• sante-nutrition.org

    6 remèdes naturels contre le reflux gastrique

    et les brûlures d’estomac


    reflux-gastrique

     

     

    Le reflux gastrique peut être léger puis devenir chronique dans un très court laps de temps. Il existe des médicaments qui peuvent aider à gérer les symptômes de reflux acide, comme les anti-acides. Cependant, ils ne sont pas nécessaires puisqu’il y a de nombreux remèdes naturels qui sont simples et faciles d’utilisation. De plus, ils sont généralement à base d’aluminium de synthèse.

     

    Les mesures suivantes peut être utilisées pour se débarrasser des reflux acides ainsi que les brûlures d’estomac, un symptôme du reflux acide. Eliminer les aliments déclencheurs va être une grande aide. De plus, dans certains cas, le stress semble être un déclencheur également, alors, essayez aussi de ralentir et de vous relaxer.

     

     

    1. Le vinaigre de cidre

    L’une des causes du reflux gastrique est un excès d’acidité dans l’estomac. Cela peut être causé par une alimentation riche en aliments sucrés, puisque le sucre génère de l’acidité. En buvant 1 à 3 cuillères à soupe par jour de vinaigre de cidre, vous réduirez l’acidité de votre estomac.

    Cela peut sembler contre-intuitif de boire quelque chose qui a un goût acide quand on a des problèmes d’acidité. Toutefois, le vinaigre de cidre est alcalinisant parce que le corps n’a pas besoin de produire beaucoup d’acide pour le digérer. Il peut donc neutraliser l’acidité. Si vous buvez du vinaigre de cidre avant les repas, cela peut également aider à commencer la digestion pour un meilleur brassage des aliments et une meilleure absorption. Enfin, le vinaigre de cidre contient des enzymes qui aident à la digestion. Une meilleure digestion, plus lente, contribue à prévenir les reflux acides.

     

     

    2. Le citron

    L’un des nombreux bienfaits du citron est sa capacité à réduire le reflux acide. Le citron, comme le vinaigre de cidre, est alcalinisant, même s’il a un goût acide. Il aide donc à neutraliser l’acidité dans l’estomac. Essayez de boire une cuillère à soupe de jus de citron fraîchement pressé environ 10 mn avant un repas pour aider à prévenir le reflux acide d’une façon ponctuelle. Pour un problème récurrent, prenez simplement une cuillère à soupe de jus de citron dès le lever, une avant le déjeuner et une avant le dîner.

     

     

    3. Le gingembre

    Cette racine vivifiante est une option fantastique pour aider le reflux acide. Mâchez du gingembre (après l’avoir pelé), buvez du thé au gingembre ou encore utilisez des pastilles de gingembre pour en recueillir les bienfaits. Il stimule le système digestif à produire plus d’enzymes et à sécréter plus de bile pour améliorer la digestion. Les aliments qui ne sont pas correctement broyés pendant la digestion peuvent causer une indigestion, c’est pourquoi les enzymes peuvent être extrêmement bénéfiques.

     

     

    4. L’aloé vera

    Cette plante puissante offre une grande variété d’utilisations et c’est le favoris de nombreux herboristes. L’aloé vera est très bénéfique dans le cas de reflux acide, car il peut apaiser les tissus irrités et combattre l’inflammation. L’aloe vera contribue également à la digestion. Mélanger le gel clair et la chair translucide de la feuille d’aloé vera avec du jus d’orange pour faire une boisson saine du petit-déjeuner. Ce mélange peut aider à prévenir le reflux gastrique et peut également soulager les symptômes existants, tels que l’oesophage irrité et inflammé. La partie externe des feuilles contient un puissant laxatif; assurez-vous d’utiliser une formule qui exclut cette partie externe.

    5. Les enzymes

    Manger beaucoup d’aliments riches en enzymes peut non seulement traiter le reflux acide, mais aussi vous aider à améliorer la digestion et à perdre du poids de façon saine. Les enzymes sont des composés qui aident à la dégradation des aliments. Ceci est très important afin que les nutriments soient absorbés et utilisés.

    Les humains fabriquent des enzymes, mais les carences organiques et certains problèmes de santé peuvent conduire à un déficit de la production d’enzymes. Manger des aliments riches en enzymes peut aider le reflux gastrique. Les aliments riches en enzymes incluent le gingembre, la papaye, l’ananas, les noix crues, les légumes crus et d’autres fruits crus.

     

     

    6. L’argile

    argile2

    Pour les problèmes d’estomac, l’argile est une panacée. Elle a des propriétés multiples d’absorption, de fixation, de plasticité. Les soins par l’argile sont connus depuis toujours. Elle est issue de la décomposition de roches-mères volcaniques, granit, micas, et comporte de la silice, etc Elle a un pouvoir d’action positive sur l’équilibre acido-basique. Elle est d’une grande efficacité pour soulager les excès d’acidité dans l’estomac, les gastrites, les ulcérations et sans effets secondaires. En cas de reflux acide, mettre une cuillère à soupe d’argile verte surfine dans 1/2 verre d’eau. Cela va vous soulager en quelques minutes. Pour un traitement régulier: préparez votre verre la veille au soir et laissez reposer, pour le boire le matin. J’ai eu des témoignages de personnes guérissant leur ulcère à l’estomac en prenant ce traitement pendant 6 mois: surprise du médecin: plus d’ulcère!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Dyspepsie, brûlures d’estomac et reflux gastro-oesophagien


    brulure-estomac

    Je voudrais ici apporter quelques réflexions que j’espère pertinentes, à propos d’un sujet qui touche actuellement de nombreuses personnes : la dyspepsie, ou plus simplement les troubles douloureux au niveau de l’estomac : brûlures ou reflux gastro-oesophagien. Selon une enquête française menée sur 8000 personnes adultes, 31,3% des français souffriraient occasionnellement ou régulièrement de RGO….

    Parmi ceux-ci, certains n’en souffrent que très occasionnellement, il ne faut donc pas s’en inquiéter outre mesure, car ces symptômes ne sont pas dangereux ; un changement du mode de vie et du régime alimentaire en vient à bout très rapidement. Par contre si ces symptômes sont récurrents, apparaissent plus de 2 fois par semaine, et sur plusieurs semaines, il faut consulter un médecin, car le RGO peut être dangereux : un reflux acide fréquent peut entrainer des inflammations et endommager l’œsophage.

    Etant donné que ces symptômes sont occasionnés par un excès d’acide, la logique veut que l’on diminue ces acides….En même temps, la sécrétion acide de l’estomac est essentielle pour la bonne digestion des protéines. Alors, faut-il prendre des médicaments anti-acides ?

    Il y a plusieurs classes de médicaments anti-acides, et tous n’ont pas les mêmes conséquences.

    Il y a tout d’abord les médicaments à base de sels minéraux de potassium, sodium, calcium et magnésium, qui tamponnent les acides mais ne suppriment pas la sécrétion acide de l’estomac. Apparemment inoffensifs, notez que certains contiennent de l’aluminium et des additifs…

    Ensuite il y a les anti-histaminiques H2, qui inhibent les récepteurs à histamine qui stimulent la sécrétion de l’acide chlorhydrique dans l’estomac. Je reparlerai plus tard de l’histamine.

    Et enfin il y a les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP), qui inhibent aussi la sécrétion acide de l’estomac, mais d’une façon plus « radicale » que les anti-histaminiques. Ce sont visiblement les plus prescrits…

    Si ces médicaments sont utilisés sur une courte période, ils ne posent pas de problème ; par contre, s’ils sont utilisés sur du long terme (certaines personnes s’en voient prescrire « à vie » !), ces médicaments peuvent poser des problèmes et même…..aggraver la maladie !

    Ce que vous devez savoir….

    Les sécrétions digestives de l’estomac sont appelées suc gastrique : celui-ci est constitué d’acide chlorhydrique dont l’un des rôles est d’activer la synthèse de trypsine, une enzyme qui digère les protéines, et de bicarbonate de sodium

    La sécrétion acide de l’estomac est indispensable à la bonne digestion des protéines ; sans acide, les protéines ne sont tout bonnement pas digérées ; l’acidité de l’estomac permet aussi la destruction des germes contenus dans nos aliments et boissons (ceux-ci ne sont pas stériles !) ; et enfin l’acidité permet aussi de libérer la vitamine B12 des protéines alimentaires, et de dissoudre les électrolytes contenus dans les aliments : calcium, fer, zinc….

    Le bicarbonate de sodium sert à neutraliser l’excès d’acide produit, sinon l’estomac s’auto-digérerait ! Ce bicarbonate est diffusé dans la circulation sanguine ; c’est une base (ou un alcalin, donc l’inverse d’un acide) qui est nécessaire à la synthèse des enzymes pancréatiques et de l’intestin grêle.

    Les conséquences d’un manque de production acide au niveau de l’estomac ne sont pas négligeables :

    – des carences en acides aminés (ce sont les constituants de base des protéines), en calcium, fer, zinc, vitamine B12

    – des proliférations bactériennes et fongiques, puisque l’effet anti-microbien de l’acide chlorhydrique a disparu ; les germes (bactéries ou champignons) non détruits par l’acide chlorhydrique vont dès lors se développer anormalement dans l’intestin.

    – La maldigestion des protéines va entrainer la prolifération des bactéries de putréfaction

    Le rôle des médicaments est de traiter les symptômes du déséquilibre ; mais qu’en est-il donc des causes ?

    – selon le Dr Fereydoon Batmanghelidj (« Votre corps réclame de l’eau » aux Editions Jouvence), les douleurs dyspepsiques sont le plus important signal d’alerte de déshydratation de l’organisme; en réponse à cette déshydratation le corps sécrète de l’histamine qui augmente la production d’acide chlorhydrique. La production d’histamine serait donc une tentative du corps à garder un maximum d’eau dans l’organisme….

    – En cas d’hyperacidité de l’organisme, on peut constater une augmentation de la formation de suc gastrique composé d’acide chlorhydrique et de bicarbonate de sodium ; ce dernier va être utilisé pour tamponner les acides de la circulation sanguine, et dans ce cas il n’y en aura plus assez pour neutraliser les acides de l’estomac ; en conséquence on observera une inflammation des muqueuses de l’estomac pouvant aller jusqu’à l’ulcération.

    – En cas de réactions allergiques à IgE (allergies immédiates) ou à IgG (allergies retardées communément appelées intolérances alimentaires) contre des protéines alimentaires, de l’histamine est aussi produite ; sans compter les nombreux aliments qui en contiennent aussi…Or, nous l’avons vu plus haut, l’histamine augmente la production d’acide chlorhydrique…

    – On connait bien sûr les effets d’une surconsommation de café sur les douleurs au niveau de l’estomac, ainsi que de nicotine

    – Les reflux acides peuvent aussi provenir d’un défaut mécanique de la fermeture de la valve (cardia) qui protège l’œsophage des remontées acides ; ce défaut est appelé hernie hiatale. La question à se poser ici est de savoir si la hernie hiatale est une cause, ou une conséquence d’un déséquilibre….

    – Nous avons vu que bon nombre de douleurs épigastriques sont dues à un excès d’acide mal tamponné ; mais il ne faut pas oublier que certaines personnes, tout particulièrement les personnes âgées souffrent parfois d’un manque d’acide ! Avec comme conséquence une maldigestion des protéines pouvant entrainer des symptômes désagréables, ainsi qu’une carence en acides aminés et autres substances déjà mentionnées plus haut. Ces personnes se voient en général prescrire de la bétaïne HCl.

    Si vous souffrez de douleurs dyspepsiques, vous pouvez essayer ce qui suit, mais à condition de consulter votre médecin si les symptômes persistent !

    – Si vous croyez être un chameau, changez votre croyance ! Votre corps a besoin d’eau ! Comptez 30 ml d’eau par kilo de poids et par jour….

    – Diminuez le café et la nicotine si vous en consommez plus que de raison…

    – Evitez les repas trop copieux et trop gras, surtout le soir ; évitez aussi les mélanges indigestes. Bref : allégez vos repas et mangez « simple »

    – Il est aussi recommandé de dormir surélevé (matelas incliné), et sur le côté gauche

    – Si tout cela ne suffit pas, je vous propose de restaurer votre microflore intestinale et de faire vérifier vos intolérances alimentaires.

    – Si vous êtes en surpoids, prévoyez un « retour à la normale », car une corrélation a été établie entre le surpoids et la survenue des douleurs dyspepsiques. Essayez un régime dit cétogène (de type Atkins, mais sans abus de protéines !) ; de plus ce régime sans céréales diminuera l’acidité de votre organisme….

    – Notez bien que les médicaments seront peut-être nécessaires ; mais évitez d’en prolonger la prise, rappelez-vous leurs effets secondaires…Mais quoiqu’il en soit, consultez votre médecin ! Je vous ai donné ici quelques pistes ; je sais par expérience qu’un bon réglage alimentaire tenant notamment compte des intolérances alimentaires, ainsi qu’un bon rétablissement de l’écosystème intestinal, peut donner d’excellents résultats. Mais cela demande de se « mettre au travail »….

     

     

    SOURCES

    – Santé Nature Innovation n°13 – Octobre 2012 : « Traiter les brûlures d’estomac de Thierry Souccar

    – « Votre corps réclame de l’eau » du Dr Fereydoon Batmanghelidj aux éditions Jouvence

    – « Introduction à la médecine fonctionnelle » du Dr Georges Mouton aux éditions Medicatrix

    – « Alimentation, inflammations, allergies et intestin » du HP Ralf Meyer et Michel Gallerand

    Cuisines et découvertes

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    QUELLES SONT VOS PROPRES SOURCES DU BONHEUR ?

     
     
     
    30 Juin 2015
     
     

    Mon bonheur à moi, c’est d’être toujours près de Dieu. Psaume 73.28

    À cette question, le philosophe, dramaturge, romancier et scénariste Éric-Emmanuel Schmidt répondait : « Pour moi, un grand bonheur est fait de petits riens. Il n’est pas de tout avoir, mais d’apprécier réellement ce que l’on a en sachant que tout est fragile et provisoire. »

    Que de sagesse dans ces quelques mots ! Si nous pouvions comprendre que le pire ennemi du bonheur est la convoitise ! Si l’on savait apprécier les petits bonheurs : le chant d’un oiseau, l’apparition des premières fleurs, un sourire inattendu… ! La vie en serait changée. Même si ces petits riens qui font tout sont, eux aussi, fragiles et provisoires !

    Asaph, auteur du psaume que nous méditons, avait failli passer à côté de l’essentiel à force d’envier les chanceux d’ici-bas. Sa foi en avait même été ébranlée. Mais il avait fini par découvrir en quoi consiste le véritable bonheur : la proximité de Dieu. Avoir accès jusqu’à Dieu, être accueilli dans son intimité est la grâce la plus inimaginable ! Or, elle est proposée à quiconque en veut bien. Voilà un bonheur à “utiliser” sans modération. Et qui, plus est, n’a rien de fragile ni de provisoire ! Au contraire, pour qui l’accueille aujourd’hui, il débouchera, au-delà de la mort, sur son expression parfaite et définitive. Incroyable ! Or, c’est bien cela qui est promis à qui accueille avec confiance les promesses du Christ !

    Richard Doulière

     

    QUELLES SONT VOS PROPRES SOURCES DU BONHEUR ?

    Psaume 73 : "Oui, Dieu est bon pour Israël, pour ceux qui ont le cœur pur. Pourtant, j’ai bien failli glisser, j’étais sur le point de tomber. Car je voyais le bonheur des orgueilleux, et j’étais jaloux de ces gens mauvais. Jusqu’à la mort, ils ne souffrent pas, ils sont gros et en bonne santé. Ils n’ont pas les mêmes soucis que tout le monde, le malheur qui frappe les autres passe loin d’eux. C’est pourquoi ils sont gonflés d’orgueil, et la violence les enveloppe comme un vêtement. Leurs yeux brillent au milieu de leur graisse. Tout ce qu’ils imaginent dans leur cœur dépasse la mesure. Ils se moquent des gens, leurs paroles sont dures et méprisantes. Leur bouche insulte même le ciel, et leur langue critique tout sur la terre. 10 C’est pourquoi le peuple se tourne vers eux, il boit leurs paroles comme de l’eau. 11 Ces gens-là disent : « Dieu ne sait rien. Celui qui est là-haut, est-ce qu’il connaît quelque chose ? » 12 Voilà les gens mauvais : ils augmentent leur richesse tout tranquillement. 13 C’est vraiment pour rien que j’ai gardé mon cœur pur, que j’ai lavé mes mains pour montrer mon innocence. 14 Tous les jours, on me frappe, et tous les matins, on me punit. 15 Je pourrais parler comme les gens mauvais ! Mais alors, ô Dieu, je trahirais tes enfants. 16 J’ai donc réfléchi pour comprendre cela et j’ai vu que c’était difficile. 17 Mais quand je suis entré dans ton temple, j’ai compris ce qui attend ces gens-là. 18 Oui, tu les mets sur des chemins glissants pour qu’ils disparaissent plus vite. 19 Tout d’un coup, plus rien, ils sont finis, détruits par la peur. 20 Seigneur, quand tu te lèves, ils disparaissent comme un rêve au réveil. 21 Quand mon cœur était blessé, quand j’étais profondément déchiré, 22 j’étais stupide, je ne comprenais rien, j’étais comme une bête devant toi. 23 Pourtant, je suis toujours avec toi ! Tu m’as pris par la main, 24 tu me guides comme tu veux, puis tu me recevras avec honneur. 25 Sur la terre, je ne désire que toi, et au ciel, qui d’autre sera à moi ? 26 Mon corps et mon cœur peuvent être usés, mais Dieu est mon solide rocher et mon trésor pour toujours. 27 Ceux qui s’éloignent de toi perdent la vie, tu détruis tous ceux qui t’abandonnent. 28 Mais mon bonheur à moi, c’est d’être auprès de toi. Seigneur Dieu, j’ai mis ma confiance en toi et je raconterai tout ce que tu as fait."

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Les fruits qui aident à éliminer les toxines


     

     

    Les toxines peuvent se retrouver n’importe où. En effet, elles peuvent être aussi bien dans les aliments que nous mangeons tous les jours que dans l’eau, voir même dans les médicaments. Elles peuvent aussi être tout simplement produites par des radiations ou bien même par le stress. En résumé, elles sont vraiment partout !

     

    C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il faut réaliser un bon nettoyage de notre organisme. On réussira ainsi à éliminer ces toxines qui peuvent s’être accumulées dans le corps. Grâce à cette technique, on peut aussi améliorer notre état de santé général. Il est important de savoir que la nature nous offre les outils nécessaires pour aider notre organisme à se libérer de ces toxines nuisibles !

    À continuation, vous pourrez donc voir quels sont les fruits qui peuvent être utiles pour y arriver. En plus, ils sont nombreux et on peut les trouver facilement. Sans oublier que leur goût est vraiment excellent ! Ce sera donc un vrai plaisir que de nettoyer son corps grâce à ces produits naturels.

    Les pommes contre les toxines

    Les pommes ont la capacité de stimuler aussi bien le foie que les reins. Elles nous protègent aussi efficacement contre les maladies cardiovasculaires, sans oublier que les pommes nous aident également à avoir un bon fonctionnement du système digestif. On évite ainsi de souffrir de constipation ou de diarrhée, par exemple.

    Sa teneur élevée en polymères acides et neutres nous aide grandement à nettoyer notre organisme. En effet, ces dernier éliminent les toxines et régulent les taux de cholestérol dans le sang.

     

    L’avocat

    L’avocat contient des quantités élevées de graisses mono-insaturées.Ce sont des graisses saines qui aident à réduire le cholestérol.Les avocats contiennent également de la vitamine E, un puissant antioxydant qui peut éliminer les toxines. Sa teneur en potassium a la propriété de nous aider à contrôler la dépression. D’autre part, son contenu en acide folique est important dans la prévention de la fatigue et de l’épuisement.

     

    Les bananes

    Les bananes ont des propriétés qui permettent d’obtenir de grands effets au sein de l’organisme. L’un des principaux à citer est le fait qu’elles nous aident à réguler les fonctions de l’intestin : on soulage alors la constipation. La banane permet aussi de contrôler le stress et d’effacer les symptômes causés par une brûlure d’estomac (trop d’acidité).

     

    Le pamplemousse

    Le pamplemousse est d’une grande aide pour détoxifier l’organisme. En plus, tout comme les pomélos, il prévient de nombreux problèmes de peau. Cette dernière est alors bien plus saine et jeune ! Il apporte une bonne quantité de vitamine C, indispensable pour fortifier le système immunitaire. De cette façon, on réussit à maintenir éloignés les rhumes et autres infections. D’ailleurs, le pamplemousse sont aussi d’une grande aide pour le système digestif et urinaire.

     

    Les oranges

    Les oranges contiennent de grandes quantités de phosphore, qui est très important pour nous aider à contrôler le stress et éviter les intoxications provoquées par la consommation de certains aliments ou médicaments. L’acide citrique qu’elles contiennent est dépuratif. Elles sont donc d’une grande aide pour nettoyer le conduit digestif, car on élimine les possibles bactéries qui se trouvent dans le côlon. L’orange est aussi un puissant désinfectant !

     

    L’ananas

    L’ananas contient de grandes quantités de bromélaïne, une substance qui est très utile pour la circulation sanguine. Elle facilite également la digestion. En effet, elle aide à ce que les protéines soient assimilées correctement au cours de ce processus.

     

    Les fraises

    Elles sont riches en antioxydants et en phyto-nutriments, sans compter leur vitamine C. Leur fibres solubles sont très utiles pour aider à contrôler les taux de sucre dans le sang. En plus, les fraises ont aussi la capacité de faire diminuer le stress ainsi que de réduire les symptômes de la ménopause.

     

    La pastèque

    pastéque

    La pastèque est un fruit qui a une saveur délicieuse ! Elle est excellente pour la détoxifier le corps. Lorsqu’on réalise un traitement de nettoyage dans le corps, il très courant de souffrir de déshydratation. La pastèque contient énormément d’eau, et sa teneur en sucre, elle, est vraiment faible. Tout cela la rend très utile pour pouvoir prévenir cette déshydratation. Elle est donc parfaite pour nettoyer correctement l’organisme sans effets secondaires. Elle aide aussi à prévenir certains cancers et réduit le taux de cholestérol.

     

    La papaye

    La papaye est excellente pour maintenir une bonne digestion. En effet, elle augmente la production de sucs pancréatiques. L’un de ses composant, appelé papaïne, est excellent pour être utilisé comme purgatif / laxatif.

    N’oubliez pas que le fait de supprimer les toxines de votre corps vous donnera une meilleure qualité de vie. En effet, c’est l’ensemble de votre organisme qui profitera de ce nettoyage fait d’une manière simple et naturelle, et qui permet d’éviter les effets secondaires d’une accumulation de toxines.

     

     

    Source : Améliore ta santé
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    La douleur du corps est liée à la douleur spirituelle

    et émotionnelle


    douleur-du-corps-1

     

     

    Des études révèlent que la douleur du corps est liée à la douleur spirituelle et émotionnelle

    Lorsque la vie devient difficile, au bout d’un certain temps on a l’impression d’être sur des montagnes russes émotionnelles. Mais saviez-vous que ces émotions peuvent dégrader votre santé physique? Le Dr. Susan Babel, psychologue spécialisée dans la dépression causée par des traumatismes, a déclaré dans le magazine Psychology Today, « Des études ont démontré que la douleur chronique peut être causée par une blessure physique, mais aussi par le stress et les problèmes émotionnels ».

     

    « Nous savons tous que le stress émotionnel peut conduire à des maux d’estomac, au syndrome du côlon irritable, à des maux de tête, et même entraîner d’autres plaintes physiques ainsi qu’une douleur chronique. Une raison logique à cela: des études ont montré que plus les gens sont anxieux et stressés, plus leurs muscles sont tendus et contractés, entraînant ainsi au fil du temps une fragilisation et une inefficacité des muscles dans leur ensemble. »

    « Plus subtilement, on peut développer des symptômes psychosomatiques ou des symptômes liés au stress à cause de problèmes émotionnels non résolus »

    « Souvent, la douleur physique avertit une personne qu’il y a encore du travail à faire sur le plan émotionnel, et qu’il peut aussi s’agir d’un signe de traumatisme non résolu dans le système nerveux », poursuit-elle. Mais quelle est la signification des diverses douleurs que vous ressentez? Jetons-y un oeil.

    La douleur du corps est liée à la douleur spirituelle et émotionnelle:

    1) Des douleurs dans votre tête

    Les douleurs dans votre tête, comme les maux de tête et les migraines, peuvent être déclenchées par le stress du quotidien. Assurez-vous tous les jours de prendre assez de temps pour vous détendre. Pratiquez une activité plaisante pour diminuer votre tension.

    2) Des douleurs au niveau du cou

    Les douleurs dans le cou peuvent indiquer que vous avez des difficultés à pardonner aux autres, ou même que vous avez du mal à vous pardonner. Si vous sentez des douleurs dans le cou, pensez aux choses que vous aimez chez vous et les autres personnes. Faites délibérément une démarche vers le pardon.

    3) Des douleurs dans les épaules

    Les douleurs dans vos épaules peuvent indiquer que vous portez un véritable fardeau émotionnel. Voilà d’où vient le dicton « Porter sur les épaules, se dit d’un fardeau dont on a les épaules chargées ». Cherchez à résoudre le problème par des stratégies proactives et faites part de ce fardeau à d’autres personnes dans votre vie.

    4) Des douleurs dans le haut du dos

    Si vous avez des douleurs dans le haut du dos, vous avez probablement un manque de soutien émotionnel. Vous vous sentez peut-être mal aimé ou vous retenez probablement votre amour. Si vous êtes célibataire, il est peut être temps de chercher quelqu’un.

    5) Des douleurs lombaires

    Les douleurs lombaires peuvent indiquer que vous vous souciez trop de l’argent ou que vous êtes en manque de soutien émotionnel. Il est peut être temps de demander une augmentation de salaire pour le travail fourni ou envisager un planificateur financier pour vous aider à mieux gérer votre argent. N’ayez pas peur d’aller vers les autres pour du soutien.

    6) Des douleurs dans les coudes

    Les douleurs dans les coudes sont dues au fait de résister aux changements dans votre vie. Si vos bras sont rigides, cela peut signifier que vous êtes trop rigide dans votre vie. Il est peut être temps de penser à faire des compromis et de faire bouger les choses. Du moins, de suivre le courant.

    7) Des douleurs dans les mains

    Avec vos mains, vous établissez le contact et le rapport social avec les autres. Si vous sentez une douleur au niveau de la main, cela peut signifier que vous n’allez pas assez loin. Essayez de vous faire de nouveaux amis. Déjeunez avec votre associé. Établissez un lien.

    8) Des douleurs dans les hanches

    Si vous avez peur de bouger, cela peut se manifester par des douleurs au niveau des hanches. Les douleurs aux hanches peuvent être un signe que vous êtes trop résistant aux changements et aux déménagements. Cela peut également se traduire par une prudence dans la prise de décisions. Si vous avez de grandes idées, il est temps de prendre une décision.

    9) Des douleurs dans les genoux

    Les douleurs dans les genoux peuvent avoir différentes causes, mais cela peut être le signe d’un ego démesuré. Vous pensez peut-être que vous êtes un peu trop merveilleux. Soyez humble. Consacrez un peu de temps à des activités bénévoles. Assurez-vous de vous souvenir que vous êtes mortel. Vous n’êtes qu’un être humain.

    10) Des douleurs dans les mollets

    Généralement les douleurs dans les mollets se déclenchent par une tension émotive quelconque. Le stress peut aussi être le principal coupable. La jalousie peut entraîner une douleur au niveau des mollets. Il est peut-être temps de lâcher prise.

    11) Des douleurs dans les chevilles

    Les douleurs dans les chevilles peuvent être le signe que vous vous privez de plaisir. Cela peut indiquer qu’il est temps de pimenter un peu plus votre vie amoureuse.

    12) Des douleurs dans les pieds

    Lorsque vous êtes déprimé, il peut vous arriver de ressentir une certaine douleur au niveau des pieds. Trop de négativité peut se manifester par des douleurs dans vos pieds. Cherchez les petites joies de la vie. Adoptez un nouvel animal de compagnie ou trouvez-vous un nouveau passe-temps. Cherchez des moments de satisfaction et de joie.

    Comme indiqué dans l’article, « Bien que nous ne soyons pas toujours conscients de l’effet persistant du traumatisme, en croyant que l’événement traumatique est déjà derrière nous, le corps peut avoir des atomes crochus avec des problèmes non résolus ».

    La prochaine fois que vous ressentirez une douleur physique, essayez de regarder à l’intérieur de vous-même et soyez attentif à vos pensées, à ce qui vous retient dans le passé, et aux émotions qui vous perturbent. La douleur agit comme un signe d’avertissement spirituel, et que la guérison doit se faire.

     

     

    Sources:
    Simple organic life
    Psychology today
    Esprit science métaphysiques
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    REPORTAGES DE L'INTÉRIEUR

     
     
     
    29 Juin 2015

     
     

    Il a de lui-même renoncé à tout ce qu’il avait et il a pris la condition de serviteur.
    Philippiens 2.7

    Journaliste écrivain, Günter Wallraff s’est immergé au cours des quarante dernières années dans divers milieux dont il voulait dénoncer les tares. Ainsi s’est-il maintes fois grimé pour aller vivre dans des foyers pour sans-abri, des centres de désintoxication, des usines…
    Sa technique était au point, car selon ses dires, sa fille qu’il avait invitée à le rejoindre dans un café ne l’avait pas reconnu. Et sa propre mère avait échangé quelques banalités avec le Turc Ali sans réaliser qu’elle parlait avec son fils.
    De cette plongée dans des univers sans pitié, il a rapporté divers reportages montrant à quel point, pour certains, le quotidien est dur. Même s’il “en a bavé”, allant parfois jusqu’à mettre sa vie en danger, cette immersion n’était que temporaire. Et de son propre aveu, s’il a pu dénoncer les conditions de vie indignes de certains de ses compatriotes, il n’a guère pu faire avancer les choses.
    Jésus, lui aussi a endossé la condition des plus humbles, des déplacés, des immigrés, de ceux qui dérangent. Sans se déguiser et pas pour dénoncer seulement. Mais pour l’assumer pleinement et jusqu’au bout, jusque dans la tombe. Et, ce faisant, je sais qu’il a quand même réussi à changer quelque chose – non ! à tout changer. En donnant à chaque personne qui le souhaite, une présence et une espérance.

    Siefert Claude

     

    REPORTAGES DE L'INTÉRIEUR

     

    Lettre aux Philippiens 2. 5-8 : "Entre vous, conduisez-vous comme des gens unis au Christ Jésus. Lui, il est l’égal de Dieu, parce qu’il est Dieu depuis toujours. Pourtant, cette égalité, il n’a pas cherché à la garder à tout prix pour lui. Mais tout ce qu’il avait, il l’a laissé. Il s’est fait serviteur, il est devenu comme les hommes, et tous voyaient que c’était bien un homme. Il s’est fait plus petit encore : il a obéi jusqu’à la mort, et il est mort sur une croix  !"

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Les 13 aliments brule graisse efficaces pour maigrir

     

    brule-graisse

     

    Comment bruler la graisse sur le ventre ?

    Quels sont les aliments brule graisse susceptibles de faire disparaître une bonne fois pour toute ces bourrelets disgracieux ?

    Ces questions, vous vous les êtes posées de nombreuses fois sans pour autant trouver une réponse précise.

     

    Nous avons regroupés pour vous 13 aliments bruleur de graisse qui vont vous faire perdre à tous les coups votre graisse du ventre.

    Jour après jour, grâce à ces brule graisse naturels, la cellulite va fondre comme neige au soleil et votre tour de taille va naturellement s’affiner.

    Pourquoi aurions nous recours à des artifices ? La nature nous offre tous les éléments nécessaires pour être en bonne santé.

    A nous d’en profiter en sélectionnant au quotidien les meilleurs aliments brûleurs de graisse. Mangez chaque jour l’un des 13 aliments brule-graisse cités ci-dessous !

    La pomme

    La pomme abaisse la production d’insuline, hormone de la prise de poids.
    La forte teneur en pectine dans la pomme favorise une meilleure digestion des graisses.

    Le citron

    Le citron améliore la digestion et stimule la détoxification de l’organisme. C’est un bruleur de graisse très puissant !
    Riche en fibres, en vitamine C et en pectine, il prolonge la sensation de satiété et vous évite ainsi de faire des écarts alimentaires en attendant le repas suivant.
    Consommer le citron dès le lever aura pour effet de préparer le foie à la digestion des aliments ingurgités durant la journée.

    L’ananas

    L’ananas est l’un des meilleurs aliments aide minceur et un excellent brule graisse.
    Riche en fibres, il contient de la broméline. La broméline possède un effet diurétique et anti cellulite incroyable. Cet enzyme va faciliter l’élimination des graisses.

    La papaye

    La papaye est un fruit riche en papaïne, une enzyme qui s’attaque à la cellulite.
    Manger de la papye va vous permettre de perdre vos kilos superflus et d’affiner votre silhouette.
    La papaye est donc elle aussi un brule graisse qui apporte des résultats remarquables.

    Le pamplemousse

    Le pamplemousse est un véritable brûle-graisse qui possède un pouvoir digestif, dépuratif, drainant et amincissant.
    Ce fruit va non seulement réduire la production d’insuline mais également augmenter le métabolisme des graisses.
    Le pamplemousse est de plus une incroyable source de vitamine C et est riche en fibres alimentaires.

    La fraise

    La fraise est un fruit riche en maganèse. Cet oligo élément est utilisé par la thyroïde lors de la production d’hormones qui interviennent dans le métabolisme des graisses.
    La fraise est aussi un aliment diurétique qui favorise la perte de poids et l’élimination des graisses.

    Le pruneau

    Les pruneaux sont riches en fibres. Les fibres vont emprisonner les graisses au niveau de l’intestin, les empêchant ainsi de s’accumuler sur les cuisses et les fesses.
    Les pruneaux stimulent l’élimination intestinale et possèdent un effet diurétique important.

    Le chou

    Le chou limite l’assimilation des graisses durant la digestion et régule le métabolisme lipidique.
    La variété de chou vert est la plus intéressante pour brûler les graisses.

    Le poivron

    Le poivron est un légume riche en fibre qui a le pouvoir de réguler l’appétit. Doté d’une bonne teneur en vitamine C, il va favoriser l’élimination des graisses.

     

    Le céleri

    Le céleri permet de lutter contre la rétention d’eau, la peau d’orange et la cellulite.Il améliore également le transit intestinal.
    Véritable capteur de graisse, le céleri est aussi un anti oxydant puissant qui va favoriser l’élimination des toxines.

     

    L’avocat

    L’avocat permet d’abaisser le taux de glycémie et de réduire la production d’insuline(hormone de la prise de poids).
    Manger de l’avocat permet aussi de limiter le stockage des graisses dans le tissu adipeux.

    L’aubergine

    L’aubergine est un légume riche en pectine qui permet de diminuer l’assimilation des graisses par l’intestin.
    L’aubergine est aussi un puissant diurétique qui contient des fibres alimentaires.

    Le persil

    Le persil est un excellent détoxifiant pour l’organisme qui aide de plus à réguler l’appétit.
    Cette herbe est sans doute celle qui possède un taux de vitamine C le plus élevé, ce qui permet au corps de limiter la mise en réserve des graisses.

     

     

    Source : Fitness Forme
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • medisite.fr

    CANCER DU PÉNIS : LES SIGNES D'ALERTE

     

     

    Le cancer du pénis concerne un peu moins d'1% des hommes dans les pays occidentaux, contre 17 % dans ceux du Sud-est asiatique ou au Brésil. Les maladies sexuellement transmissibles et surtout l’hygiène peuvent en être la cause. Medisite fait le point sur ses symptômes avec le Dr Boris Delaunay, urologue, andrologue et sexologue au CHU de Toulouse.

     

    Au début, une ulcération non douloureuse

    Les manifestations : L'un des premiers signes de la tumeur est bien souvent une lésion bourgeonnante, ulcérée ou une rougeur persistante qui apparaît le plus souvent sur le gland ou le prépuce et qui ne guérit pas. En général, cela ne présente pas de douleur. Avec le temps, la tache rouge se transforme en boursouflure (en forme de "chou-fleur"). 

    Pourquoi : "C'est le signe que la tumeur se développe. Souvent, nous sommes encore à ce stade sur des tumeurs superficielles", explique le Dr Delaunay.
    Que faire : Si une tache rouge est persistante au niveau du gland, malgré une hygiène correcte, consultez rapidement car un diagnostic très précoce permet un traitement non invasif (utilisation d'une simple pommade pour traiter la tumeur ou d’un traitement chirurgical limité pour la retirer).

     

     

    Des brûlures et des démangeaisons

    Les manifestations : A ses débuts, la lésion est indolore. C'est au cours de l’évolution du cancer, que la tumeur entraîne des irritations, des démangeaisons, voire des brûlures au niveau du gland. Même une toilette intime n'y fait rien. Les symptômes peuvent être particulièrement gênants.

    Pourquoi : "Les brûlures et les démangeaisons proviennent du fait que les lésions sont à vif. Cela peut se compliquer au moment d'uriner. L'urine, en contact direct avec la tumeur, entraînant des brûlures plus importantes. Il peut également exister des troubles urinaire si la tumeur se situe sur l’extrémité du gland", explique le Dr Delaunay.

     

     

    Des écoulements malodorants

    Les manifestations : Les lésions commencent à suinter et à saigner. Les personnes atteintes peuvent constater des taches de sang dans leurs sous-vêtements. 

    Pourquoi : "Avec l'évolution de la tumeur, les lésions ulcéreuses ou bourgeonnantes finissent par être à vif, entraînant une surinfection, des suintements malodorants et des saignements au contact et à chaque frottement" explique le Dr Delaunay.

     

     

    Une incapacité à rétracter complètement le prépuce sur le gland

    Les manifestations : La tumeur peut entraîner une augmentation de volume du gland du pénis, parfois accompagnée d'un rétrécissement du prépuce que l'on appelle phimosis. Cela empêche de dégager correctement le gland et rend l'hygiène de cette zone plus difficile. 

    Pourquoi : "Soit le phimosis est antérieure à la tumeur et en est un facteur favorisant (manque d'hygiène du fait d'un problème de décalottage), soit il en est la conséquence, car la tumeur, en se développant, augmente le volume du gland", explique le Dr Delaunay.
     

    Méfiance : L’impossibilité nouvelle d’un décalottage doit étonner et imposer une consultation rapide.

     

     

    Des ganglions au niveau de l'aine

    Les manifestations : De petites masses surtout au-dessous du pli de la cuisse apparaissent. C'est un symptôme qui se présente quand le cancer est déjà avancé. 

    Pourquoi : "Quand les ganglions sont touchés, il peut s'agir soit d'une réaction à une surinfection de la tumeur à vif, soit de l'évolution du cancer qui se dissémine et métastase au niveau ganglionnaire", explique le Dr Delaunay.
    Son évolution : Traité de façon précoce, il reste relativement facile à soigner (crème, biopsie, acte chirurgical peu invasif). A un stade plus avancé, l'amputation partielle ou totale du pénis peut être envisagée.

     

    Publié par Florence Massin, journaliste santé et validé par Dr Boris Delaunay, urologue 

     

    Source

    Remerciements au Dr Boris Delaunay, urologue, andrologue et sexologue au CHU de Toulouse.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    LA CHOSE LA PLUS RAISONNABLE

     
     
    28 Juin 2015
     
     

    Tiens-toi prêt à rencontrer ton Dieu. Amos 4.12

    « Ne jamais penser à la mort, à la maladie, aux échecs, nous rend plus démunis face aux aléas de la vie… jamais plus sages. » Le philosophe Éric-Emmanuel Schmitt pensait à la mort qui peut frapper un être cher. Avec raison. Ceux auxquels nous tenons le plus peuvent nous quitter tellement trop tôt ! Deuil, handicap, échecs sont inévitables. Mieux vaut y penser.

    Le prophète Amos, inspiré de Dieu, exprimait la nécessité la plus vitale de toutes. Rappelée à Israël, elle n’en concerne pas moins tous les humains. La vie ici-bas n’a rien d’éternel. Un jour, il faudra la quitter. Rencontrer celui qui nous a créés, et lui rendre des comptes ! Quoi de plus raisonnable que de nous y préparer ?

    Jésus, dans la parabole dite de “l’homme riche et du pauvre Lazare”, reprenant les propres convictions spéculatives de ses interlocuteurs, fait le bref portrait de deux êtres bien différents. Le premier ne pensait qu’à jouir des biens terrestres. Mais voilà, le jour du grand départ arrivé, il était trop tard. Quelle déception pour le bon vivant !

    L’autre se confiait en Dieu – c’est ce que signifie son nom –. Il avait sans nul doute préparé la grande rencontre finale. Quelle consolation !

    La pointe de la parabole est sans équivoque. Se préparer à rencontrer Dieu, c’est tenir compte de sa révélation, y obéir. Des frères du riche pour qui ce dernier s’inquiète, Jésus dit, par Abraham interposé : Ils ont Moïse et les prophètes. Qu’ils les écoutent.

    Richard Doulière

     

    LA CHOSE LA PLUS RAISONNABLE

    Évangile selon Luc 16. 19-31 : "19 Ensuite Jésus raconte cette histoire : « Il y a un homme riche qui s’habille avec des vêtements très beaux et très chers. Chaque jour, il fait une grande fête. 20 Un pauvre, appelé Lazare, est couché devant la porte du riche. Il est couvert de plaies. 21 Il a très envie de manger ce qui tombe de la table du riche. Mais ce sont plutôt les chiens qui viennent lécher ses plaies. 22 Un jour, le pauvre meurt. Les anges l’emportent auprès d’Abraham. Le riche meurt aussi, et on l’enterre. 23 Mais chez les morts, il souffre beaucoup. Alors il lève les yeux, et de loin, il voit Abraham et Lazare à côté de lui. 24 Le riche se met à crier : “Abraham, mon père, aie pitié de moi ! Envoie Lazare, pour qu’il mette le bout de son doigt dans l’eau, et il me rafraîchira la langue. En effet, je souffre beaucoup dans ce feu.” 25 Abraham lui répond : “Mon enfant, rappelle-toi : pendant ta vie, tu as reçu le bonheur, et Lazare, lui, a reçu le malheur. Maintenant, ici, il est consolé, et toi, tu souffres. 26 De plus, entre vous et nous, il y a un très grand trou. Ainsi, ceux qui veulent aller d’ici chez vous ne peuvent pas le faire, et on ne peut pas non plus traverser le trou pour venir chez nous.” 27 Le riche lui dit : “Père, je t’en prie, envoie donc Lazare dans la maison de mon père. 28 En effet, j’ai cinq frères, Lazare ira les prévenir pour qu’ils ne viennent pas, eux aussi, dans ce lieu de souffrance.” 29 Abraham lui répond : “Tes frères ont Moïse et les prophètes, ils doivent les écouter !” 30 Le riche lui dit : “Abraham, mon père, cela ne suffit pas. Si quelqu’un de chez les morts vient les voir, ils changeront leur vie.” 31 Mais Abraham lui dit : “Ils n’écoutent pas Moïse ni les prophètes. Alors, même si quelqu’un se lève de la mort, ils ne seront pas convaincus.” »

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Améliorez votre vue naturellement sans lunettes


    Présentation de stratégies intéressantes (et un peu étranges) pour améliorer votre vision (presque) tout-de-suite.

    Faites ce test de la vue : couvrez un oeil avec la main et lisez le tableau de haut en bas jusqu’à ce que vous ne puissiez plus lire.

     

     

    Prenez-note du résultat car après avoir lu ces conseils et techniques pour améliorer votre vue, vous allez voir de spectaculaires améliorations en quelques minutes sans l’aide des lunettes, lentilles de contact ou chirurgie.

     

    Faits surprenants au sujet de nos yeux

    Est-ce que vous saviez que

    • vos yeux sont composés de plus de 2 millions d’éléments actifs
    • une personne cligne des yeux en moyenne 12 fois par minute – cela fait plus de 10 000 clignements par jour…
    • la cécité aux couleurs est plus commune chez les hommes. Le type le plus courant de cécité aux couleurs est le daltonisme, des personnes qui ont du mal à différencier le rouge du vert…
    • la longueur totale de tous les cils qui tombent au cours de la vie d’une personne fait plus de 98 pieds (  33 mètres).

    Les dangers surprenants des corrections oculaires

    Plus de 3 personnes sur 4 que nous connaissons portent une forme de lentilles correctrices.

    La plupart choisissent des lentilles de contact ou des lunettes. Mais quelques-unes choisissent la correction laser réfractive : la chirurgie la plus réservée au monde comme le LASIK (Laser-Assisted in situ Keratomileusis)…

    Beaucoup de non-dits recouvrent la correction de la vision au laser. Plus d’une procédure de LASIK sur 5 ont des effets secondaires majeurs comme une douleur visuelle insoutenable, la vision double, la sécheresse oculaire continuelle et même la cécité.

    Il y a des douzaines et des douzaines de produits pour les effets secondaires du LASIK comme les gouttes.

    Mais le pire est que l’industrie optométrique menace de poursuites judiciaires quiconque dénoncerait ces mensonges. Seuls quelques-courageux ont révélé les réels dangers.

    Est-ce que j’ai de la chance avec mes yeux ?

    J’ai 46 ans, et je suis la seule personne de mon âge (que je connaisse personnellement) qui ne porte pas de lunettes.

    Ai-je juste de la chance ou suis-je douée ?

    L’un de mes vieux clients m’a révélé que les lunettes sont un attrape-nigaud. Et c’est un ophtalmologiste.

    Nous savons tous que les lunettes sont une arnaque. Car chaque année votre ophtalmo vous « renforce » votre prescription. Cette « force » signifie que vos yeux s’affaiblissent. Ce n’est pas forcément l’âge qui détériore votre vue… le coupable, ce sont les lentilles de contact.

    N’oubliez jamais que lorsque nous sommes malades (ou que notre santé faiblit) quelqu’un vous propose une solution pour de l’argent.

    Mais quand nous sommes en parfaite santé, les docteurs ne peuvent pas rembourser leurs emprunts pour leurs grosses voitures ou leur style de vie luxueux.

    C’est pourquoi je suis mon propre docteur et recherche des remèdes alternatifs sûrs.à mes problèmes…

    Voici la VRAIE bonne nouvelle

    Quand nos yeux sont stressés, nous perdons l’acuité visuelle. Et ceci affecte notre qualité de vie.

    Au lieu d’abîmer ma vue avec des lentilles correctrices, je passe moins de 2 minutes chaque matin à faire du « yoga des yeux ».

    C’est 100 % sûr et efficace. Je n’ai constaté aucun effet secondaire. C’est GRATUIT. Et tous ceux que je connais et qui ont essayé m’ont fait part de résultats surprenants.

    Ce ne sont pas des exercices pour renforcer les yeux, car nous n’avons pas à les muscler – non, ces « gestes » au contraire apaisent le stress de nos yeux.

    Les quelques premiers jours n’ont pas très bien marché pour moi. Je sentais quelque chose de bizarre, en fait. Mais au bout d’une dizaine de jours, les résultats étaient incroyables. J’étais capable de voir de près et de loin comme pendant mon enfance – sans lentilles correctrices.

    Vous pouvez aussi allez voir :  la méthode naturelle du Docteur Bates Comment se débarrasser de ses lunettes naturellement

    Vous êtes prêt à commencer, et à voir déjà mieux en quelques minutes ?

    Il y a quatre gestes que je fais chaque matin (que j’ai trouvés dans la vidéo ci-dessous).

    Je fais ça simplement et rapidement. Je ne fais pas le poirier ni du palming….

    Non,  je le fais assis sur une chaise.

    Regard horizontal

    Mettez vos mains à l’horizontale de chaque côté, les pouces pointés en haut. (Vos pouces servent juste de points de repère).

    Ne bougez pas la tête, et regardez tout d’abord droit devant vous…. puis, regardez l’un de vos pouces (sans bouger la tête). Puis, dirigez lentement votre regard de l’autre côté jusqu’à l’autre pouce. Avant de continuer, faites une pause et regardez droit devant.

    Répétez cet exercice 5 fois. Surtout respirez normalement (ne retenez pas votre souffle).

    Finissez en fermant les yeux 5 secondes pour vous reprendre.

     

    Regard en diagonale

    Mettez un pouce (pointé en haut) sur votre cuisse, et l’autre pouce (pointé en haut aussi) positionné au niveau de la tête. Regardez d’abord le pouce du bas, puis vers l’autre pouce (sans bouger la tête).

    Faites le 5 fois.

    Détendez-vous.

    Puis inversez la position des pouces.

    A nouveau, assurez-vous de respirer normalement (ne retenez pas votre souffle).

    Finissez en fermant les yeux 5 secondes pour vous reprendre.

    Regard circulaire

    Décrivez un cercle avec le pouce gauche pointé en haut sur la gauche de votre corps et lentement suivez votre pouce avec les yeux.

    (Assurez-vous de garder la tête droite et tournée vers l’avant…et respirez normalement).

    Faites-le 5 fois.

    Puis répétez l’exercice sur le côté droit.

    Finissez en fermant les yeux 10 secondes pour .vous reprendre…..

    Regard de près et de loin

    Mettez le pouce (pointé en haut) au bout de votre nez. Croisez les yeux pour regarder le bout de votre pouce. Puis lentement étendez le bras en maintenant le regard  sur le pouce.

    A nouveau, respirez normalement pendant cet exercice.

    Puis ramenez votre pouce vers le bout de votre nez.

    Finissez en fermant les yeux 5 secondes pour ………..

    Et voilà, vous y êtes………… 4 gestes rapides et faciles pour aider les muscles de vos yeux à se détendre, et vous aider à voir plus clair….

     

    Regardez le tableau à nouveau.

     

    Est-ce que vous pouvez voir plus de lettres qu’avant ? Si c’est le cas, félicitations – vous stimulez votre vision sans lentilles de vue ou des corrections au laser dangereuses.

     

     

    Source : in5d.com
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • passeportsante.net

     

    AVOIR UNE BONNE VUE PLUS LONGTEMPS

     

     

    La santé des yeux passe avant tout par la prévention. De multiples facteurs sont susceptibles d’influencer la qualité de la vue comme l’éclairage, l’alimentation et l’âge. Afin d’y voir plus clair, voici quelques astuces pour préserver une bonne vue plus longtemps.

     

     

     

    L’éclairage est très important afin d’éviter que les yeux ne forcent inutilement. Par exemple, lorsque vous lisez un livre ou que vous travaillez de près, la lumière devrait être assez forte pour éclairer convenablement l’ensemble de la surface vers laquelle votre regard est dirigé. De plus, la source de luminosité devrait se trouver, si par exemple vous êtes droitier, au-dessus de votre côté gauche, et vice-versa. Cela évite les ombrages qui obstrueraient votre vision. 

     

     

     

     

    Le nombre d’heures passées chaque jour devant un écran, que ce soit la télévision ou l’ordinateur, augmente de plus en plus. Une récente étude réalisée par le Centre francophone d’informatisation des organisations (CEFRIO) a démontré que les jeunes adultes âgés de 21 à 24 ans sont les plus touchés par cette tendance, avec une moyenne de 36 heures par semaine consacrées à l’utilisation d’un ordinateur. L’éclairage et la proximité de l’écran peuvent affecter la vision. C’est pourquoi il est important de prendre des pauses toutes les 30 minutes et de regarder au loin afin de reposer nos yeux. 

     

     

     

    Les rayons ultraviolets (UV) projetés par le soleil sont essentiels à l’assimilation de la vitamine D et sont bénéfiques pour le traitement de certaines maladies telles que l’eczéma, le rachitisme et le psoriasis. Toutefois, on doit s’y exposer de manière modérée car ils sont susceptibles de provoquer des cataractes ou de la dégénérescence maculaire. Vous devez donc protéger vos yeux lorsque vous êtes à l’extérieur en évitant de regarder vers le soleil et en portant des lunettes solaires. Celles-ci, en fonction de l’usage que l’on souhaite en faire, présentent un indice de protection contre les UV sur une échelle de 0 à 4. Santé Canada classe ce type de lunettes en trois catégories : esthétique, tout usage et usage particulier. Le taux de protection des lunettes de soleil varie de 60 à 98,5 % contre les UVA et de 87,5 à 99 % contre les UVB

     

     

     

    Les vitamines et les minéraux sont les éléments clés d’une alimentation qui vous permettront de conserver une bonne vision plus longtemps. Plus spécifiquement, la vitamine A, E et C de même que le zinc et la lutéine vous aideront à prévenir certains troubles de la vue tels que la dégénérescence maculaire. De plus, faire le plein de vitamine A permettra de favoriser le bon fonctionnement des bâtonnets de la rétine tout en minimisant les risques de souffrir de cécité nocturne (perte de vision dans le noir). Les carottes, les épinards et les choux verts sont une bonne source de vitamine A. 

     

     

     

    Plusieurs études ont démontré que le tabagisme augmente les risques de dégénérescence maculaire, de cataracte et de dommages au nerf optique. Il est donc fortement recommandé de cesser de fumer afin de préserver la santé de vos yeux. 

     

     

     

     

     

     

    Selon la Société canadienne d’ophtalmologie, les adultes ne présentant pas de problèmes de vision qui sont âgés de 19 à 40 ans devraient passer un examen de la vue au moins tous les 10 ans. Les gens qui ont entre 41 et 55 ans devraient le faire tous les 5 ans et tous les 3 ans pour les 56 à 65 ans. Après 65 ans, il est recommandé de consulter un ophtalmologue (ophtalmologiste) tous les 2 ans. Toutefois, certaines personnes sont plus à risque de souffrir de troubles oculaires, notamment les personnes souffrant de diabète ou ayant des antécédents familiaux de glaucome, de cataracte, de dégénérescence maculaire ou de décollement de la rétine. Celles-ci devraient subir un examen de la vue plus fréquemment : tous les 3 anspour les plus de 40 ans, tous les 2 ans pour les plus de 50 ans et tous les ans pour les 60 ans et plus. 

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    VIVRE VRAIMENT

     
     
    27 Juin 2015
     
     

    Moi, je suis venu afin que les hommes aient la vie, une vie abondante. Jean 10.10

    On demandait à Woody Allen, si, selon lui, il y a une vie après la mort. Il répondit : « Je me demande surtout s’il y en a une avant ! »

    Il nous arrive peut-être de nous demander si notre existence est vraiment une vie. “Métro, boulot, dodo”, est-ce une vie ? Se battre pour assurer l’essentiel, est-ce vivre ? Ou ne point prendre de repos afin d’accumuler des biens, est-ce vivre ? Jean d’Ormesson disait : « C’est la grande question : que faisons-nous, depuis notre naissance jusqu’à notre mort, du temps qui nous est donné ? » Si nous ne pouvons être satisfait de notre propre réponse, est-ce sans remède ?

    Jésus a dit être venu dans le monde pour nous communiquer une vie abondante. Notre texte ne concerne pas l’au-delà, mais le présent. Dès maintenant, nous mettant à son écoute, nous pouvons vivre une vie abondante. Car en réponse à notre foi, il donne un sens à la vie, propose un objectif exaltant. Il ne promet pas l’abondance matérielle ou la multiplication des loisirs – toujours bien décevants. Mais une raison de vivre pour lui, sachant que c’est semer pour l’éternel lendemain. Tout comme la moisson attendue donne sens, pour l’agriculteur, au labour et aux semailles. C’est réellement vivre que de se savoir en train de construire pour l’essentiel : ce qui dure éternellement.

    Richard Doulière

     

    VIVRE VRAIMENT

    Lettre aux Galates 6. 7-10 : "Ne vous trompez pas à ce sujet : Dieu ne permet pas qu’on se moque de lui. Chacun récolte ce qu’il a semé. Si quelqu’un sème ce qui plaît à ses désirs mauvais, il récoltera ce que ses désirs produisent, c’est-à-dire la destruction. Mais s’il sème ce qui plaît à l’Esprit Saint, il récoltera ce que l’Esprit Saint produit, c’est-à-dire la vie avec Dieu pour toujours. Faisons le bien sans nous décourager. Oui, si nous allons jusqu’au bout, nous récolterons quand le moment sera venu. 10 Alors, pendant le temps qui nous reste, travaillons pour le bien de tous, surtout pour ceux qui partagent notre foi."

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Le sucre fera disparaître par dégénérescence l’espèce humaine

    sucre

     

    Au début du XXe siècle, chaque Français consommait 1 kg de sucre par an, 35 kg aujourd’hui. Le sucre blanc est un sucre raffiné. Les aliments raffinés sont inadaptés à l’organisme humain et produisent sur lui un effet néfaste constant, apprenez dès maintenant à les repérer, et à les éliminer, les effets sur votre santé en seront considérables.

     

    Les aliments raffinés sont appauvris de vitamines et oligo-éléments, nutriments catalyseurs indispensables à la vie. En effet, la digestion fait intervenir des réactions biochimiques qui consomment ces catalyseurs : s’ils ne sont pas présents dans l’aliment, ils seront prélevés dans l’organisme, qui verra ainsi sa réserve s’appauvrir d’autant plus qu’elle n’est pas ou peu renouvelée. Il est médicalement absurde de raffiner des aliments car alors, du fait de leur intérêt nutritif faible ou nul, ils se comportent en parasites plutôt qu’en alliés. Le raffinage des aliments répond à des intérêts pratiques industriels uniquement.

    LES DANGERS ET LA TOXICITE DU SUCRE

    Qui pourrait donc imaginer, en plaçant un morceau de sucre chaque matin dans sa tasse de café ou de thé, que ce frêle carré de sucre incarne depuis plusieurs décennies le symbole par excellence de la pollution agro-alimentaire moderne ? Afin d’y voir plus clair, voici une étude des raisons chimiques, biologiques et physiologiques des méfaits sur l’homme du saccharose industriel par Bernard Herzog.

    1. Quelques précisions pour éviter les confusions

    Il faut bien distinguer les sucres naturels assimilables des sucres artificiels qui ne le sont pas. Nos enzymes cellulaires sont adaptés au galactose (sucre du lait), au fructose (dans les fruits) et au miel.
    Le saccharose est un disaccharide (glucose + fructose), un sucre artificiel d’origine industrielle qui apporte une énergie factice, car elle ne se consume pas mais se caramélise au niveau des muqueuses intestinales. Il ne peut pas intégrer les cycles du métabolisme cellulaire. Cette union artificielle d’un hexose et d’un cycle pentose constitue un corps étranger qui ne fait qu’encombrer l’organisme.

    Il modifie les fonctions digestives en les ralentissant et, par la création de spasmes formant un film sur les diastases (comme le pétrole sur les eaux d’un lac), il bloque leur action. C’est un obstacle à la physiologie normale. Il en résulte de multiples déficiences enzymatiques et des carences immunitaires.
    Le saccharose résulte d’une production chimique qui utilise la chaux vive, pour l’extraction, et des colles. C’est un faux ami que nous conseillent vivement les publicités alors qu’il faut absolument l’éviter, la portée de ses effets néfastes étant incalculable pour l’espèce humaine.

    2. Effets sur l’estomac et le pancréas

    Le saccharose oblige l’estomac à une sécrétion en hyperchlorhydrie (HC1) accrue qui provoque des aigreurs. L’hyperchlorhydrie est nécessaire pour dissocier le cycle pentose et l’hexose, mais la molécule se reforme aussitôt après le pylore et le pancréas doit tam­ponner l’excès d’HCl. Il s’y épuise et, secondairement, s’atrophie.
    Un métabolisme défectueux engendre des carences. Le système génétique se dévie et axe son développement sur la recherche de cette carence en négligeant tout le reste. Le système immunitaire sera déficient, les défenses affaiblies face à l’invasion bactérienne extérieure.
    Le monde bactérien interne va être disposé à épouser tout étranger apportant une carte génétique supérieure à l’existant. On observera donc progressivement des méfaits secondaires sans en déceler l’origine. Les enfants ou les adultes vont évoluer peu à peu vers une déficience générale.
    En ce qui concerne le saccharose, cette intoxication sournoise et fort mal connue se déroule sur une période de cinq à vingt-cinq ans.

    3. Effets sur l’odorat, les glandes, le foie

    Le saccharose ne comble pas les besoins énergétiques et induit des effets secondaires catastrophiques. Il atténue l’odorat, modifie et endort les glandes salivaires, est à l’origine des caries dentaires. Le système endocrinien, lui aussi, accuse une bonne partie de cette agression, notamment le foie qui s’encrasse de plus en plus. Cela engendre des méfaits au niveau de la sécrétion biliaire. En plaçant une allumette enflammée sous un morceau de sucre, on observe une caramélisation. C’est exactement le type de composé qui se crée au niveau des cellules du foie, lequel absorbe ce corps étranger, sans pouvoir l’éliminer, jusqu’à s’asphyxier.

    Un des moteurs du vieillissement est la thésaurismose ou la caramélisation. Les protéines de l’organisme réagissent avec les sucres, notamment le saccharose, entraînant la perte des fonctions essentielles des enzymes.

    4. Stérilités secondaires

    Il affaiblit, non seulement celui qui l’ingère, mais aussi sa descendance, car il va jouer un rôle important dans l’installation d’une stérilité à long terme. Les cellules germinales vont se trouver toutes asphyxiées par l’apport trop important de carbone. Si le carbone est la source de vie, en excès il la menace. Le saccharose devient une plaie s’il est consommé de façon régulière il provoque une intoxication lente et progressive.

    5. Maladies de surcharge, obésité, diabète

    Depuis longtemps, les nutritionnistes et les endocrinologues le soupçonnent d’être à l’origine d’un grand nombre de maladies de surcharge, diabète, obésité. Il faut y ajouter les insuffisances immunitaires, entraînant des infections ORL récidivantes mais également des problèmes de plus en plus fréquents de stérilité. La diminution générale de la résistance de notre population aux agressions infectieuses en découle pour une bonne part. J’avancerais le chiffre de 30 % et vraisemblablement autant pour les pesticides…
    Il faut remplacer le sucre industriel par les sucres naturels. La consommation de deux fruits par jour est excellente. Le miel est un sucre très assimilable, en outre, il renferme des oligo-éléments nécessaires et les substances bactéricides car il ne fermente jamais. Son usage est sans danger, mais il est hyper-calorique.

    Le saccharose, au lieu d’aider à construire et renforcer le développement cellulaire, l’arrête par une véritable noyade qui résulte de sa formule chimique. La proportion importante de car­bone asphyxie et l’apport considérable d’hydrogène fait naître un antioxydant, c’est à dire un réducteur. Il engendre l’obésité, notam­ment chez l’adolescent, et de graves perturbations définitives du développement endocrinien (hormonal et des rétentions hydriques, cellulite…). Le sucre va induire également une fatigue cérébrale parce que le cerveau n’est plus normalement alimenté en glucose. Il en résulte une difficulté progressive à l’attention et une «baisse de résistance» à tous les travaux, notamment intellectuels mais aussi physiques. Il s’installe une véritable toxicomanie, doucereuse mais catastrophique pour l’avenir du sujet… et de l’espèce en général.
    Elle est en partie induite par les ajouts industriels de saccharose dans des petits pots des bébés, le pain, le pâté, le foie gras, le cham­pagne, sans oublier les usages sociaux. À l’école, la distribution de bonbons (comme dans les avions), de sucettes donne une connotation positive tout à fait hypocrite et perverse.

    6. Autres effets funestes, cancers inclus.

    Lorsqu’on mange un morceau de sucre, que se passe-t-il dans la cavité buccale? Que retrouve-t-on au niveau du palais? Une explosion de la molécule de saccharose dans le liquide salivaire. Cela entraîne cette sensation que « cela colle », car, en effet, on a là un com­posant du bitume, ou du moins un composant chimique initiatique du goudron. Certes, ce n’est pas avec un seul morceau que vous allez vous précipiter dans le jardin de St-Pierre, mais voyez-vous, les effets cumulatifs, cela existe en biologie. Il ne s’agit pas seulement des radi­ations ionisantes ou la somme de toutes les petites agressions quoti­diennes çà et là. Mais, en ce qui concerne le sucre, utilisé chaque matin, chaque midi, etc., c’est une habitude prise de bitumer le tube digestif, tout comme le fumeur qui, lui, goudronne son larynx, ses cavités ORL, et bien sûr, ses alvéoles pulmonaires.

    Tout ce merveilleux aérosol asphyxie progressivement le sujet et, dans le cas du saccharose dont les composés sont voisins, c’est le tube oesophagien qui véhicule cette coulée vers l’estomac.
    Avez-vous songé, je parle là notamment aux médecins, que les varices oesophagiennes sont dues pour 50% à l’ingestion d’alcool, quoique le vin contienne lui-même (par chaptalisation) déjà du sac­charose, et que les 50% restants sont des sujets qui ne boivent ni vin, ni l’alcool, mais uniquement le jus du saccharose qui donne le même résultat. D’ailleurs, dans les causes du cancer de l’oesophage et de l’estomac, le saccharose occupe une place de choix.

    Vous avez donc le choix: avec les cigarettes quotidiennes le risque d’avoir un cancer ORL ou un cancer pulmonaire, et si vous préférez le sucre, celui d’avoir une localisation oesophagienne gas­trique en plus de tous les autres inconvénients que subit votre corps.
    Bien entendu, la chaux vive reste active, c’est un carbonate actif qui, lui aussi, est cancérigène. Les dérivés mercuriels (HgO) utilisés pour le blanchiment apportent leurs composantes pathogènes, notamment par les dérivés sulfurés et les nitratés.
    L’antique alliance de l’homme et de la nature étant désormais rompue, les déséquilibres, les fléaux, semblent occuper une place importante sur la scène.

    7. Addendum

    Eliminer le sucre ? L’exercice ne va pas être facile vu que nous en consommons près de 30 kilos par an et par personne, soit plus de 80gr par jour. Et que la tendance est au toujours plus sucré. Selon l’INSEE, les ventes de produits sucrés on fait un bond de 300% depuis les années soixante et représentent aujourd’hui 45,6% du budget alimentaire. Il va pourtant falloir s’y résoudre car le sucre est responsable d’un grand nombre de nos tracas. Les kilos en trop, les caries, le diabète, la fatigue de l’après-midi, les maux de tête, les palpitations, les vertiges, le foie détraqué : tout çà c’est à cause de lui. Mais ce n’est pas tout !

    Des chercheurs américains de l’université de Birmingham, en Alabama, viennent de montrer qu’en plus de nous faire grossir, le sucre nous abrutirait. Des souris, dites « soda » ont ingurgité pendant 175 jours de l’eau sucrée alros que leurs consoeurs sont restées à l’eau plate. Après 25 semaines de test, les cerveaux des souris « soda », contiennent trois fois plus de bêta-amyloïde, une protéine constituante des plaques séniles caractéristiques de la maladie d’Alzheimer, et 2,5 fois plus d’apoliproprotéine E, molécule qui favorise la formation des plaques séniles autour des neurones.

     

     

    Source : Breizh Info
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

     

    La pilule contraceptive est en train de tuer les femmes,

    mais personne ne dit mot

     

    LA PILULE CONTRACEPTIVE DANGEREUSE POUR LA SANTÉ DES FEMMES ?

     

    La nouvelle mariée risquait un évanouissement, un AVC (accident vasculaire cérébral), une crise cardiaque et la mort chaque jour quand elle prenait sa pilule contraceptive. Tragiquement, elle n’avait aucune idée qu’il pouvait y avoir un danger. Même le personnel médical pensait que ses symptômes ne représentaient pas une menace, et à plus d’une reprise, ceux-ci ont mis ses symptômes sur le compte de la déshydratation. Ils ne lui ont jamais dit que ce pouvait être son mode de contraception qui lui causait des caillots sanguins.

    Son nom était Kate, une femme d’affaires âgée de 28 ans, dont l’histoire est racontée dans « What Every Woman Needs to Know about Blood Clots« , (« Ce que toute femme devrait savoir sur les caillots sanguins ») publiée sur le site web National Blood Clot Alliance “Stop the Clot”. Les symptômes de Kate commencèrent lors de sa lune de miel à Hawaï. Elle ressentait tellement de douleur au niveau de son mollet, qu’elle se réveillait la nuit. Elle alla voir un chirurgien orthopédiste qui lui fit passer des scans, ne trouva aucun problème et la renvoya chez elle. Elle oublia cela. Sept mois après, elle s’évanouit dans un aéroport après un vol. Le personnel médical dit qu’elle était déshydratée.

    Sans le savoir, Kate développa une thrombose veineuse profonde dans son mollet. De là, des caillots sanguins commencèrent à se détacher pour se diriger vers ses poumons. Ces caillots dans les poumons, appelés embolie pulmonaire, « peuvent mettre la vie en danger et dans 10 à 15 pour cent des cas, causer une mort instantanée », d’après le docteur Jack Ansell. Ce dernier est un hématologue et un membre du “National Blood Clot Alliance’s Medical & Scientific Advisory Board”. Le site web de l’Alliance cite le docteur Ansell: « Le premier signe d’une embolie pulmonaire peut être la mort ».

    Grâce à la mère de Kate, qui est infirmière et qui fit la suggestion que sa fille pourrait peut-être souffrir d’embolie pulmonaire, Kate reçut un traitement et échappa à la mort. On découvrit l’embolie avant qu’elle ne tue Kate. Plusieurs autres femmes ne sont pas aussi chanceuses. Elles n’apprennent la vérité que lorsqu’il est trop tard.

    La vérité est que le « risque d’une thrombose chez les patientes qui prennent des COC (contraceptifs oraux combinés) est de trois à cinq fois plus élevé par rapport à des personnes qui n’en consomment pas. » Une thrombose signifie des caillots sanguins qui peuvent causer un AVC, une crise cardiaque, la cécité, un dommage au cerveau, et la mort. Pourtant, les femmes ne sont pas prévenues du risque des caillots sanguins suite à la prise quotidienne de la pilule contraceptive. C’est grave et c’est une malhonnêteté et une négligence insensées.

    D’après un rapport de « Canadian Broadcasting Company (CBC) » datant de juin 2013, le fabricant de pilules contraceptives Bayer a payé plus d’un milliard de dollars en guise de compensation pour des milliers de poursuites judiciaires sur ces pilules contraceptives aux États-Unis. Ces paiements étaient tous reliés à deux pilules contraceptives à faible dose, Yaz et Yasmin. Au même moment, une enquête de CBC a révélé que des pharmaciens ont soupçonné que la mort de 23 Canadiennes était attribuable à ces mêmes pilules.

    Miranda Scott, âgée de 18 ans, s’entraînait au gymnase de l’Université de Colombie-Britannique lorsqu’elle est tombée à la renverse et est décédée. L’autopsie a montré qu’elle était morte à cause de caillots sanguins présents dans son corps. Elle prenait du Yasmin au temps de sa mort. Sa mère fait maintenant partie d’une poursuite canadienne en recours collectif contre le fabricant de médicaments, avec des centaines de membres de familles et de femmes qui ont été blessées ou tuées par la pilule.

    Pourtant, alors que Bayer paie d’énormes dédommagements, la compagnie dit que ses produits contraceptifs sont recommandables. Même Elizabeth Kissling, qui écrit pour le magazine féministe radical Ms, se dit troublée par ce camouflage de la vérité, le manque d’éducation et l’insuffisance de tests que les femmes reçoivent avant de se faire prescrire la pilule.

    Kissling dit en citant des cas de jeunes femmes ayant subi ces conséquences :« Aujourd’hui… de jeunes femmes meurent encore de quelque chose censé les aider, quelque chose qui touche surtout les femmes. Des milliers d’autres souffrent d’effets secondaires pouvant mettre la vie en danger ou détruire la santé comme la cécité, la dépression, et l’embolie pulmonaire. »

    Elle fait référence au témoignage d’une utilisatrice, publié sur xojane.com, et met en évidence la citation frappante venant d’une jeune femme ayant presque succombé d’une embolie pulmonaire causée par la pilule contraceptive. « N’est-ce pas bizarre? », demanda la jeune femme aux docteurs de l’hôpital. Ils hochèrent la tête puis m’informèrent qu’ils rencontraient régulièrement de jeunes femmes en santé avec des caillots sanguins, presque tous issus du contrôle des naissances ».

    La pilule détruit la vérité. Elle existe et est prescrite aux femmes au milieu d’un tourbillon de chaos, au milieu de contradictions et de mensonges, avec des cas de femmes mortes, aveugles et profondément blessées. Les médecins prescripteurs disent aux femmes que le contrôle des naissances est sans danger pour leur santé, à condition qu’elles ne fument pas. Les médecins présents dans les salles d’urgence racontent aux femmes qu’ils « rencontrent fréquemment de jeunes femmes en santé avec des caillots sanguins, presque tous issus du contrôle des naissances ». Des milliards de dollars sont payés par les compagnies pharmaceutiques pour régler des poursuites légales, alors qu’ils disent toujours approuver leurs pilules contraceptives.
    Les femmes ont besoin de savoir.

    Pour plus d’information, visitez notre site web, thepillkills.org.

    Par STOPP.org – traduit par Campagne Québec-Vie

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    UN PARASITE

     
     
    26 Juin 2015

     
     

    Ne vous inquiétez donc pas du lendemain, car le lendemain s’inquiétera de lui-même. À chaque jour suffit sa peine.
    Matthieu 6.34

    « Mon fils va-t-il avoir un accident ? Et si je perds mon emploi l’année prochaine ? Et si je rate mes examens ?… » Il y a tellement de sujets qui peuvent nous stresser !
    Comment se passe une journée chargée de soucis ? L’inquiétude nous prive de notre joie, d’une partie de nos forces et nous amène à nous centrer sur nous-mêmes, sur nos problèmes. Nous pouvons alors passer à côté d’une relation plus profonde avec notre entourage ou être insensibles à leurs besoins. L’inquiétude est un mangeur de temps, de journées… C’est un parasite.
    À trois reprises, Jésus dit à la foule qui l’écoute sur la montagne « Ne vous inquiétez pas ! » et il donne des raisons de ne pas le faire : les inquiétudes ne permettent pas de rallonger la vie, la vie est plus importante que la nourriture et le corps plus que le vêtement.
    Alors, nous aussi, ne nous focalisons pas sur ce qui est secondaire. Si Dieu s’occupe même de nourrir les oiseaux et de revêtir les lys des champs, à plus forte raison, Il prendra soin de nous.
    Demandons-lui donc de pourvoir à nos besoins : Déchargez-vous sur Lui de tous vos soucis, car il prend soin de vous.2 Ceci ne nous dispensera évidemment pas de nos responsabilités et d’agir dans notre quotidien, mais libèrera notre cœur du poids de l’inquiétude.

    Marie Christine Fave

    1 Voir la lecture proposée           2 1 Pierre 5.7

     

    UN PARASITE

     

    Évangile selon Matthieu 6. 24-34 : "24 « Personne ne peut servir deux maîtres. En effet, ou bien il détestera l’un et il aimera l’autre, ou bien il sera fidèle à l’un et il méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’argent ! » 25 « C’est pourquoi je vous dis : ne vous faites pas de souci pour votre vie ni pour votre corps. Ne vous demandez pas : “Qu’est-ce que nous allons manger ? Avec quoi est-ce que nous allons nous habiller ?” Oui, votre vie est plus importante que la nourriture, et votre corps est plus important que les vêtements. 26 Regardez les oiseaux. Ils ne sèment pas, ils ne moissonnent pas. Ils ne mettent pas de récoltes dans les greniers. Et votre Père qui est dans les cieux les nourrit ! Vous valez beaucoup plus que les oiseaux !

    27 « Ce n’est pas en vous faisant du souci que vous pouvez ajouter un seul jour à votre vie ! 28 Pourquoi alors vous faire du souci pour les vêtements ? Observez les fleurs des champs, regardez comment elles poussent. Elles ne filent pas et elles ne tissent pas. 29 Pourtant, je vous le dis : même Salomon, avec toute sa richesse, n’a jamais eu de vêtements aussi beaux qu’une seule de ces fleurs. 30 L’herbe est aujourd’hui dans les champs, et demain on la jettera au feu. Et pourtant, Dieu l’habille de vêtements magnifiques. Vous qui n’avez pas beaucoup de foi, vous pouvez être sûrs d’une chose : Dieu en fera au moins autant pour vous !
    31 « Ne soyez pas inquiets en vous demandant : “Qu’est-ce que nous allons manger ? Qu’est-ce que nous allons boire ? Avec quoi est-ce que nous allons nous habiller ?” 32 En effet, les gens qui ne connaissent pas Dieu cherchent tout cela sans arrêt. Vous avez besoin de toutes ces choses, et votre Père qui est dans les cieux le sait bien. 33 Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et ce que Dieu demande. Il vous donnera tout le reste en plus. 34 « Donc, ne vous faites pas de souci pour demain. Demain se fera du souci pour lui-même. La fatigue d’aujourd’hui suffit pour aujourd’hui ! »
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Remèdes maison pour un soulagement instantané du mal de dents

    mal-de-dents

     

     

    Le mal de dents peut varier considérablement, de légères douleurs aux dents ou aux mâchoires à une douleur lancinante et insupportable. Les principales causes du mal de dents sont les caries, une infection, une racine découverte de la dent (recul des gencives), une dent fêlée, une maladie des gencives, un plombage mal ajusté, ou un trouble de l’articulation de la mâchoire.

     

    Un mal de dents (voir le schéma ci-dessus) se produit lorsque la région centrale de la dent, connue sous le nom de pulpe, devient irritée ou enflammée. La pulpe se compose de plusieurs terminaisons nerveuses qui sont très sensibles. Elle peut devenir enflammée ou irritée pour de nombreuses raisons, dont certaines sont indiquées ci-dessus.

    Si vous avez mal aux dents, il est préférable de consulter immédiatement un dentiste avant que le problème empire. Vous pouvez également essayer des remèdes naturels pour soulager la douleur temporairement.

     

    Voici les 10 meilleurs remèdes maison pour le mal de dents.

    1. Poivre et sel

    Le sel mélangé avec du poivre peut être d’une grande utilité lorsqu’une dent devient très sensible car ces deux ingrédients ont des propriétés antibactériennes, anti-inflammatoires et analgésiques.

    1. Mélangez en quantités égales du poivre et du sel (plutôt du gros sel de mer gris) avec quelques gouttes d’eau pour former une pâte.
    2. Appliquez la pâte directement sur la dent affectée et laissez-la agir pendant quelques minutes.
    3. Renouvelez plusieurs jours de suite.

    2. Ail

    L’ail peut également fournir un immense soulagement aux maux de dents. Il a des propriétés médicinales antibiotiques et autres qui peuvent être très efficaces pour réduire la douleur.

    1. Mélangez une gousse d’ail (ou de la poudre d’ail) avec un peu de sel et appliquez-le directement sur la dent affectée pour soulager la douleur. Si vous préférez, vous pouvez mâcher une ou deux gousses d’ail pour obtenir un soulagement.
    2. Répétez ce traitement naturel pendant quelques jours.

    3. Clous de girofle

    Le clou de girofle a des propriétés anti-inflammatoires, antibactériennes et antioxydantes, ainsi que des propriétés anesthésiques qui aident à soulager la douleur de la dent et à combattre l’infection.

    • Broyez deux clous de girofle. Mélangez dans un peu d’huile d’olive ou autre huile végétale et appliquez sur la dent.
    • Une autre option est de tremper un coton-tige dans l’huile de clou de girofle et le frotter directement sur la dent douloureuse.
    • Ou encore, vous pouvez mélanger quelques gouttes d’huile de clou de girofle dans 1/2 verre d’eau et l’utiliser pour vous rincer la bouche.
    • A renouveler autant de fois que nécessaire pour vous soulager.

    4. Xylitol

    Le xylitol inhibe sélectivement les bactéries cariogènes (les streptocoques mutans) dans la cavité buccale toute entière.

    • Mettez une demi-cuillère à café de xylitol en poudre dans votre bouche et faites un bain de bouche avec pendant 3 à 5 minutes, puis crachez. Le xylitol favorise la production de salive donc il n’est pas utile d’ajouter de l’eau. Ne vous rincez pas la bouche ensuite car cela réduirait l’efficacité du xylitol.
    • Alternativement, utilisez le mélange xylitol-salive comme si c’était un dentifrice et brossez-vous les dents avec pendant 3 à 6 minutes. Ne vous rincez pas la bouche après.

    5. Oignons

    Les oignons ont des propriétés antiseptiques et antimicrobiennes qui contrôlent un mal de dents. Ils peuvent apporter le soulagement de la douleur en tuant les germes causant l’infection.

    • Aux premiers signes d’un mal de dents, mâcher un oignon cru pendant quelques minutes pour soulager la douleur.
    • Si vous n’êtes pas en mesure de mâcher de l’oignon, placez un morceau d’oignon cru directement sur la dent ou la gencive.endolorie.

    6. Eau chaude salée

    Un simple verre d’eau tiède salée peut aider à traiter un mal de dents. Mélangez 1/2 cuillère à café de sel dans un verre d’eau tiède et utilisez ce mélange pour rincer soigneusement la bouche.

    Cela aidera à réduire les gencives enflées et l’inflammation, et également combattra les bactéries qui causent l’infection.

    7. Feuilles d’épinard

    Les feuilles fraîches d’épinard peuvent aussi soulager les maux de dents, grâce à leurs propriétés anti-inflammatoires, analgésiques et antimicrobiennes.

    • Il suffit de mâcher une feuille d’épinard jusqu’à ce que le jus commence à agir sur la dent affectée.
    • Un autre remède consiste à mettre 2 feuilles d’épinard dans de l’eau très chaude et d’attendre 10 min qu’elles s’infusent. Laissez tiédir la solution et ajoutez un peu de sel. Rincez-vous la bouche avec cette solution.

    8. Extrait de vanille

    vanilla-extract-opt

    L’extrait de vanille est un autre remède maison populaire pour traiter les maux de dents, car il contribue à engourdir la douleur. La vanille a un effet calmant.

    1. Trempez un coton-tige dans l’extrait de vanille et tamponnez sur la zone touchée.
    2. Renouvelez plusieurs fois par jour jusqu’à obtenir un soulagement.

    9. Jus d’herbe de blé

    wheatgrass-juice-black-opt

    L’herbe de blé a des propriétés antibactériennes naturelles qui vous aideront à lutter contre la carie dentaire et à soulager les maux de dents. Extrayez le jus d’herbe de blé et utilisez-le pour vous rincer la bouche.

    Il absorbe les toxines de la gencive, réduit la croissance des bactéries et garde l’infection sous contrôle. Si vous le souhaitez, vous pouvez simplement mâcher de l’herbe de blé.

    10. Glaçons

    ice-cubes-opt

    La glace peut aider à soulager les douleurs dentaires en engourdissant les terminaisons nerveuses.

    • Enveloppez un petit cube de glace dans un linge fin de coton. Tenez-le sur la joue près de la dent douloureuse pendant quelques minutes. Cependant, si les nerfs sont à vif, le contact avec le froid peut causer plus de douleurs.
    • Une technique d’acupression qui peut soulager la douleur des dents consiste à frotter un cube de glace entre votre index et le pouce pendant quelques minutes.

    En plus d’essayer ces remèdes, assurez-vous de consulter un dentiste (holistique, de préférence). Certains problèmes dentaires et des gencives nécessitent un traitement plus agressif que les remèdes maison.

     

     

    Sources:
    www.ijpbs.net
    www.ncbi.nlm.nih.gov
    www.healingteethnaturally.com
    www.top10homeremedies.com
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA MAGIE DES VRAIS FRUITS

    LA MAGIE DES VRAIS FRUITS

     

    LA MAGIE DES VRAIS FRUITS

     

    L’été est la saison idéale pour se régaler des fruits que nous procure la nature, et réfléchir à leurs divers intérêts pour notre santé. Certaines personnes croient qu’elles ne peuvent pas manger de fruits du fait d’une fragilité intestinale, comme celles qui souffrent de diverticules par exemple. C’est parfaitement faux. Il faut juste faire les choses en douceur, progressivement, comme nous allons le voir.

    Il y a quelques temps, je suis allé dans une école publique rencontrer des élèves de CM2 pour une intervention de prévention santé. Je leur ai demandé : « Comment appelle-t-on le sucre du fruit frais ? »

    Arthur a répondu : « Monsieur, c’est le fruibiose ».

    Je félicite vivement ce petit Arthur, car c’est ainsi que devrait s’appeler le sucre des fruits frais bio, le fruibiose. C’estun néologisme tellement poétique, et riche de sens ! Les biochimistes, eux, ont nommé le sucre des fruits « fructose ». Hélas, ce terme recouvre des réalités très différentes : car tous les fructoses ne se valent pas.

    Les confusions « fruibiose »-fructose

    Affirmer que le fructose est le principal moteur du diabète est vrai s’il s’agit du fructose raffiné, isolé par l’industrie agroalimentaire, pour être ensuite ajouté aux aliments et boissons. Celui-là, c’est exact, participe à faire le lit du diabète de type 2… Et de certaines autres pathologies articulaires, telle la goutte.

    Celui que nous appellerions volontiers « fruibiose » n’est pas en cause dans le diabète, car c’est le sucre naturel des fruits. Le fructose « en poudre », en revanche, est en cause.

    « Il existe un énorme corpus de preuves scientifiques, de données d’observation et de résultats d’essais cliniques qui suggèrent que le fructose ajouté – même par rapport à d’autres sucres – est le principal moteur du développement du diabète et de ses conséquences », a indiqué dans un communiqué la célèbre Mayo Clinic de Rochester, aux Etats-Unis, le 29 mars 2015. « L’ajout de fructose – que ce soit sous forme de saccharose ou de sirop de maïs à haute teneur en fructose – est associé à une série d’effets biologiques indésirables chez l’homme comme chez l’animal ».

    Par souci de précision, ajoutons que le « saccharose » n’est autre que le sucre de cuisine, très couramment utilisé, qui contient 50 % de fructose et 50 % de glucose.

    Vous l’avez compris, le sirop de maïs à haute teneur en fructose (jusqu’à 65 %) est, lui, un vrai toxique. Il doit disparaître de notre alimentation.

    Dès que vous le voyez sur une étiquette, dans l’intérêt de tous, boycottez sans hésiter. Aux Etats-Unis, chaque habitant consomme en moyenne 25 kg de fructose par an, sans le savoir. L’obésité due surtout aux sucres atteint plus de 30 % de la population américaine et elle coûte 200 milliards de dollars.

    Comment est-ce possible ? Tout simplement par le biais de la consommation des boissons industrielles de toute sorte, et à travers l’immense majorité des aliments emballés ou préparés.

    Ce fléau s’est répandu sur une large partie de la planète : les populations du Canada, du Mexique, mais aussi du Japon, tous plus ou moins sous influence américaine, sont de gros consommateurs des ces aliments et boissons issus de l’industrie agroalimentaire. Et ces sociétés sont très dépendantes des publicités radiotélévisées. En France aussi ce phénomène se développe : nous atteignons au moins 1 kg de fructose par habitant et par an et nous sommes poussés par les publicités à imiter de plus en plus les Américains.

    Le diabète, un véritable fléau mondial

    LA MAGIE DES VRAIS FRUITSPrès d’une personne sur dix dans le monde est touchée par le diabète et la fréquence augmente avec l’âge.

    Dans le diabète de type 1, une anomalie immunitaire, génétique ou non, empêche le pancréas de fabriquer sa deuxième hormone [1] l’insuline.

    Celle-ci est normalement hypoglycémiante, elle facilite l’entrée du glucose dans les cellules. Si l’insuline n’est pas fabriquée ou insuffisamment, il en résulte une augmentation du taux de sucre dans le sang qui passe au dessus de la barre de 1 g/litre de sang.

    Une consommation excessive de sucres « rapides » par les sodas, les pâtisseries, le pain blanc, les pâtes blanches, les jus de fruits industriels, augmente le taux de sucre dans le sang. Le taux d’Insuline augmente alors aussi dans le sang, et les cellules de l’organisme y sont de moins en moins sensibles. On parle d’insulino-résistance.

    La sensibilité à l’insuline augmente jusqu’à ce que le médecin soit obligé de prescrire un antidiabétique oral, puis de l’insuline.

    C’est de cette manière que l’on crée le diabète de type 2, essentiellement par une alimentation trop riche en sucres rapides. Ces sucres rapides en excès seront transformés en graisse par le foie, stockés d’abord dans le foie (foie gras ou stéatose hépatique) puis dans le tissu adipeux du ventre, des fesses, des hanches… partout !

    Cette hyperinsulinémie est associée à une augmentation des triglycérides et des graisses saturées. Elle diminue fortement votre espérance de vie parce qu’elle augmente le risque de maladies cardiovasculaires.

    En France, près de 5 % de la population est atteinte par le diabète de type 2, aux USA près de 40 % des adultes, ce qui devient un véritable fléau social. L’Inserm considère que ce pourcentage est faux chez nous car « 20 % des personnes diabétiques âgées de 18 à 74 ans ne sont pas diagnostiquées. »

    17 milliards d’euros : le poids économique du diabète en France


    Le surpoids et l’obésité sont donc le plus sûr chemin pour devenir diabétique. Et je ne détaillerai même pas la longue liste de complications que cela peut entraîner [2] !

    Dites vous bien que les lobbies de l’industrie pharmaceutique ne sont pas malheureux de vous proposer de multiples traitements, de vous suivre régulièrement. Le diabète coûte à la France 12,5 milliards d’euros par an et 5 milliards de coûts indirects... Le poids économique total atteint 17 milliards !

    Revenons-en aux fruits.

    Dans les fruits, le fructose naturel, notre cher « fruibiose » ne représente que 1 % du poids d’une pêche mûre, tandis que le fructose représente souvent jusqu’à 50 % du poids (parfois plus !) des sucres ajoutés.

    L’alimentation industrielle ne se gêne pas pour ajouter de grandes quantités de fructose. D’abord avec le saccharose, ce sucre qui associe une molécule de glucose et une de fructose, que nous connaissons sous forme de poudre ou de morceaux (sucres raffinés). Puis, de plus en plus, avec le sirop de maïs dont 32 % provient de plantes génétiquement modifiées (PGM). Leur objectif est de nous rendre « addicts », une dépendance qui nous incitera à consommer toujours davantage.


    Les fruits sont excellents pour votre santé : pourquoi ?

    La consommation d' « au moins 5 fruits et légumes par jour », comme cela est recommandé par leProgramme national nutrition santé (PNNS), est une goutte d’eau pour votre santé. Surtout quand on ne précise pas quel type de fruits et comment les consommer.

    La composition des fruits : une pluie de minéraux et de vitamines excellents pour la santé

    Demandez à votre médecin la quantité de calcium qui est contenue dans un fruit. Il vous répondra évasivement qu’il n’y en a pas ou si peu, et que le calcium se trouve seulement dans le lait. Vous pourrez donc gentiment lui offrir cette lettre !

    •  L’eau des fruits est excellente. Le fruit en contient jusqu’à 80 % de son poids. Lorsque la chaleur nous écrase en été, il faut consommer beaucoup de fruits mûrs et de saison, qui sont bien plus efficaces que tous les brumisateurs…

    •  Les minéraux sont les meilleurs pour l’organisme, car provenant du végétal, ils sont absorbés jusqu’à 75 % par le tube digestif. C’est notamment vrai pour le calcium. Pour cela, il faut que les fruits soient longuement mastiqués, et goûtés dans « le palais des saveurs ».

    Calcium : les fruits qui présentent les meilleurs apports

    (en milligrammes dans 100 g de fruits)

    LA MAGIE DES VRAIS FRUITSIl y a 254 mg de calcium dans les amandes, 200 dans les noisettes, 126 dans une figue sèche, 105 dans une olive verte, 82 dans les noix et 176 dans celles du Brésil, 74 dans une châtaigne sèche, 71 dans une datte sèche, 67 dans un abricot sec, 56 dans une airelle fraîche, 55 dans le cassis frais, 46 dans la figue sèche, 45 dans la framboise fraîche, 33 dans une mandarine, 30 dans une orange, 16 dans un abricot frais…

    Magnésium : les fruits qui présentent les meilleurs apports

    (en milligrammes dans 100 g de fruits)

    Il y a 254 mg dans les amandes sèches, 150 dans les noisettes, 129 dans les noix, 100 dans la cerise des Antilles, 70 dans la figue sèche, 62 dans l’abricot frais, 45 dans l’avocat et 35 dans la banane…

    Potassium : les fruits qui présentent les meilleurs apports

    (en milligrammes dans 100 g de fruits)

    LA MAGIE DES VRAIS FRUITSIl y a 1370 mg de potassium dans l’abricot sec, 1010 dans la figue sèche, 278 dans la fraîche, 800 dans l’amande sèche, 680 dans l’avocat, 380 dans la banane fraîche, 650 pour la datte sèche, 350 pour la fraîche, 379 pour la grenade fraîche, 268 dans la nectarine, 260 dans la pêche, 250 dans la cerise douce, 160 dans le citron frais et la fraise fraîche, 150 dans la cerise des Antilles et 120 dans la pomme.

    Par ailleurs, les fruits sont pauvres en sodium. À l’exception des olives en saumure (2400 mg pour 100 g), le taux de sodium est très faible dans les fruits. Cela permet aux personnes âgées, y compris insuffisants cardiaques, de les consommer aisément. Ils aident à limiter les effets des excès de sodium chez les hypertendus.

    Qu’en est-il vraiment des vitamines ?

    Le carotène ou provitamine A si important pour notre rétine est abondant dans l’abricot frais (398 mg pour 100 g) mais absent des abricots secs. On en trouve 100 mg dans le melon et 38 mg pour 100 g dans la banane fraîche.

    La vitamine C n’est pas présente en aussi grande quantité que beaucoup le pensent. Le maillot jaune pour 100 g de fruits revient à la Goyave avec ses 240 mg, le cassis frais avec 186 mg, le Kiwi avec 100 mg, la fraise 62 mg, le citron frais avec 52 mg, l’orange 50 mg, la mandarine 41 mg, le melon 30 mg.

    La vitamine E est surtout présente dans la tomate au taux de 1 mg (pour 100 mg) et de 0,7 mg pour l’abricot frais, 0,5 mg pour la banane comme pour la mandarine. Les autres fruits n’en contiennent pas.

    Les vitamines du groupe B sont présentes en très petites quantités dans les fruits. Pour 100 g de fruits : on trouve pour la B1 (au maximum 0,11 mg dans les figues fraîches), la B2 (0,1 mg dans les figues fraîches), la B3 ou PP (0,9 mg dans la pêche, 0,8 mg dans les dattes fraîches, 0,7 mg dans l’abricot frais ou la banane fraîche, 0,6 mg dans les fraises, framboises fraîches ou tomates), la B6, 0,3 mg dans l’abricot et 0,5 mg dans la pastèque.

    Les fibres sont d’une extrême importance pour votre santé

    La fibre est le squelette de la plante en son centre ou sa périphérie et contient notamment une grande quantité de calcium.

    Les experts recommandent abusivement la consommation des céréales au petit-déjeuner, confortant l’image très positive qu’elles véhiculent grâce à des publicités aguichantes et très bien construites.

    « Aux femmes de consommer au moins 25 g de fibres alimentaires par jour et aux hommes au moins 38 g par jour. Après les 50 ans, les quantités à consommer quotidiennement retombent à 21 g pour les femmes et à 30 g pour les hommes. »

    De plus, ces experts en nutrition font croire, notamment aux femmes, que les fibres vont les faire maigrir… ce dont beaucoup d’entre elles rêvent bien entendu. Mais sans aucun résultat.

    On doit distinguer, parmi les fruits, les fibres douces des fibres dures.

    C’est la peau des fruits qui est évidemment la plus riche en fibres. Il faut le rappeler : la peau de certains fruits est comestible si on la mastique correctement, c’est-à-dire au moins 20 à 30 secondes. Point n’est besoin d’éplucher quand le fruit est bio, de proximité et de saison. Il faut ajouter de plus que c’est la peau qui contient le plus de vitamines ! Et malheureusement aussi de pesticides [3] quand le fruit provient d’une agriculture productiviste.

    Ainsi, selon sa taille, une pomme apporte 3 à 5 g de fibres.

    On distingue les fibres douces ou solubles (petites bananes, pommes et poires sans leur peau, mandarines, kiwis) et des fibres plus dures également solubles si la mastication est de qualité (orange, pamplemousse ou ananas). Certaines sont mêmes insolubles, telles celles du son et des légumineuses avec leurs enveloppes, plus irritantes du tube digestif, surtout au niveau du côlon. Ces dernières sont donc plus présentes chez les végétaux légumes et légumineuses.

    Combien de fibres ?

    La quantité de fibres varie de 1 g à 12 g pour 100 g de fruit :

    • amandes avec peau 12 g

    • écorce d’agrume crue 11 g

    • fruit de la passion 10 g

    • bananes ou figues séchées 10 g

    • dattes 8 g

    • pruneau, avocat et raisins de Corinthe séchés 7 g

    • framboises 6 g

    • mûre 5 g

    • grenade 4 g

    • banane et kiwi 3 g

    • pomme avec peau, fraises, cerises, mandarines, nectarines, mangues, oranges, abricots et myrtilles 2 g

    • pomme sans sa peau, pamplemousse, pêche, melon 1 g.

    Les 5 fonctions essentielles des fibres des fruits

    1. Équilibrer la flore [4] digestive et constituer le microbiote intestinal [5] avec les fibres des fruits.

    Le microbiote intestinal est à l’origine de la formation du système immunitaire intestinal qui correspond à 80 % de nos défenses immunes. À la naissance, le tube digestif du nouveau-né est stérile (heureusement pour le liquide amniotique !). Il faut attendre en moyenne 1000 jours pour que l’immunité digestive soit en place. Le système immunitaire est alors mature.

    Notre corps d’humain adulte contient 10 fois plus de cellules microbiennes que de cellules pour nos tissus et organes. On compte environ 1 kg de bactéries actives présentes sur une surface de 400 m2 si on étalait les villosités [6] très nombreuses et les microvillosités, c’est-à-dire toute la surface d’absorption digestive.

    Notre génome, avec ses 46 chromosomes et ses 22 000 gènes, est différent du métagénome qui compte 3,3 millions de gènes, que l’on réunit sous le nom de microbiome intestinal.

    Tout le long du tube digestif, les bactéries sont à des concentrations différentes [7] jouant à chaque niveau des rôles différents. Dans le côlon droit, c’est la synthèse de la vitamine K, dans le côlon gauche, se concentrent les déchets terminaux avec au moins 1011 bactéries pour 1 gramme de matières.

    Au total on compte 500 à 1000 espèces microbiennes, surtout des bactéries anaérobies, c’est-à-dire qui n’ont pas besoin d’oxygène ou d’air pour se développer.

    Dans une lettre spécifique, je présenterai ce que l’on sait de cette flore sachant que les recherches actuelles nous font découvrir de plus en plus son importance et les rôles particuliers [8] des colonies différentes.

    C’est sur les villosités que se développe une partie du microbiote, ce qui permet de finaliser le processus de digestion pour préparer l’absorption des nutriments au travers des cellules intestinales nommées « entérocytes ».

    Des expériences menées sur des souris ont permis de démontrer que leur microbiote joue un rôle pour le maintien de la masse osseuse (éviter l’ostéoporose des souris), développer le coté positif ou négatif de l’immunité, faciliter ou réduire la formation des vaisseaux (angiogenèse) de l’intestin et même le stockage des graisses.

    Le microbiote serait également capable d’agir sur l’expression des gènes de l’hôte. C’est ainsi qu’ont pu être constatées des relations entre les neurotransmetteurs des cellules nerveuses intestinales et celles des systèmes nerveux cardiaque et même cérébral.

    Certains ont même imaginé le diagnostic précoce de maladies neurodégénératives par de simples biopsies du rectum, lequel possède un système nerveux essentiel à la contraction de sa musculature lisse lors des évacuations.

    2. Digérer les sucres complexes des végétaux par la fermentation des fibres évite les ballonnements, les flatulences [9].

    3. Faciliter l’absorption intestinale des nutriments qui passent dans la circulation sanguine : les sucres simples et les acides aminés, des minéraux et vitamines.

    4. Réguler certains gènes pour la fabrication de la vitamine K en particulier.

    5. Ordonner le transit intestinal en facilitant la constitution et l’évacuation du bol fécal. On évite ainsi la constipation.

    Vous l’avez compris, les fruits sont excellents, il y en a pour tous les goûts, toutes les sensibilités, consommez en 4 à 6 par jour.

    C’est la nature qui vous les offre. Choisissez de « vrais fruits », en privilégiant les « circuits courts », au plus près des producteurs, essayez de privilégier des agriculteurs bio ou biodynamique. On l’oublie trop souvent : cet agriculteur-là est en fait le premier acteur de votre bonne santé !

    Vous n’en retirerez que des bienfait : d’abord vous réduirez votre surpoids. En effet, l’apport calorique ne dépasse pas 50 calories pour 100 g de fruits frais. N’hésitez donc pas à faire des salades de fruits à la place de tous les desserts lactés et glacés qui inondent nos publicités et se retrouvent stockés en gras.

    Avec les antioxydants des fruits, vous renforcerez vos défenses immunitaires pour éviter tant de maladies auto-immunes. Vous réduirez votre taux de cholestérol [10] qu’il faut maintenir autour de 2,50 g/litre de sang.

    Evidemment, ce ne sont pas des jus de fruits que je vous recommande, surtout ceux de l’industrie qui vous matraque de publicité. Si vous voulez des jus de fruits : mastiquez simplement longuement vos fruits.

    Vous fortifierez aussi votre système osseux grâce au calcium et autres minéraux que votre tube digestif attend avec impatience. Et avec une juste et régulière activité physique vous ne connaîtrez par l’ostéoporose [11].

    Enfin, je sais que, comme moi, vous ne voulez pas vous retrouver avec un cancer du tube digestif, quelle que soit la localisation. Des milliers d’études scientifiques ont démontré que la consommation des fruits frais de saison, et j’ajoute de proximité et bio, joue un rôle pour prévenir jusqu’à 50 % des cancers.

    Régalez-vous et passez un bel été.

    Très cordialement à tous

    Professeur Henri Joyeux

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    QUE RÉPONDRIONS-NOUS ?

     
     
    25 Juin 2015
     
     

    Pierre fut peiné car c’était la troisième fois que Jésus lui demandait : « Simon, fils de Jonas, as-tu de l’amour pour moi ? » Il lui répondit : « Seigneur, tu sais tout, tu sais que j’ai de l’amour pour toi. » Jean 21.17

    Quand c’est Jésus qui questionne, impossible de mentir ou de biaiser !

    Le Père Pedro, qui, à Madagascar, a transformé une décharge en un lieu de paix et de joie pour des milliers de pauvres, disait : « Vous pouvez toujours mentir à ceux qui sont autour de vous … mais vous ne pouvez vous mentir à vous-même et certainement pas à Dieu. Quand vous êtes vous-mêmes avec sincérité, Dieu vous parle. La profondeur du cœur est un lieu privilégié où Dieu parle à chacun. »

    Un lieu privilégié, oui, mais redoutable parce que la tricherie y est impossible. On peut se faire illusion sur soi, mais en présence de Dieu, les illusions les plus coriaces tombent.

    Pierre fut confronté à ce tête-à-tête décapant. À la question : M’aimes-tu plus que ceux-ci ?l’original grec lui fait répondre par un verbe beaucoup moins engageant : j’ai de l’affection. Cela, il peut le redire trois fois, même si l’on y devine une certaine hésitation.

    Je me demande : Si la question nous était posée aujourd’hui, que serait notre réponse ? Cet amour pour Dieu – si je le crois présent –, comment se manifeste-t-il ? Ma vie en fait-elle la preuve ?

    Pedro, le missionnaire, l’a démontré en donnant toute sa vie aux plus démunis.

    L’amour sans limite de Dieu réclame le nôtre. Quelle réponse y donnons-nous ?

    Richard Doulière

     

    QUE RÉPONDRIONS-NOUS ?

    Évangile selon Jean 21. 15-19 : "15 Après le repas, Jésus demande à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu as plus d’amour pour moi que ceux-ci ? » Pierre lui répond : « Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. » Jésus lui dit : « Prends soin de mes agneaux. » 16 Une deuxième fois, Jésus lui demande : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ? » Pierre lui répond : « Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes moutons. » 17 Une troisième fois, Jésus lui demande : « Simon, fils de Jean, est-ce que tu m’aimes ? » Pierre est triste parce que Jésus lui demande une troisième fois : « Est-ce que tu m’aimes ? » Et il dit à Jésus : « Seigneur, tu sais tout, tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Prends soin de mes moutons. 18 Oui, je te le dis, c’est la vérité : quand tu étais jeune, tu mettais toi-même ta ceinture et tu allais où tu voulais. Quand tu seras vieux, tu étendras les mains. Un autre te mettra ta ceinture et il te conduira là où tu ne veux pas. » 19 Par ces paroles, Jésus annonce de quelle façon Pierre va mourir et donner de la gloire à Dieu. Ensuite Jésus dit à Pierre : « Suis-moi ! »

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Les raisons  pour lesquelles vous devriez manger des concombres

     

    concombre

     

     

    Que vous ajoutiez des tranches de concombre à votre salade, en mettiez dans votre smoothie ou les preniez comme collation, les concombres aident à vous sentir rassasié sans gâcher votre régime.

     

    Ils sont non seulement satisfaisants, mais ils sont également intéressants pour votre corps. Voici quelques avantages pour la santé impressionnants des concombres:

     

    Le concombre réhydrate le corps
    Si vous êtes trop occupé pour boire suffisamment d’eau, mangez du concombre frais, qui contient 90 pour cent d’eau. Il va joyeusement compenser votre perte d’eau.

     

    Rafraîchit votre haleine
    Placez une tranche de concombre sur votre palais peut aider à débarrasser votre bouche des bactéries responsables des mauvaises odeurs. Selon les principes de l’Ayurveda, manger des concombres peut également aider à libérer l’excès de chaleur de votre estomac, que l’on dit être une cause primaire de la mauvaise haleine.

     

    Lutte contre les cancers
    Les concombres sont connus pour contenir du lariciresinol, du pinorésinol et du sécoisolaricirésinol. Ces trois lignanes ont une longue histoire de recherche dans le cadre de la réduction du risque de plusieurs types de cancer, notamment le cancer du sein, le cancer de l’ovaire, le cancer de l’utérus et le cancer de la prostate.

     

    Riche en vitamines
    Les concombres sont riches en vitamines les plus essentielles dont le corps a besoin. Ils contiennent de la vitamine A, de la vitamine B et de la vitamine C, qui renforcent le système immunitaire et donnent au corps plus d’énergie et un éclat de jeunesse.

     

    Bon pour les diabétiques
    Les patients atteints de diabète peuvent profiter du concombre tout en récoltant ses avantages pour la santé. Le concombre contient une hormone nécessaire aux cellules du pancréas pour produire de l’insuline.

     

    Protège votre cerveau
    Les concombres contiennent un flavonol anti-inflammatoire appelé fisétine qui semble jouer un rôle important dans la santé du cerveau.

    En plus d’améliorer votre mémoire et de protéger vos cellules nerveuses du déclin lié à l’âge, la fisétine s’est avérée pouvoir empêcher la détérioration progressive de la mémoire et de l’apprentissage chez les souris atteintes de la maladie d’Alzheimer.

     

    Bon pour ceux qui surveillent leur poids
    Les concombres sont pauvres en calories et riches en eau, ce qui les rend idéaux pour ceux qui veulent perdre quelques kilos. Ils sont également riches en fibres ce qui facilite la digestion et peut être un remède pour la constipation.

     

    Connaissez-vous d’autres avantages pour la santé de manger du concombre? Mangez-vous souvent du concombre?

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • doctical.com

    Pertes blanches normales, c’est comment, et ça sert à quoi ?

     

     

     

     

    Les pertes blanches, c’est normal et même très utile. Une femme en bonne santé génitale, sans mycose vaginale a des pertes blanches et heureusement. Petite explication…

     

    Les pertes blanches, un mélange de plusieurs pertes blanches différentes.
    Les pertes blanches normales contiennent divers composants qui varient selon le moment du cycle :

    – Le résultat de l’auto nettoyage de la vulve et du vagin.
    – Le fluide des glandes de Bartholin et de Skène.
    – L’hydratation normale de surface du vagin.
    – La glaire cervicale produite par le col de l’utérus.
    – Le fluide de lubrification sexuelle liée au désir sexuel.
    – Le sperme éventuellement.

     

    Les pertes blanches et l’auto nettoyage du vagin.
    On sait qu’il ne faut jamais laver l’intérieur du vagin, ni avec de l’eau, ni avec un produit désinfectant, ni avec une lingette, ni avec le jet de la douche. Le vagin n’a pas besoin d’être nettoyé, il est auto nettoyant !

    Pour s’auto nettoyer, il élimine les cellules mortes de la surface du vagin (muqueuse vaginale), et les fluides de la surface de la muqueuse vaginale qui tombent vers l’extérieur du vagin, grâce à l’action toute simple de la pesanteur. Donc, vos pertes blanches sont le résultat de l’auto nettoyage de votre vagin… Ce type de pertes est peu abondant, laiteux ou opalescent et augmente en période prémenstruelle, avant les règles.

     

    Les pertes blanches et les fluides des glandes de Bartholin et de skène.
    Les glandes de Bartholin sont situées dans l’épaisseur des petites lèvres, entre le milieu et l’arrière des petites lèvres, plus près de l’arrière. Il existe une glande de Bartholin chaque côté, une pour chaque petite lèvre. Ces glandes fabriquent un fluide au moment de l’excitation sexuelle. Ce fluide se retrouve donc tout naturellement dans les pertes blanches.

    Les glandes de skène, aussi appelées glandes para urétrales ou prostate féminine fabriquent un fluide plutôt expulsé au moment de l’orgasme. Il entre aussi dans la composition des pertes blanches féminines…

     

    Les pertes blanches et l’hydratation vaginale.
    L’intérieur du vagin est humide, puisque c’est une muqueuse, elle est humide comme l’intérieur de la bouche ou les yeux. Cette humidité qui n’est pas liée au désir ou à l’excitation sexuelle a naturellement tendance à suivre la pesanteur et à tomber dans les sous-vêtements. Toutes les femmes ont besoin de cette humidité au quotidien pour sentir leur vulve confortable. C’est donc un ingrédient essentiel des pertes blanches que cette hydratation vaginale.

    Les pertes blanches et la glaire cervicale.
    Quelques jours avant l’ovulation le col de l’utérus (ou zone cervicale), fabrique une substance très précieuse : il s’agit d’un liquide transparent, très fluide, semblable, par sa consistance, au blanc d’œuf cru. C’est un milieu d’accueil pour les spermatozoïdes. Son rôle est de les nourrir et de les aider à remonter depuis le vagin dans l’utérus pour gagner l’ovule à féconder. Sans cette glaire cervicale, une femme serait infertile. C’est d’ailleurs le mode d’action de certaines pilules qui coagulent la glaire cervicale, empêchant les spermatozoïdes de passer.
    Cette glaire cervicale coule puisqu’elle est très fluide. Aussi, avant l’ovulation, une femme peut observer des pertes blanches assez abondantes et très transparentes dans ses sous-vêtements. C’est un signe de bonne fertilité.
    Après l’ovulation, ces pertes blanches deviennent opaques et un peu jaunes, et ne sont plus du tout fluides. On dit qu’elles coagulent. Pourtant, c’est toujours de la glaire cervicale, modifiée par les changements hormonaux au fil du cycle.
    Notons qu’une femme sous pilule estroprogestative n’observe pas de glaire cervicale fluide et transparente.

     

    Les pertes blanches et la lubrification sexuelle.
    Quand une femme éprouve du désir sexuel et une excitation sexuelle, son vagin gonfle et se lubrifie. Il s’agit de ce que l’on appelle la transsudation vaginale, une sorte de transpiration interne. Cette lubrification fluide produit un liquide qui va entrer dans la composition des pertes blanches. Les pertes blanches liées au désir sexuel sont donc tout simplement le signe d’une bonne santé sexuelle !

     

    Les pertes blanches et le sperme.
    Après une éjaculation sans préservatif, le sperme se trouve dans le vagin, mêlé aux sécrétions vaginales. Et en une demi-heure environ, il va devenir plus fluide et donc… Couler. On retrouve donc du sperme dans les pertes blanches, dans la journée qui suit la relation sexuelle, ou le lendemain s’il a eu lieu le soir. C’est tout à fait normal !

     

    Respectez vos pertes blanches !
    Ces pertes blanches, il est essentiel de les respecter. Et pour cela, ne faites jamais de toilette intime interne, et utilisez des produits non agressifs pour votre vulve. Evitez les protège-slips qui absorbant les pertes blanches, assèchent votre vulve… C’est une source d’ennui fréquente.

     

    Pertes blanches abondantes, pourquoi ?

     

    Des pertes blanches abondantes, ça peut se révéler gênant. On ne se sent pas sûre de son hygiène intime, on ne sait pas très bien comment gérer, on a peur que le partenaire n’apprécie pas, et on se demande si c’est normal. Alors les pertes blanches abondantes, ça se produit quand et pourquoi, que faire, quel  traitement ?

     

    Les pertes blanches abondantes et normales de la puberté.
    Au moment de la puberté, environ un an avant les premières règles, les pertes blanches apparaissent. Elles sont dues à l’augmentation des hormones sexuelles fabriquées par les ovaires. A ce moment de la vie, les pertes blanches peuvent être abondantes, car le corps réagit fortement aux hormones. De la même manière que la peau devient souvent assez grasse parce qu’elle fabrique beaucoup de sébum, la zone sexuelle produit des pertes blanches souvent plus abondantes qu’elles le seront par la suite. Cela peut être un peu gênant, mais ces pertes blanches sont signe d’une puberté qui se passe bien.

     

    Les pertes blanches abondantes normales de la grossesse.
    Pendant une grossesse, le corps d’une femme est sous l’influence d’hormones à fortes doses. Du coup, les pertes blanches deviennent souvent très abondantes. Elles sont habituellement de couleur laiteuse. Ce phénomène est dû au fait que les cellules de la surface du vagin se renouvellent plus rapidement pendant une grossesse. D’où un auto-nettoyage plus intense et des pertes blanches plus abondantes. La lubrification vaginale, pendant la grossesse peut avoir un petit goût métallique.

     

    Les pertes blanches abondantes et normales du désir sexuel.
    Une femme très amoureuse qui éprouve un fort désir va être souvent en état d’excitation sexuelle… même si l’homme qu’elle désire n’est pas là. Il suffit de penser à lui, de fantasmer ou d’anticiper une relation sexuelle. Elle peut donc avoir une lubrification vaginale assez intense, signe d’excitation sexuelle. Ce sont plutôt des secrétions transparentes et fluides. C’est bien sûr normal et même signe de bonne santé sexuelle !

     

    Les pertes blanches abondantes normales des rapports sexuels fréquents.
    Lorsqu’on fait souvent l’amour et sans préservatif, à chaque éjaculation, du sperme vient dans le vagin. Ce sperme devient plus fluide en environ 30 minutes. Si une femme a une relation sexuelle le soir, le lendemain matin, elle aura des pertes blanches abondante, et pendant une bonne partie de la journée. Et si elle fait à nouveau l’amour le soir, idem… et ainsi de suite. Avoir une vie sexuelle intense, cela n’a rien d’anormal, cela fait partie de la vie, à certaines périodes.

     

    Les pertes blanches abondantes et anormales d’une toilette trop intense.
    Une toilette vulvaire et vaginale trop intense à tendance à agresser la vulve. Elle se défend comme elle peut, souvent en produisant plus de pertes blanches. Si elle se sent asséchée par exemple, elle produit plus de sécrétions. Donc il ne faut surtout pas chercher à assécher la vulve ou l’intérieur du vagin.

     

    Les pertes blanches abondantes normales dues au stérilet.
    Le stérilet, placé dans l’utérus, avec son fil qui descend dans le col de l’utérus peut augmenter la quantité des pertes blanches. C’est un effet secondaire connu du dispositif intra utérin (ou DIU), l’autre nom du stérilet.

     

    Les pertes blanches abondantes dues à un ectropion.
    L’ectropion du col de l’utérus est un phénomène où la muqueuse de l’intérieur de l’utérus s’étend à l’extérieur du col de l’utérus. Pour expliquer ça clairement, ce n’est pas facile ! C’est un peu comme si la muqueuse de l’intérieur de votre bouche s’étendait sur vos lèvres, voire sur votre menton. Au lieu de la peau à cet endroit, vous auriez un tissu tout humide sur le visage. Pasétonnant d’imaginer que votre visage serait humide et baveux. Alors, en cas d’ectropion sur le col de l’utérus, il y a des pertes blanches plus abondantes. C’est à voir avec le gynécologue, et l’ectropion peut se soigner.

     

    Les pertes blanches abondantes anormales…
    Les pertes blanches abondantes sont anormales quand elles sont irritantes, quand elles sentent mauvais, quand elles brûlent, quand elles entraînent des démangeaisons, quand elles sont vertes, très jaunes, forment des sortes de caillots, sont accompagnées de saignements, de douleurs pendant les rapports sexuels, de troubles urinaires…

    Dans ce cas, il faut consulter rapidement un médecin pour en déterminer la cause et prendre un traitement adapté.

     

    Les avantages des pertes blanches normales.
    Certaines femmes apprécient les pertes abondantes normales car elles sont un lubrifiant vaginal très efficace : elles permettent d’avoir des relations sexuelles avec peu de préliminaires, sans avoir besoin d’une longue montée de l’excitation. Pour d’autres femmes, les pertes blanches abondantes paraissent gênantes, peut-être parce qu’elles n’ont pas une conscience profonde de leur importance dans la fertilité, la sexualité, et l’écologie vaginale.

     

    Cet article a été rédigé par un médecin.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    AU-DELÀ, PAS DE SALUT !

     
     
     
    24 Juin 2015

     
     

    L’arrogance précède la ruine, et l’orgueil précède la chute.
    Proverbes 16.18

     

    Matthew Webb était déjà un héros. Il était le premier homme à avoir réussi à traverser la Manche à la nage. C’était en août 1875. Mais cela ne suffisait pas à Matthew Webb. Assoiffé de gloire, il forma le projet de traverser les chutes du Niagara. On chercha à le dissuader. Le courant était trop fort : aucun homme ne pouvait vaincre le Niagara.
    Matthew Webb n’écouta personne. Le 24 juillet 1883, il se lança dans les eaux impétueuses. Il n’arriva jamais de l’autre côté. Son corps fut emporté par le fleuve et l’on ne le retrouva jamais. À l’endroit où il disparut se trouve un éperon rocheux sur lequel une plaque fut gravée. Il y est écrit : « Au-delà, pas de salut ! » Le point atteint par Matthew Webb est le point de non-retour.
    La croix où mourut Jésus porte le même message. Elle est la limite, la frontière entre la vie et la mort. Ici, Jésus mourut pour nos fautes, nos folies, nos révoltes contre Dieu. Mépriser ce point de repère posé par Dieu, c’est inévitablement finir dans le gouffre de la perdition. Arrêtez-vous à la croix ! Là, déposez-y tout ce qui vous sépare et vous éloigne de Dieu, tout ce qui vous condamne à une mort certaine. Il n’y a de salut en aucun autre (que Jésus). Car il n’y a sous le ciel aucun autre nom donné parmi les hommes par lequel nous devions être sauvés1.

    Gilles Georgel

    1 Actes 4.12

     

    AU-DELÀ, PAS DE SALUT !

    Évangile selon Luc 23. 39-43 : "39 Un des bandits cloués sur une croix insulte Jésus en disant : « Tu dis que tu es le Messie. Alors, sauve-toi toi-même et sauve-nous aussi ! » 40 Mais le deuxième bandit fait des reproches au premier en lui disant : « Tu es condamné à mort comme cet homme, et tu ne respectes même pas Dieu ? 41 Pour toi et moi, la punition est juste. Oui, nous l’avons bien méritée, mais lui, il n’a rien fait de mal ! » 42 Ensuite il dit à Jésus : « Jésus, souviens-toi de moi, quand tu viendras comme roi. » 43 Jésus lui répond : « Je te le dis, c’est la vérité : aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis . »

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LES TOP DE NOTRE AGENDA

     

     

     

     

     

     

     

    Nous nous voyons comme des oeuvres d'art inachevées. Nous passons de plus en plus de temps à corriger, à améliorer notre corps. Nous sommes toujours en formation, jamais finis.

     
    Jeremy Rifkin 

     

     

     

    LE POUVOIR REGENARATEUR DES CELLULES SOUCHES

    Prochain webinar le mercredi 1 juillet à 17h (heure métropole) Gratuit

     

    Animé par Philippe Gaudart, Business Development Manager France

    Ne le manquez pas !

    Toutes les informations sur un de nos produits phares : le StemFlo

    Avec la participation de Dominique Boulay, Directeur Triple Diamant

     Le lien pour vous connecter à cette conférence internet est le suivant :http ://www.instantpresenter.com/ausnz41

     

     

     

    Le secret de réussite d'un milliardaire (Jack Sword)
    Regarde cette interviewhttp://www.secretuniversenetwork.com/en/video/show/id/9
    Il est possible de recevoir tous les jours un message quotidien directement de cet homme.

    J'ai testé c'est pas mal. Dis-moi ce que tu en penseshttp://www.secretuniversenetwork.com/join?id=14500

     

     

     

    Pleurs et  Colères

    des Enfants et des Bébés SAMEDI 11 JUILLET 15-18H 25€

     

     

    Votre enfant pleure tous les soirs ou vous réveille toutes les nuits?
    Se roule à terre? Boude? 
    Crie, jette ses jouets? 
    S'enferme dans sa chambre? 
    Vous claque la porte au nez?

    Et vous ne comprenez pas toujours pourquoi? 

     

    Décoder et apaiser les émotions des enfants

     UNE APPROCHE RÉVOLUTIONNAIRE basée sur les dernières découvertes scientifiques et les nouvelles connaissances du développement de l'enfant (méthodes SOLTER et FILLIOZAT) www.ateliersparents.com 0696 92 37 73

     

     

     

     

     

     

     

     

    LE SILICIUM – Un minéral indispensable à notre Santé

    Tous les jours 9h à 20h

    0899 234 730 (1,34/appel – 0,34/mn) code : 8855

    COMMANDE DIRECTE code promo : JL

     

     

     

      

     

    L’ALGUE BLEU-VERT –

    Libérer 3 à 4 millions de vos cellules souches pour réparer votre corps et retrouver la forme

    Tous les jours 9h à 20h

    0899 234 730 (1,34/appel – 0,34/mn) code : 8855

    INSCRIPTION ET COMMANDES DIRECTES

       

     

     

     

     

     

    UNE CELLULE D’ECOUTE

    Nous sommes là pour vous accompagner, vous écouter… dans vos moments difficiles ou de douleurs comme dans vos joies et vos partages

    « Une main tendue, Un cœur qui bat »

    UN seul numéro à composer : 0892 253 901 code : 2877

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    Comment comprendre une personne qui souffre

    de douleurs chroniques


    Les personnes souffrant de douleurs chroniques ont tenté bien des thérapies alternatives et savent donc lesquelles peuvent ou non les aider. Certaines personnes ont été mal informées ou plus souvent on ne les a pas comprises dans leur combat quotidien ; on a aussi souvent tendance à sous-estimer involontairement les souffrances de la personne. Cet article est conçu dans le but de vous aider à comprendre : voici quelques conseils qui peuvent vous aider à mieux comprendre et soutenir les personnes qui souffrent de douleurs chroniques souvent invalidantes.

    Étapes

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-1

    1. Souvenez-vous que le fait d’être malade ne signifie pas que la personne qui souffre n’est plus un être humain. Les personnes qui souffrent de douleurs chroniques passent le plus clair de leurs journées avec des douleurs considérables. Si on rend visite ou si l’on vit avec une personne qui souffre de douleurs chroniques, cette dernière peut ne pas prendre de plaisir à ce qu’il a pu apprécier dans le passé. La personne qui souffre reste consciente de son état et a le désir de continuer à faire ce qu’elle état capable de réaliser. La personne souffrante peut avoir l’impression d’être prisonnière d’un corps dont elle n’a plus ou très peu la maîtrise. Elle veut toujours apprécier son travail, sa famille, ses amis et ses activités de loisir, bien qu’une trop grande souffrance puisse rendre ces plaisirs hors de sa portée.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-2

    2. Apprenez les règles. Les personnes qui souffrent de douleurs chroniques auront souvent un discours très différent des personnes qui ne souffrent pas. Une échelle de valeurs est utilisée en tant que mesure pour identifier l’intensité de la douleur afin que le médecin puisse évaluer les effets de la médication. La description de douleurs allant de 1 à 10 parle en 1 « d’absence totale de douleur » à 10 qui est « la pire douleur jamais ressentie ». Ne croyez pas que la personne qui souffre ne ressent aucune douleur quand elle dit qu’elle va bien. La personne qui souffre de douleurs chroniques tente de masquer sa douleur à cause de l’incompréhension des autres. Acceptez le fait que les mots peuvent ne pas convenir pour décrire ce que la personne ressent. Souvenez-vous les fois où vous aviez mal, puis imaginez une douleur dix fois pire présente vingt-quatre heures par jour, tous les jours et sans aucun soulagement. Il est dur de trouver les mots pour parler de ce type de douleur.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-3

    3. Reconnaissez la différence entre le « bonheur » et la « santé ». Quand vous aviez un rhume, vous vous sentiez sans doute malheureux. Les personnes qui souffrent de douleurs chroniques ont vécu de la douleur de six mois à plusieurs années. La douleur leur a fait adopter des mécanismes de gestion qui ne reflètent pas forcément l’intensité réelle de la douleur qu’ils ressentent.

    • Respectez le fait que la personne qui souffre tâche de faire de son mieux. Quand la personne qui souffre de douleurs chroniques dit qu’elle a mal, ce n’est pas exagéré ! Mais le plus souvent, elles font avec, en donnant l’impression d’être contentes et d’avoir une attitude normale.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-3Bullet1

    • Voyez les indices de la douleur : des grimaces, de l’agitation, de l’irritabilité, des changements d’humeur, des gestes de torsion des mains, des gémissements, un sommeil perturbé, des grincements de dents, une faible concentration, une activité diminuée ou peut-être même l’expression écrite de pensées suicidaires.

     

     

     

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-3Bullet2

     

     

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-4

    4. Sachez écouter. Les deux étapes précédentes ont clairement établi que les personnes qui souffrent de douleurs chroniques peuvent avoir un langage différent et peuvent ne pas évoquer la réalité de leurs douleurs. La meilleure chose que vous puissiez faire est de les écouter correctement et à la fois d’être sûr(e) de bien écouter ce qu’elles ont à dire et de faire en sorte que vous ayez bien compris. Servez-vous de vos compétences pour l’écoute pour décoder ce qu’elles cachent ou tentent de minimiser.

     

     

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-5

    5. Comprenez et respectez les limites physiques des personnes qui souffrent de douleurs chroniques. Ce n’est pas parce qu’elle est capable de se tenir debout pendant dix minutes que la personne souffrante peut le faire vingt minutes ou une heure ou renouveler l’exploit n’importe quand. Ce n’est pas parce que la personne est parvenue à rester debout pendant trente minutes hier que cela suppose forcément qu’elle sera capable de le refaire aujourd’hui. Dans le cas de bien des maladies, l’immobilisation de la personne est évidente, comme pour une paralysie ou une immobilisation totale causée par une trop grande faiblesse. Cependant, quand il s’agit de douleurs chroniques, cela peut être déroutant, tant pour la personne qui souffre que le témoin ; leur capacité à gérer les mouvements peut avoir des hauts et des bas. La personne souffrante peut ne pas savoir comment elle se sentira dans la journée en se réveillant le matin et chaque jour doit être pris comme il vient. Dans bien des cas, les malades ne le savent pas d’une minute à l’autre. C’est l’aspect le plus dur et le plus frustrant d’une douleur chronique.

    • Introduisez « s’asseoir », « marcher », « penser », « se concentrer », « être sociable » et ainsi de suite à cette étape, comme étant la limitation de la capacité d’une personne souffrante à réagir à tout ce que vous attendez qu’une personne en bonne santé soit à même de faire. C’est ce que produit une douleur chronique aux personnes qui en sont atteintes.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-5Bullet1

     

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-6

    6. Gardez vos « formules de motivation » pour vos enfants ou vos camarades en salle de remise en forme. Si vous vous rendez compte que la douleur chronique peut varier en intensité, gardez à l’esprit que ces formules de motivation ne vont que démoraliser et abattre encore la personne qui souffre. Comme signalé plus haut, il est fort possible (pour certains, c’est courant) qu’un jour ces personnes seront capables d’aller au parc et retour, tandis qu’elles auront du mal le lendemain à passer d’une pièce à l’autre. Il est donc essentiel que vous ne tombiez pas dans le piège de vous exclamer : « Mais tu l’as déjà fait ! » ou bien « Oh, allez, Je sais que tu en es capable ! » Si vous voulez qu’elles fassent quelque chose, posez-leur la question et respectez leur réponse.

    • Cessez de vous sentir obligé de sortir des clichés sur les bienfaits de l’exercice en plein air. Pour une personne qui souffre de douleurs chroniques, « sortir et avoir des activités » ne va pas faire disparaître la douleur et va souvent faire empirer encore le problème. Gardez à l’esprit que vous ne savez pas ce qu’elles endurent et comment elles souffrent quand elles sont dans leur intimité. Leur dire qu’elles ont besoin de se bouger ou de faire quelque chose « pour se changer les idées » peut les accabler jusqu’aux larmes et ce n’est pas un bon conseil, surtout si vous n’avez aucune compétence médicale et n’avez aucune idée de la maladie. Si ces personnes étaient capables de faire certaines choses tout le temps ou à n’importe quel moment, elles l’auraient fait.
    • 670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-6Bullet1Souvenez-vous que les personnes qui souffrent de douleurs chroniques sont constamment supervisées par des médecins, désireuses d’aller mieux et de faire ce qu’il faut pour guérir. Une autre affirmation qui peut blesser consiste à dire : « Tu devrais te forcer un peu, essaye un peu plus ». Il va sans dire que la douleur chronique peut gérer tout le corps ou être localisée à des endroits précis. Participer à une seule activité sur une longue ou courte période de temps peut parfois provoquer plus de dégâts et de douleur physique ; sans parler de la convalescente qui peut traîner en longueur. Leur problème n’est pas toujours inscrit sur leur visage ou dans leur attitude corporelle. La douleur chronique peut aussi favoriser une dépression en tant qu’effet secondaire (ne seriez-vous pas déprimé et abattu si vous aviez constamment mal pendant des mois ou des années ?), mais la douleur ne provient pas de la dépression.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-7

    7. N’utilisez pas des formules à l’emporte-pièce qui laissent supposer que vous en savez un rayon en faisant des déclarations telles que : « Ben c’est la vie, il faudra t’y faire » ou « Tu vas surmonter ça. Jusque là, tâche de faire de ton mieux » ou pire encore : « Tu as plutôt bonne mine », etc. Ces remarques donnent l’impression que vous avez fait le tour du sujet, mais elles sont à la fois une forme de distanciation de la personne souffrante et une occasion pour la personne de se sentir encore plus mal et sans espoir. Le psychologue Mark Grant suggère que vous fassiez plutôt des remarques qui évoquent des planches de salut, en disant quelque chose comme : « Comment t’en es-tu sorti ? »

    • Admettez-le quand vous n’avez pas de réponses à une question. Ne masquez pas votre ignorance avec des clichés ou des suppositions périlleuses non basées sur des faits. Il n’y a pas de mal à dire « Je ne sais pas » pour offrir ensuite votre aide pour trouver une solution.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-7Bullet1

     

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-8

    8. Testez votre patience. Si vous manquez de patience et voulez juste qu’elles « se débrouillent avec ça », vous risquez de culpabiliser la personne qui souffre et sous-estimez sa volonté de faire face. Elle a probablement la volonté d’agréer à votre requête de sortir, mais n’a ni la force ni la capacité d’affronter la situation à cause de la douleur.

    • Une personne souffrant de douleur chronique peut être amenée à annuler un engagement à la dernière minute. Ne le prenez pas trop à coeur si cela arrive. Si vous le pouvez, tâchez de toujours vous souvenir de votre chance d’être capable de faire physiquement tout ce qu’il vous est possible de faire. Ce n’est pas une raison pour ne plus inviter la personne; juste parce que ça n’a pas marché aujourd’hui ne veut pas dire que ça ne marchera pas la prochaine fois.

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-8Bullet1

    • Faites preuve de beaucoup de compréhension si la personne souffrante dit qu’elle doit s’asseoir, s’allonger, rester au lit ou prendre ces cachets tout de suite. Cela veut probablement dire qu’elle n’a pas le choix sinon de le faire tout de suite et non pas remis à plus tard ou oublié juste parce que la personne se trouve quelque part ou est en train de faire quelque chose. Les douleurs chroniques ne pardonnent pas ni n’attendent le bon vouloir de quiconque.

     

     

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-9

    9. Suggérez des traitements ou des médications parallèles avec doigté. Des médicaments sous prescription, des remèdes en vente libre et des thérapies alternatives peuvent avoir des effets secondaires et des conséquences non désirées. Certaines personnes n’apprécient pas les conseils et ce n’est pas parce qu’elles ne veulent pas aller mieux. Elles ont pu en entendre parler ou pourraient l’avoir déjà essayé, d’autres peuvent ne pas être prêtes à assumer un nouveau traitement qui peut être une charge supplémentaire dans leur vie déjà bien chargée. Des traitements qui n’ont pas marché apportent dans leur sillage la douleur morale d’avoir échoué, ce qui en soi peut encore démoraliser la personne. On peut évidemment attirer l’attention dessus s’il existe quelque chose qui puisse les guérir ou même un traitement qui a pu aider des personnes souffrant d’une forme particulière de douleurs chroniques. Il existe un réseau mondial entre personnes qui souffrent de douleurs chroniques (tant sur Internet qu’en dehors). Il peut être une bonne source de renseignements. Parlez-en avec tact.

    • D’un autre côté, n’ayez jamais peur de leur demander si leur traitement est satisfaisant. Mark Grant dit qu’il est important de poser des questions utiles à la personne qui souffre sur la pertinence du traitement ou si ses souffrances sont supportables. Il remarque que l’on pose rarement ces questions ouvertes et utiles, lesquelles pourraient aider la personne qui souffre de douleurs chroniques à se confier et à parler vraiment.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-10

    10. Ne soyez pas déstabilisé(e) si la personne qui souffre semble susceptible. La personne l’est probablement si c’est l’impression qu’elle donne. Ce n’est pas ce qu’elle cherche à être. En fait, la personne se donne beaucoup de mal pour rester dans la normalité. Essayez de le comprendre. Ces personnes sont passées par des tas de choses très désagréables. Il est dur de comprendre ce qu’est au juste une douleur chronique si vous ne l’avez pas vécue. Elle ravage le corps et l’esprit. C’est épuisant et exaspérant. Ces personnes tâchent la plupart du temps de faire de leur mieux pour assumer ça et vivent leur vie du mieux qu’elles peuvent. Contentez-vous de les accepter telles qu’elles sont.

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-11

    11. Rendez-vous utile. La personne souffrant de douleurs chroniques dépend énormément des personnes en bonne santé pour la soutenir chez elle ainsi que pour les visites quand elle est trop malade pour sortir. Elle a parfois besoin d’aide pour le ménage, les courses ou la cuisine. D’autres malades pourraient avoir besoin d’aide pour leurs enfants. Ils pourraient avoir besoin d’aller chez le médecin ou dans un magasin. Vous pouvez être ce lien avec la « normalité » de la vie. Vous pouvez garder ces personnes en contact avec les domaines de la vie qui leur manquent et cherchent désespérément à reconquérir.

     

     

     

    670px-Understand-Someone-With-Chronic-Pain-Step-12

    12. Équilibrez vos engagements professionnels. Si vous vivez avec une personne qui souffre de douleurs chroniques ou si vous soutenez régulièrement une telle personne, vous avez besoin de conserver un certain équilibre de vie. Si vous ne prenez pas soin de vos propres besoins, de votre santé, ni d’un équilibre professionnel, vous pouvez être abattu(e) en compagnie d’une personne souffrant de douleurs chroniques même si vous faites probablement de gros efforts pour ne pas l’être. Évitez de souffrir du syndrome d’épuisement extrême des personnes qui sont au chevet d’un malade et tâchez d’obtenir de l’aide, de prendre le temps de sortir et de vous retenir de vous sentir coupable. Prenez soin de cette personne comme vous le pouvez, mais pensez aussi à vous-même.

     

     

    13. Ne limitez pas une personne à sa douleur ou à sa maladie. Il s’agit toujours d’un être humain, avec ses centres d’intérêts, ses passions, ses préférences, qui n’a pas envie de parler tout le temps de sa douleur. Un peu de distraction peut faire du bien et rendre un peu de normalité, alors n’hésitez pas à parler de ses passions, surtout si vous voyez que ça lui plait.

    Conseils

    • Souvenez-vous que la douleur et l’inconfort d’une personne qui souffre de douleurs chroniques peuvent beaucoup varier en l’espace d’une journée.
    • Ce n’est pas parce qu’une personne se joint rarement à certaines activités ou en avait annulé une que vous ne devriez pas lui demander de se joindre à vous ou de cacher cette activité à cette personne ! Cette activité pourrait un jour être à la portée de tous ; songez à quel point vous seriez blessé(e) d’être toujours exclu. Une douleur chronique est déjà une grande source d’isolement !
    • Quand on leur demande leur degré de douleur, les personnes souffrant de douleurs chroniques pourraient ne pas vous indiquer leur degré de douleur véritable. Comme leurs douleurs sont chroniques, elles se sont fait à un certain degré de douleur et peuvent finir par l’accepter comme étant normal ou pas douloureux du tout. Elles ne pourraient vous donner un degré de douleurs exact que si elles subissent une forme aiguë de leur niveau de douleurs habituel qu’elles vivent avec des changements journaliers, quand elles vivent une douleur qui semble différente (quand elle frappe au lieu de tirer, quand elle brûle au lieu de palpiter) ou encore si on leur demande spontanément le degré de leurs douleurs tant chroniques que aiguës.
    • La douleur est quelque chose de difficile à expliquer à quelqu’un. C’est une sensation très personnelle et c’est basé tant sur notre fonctionnement psychologique que physique. Le mieux que vous puissiez faire et de ne jamais supposer que vous savez ce que peut ressentir cette personne. Vous savez évidemment comment vous le ressentez, mais chacun de nous est différent et il est impossible de se mettre dans la peau de quelqu’un et de ressentir sa douleur.
    • N’oubliez pas que ces personnes sont aussi « normales » que vous, même si elles affrontent d’autres choses. Elles veulent être vues et appréciées pour ce qu’elles sont.
    • Personne n’a envie de souffrir. Vivre avec des douleurs chroniques est affreux, mais c’est encore pire si l’entourage a abandonné vis-à-vis d’elles tout espoir ou si on ne les comprend pas. Punir quelqu’un qui n’a pas pu aller au bout d’une chose ou d’une autre ne fera qu’aggraver son cas et lui montre que vous n’avez rien compris. Ceux et celles qui vivent des douleurs chroniques endurent déjà plus que la plupart des gens sont incapables d’imaginer. Chaque jour, la vie est si dure et si solitaire. Votre soutien indéfectible, votre optimisme, vos échanges et bien sûr votre affection – sont ce qui compte le plus, car la vie peut être assez déprimante au jour le jour avec n’importe quelle douleur chronique.
    • Un sourire peut cacher bien plus que vous ne le croyez.
    • Au lieu de suggérer comment soigner la douleur, envisagez simplement d’être empathique et de prendre la personne dans vos bras pour lui faire comprendre que vous êtes un soutien pour elle. Elle a déjà entendu des tas de médecins qui lui ont dit comment corriger ou atténuer leurs douleurs chroniques.
    • Songez vraiment à toutes les responsabilités qui vous incombent quand il s’agit de prendre soin d’une personne malade avant de la rencontrer. Comprenez qu’il y a beaucoup de choses à faire et si vous êtes un tout petit peu hésitant(e), ne vous embêtez pas à essayer de vous convaincre de le faire. Vous devez vous y engager à fond et à tous les niveaux ou alors vous devez avoir suffisamment de respect pour vous-même et pour la personne en ne vous forçant pas dans une situation comme si c’était une histoire sentimentale. Vous n’êtes pas une mauvaise personne en pensant que vous ne pouvez pas gérer les soins liés à une personne qui a des problèmes de santé, mais vous l’êtes quand vous finissez par détester cette personne ou en la rendant responsable de sa maladie.
    • Ne comparez pas des problèmes de santé. Ne dites pas que vous aussi vous aviez déjà ce problème et que vous allez bien à présent. Ne dites pas à quelqu’un qui souffre de douleurs chroniques qu’il doit l’assumer et s’investir dans la guérison. Cela ne fait que montrer votre manque de compréhension et donne à la personne qui souffre l’impression d’avoir échoué là où d’autres ont pu gérer ce qu’ils vivent et se sont bien mieux débrouillés qu’elle.
    • Il suffit parfois de poser une main sur l’épaule de celle ou celui qui souffre pour lui donner du réconfort. Souvenez-vous de faire preuve de douceur. Cela doit être un toucher très doux, quelque chose qui les aide à retrouver le contact avec les autres.
    • Les personnes qui vivent avec des douleurs chroniques savent ce qu’elles ressentent et sont bien conscientes de leur situation ; évitez donc de penser à leur place en leur disant ce que VOUS pensez qu’elles ressentent.
      Par pitié, ne suggérez pas un autre médecin, un autre traitement, une autre cure miracle ou ne dites pas non plus qu’Untel est mort de la même maladie ou qu’un autre en a guéri. On vous sourira et on vous dira merci, mais cela ne sert à rien.
    • Apprenez juste à bien écouter, il est bon parfois de partager un silence, vous n’êtes pas obligé de remplir de mots chaque minute de la conversation.
    • Si vous avez entendu parler d’une nouvelle découverte scientifique capitale, ne supposez pas que la personne qui souffre de douleurs chroniques soit au courant. Certaines personnes ont abandonné toutes recherches à ce sujet. Chaque personne qui souffre peut avoir droit à un peu d’espoir, même si cela ne conduit pas forcément à une guérison.
    • Pour ceux et celles d’entre vous qui prennent soin d’une personne malade et qui souffre de douleurs chroniques, on espère sincèrement qu’un jour on sera reconnaissant pour ce que vous avez fait. Ce n’est pas facile du tout ! On espère que vous retrouverez un jour la personnalité véritable de la personne malade, c’est la meilleure récompense que l’on puisse vous faire.
    • Ne cessez pas de demander « Comment vas-tu ? » à une personne qui souffre de douleurs chroniques juste parce que la réponse risque de vous mettre mal à l’aise (essayez simplement d’imaginer combien c’est pénible jour et nuit !). La plupart des personnes qui demandent un temps comment va le malade finissent par ne plus de faire. Ne soyez pas empêché par le fait que vous n’aimeriez pas entendre la réponse, cela pourrait être pour vous la seule occasion de montrer à ces personnes que vous pensez à leur bien-être.

    Avertissements

    • Vous pourriez penser que les personnes souffrant de douleurs chroniques vont voir des médecins pour attirer l’attention sur eux ou parce qu’elles aiment ça ou parce que ce sont des hypocondriaques. Elles ne font que rechercher quelque chose qui pourrait améliorer leur qualité de vie et veulent souvent savoir d’où provient la douleur si cela reste inconnu.
    • Une dépression peut rendre des personnes plus émotives (en pleurant, en se montrant anxieuses, irritables, tristes, esseulées, découragées, peur de l’avenir, facilement agités, en colère, frustrées, trop bavardes à cause des médicaments, besoin de se confier, manque de sommeil). Ceci, ainsi que leurs degrés de douleur peuvent aussi varier d’un jour à l’autre, d’une heure à l’autre, voire d’une minute à l’autre. L’une des pires choses que vous puissiez faire est d’abandonner une personne qui souffre de douleurs chroniques. Cela ne peut que leur donner une raison de plus de déprimer, de se sentir seul et pas très optimiste.
    • Les personnes qui souffrent de douleurs chroniques ne sont pas des affabulateurs ni des hypocondriaques.
    • Ne jugez pas par rapport à l’usage de drogues chez les personnes qui souffrent de douleurs chroniques. Si une forme médicinale de la marijuana peut améliorer leur vie, pourquoi déprécier ce répit avec une morale rigide ?
    • Consolez ceux et celles qui souffrent de douleurs chroniques et faites-leur comprendre que vous êtes là pour eux. On peut se sentir très seul quand on souffre. Un ami loyal est un sauveur !
      Pour aller plus loin au sujet des hypocondriaques, il a été remarqué dans le cadre d’une douleur du dos que des personnes qui ont imaginé souffrir de douleurs invalidantes souffrent souvent beaucoup aussi.
    • La dépression peut rendre certains malades moins expressifs, ce qui peut en retour masquer la douleur car la personne qui souffre a cessé de vouloir la montrer. Soyez toujours à l’affût des indices d’une dépression et ne confondez pas cela avec des douleurs atténuées.

     

     

    Source : wikiHow
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    8 ANTIBIOTIQUES NATURELS


    antibiotiques-naturels

     

     

    Les antibiotiques chimiques peuvent avoir un impact négatif sur notre santé. Découvrez une alternative saine et naturelle.

    Les antibiotiques sont une catégorie de médicament. Un antibiotique est une substance produite par un organisme, qui a la capacité de détruire, d’inhiber ou de stopper la croissance des bactéries. Un antibiotique possède alors deux actions, une action bactériostatique, c’est-à-dire qui stoppe la croissance des bactéries, l’autre est un bactéricide, c’est-à-dire qu’il détruit ou inhibe les bactéries.

     

    Cependant de nos jours les antibiotiques sont utilisés à tort par les médecins qui les prescrivent de façon habituelle, ce qui peut avoir des conséquences néfaste sur la santé.

    En effet, en ce qui concerne la flore intestinale, rappelez-vous que c’est un organe à part entière qui contient une quantité effroyable de bactéries et d’autres micro-organismes. Ces microbes gèrent le bon fonctionnement de l’intestin et possèdent une place précise. Si une bactérie pathogène veut s’y installer, elle ne pourra pas, car elle n’aura pas de « place » attribuée dans l’intestin. En revanche, si l’on prend des antibiotiques, cela va détruire les bonnes au risque qu’elles laissent leur place à de mauvaises bactéries.

    Les antibiotiques chimiques que l’on trouve dans les pharmacies sont des armes massives pour les populations bactériennes. Utilisés à tort, ils dérégleront tout le système digestif, pouvant aboutir à des maladies comme la rectocolite hémorragique.

    Heureusement, la nature est bien faite ! Elle nous a équipées, pour notre voyage sur terre, d’une multitude d’antibiotiques naturels. Quelle est la différence entre antibiotique naturel et un antibiotique chimique ?
    Faut-il vraiment poser la question ?

    Les effets secondaires qui sont bien moindres

    Pour ce faire, je vais vous lister 8 antibiotiques naturels que vous devriez consommer à la place d’antibiotiques chimiques

    1. Le miel de Manuka

    Vous connaissez peut-être ce miel qui provient d’abeilles qui pollinisent la Nouvelle-Zélande. Il est associé à la bible et est appelé le « nectar des dieux » par les Grecs. Il a longtemps été considéré comme un véritable médicament dans le monde arabe. Hippocrate, le père de la médecine, l’utilisait pour soigner ses patients, faire cesser la fièvre et traiter les blessures, lésions, ulcères.

    Le miel de Manuka est un très bon antiseptique pour toute la sphère ORL, angine, otite … Il est également utilisé pour réparer les tissus infectés. La substance responsable de son action antibiotique s’appelle la Méhtylglyoxal. Il existe une mesure appelée UMF qui signifie Unique Manuka Factor et indique la concentration de méthyle. Cette dernière ne devrait pas être inférieure à 10.

    Comment l’utiliser ?

    Il suffit de l’appliquer sur des plaies, après les avoir nettoyer bien entendu, mais également sur des brûlures …

    2. L’ail

    Celui-ci je suis presque sûr que vous le savez, l’ail possède énormément de vertus, dont la plus connue, son effet antibiotique.

    On a toujours entendu parler des bienfaits de l’ail et notamment pour ses propriétés antibactériennes. L’ail est une plante médicinale considérée comme un alicament aux propriétés impressionnantes. Utilisé, il y a plus de 5 000 ans pour soigner les maladies, l’ail est, de plus, en plus, reconnu de nos jours pour ses propriétés curatives.

    De nombreuses études prouvent le fait que l’ail est un antibactérien puissant et qui pourrait même réussir à détruire les bactéries-là où des antibiotiques chimiques échoueraient, notamment contre le SARM ou MRSA en anglais. Le SARM signifie : Staphylococcus Aureus Résistant à la Méthicilline. Mais le pouvoir de l’ail ne s’arrête pas là. Une autre étude a prouvé que devant l’inefficacité ou la peur d’une résistance des antibiotiques, l’utilisation de l’ail pourrait être une solution. L’ail pourrait également inhiber des bactéries très résistantes pendant une durée de 3 mois.

    L’ail est-il seulement un puissant antibiotique ?

    Non pas seulement. Je vais vous lister les pathologies ou les troubles pour lequel l’ail est efficace à des degrés variables.

    • Puissant anti-oxydant
    • Anti-cancer (côlon, estomac, poumons, rectum)
    • Equilibre la flore intestinale
    • Débarrasse des parasites intestinaux
    • Anti-rhume, fièvre
    • Anti-inflammatoire
    • Fatigue chronique
    • Anti-maladies cardio-vasculaires
    • Diminution de l’hypertension artérielle
    • Diminution de la glycémie
    • Diminution significative du cholestérol
    • Allié des diabétiques
    • Soulage mal de gorge, aphte, angine …

    3. L’Echinacée

    Il y a 400 ans, les Amérindiens utilisaient l’échinacée pour lutter contre les infections et traiter les blessures. Des études ont démontré que l’échinacée était capable de diminuer l’inflammation, la douleur et lutter contre les virus.

    L’échinacée est également très efficace contre le rhume. En fin 2010 une étude qui a réuni 719 personnes a démontré que cette plante était efficace pour lutter contre le rhume.

    Chez les personnes ayant pris de l’échinacée, les symptômes ont duré 1 demi-journée de moins que les autres personnes ayant pris un placebo.

    L’échinacée est enfin utile pour traiter les infections urinaires, les infections auriculaires et toutes sortes de blessures.

    Comment l’utiliser :

    Il existe des pilules, ce qui est plus simple à consommer. Généralement, les comprimés peuvent contenir d’autres plantes afin d’assurer une santé optimale. Vous pouvez également confectionner du thé avec les racines de la plante. Le thé stimulera votre système immunitaire et ainsi luttera contre les infections.

    4. Le gingembre

    Le gingembre est une plante botanique utilisée depuis des siècles comme épice bien qu’elle soit réputée surtout pour ces propriétés médicinales. Le gingembre est très réputé pour guérir les problèmes gastro-intestinaux, les affections inflammatoires … Le gingembre possède des propriétés anti-inflammatoires puissantes qui sont excellentes pour le traitement des douleurs musculaires et arthritiques. Comme vous avez pu le lire sur l’article le concernant, le gingembre contient des substances que l’on appelle les gingérols, les gingérols sont des antioxydants puissants capables de calmer l’inflammation.

    Mais les propriétés médicinales du gingembre ne sont pas seulement bonnes pour les articulations, elles le sont également pour les troubles digestifs tels que les coliques, les nausées, les flatulences et les troubles de la sphère ORL, comme le rhume, l’asthme, et toutes les maladies respiratoires.

    Les shogoals et gingérols contenues dans le gingembre sont les principales composantes de certains médicaments.

    5. L’huile d’origan

    L’asthme, les bronchites chroniques, toutes les affections respiratoires sont très sensibles devant la feuille de la plante d’origan. Elle a souvent été utilisée par le passé à des fins médicales. La plante n’a plus a faire ses preuves, elle est aujourd’hui reconnue pour avoir des propriétés médicinales notamment pour la santé de l’appareil respiratoire.

    Le carvacrol, extrait de l’origan a la capacité de lutter contre les parasites, les bactéries et atténuer l’acné.

    L’origan peut être pris sous forme de pilule.

    6. Le curcuma

    Le curcuma est une plante herbacée qui provient d’Asie. Le curcuma contient énormément d’antioxydants. Des études in vitro on indiqué que la curcumine inhibait la prolifération des cellules cancéreuses.

    Le curcuma va venir stimuler la fabrication d’enzymes qui aideront le corps à combattre les cellules cancéreuses. En Chine le curcuma est utilisé pour traiter l’inflammation.

    Une dose élevée a été administrée chez des personnes souffrant d’arthrose, qui ont remarqué que le curcuma à raison de 2g par jour avait les mêmes effets que l’ibuprofène (800mg/j), sans les effets secondaires du produit chimique bien entendu. En effet pour l’arthrite, la curcumine s’est montrée aussi efficace que le traitement médicamenteux.

    Associer du gingembre et du curcuma a toujours été très intéressant au niveau thérapeutique. Très connue depuis la plus vieille époque, l’ingestion de curcuma a été suggérée pour traiter les ulcères de l’estomac, l’indigestion, les maladies cardiaques et virales, mais également bactériennes.

    7. L’huile de coco

    L’huile de coco est également un antibiotique naturel. En effet, ce sont les graisses saturées contenues dans l’huile de noix de coco qui produisent cette action.

    Antibactérien, anti-viral, antifongique, anti-parasitaire et stimulant immunitaire, l’huile de noix de coco est un aliment très puissant qui peut vous venir en aide dans n’importe quelle situation.

    L’huile de noix de coco est également utilisée pour les problèmes de peau comme les vergetures, les infections, l’eczéma etc.

    Egalement utilisé pour lutter contre les champignons comme le candida albicans et les parasites.

    Mieux encore, l’acide laurique serait capables selon certaines publications scientifiques de détruire les microbes qui ne répondent pas aux antibiotiques chimiques.

    8. Le citrobiotic

    D’après l’étude, l’extrait de pépins de pamplemousse possède une qualité que les antibiotiques (médicaments) ne possèdent pas ! Il est capable de perturber la membrane cytoplasmique des bactéries pathogènes qui libèrent leur contenu. Elles sont donc détruites.

    De plus, comparé aux antibiotiques, (médicaments) l’extrait de pépins de pamplemousse ne désorganise pas, ou très peu la flore intestinale de l’hôte. Ce qui est très bénéfique pour ce dernier, car les antibiotiques naturels détruisent tout, même les bonnes bactéries, ce qui peut causer des maladies graves comme la maladie de Crohn, la rectocolite hémorragique, ou l’infection par une bactérie appelée Clostridium difficile.

    Des propriétés efficaces

    – Action antimicrobienne à une concentration moyenne qui correspond à 8 gouttes par verre d’eau.
    – Il n’est pas possible de développer des allergies avec ce produit
    – Il ne désorganise pas la flore intestinale comme le font les antibiotiques (médicaments)
    – Suite à la prise de citrobiotic, la flore intestinale se trouve améliorée
    – Il stimule les défenses de l’organisme contrairement aux antibiotiques qui la détruisent
    – Il n’est pas toxique.

     

     

    Source : L’alimentation santé
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    LA MORT EST DANS LE POT

     
     
     
    23 Juin 2015

     
     

    Veillez à ce que personne ne passe à côté de la grâce de Dieu, qu’aucune racine d’amertume ne pousse et ne cause du trouble en empoisonnant plusieurs d’entre vous.
    Hébreux 12.15

    Hélène Jégado, cuisinière bretonne, fut la plus grande empoisonneuse de son temps. L’instruction qui conduisit à son exécution révéla qu’elle avait tué par empoisonnement plusieurs dizaines de personnes. Dès qu’on reprochait à Hélène Jégado son intempérance ou quelque autre défaut, l’empoisonneuse frappait une personne de l’entourage, parfois même un enfant. Les enquêteurs découvrirent qu’elle faisait des gâteaux à l’angélique confite pour masquer la couleur et l’amertume de l’arsenic.
    L’amertume conservée dans le cœur peut causer des empoisonnements aussi dangereux que l’arsenic. Ce fiel de l’esprit est contagieux et peut provoquer beaucoup de trouble autour de nous. Si nous ne voulons pas perdre la tête à cause de l’amertume, il faut nous débarrasser au plus vite de la rancune qui habite nos cœurs et tourner nos regards vers Jésus. Jésus a supporté contre sa personne toute la haine des hommes, sans devenir amer. Au contraire, il nous offre sa grâce. La grâce de Jésus sauve et chasse l’amertume de nos cœurs puis y verse l’amour pour Dieu et notre prochain.
    Ne restons pas esclaves de la rancune, mais ouvrons notre vie à la grâce de Dieu, qui seul transforme les cœurs.

    Alain Monclair

     

    LA MORT EST DANS LE POT

     

    Lettre aux Hébreux 12. 1-15 : "Cette grande foule de témoins nous entoure. Rejetons donc, nous aussi, tout ce qui nous empêche d’avancer, rejetons le péché qui nous enveloppe si facilement ! Courons jusqu’au bout la course qu’on nous propose. Regardons toujours Jésus. C’est lui qui fait naître la foi et qui la rend parfaite. Il a accepté de mourir sur une croix sans avoir honte. En effet, il voyait d’avance la joie qu’il allait recevoir, et maintenant, il est assis à la droite de Dieu.

    Oui, pensez à Jésus. Les pécheurs étaient contre lui, mais il a tout supporté. Alors ne vous laissez pas vaincre par le découragement ! En combattant contre le péché, vous n’avez pas encore résisté jusqu’à la mort ! 5Vous avez oublié le conseil que Dieu vous donne comme à des fils : « Mon fils, quand le Seigneur te corrige, fais attention ! Ne te décourage pas quand il te fait des reproches ! Le Seigneur corrige celui qu’il aime, il frappe tous ceux qu’il reconnaît comme ses fils. »  C’est pour être corrigés que vous souffrez. Dieu vous traite comme ses fils. Quel est le fils que son père ne corrige pas ? Si Dieu ne vous corrige pas comme tous ses enfants, vous êtes des enfants illégitimes , vous n’êtes pas de vrais fils. Nous avons eu des pères sur cette terre, ils nous ont corrigés et nous les respections. Alors, c’est sûr, nous devons obéir davantage à Dieu notre Père pour avoir la vie. 10 Oui, nos pères nous corrigeaient pendant quelque temps selon leurs idées à eux. Mais Dieu, c’est pour notre bien qu’il nous corrige, il veut nous rendre saints, comme lui. 11 Sur le moment, une correction ne fait pas plaisir, elle donne de la tristesse. Mais plus tard, ceux qui ont été formés de cette façon deviennent justes et trouvent ainsi la paix. 12 C’est pourquoi redressez vos bras fatigués et rendez plus forts vos genoux tremblants. 13 Faites de bonnes pistes pour vos pieds. Alors celui qui boite ne se tordra pas la cheville, au contraire, il guérira. 14 Cherchez à vivre en paix avec tout le monde et à mener une vie qui plaît à Dieu. Sans cela, personne ne verra le Seigneur. 15 Attention, personne ne doit refuser ce que Dieu fait pour lui ! Parmi vous, aucune plante amère ne doit pousser pour troubler la communauté avec son poison."
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • passeportsante.net

     

    CURES DÉTOX :  NOS CONSEILS POUR SE LANCER

     

    Vous souhaitez faire une cure détox ? PasseportSanté vous livre quelques conseils pour la réussir en toute sérénité, ainsi qu’une sélection des quatre meilleures recettes pour faire de cette cure un moment de plaisir…

     

     

    Depuis quelques temps, la mode des cures détoxifiantes fait beaucoup parler d’elle. Ce phénomène venu d’Outre-Atlantique est pratiqué par de plus en plus de personnes à la recherche d’une purification naturelle de leur corps. Ces cures se font la plupart du temps avant l’arrivée d’une nouvelle saison afin de préparer son organisme à un changement d’alimentation, comme c’est souvent le cas en hiver ou en été.

     

    Qu’est-ce qu’une cure détox ?

    Les cures détox trouveraient leur origine dans la naturopathie, qui a pour objectif de soigner de manière naturelle. Ainsi, en commençant par supprimer tout ce qui est nocif à notre organisme, nous serions moins propices aux coups de fatigues et aux virus chroniques. Les graisses saturées, l’alcool, le tabac, les sucres raffinés, la caféine et les conservateurs sont donc bannis de l’alimentation pendant toute la durée de la cure. Il s’agit de prendre le contrôle de ce que l’on mange, en favorisant les fruits et les légumes frais. Ainsi, il existe plusieurs cures détox basées sur une alimentation crudivore et frugivore comme le juicing (uniquement composé de jus, soupes et smoothies pendant 1 à 5 jours), la monodiète (manger le même aliment pendant trois jours) ou une cure de fruits et légumesaccompagnée de compléments alimentaires à base d’herbes. A propos de la durée d’une cure, elle est très variable : entre un et trente jours. Cela dépend des effets recherchés et ressentis. Attention à ne pas confondre cure et régime, car ici le but est de relaxer son corps et non de perdre du poids, même si c’est souvent ce qu’il se passe lors d’un changement d’alimentation.

     

    Quels sont les résultats d’une cure détox ?

    Les changements entrepris pendant une cure détox auraient de multiples effets. Tout d’abord, la prise de repas plus légers et équilibrés permettrait aux organes (peau, poumons, foie, reins) d’évacuer avec plus de facilité les toxines stockées dans le corps même si cela reste controversé. C’est aussi le moyen de se rendre compte qu’un contrôle de son alimentation est toujours synonyme de bien-être. Pourquoi ne pas profiter d’une cure pour changer son régime alimentaire sur le long terme ?

     

    Les précautions et conseils

    Avant de débuter sa cure, il est préférable d’avoir l’aval de son médecin, car tout le monde ne peut pas la pratiquer (les femmes enceintes par exemple). De plus, pour commencer sa cure en toute sérénité, il est conseillé d’avoir du temps libre devant soi. Les débuts peuvent paraître difficiles et entraîner fatigue, maux de tête et quelques troubles digestifs. Il est fortement recommandé de préparer ses repas et jus soi-même, ils seront ainsi 100 % naturels : prenez donc le temps d’aller faire le pleins de fruits et légumes frais, et bios de préférence. Il est également important de boire beaucoup d’eau, de thés et de tisanes afin de garder le corps hydraté.

     

    Quatre recettes à tester

     

    Green smoothie pomme – kiwis – céleri

    Pour deux verres : 2 pommes, 2 kiwis, 1 cuillère à café de jus de citron vert, 6 glaçons, 4 cuillères à café de miel, du poivre noir, une pincée de curcuma, quelques feuilles de menthe et de céleri

    Peler les pommes et les kiwis. Les passer dans la centrifugeuse et transvaser dans un blender le jus recueilli avec le reste des ingrédients. Mixer le tout et déguster bien frais.

     

    Smoothie kiwi – fraise – framboise – menthe

    Pour deux verres : 1 kiwi, 100 grammes de fraises, 100 grammes de framboises, une branche de basilic, 1 branche de menthe fraiche, 1,5 gramme de thé blanc

    Porter de l’eau à ébullition et laisser infuser le temps blanc pendant 5 minutes. Pendant que le liquide refroidi, éplucher et couper les kiwis en cubes, équeuter les fraises et effeuiller les herbes. Ajouter tous les fruits et les herbes dans un blender, puis mixer en ajoutant progressivement le thé blanc. Servir bien frais.

     

    Jus de betterave et légumes

    Pour un verre : 1 tomate, 1 poivron rouge, 2 branches de céleri, ¼ de jus de citron, 1 betterave rouge, 1 carotte, 1 botte de persil.

    Laver à l’eau les fruits, les herbes et les légumes. Découper les ingrédients en morceaux les passer dans un blender. Mixer et servir dans un grand verre.

     

    Soupe chou-fleur – carottes – cumin

    Pour 5 bols : 1/2 chou-fleur, 3 carottes, 1 oignon, 1 cuillère à café de cumin, 1 cube de bouillon de légumes, poivre.

    Séparer le chou-fleur en bouquets, éplucher les carottes et peler l’oignon. Couper les carottes en rondelles et l’oignon en quatre. Dans une marmite, verser 600 millilitres d’eau. Ajouter l’oignon et le cube de bouillon. Porter le tout à ébullition, puis ajouter les légumes et le cumin. Laisser frémir à feu doux pendant 30 minutes. Ensuite mixer les légumes et poivrer à votre convenance.

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • medisite.fr

    LES MÉDICAMENTS QUI PEUVENT RENDRE INCONTINENT

     

     

    Nombreux sont ceux qui croient que l'incontinence urinaire fait partie du processus normal du vieillissement. En réalité, ce n'est pas toujours le cas. Celle-ci peut être temporaire, provoquée, voire aggravée par la prise de certains médicaments. Explications de Medisite avec le Pr Gilles Karsenty, chirurgien urologue à l'hôpital de la Conception à Marseille.

     
     
     

    Incontinence d'effort ou d'urgenterie ?

    Lorsqu'une personne ne peut contrôler son aptitude à uriner et qu'il y a perte involontaire d'urine, on dit qu'elle souffre d'incontinence urinaire. Il existe deux grands types d'incontinence : celle dite d'effort, et l'incontinence par urgenterie.

    - L'incontinence d'effort : quand la personne fait un effort, tousse, éternue… elle émet involontairement un petit jet d’urine. L'incontinence d'effort peut être provoquée par un dysfonctionnement du sphincter du col de la vessie, ou une faiblesse des muscles périnéaux. La perte d'urine n'est pas précédée par le besoin urgent d'uriner, mais est consécutive à un effort même modeste comme un éternuement.

    - L'incontinence d'urgenterie est un besoin d’uriner anormal qui est à la fois pressant sans avertissement et qui survient alors que la vessie n’est pas très pleine.

     

     

    Hypertension, diabète : attention à la prise de diurétiques

    Les médicaments diurétiques sont utilisés pour traiter une hypertension artérielle, une insuffisance cardiaque, un diabète.

    Pourquoi : "La prise de diurétiques favorise l'élimination de l'eau et de sel par les reins, entraînant une augmentation de la quantité d’urines produite sur une durée déterminée. Si le patient a déjà des problèmes d'urgence mictionnelle, la prise de ces traitements ne fait qu'accroître une incontinence déjà présente, surtout s'il a des difficultés à se déplacer", explique le Pr Karsenty.
    Pensez-y : limitez la consommation de certaines boissons qui ont un effet diurétique comme l'alcool et le café.
    Que faire : adapter avec votre médecin les heures de prise des diurétiques pour éviter que leur effet se fasse sentir la nuit (levers nocturnes pour uriner fatigant et dangereux avec un risque de chute accru).

     

     

    Allergie, rhume des foins : des fuites à cause des antihistaminiques

    Les médicaments dits "antihistaminiques" sont utilisés pour traiter les allergies, du rhume des foins à l'allergie de contact. 

    Pourquoi : "Ces traitements ont un effet anticholinergique*, pouvant perturber les personnes qui ont déjà des problèmes de rétention urinaire, des incontinences par regorgement. La personne ne se rend pas compte de son envie d'uriner, laissant la vessie se remplir. Les fuites arrivent par un effet de trop plein. Ce sont tout de même des effets secondaires assez rares dans le cas des antihistaminiques" explique le Pr Karsenty.
    Que faire : consulter votre médecin pour envisager éventuellement une substitution de traitement, voire arrêter le médicament si cela est possible.

    * un anticholinergique est une substance qui s'oppose à l'action de l'acétylcholine, une molécule jouant un rôle de médiateur chimique entre deux neurones. L'acétylcholine est un acteur de l'apprentissage, de la mémoire et de l'activité musculaire.

     

     

    Douleur : des médicaments à l'origine de rétentions indolores

    Lesquels : les médicaments à base de morphine. Ils sont utilisés pour soulager la douleur.

    Pourquoi : "Les morphiniques provoquent des rétentions indolores. La vessie trop pleine entraîne des fuites par regorgement" explique le Pr Karsenty.
    Que faire : consulter votre médecin pour envisager éventuellement une substitution de traitement, voire arrêter le médicament si cela est possible.

     

     

    Dépression, anxiété : des traitements responsables d'incontinence

    Lesquels : les antidépresseurs tricycliques (imipramine), prescrits en cas de dépression, troubles paniques.... et les benzodiazépines, utilisées en traitement complémentaire de troubles anxieux.

    Pourquoi : "Ces traitements inhibent le tonus musculaire du sphincters strié*, aggravant une incontinence d'effort déjà présente. Ils ont aussi des effets centraux sur les centres de commande et de régulation du cycle mictionnel, pouvant altérer la capacité à maîtriser le besoin et aboutissant à une incontinence mixte à la fois d’effort et par urgence" explique le Pr Karsenty.
    Au contraire : les inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS) ont des effets bénéfiques sur l'incontinence d'effort.
    Que faire : consulter votre médecin pour envisager éventuellement une substitution de traitement, voire arrêter le médicament si cela est possible.

    * il s'agit d’un muscle qui entoure l’urètre. Il permet lorsqu’il est tonique et capable de se contracter, de fermer l’urètre et d’être continent en particulier lors des efforts.

     

     

    La prise de plusieurs médicaments favorisent l'incontinence

    Aujourd'hui, les médicaments qui soignent l'incontinence urinaire sont de plus en plus nombreux. Cependant "certains traitements utilisés pour des problèmes très éloignés de l’urologie peuvent provoquer ou aggraver*, surtout chez les personnes âgées, des incontinences. C'est la polymédication qui pose le plus de problème. L'accumulation de certains traitements peut par exemple entraîner un fort effet anticholinergique**, pouvant provoquer une rétention d'urine, et des fuites urinaires par un effet de vessie trop pleine" explique le Pr Karsenty.

    * parce que déjà présentes à un degré moindre
    ** un anticholinergique est une substance qui s'oppose à l'action de l'acétylcholine, une molécule jouant un rôle de médiateur chimique entre deux neurones. L'acétylcholine est un acteur de l'apprentissage, de la mémoire et de l'activité musculaire.

     

    Publié par Florence Massin, journaliste santé et validé par Pr Gilles Karsenty, chirurgien urologue

     

     

    Sources

    Remerciements au Pr Gilles Karsenty, chirurgien-urologue à l'hôpital de la Conception à Marseille.
    Remerciements à l'Association Française d'Urologie (AFU)
    Agenda : rendez-vous aux Journées d’Onco-Urologie Médicale 2015 (JOUM) qui auront lieu les 26 et 27 juin 2015, Paris 12e.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • vivreaujourdhui.com

    ESCLAVES, NOUS ?

     
     
     
    22 Juin 2015
     
     

    Si vous vous attachez à la Parole que je vous ai annoncée, vous êtes vraiment mes disciples. Vous connaîtrez la vérité, et la vérité fera de vous des hommes libres. Jean 8.31,32

    Dans une de ses chroniques, Yves Duteil écrit : « Dans notre monde, tout est fait pour conduire le plus grand nombre – par le biais des autoroutes de l’information – vers l’intérêt de quelques-uns, vers la caisse et l’isoloir… La vérité a peu de poids face à l’argent et au pouvoir. Elle est pourtant notre bien le plus précieux. »

    On peut être esclave de choses honteuses ou de mille autres apparemment légitimes : passions, orientation sexuelle, amour de l’argent, traditions, possessions, convoitises… et tant d’autres chaînes ! Ils sont nombreux ceux qui nous asservissent, utilisant tout cela à leur profit.

    Qui peut nous libérer ?

    Jésus répond : la vérité, celle qui rend vraiment libre ! Il la promet à qui se met à l’écoute persévérante de sa Parole. On confond si souvent liberté et licence. Mais qui ne sait pas que la licence est l’expression même du pire esclavage ?

    Ceux à qui s’adressait Jésus avaient pris un bon départ : un élan de confiance en direction de Jésus ; mais avec bien des doutes. Ce n’était pas la foi qui s’empare des promesses. Est-ce notre cas ? Alors, c’est à nous que Jésus dit en somme : « Si vous persévérez dans l’écoute de mes paroles, si vous les laissez pénétrer en vous, la vérité, vous la connaîtrez. Et elle fera de vous des hommes – ou des femmes – réellement libres. »

    Richard Doulière

     

    ESCLAVES, NOUS ?

     

    Évangile selon Jean 8. 30-36 : "30Au moment où Jésus dit cela, beaucoup de gens croient en lui. 31 Jésus dit aux Juifs qui ont cru en lui : « Si vous restez fidèles à mes paroles, vous serez vraiment mes disciples. 32 Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. » 33 Ils lui disent : « Nous sommes de la famille d’Abraham et nous n’avons jamais été esclaves de personne. Comment peux-tu nous dire : “Vous deviendrez libres” ? » 34 Jésus leur répond : « Oui, je vous le dis, c’est la vérité : tous ceux qui commettent des péchés sont esclaves du péché. 35 L’esclave ne reste pas toujours dans la famille. Le fils, lui, reste dans la famille pour toujours. 36 Donc si le Fils vous rend libres, vous serez vraiment libres."

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • sante-nutrition.org

    10 aliments qui ressemblent aux parties du corps

    pour lesquelles ils sont utiles


    avocados-cervix-perfect

     

     

    Hippocrate a dit: « Que ton aliment soit ton médicament et que ton médicament soit ton aliment. » Et il se trouve que de nombreux aliments entiers et naturels ressemblent étroitement aux organes et aux parties du corps  pour lesquelles ils sont utiles! Dans les enseignements occultes, (occulte signifie simplement ce qui est caché), cela est bien connu. Cependant, dans la société et dans l’industrie médicale d’aujourd’hui, ce que nous mangeons n’est généralement pas pris en compte comme le coupable de la maladie ou le catalyseur de la santé et de la longévité.

     

    Voici 10 aliments qui ressemblent aux parties du corps pour lesquelles ils sont utiles:

    1) Pamplemousse – Seins

    grapefruit
    Le pamplemousse, les oranges et les autres agrumes ressemblent aux glandes mammaires féminines et facilitent le mouvement de la lymphe dans et hors des seins! Selon le Dr Moulavi, « le pamplemousse contient des substances appelées limonoïdes, dont il a été montré qu’ils inhibent le développement du cancer chez les animaux de laboratoire et dans les cellules mammaires humaines. »

    2) Noix – Cerveau

    walnut-brain2

    Les noix ont une ressemblance frappante avec le cerveau humain, et ont été reconnues comme l’un des meilleurs aliments pour le cerveau. Les noix sont une bonne source d’acides gras oméga-3, et ont plus d’antioxydants, d’acide folique (vitamine B9) et de vitamine E que tout autre oléagineux. Il est important de faire tremper et rincer les noix correctement (ainsi que la plupart des autres oléagineux) pour éliminer les phytates et activer les enzymes pour une absorption optimale des nutriments.

    3) Carotte – Oeil

    carrot-eye

    Il est clair que la carotte en tranches ressemble à un œil, elle a même des motifs de lignes radiantes qui ressemblent à la pupille et à l’iris! Le Bêta-carotène (ce qui donne aux carottes leur couleur orange vif) aide à maintenir une bonne vue, protège contre la dégénérescence maculaire, et le développement des cataractes.

    4) Céleri – Os

    celery-bone

    Une branche de céleri ressemble à un os, et elles sont utiles pour les os également. Le céleri contient du silicium, qui fait partie de ce qui donne aux os leur force. Voici un fait étonnant: les os contiennent 23% de sodium, et le céleri contient aussi 23% de sodium.

    5) Tomate – Coeur

    tomato-heart-health

    Les tomates ressemblent au cœur plus que tout autre fruit, et elles sont riches en lycopène qui a été mentionné comme le nutriment du cœur et du sang. Il a été prouvé que la consommation de lycopène aide à réduire le risque de maladie cardiaque. Les tomates sont également une excellente source de vitamine C, qui est cruciale pour la santé du cœur!

    6) Champignon – Oreille

    mushroom-ear2

    Un champignon tranché a la forme et la ressemblance d’une oreille humaine, et les champignons sont bons pour la santé auditive! Ils sont une excellente source de vitamine D, qui est essentielle pour prévenir la perte d’audition. Alors écoutez-moi: mangez des champignons.

    7) Avocat – Utérus

    avocados-cervix-perfect

    Les avocats ont la forme de l’utérus et du col utérin, et il a été prouvé que les avocats équilibrent les hormones et préviennent le cancer du col de l’utérus! Et devinez quoi? Tout comme cela prend exactement 9 mois pour un bébé de se développer complètement dans l’utérus, il faut un avocat exactement 9 mois pour passer d’une fleur à un fruit mûr!

    8) Gingembre – Estomac

    Ginger-Stomach

    Le gingembre ressemble à l’estomac et facilite la digestion! Le gingembre a été utilisé pendant des siècles en tant que remède naturel pour la santé de l’estomac. Le gingérol, l’ingrédient qui donne au gingembre son parfum et son goût prononcé, est répertorié dans la base de données des composés phytochimiques de l’USDA  comme ayant la capacité de prévenir les nausées et les vomissements.

    9) Raisins – Poumons

    grapes-lungs-perfect

    Les raisins, surtout les raisins Concord, ressemblent aux alvéoles des poumons. Les alvéoles des poumons permettent à l’oxygène de passer des poumons à la circulation sanguine. Il a été montré qu’une alimentation riche en raisins frais réduit le risque de cancer du poumon! Les pépins de raisin contiennent également une substance appelée proanthocyanidine, qui peut réduire la sévérité de l’asthme déclenché par les allergies.

    10) Patate douce – Pancréas

    sweet-potato-pancreas3

    Une patate douce a une ressemblance frappante avec le pancréas, et il a été montré qu’elle aide le pancréas à faire son travail en aidant à stabiliser les niveaux de sucre dans le sang. Les patates douces sont aussi naturellement riches en vitamine B6, dont les études ont montré qu’elle inhibe la croissance du cancer du pancréas!

    Pour en savoir plus à ce sujet, étudiez la Théorie des Signatures. C’est l’étude de la relation entre les attributs des fruits, légumes et plantes et comment ils sont étroitement liés aux organes et aux parties du corps qu’ils améliorent!

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • medisite.fr

    SLEEVE : 8 CHOSES QU’IL FAUT SAVOIR AVANT

     

     

    Vous voulez maigrir et vous avez pensé à la sleeve ? Votre médecin vous l’a proposée ? Principes, effets, risques, reprise de poids... Voilà ce qu’il est important que vous sachiez avant de vous lancer.

     

    La sleeve consiste à couper 2/3e de l’estomac

    ©HAS

    Découverte par hasard au milieu des années 2000, la sleeve est une opération chirurgicale permettant la perte de poids chez des personnes obèses.

    Son principe : la sleeve est une technique restrictive qui consiste à couper les deux tiers de l’estomac, dans le sens vertical. La partie retirée est celle qui contient les cellules qui sécrètent l’hormone stimulant l’appétit (ghréline). L’estomac est réduit à un tube vertical, les aliments passent rapidement dans l’intestin.
    L’intervention est réalisée sous coelioscopie ou sous laparoscopie. Dans certains cas mais c’est moins fréquent, elle peut être faite par laparotomie.

     

     

    50% de risques de regrossir après s’il n’y a pas de suivi

    Sachez-le : on peut regrossir après une sleeve. "La chirurgie n’est pas LE traitement de l’obésité, c’est important d’avoir conscience de cela, insiste le Dr Nicolas Veyrie, chirurgien digestif et de l'obésité. Elle ne doit pas être mise en opposition avec un suivi global et nutritionnel. Mais au contraire faire partie d’un accompagnement multidisciplinaire*. Il faut être suivi avant, pendant et après l’opération. Il n’y a rien de miracle." Un avis que partage le Dr Jean-Yves Le Goff, chirurgien digestif laparoscopique et de l'obésité pour qui "le suivi pré et post-opératoire est aussi important que la chirurgie". Il souligne à ce titre qu’actuellement "40 à 50% des personnes regrossissent dans les 2 à 3 ans suivant une sleeve ou un bypass".

     
    Pourquoi ? "Les gens qui remangent comme avant vont forcer la dilatation de l’estomac" explique le Dr Veyrie. Et à la longue regrossir. D’où l’intérêt du suivi pour reprendre des habitudes alimentaires normales. "La chirurgie n’est pas faite pour être réversible, c’est un outil fort et radical" rappelle le Dr Veyrie. Ce que rejette le Dr Le Goff : "Je suis pour une intervention réversible donc contre le fait de retirer les 4/5e d’un estomac qui est sain, comme c’est le cas dans la sleeve. Il faut être le plus conservateur possible."

    Ce dernier est à l’origine d’une nouvelle technique de chirurgie bariatrique dont il devrait prochainement donner les détails.

    *médical, nutritionnel, diététique et psychothérapeutique

     

     

    Des risques de fistules et de reflux

    La sleeve n’est pas dénuée de risques. Il vaut mieux les connaître avant. Pour le Dr Nicolas Veyrie, il y a trois grandes complications, qui surviennent généralement dans les 2 à 3 premiers jours suivant l’opération :

    - la plus fréquente et la plus redoutée : la fistule, c'est-à-dire une mauvaise cicatrisation et une fuite. Or, comme il y a des bactéries dans le contenu gastrique, cela peut entraîner un abcès ou une péritonite.
    - l’hémorragie : l’estomac est l’organe le plus vascularisé de l’organisme.
    - une complication médicale : la phlébite ou l’embolie pulmonaire.

    Mais aussi :
    - des risques de carences à cause d’un défaut d’absorption de certaines vitamines. "Elles sont moins importantes que pour le bypass mais il faut le savoir" précise le Dr Jean-Yves Le Goff.
    - les reflux : "On enregistre 70% de reflux à 5 ans avec la sleeve, il faut parfois ré-opérer les gens pour leur poser un bypass" poursuit le Dr Le Goff.
    - la mortalité : 0,5% des cas (toutes équipes confondues en France) dans les 30 premiers jours.

     

     

    On mange moins sans avoir faim

    Avoir recours à une sleeve modifie le comportement alimentaire. "Les gens mangent peu en quantité mais il y a un effet endocrinien qui fait qu’ils n’ont pas la sensation de faim donc pas de frustration" explique le Dr Veyrie. En cause : la partie retirée de l’estomac lors de la sleeve est celle qui fabrique la ghréline, une hormone qui joue un rôle dans la régulation de la satiété. De plus "les patients mangent de tout et ont autant de plaisir à manger qu’avant puisque ce plaisir vient de la sensation de satiété, pas dans la quantité".

     

     

    Des résultats "phénoménaux" mais pas pour l’esthétisme

    La sleeve permet de perdre entre 20 et 30% de son poids initial. "Les résultats sont phénoménaux mais on ne la réalise pas pour l’esthétisme" insiste le Dr Nicolas Veyrie. "Elle est faite pour soigner les gens et améliorer leur confort de vie."

    A savoir : il n’y a pas de vitaminothérapie suite à une sleeve, contrairement au bypass. Lors d’une sleeve, on doit prendre des vitamines pendant un certain laps de temps après l’opération mais pas à vie comme avec le bypass.

     

     

    Une opération suivie de nausées

    En moyenne, il faut compter 4 jours d’hospitalisation pour une sleeve. "Le plus dur ce sont les deux jours suivant l’opération, non pas à cause des douleurs, parce que l’opération n’est pas douloureuse en soi mais parce qu’il y a pas mal de nausées" prévient le Dr Veyrie.

    Au bloc, la durée de l’intervention moyenne est d’1h-1h10.

     

     

    Une opération sous conditions

    En France, le recours à la sleeve nécessite une demande d’entente préalable à la Sécurité sociale pour être pris en charge. Cette entente préalable précise que l’IMC doit être supérieur ou égal à 35, et associé à une ou plusieurs comorbidités (diabète…) liés à l’obésité pour avoir recours à l'opération. 

    Les conditions sont identiques pour l’anneau gastrique et le bypass.

    A savoir : la Haute autorité de santé (HAS) a listé plusieurs critères de qualité pour l’évaluation et l’amélioration des pratiques de chirurgie de l’obésité.

     

     

    Des différences avec l’anneau gastrique et le bypass

    ©HAS

    L’anneau gastrique : la pose d’un anneau gastrique (gastroplastie) resserre la partie supérieure de l’estomac, donc diminue le volume de l’estomac et ralentit le passage des aliments. La digestion des aliments n’est pas perturbé et le sentiment de satiété augmenté.
    Perte de poids : 40 à 60% de l’excès de poids (HAS).

    Le bypass : Le bypass consiste à court-circuiter un mètre d’intestin en créant un raccordement plus court avec l’œsophage. Cela diminue la quantité d’aliments ingérés et leur assimilation. C’est une technique moins pratiquée en France car elle requiert une technicité très importante.
    Perte de poids : 70 à 75% de l’excès de poids (HAS)

    Dans tous les cas, il ne faut pas oublier que la chirurgie, seule, n’est pas à une solution pour maigrir. Elle doit être associée à un processus global. "Le but étant d’avoir un traitement pérenne, sur le long terme et qui facilite la vie le plus possible aux patients" conclut le Dr Veyrie.

     

    Publié par Aurélie Blaize, journaliste santé

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires