• sante-nutrition.org

    Conseils pour détoxifier l’organisme


    Conseils pour détoxifier l’organisme

     

     

    Les événements qui se succèdent, le manque de temps ou les différentes responsabilités et tâches quotidiennes nous obligent souvent à prendre des repas rapides ou pré-cuisinés et à digérer des produits gras et chimiques. Mais ce ne sont pas les seuls produits toxiques que l’on consomment, puisque l’on trouve également d’autres produits nocifs pour notre santé dans l’environnement : fumée de cigarette, eau polluée, différents métaux… D’où l’intérêt de détoxifier l’organisme ! 

     
    La fatigue, les problèmes intestinaux, la tension, les maux de tête, les poches sous les yeux, l’obésité, le manque d’énergie, la mauvaise humeur, la dépression et le stress sont considérés comme des indicateurs sérieux qui nous obligent à commencer un régime. Mais que faire exactement ?

     

    Quelques conseils pour détoxifier l’organisme

    Buvez de l'eau

    • Buvez au moins 1 à 2 litres d’eau par jour.
    • Évitez les boissons gazeuses et alcoolisées. Le vin est permis, mais seulement dans les conditions suivantes : un demi verre de vin rouge pour les femmes et un verre pour les hommes, avec chaque repas.
    • Consommez plus de légumes, de fruits, de céréales et de fruits secs.
    • Essayez de réduire au minimum votre consommation de sel ; si vous pouvez le supprimer de votre alimentation, tant mieux ! Sinon, ajoutez-en en petites quantités une fois que les aliments sont cuits.Si vous le pouvez, remplacez-le par du sel marin.
    • Réduisez le plus possible votre consommation de bœuf et de jambon.
    • Ne faites pas frire les aliments : réchauffez-les plutôt avec un peu d’huile au fond du plat ou de la poêle.
    • Mâchez bien votre nourriture.
    • Ne consommez plus de sucre raffiné, remplacez-le par de la canne à sucre ou du miel.
    • Essayez d’inclure des aliments riches en fibres naturelles.
    • Privilégiez les fruits et les légumes de saison, cela vous permettra de bénéficier de plus de vitamines.
    • Cuisinez à la vapeur.
    • Apprenez à préparer des sauces avec très peu ou même sans huile.
    • Privilégiez l’huile d’olive extra vierge aux autres variétés d’huile. Ne l’utilisez pas pour frire, mais ajoutez-la plutôt aux sauces et aux salades déjà préparés. Utilisez-la crue.

     

    Les aliments pour détoxifier l’intestin

    Brocoli1

    Ajoutez des aliments riches en fibres comme les légumes à feuilles vertes (blette, épinards, brocoli), et si c’est possible, crus ou à la vapeur : laitue, agrumes et pruneaux, fruits secs et céréales, comme l’avoine. Il existe également certaines herbes ou des aliments comme :

    • Psyllium ou Psilio : on utilise les graines de cette plante pour soulager la constipation, étant donné que c’est un bon laxatif. Prenez-en entre 3 et  5 grammes (ou 7 g de graines) dans au moins ¼ de litre d’eau.
    • Le Cascara Sagrada : on peut l’obtenir  par l’arbre Rhamnus purshiana ,il est considéré comme un bon laxatif, c’est pour cela qu’il faut la prendre en petites quantités.
    • Oignon : antiseptique classique, il aide à détoxifier l’intestin et pourrait agir comme laxatif afin d’éliminer les parasites intestinaux.

    Les aliments ou les plantes pour détoxifier le foie

    Thé de Boldo

    • Thé de boldo, chardon-marie, dent de lion, rhubarbe, chicorée et épine -vinette : ces produits protègent le foie, et ils sont également bénéfiques pour la digestion.
    • Artichaut : il facilite le travail du foie et décompose la graisse.
    • Betterave : elle nettoie le foie et purifie le sang.
    • Crucifères (comme le brocoli, le choux frisé, etc.) : ils neutralisent les effets de la fumée de cigarette et agissent dans le processus de détoxication du foie.
    • Chardon-marie : un hépato-protecteur millénaire.
    • Trèfle rouge : il élimine les toxines du foie et des reins.
    • Racine de dent de lion : elle aide à éliminer les toxines du foie.

    Autres détoxifiants

    Citron

    • Carottes : elles nettoient l’organisme des métaux lourds, tout comme le pamplemousse.
    • Citron : le meilleur moyen pour une détoxification.
    • Oignon : il nettoie le système respiratoire.
    • Spiruline : une algue hépato-protectrice qui détoxifie l’organisme des métaux lourds et qui est très bénéfique pour les reins.
    • Thé vert : il est considère comme étant un très bon antioxydant grâce à ses polyphénols ; il prévient le cancer et renforce le système immunitaire.

    Enfin, nous vous conseillons d’entamer un régime pour détoxifier l’organisme : vous pouvez consulter un diététicien, un nutritionniste ou un endocrinologue afin qu’il évalue vos besoins et qu’il puisse vous prescrire un régime adéquat et équilibré, puis analyser votre cas afin de déterminer quelle activité physique vous conviendrait le mieux.

     

    Source : Améliore ta santé
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    11 types d’aliments qui ressemblent aux organes qu’ils soignent


    aliments-organes

     

     

    Avez-vous déjà remarqué que la noix ressemble au cerveau et qu’un grain de haricot ressemble à un rein? Cette similitude montre ce que peut guérir exactement un certain fruit dans le corps humain. Appéciez le lien incroyable entre le corps humain et la nature.

     

    La tomate est similaire avec le cœur, car elle est de couleur rouge et a quatre chambres, tout comme le cœur. Des études ont montré que la tomate est très riche en fer et en potassium ce qui la rend extrêmement saine pour le sang et le cœur.

    La noix ressemble au cerveau. Elle a un hémisphère droit et gauche et a des replis tout comme le cerveau. Il est bien connu que la noix crée des neurotransmetteurs dans le cerveau.

    Le céleri est une plante qui a des similitudes avec nos os. Nos os contiennent 23% de sodium ce qui est le montant exact de sodium dans le céleri aussi. Il a été prouvé que le céleri renforce notre squelette.

    L’avocat est très bénéfique pour les ovaires et l’utérus, et concernant son apparence, vous l’aurez deviné – il ressemble à l’utérus. Manger un seul avocat par semaine prévient le cancer de l’ovaire et du col utérin. L’avocat équilibre également les hormones.

    Le pancréas a des similitudes avec la patate douce. Grâce à la patate douce, le pancréas peut facilement équilibrer les niveaux de sucre dans le sang.

    Si vous coupez la carotte en cercles vous pouvez voir qu’elle ressemble presque exactement à un oeil humain. La science a montré que les carottes sont bonnes pour les yeux car elles augmentent la circulation sanguine et améliore la vue en général.

    Le pamplemousse et les autres agrumes ressemblent au sein. Le pamplemousse aide à faire bouger la lymphe dans la poitrine empêchant ainsi le cancer du sein.

    Le gingembre traite avec succès l’enflure et les troubles gastriques, et oui, il ressemble à l’estomac.

    La couleur du vin rouge rappelle la couleur du sang. Lorsqu’il est consommé avec modération, le vin rouge réduit le risque de formation de caillots sanguins et le risque de contracter des maladies qui sont associées à la maladie cardiaque et à l’AVC.

    Les palourdes ressemblent à des testicules. Des études ont montré que les palourdes sont idéales pour la santé des organes reproducteurs mâles.

    Si vous coupez un Agaricus campestris (type de champignons) en deux vous trouverez certainement des similitudes de son apparence avec l’apparence de l’oreille(s) humaine. Les champignons améliorent l’audition car ils sont l’un des rares aliments riches en vitamine D. C’est une vitamine importante pour la santé globale des os.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Fruits et légumes : Que du bonheur !


    fruits et légumes d'automne

     

     

    Voici un tableau qu’il faut imprimer et mettre sur le frigo de la cuisine tellement il est INDISPENSABLE !

    Vous constaterez une fois de plus que ce genre de tableau ne figure chez aucun médecins… On se demande pour qui ils bossent réellement… Serment d’Hippocrate ou plutôt d’hypocrite ?

     

    Abricot Combat le cancer Contrôle la tension artérielle Protège la vue Protège contre la maladie d’Alzheimer Ralentit le vieillissement
    Ail Abaisse le cholestérol Contrôle la tension artérielle Combat le cancer Tue les bactéries Combat les champignons
    Ananas Renforce les os Soulage les symptômes du rhume Aide la digestion Élimine les verrues Combat la diarrhée
    Artichaut Aide la digestion Abaisse le cholestérol Protège le cœur Stabilise le taux de sucre dans le sang Protège contre la maladie du foie
    Avocat Combat le diabète Abaisse le cholestérol Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires Contrôle la tension artérielle Lisse la peau
    Banane Protège le cœur Calme la toux Renforce les os Contrôle la tension artérielle Combat la diarrhée
    Betterave Contrôle la tension artérielle Combat le cancer Renforce les os Protège le cœur Aide à maigrir
    Brocoli Renforce les os Protège la vue Combat le cancer Protège le cœur Contrôle la tension artérielle
    Carotte Protège la vue Protège le cœur Prévient la constipation Combat le cancer Aide à maigrir
    Champignon Contrôle la tension artérielle Abaisse le cholestérol Tue les bactéries Combat le cancer Renforce les os
    Châtaigne Aide à maigrir Protège le cœur Abaisse le cholestérol Combat le cancer Contrôle la tension artérielle
    Cerise Protège le cœur Combat le cancer Élimine l’insomnie Ralentit le vieillissement Protège contre la maladie d’Alzheimer
    Chou Combat le cancer Prévient la constipation Aide à maigrir Protège le cœur Aide à combattre les hémorroïdes
    Chou-fleur Protège contre le cancer de la prostate Combat le cancer du sein Renforce les os Aide les ecchymoses à guérir Protège contre les maladies du cœur
    Citron Combat le cancer Protège le cœur Contrôle la tension artérielle Lisse la peau Élimine le scorbut
    Citron vert Combat le cancer Protège le cœur Contrôle la tension artérielle Lisse la peau Élimine le scorbut
    Eau de source Aide à maigrir Combat le cancer Combat les pierres au rein Lisse la peau  
    Fève Prévient la constipation Aide à combattre les hémorroïdes Abaisse le cholestérol Combat le cancer Stabilise le taux de sucre dans le sang
    Figue Aide à maigrir Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires Abaisse le cholestérol Combat le cancer Contrôle la tension artérielle
    Fraise Combat le cancer Protège le cœur Améliore la mémoire A un effet calmant  
    Huile d’olive Protège le cœur Aide à maigrir Combat le cancer Combat le diabète Lisse la peau
    Lin Aide la digestion Combat le diabète Protège le cœur Bénéfique pour la santé mentale Stimule le système immunitaire
    Mangue Combat le cancer Améliore la mémoire Régularise la glande thyroïde Aide la digestion Protège contre la maladie d’Alzheimer
    Miel Aide les blessures à guérir Aide la digestion Protège contre les ulcères Donne de l’énergie Combat les allergies
    Myrtille Combat le cancer Protège le cœur Stabilise le taux de sucre dans le sang Améliore la mémoire Prévient la constipation
    Melon Protège la vue Contrôle la tension artérielle Abaisse le cholestérol Combat le cancer Aide le système immunitaire
    Noix Abaisse le cholestérol Combat le cancer Améliore la mémoire Agit sur le moral Protège contre les maladies du cœur
    Oignon Réduit les risques de crises cardiaques Combat le cancer Tue les bactéries Abaisse le cholestérol Combat les champignons
    Orange Aide le système immunitaire Combat le cancer Protège le cœur Aide la respiration  
    Pamplemousse Protège contre les crises de cœur Aide à maigrir Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires Combat le cancer de la prostate Abaisse le cholestérol
    Pastèque Protège la prostate Aide à maigrir Abaisse le cholestérol Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires Contrôle la tension artérielle
    Patate douce Protège la vue Agit sur le moral Combat le cancer Renforce les os  
    Pêche Prévient la constipation Combat le cancer Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires Aide la digestion Aide à combattre les hémorroïdes
    Piment rouge Aide la digestion Soulage le mal de gorge Dégage les sinus Combat le cancer Stimule le système immunitaire
    Pomme Protège le cœur Prévient la constipation Combat la diarrhée Améliore la capacité des poumons Protège les jointures
    Prune Ralentit le vieillissement Prévient la constipation Améliore la mémoire Abaisse le cholestérol Protège contre les maladies du cœur
    Raisin Protège la vue Combat les pierres au rein Combat le cancer Améliore la circulation sanguine Protège le cœur
    Thé vert Combat le cancer Protège le cœur Aide à prévenir les accidents cérébro-vasculaires Aide à maigrir Tue les bactéries
    Tomate Protège la prostate Combat le cancer Abaisse le cholestérol Protège le cœur  

     

    Source : Mutien

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Condamnée à 41 ans elle guérit grâce aux épinards

    et vivra jusqu’à 106 ans!


    epinards11

     

     

    Les épinards, beaucoup plus que du fer!

    L’épinard a beaucoup plus à offrir. Ce légume vert est une véritable manne de nutriments essentiels à la santé.

     

    On lui a collé une réputation d’aliment riche en fer et pourtant ce n’est pas sa plus grande qualité. L’épinard a beaucoup plus à offrir et il n’a probablement pas livré tous ses secrets.

    Que ce soit pour lutter contre la fatigue, l’anémie, les effets du stress, se protéger du cancer, faire le plein de vitamines c, groupe B, acide folique, des bêta-carotènes, lutéine et des minéraux.

    L’épinard viendra en tête de liste des aliments à favoriser. Et c’est sans compter sur de nombreux autres éléments phytochimiques protecteurs du cancer et de son pouvoir en énergie solaire et de désintoxication de par sa grande richesse en chlorophylle.

    Un aliment riche en acide folique et vitamines du groupe B

    L’acide folique participe à la formation des acides aminés qui constituent toutes les cellules vivantes, notamment à la synthèse de l’ADN et de l’ARN. Il participe au renouvellement des globules rouges, à la bonne cicatrisation des tissus, au bon fonctionnement du système immunitaire. Il joue un rôle essentiel dans le métabolisme cérébral et nerveux, notamment au niveau des neurotransmetteurs. L’acide folique jouerait un rôle dans la prévention de certains cancers. Une carence en acide folique favorise la dépression.

    Protection cardio-vasculaire

    Il est aujourd’hui admis qu’un taux élevé d’homocystéine dans le sang est un facteur de risque d’affection cardio-vasculaire. Des chercheurs de l’Université Harvard ont montré que les hommes qui présentent un taux d’homocystéine sanguin de 12% plus élevé que la moyenne, ont un risque de 3,4 fois plus grand de faire une crise cardiaque. L’homocystéine est un métabolite (substance intermédiaire) de la méthionine. Cette dernière est un acide aminé que l’organisme peut transformer en un autre acide aminé, la cystéine. Mais cette transformation ne se fait pas directement. L’organisme doit d’abord transformer la méthionine en homocystéine. Ce métabolite de la méthionine peut ensuite être transformé en cystéine.

    Pour éviter que l’homocystéine se retrouve en trop grande quantité dans le sang, il faut s’assurer que sa transformation en cystéine se fasse rapidement. Pour y parvenir, l’organisme a besoin d’au moins trois vitamines du complexe B : l’acide folique, la vitamine B6 et la vitamine B12.

    Les épinards sont une des meilleures sources végétales de folates et de vitamine B6, nécessaires pour équilibrer les taux d’homocystéine dans le sang.

    Richesse en lutéine et protection de la vue

    Son action semble se situer principalement au niveau de la vue en protégeant des cataractes et de la dégénérescence maculaire. La plus forte concentration de lutéine dans le corps se retrouve dans la rétine de l’œil, plus précisément dans la macula, qu’on appelle également tache jaune. C’est la macula qui est responsable de l’acuité centrale de l’image que l’œil perçoit et transmet au cerveau.

    Si la macula se détériore, le centre du champ visuel devient brouillé. Seule la vision périphérique demeure normale. C’est ce qui s’appelle la dégénérescence maculaire.

    Grâce à la lutéine et aux autres caroténoïdes, la macula retrouve une pigmentation normale.

    Elle procurerait également un effet protecteur contre le cancer colorectal.

    La lutéine est un caroténoïde qui ne peut être synthétisé par l’organisme et doit provenir de l’alimentation.

    Les épinards sont certainement une source inépuisable de nutriments protecteurs pour la santé.

    Protection contre le cancer

    Consommé régulièrement il préviendrait de nombreux cancers. Cette propriété serait dûe à sa richesse en bioflavonoïdes de type caroténoïde, qu’il contient en forte proportion.

    Condamnée à 41 ans elle guérit grâce aux épinards et vivra jusqu’à 106 ans!

    La naturopathe Hazel Parcells, qui a vécu jusqu’à l’âge vénérable de 106 ans, raconte qu’à l’âge de 41 ans elle avait été condamnée par les médecins, alors qu’elle était atteinte de tuberculose. Elle ne se résigna pas au diagnostic, et décida de modifier son alimentation. Elle entreprit une cure d’épinard. Elle en consomma sous toutes les formes possibles. Au bout de trois mois elle sentait renaître ses forces et au bout de six mois elle était complètement rétablie. Elle attribua cette guérison à la grande richesse de l’épinard en acide folique et vitamines du groupe B.

    Les épinards riches en acides?

    Certains reproches aux épinards d’être riches en acide oxalique et de s’opposer à l’absorption du calcium. Les naturopathes conseillent de consommer les épinards crus, la cuisson éliminant toute valeur nutritive. On n’a jamais rapporté de décalcification suite à la consommation d’épinards crus. Au contraire, les épinards ont une action très alcaline sur l’organisme et reminéralisante. La guérison de Hazel Parcells en est une belle preuve.

    Raymond Dextrait insiste sur ce fait: Il indique que « bien évidemment, pour en retirer tous les bénéfices, il faut consommer l’épinard cru. Lorsque l’on cuit dans l’eau bouillante une brassée d’épinards, il s’ensuit une transformation rarement heureuse. Des principes essentiels sont détruits, d’autres dissous. La cuisson n’est vraiment pas recommandable, même à l’étouffé ».

    La meilleure façon de tirer tout le profit de ce merveilleux légume est sous forme de salade en le combinant à d’autres puissants aliments nutritifs et curatifs, tel que dans la recette de salade en fin de cette chronique. Autre excellent moyen de tirer profit des épinards, est sous forme de jus.

    En combinaison avec carottes, céleri, pommes (on peut également ajouter 1. à café de poudre de chlorella ou de spiruline), cela devient un régal et surtout un vrai élixir de santé! D’ailleurs il semble que de tous les jus, ce serait le jus d’épinard le plus puissant pour prévenir le cancer.

    Très important

    Si vous n’avez pas la chance de cultiver vous-même natuellement vos épinards, il est TRÈS important de ne consommer que des épinards produits biologiquement. En effet, c’est malheureusement un des légumes commercial les plus contaminés par les pesticides. Si vous ne pouvez vous procurer du Bio, lavez-les très consciencieusement avec un détergeant à base d’un savon naturel et rincez-les abondamment sous l’eau courrante.

    Recette de la sala Turque du Dr. Andrew Weil

    Ingrédients:

    • 500 g d’épinards bio frais, bien lavés et rincés
    • 2 tomates fraîches coupées en tranches
    • 6 échalotes hachées finement
    • 1 c. à soupe de tahini
    • 2 c. à soupe d’huile d’olive vierge première pression
    • 2 gousses d’ail hachées finement
    • 1/2 c. à thé de thym séché
    • sel et poivre au goût.

     

    Préparation:

    Après avoir lavé et essoré les feuilles d’épinards, vous les placez dans un grand plat, avec les tranches de tomates et les échalotes.

    Dans un autre récipient vous préparerez votre assaisonnement d’accompagnement: mélangerez le tahini, l’huile d’olive, l’ail émincé, le thym, le sel et poivre. Bien mélanger et ajouter au plat principal avec les épinards.

    Bien entendu, comme pour toute recette, vous pouvez l’adapter à votre goût. Vous pourriez également y ajouter des champignons de Paris, crus et coupés en petites tranches fines.

     

     

    Source: Ma santé naturelle
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    12 antibiotiques naturels que nos ancêtres utilisaient

    plutôt que des pilules


    antibiotiques-naturels

     

     

     

    Au cours des dernières décennies, la sur-utilisation des antibiotiques a atteint un niveau record. Le résultat: des bactéries résistantes aux médicaments, des « superbactéries » qui évoluent trop rapidement pour que les scientifiques parviennent à comprendre comment les combattre. On a déjà entendu parler d’un avenir où les bactéries seraient au sommet de la chaîne alimentaire.

     

    Bien avant le développement des antibiotiques pharmaceutiques – développés dans les années 1940, il y avait des aliments et des herbes qui aidaient à se protéger des infections et maladies sur une base quotidienne. Beaucoup de ces protecteurs naturels sont encore en usage aujourd’hui avec les praticiens holistiques dans le monde entier.

    Nos ancêtres avaient également des solutions pour se guérir, l’utilisation d’antibiotiques de la nature et il serait profitable pour tous de nous rappeler ces antibiotiques-là et penser à les utiliser en cas de maladie.

    Antibiotiques naturels que nos ancêtres utilisaient plutôt que des pilules

    Origan et huile d’origan

    Vous avez probablement utilisé l’origan pour aromatiser vos plats italiens préférés sans même réaliser les bienfaits de santé qu’il procure. Au-delà de ses propriétés antibactériennes, l’origan peut aider à la digestion et aider à la perte de poids.  Il a été trouvé qu’une huile qui se trouve dans l’origan, le CARVACROL, lutte contre la bactérie qui peut conduire à des infections. Elle traite les infections digestives et même une infection à levures particulière. C’est donc beaucoup plus qu’une simple plante aromatique.

     

    Vinaigre de cidre

    Les avantages considérables de doses quotidiennes de vinaigre de cidre comprennent des propriétés antibiotiques et antiseptiques, l’alcalinisation naturelle de votre système et il peut vous aider pour tout, la gestion de votre poids, réduire le cholestérol et le risque de cancer.
    C’est un astringent sans produits chimiques qui peut être utilisé localement pour désinfecter et stériliser.

     

    Miel

    Les Romains utilisaient le miel sur le champ de bataille pour soigner les blessures et prévenir l’infection.
    Des civilisations du monde entier continuent à considérer le miel comme l’un des meilleurs antibiotiques naturels, antimicrobien, anti-inflammatoire, antiseptique, et connu de l’homme depuis des milliers d’années.
    Il a été prouvé que le miel Manuka de Nouvelle-Zélande a les plus hauts niveaux d’antioxydants et de pouvoirs curatifs.
    Une enzyme présente dans le miel libère du peroxyde d’hydrogène. Ce processus aide votre corps à combattre l’infection et empêche la croissance des bactéries. Apaisant pour le système digestif, le miel élimine les toxines du sang et aide votre foie à fonctionner plus efficacement.
    Pour un grand coup de pouce au système immunitaire, envisager de combiner le miel avec de la cannelle pour renforcer vos globules blancs. Le miel biologique cru est la meilleure option, car la plupart des méthodes de pasteurisation tuent les effets antioxydants.

     

    Curcuma

    Cette épice est non seulement riche en couleur et en saveur, mais elle protège également votre corps. Le curcuma peut être consommé et aussi appliqué en externe, ce qui en fait un excellent choix pour lutter contre les bactéries. Pour de plus grands bienfaits, en utilisant les propriétés de deux agents antibactériens très efficaces, vous pouvez mélanger du curcuma et du miel et faire une pâte à appliquer directement sur la peau.
    A noter que le curcuma sera associé au poivre, ou au gingembre pour un complet développement de ses excellentes propriétés.
    Vous pouvez protéger votre corps contre les infections et les maladies  à bactéries en utilisant ces remèdes sûrs et naturels disponibles dans la plupart des cuisines. Protégez votre corps sans pilules de prescription en utilisant du miel, de l’origan, de l’ail, de l’échinacée et du curcuma.

     

    Ail

    Savoureuse et merveilleuse pour agrémenter de nombreux plats, cette plante a aussi des qualités très puissantes. L’ail peut combattre ces infections simples comme le rhume, évacuant les germes avant de leur laisser une chance de perturber votre vie. Utilisant l’allicine qu’il contient, l’ail protège contre les levures, les parasites, les bactéries et plus encore. Si vous cherchez un moyen simple de vivre en meilleure santé, ajoutez davantage d’ail à votre alimentation.

     

    Extrait de pépins de pamplemousse

    Le Journal of Alternative and Complementary Medicine a publié une étude universitaire, revue par les pairs, qui a révélé que l’extrait de pépins de pamplemousse est efficace contre plus de 800 formes de virus et bactéries, plus d’une centaine de souches de champignons et de nombreux parasites.
    Très riche en de nombreux antioxydants, l’extrait de pépins de pamplemousse alcalinise le corps naturellement, et aide à la digestion en améliorant votre flore intestinale bénéfique.

     

    Echinacée

    Il se peut que vous connaissiez moins cette plante médicinale, mais elle est sûre et on la trouve dans de nombreuses cuisines. Il a été prouvé que la consommation de cette plante réduit le nombre de rhumes auxquels une personne peut être exposée au cours de sa vie, et  raccourcit la durée des infections. C’est un excellent choix de la prendre à titre préventif. Elle renforce aussi le système immunitaire, anti-infectieuse, puissante pour traiter une infection déclarée et présente de nombreuses autres propriétés.

     

    Chou

    On trouve des composés soufrés dans le chou – qui fait partie de l’ancienne dénomination des crucifères, incluant le brocoli et le chou kale – qui ont été prouvés efficaces pour lutter contre le cancer.
    Ce que beaucoup de gens ne réalisent pas, c’est la quantité de vitamine C que l’on trouve dans le chou. Une tasse procure 75 % de ce dont vous avez besoin chaque jour.
    Il es naturellement antibactérien. Vous pouvez en manger cru, râpé ou en « lanières » dans votre salade, comme plat d’accompagnement, en faire un « wrap » (ou un sandwich), ou boire un jus de chou frais (avec une pomme ou du miel pour adoucir le goût). C’est un excellent moyen pour améliorer la digestion, prévenir les maladies et même contrôler votre poids.

     

    Huile de coco extra-vierge

    On ne peut venir à bout de tous les bienfaits de l’huile de coco. Elle a des propriétés naturelles  antifongiques et antimicrobiennes, et est riche en antioxydants que vous ne pouvez trouver nulle-part ailleurs dans la nature.
    Utilisez-la pour stimuler votre système immunitaire, équilibrer votre thyroïde, cholestérol et niveaux de sucre sanguin, et même améliorer les fonctions cérébrales. Elle est sûre à utiliser en interne comme en externe. L’huile de coco est l’un des cadeaux les plus polyvalents et uniques de Mère Nature.
    Incorporez une cuillère dans votre boisson du matin pour l’énergie supplémentaire et la clarté de votre cerveau toute la journée.

     

    Aliments fermentés

    Le chou non pasteurisé, les marinades maison, le kéfir et yogourts probiotiques, renouvellent notre flore intestinale, nous protègent du cancer et maintiennent notre corps en forme pour combattre les infections.

     

    Argent colloïdal

    Antibiotique naturel, l’argent colloïdal est un mélange de particules d’argent en suspension dans un fluide. Il est utilisé depuis des siècles.
    Ce traitement est temporaire car trop d’argent – un métal lourd – peut être toxique. Cependant, il désactive l’enzyme dont les bactéries unicellulaires ont besoin pour se multiplier. Privées de leur alimentation en oxygène, les bactéries et les virus sont détruits sans dommage pour vous.

     

    Clou de girofle

    On l’appelle « l’épice aux mille vertus »! C’est un antiseptique puissant. Son principe actif, l’eugenol, lui donne cette odeur que l’on sentait chez le dentiste. Le clou de girofle est en effet extrêmement efficace. Il agit autant sur les bactéries, comme Helicobacter pylori, que sur les virus. Il a donc des pouvoirs antalgiques. Il est aussi anti-inflammatoire, capable de désamorcer l’inflammation sans risque sur l’estomac. Une alternative intéressante à l’aspirine. Vous pouvez en ajouter en petite quantité dans vos boissons chaudes et dans vos plats pour un bon effet fortifiant.

     

     

    Sources:
    www.ncbi.nlm.nih.gov
    online.liebertpub.com
    mr-ginseng.com
    www.topsante.com
    www.myhealthwire.com
    higherperspective.com
    www.coolhealthyrecipes.com
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Les boissons vertes, excellentes pour brûler les graisses


    Boissons-vertes

     

     

    Les boissons vertes sont particulièrement recommandées pour détoxifier l’organisme et pour brûler les graisses, car en raison de leur haute teneur en vitamines et en minéraux, elles sont idéales pour obtenir de vrais résultats.

    Dans cet article, nous allons connaître quelques-unes de ces boissons vertes qui, grâce à leurs propriétés, sont très efficaces pour brûler les graisses, et donc très avantageuses pour les personnes qui veulent perdre du poids de manière naturelle et sans avoir recours à des traitements invasifs ou qui pourraient mettre leur santé en péril.

     

     

    Un cocktail de kiwi, d’épinards et de laitue

    La combinaison de ces trois aliments donne un jus délicieux et salutaire, très riche en fibres, en chlorophylle et en antioxydants. Ses propriétés diurétiques permettent de brûler suffisamment de graisses pour réduire notre volume et pour perdre les kilos en trop. De plus, les nutriments contenus dans cette fabuleuse boisson verte soulagent les problèmes digestifs, et constituent également un remède efficace contre le stress.

    Pour préparer correctement ce jus, peler et laver un kiwi, laver cinq feuilles d’épinard et trois feuilles de laitue. Les placer dans le mixeur en y ajoutant un verre d’eau bouillie et une cuillerée de miel pur. Ensuite, mixer les ingrédients jusqu’à ce qu’ils soient tous bien mélangés, puis filtrer ce liquide ; la boisson est prête à être consommée !

    Il est recommandé de prendre ce jus au moins trois fois par semaine,et de préférence durant la matinée.

    Jus de figue de Barbarie, céleri, ananas, pamplemousse et miel

    Céleri-et-ananas

    En mélangeant tous ces ingrédients, on obtient une boisson agréable qui contient de nombreux nutriments et qui fait beaucoup de bien à l’organisme. De par sa teneur en fibres, qui contribue à l’élimination des graisses et des toxines, elle constitue un excellent diurétique naturel.

    Prenez cet excellent cocktail à jeun cinq jours de suite, puis après un repos d’une semaine, reprenez-le de la même façon. Si votre organisme l’assimile bien, vous pouvez continuer à le prendre à ce rythme, mais si pour une raison quelconque vous le supportez mal, buvez-en une seule fois par semaine. Ses effets se feront sentir malgré tout.

    Préparez ce jus en utilisant une demi-figue de Barbarie, deux tiges decéleri, le jus de deux pamplemousses, une tranche d’ananas et une cuillerée de miel. Mixez tous les ingrédients jusqu’à ce que le mélange soit parfaitement homogène, et il sera prêt à la consommation.

    Un jus végétal pour brûler les graisses

    Ce jus est spécialement conçu pour brûler les graisses et doit être consommé le matin de préférence ; prenez-le durant dix jours, puis faites un arrêt de dix jours. Ce merveilleux jus est une excellente source de vitamines C et B6, de fibres, d’acide folique, d’oméga-3, de composés phytochimiques et d’antioxydants.

    Pour préparer ce jus, mélanger une tige de céleri, sept feuilles d’épinard, une demi-tasse de persil, une pomme coupée en morceaux (avec la peau), le jus d’un citron et un demi-concombre. Ces ingrédients doivent être bien mixés et le jus peut être consommé immédiatement.

    Gardez à l’esprit que toutes ces boissons sont dépuratives, et leur consommation ne doit donc pas être trop fréquente ni prolongée. Prêtez attention à vos réactions et si vous ne les supportez pas, cessez de consommer ces jus, car tous les organismes ne réagissent pas de la même façon aux traitements, même s’il s’agit de produits alimentaires tout à fait naturels !

     

     

    Source : Améliore ta santé
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • medisite.fr

    SE SOIGNER AVEC LA SAUGE

     

     

    Officinale, sclarée, en tisane ou en huile essentielle, la sauge est une plante reconnue depuis l'Antiquité pour ses vertus médicinales. Ballonnements, aphtes, mal de gorge, bouffées de chaleur... Découvrez-les toutes !

     

    D'où vient la sauge ?

    Originaire des régions méditerranéennes, la sauge se dit en latin "salvia" ce qui signifie "celle qui sauve". Trois espèces de sauge sont particulièrement utilisées en phytothérapie : la sauge officinale (salvia officinalis), la sauge sclarée (salvia sclarea) et la sauge d'Espagne (salvia lavandulifolia). La plus employée étant la sauge officinale. Elle contient plusieurs substances actives : des flavonoides, des diterpènes, des triterpènes, des acides phénoliques et des essences dont le camphre. Elle contient aussi des thuyones, des substances toxiques dont le surdosage peut provoquer des convulsions. D'où le fait qu'elle soit déconseillée aux personnes épileptiques.

     

     

    La sauge soulage les ballonnements

    Si vous avez du mal à digérer, prenez de la sauge. C'est une plante particulièrement indiquée en cas de digestion difficile parce qu'elle a une action antispasmodique. Elle soulage ainsi les ballonnements, flatulences,diarrhées, maux de ventre...

    Mode d'emploi : Verser 150ml d'eau bouillante sur 1 cuillère à café de feuilles de sauge officinale. Infuser pendant une dizaine de minutes en couvrant. Filtrer et boire 1 tasse 2 fois par jour après les repas, pendant 2 semaines maximum.

     

     

    La sauge apaise le mal de gorge

    Parce que ses feuilles auraient une action anti-inflammatoire et antiseptique, la sauge pourrait apaiser le mal de gorge. En 2009, une étude avait d'ailleurs montré qu'un collutoire à base de sauge -entre autre- était aussi efficace qu'un médicament classique pour atténuer le mal de gorge.

    Mode d'emploi : Infusez 1 à 3 g de feuilles séchées dans une tasse d’eau bouillante, pendant 10 minutes. Utilisez la préparation en gargarismes jusqu’à cinq fois par jour. Pas plus d'une semaine.

     

     

    Un bain de bouche à la sauge contre les aphtes

    Vous souffrez d'aphtes ? Vos gencives sont enflammées ? Faites un bain de bouche à la sauge. Anti-infectieuse et cicatrisante, la plante soulage rapidement.

    Mode d'emploi : La pharmacienne Christine Cieur-Tranquard conseille de préparer une infusion concentrée avec 2 cuillères à café de sauge officinale pour 150 ml d'eau. Il faut se rincer la bouche 2 à 3 fois par jour en gargarismes. A faire pendant une semaine.

     

     

    Ménopause : la sauge calme les bouffées de chaleur et les sueurs nocturnes

    "Grâce à son activité mimant celle des oestrogènes, la sauge soulage les maux tout au long des différentes étapes de la vie des femmes. Elle atténue les troubles de la ménopause, notamment les bouffées de chaleur et la transpiration excessive" explique Christine Cieur-Tranquard, pharmacienne, dans son livre La pharmacie familiale au naturel.

    Mode d'emploi : Verser 150ml d'eau bouillante sur 1 cuillère à café de feuilles de sauge officinale. Infuser pendant une dizaine de minutes en couvrant. Filtrer et boire 3 tasses par jour en cures de 10 à 20 jours par mois.

     

     

    La sauge nettoie la plaque dentaire et stoppe le déchaussement

    Les gargarismes de sauge ont la réputation de lutter contre la plaque dentaire (dépôts de bactéries sur les dents). Or, cette plaque est responsable du déchaussement des dents.

    Mode d'emploi : préparer une infusion concentrée avec 2 cuillères à café de sauge officinale pour 150 ml d'eau. Rincer la bouche 2 à 3 fois par jour en gargarismes. A faire pendant une semaine.

     

     

    La sauge aide à arrêter l'allaitement

    Vous voulez arrêter l'allaitement de votre enfant ? La sauge est connue pour tarir le lait des femmes qui allaitent.

    Mode d'emploi : Verser 150ml d'eau bouillante sur 1 cuillère à café de feuilles de sauge officinale. Infuser pendant une dizaine de minutes en couvrant. Filtrer et boire 3 tasses par jour entre les repas durant 3 à 5 jours, sans allaiter votre bébé en parallèle.

     

     

    De la sauge contre les règles irrégulières et douloureuses

    Vous ne savez jamais vraiment quand vont arriver vos règles ? Essayez de prendre de la sauge. Grâce à son activité oestrogénique, "elle provoque ou régularise la menstruation tout en calmant leurs douleurs" indique Christine Cieur-Tranquard, pharmacienne, dans son livre La pharmacie familiale au naturel.

    Mode d'emploi : Verser 150ml d'eau bouillante sur 1 cuillère à café de feuilles de sauge officinale. Infuser pendant une dizaine de minutes en couvrant. Filtrer et boire 1 tasse 2 fois par jour, entre les repas, 1 semaine avant la date présumée des règles.

     

    Attention : La sauge est contre-indiquée aux femmes ayant des antécédents de cancer hormonodépendant (du sein, par exemple), en cas de grossesse, d'allaitement, d'insuffisance rénale, d'épilepsie et chez les moins de 18 ans. Elle ne doit pas être utilisée en cures continues, sans avis médical.

     

    Publié par Aurélie Blaize, journaliste santé 

     

     

     

    Sources

    - Phytothérapie, la santé par les plantes, Vidal, Sélection du Reader's Digest, 2010.

    - Le guide des plantes qui soignent, Vidal, 2010.

    - La pharmacie familiale au naturel, Christine Cieur-Tranqurd, Edisud, 2009.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Le cresson est au sommet de la liste des

    « super fruits et légumes ». Qui l’aurait su?


    cresson2

     

     

    Toute personne qui fait attention à sa santé sait que c’est une très bonne idée de manger des légumes verts à feuilles et des agrumes colorés. Au fil du temps, les recherches ont montré leur association avec la réduction du cancer et les maladies chroniques. En fait, la plupart d’entre nous savent que nous devrions consommer plusieurs portions de ces aliments chaque jour. (Voici une calculatrice des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies qui vous aide à comprendre combien vous en avez besoin.)

     

    Mais quels légumes sont les meilleurs? Des modes passagères vont et viennent aussi rapidement que que le chou frisé dans votre réfrigérateur. Un jour, c’est le brocoli, un autre le chou. Et comment compare-t-on les avantages des légumes par rapport aux fruits?

    Des chercheurs de l’Université William Paterson aux Etats-Unis nous ont fait une grande faveur en produisant une liste de 41 « super fruits et légumes » classés en fonction des quantités de 17 nutriments essentiels qu’ils contiennent. Dans une étude publiée dans la revue CDC « Preventing Chronic Disease, » les aliments sont évalués en fonction de leur teneur en fibres, potassium, protéines, calcium, acide folique, vitamine B12, vitamine A, vitamine D et d’autres nutriments, tous considérés comme importants pour la santé.

    Au sommet de la liste? Le cresson, connu depuis longtemps comme super aliment car il contient de grandes quantités d’une grande variété de ces substances essentielles, avec un score de 100. Les cinq suivants dans la catégorie d’élite: le chou chinois (91.99), la bette à carde (89.27), les feuilles de betterave (87.08 ), les épinards (86.43) et la chicorée (73.36). Le tableau complet est ci-dessous.

    « Les profils nutritionnels ne sont pas nouveaux, » a dit la chercheuse principale, Jennifer Di Noia, professeure agrégée de sociologie. « Mais les applications sur les fruits et légumes sont limitées. Ceci est le premier système de classification avec lequel je puisse définir et classer » les super fruits et légumes.

    Les fruits, cependant, ne se révèlent pas être extrêmement puissants dans les classements de Di Noia. Le plus élevé sur la liste était le poivron rouge (41.26), suivi par la citrouille (32.23), la tomate (20.37) et le citron (18,72). En fait, des six aliments que les chercheurs ont envisagé et décidé d’éliminer de la liste, quatre étaient des fruits: framboises, mandarines, canneberges et myrtilles. (Les deux autres étaient l’ail et les oignons.)

    La raison de la performance relativement médiocre des baies, par exemple, est alors qu’elles sont riches en composés phytochimiques – nutriments non essentiels qui ont des propriétés protectrices ou préventives des maladies – « il n’y a pas de données uniformes sur les composés phytochimiques alimentaires et…les doses recommandées pour ces composés font défaut,  » a expliqué Di Noia. « Ainsi, les scores sont basés seulement sur les nutriments. »

    Pour faire la liste des super aliments de l’étude, les chercheurs ont calculé le score de « densité nutritionnelle » de chaque fruit ou légume basé sur le pourcentage de votre besoin quotidien pour chaque nutriment que l’aliment fournit. (L’étude a supposé un régime alimentaire de 2000 calories par jour et 100 grammes de chaque aliment.) Les scores ont été plafonnés pour veiller à ce qu’un fruit ou un légume qui fournit une quantité énorme d’un seul nutriment ne recevrait pas un score global disproportionnellement élevé.

    « Conformément à une approche globale de l’alimentation, »a dit Di Noia, « [la consommation de] tous ces aliments devraient être encouragée. Le classement peut aider les consommateurs à faire des sélections à forte teneur en nutriments au sein du groupe des super aliments. »

    cresson

    Super fruits et légumes

     

     

    Source: Washington post
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Buvez ce thé japonais miraculeux quotidiennement pour brûler les graisses 4x plus vite, lutter contre le cancer, faire monter en flèche l’énergie et tellement plus


    the-matcha

     

     

     

    Le thé Matcha est considéré comme le plus fort thé vert en poudre. Il est originaire du Japon, et les gens d’Extrême-Orient l’utilisent depuis des milliers d’années.

    Ce thé incroyable est fabriqué à partir de poudre de jeunes feuilles de Camellia sinensis. La poudre délicate est stockée à l’abri de l’oxygène et de la lumière, afin de préserver sa couleur incroyable et sa teneur élevée en antioxydants.

    Une seule tasse de thé Matcha fournit un large éventail de bienfaits pour la santé.

     

     

    1. Stimule le métabolisme

    Le thé Matcha stimule le métabolisme, et donc aide à la perte de kilos. Une étude récente a révélé que les personnes qui boivent ce thé quotidiennement perdent du poids 25% plus rapidement que les gens qui n’en boivent pas. Il n’a pas d’effets secondaires, ce qui signifie que vous ne devriez pas vous soucier de votre pression artérielle ou de votre fréquence cardiaque.

     

     

    2. Combat le cancer

    Le thé Matcha regorge de gallate d’épigallocatéchine, qui est considéré comme le plus puissant antioxydant. L’EGCG fournit de fortes propriétés anti-cancer, et ils combattent aussi les radicaux libres. Ce thé japonais contient environ cent fois plus de « soldats » naturels que tout autre thé commercial vendu sur le marché.

     

     

    3. Fournit un regain d’énergie naturel instantané

    Comme tous les thés verts, le matcha contient également de la caféine. Une tasse de thé chaud maintiendra votre énergie à un niveau élevé pendant des heures. Cependant, ce n’est pas seulement la caféine qui fournit cet effet; le thé Matcha contient une puissante combinaison de différents composés.

     

     

    4. Prévient le vieillissement prématuré

    Le thé Matcha fournit de fortes propriétés anti-vieillissement grâce à sa teneur élevée en antioxydants. Il protège contre le rayonnement UV et les maladies de la peau.

     

     

    5. Effet detox

    Ce thé ancien contient de la chlorophylle qui détoxifie votre corps et évacue les déchets nocifs et les métaux lourds.

     

     

    Le thé Matcha a une saveur incroyable, et vous n’avez aucune excuse pour ne pas l’essayer! Les experts suggèrent de boire une tasse ou deux par jour – le matin et l’après-midi.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    L’ingrédient secret dans votre jus d’orange


    jus-orange-ingredient-secret

     

     

     

    Est-ce que vous achetez votre jus d’orange au magasin? Si vous le faîtes, je suis sûr que vous faites attention d’acheter celui qui est 100% pur jus d’orange et non celui qui est fait à partir de concentré. Car c’est quand même le plus sain, sans doute? Le plus naturel? Celui qui est sans aucun additif? Celui qui est vendu dans les bacs réfrigérés, si bien qu’il est probablement presque aussi bon que s’il venait juste d’être pressé?

     

    Si je vous le décris, vous allez soit me détester, soit m’adorer lorsque vous aurez fini de lire l’article. Car en vérité, ce jus d’orange que vous prenez grand soin de choisir n’est probablement rien de tout ce qui vient d’être décrit. Vous avez fait des hypothèses fondées sur la logique. L’industrie alimentaire suit sa propre logique fondée sur les économies d’échelle. Ce qui fonctionne pour vous dans votre cuisine quand vous faites un ou deux verres de jus ne fonctionne simplement pas lorsqu’on en produit des milliers et des milliers de litres à la chaîne.

    Vous êtes-vous jamais demandé pourquoi chaque verre de jus d’orange Tropicana Pure Premium a exactement le même goût, quelque soit l’endroit du monde où vous l’achetez ou quelque soit le moment de l’année où vous le buvez? Ou bien, peut-être que votre marque est Minute Maid, ou Joker, ou Andros. Quelle que soit la marque, je poserai la même question. Pourquoi le goût est-il toujours le même? Pourquoi donc le Minute Maid n’a jamais le même goût que le Tropicana, mais a toujours le même goût quelle que soit la bouteille de la même marque?

    D’une manière générale, les boissons qui ont toujours le même goût suivent des recettes. Ce sont des choses comme Coca Cola ou Pepsi ou un Frappé Mcdo. Lorsque vous faites du jus d’orange à la maison, chaque préparation a un goût légèrement différent, selon les oranges à partir desquelles vous l’avez préparé. J’espère que vous entendez déjà de petits signaux d’avertissement.

    La raison pour laquelle votre jus d’orange acheté en magasin conserve invariablement la même saveur repose davantage sur la chimie que sur la nature.

    Faire du jus d’orange devrait être assez simple. Cueillir des oranges. Les presser. Verser le jus dans un carton, et voilà!

    Mais en réalité, il y a une étape importante qui est un secret de polichinelle dans l’industrie des jus d’orange. Lorsque les oranges sont pressées, le jus est stocké dans des réservoirs de stockage géants, et surtout, l’oxygène est retiré. Cela permet essentiellement de garder le liquide (jusqu’à un an) sans se gâter; mais ce liquide que nous pensons être du jus d’orange n’a pas du tout le même goût que celui du jus d’orange Tropicana qui sort du carton (source)

    En fait, il est assez fade. Donc, l’industrie utilise des arômes pour redonner du goût au jus d’orange désoxygéné:

    Lorsque le jus est débarrassé de son oxygène, il est également débarrassé des composés qui fournissent les saveurs. Les producteurs de jus de fruits embauchent donc des compagnies d’arômes et de parfums, les mêmes que ceux qui élaborent les parfums pour Dior et Calvin Klein, pour concevoir des arômes à rajouter au jus pour lui rendre son goût frais. Les aromes ne figurent pas dans la liste des ingrédients sur l’étiquette car ils sont techniquement dérivés de l’huile et de l’essence d’orange. Et pourtant, ceux qui travaillent dans l’industrie vous diront que les arômes, qu’ils soient faits pour du jus d’orange reconstitué ou pasteurisé, ne ressemblent en rien à ce que l’on trouve dans la nature. Les arômes ajoutés au jus pour le marché Nord Américain tendent à contenir des quantités élevées de butyrate d’éthyle, un produit chimique dans l’arôme du jus d’orange fraîchement pressé dont les compagnies de jus ont découvert qu’il était le préféré des Américains. Les Mexicains et les Brésiliens ont des préférences différentes. Les arômes fabriqués pour le jus destiné à ces marchés sont constitués de substances chimiques différentes, par exemple le décanal, ou les terpènes comme la valencine.

    Les formules varient pour donner à une marque son goût spécifique. Si votre goût est subtil, vous pouvez avoir remarqué que Minute Maid a un arôme de bonbon. C’est largement dû à aux arômes que Coca-Cola a choisi. Quelques compagnies ont même demandé la fabrication d’arômes qui imitent ceux d’un concurrent populaire, créant ainsi une « salle des miroirs » des arômes. Malgré les multiples définitions ou interprétations de ce que devrait être un jus d’orange fraîchement pressé sur le marché, la plupart des arômes ont partagé une source d’inspiration: une orange Valencia de Floride au printemps. (source)

    Pourquoi ces arômes ne figurent-ils pas dans la liste des ingrédients?

    Bonne question! Comme avec tous les aliments industriels, c’est à cause de nos lois alambiquées et tortueuses sur l’étiquetage. Vous voyez, ces « arômes sont fabriqués à partir de sous-produits de l’orange. Même si ces ‘sous-produits’ sont si chimiquement manipulés qu’ils ne peuvent plus guère être considérés comme des « sous-produits ». (source). Comme ils sont fabriqués à partir de produits extraits d’oranges, ils peuvent être ajoutés au jus d’orange sans être considérés comme un « ingrédient », malgré le fait qu’ils sont modifiés chimiquement.

    Alors, que faire?

    Pourquoi buvez-vous du jus d’orange? demanderais-je tout d’abord. Le jus retiré du fruit est juste du fructose concentré sans les fibres naturelles, la pectine, et d’autres bienfaits qui rendent un fruit entier bon pour vous. Saviez-vous, par exemple, qu’il faut environ 6 à 8 pommes moyennes pour faire une seule tasse de jus de pomme? Vous ne pourriez sûrement pas manger 6 à 8 pommes moyennes en une seule fois. (moi, je peux à peine en manger une!). Mais il est facile d’avaler une tasse de jus de pomme sans y penser, et vous voudriez peut-être même en reprendre. C’est pourquoi le jus de fruit est dangereux. Il rend beaucoup trop facile la consommation de beaucoup trop de sucre.

     

    Alors, mon premier conseil est de perdre cette habitude des jus de fruits. C’est cher et ça n’en vaut pas la peine.

     

    Mon deuxième conseil est de ne boire que des jus que vous faites vous-même.

    Et finalement, prenez la décision de ne plus entrer dans le système d’alimentation industrielle autant que vous le pouvez. Si vous apprenez quelque chose de cet article, c’est que vous ne savez jamais ce qui est dans vos aliments à moins que vous ne le produisiez, récoltiez, ou prépariez vous-même. Ou au moins, (et plus pratique pour beaucoup, y compris moi-même) payer quelqu’un en qui on a confiance pour le faire, comme les fermiers de mon Marché des Fermiers, l’éleveur chez qui j’achète mon boeuf nourri à l’herbe, ou le chef cuisinier de mon restaurant local qui accepte de répondre de façon transparente à mes questions au sujet des sources des ingrédients et de ce qui se trouve dans le plat que je commande.

     

    Kristen Michaelis

     

     

    Source : Food Renegade
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    7 incroyables bénéfices grâce à une seule plante

     

    herbe-de-ble

     

     

    Les super-verdures sont une sous-catégorie de super-aliments qui sont, par définition, riches en fibres, en vitamines, en phytonutriments et en antioxydants et étaient jusqu’à récemment surtout populaires auprès des végétariens, végétaliens et crudivores.

     

    Cependant, de plus en plus d’entre nous sont de plus en plus conscients de l’importance d’une alimentation saine et se tournent vers les avantages extraordinaires que  peuvent apporter les superaliments, et particulièrement les super-verdures, en les consommant réguièrement. En effet, de nombreuses recherches suggèrent que la consommation de quantités généreuses de super-verdures peut efficacement diminuer le risque d’obésité et de maladies chroniques comme le cancer et le diabète, entre autres.

    Les super-verdures, qui sont immédiatement reconnaissables par leur couleur verte caractéristique, n’ont en fait rien de nouveau. Cette catégorie comprend plusieurs légumes bien connus qui peuvent être achetés dans les supermarchés locaux comme le chou frisé, les bettes, le brocoli et la roquette, en plus d’une large gamme de suppléments verts comme la spiruline bio, la chlorella en poudre bio, la poudre d’herbe d’orge et la poudre d’herbe de blé biologique qui sont tous disponibles dans la plupart des magasins d’aliments de santé ou bio. La poudre d’herbe de blé bio est une super-herbe complète et impressionnante sur le plan nutritionnel.

    Qu’est-ce que la poudre de jus d’herbe de blé biologique ?

    La poudre d’herbe de blé est utilisée depuis plus de 5000 ans – elle a été très appréciée par les anciens Egyptiens, par exemple, qui considéraient les feuilles d’herbe de blé comme sacrées et qu’elles avaient une influence positive sur la santé et la vitalité. Pourtant, il a fallu attendre les années 1930 pour que les super-verdures commencent à intéresser le monde occidental avec le scientifique américain, Charles F. Schnabel qui a mené un certain nombre d’expériences sur l’herbe de blé et a publiquement vanté ses nombreuses vertus, affirmant que seulement 100 grammes de poudre de jus d’herbe de blé avait la même valeur nutritive qu’un kilo de légumes crus. Les multiples avantages de l’herbe de blé biologique sont maintenant prouvés par de nombreuses études scientifiques.

    La poudre de jus d’herbe de blé bio est fabriquée à partir des pousses fraîchement pressées du blé. Le jus qui en résulte est ensuite séché à des températures extrêmement basses, afin de conserver un nombre optimal de ses nutriments bénéfiques.

    Voici sept raisons d’incorporer cette superstar verte dans votre alimentation quotidienne :

    1. La poudre de jus d’herbe de blé biologique est nutritionnellement complète

    La poudre de jus d’herbe de blé biologique est faible en calories  mais bourrée de nutriments précieux, parmi lesquels :

    • des protéines, 24% en moyenne (plus que dans la viande, le poisson ou les produits laitiers)
    • des fibres, qui améliorent ainsi votre transit intestinal et protègent la santé de l’intestin grêle et du côlon
    • de la chlorophylle, le pigment naturel qui donne la couleur vert foncé à l’herbe, 70% environ
    • des vitamines, telles que des vitamine A, B, C, E, I et K
    • des minéraux tels que le fer, le calcium et le potassium
    • des oligo-éléments, y compris le zinc , le magnésium et le sélénium
    • des anti-oxydants, telle que la super-oxyde dismutase qui est une enzyme importante dans la défense des cellules exposées à de l’oxygène et qui est connu pour diminuer les effets du rayonnement et pour ralentir le vieillissement cellulaire
    • le bêtacarotène, le pigment orange précurseur de la vitamine A qui se trouve également dans les carottes

    2. La poudre d’herbe de blé biologique est riche en chlorophylle

    L’herbe de blé est composé d’environ 70% de chlorophylle – selon le professeur Kent Seymour, de l’université de l’Illinois, elle est l’un des meilleurs moyens d’obtenir de la chlorophylle vivante. La chlorophylle est la molécule qui absorbe les rayons solaires et utilise l’énergie qui en résulte pour la fabrication des hydrates de carbone à partir de dioxyde de carbone et d’eau dans un processus connu sous le nom de photosynthèse. La haute teneur en chlorophylle de la poudre de jus d’herbe de blé biologique renforce les cellules et est extrêmement alcalinisant, ce qui signifie qu’elle peut aider votre corps à maintenir un équilibre sain du pH, purifier le sang et le foie, empêcher la croissance des bactéries et expulser les toxines dommageables. Le Journal Américan de la Chirugie (1940 ) recommande également l’utilisation de la chlorophylle pour son effet antiseptique puissant qui peut combattre les infections et guérir les blessures.

    3. La poudre de jus d’herbe de blé biologique est un désintoxiquant puissant

    Quotidiennement, votre corps est exposé à des toxines, issues à la fois de votre nourriture et de l’environnement dans lequel vous vivez. Cette intoxication peut même conduire à des maladies graves, y compris L’Organisation Mondiale de la Santé estime que près de 25% de tous les décès dans le monde dit développé, est directement imputable à des facteurs environnementaux et certains chercheurs pensent que la pollution est responsable de jusqu’à 40% des décès dans le monde chaque année.

    Le jus d’herbe de blé bio, grâce à sa teneur incroyablement élevé en chlorophylle, peut vous aider à nettoyer efficacement et désintoxiquer votre corps grâce à ses éléments nutritifs qui favorisent l’élimination des produits chimiques nocifs, des déchets métaboliques et autres toxines du sang, stockés dans les tissus, les organes et les cellules graisseuses. Le jus d’herbe de blé bio empêche les toxines d’être stockées dans le foie où elles peuvent s’accumuler et causer des déséquilibres qui conduisent à la maladie. Des études animales récentes démontrent que la consommation d’herbe de blé réduit positivement l’absorption d’un certain nombre de substances cancérigènes extrêmement dangereuses, tout en renforçant simultanément les cellules, en détoxifiant le foie et en neutralisant les éléments polluants dans le sang.

    4. La poudre de jus d’herbe de blé bio renforce votre système immunitaire

    Votre système immunitaire est l’un des systèmes les plus complexes de votre corps. Il vous protège contre les infections et les maladies en neutralisant et en éliminant les agents pathogènes (y compris les bactéries, les virus, les champignons, les parasites et les toxines), en neutralisant les substances nocives de votre environnement et en luttant contre toutes les cellules qui peuvent avoir changé à cause de maladies telles que le cancer. Il y a un certain nombre de moyens de renforcer votre système immunitaire comme dormir suffisamment (voir cet article) pour permettre à vos organes immunitaires (des amygdales, des sinus et des ganglions lymphatiques) de se régénérer, apprendre à se détendre (le stress diminue les anticorps du système immunitaire), faire suffisamment d’exercice pour améliorer la fonction lymphatique, arrêter de fumer ce qui réduit le risque d’infection  et ajouter à votre alimentation une gamme d’aliments denses en nutriments connus pour leurs qualités stimulantes du système immunitaire.
    La poudre de jus d’herbe de blé biologique est un super anti-bactérien qui peut aider à la désintoxication et participe à l’alcalinisation des glandes lymphatiques et des globules, permettant ainsi à votre corps d’éliminer les toxines plus rapidement et plus efficacement. Elle contribue également à la fabrication des globules rouges du sang, ce qui augmente l’oxygénation et contribue à la protection contre les effets néfastes du smog, du monoxyde de carbone et d’autres polluants connus de l’environnement. En outre, la poudre d’herbe de blé biologique peut contribuer à lutter contre un certain nombre de maladies chroniques, notamment l’anémie, la drépanocytose, la leucémie, le cancer, le diabète, l’arthrite et les ulcères. Un essai effectué par le Sloan Kettering Cancer Center Memorial aux États-Unis a prouvé que la thérapie par le jus d’herbe de blé réduit manifestement les saignements rectaux et l’activité globale de la maladie chez les patients atteints de colite ulcéreuse.

    5. La digestion de la poudre d’herbe de blé bio aide la digestion et favorise la perte de poids

    La poudre de jus d’herbe de blé biologique est une excellente source de fibres, ce qui nettoie vos intestins, régule vos selles et aide à vous sentir rassasié plus longtemps. Les fibres alimentaires retardent également l’absorption du glucose, veillant à ce que l’excès de glucose soit transformé en énergie au lieu d’être stocké sous forme de graisse. Le magnésium présent dans la poudre d’herbe de blé biologique joue également un rôle important dans la fonction musculaire. Votre système digestif étant essentiellement un muscle long, le magnésium peut apporter un soulagement efficace dans le cas de constipation et même la prévenir.

    6. La poudre de jus d’herbe de blé bio est bonne pour votre tension artérielle

    La chlorophylle de l’herbe de blé biologique est similaire du point de vue de sa structure à l’hémoglobine (une protéine qui transporte l’oxygène dans votre corps) ce qui signifie qu’elle peut aider à protéger contre l’inflammation, encourager la production de globules rouges et améliorer la circulation.Tant le magnésium que les fibres contenus dans la poudre de jus d’herbe de blé biologique sont associés à la capacité impressionnante à faire baisser votre pression artérielle et donc à réduire le risque de maladie coronarienne, de maladie cardiaque, d’hypertension (pression artérielle élevée) et d’AVC. Le Dr Birscher, un chercheur, a appelé la chlorophylle «un concentré de la puissance du soleil » et déclare que «la chlorophylle augmente la fonction du cœur, agit sur le système vasculaire, les intestins, l’utérus et les poumons ».

    7. La poudre de jus d’herbe de blé bio retarde les signes du vieillissement

    La chlorophylle contenue dans la poudre de jus d’herbe de blé bio contient de la superoxyde dismutase (SOD ), une protéine contenant du cuivre que l’on trouve dans les globules rouges matures. Cette enzyme décompose les radicaux superoxydes dans votre corps et aide à ralentir le processus de vieillissement, éventuellement le développement des ridules, des rides et des cheveux gris. En outre, le SOD peut aider à atténuer les effets des rayonnements et de ralentir le vieillissement cellulaire.
    La poudre de jus d’herbe de blé biologique est un supplément sans gluten très polyvalent qui peut être consommé quotidiennement, à condition que vous choisissiez un produit de haute qualité (les produits à base d’herbe de blé de qualité inférieure sont parfois sujets à la moisissure, ce qui peut entraîner des effets secondaires mineurs commes des nausées).

     

    Pour des résultats optimaux, consommez le jus d’herbe de blé de préférence le matin, ajouté dans vos smoothies, vos jus ou autres boissons préférées. Vous pouvez également l’intéger dans vos préparations c(r)ulinaires (comme ici).

     

     

    Sources:
    Detox Your World
    Veg an’ Bio

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Le jus d’ananas est 5 fois plus efficace que le sirop contre la toux

     

    Ananas

     

     

    L’ananas contient de la bromélaïne, une enzyme aux propriétés anti-inflammatoires. Elle combat les infections et tue les bactéries. Le jus d’ananas frais peut supprimer la toux cinq fois plus efficacement que le sirop contre la toux.

     

    250 ml de jus d’ananas contient près de 50% des besoins quotidiens en vitamine C. Ce nutriment utile s’attache à mettre en œuvre l’utilisation des enzymes essentielles dans le corps qui régulent le métabolisme et la conversion de l’énergie.

    Le jus d’ananas contient également des niveaux élevés de manganèse, un minéral qui aide essentiellement à construire des tissus conjonctifs et des os sains. Le manganèse améliore l’absorption du calcium, métabolise les glucides et les graisses, et accroît la fonction nerveuse.

    Certaines bromélaïnes semblent être absorbées par le corps de manière intacte, on pense donc aussi qu’elles ont des effets à l’extérieur du tube digestif. En fait, la bromélaïne est souvent commercialisée en tant qu’anti-inflammatoire naturel pour des affections telles que l’arthrite. Elle est l’un des suppléments les plus populaires en Allemagne, où elle est approuvée pour le traitement de l’inflammation et l’enflure du nez et des sinus dues à la chirurgie ou à une lésion.

    Si vous avez l’un des nombreux types de toux persistantes et que ce n’est pas quelque chose de grave comme la pneumonie, optez pour le jus d’ananas à la place du sirop contre la toux. Il est moins coûteux, n’a pas de produits chimiques toxiques et contient les éléments nutritifs qui aideront à lutter contre un rhume.

    Boire du jus d’ananas aide à apaiser un mal de gorge et aide le corps à expulser le mucus facilement. Un mucus épais et tenace dans vos poumons ou sinus peut provoquer des spasmes apparemment sans fin de toux, des éternuements et des infections douloureuses. Dans une étude publiée dans « Der Pharma Chemica » en 2010, les chercheurs ont tenté de trouver des traitements bénéfiques pour les patients ayant la tuberculose, une maladie infectieuse souvent causée par Mycobacterium tuberculosis. Dans le cadre de leurs études, ils ont découvert qu’un mélange de jus d’ananas cru, de poivre, de sel et de miel donnés aux patients tous les jours a permis de dissoudre le mucus dans les poumons.

    Dans une étude ultérieure, la recherche a constaté que les extraits crus d’ananas peuvent réduire le mucus cinq fois plus rapidement que les sirops contre la toux en vente libre. Les patients ont récupéré 4,8 fois plus rapidement et présentaient une diminution de tous les symptômes liés à la toux, surtout la toux sèche.

    La plupart d’entre nous n’avons pas besoin d’ajout de sucre dans notre alimentation, alors recherchez seulement du jus d’ananas naturel non sucré et tenez-vous à l’écart de celui en conserve. Si vous pouvez faire vous-même du jus d’ananas, cela serait de loin supérieur à tous ceux achetés en magasin.

     

     

    Recette d’antitussif à l’ananas

    – 1 tasse de jus d’ananas frais
    – 1/4 tasse de jus de citron frais
    – 1 morceau de gingembre (environ 7,5 cm)
    – 1 cuillère à soupe de miel brut
    – 1/2 cuillère à café de piment de Cayenne

    Mixez tous les ingrédients et prenez 1/4 tasse, 2 à 3 x / jour et refaites la recette tous les jours.

     

     

    Source : Prevent Desease
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • passeportsante.net

    Fibres solubles et insolubles : quelles différences ?

     

    Les fibres sont considérées comme des atouts minceur et sont réputées pour la perte de poids, mais saviez-vous qu’il existe deux types de fibres ? Les aliments peuvent être composés de fibres solubles et de fibres insolubles, mais elles ne jouent pas le même rôle sur l’organisme. PasseportSanté vous dit tout sur les fibres.

     

     

    Les bienfaits des fibres solubles sur l’organisme

    Les bienfaits des fibres solubles sur l’organisme

    Quel est le rôle des fibres solubles dans l’organisme ?

    Comme leur nom l’indique, les fibres solubles sont solubles dans l’eau. Elles regroupent les pectines, les gommes et les mucilages. Lorsqu’elles entrent en contact avec les liquides, elles deviennent visqueuses et facilitent le glissement des résidus. De ce fait, elles diminuent l’absorption des graisses, du mauvais cholestérol sanguin et des triglycérides et permettent de prévenir les maladies cardiovasculaires. Elles ont également l’avantage de ralentir l’absorption des glucides, et donc de freiner la montée de la glycémie, ce qui est primordial dans la prévention du diabète de type 2. Elles stimulent moins le transit digestif que les fibres insolubles, ce qui les rend douces pour l’intestin, elles réduisent les inconforts digestifs et préviennent les diarrhées tout en favorisant l’équilibre de la flore intestinale. Enfin, comme elles ralentissent la digestion, elles prolongent la sensation de satiété et permettent donc de mieux contrôler son poids. Comme ce sont des fibres solubles dans l’eau, il est indispensable de consommer suffisamment d’eau (au moins 6 verres) tout au long de la journée pour bénéficier de leurs bienfaits.

    Où trouve-t-on des fibres solubles ?

    Il faut savoir que la plupart des aliments fibreux contiennent à la fois des fibres solubles et des fibres insolubles. Si les fibres solubles peuvent se trouver dans les fruits (riches en pectine comme les pommes, poires, oranges, pamplemousses, fraises) et légumes (asperges, haricots, choux de Bruxelles, carottes), leur peau est souvent plus riche en fibres insolubles. On trouve également des fibres solubles dans les légumineuses, l’avoine (et particulièrement le son d’avoine), l’orge, le psyllium, les graines de lin et de chia.

    Références

    1. Les diététistes du Canada, Sources alimentaires de fibres solubles, www.dietitians.ca, 2014

    2. Les fibres alimentaires, www.diabete.qc.ca, 2014

    3. H. Baribeau, Manger mieux pour être au top, Editions La Semaine, 2014

     

     

    L’utilité des fibres insolubles

    L’utilité des fibres insolubles

    A quoi servent les fibres insolubles ?

    Les fibres insolubles ne se dissolvent pas dans l’eau et ont un pouvoir de gonflement très élevé. Les plus connues sont la lignine, la cellulose et l’hémicellulose. Elles accélèrent le transit et favorisent la satiété, contribuant ainsi au contrôle de l’appétit et du poids. Elles préviennent la constipation en favorisant un fonctionnement régulier de l’intestin et une bonne santé du système digestif. Elles augmenteraient ainsi l’élimination des substances cancérigènes et préviendraient certains cancers digestifs ou colorectaux, mais elles ne présentent pas les mêmes bienfaits que les fibres solubles quant à la prévention des maladies cardiovasculaires.

    Quelles sont les sources de fibres insolubles ?

    On trouve des fibres insolubles dans la peau des fruits et des légumes, le son de blé, les légumes, certaines légumineuses (haricots rouges, lentilles, pois chiches, entre autres), les céréales complètes, les oléagineux (surtout dans leur peau), les graines, les feuilles et les racines.

    Référence

    Les fibres alimentaires, www.diabete.qc.ca, 2014

     

     

    Fibres solubles et insolubles : lesquelles privilégier ?

    Fibres solubles et insolubles : lesquelles privilégier ?

    Comme nous venons de le voir, les fibres solubles et insolubles n’ont pas les mêmes bienfaits pour l’organisme. Les recommandations journalières en matière de fibres (de 25 à 40 grammes par jour) ne font pas de distinction entre les deux types de fibres, et pour cause, elles sont toutes les deux intéressantes : les fibres solubles peuvent prévenir les maladies cardiovasculaires quand les fibres insolubles favorisent une bonne santé du système digestif. Il est donc recommandé de consommer les deux types de fibres à la fois, d’autant plus qu’on peut les retrouver dans le même aliment.

    Toutefois, certains problèmes de santé, et notamment le syndrome de l’intestin irritable, peuvent faire pencher la balance vers un type de fibres particulier. Le syndrome de l’intestin irritable se caractérise par des douleurs et des crampes au ventre, des ballonnements, des borborygmes (= gargouillements), des diarrhées ou des constipations. Dans ce cas, les fibres insolubles (blé entier, son de blé et petits fruits, entre autres) sont à réduire car elles stimulent les contractions de l’intestin et peuvent se révéler irritantes. Il faut également éviter les aliments connus pour provoquer des gaz et des ballonnements, comme les légumineuses et les crucifères. A l’inverse, il faut privilégier les fibres solubles, douces pour l’intestin, comme les céréales d’avoine, la farine d’avoine, l’orge et la crème d’orge. Enfin, il est préférable d’éviter les crudités et de consommer les légumes cuits, car les fibres, ramollies, deviennent moins irritantes pour l’intestin.

    Référence

    I. Eustache, Syndrome de l’intestin irritable : différenciez les bonnes fibres !,www.lamutuellegenerale.fr

     

    Samira Leroux
     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • passeportsante.net

    8 bonnes raisons d’abandonner les sodas

     

    Les sodas sont aussi appréciés des jeunes que des adultes. Rafraîchissants et agréables au goût, il est difficile de s’arrêter à la première gorgée. Ils constituent même dans certains cas l’essentiel des liquides ingérés au cours d’une journée. Pourtant, trop sucrés et pauvres nutritionnellement, ils ont de nombreux méfaits pour l’organisme. PasseportSanté vous donne 8 bonnes raisons d’arrêter de boire des sodas.

     

     

    Les sodas favorisent la prise de poids

    Les sodas favorisent la prise de poids

    Ce n’est un secret pour personne, les sodas contiennent en moyenne 100 g de sucre par litre, soit 20 g par verre (l’équivalent de 4 morceaux de sucre), ce qui est beaucoup trop par rapport aux recommandations de l’OMS qui préconise de ne pas dépasser 50 g de sucre par jour.

    Or, lorsque l’apport alimentaire en sucre est supérieur aux besoins, l’excédent doit être stocké. Il est d’abord mis en réserve par le foie et les muscles sous forme de glycogène, mais la quantité stockable est rapidement limitée. Les graisses constituent alors une seconde forme de mise en réserve : les sucres sont transformés en triglycérides et stockés principalement dans les cellules adipeuses, surtout dans la zone abdominale2. Ainsi, il est avéré que le sucre des sodas est fortement impliqué dans les phénomènes de surpoids et d’obésité1, d’autant plus qu’une étude réalisée sur des adolescents américains a montré une corrélation entre la consommation de soda et une mauvaise  hygiène de vie3 : moins de 8 heures de sommeil par nuit, plus de 2 heures de télévision par jour et un manque d’activité physique.

    En outre, la consommation de soda ralentirait le métabolisme4, ce qui signifie que le corps brûle moins de graisses et dépense moins d’énergie, un autre facteur qui favorise la prise de poids.

     

     

    Les sodas font manger davantage

    Les sodas font manger davantage

    Le pic d’insuline consécutif à l’ingestion d’une quantité excessive de sucre réveille la sensation de faim. En effet, l’insuline induit une résistance à la leptine1, l’hormone qui régule l’appétit.

    A l’inverse, des chercheurs ayant soumis des rats à un régime sans sucre2, et plus précisément sans fructose, qu’on trouve en grande quantité dans les sodas américains, ont réussi à annuler leur résistance à la leptine, et ce sans réduire leur apport en graisses.

    Ainsi, lorsqu’on consomme des sodas, la sensation de satiété ne se fait jamais sentir. Par ailleurs, les sodas entraînant une dépendance au sucre, il y a plus de risque que la sensation de faim soit compensée par des aliments riches en glucides (biscuits, viennoiseries, pâtes, pain, pommes de terre…). L’addiction au sucre a effectivement tendance à transformer notre sens du goût, ce qui fait qu’on a plus de mal à apprécier un aliment brut sans sucre ajouté, comme un fruit. Le consommateur de soda entre donc dans une spirale où le sucre appelle le sucre, entraînant bien souvent une surconsommation calorique. De plus, composés principalement d’eau gazéifiée et de sucre, les sodas sont démunis de fibres, de vitamines, de minéraux et d’autres nutriments essentiels. Ils représentent donc des calories vides pour l’organisme.

     

     

    Les sodas augmentent le risque de diabète de type 2

    Les sodas augmentent le risque de diabète de type 2

    Les sodas, par leur forte teneur en sucres, leur pouvoir à faire monter la glycémie et donc à causer des pics d’insuline, peuvent entraîner à terme une résistance à l’insuline. C’est-à-dire que le sucre est moins bien utilisé par l’organisme, ce qui se traduit par un taux de sucre sanguin plus important. Or, l’insulinorésistance précède souvent le diabète de type 2.

    Dans une étude réalisée en 20141, 2 037 employés japonais ont été suivis pendant 7 ans. 170 d’entre eux ont contracté le diabète 2 au cours de l’étude. Les chercheurs ont trouvé une corrélation entre la consommation de sodas, qu’ils soient classiques ou light, et l’augmentation du risque de diabète.

    Dans une autre étude réalisée en 20092, ce sont les effets du soda light exclusivement qui ont été étudiés sur les risques de diabète. Là encore, la consommation d’au moins 1 soda par jour a été associée à un risque accru de 67 % de contracter le diabète 2 par rapport à une absence de consommation.

    Le lien de cause à effet entre les sodas et le diabète 2 n’est pas avéré par ces études, car les participants peuvent parallèlement avoir une mauvaise hygiène de vie, mais ils constituent très probablement un facteur aggravant.

     

     

    Les sodas contiendraient des substances potentiellement cancérigènes

    Les sodas contiendraient des substances potentiellement cancérigènes

    Les sodas contiennent un certain nombre d’additifs et d’édulcorants, dont le célèbre aspartame, qui compose la majorité des boissons light. L’aspartame fait l’objet de nombreuses controverses, car il aurait notamment des effets cancérigènes. Si plusieurs études ne démontrent aucun lien entre l’ingestion d’aspartame et les risques de cancer1,2, une étude réalisée en 2014 sur des rats et des souris a montré le potentiel cancérigène de l’aspartame3. Après ingestion, l’aspartame se transformerait en méthanol et libèrerait des substances potentiellement cancérigènes comme le formaldéhyde et l’acide formique.

    L’aspartame n’est pas le seul additif à diviser : le colorant caramel (E150d sur l’étiquette) utilisé dans les boissons au cola est également suspecté d’être cancérigène. En effet, sous l’effet de la chaleur, le colorant peut former un composé chimique, le 4-méthylimidazole (abrégé 4-MEI) qui serait toxique pour le corps à fortes doses (360 mg par kilo de masse corporelle). Une étude réalisée en 2012 sur des rats a confirmé ce risque4. Le colorant est d’ailleurs interdit en Californie5, mais une fois encore toutes les études ne sont pas d’accord sur son pouvoir cancérigène.

     

     

     

    Les sodas favorisent la déminéralisation

    Les sodas favorisent la déminéralisation

    De manière générale, il est important de maintenir un équilibre entre le calcium et le phosphore dans l’organisme. Ces deux minéraux jouent un rôle important dans le métabolisme osseux : le rapport entre le phosphore et le calcium doit être compris entre 0,8 et 1 pour une bonne calcification. Si un excès de phosphore est bien supporté par l’organisme, il peut à long terme provoquer une décalcification, car il réduit dans ce cas l’absorption du calcium.

    Or, l’acide phosphorique est employé dans les boissons non alcoolisées comme régulateur de pH, et principalement dans les sodas au cola. Ainsi, une étude réalisée sur des adolescentes et jeunes femmes âgées entre 10 et 22 ans a montré une corrélation entre la consommation de soda et un niveau plus faible de calcium dans le sang, ainsi qu’une concentration plus importante de calcium et de phosphore dans les urines1. Ce déficit en calcium augmenterait, à terme, le risque d’ostéoporose.

     

     

    Les sodas provoquent des caries

    Les sodas provoquent des caries

    Comme cela a déjà été mentionné, les sodas sont riches en sucres ajoutés, or il est largement reconnu que ces derniers sont fortement impliqués dans l’apparition de caries dentaires1. La déminéralisation que peut entraîner le soda touche également la dentition en provoquant une érosion de l’émail2.

    Une étude réalisée aux Etats-Unis3 a d’ailleurs montré que la consommation de soda est responsable du développement de caries chez les jeunes enfants. Ce sont les acides (phosphorique, citrique…) présents dans les sodas qui causent l’érosion de l’émail. A titre d’exemple, l’eau a un pH neutre de 7 quand le Coca-Cola normal a un pH acide de 2,44.

    Ainsi, adulte ou enfant, il est préférable de limiter sa consommation de soda pour maintenir une bonne santé dentaire.

     

     

    Les sodas entraîneraient des troubles du comportement

    Les sodas entraîneraient des troubles du comportement

    Le fait de boire régulièrement des sodas serait associé à une augmentation des comportements violents, notamment chez les enfants et les adolescents. Une étude a été réalisée en 2013 sur 2 929 enfants de 5 ans, dont 43% consommaient au moins 1 soda par jour1 (la fréquence pouvant aller jusqu’à plus de 4 par jour). Les résultats ont montré que les enfants consommant au moins 1 soda par jour avaient un comportement plus agressif et destructeur que ceux qui n’en consommaient pas du tout. En outre, ceux qui consommaient au moins 4 sodas par jour présentaient davantage de problèmes d’attention que les autres. Les mêmes chercheurs ont réalisé en 2014 une autre étude cette fois-ci sur des lycéens américains2. Ils sont arrivés à des conclusions semblables : une plus grande propension à la bagarre, mais aussi un plus grand risque de souffrir de tristesse, de dépression, et même d’avoir des pensées et comportements suicidaires, ceux-ci augmentant proportionnellement à la quantité journalière de sodas.

    Même si le lien de cause à effet n’a pas été prouvé dans ces études, on suppose que ces résultats sont dus à la teneur en caféine des sodas, qui peut causer entre autres de l’impulsivité et de la dépression. 

     

     

    Les sodas augmenteraient le risque de crise cardiaque

    Les sodas augmenteraient le risque de crise cardiaque

    Plusieurs groupes de chercheurs sont arrivés à la conclusion que la consommation de sodas, et plus précisément de sodas allégés en sucre1,2, aggravaient le risque de faire une crise cardiaque. Une étude réalisée en 2012 et ayant observé des cas de crise cardiaque chez 1 416 hommes et 2 938 femmes a quant à elle montré que les personnes qui consommaient le plus de sodas, qu’ils soient classiques ou light, étaient plus susceptibles de faire des crises cardiaques3. Le remplacement des sodas par d’autres boissons (comme du café, décaféiné ou non) permettait de réduire le risque de crise de cardiaque d’environ 10%.

    Cependant, on reproche parfois à ces études d’être de mauvaise qualité : considérer le facteur de la consommation de soda isolément manque de pertinence, car c’est l’hygiène de vie dans sa totalité qui peut avoir un impact sur le risque cardiovasculaire. Ainsi, il est possible que les personnes friandes de soda soient aussi amatrices de fast-food et demeurent peu actives. La corrélation entre la consommation de soda et l’augmentation du risque de crise cardiaque soulève donc encore des doutes.

     

    Samira Leroux

     
     
     
     

    Sources

    prise de poids

    1. Babey SH, Jones M, Yu H, et al., Bubbling over: soda consumption and its link to obesity in California, Policy Brief UCLA Cent Health Policy Res, 2009
    2. Ma J, Sloan M, Fox CS, et al., Sugar-sweetened beverage consumption is associated with abdominal at partitioning in healthy adults, J Nutr, 2014
    3. Park S, Sherry B, Foti K, et al., Self-reported academic grades and other correlates of sugar-sweetened soda intake among US adolescents, J Acad Nutr Diet, 2012
    4. Meena Hart Duerson, Step away from the soda, says biologist: Fizzy drinks can cause permanent weight gain, www.nydailynews.com, 2012

    manger davantage

    1. M. Hyman, Why Calories Don’t Matter, www.huffingtonpost.com, 2014
    2. Shapiro A, Tümer N, Gao Y, et al., Prevention and reversal of diet-induced leptin resistance with a sugar-free diet despite high fat content, Br J Nutr, 2011

    risque de diabète de type 2

    1. Sakurai M, Nakamura K, Miura K, et al., Sugar-sweetened beverage and diet consumption and the 7-year risk for type 2 diabetes mellitus in middle-aged Japanese men, Eur J Nutr, 2014
    2. Nettleton JA, Lutsey PL, Wang Y, et al., Diet soda intake and risk of incident metabolic syndrome and type 2 diabetes in the Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis (MESA), Diabetes Care, 2009

    substances potentiellement cancérigènes

    1. Mallikarjun S, Sieburth RM, Aspartame and risk of cancer: A meta-analytic review, Arch Environ Occup Health, 2013
    2. Marinovic M, Galli CL, Bosetti C, et al., Aspartame, low-calorie sweeteners and disease: regulatory safety and epidemiological issues, Food Chem Toxicol, 2013
    3. Soffritti M, Padovani M, Tibaldi E, et al., The carcinogenic effects of aspartame: The urgent need for regulatory re-evaluation, Am J Ind Med, 2014
    4. Jacobson MF, Carcinogenity and regulation of caramel colorings, Int J Occup Environ Health, 2012
    5. Risques alimentaires, la réglementation sur les sodas, www.alimentation.gouv.fr/sodas, 2012

    Les sodas favorisent la déminéralisation

    1. Mahmood M, Saleh A, Al-Alawi F, et al., Health effects of soda drinking in adolescent girls in the United Arab Emirates, J Crit Care, 2008

    Les sodas provoquent des caries

    1. Freeman R, Moderate evidence support a relationship between sugar intake and dental caries, Evid Based Dent, 2014
    2. Kaplowitz GJ, An update on the dangers of soda pop, Dent Assist, 2011
    3. Lim S, Tellez M, Ismail Al, Dental caries development among African American children: results from a 4-year longitudinal study, Community Dent Oral Epidemiol, 2015
    4. D M. Buyer, Are you drinking your teeth away? How soda and sports drinks dissolve enamel, 2009

    des troubles du comportement

    1. Suglia SF, Solnick S, Hemenway D, Soft drinks consumption is associated with behavior problems in 5-year-olds, J Pediatr, 2013
    2. Solnick SJ, Hemenway D, Soft drinks, aggression and suicidal behaviour in US high school students, Int J Contr Saf Promot, 2014

    risque de crise cardiaque

    1. C. Laino, Is Diet Soda Linked to Heart, Stroke Risk?, www.webmd.com, 2011
    2. N. Ferrari, Is there a link between diet soda and heart disease?, www.health.harvard.edu, 2012
    3. Bernstein AM, de Koning L, Flint AJ, et al., Soda consumption and the risk of stroke in men and women, Am J Clin Nutr, 2012

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • medisite.fr

    Le top 10 des aliments détox

     

    Anti ballonnements, anti cancer, minceur... Tour d'horizon des 10 aliments les plus riches en antioxydants et leurs bienfaits détox incroyables avec Valérie Orsoni, coach minceur et auteur du Régime Bootcamp.

    La banane anti rétention d'eau

    "La banane est une source fantastique de potassium qui aide à réguler le niveau des fluides dans le corps", explique Valérie Orsoni dans son livre Le régime Bootcamp. Cet effet stimulant aide à éliminer urine et transpiration qui contiennent des toxines et réduit le risque de rétention d'eau. En clair, vous allez dégonfler !

     

     

    La pomme élimine les métaux lourds et rassasie

    Pour un effet détox garanti, il faut choisir des pommes bio sans pesticides. "C'est la pectine de la pomme qui nous intéresse principalement dans le cadre de notre objectif détox", explique Valérie Orsoni. Cette fibre soluble aide l'organisme à éliminer les métaux lourds et additifs alimentaires et provoque une sensation de satiété pour éviter d'avoir envie de manger d'autres bêtises après.

     

     

    L'avocat, un allié anti bourrelets

    Un aliment gras qui aide à maigrir c'est possible avec l'avocat... à condition de ne pas le manger avec de la mayonnaise bien sûr ! Selon Valérie Orsoni, ce fruit contient du glutathion, un agent antiradicalaire qui "permet de transformer les toxines stockées dans le gras en toxines solubles dans l'eau". Cela favorise leur élimination et réduit le risque de stockage... donc de bourrelets.

     

     

    L'artichaut stimule les intestins

    Comment les toxines arrivent dans nos intestins ? Par la bile ! Or, "de récentes études ont démontré que la quantité de bile augmente de plus de 100% en moins de 30 minutes après la consommation d'un artichaut" rappelle la coach Valérie Orsoni. Du coup, l'élimination des toxines par le système digestif est largement stimulée.

     

     

    La betterave pour nettoyer son foie

    Méthionine et bétanine. Derrière ces deux mots savants se cachent des antioxydants puissants contenus dans la betterave qui aident le foie à éliminer les acides gras.

     

     

    Le sarrasin fait baisser le cholestérol et le sucre

     
    "Ma graine chérie", s'exclame Valerie Orsoni, coach minceur et bien-être. Selon elle, le sarrasin c'est LA plante bio à consommer car elle ne demande "ni fongicides, ni herbicides pour pousser". Riche en fibres, le sarrasin aide à faire baisser le cholestérol et le sucre dans le sang et en plus il est sans gluten. Aucun risque d'indigestion pour les intolérants. Le sarrasin contient également des acides phénoliques qui auraient un rôle antioxydant "et aideraient à prévenir certains cancers et maladies cardiovasculaires" selon notre interlocutrice.
     
     
     

    Le cresson, un aliment anti cancer

    II a été démontré que ceux qui consomment du cresson tous les jours (une salade par jour) excrètent un taux bien plus élevé de carcinogènes, explique Valérie Orsoni. Une preuve scientifique qui prouve les effets antioxydants de ce crucifère. A adopter donc aussi souvent que possible dans son alimentation. 

     

     

    L'ail écrasé pour mieux éliminer

    L'ail contient de l'allicine, une molécule qui vient se coller aux toxines et stimule les intestins pour favoriser leur élimination. Mais attention : l'allicine ne se libère que si l'ail est écrasé avant. Pour Valérie Orsoni, "en ajouter dans ses plats doit devenir une habitude".

     

     

    Le pruneau stimule le transit

    Acide tartrique, isatin diphenyl et sorbitol. Voici trois laxatifs naturels qui sont contenus dans le pruneau. Grâce à ce fruit, le transit est stimulé et l'élimination des toxines aussi.

     

     

    Le tofu aide à éliminer les métaux lourds

    Le tofu n'est pas seulement l'allié des végétariens. C'est aussi un excellent antioxydant. "Le tofu s'agglutine avec les métaux lourds et aide le corps à les excréter" explique Valérie Orsoni. Dans son livre*, elle cite une étude de l'université d'Harvard qui aurait démontré qu'une consommation quotidienne de tofu réduit les toxines de 10%.

    *Le régime Bootcamp

     

     

    Publié par Bénédicte Demmer, rédactrice santé

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • passeportsante.net

    5 huiles essentielles à toujours avoir dans sa pharmacie

     

    Les huiles essentielles possèdent des vertus thérapeutiques qui peuvent soigner ou prévenir les maux de la vie quotidienne. PasseportSanté vous propose de découvrir 5 huiles essentielles indispensables à avoir dans son armoire à pharmacie.

     

     

    L’huile essentielle de lavande vraie calme le stress

    L’huile essentielle de lavande vraie calme le stress

    L’huile essentielle de lavande vraie (lavandulaangustifolia) compte une multitude de propriétés et de vertus c'est pourquoi on la surnomme  "panacée universelle".

    Cette essence aromatique a toute sa place dans l’armoire à pharmacie car elle possède de nombreuses vertus : elle soulage l’anxiété, la nervosité, l’insomnie, les ballonnements et les troubles digestifs.

    La commission E1 reconnaît notamment l’usage de la lavande pour lutter contre les troubles de l’agitation et de l’anxiété.

    Pour calmer ces troubles, plusieurs utilisations permettent de profiter des bienfaits de l’huile essentielle de lavande :

    • On préconise de diluer 1 à 4 gouttes d’huile essentielle de lavandula angustifolia, par jour et avant le coucher, dans une huile végétale. Il est également possible d’inhaler ces arômes volatiles thérapeutiques, il suffira de disposer 2 à 4 gouttes d’huile essentielle de lavande dans un diffuseur.
    • Par voie externe, on peut appliquer jusqu’à 5 gouttes d’huile essentielle de lavande , diluées dans de l’huile végétale de jojoba par exemple, au niveau des avant bras et du plexus solaire zone situé au niveau de l’estomac, juste au dessous du sternum. 

    L’huile essentielle de lavande  fait partie de la famille des huiles essentielles présentant une certaine innocuité et est généralement bien tolérée.

    Les huiles essentielles possèdent des principes actifs puissants et elles peuvent être contre-indiquées dans certains cas (femmes enceintes, enfants d’un certain âge). Elles ne se consomment pas pures. Il est important de demander conseil à votre professionnel de santé et de respecter rigoureusement la posologie indiquée.

     

     

     

    L’huile essentielle de menthe poivrée soulage les céphalées

    L’huile essentielle de menthe poivrée soulage les céphalées

    Les céphalées (= maux de tête) sont largement répandues et peuvent avoir différentes origines : manque de sommeil, stress permanent, anxiété, hygiène de vie, mode alimentaire…

    L’huile essentielle de menthe poivrée (mentha x piperita) qui possède des propriétés analgésique et anesthésique peut constituer un remède à ces maux de tête.

    Les femmes sont beaucoup plus touchées1  par les ​maux de tête que les hommes d’autant plus que les céphalées sont parfois favorisées par les troubles féminins tels que la ménopause ou les cycles menstruels.

    Ces douleurs plus ou moins intenses sont souvent incommodantes et arrivent parfois à la limite du supportable. Elles peuvent affecter le quotidien en renforçant l’état de fatigue et en contribuant à la baisse de la concentration et des facultés intellectuelles.

    Par voie externe,  il suffira de disposer 2 à 4 gouttes d’huile essentielle de menthe poivrée au niveau des tempes et de la nuque  et de procéder à un massage circulaire. La synergie alliant bienfaisance du massage et propriétés de l’huile essentielle de menthe poivrée devrait rapidement atténuer la douleur et la gêne. 

    Si la douleur persiste, il est recommandé de se rendre chez son professionnel de santé.

    Les huiles essentielles possèdent des principes actifs puissants et elles peuvent être contre-indiquées dans certains cas (femmes enceintes, enfants d’un certain âge etc). Elles ne se consomment pas pures. Il est important de demander conseil à votre professionnel de santé et de respecter rigoureusement la posologie indiquée.

     

     

     

    L’huile essentielle de girofle pour lutter contre le mal de dents

    L’huile essentielle de girofle pour lutter contre le mal de dents

    On a beau identifier les origines d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire : alimentation, tabac, alcool, etc, à l’arrivée du mal de dents, on ne souhaite qu'une seule chose : que cela cesse rapidement !

    Le clou de girofle est reconnu par la Commission E1  dans son action contre le traitement de la douleur dentaire grâce à sa composition en eugénol, unantiseptique et analgésique

    Les douleurs dentaires peuvent vite devenir invivables voire paralysantes avec une incapacité pour parler et/ou manger. Dans certains cas, la douleur peut se prolonger jusqu’à la tête et la nuque.

    L’huile essentielle de clou de girofle (eugenia caryophyllus) sera très appréciée dans l’armoire à pharmacie en attendant le rendez-vous chez le dentiste.

    Vous pouvez disposer jusqu’à 3 gouttes d’huile essentielle de clou de girofle sur un coton tige et l’appliquer directement sur la zone infectée, sans l’avaler, pour engourdir le nerf et atténuer la douleur.

    Les douleurs dentaires ont  différentes origines, il est alors vivement recommandé de consulter son professionnel de santé dès leur apparition pour prévenir leur évolution et soigner l’infection au plus vite.

    Les huiles essentielles possèdent des principes actifs puissants et elles peuvent être contre-indiquées dans certains cas (femmes enceintes, enfants d’un certain âge etc). Elles ne se consomment pas pures. Il est important de demander conseil à votre professionnel de santé et de respecter rigoureusement la posologie indiquée.

     

     

     

    L’huile essentielle de géranium, essentielle à la vie quotidienne

    L’huile essentielle de géranium, essentielle à la vie quotidienne

    En aromathérapie, on utilise seulement quelques variétés de géraniums alors qu’il en existe des centaines. 

    L’huile essentielle de géranium Pelargonium graveolens, Pelargonium odorantissimum possède une délicieuse odeur capable d’exalter les sens. Son arôme envoûtant accompagne la fabrication de certains parfums.

    Mais, cette essence végétale a de nombreux autres atouts qui vont surtout servir aux « petits bobos » du quotidien. Les mauvais coups ou les chutes provoquant des plaies ou des ecchymoses font partie des accidents domestiques bénins fréquents, les bienfaits de l’huile essentielle de géranium seront alors appréciés.

    En cas de plaie, les propriétés antalgiques de cette essence vont traiter la douleur et ses vertus hémostatiques et antiseptiques vont stopper les saignements et favoriser la cicatrisation en désinfectant la zone irritée. On peut également utiliser l’huile essentielle de géranium  en cas d’ecchymoses. 

    Par ailleurs, l'huile essentielle de géranium peut venir en aide à une des maladies de la peau les plus répandues : les mycoses cutanées superficielles.
    Contagieuses, elles sont liées à la prolifération de champignons invisibles à l’œil nu. Elles touchent les enfants et les adultes. L’infection peut s’étendre et s’accompagner de démangeaisons, de desquamations ou d’autres lésions. Pouvant être très gênantes, elles nécessitent un traitement fongicide (= qui détruit les champignons).
    L’huile essentielle de géranium se révèle être une solution d’aromathérapie efficace, avec son action antifongique puissante, elle viendra combattre l’infection liée à la mycose cutanée.

    Si la plaie, les saignements, ou l’ecchymose sont trop importants, il faut se rendre immédiatement chez son professionnel de santé ou dans certains cas alerter les secours.

    Les huiles essentielles possèdent des principes actifs puissants et elles peuvent être contre-indiquées dans certains cas (femmes enceintes, enfants d’un certain âge etc). Elles ne se consomment pas pures. Il est important de demander conseil à votre professionnel de santé et de respecter rigoureusement la posologie indiquée.

     

     

     

    L’huile essentielle de citron aide à la digestion

    L’huile essentielle de citron aide à la digestion

    Le citron est un fruit aux multiples propriétés. Il est largement répandu et on le retrouve aussi bien dans l’alimentation, les cosmétiques, les produits ménagers que dans le domaine médical.

    Par moment, l’organisme aura du mal à digérer les aliments, ce peut être du à des excès ou des mauvais choix alimentaires ou à d’autres facteurs comme l’anxiété.

    L’huile essentielle de citron se présente alors comme une alliée de la digestion en stimulant l’action de la vésicule biliaire, du pancréas et du foie. La production et le stockage de la bile vont alors optimiser la digestion des glucides et des lipides.

    Sa composition en vitamine C apporterait du tonus et renforcerait le système immunitaire.

    C’est donc sans grande surprise que l’huile essentielle de citron a toute sa légitimité dans la pharmacie maison.

    Malgré son goût acidulé, le citron est un alcalin qui favorise le retour à l’équilibre acido-basique de l’organisme.

    Les fêtes de fin d’année ou les changements de saisons vont modifier les habitudes alimentaires et mettre l’organisme à l’épreuve d’une nouvelle adaptation non sans mal. Grâce à ses vertus, cette essence aromatique saura l’accompagner et le soulager.

    Les huiles essentielles possèdent des principes actifs puissants et elles peuvent être contre-indiquées dans certains cas (femmes enceintes, enfants d’un certain âge etc). Elles ne se consomment pas pures. Il est important de demander conseil à votre professionnel de santé et de respecter rigoureusement la posologie indiquée.

     

     

     

     
     
     
     
     

    Sources

    lavande vraie

    1. Les 24 membres de la Commission E constituaient un panel interdisciplinaire exceptionnel qui comptait des experts reconnus en médecine, en pharmacologie, en toxicologie, en pharmacie et en phytothérapie. De 1978 à 1994, ces spécialistes ont évalué 360 plantes en se basant sur une documentation très fournie comprenant, entre autres, des analyses chimiques, des études expérimentales, pharmacologiques et toxicologiques ainsi que des recherches cliniques et épidémiologiques. Le premier jet d'une monographie était révisé par tous les membres de la Commission E, mais aussi par des associations scientifiques, des experts universitaires et d'autres spécialistes.
    2. Huiles essentielles mode d’emploi, nerys purchon
    3. Huiles essentielles chémotypées, a.Zhiri, D.Baudoux, M.L Breda
    4. Aromathérapie, DR J.Valnet

    menthe poivrée

    1. Les maux de tête (céphalées) sont-ils fréquents (l’organisation mondiale de la santé)
    2. Huiles essentielles mode d’emploi, nerys purchon
    3. Huiles essentielles chémotypées, a.Zhiri, D.Baudoux, M.L Breda
    4. Aromathérapie, DR J.Valnet

    girofle

    1. Les 24 membres de la Commission E constituaient un panel interdisciplinaire exceptionnel qui comptait des experts reconnus en médecine, en pharmacologie, en toxicologie, en pharmacie et en phytothérapie. De 1978 à 1994, ces spécialistes ont évalué 360 plantes en se basant sur une documentation très fournie comprenant, entre autres, des analyses chimiques, des études expérimentales, pharmacologiques et toxicologiques ainsi que des recherches cliniques et épidémiologiques. Le premier jet d'une monographie était révisé par tous les membres de la Commission E, mais aussi par des associations scientifiques, des experts universitaires et d'autres spécialistes.
    2. Santé bucco-dentaire, l’organisation mondiale de la santé.
    3. Huiles essentielles mode d’emploi, nerys purchon
    4. Huiles essentielles chémotypées, a.Zhiri, D.Baudoux, M.L Breda
    5. Aromathérapie, DR J.Valnet

    géranium

    1. mycoses cutanées, ameli-santé
    2. Les mycoses cutanées, pharmaconseils
    3. Huiles essentielles mode d’emploi, nerys purchon.
    4. Huiles essentielles chémotypées, a.Zhiri, D.Baudoux, M.L Breda.
    5. Huiles essentielles chémotypées, a.Zhiri, D.Baudoux, M.L Breda.

    citron

    1. Huiles essentielles mode d’emploi, nerys purchon
    2. Huiles essentielles chémotypées, a.Zhiri, D.Baudoux, M.L Breda.
    3. Aromathérapie, DR J.Valnet.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    15 raisons pour lesquelles les patates douces

    sont parfaites pour les diabétiques

     

    patates-douces

     

     

    Les patates douces ont la même constitution que les pommes de terre ordinaires, mais elles appartiennent à une famille différente. On peut appeler cela un type unique de pomme de terre, qui existe en différentes couleurs, ressemble à de l’igname et a d’excellentes valeurs nutritionnelles. La patate douce la plus courante est la jaune-orange ou blanche/couleur chair.

     

    La douceur de la patate douce vient du bêta-carotène. Notre corps l’utilise pour produire de la vitamine A, c’est pourquoi on l’appelle de la provitamine A. S’il vous arrive de tomber sur des patates douces à la chair violette, vous devriez les acheter immédiatement car elles sont remarquablement riches en antioxydants (plus que les myrtilles).

    15 faits nutritionnels:

    1. Parfaite pour les diabétiques: Beaucoup de personnes atteintes de diabète de type 2 aiment les pommes de terre, mais ne peuvent pas se permettre l’amidon. Les patates douces sont une excellente alternative. Les patates douces sont considérées comme un super aliment pour les diabétiques, dit l’American Diabetes Association (AMA). Elles se sont avérées capables de stabiliser le taux de glycémie en diminuant la résistance à l’insuline grâce à leurs sucres naturels et les fibres qu’elles contiennent.

    2. Digestion: les fibres alimentaires sont importantes pour un appareil digestif en bonne santé, et les patates douces en contiennent beaucoup. Elles aident à la prévention du cancer du côlon et à soulager la constipation.

    3. Prévient l’emphysème: les fumeurs souffrent d’emphysème (destruction des alvéoles pulmonaires) et sont déficients en vitamine A. Les caroténoïdes dans la patate douce que le corps utilise pour produire de la vitamine A aident à la régénération de l’appareil respiratoire.

    4. Système immunitaire: la vitamine D est importante pour le fonctionnement de la glande thyroïde, des dents, de la peau, du cœur, des nerfs, des os et des niveaux d’énergie, et les patates douces sont une excellente source de vitamine D.

    5. Santé cardiaque: la fonction cardiaque peut être améliorée dans l’ensemble grâce au potassium, qui réduit l’impact du sel, contrôle la pression artérielle et équilibre les électrolytes. La vitamine B6 contenue dans la patate douce peut aider à prévenir les AVC, les crises cardiaques et les maladies dégénératives.

    6. Muscles et tissus sains: le potassium peut aider les athlètes à réduire les crampes et les gonflements, peut leur fournir de l’énergie et détend les contractions musculaires. Il régule également les signaux nerveux et les battements cardiaques.

    7. Antioxydant: les caroténoïdes soulagent la goutte, l’arthrite et l’asthme, réduisent les effets du vieillissement et protègent contre les cancers du sein et du poumon.

    8. Développement du fœtus: il est très important que les femmes enceintes consomment de l’acide folique, si elles veulent un tissu fœtal et un développement des cellules sains, et les patates douces sont une excellente source d’acide folique.

    9. Anti-stress: la teneur en potassium régule l’équilibre hydrique du corps, augmente le flux d’oxygène et normalise les battements du cœur, alors que le magnésium présent dans les patates douces agit comme un agent anti-stress.

    10. Vitamine C: elles sont riches en vitamine C, une vitamine essentielle pour le bon fonctionnement de l’ensemble du corps.

    11. Anémie: comme elles sont riches en fer, elles aident lutter contre l’anémie car le fer joue un rôle important dans la production de globules blancs et rouges.

    12. Peau jeune: si vous voulez faire bouillir vos patates douces, gardez l’eau de cuisson pour votre peau. Elle peut apaiser les endroits irrités, nettoyer vos pores et absorber les impuretés. La vitamine C aidera à la production de collagène tandis que la vitamine E permettra d’améliorer le teint de la peau. De plus, vous pouvez atténuer les rides, les poches des yeux et les cernes grâce aux anthocyanes.

    13. Symptômes prémenstruels: traitez les symptômes prémenstruels grâce au manganèse et au fer présents dans les patates douces.

    14. Qualité des cheveux: le bêta-carotène favorise la croissance des cheveux et prévient les problèmes comme les pellicules et les cheveux abîmés.

    15. Minéraux: elles sont riches en minéraux comme le potassium, la manganèse, le calcium, la magnésium et le fer, qui sont importants pour les glucides, les protéines et le métabolisme des enzymes.

    Toutefois, si vous avez des antécédents de calculs urinaires d’oxalate, vous pourriez devoir éviter les patates douces ou consulter un médecin.

     

     

    Sources:
    Body+Soul
    Everyday Health
    Daily Nutrition News
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    5 herbes qui peuvent réduire instantanément la pression artérielle

     

    pression

     

     

    Réduire votre tension artérielle est vital pour vous assurer une vie plus saine. Une haute pression artérielle peut entraîner un certain nombre de complications dont le risque accru de crise cardiaque, de maladies rénales, de problèmes de vue, d’insuffisance cardiaque, d’infarctus et de beaucoup d’autres problèmes – tous ceux que vous ne voulez pas avoir.

    Ajoutez juste ces herbes à vos repas (ou boissons) et appréciez les bénéfices de la réduction de la pression artérielle. Ces herbes peuvent faire partie de votre Approche Diététique pour Arrêter l’Hypertension (régime DASH) et elles sont sûres puisqu’elles sont biologiques et naturelles.

     

    L’ail

    C’est un ingrédient commun mais certaines personnes le retirent de leur assiette dès qu’ils l’aperçoivent. Ne faites pas ça. C’est l’un des meilleurs aliments pour aider à faire baisser la tension et à améliorer la circulation. Des études cliniques par le Clinical Research Center de New Orleans a révélé que l’ail contient de l’allicine, une substance qui peut réduire les accès d’hypertension.

     

    Les oignons

    Les oignons sont riches en antioxydants flavonols et quercetine. Un test a révélé que les gens qui mangent des oignons régulièrement ont des pressions diastoliques et systoliques réduites. Ceci signifie que le coeur travaille moins et par conséquent subit moins de stress.

     

    La cannelle

    Nous avons déjà présenté cette épice et le referons car la cannelle peut accomplir des merveilles. Elle peut baisser la pression sanguine et même combattre le diabète. Une étude conduite récemment à révélé que des sujets qui buvaient des infusions avec de la cannelle ont des niveaux de sucre sanguin plus bas.

     

    L’origan

    Les feuilles de cette petite plante sont riches en carvacrol, un composé qui peut réduire significativement la pression artérielle, les tensions diastoliques et systoliques et le rythme cardiaque d’une façon similaire à celle de l’oignon.

     

    Les olives

    L’huile d’olive peut faire baisser votre hypertension. Elle fait partie du régime méditerranéen et elle pourrait être l’une des raisons pour lesquelles les gens de ces régions sont connus pour avoir une tension cardiaque saine. Le fruit lui-même a le même effet, à condition de le trouver sans sel, ce qui est rare, sauf parfois en magasin bio.

     

    Ces plantes agissent rapidement et peuvent être consommées régulièrement. Essayez de les inclure dans votre alimentation quotidienne et ressentez la différence. Elles peuvent non seulement améliorer le goût de vos repas mais vous devriez en ressentir les bienfaits très vite!

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Six étapes simples pour perdre du poids

    pendant que vous dormez

     

    perdre-du-poids

     

     

    C’est vrai que la nuit est super pour les rencontres, regarder des films en s’empiffrant, travailler, bavarder au téléphone – ou tout ce que vous voulez. Mais savez-vous en quoi elle est super aussi? Vous préparer à perdre du poids avec des résultats bien meilleurs et plus visibles. Il suffit de suivre les conseils qui suivent pour vous approcher bien plus efficacement de votre objectif de perte de poids.

     

     

    Prenez un dîner avec peu de sel

    « Si vous voulez vous réveiller en vous sentant moins boursouflé, oubliez surtout le dîner chinois » déclare Keri Gans, nutritionniste, auteur de The Small Change Diet (le Régime des petits changements). En effet, le sel reste dans votre système digestif pendant la nuit, et vous vous réveillez plus boursouflé qu’à l’habitude. La meilleure option est de préparer un repas sain de légumes cuits à la vapeur avec des protéines maigres – et très peu de sel.

     

     

    Faites de l’exercice à la nuit tombée

    Vous savez que la transpiration peut vous aider à perdre du poids, mais vous pensez peut-être que faire de l’exercice avant de se coucher peut vous empêcher de dormir. Heureusement, ce n’est pas vrai. Une enquête de la Fondation Nationale du Sommeil (National Sleep Foundation) a constaté que les personnes faisant de l’exercice avaient 56 à 67 % plus de chances de dire qu’elles dormaient bien – quelle que soit l’heure à laquelle elles font de l’exercice.

     

     

    Emportez votre déjeuner au travail

    Le repas au restaurant contient en moyenne plus de deux fois le nombre de calories que vous devriez consommer lors d’un seul repas, selon une étude de 2013 – et ceci sans même tenir compte des efforts que vous ferez pour vous limiter si vous essayez de perdre du poids. Mais le matin, c’est la course, qui a le temps de se préparer un repas à emporter? Epargnez-vous un repas du midi qui va saboter vos efforts de régime en préparant ce repas le soir précédent. (Nous adorons particulièrement les salades préparées à l’avance à emporter dans un récipient en verre).

     

     

    Buvez beaucoup d’eau

    L’eau nettoie votre système, ce qui vous aide à vous débarrasser de toute l’eau que vous retenez. Mais comme vous ne voulez pas être debout toute la nuit à courir aux toilettes (et c’est essentiel de bien dormir pour la perte de poids), Gans suggère que vous arrêtiez de boire de l’eau une heure avant d’aller vous coucher.

     

     

    Assurez-vous que votre chambre est bien dans l’obscurité

    La mélatonine peut aider votre corps à produire plus de graisse brune qui brûle les calories, selon une étude sur les animaux publiée l’année dernière dans le Journal de la Recherche sur la Glande Pinéale (Journal of Pineal Research). Puisque votre corps produit déjà de la mélatonine quand vous êtes dans l’obscurité complète, assurez-vous que votre chambre est exempte de lumière pour stimuler la perte de poids.

     

     

    Baissez le thermostat avant d’aller au lit

    L’idée de brûler plus de calories pendant que vous dormez peut sembler trop belle pour être vraie, mais une étude d’un Centre Clinique de l’Institut Américain de la Santé a montré que les personnes qui dorment dans une pièce dont la température ambiante est de 19°C brûlent 7% de calories en plus que celles qui dorment à 24°C. 7% n’est pas énorme – mais c’est déjà ça.

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    LE JUS D'HERBE DE BLÉ

    jus_herbe

     

     

     

    Depuis les temps bibliques, on a vanté les vertus étonnantes de la chlorophylle et du jus vert des herbes. Les incertitudes des temps à venir nous portent à organiser des retours aux sources qui, pour autant qu’elles ont prouvé leur efficacité à travers les siècles, ont été occultées pour ne pas faire de tort aux commerces orientés.Le jus d’herbe de blé est véritablement un produit miracle. Le Docteur Schnabel estimait que 1 kg d’herbe de blé fraîche est l’équivalent en valeur nutritionnelle globale de 22 kg de légumes ordinaires courants.

     

    Des propriétés exceptionnelles du jus d’herbe de blé

     

    • Un effet antimutagène

    Le Dr Yoshihide Hajiwara et son équipe japonaise ont prouvé que les enzymes et acides aminés présents dans le jus d’herbe de blé désactivaient les effets cancérigène du benzopyrène 3, 4 des viandes grillées – ainsi que les poisons présents dans les gaz d’échappement. Une expérimentation récente du Dr Chiu-Nan de l’Université du Texas va dans le même sens. Par ailleurs, le Dr Lai a montré que le jus d’herbe de blé avait, en plus de son pouvoir antimutagène, un pouvoir antinéoplasique (atténue les tumeurs) sans la toxicité des médicaments officiels.

    • Un effet antipollution

    Inclus dans le régime alimentaire, il apparaît que 25 ml de jus d’herbe de blé prémunit contre l’ensemble de la pollution par quelques enzymes particulièrement efficaces qui stimulent le système immunitaire. Il s’agit de la SOD (Superoxyde dismutase), la protéase, l’amylase et la catalase.

     

    • Un effet dépuratif du sang

    Le jus d’herbe de blé purifie le sang en digérant les toxines cellulaires par un apport de bioflavonoïdes, d’acides aminés et d’enzymes spécifiques. Ainsi, des produits comme le cadmium, le strontium, le mercure, le chlorure de polyvinyle peuvent être éliminés.

     

    • Un effet anti-radioactivité

    Ce danger nous guette partout et beaucoup plus que nous le pensons. On a pu constater l’effet protecteur de l’herbe de blé contre les radiations, même à forte dose, sur des cobayes ayant reçu des doses létales de rayons ionisants.

     

    • Un effet régénérateur du sang

    30 % des femmes pubères américaines seraient actuellement atteintes d’anémie ferriprive. La chlorophylle a largement prouvé son efficacité pour ce problème. Dans son ouvrage « Chlorophyll magic from living plant life », le Dr Bernard Jensen mentionne des cas où il vit se multiplier par deux le nombre de globules rouges en quelques jours, simplement avec des bains contenant de la chlorophylle.

    Par ailleurs, le jus de blé amène une oxygénation protectrice du sang permettant une défense notoire contre les pathologies anaérobies. C’est un excellent remède contre tous les phénomènes d’asphyxie cellulaire par sous-oxygénation, vecteurs de vieillissement précoce et de dégénérescence.

    Rappelons-nous la remarquable similitude de la chlorophylle avec l’hémoglobine où l’ion fer est remplacé par un ion magnésium.

     

    • Un effet régénérateur et stimulant du foie

    Cet effet a été confirmé par le Dr Wattenburg de l’Université du Minnesota et le Dr Charles Schnabel qui a travaillé sur des groupes de poules.

     

    • Un effet déodorant et déconstipant

    Ces effets ont déjà été relatés dans « Vérité Santé Pratique » n° 78. De plus, la chlorophylle réduit les gaz intestinaux. Au sujet des odeurs, l’expérience des Drs Morishita et Hotta, scientifiques japonais, est édifiante : des volontaires ayant mangé de l’ail ont ensuite absorbé 3 à 12 g de chlorophylle. Au bout de vingt minutes on ne trouvait plus d’odeur dans leur haleine.

    Par ailleurs, le Dr Houvart Westcott montra (dans ses tubes à essai) que la chlorophylle pouvait neutraliser le tabac et l’alcool – intéressant !

     

    • En cataplasmes (linge imbibé de jus) :

    – il supprime les démangeaisons instantanément,
    – il soulage les coups de soleil,
    – c’est un bon désinfectant,
    – c’est un astringent qui resserre les peaux distendues et relâchées,
    – il répare les cheveux abîmés en friction une heure avant le shampoing,
    – il soigne les blessures, les brûlures, les irritations, les pieds d’athlète, les piqûres d’insectes, les furoncles, les abcès…,
    Il convient de remplacer les cataplasmes toutes les 3 heures en moyenne.
    – Pour favoriser le sommeil, placer un ou deux plateaux d’herbe de blé près de la tête de votre lit. Cela va générer des ions négatifs favorables au sommeil profond.
    – Si votre animal de compagnie paraît en mauvais état, ajoutez un peu d’herbe fraîche hachée à sa pâtée. Vous pouvez aussi frictionner sa fourrure avec le jus. Il va ensuite se lécher.

     

     

    source: plantesetsante
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    10 bonnes raisons de manger plus de chou

     

     

     

     

    Le seul aliment dont vous faite l’impasse pourrait être l’un des meilleurs aliments pour la santé, et bien que vous ne pourriez ne pas vouloir des raisons de manger plus de chou, vous devriez sérieusement reconsidérer la question! Le Chou fut un aliment de base pour beaucoup à travers l’histoire. Malheureusement, avec le choix de légumes toujours croissant, le chou est souvent boudé. Beaucoup de gens ne savent pas, toutefois, qu’ils devraient vraiment commencer à manger plus de chou, principalement en raison du fait que ce superbe légume sain offre plus d’un avantage pour la santé.

     

    1. Anti-inflammatoire

    Les anthocyanes du chou réduisent l’inflammation, ce qui contribue à réduire les douleurs. La glutamine (un puissant anti-inflammatoire) présente dans le chou est également connue pour aider à réduire les effets de l’inflammation dans des cas tels que la fièvre, les affections cutanées, les allergies et les douleurs articulaires.

     

    2. Soutien immunitaire

    Manger du chou stimule le système immunitaire en raison de la forte concentration en antioxydants (en particulier la vitamine C). Il est également riche en enzymes et en prébiotiques bénéfiques, qui aident à soutenir le système digestif et donc améliorer la fonction immunitaire.

     

    3. Guérit des ulcères d’estomac

    Le chou fonctionne à merveille pour la guérison des ulcères d’estomac. Le composé de guérison de l’ulcère du chou, appelé S-méthylméthionine (ou «vitamine U »), permet de soulager l’estomac et procure un soulagement pour les ulcères éprouvant. Si vous voulez contribuer à guérir vos ulcères d’estomac, buvez 1 litre de jus de chou pendant la journée pendant 10 à 13 jours.

     

    4. Prévention du cancer

    Le chou contient quelques composés anticancer comme la sinigrine, le lupéol, et le sulforaphane, qui aident tous à stimuler l’activité enzymatique et ainsi à inhiber la croissance des cellules tumorales. En fait, les populations qui consomment beaucoup de choux se sont également avérées être exposées à de plus faibles taux de cancer du côlon !

     

    5. Purifie le colon

    Guérisseur incroyable pour le tube digestif, le chou est reconnu pour ses capacités de nettoyage du colon. La haute teneur en fibres et en prébiotiques en font un excellent aliment pour aider à évacuer les matières toxiques et à encourager la croissance des bactéries intestinales saines.

     

    6. Clarifie les peaux à tendance acnéique

    Le chou est idéal pour assécher la peau grasse, sujette à l’acné. Les choux (et d’autres légumes crucifères) sont riches en soufre, un composé essentiel pour la kératine, qui est une protéine nécessaire à la santé des cheveux, de la peau et des ongles.

     

    7. Riche en vitamines B pour le support du système nerveux

    Consommer du chou rouge aidera à réduire vos chances de développer la démence ou la maladie d’Alzheimer plus tard dans la vie, en raison des propriétés protectrices des vitamines B et K! Les vitamines B aident à nourrir et à soutenir notre système nerveux, tandis que la vitamine K (on la trouve principalement dans le chou rouge), une «vitamine oubliée, » est impliquée dans la production de sphingolipides, la gaine de myéline autour des nerfs (protège les nerfs contre les dommages et décomposition).

     

    8. Aide à réduire le cholestérol

    Le chou peut vous offrir des avantages anti-cholestérol réels! Les fibres du chou se lient avec les acides biliaires de votre tube digestif, ce qui facilite l’excrétion des acides biliaires et donc abaisse votre taux de cholestérol. Le chou cru fonctionne le mieux.

     

    9. Grande source d’acides gras oméga-3!

    Par calorie, le chou contient plus d’oméga-3 que le saumon (qui l’eût cru ?!). Les oméga-3 aident à prévenir les maladies inflammatoires comme les maladies cardiaques et l’arthrite, et ils sont aussi essentiels pour le cerveau et nécessaires au cours du développement foetal.

     

    10. Santé des os

    Riche en calcium, en magnésium et en potassium, le chou est un aliment miracle pour les os! Ces trois minéraux essentiels sont nécessaires pour l’entretien et le soutien des os, et aident à se protéger des problèmes de santé tels que l’ostéoporose et les fractures osseuses.

     

     

     

    Source : Live Love Fruits
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Huit raisons pour lesquelles vous devriez boire du jus de betterave

     

    jus-de-betterave

     

     

    La betterave est un légume très sain, mais à cause de son goût, de nombreuses personnes l’évitent. Nous présentons ici plusieurs raisons majeures pour lesquelles le jus de betterave est si sain et pourquoi elles devraient l’aimer et en boire plus souvent.

     

    • Le jus de betterave contient des pigments de bétalaïne qui a des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires. Grâce à cet ingrédient le jus de betterave prévient les dommages cellulaires et élimine les radicaux libres du corps.
    • Si vous avez des troubles digestifs, buvez du jus de betterave régulièrement. Des études ont montré que le jus de betterave nettoie les intestins, et les aide à fonctionner correctement.
    • Grâce aux caroténoïdes comme la lutéine et la zéaxanthine, le jus de betterave est bon pour la santé de vos yeux.
    • Le jus de betterave augmente l’énergie, de sorte que cela aidera votre corps à mieux faire face à l’exercice physique.
    • Un verre de jus de betterave par jour réduit la pression artérielle.
    • Le jus de betterave augmente le niveau de fer dans le sang. Outre le fer, le jus de betterave contient des antioxydants qui aident à équilibrer les niveaux de l’hémoglobine. Le fer contenu dans le jus améliore la circulation.
    • Le jus de betterave augmente l’immunité, de sorte qu’il aide votre corps à combattre les infections plus rapidement et plus facilement.
    • Grâce au magnésium qu’il contient, le jus de betterave aide aussi à soulager le stress.
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Voici les 10 meilleurs remèdes maison pour l’arthrite

    arthrite

     

     

     

    Vous pouvez la ressentir dans vos genoux, les hanches, les mains ou d’autres articulations partout dans votre corps. La douleur sans aucune raison apparente est souvent le signe de l’arthrite, un problème très répandu qui peut prendre de nombreuses formes. Simplement dit, l’arthrite est une inflammation d’une ou de plusieurs articulations.

     

    En plus de la douleur, des symptômes communs sont le gonflement et une rougeur autour de l’articulation, une limitation de l’ampleur des mouvements et une raideur. Il existe plus de 100 différents types d’arthrite. L’arthrite peut varier de légère à sévère.

    Un médecin peut prescrire des médicaments ou vous pouvez prendre des analgésiques sans ordonnance. Mais de nombreuses personnes ressentent une amélioration tout simplement en restant physiquement actives en même temps qu’un ou plusieurs traitements naturels simples.

    Voici les 10 meilleurs remèdes maison pour l’arthrite.

     

     

    1 – Vinaigre de cidre

    Le vinaigre de cidre est riche en minéraux tels que le calcium, le magnésium, le potassium et le phosphore. Ainsi, il est utile pour soulager les douleurs articulaires. En outre, il aide à éliminer l’accumulation de toxines dans les articulations et les tissus conjonctifs.

    1. Prenez une tasse d’eau chaude
    2. Mélangez y 1 càc de vinaigre de cidre et 1 càc de miel.
    3. Buvez ce breuvage tous les matins car il aide à alcaliniser le corps.

     

     

    2 – Gingembre

    Un autre ingrédient commun qui peut aider à traiter l’arthrite est le gingembre, qui a des propriétés anti-inflammatoires.

    • Moudre à sec un mélange de 6 càc de gingembre séché, 6 càc de graines de cumin et 3 càc de poivre noir. Prenez 1/2 càc de ce mélange avec de l’eau, 3 fois par jour.
    • L’huile de gingembre, lorsqu’elle est appliquée régulièrement sur la zone touchée peut réduire la douleur, l’inflammation et le manque de souplesse..
    • Manger du gingembre cru sur une base régulière peut aider à soulager la douleur en améliorant la circulation sanguine. Il suffit de peler et couper le gingembre frais et le manger avec chaque repas.

     

     

    3 – Massages

    Masser avec de l’huile de moutarde est considéré comme excellent pour se débarrasser de la douleur de l’arthrite et de l’inflammation. Cette huile agit comme un onguent naturel et stimule la circulation sanguine.

    • Chauffer un peu d’huile de moutarde jusqu’à ce qu’elle soit un peu chaude. S’il y a un gonflement, vous pouvez mélanger une quantité égale de jus d’oignon Frottez doucement sur l’articulation douloureuse. Puis, couvrez l’articulation avec une pellicule de plastique et enveloppez avec des serviettes chaudes. Répétez ce remède tous les jours avant d’aller au lit pour de meilleurs résultats.
    • Vous pouvez également utiliser une petite quantité d’huile d’eucalyptus (aide contre l’inflammation) ; OU mélanger de l’huile de gaulthérie et de l’huile d’eucalyptus et frotter cet onguent sur l’articulation. Pour ce remède, vous ne devez pas appliquer de compresses chaudes.

     

    4 – Curcuma

    Une consommation régulière de curcuma peut réduire l’inflammation. Il contient de la curcumine qui possède des propriétés anti-inflammatoires. Il est particulièrement efficace pour traiter la polyarthrite rhumatoïde. A noter que l’efficacité du curcuma est bien meilleure s’il est pris avec du poivre noir, ou du gingembre, ou du poivre de Cayenne.

    • Vous pouvez prendre des capsules de curcuma de 500 mg à 1000 mg 3 fois par jour.
    • Vous pouvez aussi boire du jus de curcuma frais, ou un verre de lait d’amande mélangé avec une cuillère à café de poudre de curcuma et un peu de poivre noir ou de gingembre par jour, avant d’aller au lit.

     

     

    5 – Sel d’Epsom

    Le sel d’Epsom est une bonne source de magnésium qui aide à réguler les niveaux de pH dans le corps. Il est essentiel d’équilibrer les niveaux de pH parce que certaines maladies inflammatoires telles que l’arthrite sont causées par des niveaux élevés d’acidité dans le corps.

    • Mélangez du sel d’Epsom et du jus de citron frais en quantités égales à une demi-tasse d’eau tiède. Prenez une càc du mélange 2 fois par jour, 1 le matin, 1 le soir.
    • Vous pouvez également ajouter 2 tasses de sel d’Epsom à l’eau chaude du bain et vous détendre et apprécier. (en effet, la peau elle aussi absorbe les nutriments).

     

     

    6 – Cannelle

    La cannelle peut être utilisée pour soulager la douleur de l’arthrite en raison de ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes.

    • Mélangez 1/2 càc de poudre de cannelle et 1 c à soupe de miel dans une tasse d’eau tiède et boire cette préparation chaque matin sur un estomac vide, pendant plusieurs jours.
    • Vous pouvez également faire une pâte de cannelle et de miel et masser doucement la zone douloureuse.

     

     

    7 – Huile de poisson

    Les acides gras omega-3 de l’huile de poisson ou de nutriments végétaux (lin, chanvre, graines de chia, noix de Grenoble), ont un effet anti-inflammatoire pour le corps et peuvent aider à réduire la douleur.

    • Il suffit de consommer 1 à 2 càc d’huile de poisson par jour.
    • La prise de suppléments d’huile de poisson dans la matinée sur un estomac vide réduit la raideur matinale.

    Avec des suppléments, vous devriez aussi manger du poisson d’eau froide et d’autres produits naturels comme les graines de lin qui sont riches en acides gras omega-3.

     

     

    8 – Alfalfa

    L’alfalfa – autre nom de la luzerne – est une autre plante qui peut être utilisée par les personnes souffrant d’arthrite car il est riche en minéraux et aide à réguler les niveaux de pH.

    • Vous pouvez faire une tasse de thé de bonne santé en utilisant des graines de luzerne ou alfalfa. Il suffit d’ajouter la moitié ou une cuillère à café de graines à une tasse d’eau bouillante. Laissez mijoter pendant 20 à 30 minutes avec un couvercle, puis égoutter. Buvez cela deux fois par jour pendant 2 à 3 semaines pour réduire l’inflammation.
    • Vous pouvez également opter pour les capsules d’alfalfa, qui sont facilement disponibles sur le marché et peuvent être prises chaque jour.
    • Ou encore, vous pouvez faire germer des graines d’alfalfa et consommer les graines germées avec vos salades et tous vos plats. Elles sont bonnes à manger au bout de quelques jours seulement.

     

     

    9 – Cerises

    Les cerises sont une très bonne source de magnésium et de potassium, qui tous deux aident les personnes souffrant d’arthrite. Le magnésium est un analgésique naturel, et le potassium aide à réduire l’inflammation.

    • Mangez 8 à 10 cerises par jour. Vous pouvez utiliser des cerises en conserves, en pots de verre, ou surgelées ou fraîches, en fonction de ce qui est facilement disponible.
    • Vous pouvez aussi boire du sirop de cerises. Faites bouillir quelques cerises dans de l’eau pendant quelques minutes jusqu’à obtenir un sirop sucré. Buvez cet élixir chaque jour pendant quelques mois.

     

     

    10 – Bourrache

    Les propriétés anti-inflammatoires de l’huile de graines de bourrache peuvent aider à soulager les différents symptômes de l’arthrite.

    • Massez régulièrement la zone affectée pour aider à guérir les articulations douloureuses et enflées.
    • Vous pouvez aussi boire une cuillère à café d’huile de graines de bourrache chaque jour pour le soulagement de la douleur. Cette huile est saine et n’a aucun effet néfaste, mais ne pas ingérer de graines de bourrache ou d’autres parties de la plante ; cependant, ses belles fleurs bleues sont comestibles et ont un goût très agréable et subtil.

    Les personnes souffrant d’arthrite de tout type vont probablement obtenir un soulagement avec l’un ou plusieurs de ces remèdes. Il est essentiel pour les patients atteints de polyarthrite de maintenir également des activités physiques pour améliorer leur santé. Ces pistes ne porteront véritablement  leurs fruits, bien sûr, qu’en éliminant les causes d’inflammation de leur alimentation, telles que le gluten et les produits laitiers, et en réduisant les causes de stress, facteur lui aussi d’inflammation, par exemple en se tournant vers le yoga, la relaxation et les massages.

     

     

    Sources:
    top10homeremedies.com
    ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17826984
    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • passeportsante.net

    10 légumes oubliés à remettre au menu

     

    Ils portent bien leur nom de « légumes oubliés » ! Aujourd’hui absents de nos potagers et de nos assiettes, cela n’a pourtant pas toujours été le cas. Aussi bons que nos produits actuels, si ce n’est même meilleurs, les légumes d’antan reviennent peu à peu dans nos menus. Avec la mode du « retour aux sources », on a davantage confiance en ces produits cultivés localement, et moins contaminés en pesticides. Pour découvrir de nouvelles saveurs, changer des légumes habituels, et ajouter une touche d’originalité à une recette, nous vous proposons une sélection de 10 légumes oubliés à remettre au menu.

     

     

     

    Le topinambour : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le topinambour : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    C’est en 1613 que débarque, en France, ce légume-racine découvert par les colons dans les grandes plaines d’Amérique du Nord. Séduit par son goût et sa ressemblance avec l’artichaut, les Français lui accordent rapidement une place de choix dans leur potager. Mais ils vont commettre une erreur grossière. L’année de son introduction sur le territoire coïncide avec l’arrivée des Tupinambas, une tribu cannibale du Brésil amenée en France comme curiosité locale. Convaincus que les tubercules sont apportés par les « indigènes », les Français les appellent alors les topinambours. Aujourd’hui, le nom est resté.

    S’il n’existe sans doute aucun autre légume aussi facile à cultiver que lui, le topinambour n’est pourtant pas dénué d’intérêt : sa richesse en inuline (un type de fibre alimentaire) le rendrait utile contre la constipation1 et améliorerait l’équilibre de la flore intestinale. Au contraire, son absence d’amidon le rend intéressant pour les personnes diabétiques !

    Les parties comestibles du topinambour sont ses tubercules, qui ont un fort pouvoir rassasiant. On conseille de les consommer dès qu’ils ont été récoltés car ils s’assèchent très rapidement. Le topinambour se prête à de multiples recettes, aussi bien cru que cuit.

     

     

    Le rutabaga : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le rutabaga : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Découvert en Scandinavie à la fin du Moyen-Âge, lerutabaga serait à l’origine le croisement entre le navet et le chou-frisé. Son oubli remonte à la Seconde Guerre Mondiale, car on l’utilisait en substitut de la pomme de terre durant les périodes de restrictions alimentaires, d’où son surnom de « légume du pauvre ». De plus, certaines espèces de rutabaga sont destinées à nourrir le bétail, ce qui n’arrange pas son image auprès du public. On les qualifie de légumes tout-terrain car ils peuvent êtres cultivés n’importe où. Depuis un certain temps, les grands chefs l’incorporent à leur menu, ce qui permet au rutabaga d’avoir de meilleures critiques.

    Le rutabaga est très riche en nutriments tels que le phosphore, le magnésium, le potassium, le fer, le manganèse, le cuivre et certaines vitamines (B1, B6, C). On lui confère donc des propriétés antioxydantes qui participent au maintien de la bonne santé des os, et il renferme une bonne quantité de fibres car pour une portion de 74 grammes il contient 1,8 gramme de fibres (soit plus que le navet).

     Le rutabaga est souvent confondu avec le navet, que l’on distingue souvent par leurs feuilles. Ce légume peut s’immiscer dans tous nos plats car il est très facile à cuisiner. On le trouve principalement au printemps ou au début de l’été.

     

     

    Le crosne : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le crosne : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Originaire des pays asiatiques, il avait d’abord pour nom « stachys affinis ». Il tient le nom de crosne du village où il a été cultivé et vendu pour la première fois en France en 1882. En effet, pour mieux le vendre au public, ses précurseurs ont préféré lui donner le nom du village de Crosne en Essonne. Le tubercule a connu son apogée au XIXème siècle, lorsqu’Alexandre Dumas le cita comme ingrédient de sa célèbre « salade japonaise » dans une de ses pièces. Comme la plupart des légumes anciens, il fut oublié après les périodes de guerres, où il était consommé en période de privation. Cependant aujourd’hui sa culture se perpétue dans plusieurs régions de France, bien que les surfaces qui lui sont attribuées soient très réduites, ce qui en fait un produit encore trop rare.

    D’un point de vue nutritionnel, le crosne est riche en sels minéraux. On le considère comme un légume diététique car il est très peu calorique. En effet, le crosne est composé à 80 % d’eau. Sa teneur en glucides est intéressante et lui confère des vertus énergisantes.

     Il a un goût légèrement sucré qui rappelle celui du topinambour et de l’artichaut. Avant de le consommer, il est conseillé d’enlever les extrémités brunâtres. Les crosnes se prêtent à un panel de recettes variées et peuvent êtres aussi bien rôtis, sautés que mangés tels quels.

     

     

    Le salsifis noir : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le salsifis noir : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Longtemps utilisé par les Grecs et les Romains en tant que plante médicinale, le salsifis noir était préconisé en cas d’empoisonnement, de problèmes cardiaques et contre la peste. Il est plus communément appelé scorsonère, de l’espagnol « escorzonera », nom donné à un reptile.On le consomme pour la première fois en France au XVIIème siècle, pour remplacer les salsifis. On confond souvent ces deux racines, alors qu’elles n’appartiennent pas à la même sorte de plante.

    Le salsifis noir est un légume-racine dont la chair est très riche en inuline, un glucide qui aurait des effets protecteurs contre certains cancers (intestin, sein1), et aiderait à prévenir les risques de diabète de type 22. Une étude a également démontré les bienfaits antioxydants3 du salsifis noir car certains de ses composés empêcheraient la formation de radicaux libres.

    Avant de les manger, il faut peler les salsifis noirs. Pour cela, il est conseillé de les faire cuire afin de ramollir la peau tout en conservant leur saveur. On recommande également de les consommer les plus frais possibles afin d’éviter qu’ils deviennent fibreux.

     

     

    Le radis noir : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le radis noir : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Au temps des Pharaons, le radis noir était distribué pour rafraichir et nourrir les ouvriers qui construisaient la pyramide de Gizeh. Les botanistes pensent qu’il a été le premier radis cultivé par les Hommes, et les herboristes ont préféré l’utiliser à des fins médicinales. Au Moyen-Âge, on le préconisait pour purger le cerveau et les viscères de leurs « humeurs malignes ». A la Renaissance, c’était pour atténuer les douleurs des calculs urinaires. Puis pendant un temps, il a été qualifié de remède de bonne femme pour traiter la coqueluche et les bronchites. C’est seulement à la fin du XIXème siècle que l’on a de nouveau reconnu les bienfaits du radis noir.

    Ce petit légume présente une quantité importante de vitamine C2 (114 milligrammes pour 100 grammes) et de potassium (554 milligrammes pour 100 grammes)1. Sa teneur en antioxydants3 lui permet d’avoir un effet préventif sur les maladies cardiovasculaires2. Il agirait aussi sur la sécrétion biliaire et le cholestérol3,4.

    Le radis noir est un excellent purifiant, et peut être consommé de diverses façons. On le retrouve ainsi sous forme de jus, d’ampoules buvables en traitement médical, ou tel quel dans des plats. Enfin, comme pour les autres variétés de radis, sa peau est comestible.

     

     

    Le chou-rave : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le chou-rave : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le nom de chou-rave est apparu au XVIIème siècle. Parfois surnommé chou-pomme à cause de son apparence, il a également connu le nom de gongylodequi signifie « genou ». En effet,  sa partie bulbeuse donne l’impression que la plante est agenouillée sur le sol. Il a subi le contrecoup de la période d’après-guerre, car on le consommait quasiment tous les jours et en cas de famine. On dit de lui que c’est le mal aimé de la famille des choux car il demeure très peu consommé en France et au Canada.

    Certains composés actifs contenus dans ce légume pourraient prévenir la formation de tumeurs1 et favoriser leur autodestruction2,3. Il est très riche en vitamine C et couvre la quasi-totalité des apports recommandés. Cette dernière contribue à la bonne santé des os, des cartilages et des dents. Enfin le chou-rave est très peu calorique (19 calories pour 70 grammes), ce qui le rend particulièrement apprécié en cas de régime.

    Le chou-rave, grâce à ses multiples bienfaits, devrait être un des indispensables de nos menus. Il est très facile à cuisiner et s’adapte à toute sorte de plats. Les choux-raves miniatures (entre 2 et 3 centimètres) peuvent êtres cuits entiers avec leur peau.

     

     

    Le panais : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le panais : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le panais a été découvert pour la première fois dans des monastères au Moyen-Âge. Son utilisation a toujours été culinaire, mais il semblerait qu’il ait été préconisé à des fins médicinales également. Il est originaire du bassin méditerranéen et connu des Grecs et des Romains, mais on ignore comment il a été domestiqué en Europe de l’Ouest. Il a été introduit en Amérique du Nord au début du XVIIème siècle, et cultivé par les premiers colons et les Indiens. Une légende raconte que l’empereur romain Tibère aimait tellement le panais qu’il en faisait venir chaque année d’Allemagne, où ce légume poussait à profusion sur les rives du Rhin. Aujourd’hui, il retrouve une certaine popularité chez les amateurs de légumes anciens car il est devenu synonyme d’aliment santé.

    Cette sorte de carotte blanche renferme des molécules qui joueraient un rôle dans la prévention contre certains cancers1. En effet, un de ses antioxydants, le polyacétylène2, permettrait de lutter contre le développement des cellules cancéreuses. Grâce à ses fibres, le panais est très rassasiant et limite les risques de constipation3.

    Le panais se cuisine de la même façon que les carottes, il est donc très facile de l’incorporer à son menu. Ses tiges et ses feuilles sont également comestibles et on les incorpore généralement dans des bouillons ou des sauces. On préfèrera un panais de taille moyenne, car il est moins fibreux et ne se dessèchera pas trop rapidement.

     

     

    La bette (bette à carde) : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    La bette (bette à carde) : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    La consommation de bette remonte à l’Antiquité, ou les philosophes y décrivaient déjà son aspect particulier : « de grandes feuilles vertes sur des tiges rouges ». Par la suite, les Romains en feront des usages tant culinaires que médicinaux. Appelée également « blette », elle est très proche de la betterave. En fait, il s’agirait d’une betterave ayant développé ses feuilles. Réputée comme étant un légume de pauvre, la bette a perdu de sa popularité et peine à la retrouver. Cependant dans le sud de la France, elle fait partie du patrimoine culinaire et reste assez présente sur les marchés.

    La bette  serait efficace pour lutter contre le diabète de type 2 et s’avère riche en antioxydants1 tels que les flavonoïdes, qui luttent contre les radicaux libres.

    On peut la consommer aussi bien crue que cuite, et ses feuilles sont elles aussi comestibles. Il est d’ailleurs possible de trouver des tisanes faites à base de feuilles de bette. Au Québec, elle est plus connue sous le nom de bette à carde.

     

     

    La patate douce : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    La patate douce : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    La patate douce est originaire des Amériques. Elle a d’abord été cultivée par les amérindiens, puis a été transportée vers l’Europe grâce aux explorateurs espagnols et portugais au XVième siècle. Elle tient son nom de l’espagnol « batata », qui l’a emprunté à l’une des nombreuses langues parlées par les indigènes d’Amérique centrale. On ajoute l’adjectif « douce » à la suite afin de ne pas la confondre avec la pomme de terre, qui sous l’influence de l’anglais, est souvent appelée patate. Dans les pays tropicaux, la patate douce constitue une importante ressource alimentaire, et permet de nourrir des animaux d’élevage.

    Ce légume orangé est un bouclier anti-cancer et anti-inflammatoire1,2. Sa teneur en glucides est élevée (16 grammes pour 100 grammes), ce qui la rend assez calorique, surtout quand elle est cuite. C’est un légume riche en fibres, qui assure un bon transit intestinal et qui aiderait à réguler le taux de glycémie, limitant ainsi les risques de diabète de type 23,4.  

    La patate douce s’adapte à tous les plats préparés à base de pomme de terre. Il est conseillé de choisir des patates douces à chair foncée (orange et pourpre), car ce sont celles qui renferment le plus d’antioxydants.

     

     

    Le pâtisson : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Le pâtisson : comment et pourquoi le remettre au menu ?

    Consommé des milliers d’années avant notre ère, lepâtisson est un des légumes les plus anciens. Par sa forme particulière, il rappelle celle d’un bonnet d’empereur. On l’appelle ainsi « bonnet de prêtre » ou « artichaut d’Espagne », à cause de son goût proche de celui de l’artichaut. Pourtant, il est originaire d’Amérique centrale ! Le pâtisson est en réalité un mot provençal qui désigne un gâteau sorti d’un moule à festons (moule aux bords ondulés). Il est plut fréquent de le voir trôner dans les cuisines en guise de décoration, que préparé dans nos assiettes.

    Bouilli, il est une source intéressante de phosphore, un minéral essentiel dans la formation et le maintien de la santé des os. Le pâtisson protègerait des maladies cardiovasculaires grâce à sa teneur en vitamines et en minéraux2. Très peu calorique, il est principalement composé d’eau, sa teneur en fibre (1,9 grammes pour 100 grammes) est intéressante car elle participe au bon fonctionnement de l’appareil digestif et aiderait ainsi à lutter contre les risques de diabète de type 23,4.

    Il est conseillé de choisir les pâtissons de petites tailles, car les plus grands sont généralement plus fibreux. Le pâtisson est très apprécié des végétariens car il permet de réaliser un des plats sans souffrir de carences.

     
     
     
     
     

    Sources

    Le topinambour

    1. Roberfroid MB. Introducing inulin-type fructans. Br J Nutr 2005 April;93 Suppl 1:S13-S25

    Le crosne

    1. Michael Eskin, Snait Tamir. Dictionnary of Nutraceuticals and Functional Foods. CRC Press. 2005

    Le salsifis noir

    1. Kaur N, Gupta AK. Applications of inulin and oligofructose in health and nutrition. J Biosci 2002 December;27(7):703-14
    2. Wolfram T, Ismail-Beigi F. Efficacy of high-fiber diets in the management of type 2 diabetes mellitus. Endocr Pract 2011;17:132-42
    3. Kroschewsky J, Mabry T, et al. Flavonoids from the genus Tragopogon (compositae). Phytochem 1969;8:1495-8

    Le radis noir

    1. Hanlon PR(1), Barnes DM. Phytochemical composition and biological activity of 8 varieties of radish (Raphanus sativus L.) sprouts and mature taproots. J Food Sci. 2011 Jan-Feb;76(1):C185-92
    2. Lugasi A, Blazovics A, et al. Antioxidant effect of squeezed juice from black radish (Raphanus sativus L. var niger) in alimentary hyperlipidaemia in rats. Phytother Res 2005 July;19(7):587-91
    3. Ibraihim Guillermo Castro-Torres, Minarda De la O-Arciniega, Janeth gallegos-Estudillo and al. Natural products on teh research of cholesterol gallstones. Tang Humanitas Medicine. 2013 ; Vol3, Issue 3, e21
    4. Ibrhaim Guillermo Castro-Torres, Elia Brosla Naranjo-Rodriguez, Miguel Angel Dominguez-Ortiz and al. Antilithiasic and hypolipidaemic effects of raphanus sativus L. var. niger on mice fed with a lithogenoc diet. Journal of Biomedicine and Biotechnology. 2012;1661205

    Le chou-rave

    1. Jeffery EH, Jarrell V. Cruciferous vegetables and cancer prevention. In: Wildman REC, editor. Handbook of Nutraceuticals and Functional Foods.Boca Raton: CRC Press; 2001. p. 169-91
    2. Hsu JC, Zhang J, et al. Indole-3-carbinol inhibition of androgen receptor expression and downregulation of androgen responsiveness in human prostate cancer cells. Carcinogenesis 2005 November;26(11):1896-904
    3. Myzak MC, Dashwood RH. Chemoprotection by sulforaphane: keep one eye beyond Keap1. Cancer Lett 2006 February 28;233(2):208-18

    Le panais

    1. Peterson S, Lampe JW, et al. Apiaceous vegetable constituents inhibit human cytochrome P-450 1A2 (hCYP1A2) activity and hCYP1A2-mediated mutagenicity of aflatoxin B1. Food Chem Toxicol 2006 September;44(9):1474-84
    2. Christensen LP, Brandt K. Bioactive polyacetylenes in food plants of the Apiaceae family: Occurrence, bioactivity and analysis. J Pharm Biomed Anal 2006 March 4
    3. Marlett JA, McBurney MI, Slavin JL. Position of the American Dietetic Association: health implications of dietary fiber. J Am Diet Assoc 2002 July;102(7):993-1000

    La bette (bette à carde)

     1. Sacan O, Yanardag R. Antioxidant and antiacetylcholinesterase activities of chard (Beta vulgaris L. var. cicla). Food Chem Toxicol. 2010 May;48(5):1275-80

    La patate douce

    1. Hou DX. Potential mechanisms of cancer chemoprevention by anthocyanins. Curr Mol Med 2003 March;3(2):149-59
    2. Zhang ZF, Fan SH, et al. Purple sweet potato color attenuates oxidative stress and inflammatory response induced by D-galactose in mouse liver. Food Chem Toxicol. 2009 Feb;47(2):496-501
    3. Ludvik BH, Mahdjoobian K, et al. The effect of Ipomoea batatas (Caiapo) on glucose metabolism and serum cholesterol in patients with type 2 diabetes: a randomized study. Diabetes Care 2002 January;25(1):239-40
    4. Ludvik B, Hanefeld M, et al. Improved metabolic control by Ipomoea batatas (Caiapo) is associated with increased adiponectin and decreased fibrinogen levels in type 2 diabetic subjects. Diabetes Obesity & Metabolism 2008;10:586-92 

    Le pâtisson

    1. Sommerburg O, Keunen JE, et al. Fruits and vegetables that are sources for lutein and zeaxanthin: the macular pigment in human eyes. Br J Ophthalmol. 1998;82:907-910
    2. Floyd J. Frost. Studies of minerals and cardiac health in selected populations. Lovelace Respiratory Research Institute.
    3. Ludvik BH, Mahdjoobian K, et al. The effect of Ipomoea batatas (Caiapo) on glucose metabolism and serum cholesterol in patients with type 2 diabetes: a randomized study. Diabetes Care 2002 January;25(1):239-40
    4. Ludvik B, Hanefeld M, et al. Improved metabolic control by Ipomoea batatas (Caiapo) is associated with increased adiponectin and decreased fibrinogen levels in type 2 diabetic subjects. Diabetes Obesity & Metabolism 2008;10:586-92

     

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • medisite.fr

    Les bienfaits de l'huile de coco

     

    Visage, cheveux, cuisine... L'huile végétale extraite de la noix de coco renferme des acides gras intéressants, tant pour la santé que pour la beauté. Détails, mode d'emploi et conseils pour bien la choisir.

     

     

    Une huile qui calme les coups de soleil

    "L'huile de coco est une bonne alternative au gel d'aloe vera lorsqu'on n'en a pas sous la main en raison de ses propriétés apaisantes et hydratantes" constate Mély Dufey, naturopathe.

    Mode d'emploi : on peut utiliser 1 à 2 cuillères à soupe d'huile de coco dans lesquelles on dilue 4 gouttes d'huile essentielle de lavande fine, à appliquer en massage sur les zones qui ont rougi.

     

     

     

     

     

    Une huile qui peut aider à maigrir

    L'huile de coco n'est pas un remède minceur miracle. "Elle n'a pas de vertus amincissantes, il ne s'agit là que d'un argument marketing. En revanche, c'est vrai qu'elle peut aider de manière indirecte à dépenser plus d'énergie et à moins stocker les graisses, en aidant le métabolisme" nuance Mély Dufey. En effet, les acides gras à chaîne moyenne sont décomposés plus facilement par notre organisme et métabolisés directement par le foie pour en tirer de l'énergie. Ils sont donc peu stockés dans le corps. En 2009, une étude menée sur des femmes souffrant d'obésité abdominale a montré que remplacer l’huile de soja par une quantité égale d’huile de noix de coco permettait une légère baisse de poids et de tour de taille.

     

     

    Un démaquillant naturel pour les peaux sensibles

    "L'huile de coco est très intéressante pour un démaquillage naturel car elle élimine bien les résidus de maquillage, elle coûte peu cher, elle est bien tolérée même par les peaux réactives et sensibles et, comme elle hydrate, il n'y a pas forcément besoin d'utiliser une crème de nuit ensuite" détaille la naturopathe. Même les peaux qui sont à la fois grasses et sensibles peuvent l'utiliser.

    Mode d'emploi : mouiller la peau avec de l'eau tiède ou chaude, appliquer une noisette d'huile en massant en mouvements circulaires, éliminer le surplus avec un coton humide et/ou rincer à l'eau claire si besoin.

     

     

    Une huile qui nourrit les cheveux

    "L'huile de coco nourrit en profondeur et convient à tous les types de cheveux, qu'ils soient fins, épais, crépus, secs..." estime Mély Dufey.

    Mode d'emploi : l'huile de coco s'utilise en masque -laisser poser de 15 min à toute la nuit, sous une serviette- plutôt sur les longueurs, sans trop en mettre sur les racines, surtout si les cheveux ont tendance à être gras.

    A noter : ses vertus nourrissantes sont aussi intéressantes en cataplasme pour adoucir les pieds secs.

     

     

     

    Une huile anti-âge pour le cerveau ?

    Un régime riche en acides gras à chaîne moyenne (comme ceux contenus dans l'huile de coco) pourrait ralentir les signes du vieillissement accéléré du cerveau. C'est ce que laisse espérer une étude danoise menée par des chercheurs de l'Université de Copenhague sur des souris, en novembre 2014. Une piste parmi d'autres dans la prévention de maladies neurologiques dégénératives comme Alzheimer ou Parkinson.

     

     

     

     

     

    Une huile intéressante pour la santé cardiovasculaire

    Parmi les différentes familles d'acides gras, les acides gras saturés (ceux que l'on consomme le plus, notamment à travers les viandes, les produits laitiers...) ont plutôt mauvaise réputation, car en excès, ils favorisent certains troubles comme les maladies cardiovasculaires. On conseille généralement de privilégier plutôt les omégas 9, 6 ou 3. "Mais contrairement aux viandes, aux produits laitiers ou à l'huile de palme, l'huile de coco apporte principalement des acides gras saturés qui appartiennent à la sous-catégorie « acide laurique ». Il s'agit d'acides gras à chaîne moyenne, assimilés de façon différente par notre organisme", précise Mély Dufey. "Or, des études ont comparé l’effet de l’acide laurique avec les autres acides gras saturés et sont arrivées à la conclusion qu'il a un effet plus favorable sur le rapport cholestérol total/cholestérol HDL. Son impact lors de ladigestion reste neutre au lieu d'augmenter le mauvais cholestérol comme ont tendance à le faire les autres acides gras saturés" ajoute la naturopathe. Une étude publiée en 2003 dans l'American Journal of Clinical Nutrition montre même qu'il augmente surtout le HDL, considéré comme le bon cholestérol. Consommer (entre autres huiles végétales) de l'huile de coco serait donc plutôt positif pour santé cardiovasculaire. D'ailleurs, dans les années 80-90, des chercheurs avaient observé que certains peuples vivant dans le sud du Pacifique et consommant beaucoup d'huile de coco ou de noix de coco souffraient rarement de maladies cardiaques et d'AVC.

     

     

    Une huile anti-poux

    Les poux sont asphyxiés lorsqu'on les emprisonne dans un corps gras et l'huile de coco serait la plus efficace car l'acide laurique a fait ses preuves in vitro contre les parasites.

    Mode d'emploi : selon la longueur des cheveux, appliquer 1 à 3 cuillères à soupe d'huile (à laquelle on peut ajouter quelques gouttes d'huile essentielle de lavande par exemple) sur la tête, en massant pour bien répartir. Laisser poser au moins 1h (dans l'idéal toute une nuit) sous une serviette ou un film transparent. Ensuite, bien rincer (plusieurs shampoings peuvent être nécessaires) puis passer un peigne anti-poux pour éliminer les parasites morts et répéter l'opération tous les 2/3 jours si besoin. Il existe aussi des lotions ou shampoings anti-poux à base d'huile de coco ou de dérivés, en pharmacie, comme Apaysil Poux, Moustikologne, Parasidose ou Paranix Spray.

     

     

    Comment choisir l'huile de coco ?

    Elle s'achète en pot.

    - Pour la cuisine, mieux vaut choisir une huile de bonne qualité, non raffinée, par exemple extra vierge, extraite à froid et bio, pour éliminer un maximum d'impuretés.

    - "Pour une utilisation à haute température, pour de la friture par exemple, il faut opter pour une huile de coco « désodorisée », qui est plus stable à la chaleur", conseille Mély Dufey.

    - "Pour une utilisation cosmétique, on peut choisir un produit un peu plus bas de gamme, mais elle doit toujours être vierge ou extra vierge et non raffinée", ajoute la naturopathe.

    A savoir : l'huile de coco s'appelle aussi parfois huile de coprah car elle est fabriquée à partir de la coprah, la partie blanche de la noix de coco décortiquée et séchée.

     

     

    Comment utiliser l'huile de coco ?

    À température ambiante, l'huile de coco est plutôt solide, donc pas intéressante pour la vinaigrette, pour laquelle il vaut mieux privilégier des huiles riches enoméga 3 comme l'huile de noix, de cameline ou de chanvre.

    - Pour la cuisson, on peut l'utiliser à la place du beurre ou de l'huile d'olive en la faisant fondre dans une poêle. Elle résiste parfaitement à la cuisson (mais l’huile vierge ne doit pas être cuite à plus de 180 °C), ce qui permet de réaliser sautés, woks, cuissons au four et plats mijotés. Sa saveur douce se marie bien au porc, au poulet, aux poissons (saumon, cabillaud, etc.), notamment dans les plats exotiques.

    - En pâtisserie, on l'utilise fondue au bain-marie pour qu'elle devienne liquide. Elle peut ensuite être intégrée dans une pâte (à cake, à muffins, à madeleines...) ou associée à une purée d'oléagineux (amandes, noisettes, cajou...) pour se rapprocher de la texture du beurre (par exemple dans les pâtes à tartes ou à cookies). "Dans ce cas, on peut remplacer 100 g de beurre par ¾ d'huile de coco et ¼ de purée d'oléagineux", conseille la spécialiste.

     

     

    Publié par Laura Chatelain, journaliste santé et validé par Mély Dufey, naturopathe

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • santenatureinnovation.com

    LES JUS QUI GUÉRISSENT


     
     
    Les jus qui guérissent

     

     

     

    Depuis vingt ans, une véritable folie s’est emparée du mouvement bio aux Etats-Unis mais, curieusement, elle n’a toujours pas vraiment traversé l’océan : la folie du « juicing ».

    Le « juicing » vient du mot « juice », jus, et consiste tout simplement à fabriquer chez soi des jus frais à partir de légumes et fruits crus, consommés quotidiennement, voire plusieurs fois par jour pour les personnes cherchant à obtenir un effet particulier sur leur santé.

    En effet, il ne s’agit pas seulement de se faire plaisir, bien que de nombreux cocktails soient absolument délicieux. Le but est également de guérir. Selon les spécialistes des jus, il existe des cocktails :

    • contre la migraine
    • pour un meilleur sommeil
    • contre les boutons
    • un « élixir de jeunesse »
    • contre les ballonnements
    • pour bien se préparer à déguster un copieux repas
    • pour se reminéraliser
    • etc…

    Juste un exemple de cocktail tout simple que j’ai fait hier soir et que j’ai trouvé délicieux :

    Mélanger deux pommes avec 1 grosse côte de céleri en branche. Il semblerait que cela favorise la détente et aide à mieux dormir. Le mélange est étonnamment bon.

    Comment ça marche

    Il y a trois raisons principales qui pourraient vous inciter à faire vous-même vos jus :

    1. Les jus vous aident à absorber plus de nutriments des légumes crus : c’est important car la plupart d’entre nous souffrons d’une digestion médiocre du fait de mauvais choix alimentaires depuis des années. Extraire le jus des légumes crus permet de casser les fibres et donc d’absorber plus facilement les précieux nutriments ;
    2. Le jus de légumes est un élément vivant qui possède beaucoup de vertus. Il a le mérite d’aider les muqueuses digestives à se reconstruire régulièrement, ce qui le rend intéressant et très utile en cas de colites, de gastrites et d’inflammations générales ; il contient tous les éléments nutritionnels des légumes sans les fibres insolubles qui sont les parties les plus dures mais avec des fibres solubles qui sont fermentées par nos bactéries et renforcent notre intestin.
    3. Les jus permettent de manger plus de légumes frais : beaucoup de personnes ont déjà du mal à tenir le rythme des 5 fruits et légumes par jour, alors qu’il en faudrait sans doute 8 ou 10, et surtout des légumes plutôt que des fruits. En buvant un verre de jus, vous apportez directement à votre corps ce qu’il y a de meilleur dans plusieurs légumes ;
    4. Varier vos légumes : beaucoup de personnes mangent les mêmes salades de légumes tous les jours, ce qui provoque de la lassitude. Or, il est très facile de faire des jus de légumes avec des légumes que vous ne consommez pas habituellement. C’est aussi une occasion de découvrir de nouveaux goûts avec des associations surprenantes, par exemple la pomme et le céleri branche.

    Il s’agit d’un excellent moyen pour revitaliser l’organisme, car les jus possèdent une très grande concentration de principes nutritifs et d’éléments énergétiques.

    Quels fruits et légumes

    Les jus de fruits sont délicieux, et les mélanges fruits-légumes parfois plus encore grâce au petit goût amer ou acidulé apporté par le céleri, les épinards, les feuilles de choux…

    Mais si vous êtes en surpoids, si vous avez de l’hypertension, du diabète, ou si vous avez un risque cardiaque, mieux vaut vous concentrer sur les jus de légumes bios, en particulier les légumes verts (plutôt que les jus de fruits qui sont riches en sucre).

    Ce qui est étonnant est que vous pouvez faire des jus avec n’importe quel fruit et légume, à l’exception de la banane et de l’avocat qui ne peuvent que se mixer.

    Il y a bien sûr le jus de tomate, les jus de carotte et de betterave rouge, mais ils sont très sucrés.

    En fait, les grands classiques du « juicing » bio sont les feuilles de choux de toutes les sortes (blanc, rouge, vert, frisé), les brocolis, le céleri, les navets, les concombres, le fenouil, le persil, les endives, les courgettes, les poivrons jaunes, rouges et verts, les petits pois, les endives, l’ail et l’oignon (l’oignon en petite quantité car pas facile à digérer).

    Vous pouvez presque systématiquement y ajouter un morceau de gingembre et un jus de citron ou de citron vert.

    Pour améliorer encore le goût, n’hésitez pas à mettre une goutte de stévia, un édulcorant naturel qui a un petit goût de réglisse qui s’accommode très bien avec les jus de légumes.

    Vous vous apercevrez que les combinaisons sont infinies, et que vous obtiendrez les goûts les plus variés, en général très plaisants. C’est donc une vraie aventure dans l’univers des goûts oubliés que vous vous offrez en faisant des jus, en plus d’un beau cadeau de nutriments pour votre corps.

    L’organisation

    Le problème du « juicing » est que cela demande de l’organisation car :

    1. il vous faut une machine spéciale pour tirer pleinement parti des végétaux
    2. le jus ne se conserve pas, et s’oxyde si vous ne le buvez pas immédiatement ; vous ne pouvez pas en fabriquer une fois par mois, puis le boire par petite portion.

    Beaucoup de personnes utilisent, par mesure d’économie, une centrifugeuse, ce qui ne coûte que 50 euros en entrée de gamme, mais qui a le désavantage de ne pas extraire correctement tout le jus et la pulpe. Une partie de vos fruits et légumes se retrouvera alors dans la poubelle plutôt que dans votre verre.

    Le seul outil vraiment performant pour faire des jus de légumes est l’extracteur.

    Il est beaucoup plus cher (entre 250 et 350 euros) mais il récupère beaucoup plus de jus et de nutriments. La pulpe qui sort d’un extracteur est quasiment sèche, il n’y a rien de perdu. Par contre, le jus est plus pur qu’avec une centrifugeuse, qui laisse passer beaucoup de fibres.

    L’extracteur a de plus l’avantage de conserver le jus pour la journée à l’abri de l’oxydation.

    Il est toutefois essentiel de choisir un modèle simple, qui limitera au maximum le temps d’installation et de nettoyage, sans quoi vous ne vous en servirez pas. Si vous vivez seul(e) ou à deux, il existe des extracteurs manuels qui feront l’affaire. Ils sont aussi nettement plus accessibles (54 euros).

    Dernier conseil pour la route

    Commencez à faire vos jus avec des légumes que vous consommez habituellement. Le goût doit vous être agréable, sans provoquer de nausée. Il est très important d’écouter votre corps lorsque vous faites des jus. Buvez un verre au petit-déjeuner, et veillez à ne ressentir aucun malaise à l’estomac durant toute la matinée. Si votre estomac fait des bruits bizarres, c’est que vous ne supportez pas un ou plusieurs des légumes. En ce qui me concerne, je me suis aperçu que je ne pouvais pas boire beaucoup de jus de choux, ce qui est dommage car c’est très bon et les vertus anticancers sont prouvées.

     

    A votre santé !

    Jean-Marc Dupuis

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • passeportsante.net

    Zoom sur 5 huiles essentielles apaisantes

     

    En cas de stress, de choc émotionnel, voire de dépression, le recours aux huiles essentielles peut être salvateur. La puissance de leur fragrance permet de soulager de nombreux maux. Découvrez les propriétés de 5 huiles essentielles apaisantes et leur utilisation.

     

     

     

    L’huile essentielle de lavande vraie a des propriétés anxiolytiques

    L’huile essentielle de lavande vraie a des propriétés anxiolytiques

    Quelles sont les propriétés de l’huile essentielle de lavande vraie ?

    L’huile essentielle de lavande vraie (lavandula angustifolia) est réputée pour apaiser le système nerveux et est souvent recommandée pour soulager le stress ou l’anxiété. Une revue systématique de plusieurs études publiée en 20121 a confirmé les effets thérapeutiques de l’huile essentielle de lavande sur le stress et l’anxiété. Une étude réalisée en 2007 sur des gerbilles2 a même montré qu’une exposition olfactive à l’huile essentielle de lavande vraie avait des effets apaisants équivalents à ceux du diazépam, un médicament de la famille des benzodiazépines aux propriétés anxiolytiques. Ses vertus apaisantes et relaxantes font qu’elle est également efficace pour traiter les problèmes d’insomnie3.

    Comment utiliser l’huile essentielle de lavande vraie ?

    Dans les cas de stress et d’anxiété, l’huile essentielle de lavande vraie s’utilise surtout en inhalation : 2 à 4 gouttes dans un diffuseur, ou, à défaut, aspirer les vapeurs d’un grand bol d’eau bouillante additionnée de quelques gouttes d’huile essentielle. Répéter les inhalations plusieurs fois par jour.

     

     

    L’huile essentielle d’ylang-ylang pour soulager les états dépressifs

    L’huile essentielle d’ylang-ylang pour soulager les états dépressifs

    Quelles sont les propriétés de l’huile essentielle d’ylang-ylang ?

    L’huile essentielle d’ylang-ylang (cananga odorata) est un puissant tranquillisant et un fortifiant du système nerveux1. Lorsqu’elle est utilisée en cas de choc émotionnel, d’anxiété, d’angoisse ou de trac, cette huile essentielle fait baisser la pression artérielle, ralentit le rythme de la respiration et calme d’éventuelles palpitations. Dans une étude réalisée en 20062, un certain nombre de participants a utilisé de l’huile essentielle d’ylang-ylang sur la peau. Les résultats ont montré que, comparativement au groupe témoin, le groupe traité à l’ylang-ylang avait une tension artérielle plus basse, une température corporelle plus élevée, et se sentait plus calme et relaxé. L’huile essentielle d’ylang-ylang pourrait donc être efficace pour soulager les états de stress ou de dépression.

    Comment utiliser l’huile essentielle d’ylang-ylang ?

    En cas d’angoisse, d’émotivité ou de stress, l’huile essentielle d’ylang-ylang s’utilise :

    • En olfaction : appliquer l’huile essentielle diluée dans une huile végétale sur les poignets puis les frotter entre eux avant de les respirer ;
    • En diffusion : 2 à 4 gouttes dans un diffuseur ;
    • En inhalation : aspirer les vapeurs d’un grand bol d’eau bouillante additionnée de quelques gouttes d’huile essentielle ;
    • En bain : diluer au préalable l’huile essentielle dans une base neutre.

     

     

    L’huile essentielle de laurier noble réduit la timidité

    L’huile essentielle de laurier noble réduit la timidité

    Quelles sont les propriétés de l’huile essentielle de laurier noble ?

    L’huile essentielle de laurier noble (laurus nobilis) est apaisante et tranquillisante. Elle est particulièrement indiquée dans les cas de stress lié à une timidité excessive, comme avant de prendre la parole en public. Avant un examen, et plus précisément un examen oral ou un discours, l’huile essentielle de laurier noble stimulerait la confiance en soi, favoriserait la concentration et la décontraction.

    Comment utiliser l’huile essentielle de laurier noble ?

    • En cas d’angoisse, d’anxiété ou de déprime latente, l’huile essentielle de laurier noble s’utilise diluée dans une huile végétale, en massage sur le plexus solaire, le long de la colonne vertébrale et sous les pieds.
    • En cas de stress lié à une forte timidité, consommer 1 à 2 gouttes d’huile essentielle de laurier noble diluées dans du miel ou un morceau de sucre 3 fois par jour pendant les quelques jours qui précèdent l’événement stressant. Elle est aussi efficace en olfaction : appliquer une goutte d’huile essentielle pure ou non sur les poignets, les frotter puis les respirer.

     

     

    L’huile essentielle de petit grain bigarade pour lutter contre l’anxiété

    L’huile essentielle de petit grain bigarade pour lutter contre l’anxiété

    Quelles sont les propriétés de l’huile essentielle de petit grain bigarade ?

    L’huile essentielle de petit grain bigarade (citrus aurantium) est obtenue par distillation des feuilles du bigaradier. Ses effets relaxants la rendent efficace contre le stress et l’insomnie. Plusieurs études réalisées sur des souris soumises à des tests d’anxiété 1,2 ont montré que l’administration orale de l’huile essentielle de petit grain bigarade contribuait à réduire l’anxiété, sans mention d’effets indésirables particuliers.

    Comment utiliser l’huile essentielle de petit grain bigarade ?

    Pour réduire les états d’anxiété et de nervosité, l’huile essentielle de petit grain bigarade peut être utilisée en bain (5 à 10 gouttes diluées dans une base neutre) ou dans un diffuseur (40 gouttes).

     

     

    L’huile essentielle de camomille noble apaise la nervosité

    L’huile essentielle de camomille noble apaise la nervosité

    Quelles sont les propriétés de l’huile essentielle de camomille noble ?

    L’huile essentielle de camomille noble, aussi camomille romaine (anthemis nobilis), est indiquée dans les cas d’irritabilité, de dépression nerveuse, de crise nerveuse et d’insomnie: elle calme l’excitation, soulage la tension nerveuse et le stress. Elle apaise également les douleurs physiques (rhumatisme, arthrite, entorse, rage de dents, maux de tête…) en engourdissant les nerfs et en réduisant l’inflammation des tissus2.

    Comment utiliser l’huile essentielle de camomille romaine ?

    • Pour apaiser la nervosité, l’huile essentielle de camomille noble s’utilise dans une huile de massage, dans le bain, à raison de quelques gouttes diluées dans une huile de bain ou encore dans un diffuseur.
    • Pour atténuer les douleurs, l’application locale est préférable : quelques gouttes diluées dans une huile de massage. 
     
    Samira Leroux
     
     
     
     
     

    Sources

    L’huile essentielle de lavande

    1. Perry R, Terry R, Watson LK, et al., Is lavender an anxiolytic drug? A systematic review of randomised clinical trials, Phytomedicine , 2012
    2. Bradley BF, Starkey NJ, Brown SL, et al., Anxolytic effects of Lavandula angustifolia odour on the Mongolian gerbil elevated plus maze, J Ethnopharmacol, 2007
    3. N. Purchon, Huiles essentielles – mode d’emploi, Marabout, 2001

    L’huile essentielle d’ylang-ylang

    1. N. Purchon, Huiles essentielles – mode d’emploi, Marabout, 2001
    2. Hongratanaworakit T, Buchbauer G, Relaxing effect of ylang ylang oil on humans after transdermal absorption, Phytother Res, 2006

    L’huile essentielle de laurier noble

    1. J. Kaibeck, Comment réussir un examen avec les huiles essentielles, www.lessentieldejulien.com

    L’huile essentielle de petit grain bigarade

    1. Putrini Ade M, Galindo LA, Costa M, Effects of the essential oil from Citrus aurantium L. in experimental anxiety models in mice, Life Sci, 2006
    2. Carvalho-Freitas MI, Costa M, Anxiolytic and sedative effects of extracts and essential oil from Citrus aurantium L., Biol Pharm Bull, 2002 

    L’huile essentielle de camomille noble

    1. Dr J. Valnet, Aromathérapie – 11e édition, Vigot, 2001
    2. N. Purchon, Huiles essentielles – mode d’emploi, Marabout, 2001

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Les noyaux d’avocat – Un super aliment pour une super santé

    noyau-avocat

     

     

     

    L’avocat est considéré comme un super aliment, celui qui peut fournir à votre corps les nutriments les plus sains, mais très peu de gens savent que le noyau d’avocat est riche en nutriments, plus encore que la chair ou la peau. Il possède également les fibres les plus solubles du monde. Un noyau d’avocat contient la totalité de la dose quotidienne de fibres dont nos corps ont besoin. Il contient plus d’antioxydants que l’avocat lui-même et d’autres fruits et légumes. Mais, ce n’est pas tout.

    Les bienfaits du noyau d’avocat

    – Un fait étonnant est que la chair et la peau de l’avocat ne contiennent que 30% des antioxydants, tandis que 70% se trouvent dans le noyau seul. Les antioxydants aident à prévenir les maladies cardiaques, à abaisser le taux de cholestérol et prévenir différentes sortes de maladies.
    – Vous pouvez soulager le gonflement du tube digestif et vous pouvez réduire les maladies inflammatoires dans le corps.
    – Vous pouvez même prévenir ou soulager la constipation et aider à soulager la diarrhée car il est riche en fibres.
    – L’antioxydant connu comme composé phénolique contenu dans le noyau est connu pour aider à soulager la douleur des ulcères gastriques en raison de ses propriétés anti-virales et anti-bactériens.

    Avez-vous besoin d’autres raisons et faits pour lesquels vous devriez consommer les noyaux d’avocat? En voici quelques-uns:

    – Le noyau contient un antioxydant très important qui peut aider à combattre le cancer: les flavonols. Les personnes atteintes de cancer sont invitées à consommer des aliments riches en flavonols, donc le noyau d’avocat est parfait pour eux.
    – Une autre bonne raison d’inclure les noyaux d’avocat dans votre régime alimentaire est si vous avez un système immunitaire faible et souffrez de rhumes fréquents pendant la saison de la grippe. Le noyau peut vous aider à le renforcer.
    – Les radicaux libres sont la principale raison pour laquelle les gens tombent malades, souffrent de cancer et de vieillissent un peu trop vite. Si vous voulez éviter tout cela, le noyau d’avocat peut vous aider à combattre les radicaux libres. Il peut vous aider à atteindre une apparence jeune, car il a la capacité de reconstruire le collagène sous la peau.
    – Et cela ne se arrête pas là! Consommer le noyau peut aider à vous sentir énergique en réduisant les courbatures, les sensations pénibles aux articulations et les maladies osseuses; il peut vous aider à perdre du poids et réduire les niveaux de glucose dans le sang; il peut aider pour l’asthme induit par l’exercice; il peut même vous faire sentir rassasié et réduire les fringales.

    Comment faire pour extraire le noyau d’avocat

    Prenez un couteau et ouvrez l’avocat en deux verticalement. Il devrait s’ouvrir facilement s’il est mûr. Sortez le noyau. Ensuite, vous pouvez faire deux choses. La première consiste à le mettre dans un sac en plastique et l’écraser avec un marteau et puis le mettre dans un blender avec d’autres ingrédients tels que des bananes, des épinards ou d’autres légumes verts foncés, des dates, etc., afin de faire un smoothie. Ou si vous avez un blender plus puissant vous pouvez le mettre avec le reste des ingrédients sans l’écraser. Assurez-vous d’ajouter un peu d’eau. Buvez votre smoothie de noyau d’avocat et profitez d’une vie plus saine.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • passeportsante.net

    UNE PIZZA SANTÉ, C'EST POSSIBLE !

     

    Incroyable mais vrai : les Français engloutissent chaque année près de 881 millions de pizzas par an, soit environ 10 kilos de pizzas consommés par habitant. Ils ne sont devancés que par les Etats-Unis qui culminent à 3 milliards de ces spécialités d’origine italienne. Catalogué comme produit de malbouffe, la pizza peut pourtant être un produit presque modèle en matière d’équilibre nutritionnel. Voici 8 conseils pour y parvenir.

     

    Préférez les pâtes à pizza à blé entier

    Préférez les pâtes à pizza à blé entier

    La pâte à pizza est généralement confectionnée à partir de céréales raffinées, qui ont subi d’importantes transformations. Par rapport aux céréales complètes, elles ont perdu leur enveloppe (riche en fibres) et leur germe (riche en vitamines et en minéraux) ce qui rend leur index glycémique plus élevé : le sucre se diffuse très vite dans le sang, faisant monter le taux d’insuline et pouvant, à long terme, provoquer un diabète. De plus, la faim arrive plus vite et l’envie de grignoter entre les repas aussi !

    Alternative : Pourquoi ne pas oser la pizza à pâte de chou ? Cette étonnante alternative diminue encore l’index glycémique et garantit une pizza sans gluten pour les personnes souffrant de la maladie cœliaque. Il suffit d’un chou-fleur, d’un peu d’huile d’olive et d’un œuf : la recette.

     

     

    Délaissez les pizzas aux quatre fromages

    Délaissez les pizzas aux quatre fromages

    Les pizzas aux quatre fromages sont très appréciées pour leurs côtés à la fois fondant et croustillant. Elles figurent pourtant parmi les pizzas les plus caloriques, en raison notamment de leur forte teneur en gras : il y aurait en moyenne près de 40 grammes de matière grasse dans une seule pizza (cuisinée maison), soit la moitié de la consommation quotidienne recommandée en un seul aliment. De plus, les fromages contiennent des quantités non négligeables de gras trans, dont la nocivité pour l’organisme (troubles cardiovasculaires) n’est plus à prouver. Une pizza aux quatre fromages en contient environ 12 g. C’est six fois plus que la consommation recommandée !

     

     

    Faites le choix original d’une pizza-salade

    Faites le choix original d’une pizza-salade

    Et si au lieu de servir de la salade pour accompagner une pizza riche en garniture grasse, vous serviez directement la salade sur la pizza ? Faites cuire la pâte sur laquelle vous aurez déposé une sauce tomate maison (plus riche en antioxydants qu’une tomate fraîche) et déposez-y, ensuite,  la salade, assaisonnée d’une vinaigrette légère, et toutes sortes de légumes crus.  On a aujourd’hui trop tendance à les faire cuire alors qu’ils contiennent plus de nutriments et seraient davantage bénéfiques pour la santé à l’état cru. Enfin, parsemez votre pizza de noix en tout genre et en quantité modérée. Elles sont riches en antioxydants et en acides gras oméga-3 mais possèdent une forte densité énergétique.

     

     

    Allégez le reste du repas

    Allégez le reste du repas

    Exceptionnellement, vous avez décidé de vous faire plaisir en mangeant une pizza pour le repas. Ne culpabilisez pas ! La pizza peut être un aliment intéressant pour peu que vous fassiez les bons choix en matière de garniture et que vous la prépariez vous-même. Il faudra aussi alléger le restant de votre repas puisque selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les repas d’une personne moyennement active ne devraient pas excéder 770 calories. Or, une pizza atteint déjà en moyenne 700 calories. Il faudra donc faire l’impasse sur l’apéritif, les boissons sucrées (300 calories en plus pour 75 cl de soda), les accompagnements gras et les desserts sucrées. Un choix qui s’annonce difficile pour les Québécois, puisque 53 % d’entre eux consommeraient systématiquement des frites avec leur pizza1 !

     

     

    Tenez-vous en à une part et intégrez des crudités

    Tenez-vous en à une part et intégrez des crudités

    Avant les années 60, les pizzas n’étaient considérées que comme des en-cas. Puis, la restauration a misé sur la popularité de ce plat peu coûteux en augmentant la taille des portions. Pari réussi : les pizzerias se multiplient en Europe comme en Amérique du Nord jusqu’à devenir un plat extrêmement populaire. Et surtout un repas déséquilibré. Il faut se faire à l’idée que la pizza n’est qu’un accompagnement et qu’il faut nécessairement lui adjoindre une assiette de crudités (salade, légumes variés, fruits secs, etc.).

     

     

    Méfiez-vous des pizzas à emporter

    Méfiez-vous des pizzas à emporter

    Lorsque vous achetez une pizza industrielle, il vous est impossible de connaître exactement les ingrédients qui la composent. La raison est simple : les restaurateurs diminuent tous les coûts pour augmenter les marges et certains produits n’ont plus rien à voir avec leur état d’origine. Dans la plupart des pizzas industrielles, le fromage a même été remplacé par un « fromage » synthétique qui imite son goût, sa texture et son apparence mais qui cache aussi divers colorants et de l’huile de palme. En grande surface, il est donc important de repérer les étiquettes : si ce n’est pas écrit fromage, c’est que cela n’en est pas.

    De plus, les pizzas de fast-food peuvent atteindre des taux de gras hallucinants : une étude réalisée par 60 millions de consommateurs a montré qu’ils atteignaient souvent 70 g de lipides par pizza ! Il faut d’ailleurs se méfier des étiquettes indiquant la composition nutritionnelle du produit. La plupart du temps, elles sont basées sur une échelle de 100 g, alors que la pizza est, en réalité, trois fois plus grosse.

     

     

    Préférez les pâtes fines aux pâtes moelleuses

    Préférez les pâtes fines aux pâtes moelleuses

    La pizza à pâte fine n’est pas seulement plus croustillante, elle est aussi beaucoup moins calorique. Elle reste toujours la préférée des consommateurs, mais de plus en plus lui préfèrent désormais la pâte épaisse, de type brioche et issue des recettes américaines. A tort ! Choisir une pâte fine vous ferait économiser une centaine de calories et réduirait de moitié la quantité de gras saturés présent dans la pizza.

     

     

     

    Martin Lacroix

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    LE MYTHE DU LAIT

    mythe-du-lait

     

     

    Le lait fait énormément parler de lui depuis quelques temps et ce n’est certainement pas pour rien ! La médecine se rend compte qu’il cause beaucoup de troubles divers et variés : Allergies, indigestion, acné…

     

    De plus il a été constaté que plus de 75% de la population mondiale est intolérante au lait de vache ! Mais pourquoi selon vous ?

    Tout d’abord savez-vous que l’homme est le seul être vivant qui ingurgite le lait d’une autre espèce que la sienne! La vache nourrit le veau avec son propre lait et   celui-ci stoppera tout naturellement par lui-même de boire le lait de sa mère quand il sera prêt!

    Ce type de lait est conçu pour décupler considérablement le poids de naissance du Veau en un an, c’est pour cela qu’il est beaucoup trop riche pour nous !

     

    Mais alors pourquoi buvons-nous du lait de vache ?

    Boire le lait de notre mère à la naissance est une chose complètement normale et même vitale car en fin de compte le lait maternel n’est rien d’autre que la continuation de la fonction du placenta. Le placenta a un rôle nutritif et de mise en place d’information qui participe à l’embryogenèse, plus clairement cela veut dire que le lait maternel envoie au nouveau né de l’information pour sa croissance ! Il stimule son système immunitaire, il apporte beaucoup de nutriments énergétiques, il équilibre le système nerveux  par ses acides gras insaturés et sans l’oublier, il lie un lien d’amour unique entre une mère et son enfant !

    Jusqu’à là tout est parfaitement normal et même équilibré ! Ce qui l’est moins c’est de troquer le lait maternel contre du lait de vache et ce assez rapidement. Cela se produit  pour des raisons pratiques pour la mère qui est éreintée d’allaiter car dans l’idéal l’allaitement devrait durer 3 ans, ce qui est une période assez longue et inimaginable pour certaines mères ! Il faut savoir que réellement l’allaitement doit durer au minimum six mois, à partir d’ici le sevrage se fera naturellement en douceur en introduisant progressivement fruits, légumes, oléagineux, et protéines…

    Dans un autre temps l’humain décide de boire du lait pour ses besoins en calcium qui selon la pensée commune n’est trouvable qu’en quantité limitée dans les produits laitiers ! Un scandale quand on sait qu’une tête de brocolis par jour peut fournir les besoins recommandés en calcium pour une personne d’âge moyen ! Les végétaux suffisent amplement à satisfaire nos besoins (Choux de Bruxelles, chou frisé, chou chinois, brocolis), légumineuses, algues, …

    Ce qui est totalement fou c’est que malgré ce que l’on pense, le calcium des laitages est très peu « biodisponible » ce qui veut dire qu’il est peu absorbé, à hauteur de 32% seulement alors que pour certains légumes cela peut aller jusqu’à 65%.
    Par exemple les taux d’assimilation du calcium de certains légumes sont remarquables !

    • Chou=65%
    • Brocoli=61.3%
    • Chou Frisé=49.3%
    • Bette chinoise=49.3%
    • Chou de Bruxelles=64%

    Atteindre un apport suffisant en calcium quotidiennement est d’une facilité déconcertante, il suffit simplement de varier nos assiettes et d’adopter une alimentation équilibrée comprenant beaucoup de fruits et de légumes chaque jour !

    En ce qui concerne le calcium du lait de vache, il ne peut pas nous convenir et encore moins nous faire du bien car ses protéines sont censées nous transmettre une information nécessaire pour l’élaboration de l’osséine (filet sur cartilage pour retenir les minéraux) mais elles n’en seront jamais capables car elles ne sont pas adaptées à notre espèce, mais uniquement à celles du veau ! Ces protéines sont donc totalement inappropriées pour notre espèce ! En réalité boire du lait pour augmenter son taux de calcium aura tout bonnement l’effet contraire car la concentration de calcium dans le sang augmentera d’un coups et le corps ne comprendra pas ce choc ce pourquoi il essaiera de revenir à un niveau normal en excrétant le calcium par les reins dans l’urine.

    Voilà pourquoi le bébé, l’enfant ou l’adulte auront très peu d’osséine et de ce fait retiendront mal les minéraux entrainant une déminéralisation progressive.

    Evidemment l’Industrie laitière ne pourra jamais dire que le lait est néfaste pour votre santé, bien au contraire ! Depuis les années 20, les industriels du lait n’ont pas cessé de nous faire croire que le lait était exceptionnellement bénéfique pour nous mais ce qu’il ne faut pas oublier c’est que l’industrie laitière a toujours eu le contrôle sur l’ensemble des informations concernant la santé publique ! L’Industrie laitière a su s’infiltrer dans la plupart des organismes officiels de recherche et/ou de communication dans le domaine de l’alimentation et de la santé ! De plus cette propagande n’est pas pour déranger une industrie multimilliardaire en dollars qui serait déçue de voir ses profits baisser!

    La propagande fût si grande et si intense qu’aujourd’hui il est vraiment difficile de prouver le contraire aux accros persuadés que ce qu’ils ont toujours entendu ne peut être faux ! On appelle cela un mythe et rien d’autre !

    Si vous saviez à quel point la corruption est présente dans ce domaine, vous seriez certainement plus qu’abasourdis !

    Par exemple l’industrie laitière a fondé son propre « conseil scientifique ! Par exemple le « CERIN » (Centre de recherche et d’information Nutritionnelle), avec un nom si officiel, c’est difficile de se douter de ce qui se trame derrière et il en devient plus facile de tromper journalistes, commission Européenne et j’en passe…

    Autre exemple incroyable ! Savez vous que l’industrie laitière finance une large part du budget de « l’institut français pour la nutrition » IFN.

    Vous en voulez encore ! En 2005 par exemple sur les 29 membres du comité d’experts en nutrition humaine de l ‘AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) et bien 20 d’entre eux avaient des liens de collaboration avec l’industrie laitière, 13 travaillaient avec Danone et le président même siégeait au conseil scientifique de Nestlé France ! Très crédible tout ça !

    Ah vous en voulez plus! La direction du Programme National Nutrition Santé (PNNS), une émanation des ministères de la santé, de l’éducation nationale et de l’agriculture a été confiée en 1999 à un médecin siégeant à l’institut Candia. Bravo, quelle finesse !

    Les lobbyistes et autres costumes aux manches sâles ont beau nous dire que le lait est la seule possibilité pour bénéficier de suffisamment de calcium et nous permettre d’avoir des os en santé mais  comment peuvent-ils alors expliquer que les asiatiques qui a l’origine ne buvaient pas de lait de vache ont commencé à souffrir d’ostéoporose et d’autres problèmes osseux dès lors qu’ ils ont adopté le régime américain ! Comment expliquer aussi que 25 millions d’Américains développent de l’ostéoporose eux qui consomment tant de lait de vaches ?

    N’y a-t-il pas un malaise quelque part ? Ceux qui boivent beaucoup de lait souffrent d’ostéoporose et ceux qui n’en boivent pas n’ont aucun problème de ce genre ! Es-ce une vaste blague ? C’est un acte criminel que de continuer à faire croire à l’humain que le lait de vache est bénéfique pour lui!
    Le Lait de vache est vraiment néfaste pour votre santé quoi qu’on en dise et quoi qu’on puisse entendre!  Il est temps de se faire une raison !

    Beaucoup d’études et de recherches prouvent que le lait de vache augmente les risques de cancers, d’ostéoporose et de maladies cardiovasculaires !

    Mais pourquoi le lait est-il si mauvais ?

    ● Tout d’abord vu la demande, il faut produire en grosse quantité! De ce fait les vaches ont été transformées en usine à lait pour produire jusqu’à 10.000  litres de lait par an! Un rythme contre nature il va sans dire ! A force d’être surmenées et maltraitées, elles développent des infections à répétition qu’on appelle mammites ou mastite qui libèrent du pus (cellules somatiques) et des bactéries qui s’écoulent tout doucement avec le lait jusque dans les belles bouteilles que vous n’achèterez plus jamais de la même manière j’en suis certaine, enfin je l’espère !

    ● De plus, considérant l’augmentation continuelle des maladies et infections, l’humain leur administrera de grandes doses d’antibiotiques, d’anti parasitaires, d’anti inflammatoires… Et tout ça dans l’unique but de les faire tenir le plus longtemps possible alors évidemment tout ce cocktail de molécules chimiques se retrouvera dans votre lait. Donc plus votre consommation sera grande et plus vous  risquerez  une possible dépression de votre système immunitaire !

    ● Il y’a aussi une fameuse protéine, la Caséine (qui représente 80% des protéines du lait de vache) que l’on retrouve donc à profusion et qui crée beaucoup de dommages dans le corps humain tout comme la protéine du gluten avec le blé et d’autres céréales. Ces protéines peuvent déclencher une réponse auto-immune par une défaillance d’une enzyme incapable de faire son travail de digestion ce qui laissera un résidu non digéré reconnu directement par le système comme un VIRUS. Ces fragments non digérés (Peptides) ressemblent à des drogues du genre opium (Héroïne, Morphine, Codéine…) qui essaieront d’imiter les endorphines pour provoquer des changements de perception, d’humeur et de comportement. Voilà pourquoi tant de gens sont totalement dépendants des produits laitiers et du gluten ! C’est une Vraie Drogue !

    ● Il est aussi important de savoir que dans le lait de vache, nous trouvons du lactose, qui se compose en deux sucres simples : le glucose et le galactose. Le problème avec celui-ci vient du fait que certaines personnes ne possèdent pas l’enzyme capable de séparer ces sucres pour qu’ils puissent être absorbés dans le sang ! La flore intestinale doit alors consommer ce qui n’a pas été digéré et cela peut causer beaucoup de problèmes intestinaux…

    ● Il y’a aussi le problème de l’homogénéisation, c’est à dire l’égalisation des graisses dans le lait, pour que la crème et le lait ne fassent plus qu’un. Ce procédé provoque une infiltration d’air qui s’immisce dans le lait transformant les graisses en une substance grasse oxydée qui causera alors une grosse production de radicaux libres très nuisibles pour le corps humain.

    ● S’ajoutant à ceci, la pasteurisation et la stérilisation qui utilisent des températures trop élevées pouvant aller au dessus de 100 degrés Celsius! Ce qui n’hésitera pas à tuer toutes les enzymes pour vous laisser en fin de compte le pire du pire!

    Le lait détruit petit à petit votre flore intestinale en détruisant son équilibre et nous savons tous qu’une bonne santé démarre dans cette merveilleuse partie du corps !

    En fin de compte le fameux Lait tant acclamé n’est qu’un concentré de graisses, de cholestérol, d’antibiotiques, d’hormones, d’OGM, de pesticides, de bactéries et malheureusement ce n’est pas glorieux mais aussi de pus… Une vraie bombe à retardement causant divers troubles, maux et problèmes !

    Nombreuses sont les études qui relatent ce que l’ingestion de lait pourrait causer :

    • Flatulences et intolérance au lactose
    • Cancers
    • Cancer de la prostate
    • infection des oreilles
    • Obésité
    • Acné
    • Cancer du Sein
    • Arthrites
    • Infarctus et maladies cardiovasculaires
    • Diabètes
    • Allergies
    • Ostéoporose
    • etc.

    De quoi frissonner et sentir son cœur se serrer, n’est-ce pas ?

    C’est affligeant de voir à quel point il est facile de se faire berner et de faire croire n’importe quoi aux gens qui ne recherchent que le meilleur pour eux !

    Alors dès maintenant si ce n’est pas déjà fait, je vous en supplie, bannissez le lait de vache de votre maison, de votre vie et celles de vos amis, familles et proches… Adoptez le lait végétal fait maison qui est bien meilleur pour votre santé, délicieux et très simple à réaliser !

    Une petite vidéo sur les différentes manières de réaliser des laits végétaux vous ferait-elle plaisir ?

    De plus, si ce sujet vous intéresse, si vous voulez en savoir plus, voir les différents rapports et études sur le lait de vache, je vous recommande grandement « Laits, mensonges et propagande » ou « Vache a lait » ou encore « Le rapport Campbell » (The China study)

     

     

    Source : Echovivant
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique