• MALADIE DE LYME : LES SOLUTIONS NATURELLES POUR LA COMBATTRE

    MALADIE DE LYME :

    LES SOLUTIONS NATURELLES POUR LA COMBATTRE

     

     

     

     

     

     

    Artichaut, radis noir, huile essentielle de menthe, sel… Il existe des remèdes naturels efficaces contre les douleurs et les troubles neurologiques typiques de la maladie de Lyme. Medisite fait le point sur les façons de combattre naturellement cette infection.

    Alimentation : diminuer les féculents et les protéines

    ©iStock

    Le premier réflexe à adopter pour combattre la maladie de Lyme est de modifier son régime alimentaire. "La maladie de Lyme (ou borréliose) est causée par bactérie Borrelia véhiculée par les tiques, mais aussi probablement par d’autres cofacteurs : des bactéries, des virus (comme le virus d’Epstein-Barr, le virus de l’herpès, le cytomégalovirus) et des parasites. Il faut avant tout changer l’environnement dans lequel la bactérie et les cofacteurs de la maladie sont susceptibles de se développer", révèle Valérie Mallick-Jung, naturopathe. En effet, "le taux d’encrassement du corps est un facteur majeur de développement de la maladie de Lyme", précise-t-elle.

    Comment faire ? Supprimer tous les aliments potentiellement inflammatoires, à savoir ceux qui contiennent du gluten, du lactose et de la caséine . "Il faut aussi restreindre l’apport en féculents et en protéines pour qu’ils ne représentent plus que 10 à 20% de l’apport alimentaire", conseille Valérie Mallick-Jung. "Globalement, la digestion est allégée et le corps a plus d’énergie pour se détoxiner", constate la naturopathe. "Avec ce type de régime, les réactions inflammatoires et donc les problèmes digestifs sont diminués, les crises de douleurs sont moins fortes et plus espacées", nous confie Elodie, 36 ans, diagnostiquée de la maladie de Lyme en 2013.

    En parallèle, "il faut aussi diminuer au maximum les produits industriels à la fois dans l’alimentation mais aussi dans les cosmétiques et les produits ménagers pour réduire son exposition aux substances toxiques", conseille Elodie.

     

    Artichaut, radis noir, chardon-marie : miser sur les plantes détox

    ©iStock

    Pourquoi se détoxiner ? "Avec la maladie de Lyme, on s’intoxique tout le temps. Les Borrelia produisent beaucoup de neurotoxines et on a les émonctoires* saturés, ce qui entraîne une mauvaise élimination des toxines", décrit Elodie.

    Comment faire ? Il faut commencer par boire beaucoup d’eau pour aider le corps à éliminer les toxines. Les plantes détox vont aussi constituer de véritables alliés.
    Pour détoxiner le foie : Valérie Mallick-Jung conseille l’artichaut, le radis noir, le romarin, le chardon-marie et le desmodium (sous forme de teinture-mère, d’extraits de plantes secs ou aqueux).
    Pour détoxiner les reins : la naturopathe propose les queues de cerise, la racine de pissenlit, la prêle et l’ortie (sous forme de teinture-mère, d’extraits de plantes secs ou aqueux).
    Pour détoxiner les intestins : pensez au charbon activé et à l’argile.
    Contre la saturation globale des émonctoires par les toxines, "je fais aussi une cure de sève de bouleau deux fois par an", témoigne Elodie.

    *Les émonctoires sont les organes chargés d’évacuer les déchets : le foie, les reins, les poumons, la peau et l’intestin.

     

    Soulager les douleurs dans un bain de sel d’Epsom

    ©iStock

    Un bain chaud amélioré peut aider à soulager les douleurs liées à la maladie de Lyme.

    Comment faire ? Pour Elodie, l’ingrédient miracle est le sel d’Epsom, du sulfate de magnésium : "A partir de 39 degrés, le magnésium devient disponible et absorbable par voie cutanée. Il soulage énormément les muscles et les articulations", témoigne-t-elle.
    Une alternative efficace est le bicarbonate de soude. "Versez-en une tasse dans le bain, il permettra de tirer les toxines hors du corps", décrit Valérie Mallick-Jung.

     

    L’argent colloïdal pour renforcer les défenses immunitaires

    ©iStock

    L’argent colloïdal est un agent anti-infectieux qui va soutenir le système immunitaire et aider à lutter contre l’infection. Comment l’utiliser ? Par voie orale, en cures de 15 jours.
    Le conseil de la naturopathe : "Tout stimulant du système immunitaire sera intéressant, comme par exemple la propolis ou l’extrait de pépins de pamplemousse", souligne Valérie Mallick-Jung.
     
     

    Ail des ours, chlorelle : des remèdes naturels contre les métaux lourds

    ©iStock

    Pourquoi ? "Dans le corps, les bactéries se regroupent en biofilms, des masses gélatineuses qui sont stabilisées par les métaux lourds. Eliminer les métaux lourds va donc ouvrir les biofilms et faciliter le combat contre les bactéries".

    Quels remèdes ? Le samento (un extrait de forme rare de la plante griffe de chat) va ouvrir les biofilms dans le corps. Contre les métaux lourds, pensez à l’ail des ours, à la chlorelle, au charbon activé et aux feuilles de coriandre, sous forme de goutte de teinture mère.

     

    Des huiles essentielles de menthe contre les inflammations

    ©iStock

    Certaines huiles essentielles permettent de renforcer le système immunitaire et d’abaisser l’inflammation. "Les huiles essentielles de thym et d’origan ont un effet antibiotique et bactéricide, elles vont assainit le corps", révèle Valérie Mallick-Jung.

    En parallèle, les huiles essentielles de sarriette, de lavande officinale, de menthe citronnée ou encore de giroflier vont avoir un effet anti-inflammatoire.

    Contre les malaises neurologiques : l’huile essentielle de menthe poivrée en inhalation peut être efficace. Autre astuce contre les malaises : "couper un kiwi en deux et le saupoudrer de sel. La vitamine C sera plus vite absorbée grâce au sodium, et sera très efficace contre les vertiges et les troubles visuels. C’est facile à emmener avec soi, par exemple quand on prend la voiture et qu’on a peur de faire un malaise", souffle Elodie.

     

    Kiné et balnéo contre les paralysies

    ©iStock

    Tout ce qui va masser, relaxer et mobiliser le corps sera bénéfique contre la maladie de Lyme, selon Valérie Mallick-Jung.
    "Je fais deux à trois séances de kinésithérapie par semaine, accompagnées de balnéothérapie, ce qui m’aide à garder ma mobilité. Même si les douleurs sont toujours présentes, ces thérapies ont supprimé mes crises de paralysie", confie ainsi Elodie.
     
     

    Des probiotiques pour renforcer la flore intestinale

    ©iStock

    Les bactéries de l’intestin, aussi appelées flore intestinale ou microbiote intestinal, sont déstructurées par la présence de borrélies dans le corps et souvent perturbées par l’antibiothérapie.
    Les probiotiques vont aider à rétablir une équilibrée et à redonner aux intestins l’efficacité nécessaire pour éliminer les déchets.
     
     

    Une activité physique régulière contre les douleurs

    ©iStock

    Bouger est très important pour soulager les douleurs mais aussi "pour faire circuler les liquides et mieux filtrer les toxines au niveau du foie et des reins", révèle Valérie Mallick-Jung.
    Quelle activité ? Marche, natation, yoga ou encore tai-chi, optez plutôt pour des sports doux. Pour Elodie, le choix est fait : "j’ai des chiens, alors je marche beaucoup avec eux".
     
     

    Des plantes bactéricides contre la borrélie

    ©iStock

    "Le samento, le cumanda, le banderol et la pinella sont des plantes antibactériennes, antifongiques et antivirales", détaille Valérie Mallick-Jung.
    Bon à savoir : "Quand les bactéries ou les virus sont détruits par des antibiotiques, des traitements naturels ou par le système immunitaire, une réaction typique survient : l’intensité des symptômes douloureux augmente car, lorsque ces agents sont détruits, ils libèrent des toxines dans le corps. C’est la réaction de Herxheimer", décrit la naturopathe. Elodie a connu cette réaction pendant son antibiothérapie, qui a duré deux ans et demi : "L’état empire, on vit l’enfer, puis ça va mieux", raconte-t-elle.
     
     

    Des solutions différentes pour chaque malade

    ©iStock

    "Les symptômes sont très variés et très variables d’une personne à l’autre", constate Valérie Mallick-Jung. Ce qui explique que les solutions soient très individualisées : "celles qui marchent sur moi ne vont pas marcher sur d’autres malades. Il faut essayer, changer d’astuces régulièrement pour voir ce qui marche", témoigne Elodie.

    Qui consulter ? "Naturopathie et médecine classique ne s’opposent pas, elles sont complémentaires", rappelle Valérie Mallick-Jung. Il ne faut donc pas hésiter à consulter un médecin généraliste, un infectiologue, un naturopathe ou un homéopathe en parallèle. "Les associations et les groupes de malades aident aussi à se renseigner et à trouver des solutions quand on arrive dans la maladie", raconte Elodie.

    Le conseil de la naturopathe : "Les malades de Lyme me consultent souvent en étant dans une grande détresse, voire une dépression parce qu’on ne les a pas crus et qu’ils ont erré de spécialiste en spécialiste. Mais il faut se rassurer, c’est tout à fait réversible." En effet, Valérie Mallick-Jung rapporte que "les personnes atteintes qui manifestent une volonté sans faille de modifier leurs habitudes de vie, en particulier l’alimentation, et qui pratiquent une bonne détoxination, voient leurs symptômes régresser régulièrement et sûrement. Lorsque le corps est bien détoxiné et que le système immunitaire a repris le dessus, la borrélie et les cofacteurs ne peuvent tout simplement plus s’y développer, et les symptômes disparaissent." C’est pourquoi la spécialiste affirme enfin : "Il faut garder espoir, visualiser l’après Lyme et retrouver la volonté de continuer à se soigner."

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Sources : - Remerciements à Valérie Mallick-Jung, naturopathe à Hambach (Moselle) et à Elodie, patiente atteinte de la maladie de Lyme. - Lyme, les solutions naturelles. Judith Albertat, Thierry Souccar Editions, 2016. - France Lyme

    medisite.fr

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Pourquoi boire du lait quotidiennement peut provoquer de l’ostéoporose ?Les micro-agressions, ces ennemies de nos relations de couple »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    filovent
    Jeudi 20 Septembre 2018 à 11:07

    Merci de ce témoignage...

    D'abord, ça redonne de l'énergie, puis c'est très sensé...

    Je rechute tout doucement après 2 ans sans la moindre douleur...

    Pour cela, j'ai beaucoup de points communs avec ce que vous préconiser!

    Un régime alimentaire le plus basic et anti inflammatoire...

    donc, sans viande, poisson, sucre, laitage et céréale!

    Sauna tous les jours ou bains a 42 degrés

    et cure du foie et de la vésicule biliaire que j'ai trouvé très efficace pour libérer le foie des toxines.

    plus de l'ecchinacéa, romarin, renoué du japon, ortie, cardère.

    Et des jeûnes de 7 jours pour nettoyer le corps et renouveler les défenses.  

    J'ai envie de varier les plaisirs de ma quête...ce coup ci, je teste la curcumine a forte dose...

    et des ballades en montagne (la nature est un formidable réservoir d'énergie!)

    on verra bien...la guérison est pour moi une chasse aux trésors!

    alors, je reprends ma quête...yes

    Bonne suite

    tout de bon!money

    Fabien

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :