• UN BONHEUR CONDITIONNEL

    Un bonheur conditionnel "vivreaujourd'hui.com"

     
    6 Août 2014

     

    Ah ! si tu étais attentif à mes commandements ! Ton bien-être serait comme un fleuve, et ton bonheur comme les flots de la mer.
    Ésaïe 48.18

    « Je me méfie terriblement du mot “bonheur” », disait le journaliste et écrivain Patrick Poivre d’Arvor1. « Pour moi, ce mot est “piégé”. Le bonheur est fugace, fragile. Tout passe, toutes les sortes de bonheur passent à une vitesse vertigineuse. Le clamer trop fort, c’est oublier qu’il est toujours en danger. »
    Combien c’est vrai de tous les bonheurs passagers de cette vie !
    Or, voici que Dieu proposait à Israël un bonheur semblable aux flots de la mer, fluctuants sans doute, pourtant tout aussi perpétuels. Mais… conditionnel : Ah ! si tu… !
    Si tu… quoi ? Si tu étais attentif à mes commandements ! Tout est dit ! Ce bonheur-là, ne le clamons quand même pas trop fort. On n’obéit pas une fois pour toutes aux consignes de Dieu, pas plus qu’on ne croit une fois pour toutes.
    Qu’on me permette de citer à nouveau Poivre d’Arvor. Il a tellement raison : « Le bonheur est davantage un horizon qu’un trésor sur lequel on pourrait définitivement mettre la main. Il faut le reconquérir chaque matin. » Pour que demeure celui que Dieu donne, il s’agit d’être attentif à ses commandements. Mais pas seulement un instant ! C’est sans cesse que nous avons à repenser et améliorer la qualité de notre obéissance à ce que Dieu demande. Sinon, la négligence, l’oubli, la lassitude peut-être, auraient tôt fait de nous le faire perdre.

    Richard D.

    1 revue Panorama n° 450

     

    Livre du prophète Ésaïe 48. 12-19 : "12 Le Seigneur dit : « Écoute-moi, peuple de Jacob, Israël, toi que j’ai appelé. Je suis toujours le même, je suis au commencement et à la fin de tout. 13 Oui, c’est moi qui ai posé la terre sur ses fondations, c’est moi qui ai étendu le ciel. Dès que je les appelle, ils se présentent aussitôt. 14 Vous tous, rassemblez-vous et écoutez : J’ai un ami . Il accomplira ce que je veux contre Babylone, il fera sentir mon pouvoir aux Babyloniens. Mais qui parmi vous a annoncé cela ? 15 C’est moi, moi seul qui ai parlé. J’ai appelé cet homme, je l’ai fait venir, et je fais réussir ses actions. » 16 Approchez-vous de moi et écoutez : Depuis le commencement, je n’ai jamais parlé en secret. Quand ces événements sont arrivés, j’étais là. Et maintenant, le Seigneur Dieu m’envoie et il me donne son esprit. 17 Voici ce que dit ton libérateur, le Seigneur, le Dieu saint d’Israël : « Ton Dieu, c’est moi, le Seigneur. Je t’enseigne ce qui est le meilleur pour toi. C’est moi qui te conduis sur le chemin où tu marches. 18 Si seulement tu avais fait attention à mes commandements ! Ta paix serait comme un fleuve et ton bonheur comme les vagues de la mer. 19 Tes enfants et les enfants de leurs enfants seraient aussi nombreux que les grains de sable au bord de la mer. Leur nom ne disparaîtrait jamais devant moi. »

    « TRENTE THALERS, PAS PLUS !LA FLEUR »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :