• Le complexe de Cassandra et la marginalisation du féminin

    Le complexe de Cassandra et la marginalisation du féminin

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     

    Dans le complexe de Cassandra il y a une tendance à prouver son courage pour cesser de se sous-estimer, car on pense gagner de cette manière le respect des autres.

    Le complexe de Cassandra tient son origine de l’un des plus célèbres mythes de l’Iliade d’Homère.

    On y raconte qu’Apollon, le dieu de la prophétie, fasciné par la beauté de Cassandra, fille des rois de Troie, lui offrit quelque chose en échange de son amour.

    Ce qu’il lui promettait c’était le don de la prophétie. Toutefois, Cassandra n’aimait pas Apollon, c’est pourquoi elle accepta le don mais refusa catégoriquement de vivre avec Apollon. Il en fut dévasté, mais surtout, très fâché.

    Apollon se vengea en maudissant Cassandra avec des prédictions auxquelles personne ne croirait, même si elles était vraies.

    Ainsi, le don se transforma en malédiction et Cassandra souffrait de voir que ce que les autres refusaient devenaient réalité.

    La sous-estime qui s’intériorise

    Le complexe de Cassandra provoqua chez les femmes une mauvaise estime de soi dans plusieurs domaines de leur vie. De fait, elles construisent leur identité en se basant sur des préjugés qui existent déjà sur elles.

    Certains affirment qu’elles sont trop faibles, qu’elles pleurent pour un rien, qu’elles sont toujours les victimes…

    Mais, en plus de cela, on trouve également un lien avec les phrases comme « il sera bientôt trop tard pour elle », « elle n’a pas su garder un homme à ses côtés ».

    Tout ceci provoque le fait qu’elles construisent une identité qui se base sur la dépendance, la recherche de l’approbation des autres, le manque d’estime de soi et une tendance à se rendre responsable de tout.

    C’est ce qu’il s’est passé avec la Cassandra du mythe.

    • Elle cherchait à ce que les autres approuvent ses prédictions, mais elle ne recevait que des refus.
    • Elle voulait sauver ses êtres chers de toutes les infortunes qu’elle prédisait, mais ils ne lui faisaient pas confiance, elle se sentait donc mal et son estime de soi chutait.

    Ainsi, dans le complexe de Cassandra il y a toujours une tendance à démontrer son courage, car c’est ainsi que l’on pense gagner le respect et l’amour des autres.

    Toutefois, de l’autre côté il n’y a rien de cela, seulement le refus.

    Le complexe de Cassandra provoque des changements psychologiques

    A cause de ce sentiment de faible estime de soi, les femmes qui souffrent de ce complexe commencent à souffrir de changements psychologiques très importants.

    L’un de ces changements est lié au perfectionnisme ainsi qu’à la recherche de tout contrôler. Dans son excès nous pouvons voir sa carence la plus prononcée.

    • Elles sont obsédées par des petites choses pour lesquelles elles veulent prouver leur maîtrise.
    • Ceci dénote leur manque de contrôle quand elles font tout bien pour avoir cette approbation sur ce dont elles n’ont aucun pouvoir.

    Toutefois, le plus important c’est que leur intuition s’éteint peu à peu. Mais si les autres les sous-estiment, elles le font également, mais envers elles-mêmes, avec leurs sentiments et leurs émotions.

    De cette manière, elles cessent de s’écouter lorsque leur instinct leur dit « cette relation ne te convient pas » ou « tu souffres pour rien ».

    Faire cela les use, même si elles ne le remarqueront pas au début, jusqu’à ce que leur corps commence à manifester que quelque chose ne va pas : les douleurs apparaîtront, la fatigue, les problèmes de sommeil…

    Si le rejet externe est déjà douloureux, l’interne est encore plus terrible.

    La marginalisation du féminin, la prépondérance du masculin

    Le complexe de Cassandra suppose une marginalisation du féminin, où l’on ne prend pas les femmes au sérieux et où elles sont soumises à l’homme.

    Lorsque Apollon se sent rejeté, il fait preuve de virilité pour exercer son pouvoir sur Cassandra. Elle n’a aucune chance. Elle souffre des conséquences de la domination masculine.

    C’est quelque chose qui continuera après avoir souffert la colère d’Apollon, car elle perdra une approbation et une confiance qui lui seront toujours refusées.

    De nombreuses femmes souffrent de ce complexe, car elles naissent avec le bien intériorisé. Cette faible estime de soi est quelque chose qu’on leur a assigné à la naissance.

    Bien qu’il y ait encore du chemin contre la marginalisation du féminin, avec ce « ne pas prendre en compte » car l’on considère encore la femme comme faible, émotive, trop sensible.

    La personne qui souffre du complexe de Cassandra l’alimente également. Et éliminer ces étiquettes attribuées demande de parcourir un chemin très ardu et difficile, rempli de pentes escarpées.

     

     

     

     

     

     

    Source : amelioretasante.com

     

     

     

     

     

     

     

     

    « 5 sports pour les personnes souffrant de douleurs aux genouxLES LARMES ET LA PRIÈRE »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :