• L'INDISPENSABLE COURAGE

    L'INDISPENSABLE COURAGE "vivreaujourd'hui.com"

     
     
    11 Octobre 2014
     

    David fut dans une grande angoisse, car la troupe parlait de le lapider. Tous éprouvaient en effet de l’amertume, chacun à cause de ses fils et de ses filles. Mais David reprit courage en s’appuyant sur l’Éternel, son Dieu.
    1 Samuel 30.6

    « Le succès n’est jamais final, l’échec n’est jamais fatal : c’est le courage qui compte », écrivait Winston Churchill à un peuple face à tous les dangers de la guerre.
    Il y a 3000 ans, après un succès militaire, le roi David venait de connaître un échec cuisant. Il avait laissé sans défense femmes et enfants. Et l’ennemi les avait pris en otage, d’où l’amertume de ses hommes et leurs menaces de mort. David se retrouve seul, sans espoir visible de voir quelqu’un voler à son secours. Que faire ? Il se tourne vers Dieu, car il sait que Dieu pardonne au coupable qui reconnaît ses fautes. Il sait aussi par expérience que le vrai courage pour affronter nos erreurs naît dans un cœur à cœur avec Dieu. Animé de ce nouveau courage reçu de Dieu, David va pouvoir ramener tous les siens sains et saufs.
    Ne nous reposons pas sur nos succès, ne nous lamentons pas sur nos échecs, mais appuyons-nous sur Dieu. C’est à Lui qu’appartient le succès. Dieu fait renaître le courage de celui qui le prend pour appui. Il conduit les pas de celui qui se confie en Lui.

    Alain M.

    L'INDISPENSABLE COURAGE

     

    1er livre de Samuel 30. 1-8 : "1 Le troisième jour, David et ses hommes arrivent à Siclag. Or, les Amalécites ont lancé une attaque au sud de Juda et contre Siclag. Ils ont détruit la ville et l’ont brûlée. 2 Ils ont fait prisonniers les femmes et les autres habitants, petits et grands, mais ils n’ont tué personne. Ils les ont pris et ils sont partis avec eux. 3 Quand David et ses hommes arrivent à Siclag, ils trouvent la ville brûlée. Leurs femmes, leurs fils et leurs filles ont été emmenés. 4 David et ses hommes se mettent à pleurer à haute voix. Ils continuent à pleurer tant qu’ils en ont la force. 5 Même les deux femmes de David, Ahinoam, d’Izréel, et Abigaïl, veuve de Nabal, de Karmel, sont prisonnières. 6 David se trouve dans une situation très difficile. En effet, ses hommes parlent de le tuer à coups de pierres : chacun est triste et lui en veut en pensant à ses fils et à ses filles. Pourtant, David reprend courage, grâce au Seigneur son Dieu.

     7 Il dit au prêtre Abiatar, fils d’Ahimélek : « S’il te plaît, apporte-moi les objets sacrés pour consulter le Seigneur. » Abiatar les apporte. 8 David demande au Seigneur : « Si je poursuis cette bande de pillards, est-ce que je pourrai les rattraper ? » Le Seigneur répond : « Poursuis-les, tu les rattraperas et tu délivreras les prisonniers. »
     
    « LE SENS DE LA VIEAVOIR UNE BONNE VUE LONGTEMPS »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :