•  

    Article paru sur le site : vegactu

     

    Des aliments irradiés dans nos assiettes

    Des aliments irradiés dans nos assiettes

     

     

    Saviez-vous que certains aliments sont irradiés, en toute légalité, avant d’être consommés ?

    L’irradiation des aliments, officiellement appelée « ionisation », est une technologie nucléaire qui consiste à soumettre un aliment à des rayons gamma (générés par une source radioactive, du cobalt 60 et parfois du cesium 1371 ), à des rayons X ou à des faisceaux d’électrons à très haute énergie2.

    Ce procédé, inventé au milieu des années 1940 par des français permet de détruire certains micro-organismes et insectes, mais aussi de ralentir le mûrissement, inhiber la germination et mieux conserver les aliments : l’irradiation permet ainsi le transport sur de longues distances et le stockage de longue durée, toutes choses que les industriels adorent.

    Schéma d'une unité d'irradiation alimentaire.

    Schéma d’une unité d’irradiation alimentaire.

    Les risques pour l’homme

    L’irradiation des aliments ne rend pas l’aliment radioactif. Cependant, de plus en plus de scientifiques s’interrogent sur de possibles risques de cancérogénèse et de mutagénèse3. En effet l’ionisation des aliments peut faire apparaître dans ceux-ci des composés appelés cyclobutanones, qu’on ne trouve pas dans les aliments non ionisés. De très nombreuses études scientifiques ont montré que chez l’homme ces composés créent des dommages aux cellules et aux gènes4. Enfin, après exposition aux rayons gamma on obtient d’autres composés tels que les radicaux libres, le benzène ou le toluène : ces composés sont connus pour favoriser l’apparition de cancers, maladies cardio-vasculaires…. Les radicaux libres, en particulier, sont très réactifs et cherchent naturellement à se recombiner. Soit ils se recombinent de manière à reconstituer la molécule originelle, soit de manière aléatoire,  formant ainsi de nouvelles molécules, les produits néoformés. « Le problème, c’est qu’il est très difficile de savoir quelles sont les molécules en question. Et donc, il est pratiquement impossible d’en étudier l’éventuelle toxicité«  alerte Roland Desbordes, président de la Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité (Criirad) et membre du Collectif  contre l’irradiation des aliments5.

    Principaux facteurs déclencheurs de radicaux libres.

    Principaux facteurs déclencheurs de radicaux libres.

    L’autre problème de l’irradiation, c’est qu’elle est susceptible d’être utilisée comme substitut à de vraies méthodes sanitaires de production. En effet, certaines bactéries sont très utiles puisqu’elles agissent sur l’apparence des aliments (pourrissement, odeur) et permettent ainsi aux consommateurs de repérer les aliments douteux. Les aliments irradiés paraissent sains, mais ne le sont pas toujours… L’irradiation peut alors servir à masquer au consommateur des produits trop vieux, qui ne devraient plus être consommés.

    Enfin, l’irradiation provoque une perte d’éléments nutritifs et de vitamines, notamment A, B1, B6, B12, C, E, K, PP et acide folique6. Elle pourrait  détruire jusqu’à 80% de la vitamine A des œufs et 48% du béta-carotène du jus d’orange4.

    lfflMême l’Agence Canadienne d’Inspection des Aliments responsable de ces questions reconnaît dans sa FAQ (pourtant étudiée pour être rassurante au possible) que « l’irradiation entraîne des modifications chimiques » et que « certains aliments irradiés peuvent avoir un goût légèrement différent »7.

    Même si nous sommes d’accord pour dire que ce qui est observé chez un animal ne sera pas forcément transférable à l’homme, le cas des aliments pour chats australiens fait froid dans le dos : au pays des kangourous, l’irradiation des aliments pour animaux a longtemps été obligatoire, pourtant une firme a retiré du marché en 2008 ses produits de la marque Orijen destinés aux chats. Les inspecteurs du groupement de vétérinaires australiens ont relevé des troubles neurologiques sur une centaine de chats nourris avec ces aliments copieusement irradiés. Trente félins au moins en sont morts… L’obligation d’irradiation a depuis été levée8.Chat malade

    Les risques environnementaux

    Sur le plan environnemental, les risques sont les mêmes que ceux liés au fonctionnement de toute installation nucléaire, mais aussi au transport de matières nucléaires.

    De plus, l’irradiation rend possible des modes de production et de distribution industriels très délocalisés puisque le transport des produits irradiés n’est plus un problème du fait de leur longue conservation. Des modes de production qui favorisent la pollution.

    ship-pollution

    Que disent les lois à travers le monde ?

    L’usage de l’irradiation des aliments se développe à travers le monde. Une soixantaine de pays l’autorisent, et plus de trente pays la pratiquent. On assiste à une véritable explosion du nombre des installations d’irradiation dans les pays à fort développement (Chine, Inde, Mexique, etc.), tandis que les Etats-Unis signent des accords bilatéraux spécifiques pour l’échange de produits irradiés.

    OMCLe Codex alimentarius, référence pour l’Organisation mondiale du commerce (OMC), autorise l’irradiation pour tous types de produits alimentaires, en se référant à des avis et rapports de la commission FAO-AIEA-OMS. Nous sommes clairement ici en présence d’un cas de lobbying avéré : l’AIEA9 a pour mission de promouvoir les usages pacifiques du nucléaire10 …

    Si l’on prend l’exemple du Canada, les lois en vigueur permettent pour l’instant l’irradiation de ces produits : oignons, pommes de terre, blé, farine, farine de blé entier, épices entières ou moulues et assaisonnements déshydratés11. Mais il est question d’étendre cette autorisation à la mangue, à la crevette, à la volaille et au bœuf haché12. Miam, la viande industrielle du pays de l’érable, aux hormones et antibiotiques, probablement nourrie au maïs et soja OGM, pourra bientôt être irradiée en bout de chaîne.

    Que dit la loi en Europe ?

    Logo indiquant l'irradiation d'un aliment.

    Symbole international de l’irradiation des aliments. Il est appelé « radura ».

    Dans l’Union européenne, deux directives déterminent la liste des produits pour lesquels l’irradiation est autorisée : herbes aromatiques séchées, épices et condiments végétaux. Il y a par ailleurs obligation d’étiquetage : un  logo existe pour informer le consommateur, mais qui le connaît ?

    Comme le fait très justement remarquer un blogueur canadien qui s’est penché sur cette question13, « aucune campagne n’a été faite auprès de la population afin de faire connaître cette initiative fort questionnable de l’industrie agricole et de l’industrie nucléaire. Entre vous et moi, ce logo donne beaucoup plus dans la plante verte que dans l’irradiation. Ça presque l’air d’un produit écologique pour nettoyer mon plancher. »

    En Europe, les aliments qui ont subi cette irradiation doivent aussi présenter la mention « Traité par ionisation » ou « Traité par rayonnement ionisant » sur leur étiquetage, ce qui n’est pas le cas d’autres pays qui exportent leurs produits ionisés dans la plus grande opacité pour le consommateur.

    Et si on mettait plutôt le véritable logo du nucléaire ?

    Et si on mettait plutôt le véritable logo du nucléaire ?

    Bien sûr, tout traitement ionisant est interdit en agriculture biologique.

    Que dit la loi en France ?

    Des dérogations à la loi européenne existent dans les différents pays de l’Union. Huit Etats membres de l‘Union européenne autorisent l’irradiation d’aliments autres que les trois catégories spécifiées par l’Europe : la France, la Belgique, les Pays-Bas, la Pologne, le Royaume-Uni, la Tchéquie, la Hongrie et l’Italie.

    La France autorise ainsi l’irradiation de nombreux produits supplémentaires : oignon, ail, échalote, légumes et fruits secs, flocons et germes de céréales pour produits laitiers, farine de riz, gomme arabique, volaille, cuisses de grenouilles congelées, sang séché et plasma, crevettes, ovalbumine, caséine et caséinates (additifs alimentaires).

    Il existe en France six unités d’irradiation agréées. Trois procèdent à l’irradiation par rayons gamma (cobalt 60). Elles sont situées à Marseille, Dagneux, et Sablé-sur-Sarthes. Les autres procèdent par électrons accélérés : Chaumesnil, Orsay (aujourd’hui fermée), Berric. L’entreprise Ionisos SA, détient quatre des six unités. Gammaster Provence SA et Radient Ouest gèrent les deux autres.

    Avec plus de 3 100 tonnes en 2005 et 2 139 en 2007, la France est le troisième pays de l’Union Européenne à traiter des aliments par irradiation derrière la Belgique et les Pays Bas, d’après les chiffres (en baisse) de l’Afssa et la Commission européenne

    S’ajoutent bien sûr les aliments irradiés importés des 34 Etats non membres de l’UE qui pratiquent l’irradiation. Parmi ceux qui ont autorisé l’irradiation d’un nombre élevé de produits, on peut citer l’Afrique du Sud, le Brésil, la Turquie, les USA, le Ghana, la Fédération de Russie, l’Inde, le Mexique et la Croatie6.

    Il y a environ 3 000 tonnes d’aliments irradiés en France8 . Le dernier rapport de l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) sur l’irradiation des aliments, en 2007, évoque l’innocuité de cette technologie nucléaire, ce que conteste le Collectif français contre l’irradiation des aliments.

    Aliments irradiés

    Quel volume d’aliments irradiés, et quels contrôles ?

    Au niveau européen, environ 40 000 tonnes d’aliments ont été irradiés en 2003, soit une multiplication par deux (20 000 tonnes environ pour 2002). Je n’ai pas trouvé de chiffres plus récents que ceux-ci.

    Dans l’hexagone, les quelques contrôles réalisés montrent une augmentation continue des produits irradiés commercialisés illégalement, jusqu’à 7 % en 2005 et 10 % en 2006.

    Surtout, le laxisme en matière de contrôle semble être la règle. En France, seuls 216 échantillons ont été contrôlés en 2006, avec un taux de fraude de 14,8 % ! En 2007, on passe à seulement 117 échantillons (taux de fraude : 5,13 %). Un très faible échantillonnage qui ne permet pas de juger de la situation correctement.
    L’Allemagne, qui irradie dix fois moins que la France, a prélevé de son côté 3 744 échantillons la même année… Ils ont révélé un taux de fraude de seulement 1,47 %. Le Collectif contre l’irradiation des aliments ne mâche pas ses mots envers nos gouvernements successifs : « On mesure, à cet écart, le professionnalisme de l’État français qui devrait plutôt s’inspirer de la rigueur germanique avant de délivrer des avis sous forme de « tranquillisants sanitaires » pour faire face à l’anxiété des consommateurs devant leur assiette. »

    assiette irradie

    Roland Desbordes rapporte ce cas :

    Dernièrement, nous avons pu repérer la mention « Pasteurisation à froid » sur certains jus de fruits vendus à la terrasse des cafés. Cette appellation (autorisée aux Etats-Unis) désigne clairement le traitement par « rayonnements ionisants » mais elle est illégale en France… Il s’agit visiblement d’une traduction de l’étiquette par des intermédiaires peu au courant de la législation. Le consommateur aurait dû lire « traité par rayonnements ionisants ». Nous avons alerté la DGCCRF (la répression des fraudes) à ce sujet, lors d’un entretien que nous avons eu avec eux début janvier. Cela n’avait même pas attiré leur attention et ils ont été totalement désarmés par notre interrogation !

    Le problème, c’est que « de façon générale, les contrôles au stade de la commercialisation sont incohérents, disparates, variant d’une année à l’autre et d’un pays à l’autre, et sans règles communes, ce qui rend une réelle évaluation quasiment impossible » selon le Collectif contre l’irradiation des aliments.
    La libre circulation des marchandises au sein de l’espace Shengen facilite évidemment les dérives. Conclusion, même si l’étiquetage est obligatoire, le consommateur a peu de moyens de savoir si un aliment a été irradié.

    Comment en sommes-nous arrivés là ?

    Selon internationalnews.fr, remarquablement renseigné sur le sujet, « c’est du côté du dogme de l’hygiénisme qu’il faut chercher l’alibi d’une telle pratique ».  Outre le ralentissement du mûrissement, l’arrêt de la germination, le transport longue distance et le stockage de longue durée facilités, bien sûr.

    L’hygiénisme, qu’est-ce que c’est ? Tout simplement la version extrémiste de l’hygiène, qui entend exterminer tout microbe, bactérie, virus ou champignon en oubliant qu’ils ne sont pas tous pathogènes, que certains peuvent être anodins voire même utiles… On nous vend l’ionisation comme une mesure supplémentaire pour nous protéger. Mais des aliments obtenus et transportés avec bon sens ne sont ni contaminés ni dangereux. Mieux, de simples mesures d’hygiène permettent d’éviter les intoxications : cuisson, choix d’aliments frais, respect des dates de consommation8

    Fraise nucléaire

    Les actions contre l’irradiation

    En 2005, le Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures (MDRGF) a manifesté devant des usines d’ionisation des aliments avant de donner une conférence sur ce problème14.

    La même année, la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD15 ) lance une campagne « Pas de radioactivité dans nos assiettes »16 assortie d’une pétition. Ils parviennent à se faire entendre au niveau européen17, retardant ainsi l’adoption de la nouvelle réglementation autorisant le commerce international des aliments dits « contaminés par des radionucléides artificiels ». Hélas, en 2006, toute la procédure est accélérée18 (la commission du Codex en saute même des étapes) est parvient à son terme l’année suivante.

    En 2007, le Collectif français contre l’irradiation des aliments interpelle quatre commissaires européens et quatre ministres français, en s’appuyant sur sa lecture critique du rapport de l’Afssa et sur des questions à la DGCCRF. Seul Michel Barnier, le ministre de l’Agriculture de l’époque, a répondu. Il n’a cependant apporté aucune réponse concrète.

    EN 2010, plus de 35 associations écologistes ont fait parvenir une lettre ouverte aux parlementaires européens, leur demandant de « réellement évaluer l’ensemble des risques liés à l’irradiation des aliments19 ».

    Et moi, je fais quoi ?

    Vous êtes contre l’irradiation des aliments ? Vous pouvez agir de plusieurs manières :

    Nucleaire non

    • En soutenant l’action de ces mouvements, collectifs, et associations qui luttent contre l’ionisation (liste non exhaustive) : Action Consommation – Adéquations – Agir Pour l’Environnement – Les Amis de la Terre – Association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs – Association pour l’Information sur la Dénaturation des Aliments et de la Santé (AIDAS) – ATTAC – Biocoop – Collectifs Bure-Stop – Confédération Paysanne – CRiiRAD – Ecoforum – Ekwo – Fédération Nature et Progrès – Food and Water Watch Europe – Mouvement pour les Droits et le Respect des Générations Futures (MDRGF) – RECit (Réseau des écoles de citoyens) – Réseau “Sortir du nucléaire”.
    • En évoquant ce problème, bien trop méconnu, autour de vous. La chance des entreprises qui ont recours à ces procédés douteux, c’est que le grand public n’en sait rien.
    • Et bien sûr en achetant des produits bio, autant que possible. Dépensez votre argent dans des ressources alimentaires respectueuses de la planète et de votre santé.

    Why-Organic-

    Avez-vous déjà acheté des abricots secs ? Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi ces derniers sont toujours aussi orange alors qu’ils sont supposés être… secs ? C’est, au choix, l’irradiation1 ou bien un traitement au soufre20 qui a permis à l’abricot de conserver sa couleur orangée, là où un abricot sec bio a viré au brun… et est resté délicieux.

    Abricots

    Pour en savoir plus :

     

    Un livre à lire : « Aliments irradiés. Atome, malbouffe et mondialisation « .
    Un ouvrage du Collectif français contre l’irradiation des aliments.

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • UN TRAITÉ JETÉ AU VENT "vivreaujourd'hui.com"

     
     
    13 Septembre 2014

     

    Lance ton pain sur les eaux car, avec le temps, tu le retrouveras. Partage ton bien avec sept autres ou même avec huit, car tu ne sais pas quel malheur peut arriver sur la terre. Ecclésiaste 11.1-2

    Une mère chrétienne avait un fils qui allait partir comme officier de l’armée anglaise aux Indes. Elle lui remit un paquet de tracts chrétiens qu’elle lui fit promettre de distribuer quand il serait arrivé à destination. Quelques mois plus tard, le fils retrouva ce paquet au fond de sa malle. Il se rappela sa promesse et se demanda comment la tenir. Le soir même, il se rendit sur la plage et lança tout le paquet au vent qui emporta ces tracts au loin.

    Pendant plusieurs années, il mena la vie joyeuse des officiers coloniaux. Le moment du congé arriva et, pendant la traversée, il s’adonna sans discontinuer à la boisson et aux jeux de cartes. Un seul officier ne se joignait pas à eux. Interrogé sur les raisons de sa singularité, il leur raconta qu’ayant fait au jeu des pertes considérables dépassant ses moyens, il décida de se suicider. Parti sur la plage, armé de son pistolet, il chercha un endroit désert pour mettre son projet à exécution. À ce moment, un morceau de papier poussé par le vent vint se coller contre sa jambe. Il le ramassa et le lut. Ce fut le moyen de sa conversion à Jésus-Christ.

    L’officier qui avait fait sa singulière “distribution” de tracts s’enquit de la date où cela s’était passé : c’était bien le soir où il avait lancé ses traités au vent. Il en fut bouleversé. Et lui, l’“évangéliste” occasionnel, fut amené, par celui qui s’était converti par son moyen, à abandonner sa propre vie entre les mains de Dieu.

    Alfred K.

     
     
    Livre du prophète Jonas 3 : "1 Une deuxième fois, le Seigneur dit à Jonas : 2 « Debout ! Va à Ninive , la grande ville. Annonce-lui le message que je te donne. » 3 Alors Jonas se lève. Il part, mais cette fois, il va à Ninive, comme le Seigneur l’a demandé. Ninive est une ville extraordinairement grande. Il faut trois jours pour la traverser. 4 Jonas entre dans la ville, il marche pendant un jour entier. Il annonce aux gens : « Dans quarante jours, Ninive sera détruite ! » 5 Aussitôt, les gens de Ninive croient à la parole de Dieu. Ils décident de ne rien manger. Tous mettent des habits de deuil, les riches comme les pauvres. 6 Le roi de Ninive apprend la nouvelle. Il se lève de son siège. Il enlève son habit royal, il met un habit de deuil, et s’assoit sur de la cendre. 7 Puis le roi et ses ministres donnent cet ordre : « Criez dans la ville ces paroles : “Il est interdit aux habitants et aux bêtes, bœufs, moutons et chèvres, de manger et de boire  ! 8 Tout le monde doit mettre des habits de deuil, les gens et les bêtes ! Chacun doit crier vers Dieu de toutes ses forces. Chacun doit abandonner sa mauvaise conduite et arrêter les actions violentes qu’il fait ! 9 Qui sait ? Dieu changera peut-être d’avis. Il abandonnera sa colère contre nous, et nous ne mourrons pas.” »
     10 Dieu voit leurs efforts pour abandonner leur mauvaise conduite. Il change d’avis. Il regrette le mal qu’il voulait leur faire, et il ne le fait pas."
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • SEULE LA PUISSANCE DU BIEN EXISTE !

     

    SEULE LA PUISSANCE DU BIEN EXISTE !

    «Ne te laisse pas vaincre par le mal, mais triomphe du mal par le bien» Rom 12.21

     

    Dans la Guérison par l’esprit, Stefan Zweig, raconte l’histoire de Phinéas Quimby, ancien horloger, fils d’un pauvre forgeron, qui accomplit des miracles à Belfast, dans le Maine, puis dans toute l’Amérique, en appliquant une méthode de guérison qui ne s’appuie ni sur le massage, les drogues, le magnétisme ou autre… D’abord formé à l’hypnose pour des consultations de clairvoyance sur des questions privées, il décide de rechercher les maux dont les personnes souffrent, sans qu’ils les signalent eux-mêmes, par cette même technique et de leur donner des indications sur les remèdes qui leur conviendraient. Les gens accourent de partout pour entendre les diagnostics et les traitements proposés. Et cela fonctionne. Dr Quimby qui n’est pas un charlatan, est de plus en plus interpellé et entant que chercheur sincère, Il découvre petit à petit, au fil de ses expériences, que bon nombre de nos maladies viennent de notre imagination et que la meilleure façon d’écarter le mal est de détruire la croyance en sa maladie. Il décide alors d’arrêter de combattre le mal par des remèdes et persuade le patient qu’il n’est pas malade. Voilà ce qu’il dit concernant sa méthode dans un imprimé de presse paru sur lui à l’époque « Etant donné que ma pratique est différente de toute autres pratiques médicales, j’appuie sur ce fait que je ne donne pas de drogues ni prescris aucun traitement externe, je m’assois simplement auprès du malade et lui explique ce que je pense de sa maladie ; Cette explication en elle-même représente la cure. Si je réussis à modifier l’idée erronée, je modifie également le fluide dans son corps et je rétablis la Vérité. Ma cure est la Vérité. »

    Certains le traitent de naïf, d’illuminé religieux. Mais lui se réfère à Jésus, le plus grand guérisseur de l’âme et du corps. C’est une pédagogie d’affirmer l’inexistence de la puissance du mal.

    Il en est de même de nous tous, durant des générations, des siècles, nous nous sommes habitués à vivre avec la croyance en deux puissances, presque aussi puissante l’une que l’autre, quoique théoriquement l’une domine l’autre : Le bien et le mal. Cette croyance a imprégné notre éducation, notre système religieux, nos pratiques, nos habitudes, nos actions, de même que de nombreuses situations co-latérales comme la prospérité, la santé, la beauté qui viendraient du Bien, tandis que la pauvreté, la maladie, la laideur, les problèmes proviendraient du mal !

    Depuis quand le mal a retrouvé sa puissance alors que Jésus l’a vaincu une fois pour toute ? Il est clair que le mal existe, mais il n’a aucune puissance. La seule qui en est une c’est le Bien ! « Pourquoi le Fils de Dieu est-il venu ? Il est venu pour détruire les actions de l’esprit du mal » 1 Jn 3.8b. Tenons-le pour dit et acté une fois pour toute, seule la puissance de Dieu existe et agit réellement. Le reste n’est qu’illusion.

    Le mal ne triomphera pas devant le bien. Sachez-le et proclamez-le devant le mal auquel vous faites face. Quelque soit sa gravité ou sa durée, ce mal vous ne devez pas le subir mais le réprimer.

    Lorsqu’une situation qui n’est pas pour notre joie, notre bonheur nous arrive, raisonnons rapidement spirituellement ! Car tout est spirituel. Nous sommes victime à ce moment de nos croyances fausses qui créent nos craintes sans fondement. Notre mental est tellement tordu, que nous croyons que cette puissance qui nous veut du mal et qui crée notre problème, est plus forte que l’Esprit de Vie, de santé, de prospérité, de Dieu ! Or Dieu ne peut être malade, frustré, pauvre, malheureux et craintif !

    La base de toute guérison, de toute abondance, de tout renversement de situation et de vents contraires à notre bonheur, notre joie, liberté et réussite dès maintenant, c’est un changement de la croyance !

    Il suffit de se raisonner et de réfléchir quelques instants : Dieu m’a créé et par conséquent, il ne peut vouloir mon malheur, ma pauvreté, ma tristesse, ma maladie, mon mal-être, il connaît le cadre dans lequel il m’a placé. Et si je ressens un quelconque mal-être, il est capable de transformer ce ressenti, cette situation, car il me connaît mieux que quiconque, « Il sait de quoi je suis formé ».

    Au lieu de s’attacher aux idées, images, prototypes de pensées maladives, maléfiques, quoiqu’elles foisonnent sur nos petits écrans comme un naturel qui côtoie ou rivalise avec le bien, continuons et habituons-nous à rassembler tous les prototypes, les témoignages, les pensées, les déclarations de la Puissance de la Présence de Dieu dans chacune des expériences que nous vivons. C’est la seule manière de libérer et dénouer, par la foi et la connaissance spirituelle, chacune de ces situations. Car la Puissance du Bien, qui est DIEU, n’a pas d’homologue, de comparatif, de concurrent. Il EST ! C’est tout !

    « Pour triompher, le mal n’a besoin que de l’inaction des gens de bien. » dit le philosophe irlandais du XVIIIè s, Edmund Burke

    C’est notre croyance qui accorde un quelconque crédit et puissance au mal ! Si à chaque situation, notre déclaration se tourne résolument vers le Bien, et que nous apportons un témoignage mental et spirituel écrasant, puisque n’y a qu’UNE Puissance, nous déclarons ainsi une Vérité fondamentale qui procure vie, libération, prospérité, santé, parce que seuls ces résultats sont vrais !

    Apprenez à voir, ressentir, dire, écoutez le BIEN, Lui seul est VRAI et PUISSANT !

    Cvfg

    SEULE LA PUISSANCE DU BIEN EXISTE !

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • RETROUVAILLES INATTENDUES... "vivreaujourd'hui.com"

     

     
     
    12 Septembre 2014
     

     

    C’est lui qui te délivre… Il t’abrite de son aile.
    Psaume 91.3-4

    Sankey, célèbre chanteur de l’Évangile du 19ème siècle, était l’un des passagers d’un vapeur sur le fleuve Potomac (USA). Sollicité parune dame assise sur le pont en compagnie d’autres voyageurs de bien vouloir leur chanter “quelque chose”, il acquiesça, tout en objectant qu’il ne chantait que des cantiques.

    – Qu’importe ! »

    Sa pure et puissante voix résonnait dans un grand silence : « Jésus, ami de mon âme, je me réfugie en toi… »

    Soudain, accourant de l’autre bout du bateau, un homme se précipita vers Sankey, l’interrompit :

    – Avez-vous servi dans l’armée du Nord ?

    – Oui.

    – Dans quel régiment ?

    – Mais pourquoi ?

    Et de lui expliquer que, lors de la guerre de Sécession il était, lui, soldat chez les Sudistes. Une certaine nuit de pleine lune, en mai 1862, il avait mis en joue un jeune homme, un ennemi. Il était sûr de ne pas le rater… Quand soudain ce jeune homme se mit à chanter d’une très belle voix.

    – Laissons-le vivre encore un peu ! me dis-je. J’entends distinctement les paroles chantées : « Je n’ai pas d’autre défense que de m’abriter en toi ». Bouleversé, je reconnais le cantique favori de ma mère, comme si elle était à mes côtés, m’empêchant de tirer sur cet ennemi.

    – Ce soir, Monsieur, je reconnais votre voix et je revois ma pauvre maman.

    Profondément émus, Sankey et l’étranger s’embrassèrent en pleurant.

     

    Résumé et adapté par Charles Rick
    1 D’après « Ainsi sont nés nos cantiques », de J. ISELY, Ed. Reconnaissance

    RETROUVAILLES INATTENDUES...

     
     Psaume 124. 2-8 : "2 Des gens nous ont attaqués, et sans le Seigneur qui nous a défendus...  Oui, Israël, répète-le encore !  Sans le Seigneur qui nous a défendus, 3 nos ennemis brûlants de colère nous avalaient tout vivants. 4 L’eau nous noyait complètement, un torrent nous entraînait, 5 et l’eau bouillonnante passait sur nous. 6 Merci au Seigneur ! Il ne nous a pas laissés comme une bête entre leurs dents. 7 Mais comme un oiseau, nous avons pu nous sauver du filet des chasseurs, le filet s’est déchiré, nous nous sommes sauvés. 8 Notre secours, c’est le Seigneur lui-même, qui a fait le ciel et la terre." 

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA PAROLE EST PLUS PUISSANTE QUE LA PENSÉE

     

    LA PAROLE EST PLUS PUISSANTE QUE LA PENSÉE

    « La langue est un petit membre, et elle se vante de grandes choses. Voyez, comme un petit feu peut embraser une grande forêt! La langue aussi est un feu » Jacques 3. 5-6.

    Un philosophe grec a un jour demandé à son serviteur Esope qui n’était pas moins philosophe que lui (il est d’ailleurs connu pour ses fables), de lui préparer le meilleur des repas.

    Et Esope lui a servi une langue en disant: Avec la langue on peut rendre heureux, on peut adoucir la douleur, soulager le désespoir, relever les abattus, inspirer les découragés, aider son semblable. Alors son maître lui a dit: Eh bien, sers -moi la plus mauvaise des choses, et il lui a derechef servi une autre langue en disant: Avec la langue on peut maudire et briser le cœur, on peut détruire des réputations, amener la discorde, la guerre au sein des familles, des communautés et des nations.

    La race humaine dispose donc d’un privilège incroyable qui lui confère alors une autorité et une responsabilité incroyables !

    Si l’on a bien compris que Dieu nous tient responsable de tout ce qui sort de notre bouche, cela veut dire que nous avons la possibilité de faire le choix des mots. Mais plus encore si les mots ne sont que les reflets de nos pensées, il est plus judicieux encore de faire le choix des mots qui vont sauver, guérir, réussir, bénir, faire du bien, donc des mots positifs plutôt que l’inverse.

    Pourquoi ? Simplement parce que formuler des mots façonne nos décisions et notre engagement à les accomplir, les réaliser, les matérialiser. La pensée est créatrice, la Parole encore plus ! Car une pensée d’intention est déjà bien, mais la Parole d’intention formulée est une déclaration de ce que vous voulez faire.

    Plus encore, de même que les pensées, paroles et actions des autres peuvent vous influencer, gâcher votre journée, si vous les laissez faire ou au contraire dynamiser, « énergiser » votre personne toute entière. De même, vos pensées, paroles et actions font le même chemin chez les autres, votre entourage, votre atmosphère et votre vie. Mais plus encore, formuler de manière audible vos pensées positives et créatrices, crée et intensifie l’émotion créée par vos pensées, comme des prophéties, des actions arrêtées.

    La mort et la vie sont au pouvoir de la langue; Quiconque l'aime en mangera les fruits. Prov 18.21

    Avez-vous remarqué que lorsque qu’une personne décide de quelque chose qu’elle a mûrie, puisqu’elle l’exprime avec assurance et joie, rien ne peut l’arrêter !

    Rappelez-vous que par Sa Parole puissante, Dieu créa le monde. Par sa Parole puissante il guérit à distance.

    Ésaïe 55:10 Comme la pluie et la neige descendent des cieux, Et n'y retournent pas Sans avoir arrosé, fécondé la terre, et fait germer les plantes, Sans avoir donné de la semence au semeur Et du pain à celui qui mange, 11 Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche: Elle ne retourne point à moi sans effet, Sans avoir exécuté ma volonté Et accompli mes desseins.

    Il nous a donné la même puissance verbale. Comme un feu !

    Le feu est un phénomène qui produit de la lumière, de la chaleur er de l’énergie.

    Commencez à décréter à haute voix des choses sur votre vie, celle de vos enfants, de votre famille, votre entourage, vos amis et vous serez surpris de la joie, du bonheur et de l’intensité qui vous remplissent, vous comblent du matin au soir, vous envahissent à la rapidité d’un incendie, vous consument et vous modèlent comme vous le voulez, un peu comme l’aliment en pleine cuisson ou la préparation d’un plat cuisiné avec amour et saveur. Finis, les critiques intempestives, les racontars, les médisances, le parler dans le vide, le négatif, les plaintes, les remords, les menaces, les injures, il y a mieux à faire ! Mieux à créer ! Mieux à contempler et vivre !

    cvfg

    LA PAROLE EST PLUS PUISSANTE QUE LA PENSÉE

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • DANS LA MAIN DE DIEU "vivreaujourd'hui.com"
     
     
     
     
    11 Septembre 2014
     

    Mais en toi je me confie, ô Éternel ! Je dis : Tu es mon Dieu ! Mes destinées sont dans ta main. Psaume 31.14-15

    En septembre 1992, un airbus pakistanais s’écrasait au Népal alors qu’il s’approchait de la capitale. Les 166 passagers perdirent la vie.

    À Frankfort, un avion, qui devait transborder treize passagers sur cet airbus, avait été retardé. Il est arrivé à l’aéroport de Katmandou (Népal) quatre heures après l’accident de l’airbus. Après coup, un étudiant de 32 ans disait : « Nous avions maudit ce retard de notre appareil. Cela signifiait une perte de temps de deux jours. Je n’ai jamais cru au destin, mais il a sauvé nos vies. » Un homme d’affaires japonais s’était fait enregistrer sur le vol de l’airbus, mais il a été interdit d’accès car ses papiers n’étaient pas en règle. Était-ce le destin ?

    Les chrétiens sont convaincus qu’une destinée aveugle n’existe pas. Dieu lui-même, le Créateur, a le contrôle sur notre vie. Nos temps, notre bien-être – tout – est entre Ses mains. Il a le pouvoir sur la vie comme sur la mort.

    La plupart d’entre-nous n’ont-ils pas échappés, à un moment ou à un autre, miraculeusement à un accident ou n’ont-ils pas été confrontés à la mort pendant quelques secondes ? Spontanément, on s’est peut-être écrié : « Merci mon Dieu. » Et, pour la première fois, rendu compte qu’une puissance supérieure était à l’œuvre dans nos vies.

    Lorsque Dieu intervient d’une manière aussi remarquable, son désir n’est pas simplement de susciter notre « Merci », mais de nous amener à placer toute notre confiance en Lui.

    Samuël G.

    DANS LA MAIN DE DIEU

     
     
    Psaume 31 : "2 Le Seigneur est mon abri, que je ne sois jamais couvert de honte ! Tu es fidèle, délivre-moi ! 3 Tends l’oreille vers moi, viens vite à mon secours ! Sois pour moi le solide rocher qui m’abrite, l’endroit sûr qui peut me sauver. 4 Oui, mon rocher, c’est toi, et tu me protèges avec puissance. Guide-moi et conduis-moi pour montrer ta gloire. 5 Fais-moi sortir du piège qu’ils m’ont tendu, car toi, tu me protèges avec puissance ! 6 Je remets ma vie dans tes mains. Tu m’as libéré, Seigneur, toi le Dieu fidèle. 7 Je déteste ceux qui adorent les faux dieux, moi, j’ai confiance dans le Seigneur. 8 Je danse de joie à cause de ton amour, car tu as vu mon malheur, tu as compris ma grande souffrance. 9 Tu ne m’as pas livré aux mains de l’ennemi, tu m’as remis debout, tu m’as rendu la liberté. 10  Seigneur, pitié pour moi ! J’étouffe ! Mes yeux sont brûlés par le chagrin, je suis complètement épuisé. 11 Je passe ma vie à souffrir et mes années à gémir. Mes péchés m’enlèvent toute énergie, et mes forces m’abandonnent. 12 Tous mes ennemis, et surtout mes voisins, me lancent des insultes. Ceux qui me connaissent ont peur de moi. S’ils me voient dans la rue, ils s’enfuient. 13 Je suis comme un mort qu’on oublie, je ressemble à un plat cassé. 14 J’entends les mensonges que beaucoup disent sur moi. La peur est partout.
    Tous ensemble, ils se mettent d’accord contre moi, ils ont l’intention de me faire mourir. 15 Mais moi, j’ai confiance en toi, Seigneur. Je dis : « Mon Dieu, c’est toi. » 16 Mes jours sont dans tes mains, délivre-moi de mes ennemis, de ceux qui me poursuivent ! 17 Je suis ton serviteur, fais briller sur moi ton visage, sauve-moi par ton amour ! 18  Seigneur, quand je fais appel à toi, ne me laisse pas couvert de honte, mais remplis de honte les gens mauvais ! Qu’ils se taisent pour toujours dans le monde des morts ! 19 Ferme la bouche de ces menteurs ! Oui, ils parlent sans respect, avec orgueil et mépris, contre celui qui t’obéit. 20  Seigneur, ils sont grands, les bienfaits que tu réserves à ceux qui te respectent ! Devant tout le monde, tu les offres à ceux qui se réfugient en toi. 21 Eux, tu les caches à l’abri de ton visage, loin des attaques des gens,
    tu les protèges contre les paroles méchantes. 22 Merci au Seigneur ! J’étais comme une ville attaquée, mais son amour a fait pour moi des actions étonnantes. 23 J’étais désespéré et je pensais : « Tu m’as chassé loin de tes yeux. » Mais tu m’as entendu quand je t’ai supplié, quand j’ai crié vers toi. 24 Aimez le Seigneur, vous tous, ses amis fidèles. Le Seigneur protège ceux qui croient en lui, mais il punit durement les orgueilleux. 25 Soyez forts, reprenez courage, vous tous qui comptez sur le Seigneur !"
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • VIVRE EN PERMANENCE DANS LA RECONNAISSANCE

     

    VIVRE EN PERMANENCE DANS LA RECONNAISSANCE

    Ephésiens 5.20 « Rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ. »

    Dire merci quand tout va bien, tout nous plaît, tout est parfait, est plutôt facile et agréable, n’est-ce pas ? Pourtant dire merci quand vous grincez des dents, vous souffrez, vous avez subi et ressassez les blessures dont vous avez été l’objet, reste dès plus compliqué. Vous êtes après tout la victime pas le bourreau ! Et si vous y parvenez finalement c’est parfois après une explication bien musclée, au préalable. Cela vous dit quelque chose ? Moi si…

    D’autres textes bibliques disent :

    I Thessaloniciens 5.18 (SEG) : « Rendez grâces en toutes choses, car c'est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. »

    Psaume 103. 2 (SEG) : « Mon âme, bénis l'Éternel, et n'oublie aucun de Ses bienfaits ! »

    Pourquoi la Bible insiste t-elle autant sur la reconnaissance, la gratitude à tous moments et à toutes épreuves ? Dans la joie comme dans la tristesse ? Ne peut-elle pas comprendre que dans certaines situations la louange et le remerciement ne peuvent s’exprimer, car c’est trop dur !!!! Dieu peut le comprendre, il nous connaît et sait par quoi nous passons !

    Le terme « rendre grâce » signifie bien « Remercier et avoir de la Reconnaissance » mais plus encore faire une « Confession de gratitude ». Cela veut dire s’exprimer à haute voix, exprimer par des chants, des mots, des psaumes, des prières, le « Merci » qui a du mal à sortir lorsque notre compte en banque est à découvert, face à la maladie, quand je perds l’être aimé, quand nos enfants se rebellent, quand nos amis nous abandonnent, quand nos dettes s’accumulent, quand je perds mon travail, quand je suis épuisé(e), quand mes projets mettent du temps à se réaliser, Quand je ne peux tenir mes engagements, et on pourrait compléter ainsi une liste interminable…. Pourquoi alors et comment faire ?

    Une première piste de réponse serait que lorsque l’on se détourne de ses problèmes visibles, matériels, apparents, physiques, pour se tourner résolument, consciemment et volontairement vers Dieu, en le remerciant de ce par quoi nous passons, quel qu’en soit l’échelle ou le degré de joie ou de souffrance, nous reconnaissons d’abord qu’il ne peut être l’auteur de nos souffrances, mais peut l’être de notre bonheur. Qu’il peut transformer la situation de par sa force créatrice qui demeure depuis la nuit des temps et régit l’Univers.

    Un bref exemple nous illustre l’attitude que nous devrions conserver. Vous promettez un camion rouge à votre petit garçon. Il ne l’a pas encore reçu mais vous fait déjà un câlin, vous remercie, en parle à bâton rompu, fait des plans de jeux avec son camion, prévoit même son emplacement. Sans même s’être soucié de la date, de l’heure, du magasin, du prix, de vous donnez les détails de celui-ci. Il joue par l’esprit avec son camion rouge, comme s’il l’avait déjà en main et la joie l’inonde. Quand il l’obtient, il est exactement comme il le désirait. Quand après quelques jours, son camion perd sa première roue, qu’une porte s’est arrachée et qu’il se désole et boude de son grand malheur, ne le prenez-vous pas dans les bras, lui promettant de le réparer, de lui en racheter un autre. Le rassurant de votre amour et de votre protection, même si son camion rouge est brisé ! Du coup il nous croit.

    Son attitude change radicalement. Il reprend son jeu. Court à nouveau dans tous les sens. Comme si son camion rouge était encore tout neuf… C’est ce que nous apprenons à nos enfants…C’est aussi que qu’adulte nous avons du mal à appliquer. Les réalités sont différentes, les échelles aussi, mais rappelons-nous que la FOI EN DIEU, doit dominer nos situations, au point de faire confiance à son intégrité, sa fidélité, son amour absolu et inconditionnel qui sont une LOI, pas un sentiment, une promesse ! Une LOI, aussi forte, immuable et intangible que la LOI de l’apesanteur, la loi de la l’attraction etc.

    Faîtes cet exercice de remerciement à Dieu en toutes circonstances, favorables ou non, et noter ce qui arrive, « tout concoure à votre bien ». Et cette Loi ne se fait pas attendre, elle s’applique concrètement, instantanément. Seuls nous, retardons son accomplissement car nous émettons immédiatement critiques, penser contradictoire, opposé, négatif et destructeur, plus facilement que de reconnaissance, de joie, de paix et d’abondance.

    La deuxième piste de réponse à ce conseil biblique, c’est que la louange, la gratitude, la reconnaissance nous maintiennent dans la paix, la joie et le positif toute la journée. Testez la chose, vous verrez ! Vous serez surpris de constater la force d’apaisement de ce simple fait de dire « Merci Seigneur », « Merci Père ». Ces simples mots nous permettent de relativiser, de rechercher ce qu’il y a de positif dans ce qui m’arrive et de retourner des situations dès plus dramatiques.

    Par cet exercice permanent, réalisé aussi souvent que cela est nécessaire, nous élevons notre esprit et notre cœur. Nous maintenons une attitude de reconnaissance qui reconditionne notre esprit, mais aussi les circonstances et nous connecte au divin, qui veille et prend soin de nous en permanence !

    La troisième piste, consiste à reconnaître que nous exigeons de la reconnaissance des autres pour nos actes physiques et visibles à leur égard, mais sommes peu enclins à compter et apprécier les bienfaits minutieux et au quotidien dont nous sommes l’objet. Cette pédagogie de la reconnaissance est une manière de nous faire apprécier chaque instant de la vie, l’instant présent et à nous en rappeler l’Auteur !

    L’action de grâce, la reconnaissance et la gratitude sont l’une des plus grandes pédagogies ou techniques qui accompagnent le développement de notre FOi.

    cvfg

    VIVRE EN PERMANENCE DANS LA RECONNAISSANCE

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    10 sept- Journée Mondiale de prévention du suicide

     

    Journée Mondiale de prévention du suicide 1 personne se suicide toutes les 40 secondes

     

     

        

    La Journée mondiale de prévention du suicide attire l'attention sur le nombre estimatif d'un million de vies perdues par an à cause du suicide.

    Le journal le Monde a fait paraître le 8 sept 2014, une mise à jour des chiffres sur le suicide dans le monde : « 804 000 personnes se suicident chaque année dans le monde, selon le dernier rapport de l'Organisation mondiale de la santé basé sur l'année 2012, soit une personne toutes les 40 secondes. Le suicide fait davantage de victimes que la guerre ou les catastrophes naturelles et concerne le monde entier, avec toutefois de fortes disparités.

    Si le taux mondial se situe 11,4 suicides pour 100 000 personnes, l'Asie du sud- est est la rgion la plus durement touche, avec un taux de 17,7. Le taux est lgrement plus levdans les pays riches (12,7) que dans les pays revenu faible et intermdiaire (11,2).

    •   Pays le plus touché : le Guyana, avec un taux de 44,2

    •   Pays le moins touché : l'Arabie Saoudite, avec un taux de 0,4 »

      Environ 220 000 tentatives de suicide sont prises en charge par les urgences hospitalières.

      Véritable problème de santé publique, la France bat un triste record. Le 28 juillet 2014 le gouvernement français rapporte les chiffres suivants :

    1 personne se suicide toutes les 40 secondes

    •   plus de 22 % des suicides concernent les 45-54 ans,

    •   plus de 17 % des suicides concernent les 35-44 ans ,

    •   plus de 17 % des suicides concernent les 55-64 ans.

      Le suicide est la 1ère cause de mortalité des 25-34 ans (20 % du total des décès dans cette tranche d’âge) et la 2ème cause (après les accidents de la circulation) chez les 15-24 ans (16,3 % du total des décès).

      Le taux de suicide chez les personnes âgées reste élevé : 28 % des suicides ont concerné des personnes âgées de plus de 65 ans.

      la France se situe dans le groupe des pays européens à taux élevés de suicide (après la Finlande, la Belgique et les pays de l’Est) avec un niveau nettement supérieur à la moyenne européenne, qui s’établit à 10,2 suicides pour 100 000 habitants.

      Pour les risques suicidaires au travail, le secteur de la santé et de l’action sociale, et celui des transports et communications semblaient être plus particulièrement concernés.

    Qui n’a pas un jour ou l’autre eu des pensées suicidaires ? Cependant, quand le suicide d’un proche intervient dans notre vie, nous ne cessons de nous poser les mêmes questions : Cela aurait-il pu être évité ? Comment n’ais-je rien vu ? Qu’aurais pu faire pour l’aider ?

    Culpabilité et colère nous assaillent tout à tour ! C’est un deuil pas comme les autres, de par la brutalité du choix de l’individu, des circonstances qui l’entourent et de la trahison, quelque part de l’être aimé, selon notre analyse.

    Honte et culpabilité, peuvent aussi tétaniser l’histoire familiale pendant des années, voire engendrer d’autres tentatives de suicide comme une fatalité.

    « La différence de l’autre m’échappe bien souvent »

    Je ne peux expliquer le geste de l’autre. Mais je peux parler des émotions que ce geste, ce choix, suscitent en moi. Je peux et dois en

    parler pour démystifier la situation et éviter le silence du repli sur soi. Prévenir le suicide est une action à laquelle nous devrions tous adhérer.

    Les thérapeutes insistent sur le fait qu’une personne suicidaire a changé. Alors qu’elle était vive ou dynamique, elle devient terne, repliée sur elle-même. Certains diront que la clé pour prévenir le suicide est le DIALOGUE. « Il y a trois stades dans la crise suicidaire : l’idée suicidaire (je pense le faire), l’intention (je vais le faire) et la programmation (où, quand, comment et avec quoi). La véritable urgence, c’est lorsque la personne a déterminé le quand et que celui-ci se situe dans les 48 heures. Chez cette personne, il y a alors souvent une amélioration paradoxale : elle sait que sa souffrance va enfin s’arrêter dans quelques heures ou jours. La seule façon de savoir quand ça va avoir lieu, c’est donc de demander. Les certitudes ne peuvent venir qu’en dialoguant avec la personne. Et le plus tôt sera le mieux. Il n’y a aucun autre moyen de prévention. » Explique Jean-Louis terra est psychiatre, professeur de psychiatrie à l'université Lyon 1 et chef de service de psychiatrie de secteur au centre hospitalier Le Vinatier, à Lyon dans un article de Marjorie Lenhardt sur « La clef pour prévenir le suicide c’est le dialogue » (Psychologies.com).

    Un moyen de mettre des mots sur la souffrance. Loin de banaliser ce qui est partagé. Dédramatiser le sentiment profond de cette personne. Rassurer, Emettre notre avis, sont autant d’attitudes à éviter à tout prix. Car moraliser la situation ou encore la spiritualiser sont des attitudes qui risquent de créer l’effet opposé au but recherché.

    Je crois qu’avoir l’accompagnement d’un professionnel, voire se former à un tel accompagnement est nécessaire, voire obligatoire pour éviter les récidives et les drames.

    • -  Savoir, repérer une situation

    • -  Savoir aborder les personnes en souffrance et en crise

    • -  Evaluer l’urgence de la situation ou pas

    • -  Intervenir, alerter et orienter

      Rappelez-vous ! Le geste du suicide est un choix. Pas le choix de nourrir. Au contraire, mais celui de faire cesser, taire, une situation de souffrance.

      C’est un acte de surcroît plutôt courageux ! Dans le sens qu’ils sont nombreux ceux d’entre nous, qui vivent des souffrances atroces sans jamais passer à l’acte utlime

    Soit parce qu’ils sont pris en charge à temps, soit parce qu’ils ont un sursaut de lucidité et d’éclairage vers la solution, soit qu’ils sont habités par un espoir quelconque. Les personnes qui décident de façon ferme de passer à l’acte y voient la Seule Solution, même si ce n’est que leur croyance ou réalité !

    Nous avons tous un rôle à jouer...

    Même s’il est nécessaire de prendre très au sérieux l’accompagnement des personnes suicidaires, nous avons tous un rôle à jouer !

    De nombreux intervenants ont fait remarquer qu’une intervention, même minime soi-elle en apparence, qui allège la souffrance de quelqu’un, même pour un moment, peut changer la donne et influer sur le cours du processus du suicide. Parce que jusqu’à la dernière limite le suicidaire espère une nouvelle chance, une main tendue, une solution miraculeuse, une réponse à son appel. Il ne s’agit pas de jouer au sauveteur, mais d’offrir une oreille, un cœur attentif à la souffrance de l’autre, parce que notre destinée ne serait-elle pas d’être heureux et de vivre éternellement !

    Serions-nous donc cette oreille ou ce cœur ?

    cvfg

    Journée Mondiale de prévention du suicide

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • VIS ENFIN TOUTE LA DIMENSION DE TA FOI

     

    VIS ENFIN TOUTE LA DIMENSION DE TA FOI

    « Et qu’est-ce que la foi ? C’est une ferme confiance dans la réalisation de qu’on espère, c’est une manière de le posséder déjà par avance. Croire, c’est être absolument certain de la réalité de ce qu’on ne voit pas »

    La foi est une ferme assurance des choses qu'on espère, une démonstration de celles qu'on ne voit pas. (Version Louis Segond, révisée en 1975) Avoir la foi, c'est être sûr de ce que l'on espère, c'est être convaincu de la réalité de ce que l'on ne voit pas. (La Bible en français courant, 1986) La foi est la garantie des biens que l'on espère, la preuve des réalités qu'on ne voit pas. (La Bible de Jérusalem, 1973) La foi est la ferme assurance, la conviction, la garantie, le fondement, la réalisation, la "substantialisation", des chose que l'on espère. Elle est la preuve, la démonstration, la certitude, l'absolue conviction des réalités invisibles, un moyen de les connaître, de percevoir ce qui n'est pas révélé à nos sens. (Annotation de la traduction d'Alfred Kuen, "Parole Vivante", 1976)

    Notre vie ici-bas est une histoire de FOI. Foi en la vie, foi en les autres, foi en l’amitié, foi sociale, foi dans nos dirigeants…Plus ou moins bien ou mal vécue…

    Je crois que ce qui nous empêche souvent d’obtenir ce que nous demandons, espérons et désirons, c’est le manque de foi dans l’accomplissement ou l’accroissement, voire en celui qui nous le promet.

    Dès que je désespère, me soucie, me tracasse, m’inquiète, je nie en réalité la puissance de Dieu qui fera croître, prospérer d’abord dans mon esprit, ensuite dans la réalité.

    Le doute et la crainte, sont mes pires ennemis. Ils sont toujours là pour faire opposition. Il faut vite reconnaître cet état de fait et réagir, changer la donne.

    Parce que si nous nous y complaisons, ces deux ennemis, vont neutraliser, annihiler et détruire notre foi, notre croyance, notre désir premier. Il suffit de pas grand-chose, une graine de doute et de peur pour obtenir le contraire de ce pour quoi nous prions depuis tant d’années.

    Dans la Bible, il nous est demandé de ressentir le plaisir, la joie, la satisfaction dans la contemplation de la réalisation certaine de ce que nous désirons et croyons.

    Est-ce si difficile de rêver encore aujourd’hui ? De croire en nos rêves, en ce que Dieu nous demande de faire ? Simplement à sa Parole ! Pourtant nous connaissons la Puissance de celle-ci ! Les temps d’Abraham, d’Anne, de Marie, d’Elie, ont-ils changé ?

    Le mot « foi », dans la Bible, est l'un des mots utilisés pour décrire l'attitude de l'homme devant Dieu. Il est traduit par le latin fides et le grec pistis qui ont le sens premier de « confiance », et ne sont donc pas des mots du vocabulaire religieux. Ces mots sont eux-

    mêmes la traduction de termes hébreux qui dérivent de la même racine aman, un radical qui évoque la solidité, la fermeté. En Israël, le croyant n'est pas celui qui croit que Dieu existe, mais qui croit EN Dieu et en qui Dieu croit. Cette réalité est encore d’actualité et est la base de tout notre bonheur, toute notre réussite dans notre destinée. Esther et Jerry Hicks déclarent dans leur livre le « Vortex, la Loi de l’attraction pour améliorer vos relations » p.23 ceci : « Aucune relation n’est plus importante à établir que celle qui vous relie vous, dans votre corps physique, ici et maintenant, à l’Ame (Source) Dieu, dont vous émanez. Si vous vous préoccupez d’abord et avant tout de cette relation, alors _ et alors seulement_ vous disposerez d’une base stable pour nouer d’autres relations. Toutes vos relations – que ce soit celle que vous entretenez avec votre corps, ou avec votre argent, avec vos parents, vos enfants, vos petits-enfants, vos collègues, votre gouvernement, votre monde – vont s’aligner rapidement et aisément sitôt que vous vous occuperez prioritairement de cette relation primaire et fondamentale. »

    Nous comprenons que cette foi ne vient pas de nous, mais de la Source. « C'est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c'est le don de Dieu. » Eph.2.8.

    Alors si nous voulons vivre dans toute la dimension de cette Foi qui renverse les Montagnes et accomplit la Parole de bonheur de Dieu à notre égard, il suffit de la demander, la cultiver et la faire fonctionner.

    Vis ta FOI !

    Cvfg

    VIS ENFIN TOUTE LA DIMENSION DE TA FOI

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • DIEU PEUT NOUS ÉTONNER "vivreaujourd'hui.com"

     
    10 Septembre 2014
     

    Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu.
    Romains 8.28

    Face à une situation où tout semble aller de travers, je me suis souvent demandé comment Dieu allait s’y prendre pour réaliser cette affirmation de Romains 8. Si j’aime Dieu, le Seigneur, je ne douterai jamais de son amour, quoi qu’il arrive. Ce contretemps doit être pour moi l’occasion de prier et de crier à Lui, de mettre Dieu à l’épreuve.

    J’ai pu, à plusieurs reprises, rendre grâce à Dieu pour ses interventions dans ma vie. Un seul exemple : durant la guerre, un choix que je pensais être bon, mais qui, en fait, cachait de gros risques, a été, de façon inattendue, orienté à mon avantage et m’a sans doute sauvé la vie.

    Un mineur de fond anglais, un solide croyant, aimait bien citer cette parole biblique. Un jour, il attendait son tour pour descendre dans la mine, avec tout un groupe de compagnons. Au moment d’entrer dans la cabine, un chien errant s’empare de son pique-nique pourtant bien emballé. En vain essaye-t-il de le rattraper sous les quolibets moqueurs des spectateurs.

    Entre-temps l’ascenseur était parti et ses copains continuaient de se moquer de lui : « Ah ! Tout concourt au bien, dis-tu !… »

    Mais effectivement cet incident était pour son bien, car, en cours de descente, le câble de l’ascenseur se rompit et aucun des occupants ne ressortit vivant de la mine.

    Tragique confirmation de cette parole des Écritures !

    Charles R.

    DIEU PEUT NOUS ÉTONNER

     

    Livre du prophète Ésaïe 41. 10-13 : "10 N’aie pas peur, je suis avec toi. Ne regarde pas autour de toi avec inquiétude. Oui, ton Dieu, c’est moi. Je te rends fort, je viens à ton secours et je te protège avec ma main puissante et victorieuse. 11 Tous ceux qui sont en colère contre toi seront couverts de honte et d’insultes. Ceux qui se disputent avec toi seront détruits et mourront. 12 Ceux qui luttent contre toi, tu les chercheras et tu ne les trouveras plus. Ces gens qui te font la guerre seront détruits et ils disparaîtront. 13 Moi, le Seigneur, je suis ton Dieu. Je te tiens par la main. Je te dis : “N’aie pas peur, je viens à ton secours.”

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  9 Septembre Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale

     

    Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale

    Depuis 1999, le 9 septembre dès 9h 09, on "célèbre" (guillemets de rigueur !) dans le monde entier les conséquences néfastes de l'alcool consommé pendant la grossesse et l'allaitement et son corrolaire, le syndrome d'alcoolisation foetale.

    Les conséquences de la consommation d'alcool pendant la grossesse

    L'alcool consommé par les femmes a la capacité de très bien passer au travers de la barrière placentaire et donc toucher directement l'enfant à naître. Il agit notamment sur le système nerveux central du bébé et peut avoir des conséquences irréversibles sur son développement.

    Première cause de handicap mental non génétique

    Dans les pays occidentaux, la consommation d'alcool pendant la grossesse est la première cause de handicap mental d'origine non génétique chez l'enfant.

    Ces chiffres alarmants concernant chaque année en France 1 % des bébés qui y naissent, soit environ 8 000 bébés atteints (chiffres englobant l’ensemble des anomalies causées par l’alcool).

    Sensibiliser les mères et leurs compagnons

    La journée internationale de prévention du SAF est l'occasion de se mobiliser pour informer le grand public et les professionnels concernés par les questions de santé, quant aux séquelles potentielles d'une exposition prénatale à l’alcool.

    L'arrêt complet de la consommation d'alcool est très vivement recommandé dès le début de la grossesse et pendant toute sa durée. On estime en effet que le seuil en dessous duquel il y aurait un risque O n'existe pas. Voilà enfin une bonne raison d'appliquer notre fameux "principe de précaution".

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  
    LA CHUTE "vivreaujourd'hui.com"
     
     
    9 Septembre 2014
     

    Il est bien de s’abstenir de tout ce qui peut être une occasion de chute.
    Romains 14.21

    Il y a 60 ans environ, j’ai été témoin d’un accident peu banal. Je marchais, en ville, sur le trottoir en face d’un grand immeuble. Je n’en croyais pas mes yeux, mais par une fenêtre ouverte au 3ème étage, je vis tomber un petit enfant. Que faire ? Une coïncidence divine voulut qu’un passant, à l’aplomb de la chute de l’enfant, eût le courage et le réflexe de tendre ses deux bras et d’y recevoir le malheureux qui ne subit ni fracture ni aucune blessure. Le « bon samaritain », un inconnu, eut même la délicate pensée de monter à pied les trois étages pour rendre l’enfant en pleurs à ses parents qui ne s’étaient aperçus de rien.

    Certains ont dit : « Il a eu de la chance ! Son ange a veillé sur lui ! »

    La Bible nous rapporte que le jeune Eutychus1, assis sur le bord de la fenêtre, alors que l’apôtre Paul prêchait sans doute trop longtemps, s’endormit et tomba, lui aussi, du 3ème étage. Il fut relevé apparemment mort, mais Paul put le ramener vivant.

    Il est vrai que les choses ne se passent pas toujours ainsi. Mais il n’y a pas que les chutes physiques dont les conséquences peuvent être dramatiques. Le sommeil spirituel, un manque de vigilance, une tentation à laquelle on cède sans résister, une séduction à laquelle on succombe entraînent souvent des chutes non moins retentissantes.

    C’est pourquoi : Veillons et soyons sobres.2 Et rappelons-nous aussi que Dieu désire relever ceux qui ont chuté.

    Charles R.

    1 Voir la Lecture proposée 2 1 Pierre 5.8

     

    Livre des Actes des apôtres 20. 7-12 : "7 Le samedi soir, nous sommes réunis pour partager le pain . Paul prend la parole devant les frères et les sœurs chrétiens. Puisqu’il doit partir le jour suivant, il continue à parler jusqu’à minuit. 8 Nous sommes réunis dans la pièce qui est en haut de la maison. Là, il y a beaucoup de lampes allumées. 9 Un jeune homme, appelé Eutyque, est assis sur le bord de la fenêtre. Paul continue à parler longtemps. Eutyque s’endort profondément. Pris par le sommeil, il tombe du troisième étage et, quand on veut le relever, il est déjà mort. 10 Alors Paul descend, il se penche sur lui et le prend dans ses bras en disant : « Ne soyez pas inquiets, il est vivant ! »

     11 Ensuite Paul remonte, il partage le pain et mange. Il parle encore longtemps jusqu’au lever du soleil, puis il s’en va. 12 Après cela, on emmène le garçon bien vivant, et tous sont vraiment consolés."
     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • 9 Septembre 2014

    TU NE PEUX ÉCHOUER !

     

    TU NE PEUX ÉCHOUER !

    « Grâce soit rendue à Dieu qui nous fait toujours triompher… » 2 Cor 2.14

    Nous sommes trop souvent fixés, sur nos échecs, notre parcours cahoteux, nos efforts vaincus, nos périodes de découragement, notre solitude et nous doutons de ce qui couve au plus profond de notre cœur.

    Quand de surcroit tout semble se liguer contre vous, dettes, trahisons, écartèlement émotionnel, pressions extérieures, maladies… Vous voyez certainement de quoi je parle, vous vous dîtes réellement un complot se trame contre moi. Je suis la cible de quelqu’un, d’un pouvoir, d’une puissance !

    Malgré tout, ces situations, ces problèmes, ces écueils, ces conflits, ces tribulations dans la chair comme dans l’esprit, ne sont que des illusions et ne peuvent en aucun cas faire taire les rêves, les projets, les désirs, les plans, les appels de Dieu sur votre vie. Aucune de ces choses ne peut vous servir d’excuses pour vous arrêter en chemin, abandonner, défaillir et vous rebeller.

    Loin de servir à vous nuire, ce ne sont que des situations, mine de rien, que nous alimentons régulièrement depuis des années, par nos ambivalences, nos rébellions, nos renoncements, nos pensées négatives, nos croyances erronées, notre manque de recul et nos influences, en plus des forces malfaisantes qui existent réellement et travaillent à notre perte, tandis que les forces du bien, luttent réellement en notre faveur.

    Car nous sommes bel et bien dans une réalité qui se veut avant tout spirituelle, du monde de l’esprit. Que nous voulions le croire ou non. Seule notre force mentale, notre esprit régénéré, alimenté de la source et sagesse divine, sera notre seule sauvegarde, notre assurance de victoire, notre soutien à toute épreuve et notre garde-fou. En clair, « Vivez par l’Esprit, vous n’accomplirez pas les désirs de la chair ». Ces désirs de la chair ne sont pas seulement les passions, les tendances perverses, les « péchés mignons » selon le jargon religieux, mais ce sont aussi tout ce qui alimentent nos sens au point de nous faire perdre de vue l’Espérance, la Foi, les priorités pour notre vie. Tout ce qui nous empêchent de lever les yeux pour visualiser la réussite, la victoire, le bien-être, le bonheur, la joie et profiter de chaque instant présent, comme Dieu l’a prévu pour notre vie !

    Rappelez-vous que sans alimenter la croyance qu’il faut travailler dur pour réussir, « souffrir pour « être belle », « peiner pour gagner son pain », « faire des sacrifices pour obtenir ce que l’on veut », gardons bien l’esprit du triomphe. Car cette notion a beaucoup à nous apprendre…

    Connaissez-vous la définition du mot « triomphe » ? Remporter une victoire éclatante, s’établir, s’imposer définitivement, remporter un très grand succès, manifester une joie rayonnante pour un succès, une victoire… Or pour qu’il y ait victoire, il faut les mots batailles ou guerre. Conflits, batailles, guerres, sur nos doutes, nos mauvais penchants, nos mauvaises habitudes, notre réticence à changer, notre entourage malfaisant, que sais-je encore ?

    Mais si l’on vous assurait de la victoire au début de la bataille, du triomphe à l’entrée du conflit ? Que vous ne pourriez échouer quoique que vous fassiez ? Ne seriez-vous pas rassuré, encouragé, enthousiaste à relever quelque défi, car la récompense serait grandiose ? Si l’on prévient l’athlète que le bonheur est le parcours et non la médaille. Que s’il prend du plaisir à s’entrainer, à faire les efforts musculaires de la course, il aura la médaille d’or, ne se sentira-t-il pas pousser des ailes ? C’est la bonne nouvelle de notre Dieu omniscient : « Je te fais toujours triompher, de tes échecs apparents, de tes cendres, de toi-même ».

    Toujours ! Toujours c’est Toujours !!! Dorothée Rajia, disait « Les échecs sont pour un temps, le triomphe c’est pour TOUT LE TEMPS ! ». Le mot toujours assure la permanence dans le temps. La

    répétition constante d’un fait ou d’une situation. La continuation d’un état et l’intensité de la répétition de celui-ci. Si le texte sacré nous dit que Dieu te fera TOUJOURS triompher, cela veut dire « sans cesse ». Pas dans un futur plus ou moins lointain, mais à chaque fois que la situation de chaos se présente dans ta vie, face à toi. Cela veut aussi dire, qu’il y aura des situations ou des périodes noires, pour que Dieu change le naturel, transforme ta réalité visible pour te redonner ce triomphe qui te fera retrouver une joie éclatante ! En clair Tu domines, par l’Esprit, les circonstances familiales, financières, professionnelles, relationnelles, maladives, parce qu’il nous fait TOUJOURS TRIOMPHER !

    CVFG

    TU NE PEUX ÉCHOUER !

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    1 commentaire
  • 8 Sept - Journée mondiale de la physiothérapie 

     

     

     Image   
     
      

     

    Commençons par une définition, qu'est ce que la physiothérapie ? 

    La consultation du dictionnaire nous apprend qu'on groupe sous le terme physiothérapie un certain nombre de techniques ayant pour but d'optimiser la fonction physique et la motricité des êtres vivants en utilisant des moyens physiques. 

    Ces moyens physiques peuvent être de natures très différentes : 

    • action mécanique (on parle alors de thérapie manuelle) 

       
    • chaleur ou froid (on parle dans ce cas de cryothérapie) 

       
    • électricité (électrothérapie) 

       
    • eau (hydrothérapie) 

       

    Mais aussi les exercices et les massages. On fait en général remonter la découverte de l'utilisation de ces techniques aux travaux de Sœur Elizabeth Kenny, une Australienne qui a commencé à travailler aux principes de réadaptation des muscles au Queensland vers 1910 et est ensuite allée aux États-Unis (1940). Elle reste dans les mémoires pour ses traitements contre la polio. 

    La journée mondiale de la physiothérapie est beaucoup plus récente puisque sa première édition remonte à 2008. Elle est depuis organisée chaque 8 septembre, à l'initiative du WCPT, comprenez la World Confederation for Physical Therapy. SCE  

     

    Le corps, un langage 

    Notre corps a cette particularité de retranscrire nos états d’âme, nos besoins, nos souffrances et nos aspirations les plus secrets. Même lorsque nous essayons de le cacher il est puissant à transpirer un langage non verbal que certains professionnels tentent et savent parfois avec professionnalisme et tact, décoder.  

    L’une de ces techniques de décodage, le massage, est particulièrement efficace, apaisante, discrète et avangardiste, en ce qu’elle travaille sur les trois dimensions du corps : le physique, le mental et les émotions.  

    Si vous ne le saviez pas, le massage dont les techniques sont différentes et multiples, contribue de prime abord à remodeler la silhouette, traite les imperfections cutanées et les soucis de peau grâce à l’évacuation des toxines, notamment la cellulite. Plus en profondeur, le massage agit principalement sur les douleurs : dos, cou, lombaires, tête, pieds, etc. En apportant soulagement, assouplissement,  réduction des tensions,  pour une tonification générale du corps.  

    Au niveau de la santé pure, le massage :  

      Agit sur la constipation en améliorant la digestion 

      Permet une meilleure circulation sanguine et lymphatique.  

      Aide à prévenir les maladies.  

      Chasse la fatigue.  

      Améliore la circulation de l'énergie.  

      Contribue au traitement de maladies graves comme le cancer 

      Aide à mieux traiter l'asthme.  

      Facilite l'accouchement. 

    • Favorise le sommeil 

       

      

      

    Cette action directe sur le corps revêts aussi des effets positifs sur l’esprit, la concentration et entraîne presqu’inévitablement, la prise de conscience de nos émotions du moment présent, influencées par nos histoires passées et nos espoirs futurs.  

      

    D’une manière générale, qu’ils soient profanes ou aguerris à l’utilisation régulière des massages détente, thérapeutiques, d’origines diverses et de techniques de plus en plus poussées, le corps, l’esprit et l’âme se trouvent chargés d’un bien-être total, relaxant.  

    Détente, bonne humeur, anti-stress, anti-dépressif,  caractérisent bien cette pratique en physothérapie qui prend de plus en plus de place dans notre société dont les maux nécessitent une prise en charge globale des individus.  

      

    S’il est judicieux que vous soyez attentifs au professionnalisme, sérieux et efficacité de l’institut de massage de votre choix. Il est aussi utile que vous cherchiez à vous faire du bien par cette seule technique individuelle de prise en charge de votre bien-être au quotidien et dans la durée.  

      

    Le massage thérapeutique 

      

    Le massage thérapeutique, à l’opposé du massage de détente, se focalise sur la zone à traiter. Sur la douleur spécifique. Il accompagne les pathologies graves et a des vertus de traitement aujourd’hui reconnues et recommandées.  

      

    A quelque niveau que ce soit, notre corps tridimensionnel a besoin que nous en prenions soin, au-delà de nos ressentis, de notre indifférence à l’écouter ou de notre ignorance.  

    Notre corps parle, en l’écoutant, il nous révélera qui nous sommes vraiment et nous aidera certainement à dépasser, devancer, préparer voir résoudre de nombreuses situations de traumatisme, de stress, de difficulté ou de souffrance.  

      

    En préventif ou en curatif nous n’avons qu’un corps, qu’un esprit, qu’une âme !  

    Quelles seront donc nos priorités ? 

      

    cvfg 

      

     

     

    L'institut Mon Bien Être, situé en plein centre de la Martinique, dans la commune du Lamentin, vous accueille dans un cadre champêtre entre ville et campagne pour un ressourcement total et global. Découvrez les techniques de massages détente, thérapeutiques et énergisants. Des produits naturels de choix et de Qualité Premium pour un retour au bien-être rapide et de longue durée. Plus qu'un institut de beauté ou de massages, Mon Bien-être, vous accompagne dans votre volonté d'être bien au quotidien. Venez et voyez !

    Journée mondiale de la physiothérapie

     

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • PAR HASARD ? "vivreaujourd'hui.com"

     

     
    8 Septembre 2014
     

     

    Il se trouva, par hasard, que la pièce de terre appartenait à Boaz qui était de la famille d’Abimélec.
    Ruth 2.3

     

    Le mot traduit “hasard” dans ce verset n’apparaît que deux fois – avec ce sens – dans tout l’Ancien Testament. C’est que les Juifs n’y croyaient pas. Avec raison. Le plus souvent comme l’a dit l’un d’eux, le célèbre Einstein, « Le hasard, c’est Dieu qui voyage incognito. »
    On pourrait dire tout aussi justement, que le mot hasard est celui que les incrédules utilisent pour nommer Celui auquel ils prétendent ne pas croire. D’autres le font alterner avec “nature” et y mettent parfois un “N” majuscule.
    La sagesse populaire est quand même obligée de reconnaître que « le hasard fait bien les choses ». Curieuse fuite, curieux refus de l’évidence !
    L’appartenance à Boaz du champ où Ruth alla glaner a changé tellement de choses et de manière si merveilleuse ! Il est évident que le fait que c’est précisément là qu’alla Ruth ne saurait être attribué à rien d’autre qu’à une direction divine.
    Dans notre vie, il y a aussi bien des faits ou des rencontres surprenantes. Ne nous hâtons pas de les attribuer au hasard. Demandons-nous plutôt si ce n’est pas Dieu qui, à travers elles, serait en train de nous chercher. Tenez, par exemple, ne serait-ce pas ce genre de hasard qui vous fait lire aujourd’hui ce feuillet du calendrier ?
    Ne ratez surtout pas les rendez-vous que Dieu vous donne à travers les hasards de l’existence !

     

    Richard D.

     

     

     

    Livre du prophète Ésaïe 41.17-20 : "17 Les malheureux et les pauvres cherchent de l’eau, et ils n’en trouvent pas. La soif sèche leur langue. Eh bien, moi, le Seigneur, je vais leur répondre, moi, le Dieu d’Israël, je ne les abandonnerai pas. 18 Je ferai couler des fleuves sur les hauteurs sans arbres, et des sources au fond des vallées. Je changerai le désert en lac, et la terre sèche en oasis. 19 Dans le désert, je planterai toutes sortes d’arbres, des grands et des petits. Dans les régions sans eau, je mettrai ensemble différentes espèces d’arbres. 20 Alors tout le monde verra ceci : c’est le Seigneur qui a réalisé ces choses, c’est le Dieu saint d’Israël qui les a créées. Tout le monde le saura. Tous feront attention et le comprendront."

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  Dieu d’abord  !  

     

    8 Septembre 2014

     

     

    « Cherchez d’abord le Royaume et la Justice de Dieu et toutes ces choses vous seront données par-dessus ». Matt 6.33 

    DIEU D'ABORD

    Juste avant ce verset de Matt 6.33, le verset 25 venait d’exhorter les disciples à ne pas « s’inquiéter de la nourriture, du vêtement, parce que Dieu sait ce dont vous avez besoin ». Ensuite il invite à re

    chercher le plus important selon lui, pourquoi ? 

    Qu’est-ce que le royaume de Dieu ? Qu’est-ce que la justice ?  Il ne s’agit ni d’un lieu en particulier, ni d’une destination future, comme le ciel, comme certains le sous-entendent, d’une entité spirituelle. Mais quelque chose à rechercher dans le moment présent. Le Royaume de Dieu, est l’univers (Deut 10.14). Le ciel est son trône, la terre son marchepied. Il gouverne l’univers et il est le seul et unique Roi de la terre. Au-dessus des Royaume terrestres, des présidents et chefs de la Terre actuelle. Ensuite, il est le Roi de ceux qui le cherchent, qui lui appartiennent, d’abord d’Israël, parce qu’il l’a choisi, ensuite de tous ceux qui croient en lui. Mais plus encore il s’agit d’aspirer à un royaume où Dieu règne, car il est basé sur le bien, et la Justice. Il fonctionne sur la base de la paix, et tout mal lui est extirpé (Ps145.13,14 ; Es.11.3). Un royaume basé sur l’harmonie, la sécurité, la paix, l’abondance, la prospérité, le bonheur, la sagesse, la santé.  

    L’invitation de Jésus consiste simplement à vivre dès aujourd’hui selon les normes et les valeurs du Royaume de Dieu, en étant toujours sur cette terre ! 

    Nous avons besoin dans notre réalité quotidienne d’être des personnes justes et droites. Nous avons besoin de montrer ce que peut être un Royaume basé sur le bien et l’équité. Nous avons besoin de faire avancer le Royaume de Dieu en contrebalance de ces royaumes qui nous déçoivent tant… 

    Rechercher la justice de Dieu, c’est vivre dans l’intégrité morale personnelle. 

    Cette intégrité morale propre, nous aide à pratiquer la justice envers les autres, dans les affaires, la famille, les litiges etc.  

    En clair, rechercher le Royaume et la Justice de Dieu, se réfère au résumé des 10 commandements  en 2 : « L’amour de Dieu, celui de moi-même comme des autres ». Une fois que je fais de Dieu le gouverneur de ma vie, en pratiquant au quotidien le bien, je sais comment me comporter avec les autres.  

    Dieu d’abord ! 

    Dieu d’abord, dans ma vie, mes affaires, mes relations avec les autres, mes journées, mes plans et projets. 

    Dieu d’abord, Parce qu’il n’y a que lui qui soit digne de recevoir mes louanges, mes éloges, compte tenu de ma dépendance de lui, compte tenu de ma filiation d’avec Lui, compte tenu de Son omniscience et omnipotence. 

    Dieu d’abord, car à tout moment nous pouvons lui demander de l’aide. Il y a-t-il un aspect de ma personnalité ou de ma vie, que je ne maîtrise pas, qui m’affaiblit, me freine ou m’attriste, je le lui remets en le confessant et en lui demandant de l’aide.  

    Dieu d’abord, parce qu’il sait faire ressortir ce qu’il a de meilleur en moi pour inonder, impacter et bénir les autres.  

    Dieu d’abord, c’est le tout de ma vie, un tout qui comble tous les aspects de ma vie, conjugale, familiale, financière, professionnelle, personnelle. Il sait combler mes besoins. Orienter mes voies, Encourager mes talents. Equilibrer mes émotions. Nourrir et réaliser mes rêves. Solutionner mes problèmes qui ne sont que des ombres de réalités et de bénédictions plus merveilleuses, qui me sont voilées pour un temps, afin de me former et me préparer à les recevoir.   

    Essayez, prenez le temps avant de vous lancer dans toutes vos occupations, de prier, méditer, visualiser le bien et le bien-être que vous voudrez ressentir en cette journée, pour vous-même mais aussi avec les autres. Pratiquez le bien envers quelqu’un. Ne serait-ce qu’une action. Ou bénissez par la pensée, quelqu’un en particulier. Le soir, avant de vous endormir, faîtes le bilan de tout ce qui a été positif dans votre journée. Remettez votre repos à Dieu en méditant quelques instants. Votre vie changera. La mienne a changé, la vôtre aussi le sera dans peu de temps de pratique quotidienne. C’est presque instantané !  

    Dieu d’abord, c’est le but ultime de ma vie, car le meilleur et la fin sont en Lui. Que peuvent me faire les hommes ? Rien, sinon de constater qu’il est en moi, je suis en Lui, pour le meilleur et pour la vie !  

    Un conseil divin est d’une grande efficace !  

    CVFG

    DIEU D'ABORD

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • UNE MALADIE AU MOMENT OPPORTUN "vivreaujourd'hui.com"

     
     
    7 Septembre 2014
     

     

    La crainte que vous avez des hommes tend un piège sous vos pas, mais l’Éternel protège celui qui se confie en lui.
    Proverbes 29.25

     

    Un homme d’affaires chrétien avait l’intention de se rendre à la foire de Brême pour régler certaines questions financières. Le voyage était assez long. En cours de route, il tomba malade et dut s’aliter quelques jours. Il en fut très déçu. Lorsqu’il put enfin se relever, c’était trop tard : la foire était terminée. Il rentra donc chez lui.
    Quelques années plus tard, il fit des visites à des prisonniers. L’un d’eux le reconnut et lui demanda : – Vous souvenez-vous que vous aviez l’intention de vous rendre à la foire de Brême, il y a quelques années ? – Oui, bien sûr. – Eh bien, c’était une bonne chose que vous n’y soyez pas allé. Car avec quelques comparses nous avions appris votre venue et que vous portiez beaucoup d’argent sur vous. Nous étions décidés à vous attendre, vous dévaliser et vous tuer ensuite pour effacer toute trace.
    A posteriori, l’homme remercia Dieu pour cette maladie par laquelle il lui avait préservé la vie.

    Alfred K.

    Il faut lire exaucer…

     

    Psaume 124 : "2 Des gens nous ont attaqués, et sans le Seigneur qui nous a défendus... Oui, Israël, répète-le encore ! Sans le Seigneur qui nous a défendus, 3 nos ennemis brûlants de colère nous avalaient tout vivants. 4 L’eau nous noyait complètement, un torrent nous entraînait, 5 et l’eau bouillonnante passait sur nous. 6 Merci au Seigneur ! Il ne nous a pas laissés comme une bête entre leurs dents. 7 Mais comme un oiseau, nous avons pu nous sauver du filet des chasseurs, le filet s’est déchiré, nous nous sommes sauvés. 8 Notre secours, c’est le Seigneur lui-même, qui a fait le ciel et la terre."

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • AU MOMENT DE L'ÉPREUVE "vivreaujourd'hui.com"

     
     
    6 Septembre 2014
     
     

    Le nom de l’Éternel est une tour forte ; le juste y court et s’y trouve hors d’atteinte.
    Proverbes 18.10

    Affairé à la cuisine, je vis passer devant la fenêtre notre chatte, tenant délicatement dans sa bouche un petit lézard des murailles. Quand je sortis pour porter secours à ce « podarcis muralis » (tel est le nom de ce petit reptile), elle le laissa échapper au pied d’un rosier. Le lézard, profitant de ce répit, jaillit avec l’extrême vélocité qui le caractérise et fila entre mes pieds, dans la pelouse. Ni le chat (bien dépité !) ni moi ne parvenions plus à le localiser sur l’herbe. Alors que je m’apprêtai à rentrer dans la maison, sur le perron, je fus pris d’un doute, sentant comme un chatouillement au niveau du genou. Ni une ni deux – circonstance oblige ! – j’ôte rapidement mon pantalon, pour libérer à mes pieds le petit animal, sain et sauf, même si sa queue a raccourci ! Habituellement craintif et timide, ce petit lézard ne s’approche pas de l’homme, sauf par étourderie. Mais là, dans l’adversité, alors que sa muraille était trop éloignée, il s’était réfugié auprès de moi.

    Et nous ? À chaque fois que l’épreuve touche nos vies, quand nos murailles ne suffisent plus, avons-nous pensé que c’est peut-être pour nous conduire vers l’essentiel ? Ne craignons pas, quand nous n’avons plus aucun secours, de nous réfugier en Dieu. Car le secours qu’il propose est sûr, tout proche. Et c’est un salut éternel.

    Joseph P.

     

    Psaume 61. 2-9 : "2 Ô Dieu, écoute mon cri, sois attentif à ma prière ! 3 Quand je suis découragé, du bout du monde, je crie vers toi. Conduis-moi sur le rocher que je ne peux atteindre. 4 Oui, tu es pour moi un abri, avec puissance, tu me protèges contre l’ennemi. 5 Je voudrais habiter pour toujours dans ta maison, me réfugier à l’ombre de tes ailes. 6 Toi, mon Dieu, tu écoutes mes souhaits. Tu donnes ce qu’ils désirent à ceux qui t’adorent. 7 Donne longue vie au roi, ajoute des années à ses années. 8Qu’il gouverne pour toujours devant toi ! Que ton amour et ta fidélité le gardent ! 9 Alors je chanterai sans cesse pour ton nom, et, jour après jour, je tiendrai mes promesses."

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • UN SECOURS QUI NE MANQUE JAMAIS DANS LA DÉTRESSE "vivreaujourd'hui.com"

     
     
    5 Septembre 2014
     
     

    La barque était couverte par les flots.
    Matthieu 8.24

    Un petit enfant de 20 mois s’agite sur sa chaise haute lors de son repas du soir. Après plusieurs avertissements des parents, c’est la chute sur la tête et des pleurs abondants. La maman va le préparer pour la nuit, mais reste vigilante. Une heure plus tard, les évènements se précipitent : vomissements et les tremblements du petit. Les chers parents vont passer par un moment de tempête.
    Ils appellent les pompiers. Puis, après un examen aux résultats inquiétants, c’est l’engagement des grands moyens : hélicoptère, hôpital, équipe de spécialistes…
    Des amis chrétiens s’unissent à eux dans la prière, avec les grands-parents, les proches, et même les enfants, qui intercèdent pour la situation critique et implorent l’aide de Jésus comme les disciples au milieu du vent, des vagues et des périls sur le lac de Galilée. Impliqués directement dans cet évènement, nous mesurons notre faiblesse et notre besoin du secours de Dieu tout-puissant.
    La maitrise des équipes médicales aplanira progressivement les réactions critiques durant la première nuit. Et, après 48 heures, les médecins décideront le retour du petit, choqué, mais restauré.
    Que Dieu nous montre sa fidélité et qu’Il nous accorde toujours sa paix et sa douce restauration au milieu des tempêtes physiques, morales ou spirituelles de la vie !

    Bernard F.

    UN SECOURS QUI NE MANQUE JAMAIS DANS LA DÉTRESSE

     

    Évangile selon Matthieu 8. 23-26 : "23 Jésus monte dans la barque et ses disciples l’accompagnent. 24 Tout à coup, une grande tempête se met à souffler sur le lac. Les vagues vont bientôt recouvrir la barque, et Jésus dort. 25 Les disciples s’approchent de lui, ils le réveillent en disant : « Seigneur, sauve-nous ! Nous allons mourir ! » 26 Jésus leur dit : « Pourquoi est-ce que vous avez peur ? Vous n’avez pas beaucoup de foi ! » Alors il se lève, il menace le vent et l’eau, et tout devient très calme."

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • HOTLINE "vivreaujourd'hui.com"

     
    4 Septembre 2014

     

    Mets ta confiance en l’Éternel de tout ton cœur, et ne te repose pas sur ta propre intelligence.
    Proverbes 3.5

    S.O.S. ! Ma messagerie ne réceptionne plus les courriels, me coupant ainsi de la planète ! Mon fournisseur d’accès n’ayant pu résoudre le problème, je m’adresse plus haut : à la société qui a conçu le système d’exploitation. Pour ça, je les appelle sur leur ligne de secours, la « hotline ».
    L’opératrice, une certaine Leïla, est très aimable. Après une bonne demi-heure de manipulations, elle propose de « partager le bureau ». En fait, elle veut prendre le contrôle de mon ordinateur. Oui, à partir du Maghreb, elle est en mesure de piloter à distance ma machine. J’accepte de lui faire confiance, lui laisser le droit de regard sur mon bureau, sur mes fichiers pesonnels, et elle résout mon problème…
    Êtes-vous, cher lecteur, au bout de votre sagesse ? Avez-vous essayé toutes les solutions, en vain ? Dieu, qui a “programmé le logiciel de votre vie”, a les clés de son fonctionnement. Êtes-vous prêt à le laisser vous prendre en charge, vous piloter ? À voir quel dossier est corrompu, quel fichier est infecté ?
    Voulez-vous installer Jésus au cœur de votre système ? Faites-lui confiance, et il répondra à votre simple appel. À demeure, sur votre site !

    Francis S.

     

    Livre des Proverbes 3. 1-12 : "1 Mon enfant, n’oublie pas mon enseignement, garde mes commandements dans ton cœur. 2 Si tu les gardes, tu vivras plus longtemps et tu seras heureux. 3 Sois toujours bon et fidèle. Attache ces qualités à ton cou, écris-les sur ton cœur. 4 Alors Dieu et les hommes t’aimeront, et tu réussiras. 5 Ne t’appuie pas sur ton intelligence, mais de tout ton cœur, mets ta confiance dans le Seigneur. 6 Reconnais-le dans tout ce que tu fais, et lui, il guidera tes pas. 7 Ne pense pas que tu es un sage, mais respecte le Seigneur et éloigne-toi du mal. 8 Cela guérira ton corps et te donnera des forces. 9 Honore le Seigneur en lui offrant ce que tu as, donne-lui la première part de tes récoltes. 10 Alors tes greniers seront pleins de grain, et tu manqueras de place pour garder ton vin. 11 Mon enfant, ne repousse pas les avertissements du Seigneur, ne te moque pas de ses reproches. 12 Oui, le Seigneur fait des reproches à la personne qu’il aime, comme un père à son enfant préféré."

     
    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • UNE FIDÉLITÉ ABSOLUE... "vivreaujourd'hui.com"

     
     
    3 Septembre 2014
     

    L’Éternel, l’Éternel, un Dieu plein de compassion et de grâce, lent à se mettre en colère, et riche en amour et en fidélité !
    Exode 34.6

    À un journaliste qui lui demandait comment, à titre personnel, il percevait l’amour de Dieu, le comédien Roland Giraud fit cette réponse magnifique : « Comme une fidélité absolue. Un enfant qui met sa main dans la main de son père a confiance en lui. La relation à Dieu est une relation de fidélité et de confiance malgré les aléas de la vie. La relation est éternelle, à la différence de celle de son père et de sa mère. Il s’agit d’arriver à comprendre charnellement, au niveau du cœur, de l’esprit et du ventre, que la foi est quelque chose de totalement définitif et que la volonté de Dieu est totalement et pour toujours celle de nous vouloir du bien et de nous aimer. Un amour absolu, contrairement à celui qui unit un homme et une femme. »1
    Voilà bien en effet ce qui caractérise l’amour de Dieu à notre égard. Il est fidèle, c’est-à-dire digne de confiance. Il est inconditionnel, il ne dépend pas de nous ou des circonstances, il ne varie pas avec le temps… Dieu nous aime d’un amour absolu et éternel, car Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours2. Même si nous sommes infidèles, lui, il demeure fidèle, car il ne pourra jamais se renier lui-même3.
    Quelle assurance et quel réconfort de pouvoir, en dépit de nos infidélités et de nos chutes, revenir auprès de ce Dieu qui nous aime et qui est prêt à accueillir celui qui vient à Lui d’un cœur repentant !

    Bernard G.

    1 « Le christianisme aujourd’hui »- janvier 2010     2 Hébreux 13.8   3 2 Timothée 2.13

     

    Livre de l’Exode 34. 1-7 : "1 Le Seigneur dit à Moïse : « Taille deux tablettes de pierre, comme celles que tu as cassées. J’écrirai sur elles les paroles qui étaient sur les premières. 2 Prépare-toi pour demain matin. Tu monteras très tôt sur le mont Sinaï et tu m’attendras là-bas, au sommet de la montagne. 3 Personne ne doit monter avec toi, personne d’autre ne doit se montrer sur toute la montagne. Et aucun animal, mouton, chèvre ou vache, ne doit rester près de cet endroit. »

     4 Moïse taille deux nouvelles tablettes de pierre, comme les premières. Il se lève tôt le matin et il monte sur le Sinaï avec les deux tablettes, comme le Seigneur l’a commandé. 5 Le Seigneur descend dans le nuage de fumée  et il se tient là, auprès de Moïse. Moïse prononce son nom, « Le Seigneur ». 6 Ensuite, le Seigneur passe devant Moïse et il dit d’une voix forte : « Je suis le Seigneur. Oui, je suis un Dieu de pitié et de tendresse. Je suis patient, plein d’amour et de fidélité. 7 Je montre ma bonté pendant des milliers de générations. Je supporte les fautes, les révoltes et les péchés. Mais le coupable, je ne le déclare pas innocent. J’agis contre celui qui a péché, contre ses enfants jusqu’à la troisième ou la quatrième génération. »

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • LA GUERISON EST EN NOUS !

     

    LA GUÉRISON EST EN NOUS

     

     

    Le mot incurable, qui veut dire « qui ne peut être guéri », « inguérissable, malade, condamné », « qui n’est pas curable » n’est plus un terme utilisé par le seul corps médical, mais qui entre de plus en plus dans le vocabulaire populaire, autour des « grosses pathologies » que sont le cancer, l’infirmité, la paralysie, le diabète, les maladies cardiovasculaires etc.

    Ce diagnostique et cette annonce, bouleversent, de par l’expérience de vie des individus, de leurs amis, leur famille, du tout au tout la vie de l’individu. Change presque son identité, chez lui d’abord, ensuite chez les autres. L’annonce de tel diagnostique se présente comme une fatalité.

    Si le mot « maladie » signifie le « mauvais état du corps », celui de guérir évoque la défense, la garantie, la protection, le fait de redonner la santé. Or dans toute défense, il faut une stratégie, un angle d’attaque, une persévérance à toute épreuve pour avoir la victoire.

    Cette histoire que je vous invite à découvrir est le symbole d’une vraie défense, une bataille pour la vie et un message d’espérance et de solution à toutes les maladies quelles qu’elles soient.

    La médecine fait son diagnostique, vous, faîtes-le vôtre à la seconde où la situation dite incurable vient vous voiler la vision de la vie.

    La guérison est en nous !

    Ecoutez et voyez, l’expérience des autres encourage et enrichit.

    cvfg

     

    LA GUÉRISON EST EN NOUS

    Dans cette grande conférence de près de 2h30, Wayne Dyer explorera en profondeur son sujet le plus impressionnant à ce jour: Maîtriser l’art de la manifestation. Vous l’entendrez raconter son histoire de guérison d’une leucémie chronique lymphocytique (LCC), c’est-à-dire un cancer des globules blancs. Suite à cette annonce, il s’entend dire qu’il n’existe pas de traitement connu ou certain et qu’il devait « attendre et voir l’évolution des choses ». Que c’est-il passé alors pour cet homme qui passait au moins deux heures par jour à faire de l’exercice (notamment du yoga, de la randonnée, il nage dans l’océan), à méditer quotidiennement, à surveiller son alimentation… Comment expliquer qu’il ait fait un tel cancer ? Et comment explique-t-il sa guérison? Et son histoire bien que bouleversante n’est pas unique.

     

    Cliquer sur ce lien pour voir la vidéo :  Maîtriser l'art de la manifestation

     

    Vous avez besoin d'être accompagné, écouté, soutenu,

    Écrivez-nous : lifestance8@gmail.com ou appelez-nous : 0787 142 335 - 0781 188 778

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  OÙ TROUVER UN REFUGE ? "vivreaujourd'hui.com"

     
    2 Septembre 2014
     

    Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse.
    Psaume 46.2

    En rangeant de vieilles cartes postales, je suis tombée sur un signet qui portait une citation de Bouddha : « Soyez à vous-même votre propre refuge, soyez votre propre lumière. » Alors j’ai pensé à l’histoire du bateau cherchant un port, un phare en pleine nuit de tempête. Le navire peut-il trouver le chemin en s’éclairant lui-même ? Non, il a besoin du phare, la lumière extérieure pour se diriger et arriver en sécurité à bon port.
    Pour ma vie, il en est de même : j’ai besoin d’une lumière et d’une direction extérieure pour ne pas me tromper. Quand tout va bien, parfois je pense pouvoir m’en passer. Mais quand survient la tempête d’une souffrance, d’un deuil, je ne peux pas me réfugier et trouver la consolation en moi-même ! Cela doit venir d’une autre personne, ou d’en haut…
    Combien le refuge et le réconfort de mon Père Céleste ont été efficaces et merveilleux au sein même du chagrin, du deuil ! Je n’ai pas compris pourquoi le drame est arrivé, mais sa présence et sa paix ont été si réelles que je n’aspirais à rien d’autre !
    Ce refuge et cette paix vous consoleront aussi si vous invoquez Dieu au jour de la détresse, car son secours ne manquera jamais pour celui qui le cherche de tout son cœur.

    Martine F.

     

    Psaume 46 : "2 Dieu est pour nous un abri solide et sûr, il est toujours prêt à nous aider dans le malheur.  3 C’est pourquoi nous n’avons pas peur, même si la terre se met à bouger, si les montagnes tombent au fond de la mer. 4 Son eau rugit et soulève l’écume, les vagues de la mer se dressent et font trembler les montagnes. 5 Mais une rivière coule et réjouit la ville de Dieu, la plus sainte des habitations du Très-Haut. 6 Dieu est dans cette ville, elle ne tombera pas. Le jour se lève, et déjà, Dieu est là pour l’aider. 7 Des pays rugissent, des royaumes tremblent, Dieu élève la voix, et la terre disparaît. 8 Il est à nos côtés, le Seigneur de l’univers, il nous protège avec puissance, le Dieu de Jacob. 9 Venez voir les actions du Seigneur, ce qu’il a détruit sur la terre ! 10 Il arrête les combats jusqu’au bout du monde, il brise les arcs, il détruit les lances, il met le feu aux boucliers. 11 Le Seigneur crie : « Arrêtez et reconnaissez que je suis Dieu ! Je remporte la victoire sur tous les peuples, je remporte la victoire sur toute la terre. » 12 Il est à nos côtés, le Seigneur de l’univers, il nous protège avec puissance, le Dieu de Jacob."

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  VIVRE AU PRÉSENT "vivreaujourd'hui.com"

     

     
    1er Septembre 2014
     

     

    Je vous le dis en vérité, quiconque ne recevra pas le royaume de Dieu comme un petit enfant n’y entrera point.
    Luc 18.17

     

    « Les enfants ont cette faculté de rebondir après les larmes. Parce qu’ils ne se projettent pas dans l’avenir ; ils vivent pleinement l’instant présent. […] Je vais essayer de vivre le présent, éclairée par le passé mais sans jamais m’y réfugier, à la lueur de l’avenir mais sans m’y projeter. Faire comme les enfants en somme »1, écrit une maman après avoir appris que l’un de ses enfants est atteint d’une maladie génétique fatale. C’est en voyant ses enfants retrouver leur naturel après l’annonce de la mauvaise nouvelle qu’Anne-Dauphine Julliand découvre que vivre au présent est la seule règle de vie adaptée à cette situation.
    Jésus nous invite à recevoir le royaume de Dieu avec la confiance et la simplicité d’un enfant. Quelles que soient nos circonstances, il est urgent que Jésus touche nos vies. Ne laissons pas le poids du passé et les incertitudes de l’avenir nous empêcher de nous approcher de Jésus aujourd’hui. Lorsque Dieu règne dans nos cœurs, nous pouvons assumer le passé et envisager l’avenir avec confiance. C’est aujourd’hui, à l’instant même, que Jésus nous invite à recevoir le royaume de Dieu et à le vivre au présent.

     

    Alain M.

     

    1 Deux petits pas sur le sable mouillé, Éditions des Arènes 2011

     

    VIVRE AU PRÉSENT

     

    Évangile selon Luc 18. 15-17 : "15 Des gens amènent aussi les bébés à Jésus pour qu’il les touche. En voyant cela, les disciples leur font des reproches. 16 Mais Jésus fait approcher les bébés et il dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas ! En effet, le Royaume de Dieu appartient à ceux qui sont comme les enfants. 17 Je vous le dis, c’est la vérité : si quelqu’un ne reçoit pas le Royaume de Dieu comme un enfant, cette personne ne pourra jamais y entrer. »

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire