• AVC : LES PREMIERS SIGNES

    AVC : LES PREMIERS SIGNES

     

     

     

     

     

    En France, un AVC survient toutes les 4 minutes. Pour limiter au maximum les risques de séquelles importants, il faut réagir le plus vite possible. Le meilleur moyen étant de savoir exactement à quoi s'attendre. Mal de tête, trouble de la parole, visage qui s'affaisse... Voici les premiers signes de l'AVC qui doivent vous alerter. 

     

    Le visage qui s'affaisse d'un côté

     

    Première cause de handicap physique en France, l'AVC fait partie des situations d'extrême urgence qui nécessitent une prise en charge immédiate. Plus on attend pour prodiguer les premiers soins, plus les séquelles sont importantes. Il est impératif de connaître les premiers symptômes. Parmi eux : savoir qu'un tiers des patients touchés par un AVC ressent une perte de sensibilité de la face, partielle ou complète, d'un coté du visage, rapporte l'Association AVC France.

    Qu'est-ce qu'on ressent ? "La bouche n'est plus homogène entre la gauche et la droite du visage", nous explique le Pr Denis Vivien, spécialiste en neurologie. La victime peut ressentir une impossibilité à sourire et constater qu'un côté de son visage s'affaisse.

     

    Un membre paralysé d'un côté

    L'AVC peut être de deux natures différentes, soit c'est une artère du cerveau qui est bouchée et empêche le sang d'irriguer le cerveau, on parle alors d'AVC ischémique. Soit c'est une hémorragie cérébrale à causée par la rupture d'un vaisseau , c'est un AVC hémorragique. "On ne peut pas dire que certains symptômes sont plus spécifiques à un type d'AVC qu'un autre", précise le Pr Denis Vivien, spécialiste en neurologie. Mais parmi ces signes ont retrouve notamment la paralysie d'un membre du corps.

    Qu'est-ce qu'on ressent ? "C'est une partie du corps qui n'est plus fonctionnelle en fonction de la zone du cerveau touchée, ajoute notre interlocuteur, parfois c'est juste un membre, parfois c'est tout le côté entier. On peut sentir une sensation complètement différente dans un membre d'un seul coup." Attention : dans certains cas la paralysie s'en va puis revient il s'agit d'un AVC transitoire, un caillot qui se forme dans le cerveau puis régresse et revient, cela reste un danger potentiel et constitue un risque de faire un AVC dans les heures ou jours qui suivront.

     

    La perte de la vision

     

    Que ce soit une artère bouchée ou une hémorragie, l'AVC peut survenir dans n'importe quelles zones du cerveau. "Il faut voir les carotides du cerveau comme les deux troncs d'arbre qui irriguent l'organe, explique le Dr Vivien, neurologue. Il y a les grosses et les petites branches. Si l'AVC touche les grosses branches les conséquences seront plus grandes que dans les petites." Si le phénomène se déclenche dans une artère où se trouvent les vaisseaux qui irriguent les zones de l'oeil, par exemple, cela peut causer des troubles de la vision.

     

    Qu'est-ce qu'on ressent ? "Tout dépend de la sévérité, soit on voit trouble, soit on perd carrément la vision. Dans le cas d'un AVC transitoire, la vision peut revenir et repartir." Seul un oeil sera concerné, on ne fait jamais un AVC dans les deux hémisphères du cerveau.

     

    Une incapacité à parler

     

    L'AVC est un accident qui survient brusquement et dans 60% des cas, cela arrive au réveil. Il n'implique pas que des symptômes physiques, il y a également des troubles mentaux : des troubles de la mémoire ou de l'élocution, par exemple.

     

    Qu'est-ce qu'on ressent ? Le symptôme est soudain, la minute précédente la parole est fluide et l'autre on n'y arrive plus. "Tout dépend de la zone touchée, explique le spécialiste. On peut être complètement aphasique, c'est-à-dire incapable de parler, mais on peut également avoir des troubles de la parole, c'est-à-dire qu'on pense le mot mais il ne vient pas."

     

    Un mal de tête comme jamais on a ressenti

    Que ce soit hémorragique ou à cause d'une artère bouchée, tout se passe dans le cerveau. Dans le cas d'un AVC hémorragique, le sang se répand dans la zone touchée et augmente la pression intracrânienne. "Le cerveau est une boîte fermée alors si on y verse du liquide dedans, ça comprime les tissus cérébraux qui vont mourir et créer des troubles", explique notre interlocuteur. Voilà pourquoi il est possible de ressentir un fort mal de tête quand l'AVC se produit.

    Qu'est-ce qu'on ressent ? "Les victimes parlent d'une douleur à la tête comme jamais elles n'ont ressenti", détaille le spécialiste.

    Attention à ne pas paniquer au moindre mal de tête : dans le cas de l'AVC la douleur est très forte, explosive, soudaine et non progressive comme pour la migraine.

     

    Une difficulté à marcher ou des pertes d'équilibre

     

    Selon une enquête de Handicap Santé, dans 42% des cas d'AVC, les difficultés à marcher font partie de la liste des séquelles. Mais les troubles de l'équilibre ne sont pas seulement une conséquence de l'accident cardiovasculaire cérébral, ils font également parties des signes d'alerte.

    Qu'est-ce qu'on ressent ? Tout dépend de la zone du cerveau touchée mais qu'il soit hémorragique ou ischémique, l'AVC peut endommager les fonctions d'un ou plusieurs membres mais d'un seul côté. De ce fait le patient peut avoir des difficultés à marcher ou des pertes d'équilibre.

     

     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     
    Sources : Merci au Pr Denis Vivien, spécialiste en neurologie 
    France AVC, Prévenir les AVC

    medisite.fr 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    « Avez-vous demandé à Dieu ?Découvrez 4 remèdes naturels qui vous aideront à traiter l’hypertension »
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :