une bonne fois pour toute ce bandage de devant nos yeux.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment cesser de crier sur ses enfants ?

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Crier sur ses enfants peut avoir une influence sur leur auto-estime et leur assurance. Il faut donc cesser et respirer profondément avant de décharger nos frustrations sur eux, car ils n'y sont pour rien.
     

    Vous ne parvenez pas à cesser de crier sur vos enfants ? Parfois, à cause de nos responsabilités et de nos activités, nous finissons par perdre le contrôle et par nous acharner sur eux.

    Pourtant, ils ne sont pas la cause de nos frustrations.

    Crier sur ses enfants peut entraîner une faible auto-estime chez eux ou, au contraire, les inciter à se mettre systématiquement sur la défensive.

    Ils apprendront à agir de la même manière, et il s’agit là d’un enseignement négatif : ils ne sauront pas écouter.

    Mais, comment réussir à cesser de leur crier dessus ?

    Découvrez les situations durant lesquelles vous perdez le contrôle

    La première chose que vous devez faire pour éviter de crier sur vos enfants est de reconnaître que vous avez un problème de contrôle. Si vous n’acceptez pas cela dès le début, vous ne pourrez rien résoudre.

    Parfois, nous ne voulons pas voir la réalité des choses. Cependant, les conséquences de nos actes n’ont pas d’impact sur nous mais sur ces petites personnes qui n’y sont pour rien et ne contrôlent pas le fait que les situations nous échappent des mains.

    La première étape est d’analyser toutes les fois où nous perdons le contrôle et où nous crions sur nos enfants.

    Cela permettra de voir quel est le modèle qui intervient ici. Par exemple, peut-être qu’à chaque fois que vous criez, vous venez de terminer le travail ou vous venez de vous disputer avec votre conjoint.

    Être conscient de cela nous aidera non seulement à mieux nous contrôler, mais aussi à résoudre cette situation qui provoque chez nous un tel état d’irascibilité.

    Ainsi, nous pourrons, nous aussi, bénéficier d’un véritable apprentissage.

    Avant tout, ne vous culpabilisez pas car il est normal de perdre les pédales après une intense session de travail stressant ou après une dispute où les émotions sont à fleur de peau.

    Vous êtes sur le point de résoudre cela et de mieux agir alors… c’est positif !

    Attention avec les attentes !

    Les attentes nous jouent toujours des tours, surtout quand nous attendons que les autres agissent comme nous pensons qu’ils devraient agir.

    C’est une situation fréquente qui arrive avec les enfants. Tout d’abord, car nous supposons qu’il y a des choses qu’ils devraient savoir. Alors que ce n’est pas du tout vrai.

    Par exemple, si votre enfant jette un verre sur le sol car il veut faire une expérience, savoir ce qui va se passer et qu’il ne savait pas que c’était mal, nous ne pouvons pas lui crier dessus pour quelque chose qu’il ne savait pas.

    Les enfants ne connaissent pas encore les normes avec lesquelles le monde est régi, et souvent on leur apprend à base de cris.

    Cela peut parfois provoquer un effet dévastateur comme la répression : ils ressentent des insécurités et beaucoup de peur.

    Pensons avant d’agir. Il est nécessaire de prendre un moment avant de se précipiter au moindre problème. Il faut apporter plus de calme, de paix et de sérénité à notre vie.

    Nos attentes nous empêchent de voir la vraie réalité et fait que nous sommes injustes avec les enfants.

    Penser avant d’agir, prenez une grande respiration !

    Comme nous l’avons mentionné, il est nécessaire de ne pas agir ainsi face à une situation qui entraîne des sensations qui nous incitent à exploser et  à sauter sur l’enfant de manière inattendue et agressive.

    Mieux vaut prendre un moment. Sortir de la pièce où se trouve l’enfant, si c’est nécessaire, prendre un peu d’air, respirer, se calmer et observer la situation à partir d’une autre perspective.

    Quand les émotions nous envahissent, nous ne savons pas nous raisonner et nous ne pensons pas. Nous ne faisons que ressentir, nous vociférons et nous nous exprimons sans contrôle.

    Si vous prenez un moment, vous découvrirez beaucoup de choses dont vous n’étiez pas conscient.

    Par exemple, que vous aviez des attentes trop élevées, que votre enfant ne savait pas qu’il ne pouvait pas faire ceci ou cela, ou que votre colère n’a pas été provoquée par cette situation-là mais par une situation précédente.

     

    Crier sur ses enfants est une manière négative de donner l’exemple et si vous y mettez du vôtre, vous pouvez résoudre cela sans aucun problème.

    Vous n’avez besoin que de force de volonté et d’envie de changer cette attitude, qui peut engendrer de graves conséquences pour les plus petits.

    Les problèmes qui vous touchent dans le quotidien ne sont pas de leur faute.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Vos enfants n’ont aucune raison d’être la cible de vos frustrations

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Avant de décharger votre colère sur vos enfants, vous devez savoir qu’ils ne sont pas la cause de vos problèmes et que vous devez leur éviter cette souffrance inutile qui peut miner leur estime d’eux-mêmes.

    Vos enfants ne méritent pas que vous déchargiez votre stress sur eux, votre anxiété, vos peurs et les mauvaises expériences que vous pouvez vivre au quotidien.

    C’est facile de leur hurler dessus, de se mettre en colère contre eux et même de les punir sans raison.

    Toutefois, vous ne vous rendez pas compte qu’ils ne sont pas responsables de votre mauvaise journée ou des frustrations que vous pouvez ressentir à cause des différences entre votre partenaire et vous, par exemple.

    Personne n’est responsable, et encore moins eux, de ce qui peut vous arriver.

    Le risque d’éclater contre la personne qui le mérite le moins

    Bien souvent, décharger vos frustrations sur vos enfants laisse entrevoir une accumulation d’émotions et de mots non dits qui doivent, d’une certaine manière, sortir.

    Que ce soit parce que vous souhaitez garder votre sang-froid face à votre chef et que vous ne vouliez pas lui dire tout ce que vous pensez par peur qu’il vous vire du poste, ou parce que vous avez supporté certains comportements de votre partenaire que vous désapprouvez.

    Tout cela provoque que vous éclatiez contre ceux qui le méritent le moins.

    De plus, vous choisissez ceux qui ne peuvent se défendre, sur qui vous pouvez exercer un certain pouvoir.

    Ils ne vous répondront pas, et s’ils le font, vous ferez preuve d’autorité sur vos enfants lorsqu’en réalité, vous n’êtes pas conscient que vous perdez le contrôle de la situation.

    Ce que vous gardez tant au fond de vous et que vous n’osez pas dire à votre patron-ne n’est pas forcément négatif. Cherchez les meilleurs mots, soyez respectueux et adaptez-vous au contexte, mais ne gardez pas pour vous ce que vous savez qui finira par sortir.

    De la même manière, cessez de supporter et de vous taire face aux agissements de votre partenaire.

    Vous faites ceci parce que vous abritez l’espoir qu’il change sa manière d’agir mais, si vous ne le manifestez pas verbalement, comment pourrait-il s’en rendre compte ? Il n’est pas devin…

    Les enfants souffrent des conséquences de vos frustrations

    Vous ne l’avez sûrement pas remarqué, mais cette décharge de peurs, de haines et de frustrations a un impact fort sur ces petites personnes innocentes qui entrent dans ce jeu de la vie.

    Moins vous solutionnerez vos problèmes, plus ils joueront un rôle dans vos moments négatifs sans savoir très bien pourquoi la moindre bêtise qu’ils font se transforme en drame.

    Si cette situation dure trop longtemps, si vous n’arrivez pas à y mettre fin et à vous rendre compte que votre manière d’agir ne résout pas la véritable origine du problème, vos enfants pourront souffrir de mauvaise estime d’eux-mêmes.

    L’estime de soi est très importante et si vous voyez tout en noir dans votre vie, vous verrez tout chez eux de la même manière.

    Soudain, vous choisirez le renfort négatif, en leur faisant voir et ressentir tout ce qu’ils font mal. Mais, et ce qu’ils font bien ? Vous l’oublierez.

    Même s’ils petits maintenant, ils auront de graves problèmes dans un futur proche, non seulement pour se sentir appréciés, aptes et capables de faire n’importe quel travail ou projet, mais également dans leurs relations personnelles.

    Ce n’est pas la faute des autres

    Pour revenir aux exemples mentionnés, il est possible que vous pensiez que c’est la faute de votre patron-ne qui ne se comporte pas de la bonne manière avec vous, ou de votre partenaire qui n’est pas assez respectueux envers vous.

    Toutefois, il est nécessaire que vous voyiez tout ceci d’un autre angle.

    Ce n’est pas la faute des autres, mais vous êtes la personne qui ne répond pas de la bonne manière à ce qui vous arrive.

    En ne vous exprimant pas, en vous taisant et en supposant la manière dont les autres vont agir, quelque chose qui ne va pas se passer comme vous le souhaitez.

    Si vous êtes en paix avec vous-même, alors vous n’aurez besoin de personne en guise de sac de frappe quotidien pour vous défouler.

     

    Vos enfants ne sont pas responsables, les autres non plus. Commencez à agir en lâchant vos peurs, les « et si… »et les attentes.

    Concentrez-vous sur le présent et agissez le moment voulu. Ne le gardez pas, ne le retenez pas, lâchez-le et vous vous sentirez libre.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Ce n’est pas que vous n’avez pas le temps,

    c’est que vous n’êtes pas intéressé

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Au lieu de faire semblant de vous intéresser, commencer à extérioriser réellement ce que vous ressentez. Cessez de mentir aux autres et surtout, à vous-même.

    On a toujours le temps pour ce que l’on veut faire. Mais parfois nous donnons l’excuse du manque de temps pour ne pas faire ce que nous n’avons pas envie de faire.

    Par exemple, il est possible que nous soyons invité à un dîner entre amis, mais que nous n’ayons pas envie d’y aller. Peut-être sommes-nous fatigués ou que nous avons davantage envie de faire autre chose.

    Alors nous disons « désolé, je ne pourrai pas venir, je n’ai pas le temps ! »

    Nos amis peuvent penser que c’est le cas, mais quand cette réponse devient une habitude, c’est qu’il se passe quelque chose.

    Ne faites pas semblant d’être intéressé

    Le fait de faire semblant de s’intéresser à quelqu’un ou à quelque chose pour ensuite donner une excuse de ne pas faire ce qui ne nous n’avons pas du tout envie de faire est la conséquence de vouloir donner une image qui ne correspond pas du tout à ce que nous sommes.

    Nous voulons faire bonne impression, c’est ce que l’on nous a appris, à ne pas dire « non », à ne pas refuser quelque chose qui est socialement bien vu.

    Toutefois, il y a ici un conflit entre ce qui est désirable et ce que nous souhaitons. Si nous ne voulons pas retrouver nos amis parce que nous n’en avons pas envie, qu’on leur dise ! Mais ne donnons pas l’excuse du temps qu’en réalité nous avons.

    Le pire dans ceci ce n’est pas que nous ne sachions pas faire semblant, mais que nous croyons ce mensonge que nous racontons aux autres et que nous transformons en notre manière de procéder.

    S’ils le découvrent, nous perdrons la confiance de ceux que nous aimons car nous n’avons pas su être sincères avec eux et exprimer nos besoins sans nous sentir mal à cause de cela.

    Toutefois, c’est quelque chose que nous devons pratiquer car depuis tout petit l’on nous a appris à satisfaire les besoins des autres, mais pas les nôtres.

    Vous pouvez dire « non » sans vous sentir mal

    On ne nous a pas éduqués pour dire ce que nous voulons, pour exprimer ce que nous désirons, pour dire « non » si c’est ce que nous pensons.

    On nous a éduqués dans le « oui » à tout et aux excuses quand cela ne correspond pas à nos besoins. Nous jouons à garder les apparences tout en nous trompant, mais en trompant également les autres.

    Dire « non » nous fait nous sentir mal, non seulement du fait de refuser quelque chose, mais également à cause de la peur de la réaction des autres.

    Car ce manque de refus de nos désirs provoque le fait que nous ayons créé un monde dans lequel nous savons que, quoi que nous demandions, la réponse sera toujours affirmative.

    Ceci cause de nombreux problème. Vous est-il arrivé d’avoir rendez-vous avec des amis et qu’ils vous disent ensuite qu’ils ne pouvaient pas ? Cela est-il arrivé plusieurs fois ? Ont-ils changé leurs plans ?

    Si c’est le cas, il est certain que vous voyez que cela peut arriver une fois, voire deux mais quand ça devient trop régulier, un grand manque d’intérêt se fait ressentir.

    Cela vous blesse mais… vous le faites aussi, n’est-ce pas ? Etre conscient de cela vous permettra d’agir d’une autre manière, de ne pas donner l’excuse d’un manque de temps pour votre peu d’intérêt pour quelque chose et de commencer à dire ce que vous souhaitez vraiment et ce que vous ressentez.

    Commencez à être vous-même

    Commencez à montrer votre manque d’intérêt pour un évènement social, une personne ou pour n’importe quelle autre occasion qui se présente si c’est ce que vous ressentez.

    Il n’est pas nécessaire de donner des excuses, parce que vous allez devoir faire très attention à ce qu’elle n’ait pas été répétée précédemment. Au contraire, on peut vous découvrir !

    Le manque de temps est très fréquent, mais n’est-ce pas le moment de commencer à être sincères ? Nous demandons toujours aux autres de l’être avec nous mais en revanche, nous faisons tout le contraire.

    Dites « non » si c’est ce que vous ressentez, refusez de faire quelque chose si vous n’en avez pas envie et surtout soyez honnête avec tous les personnes qui pourraient avoir envie de sortir avec vous ou être votre partenaire, pour éviter de les blesser.

    Personne n’est censé savoir que nous ne sommes pas intéressés. Nous n’avons pas non plus de raison de nous mentir en nous disant que nous n’avons pas le temps.

    Il vaut mieux commencer à être tel que nous sommes, sans peurs.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique